Le syndicat mixte des transports en commun toulousains SMTC Tisséo vient d'attribuer le marché de conception-réalisation-maintenance du téléphérique urbain au sud de l'agglomération, qui reliera l’Oncopole, l'hôpital de Rangueil et l’Université Paul Sabatier. Cette liaison par câble de 10 minutes seulement été jugée plus performante qu'un transport par bus en 30 minutes, handicapé par des nœuds de circulation engorgés et des obstacles naturels à franchir comme la Garonne et la colline de Pech David.

La solution retenue est un téléphérique débrayable de type 3S, bi-porteur mono-tracteur. L’installation comptera un total de 14 cabines d’une capacité de 35 places, toutes accessibles aux personnes à mobilité réduite, l'appareil desservant 2 pôles hospitaliers. Pour faciliter l'embarquement et le débarquement, les cabines marqueront l'arrêt complet dans le contour. Le débit, variable selon l'affluence par ajout ou retrait de cabines, atteindra au maximum 1500 personnes par heure et par sens, avec un intervalle entre cabines d'environ une minute et demie. La fréquentation est estimée à 7000 voyageurs par jour.

La solution 3S permet d'offrir des départs plus fréquents qu'avec un téléphérique à va-et-vient, tout en présentant de nombreux avantages par rapport à une télécabine monocâble sur ce tracé particulier : des longues portées et une plus grande hauteur de survol permettant le franchissement de la Garonne et d'une réserve naturelle, un nombre de pylônes limité à 5 pour 3 km de ligne, une résistance aux vents latéraux jusqu'à 30 m/s, et des cabines larges pour les patients.

L’appel d’offres comprenait la conception, la réalisation et la maintenance de l'appareil. A l'issue d'une pré-sélection, 4 groupements étaient en lice : Doppelmayer, Leitner, BMF et Poma. Le marché de 54,6 millions d'euros a été finalement attribué le 21 décembre au groupement emmené par Poma, fédérant notamment :
- Poma pour l'appareil, à partir des développements de la maison-mère Leitner et du prototype d'Avoriaz,
- ses filiales SEMER pour l'électricité et les automatismes, COMAG pour le montage et la maintenance, et Sigma Composite pour les cabines de 35 places, proches du modèle Symphony livré au glacier de Stubai (Autriche) l'automne dernier, et retravaillées par l'agence de design Yellow Window,
- Bouygues TP pour le génie civil,
- des partenaires locaux : le bureau d'études Seti, le cabinet d'architectes Séquences et la société Altiservices, exploitant les stations pyrénéennes de Font-Romeu, Guzet, Saint-Lary et Artouste, et qui se diversifiera à Toulouse dans une activité urbaine compensant le recul d'activité lié au manque de neige et à la perte des concessions de Luchon et Gavarnie.

Par rapport à une installation équivalente en montagne, le calendrier se distingue par une longue phase de conception en 2017, et une enquête préalable à la déclaration d'utilité publique en 2018. Les travaux pourraient démarrer fin 2018 pour une mise en service début 2020.

Dans un second temps, l’axe pourra être prolongé jusqu’au quartier en construction de Montaudran, à l’est, et jusqu’à la station de métro Basso-Cambo, à l’ouest.


Pour aller plus loin :

- le sujet consacré au projet sur notre forum ;
- la liste des projets de remontées urbaines en France sur notre forum ;
- le reportage consacré au 3S des Prodains, à Morzine-Avoriaz.