Le téléphérique de l’Eibsee, qui permet de gagner la Zugspitze par le versant bavarois, a effectué ce dimanche ses dernières rotations avant son démontage.

Chef d’œuvre du constructeur Heckel, il a marqué l'histoire du transport par câble par ses caractéristiques techniques exceptionnelles. Il détenait notamment depuis son ouverture le 15 mai 1963 le record de dénivelé avec 1 952 mètres. Sa construction a représenté un défi technologique en ce qui concerne le tracé, l’accès au chantier, les conditions géologiques et climatiques au sommet, l'implantation des pylônes ou la conception particulière du chariot.

A l’heure du bilan, le téléphérique aura transporté 21 millions de clients, tandis que les bennes auront parcouru une distance équivalente à 76 fois le tour de la Terre et gravi un dénivelé comparable à 3 fois et demi la distance de la Terre à la Lune.

L’appareil souffrait d’un débit limité à 300 personnes par heure, en raison d’une ligne longue de près de 4,5 km et d’une capacité de 44 clients par cabine. Malgré l'alternative offerte par le chemin de fer à crémaillère sur le même tracé, le temps d’attente en plein été pouvait atteindre près de deux heures.

Le remplacement du téléphérique par un appareil moderne était devenu inéluctable. Depuis l'été 2014, la Zugspitze est le théâtre de l'impressionnant chantier du nouveau téléphérique de Garaventa. Avec des cabines de 120 places, il devrait offrir un débit de près de 700 personnes par heure.

Le nouvel appareil devrait afficher de belles performances, avec la plus longue portée du monde, soit 3 213 mètres entre le pylône et la gare amont, le plus haut pylône d’Europe avec 127 mètres, et toujours un dénivelé record, légèrement réduit à 1945 m. La gare d'arrivée perchée au-dessus de la vertigineuse face nord devrait être largement vitrée, y compris au niveau des quais, pour impressionner les clients.

Le téléphérique devrait ouvrir au public le 21 décembre prochain après 3 ans de travaux. Il représente un investissement de 50 millions d'euros. Les 2 cabines de l'ancienne installation seront préservées et devraient être exposées au public.


Pour aller plus loin : le reportage consacré au téléphérique bavarois de la Zugspitze, dans notre base de données.