Les actualités de février 2015

4 actualités parues ce mois

Construction TCD10 Fiesch - Kühboden/Fiescheralp (2019)
Doubles panneaux solaires équipant la télécabine Panoramabahn, qui vient d'être inaugurée à Schruns (monchu)

Il n'est pas encore question de faire tourner une remontée uniquement à l'énergie solaire. Mais certaines constructions récentes montrent que l'usage de panneaux photovoltaïques s'accroît, pour répondre à deux types de besoins :

- produire de l'électricité et l'injecter dans le réseau. Les constructeurs profitent des surfaces utiles sur les gares ou le long de la ligne pour installer des batteries de panneaux solaires, comme sur les stations du télésiège Hüttenkopf à Golm (Autriche), sur les pistes de Neukirchen am Wildkogel (Autriche), entre les pylônes du téléski de Tenna (Suisse) ou sur les plexiglas couvrant un tapis roulant à Gerlos (Autriche). La facture énergétique annuelle est certes allégée, jusqu'à un tiers à Golm, mais l'électricité est majoritairement produite durant les longues journées ensoleillées d'été et non pas quand les appareils sont en service.

- remplacer certains réseaux filaires ou offrir un service supplémentaire aux clients. Le groupement Silvretta Montafon a ainsi équipé les télécabines Grasjoch et Panorama de doubles panneaux solaires alimentant l'équipement radio qui diffuse les consignes en cas d'arrêt de l'installation. L'exploitant a ainsi pu renoncer aux traditionnels hauts-parleurs montés sur les pylônes, dont les messages étaient parfois difficilement audibles. Ces deux appareils sont aussi équipés d'un éclairage à diodes qui se déclenche en fonction de l'obscurité, lors du passage dans les gares ou pendant les rotations de fin de journée.

Pour aller plus loin :
- reportage sur le TSD6BC Hüttenkopf et ses panneaux intégrés aux gares ;
- reportage sur la TCD6 Wildkogel et sa centrale solaire ;
- article externe sur le TKE2 de Tenna.

 

Embellie des investissements hexagonaux en 2014

Construction TCD10 Fiesch - Kühboden/Fiescheralp (2019)

Après quelques années en demi-teinte à la fin de la décennie 2000, et malgré une légère baisse de fréquentation sur la saison 2013-2014, les domaines skiables de l'hexagone poursuivent leurs investissements : 334,6 millions d'euros pour cette saison, un chiffre de 8 % supérieur à celui de la saison précédente et au dessus de la moyenne des dix dernières années. Deux-tiers de ces investissements se sont concentrés sur les remontées mécaniques. Le secteur connait un beau regain avec 209 millions d'euros investis contre une moyenne de 178 sur dix ans.

Pourtant, moins d'appareils neufs ont été construits (64 contre 78 l'année passée). Même si l'on n'atteint pas encore le niveau d'équipement autrichien, il faut y voir la traduction d'un engagement qualitatif visant à renforcer l'attractivité et la sécurité des domaines : 30 % de la clientèle des stations françaises est internationale.

Désormais, dans un contexte de globalisation à l'échelle européenne, le télésiège débrayable six places s'impose comme la norme des nouveaux appareils avec 14 exemplaires installés contre 7 l'année dernière. A Courchevel, par exemple, deux TSD6 on été réalisés cette année : celui, à bulles, de la Forêt, en remplacement d'une télécabine, et celui de l'Aiguille du Fruit, visant à assurer un retour station. Des stations plus modestes comme la Pierre-Saint-Martin, dans les Pyrénées, avec le TSD6 Family, n'hésitent également plus à franchir le pas. Dans le Cantal, Le Lioran a même inauguré le premier TSD6 du Massif central, bien doté en options.

Pour aller plus loin :
- les chantiers 2014 sur le forum
- notre reportage sur le nouveau TSD6 de l'Aiguille du Fruit à Courchevel
- notre reportage sur le nouveau TSD6A du Buron du Baguet au Lioran
- le chantier du TSD6 Family à la Pierre-Saint-Martin
- L'article "Investissements 2014 en forme d'éclaircie", qui revient de façon détaillée sur cette embellie, dans le numéro 247 de Montagne Leaders (janv/fév 2015)

 
Construction TCD10 Fiesch - Kühboden/Fiescheralp (2019)
Télécabine du Mont-Chéry, aux Gets (DR)

Alors que la saison d'hiver bat son plein en France, quelques stations vont mettre des remontées prestigieuses à disposition pour des animations ponctuelles en soirée. Le 12 février prochain, la Plagne et les Arcs organiseront à nouveau un dîner gastronomique, servi à 36 clients tirés au sort, dans une cabine du téléphérique Vanoise Express, qui sera placée en stationnaire pendant une heure et demie dans la longue portée reliant les 2 massifs. A l'occasion de la Saint-Valentin, Val d'Isère ouvrira le 3S de Bellevarde en nocturne le 13 février pour 68 clients, tandis que les Gets organiseront 5 rotations de la télécabine du Mont-Chéry le 14 février au soir, et y serviront un apéritif dînatoire. Enfin, le 6 mars, un concours publicitaire permettra à 4 gagnants de passer une nuit dans une cabine du téléphérique de la Saulire, à Courchevel, transformée en chambre d'hôtel pour l'occasion.

Ces initiatives s'inspirent d'expériences qui ont fait leurs preuves à l'étranger. De nombreux domaines ouvrent déjà leurs appareils pour des dîners originaux dans une cabine : le 2S du Kanzelwand dans le Kleinwalsertal (AT), la télécabine de Montjuic à Barcelone (ES), le téléphérique du Rigi à Weggis (CH), le téléphérique de la Pfingstegg à Grindelwald (CH), sans oublier la soirée fondue dans la télécabine de Hannigalp, à Grächen (CH).

D'autres stations proposent des attractions pendant les horaires normaux d'exploitation : des cabines décorées sur des thèmes de contes pour enfants circulent en permanence à Grächen (CH), tandis que les clients de Fiss (AT) peuvent déguster tout l'été dans la télécabine de Schönjoch un menu en 5 plats servis à chacune des 5 rotations.

Enfin, des cabines "VIP" peuvent être cyclées sur demande pendant toute la saison sur certains appareils. Les exploitants rivalisent d'imagination, proposant ainsi une cabine pour fêtards sur la télécabine Smaragd à Bramberg (AT), des cabines un brin kitsch destinées aux jeunes mariés sur le 2S de Cologne (DE) ou sur la télécabine de l'Arber (DE), le luxueux équipement intérieur d'une Diamond à Kaltenbach (AT) reprenant le design d'un constructeur automobile dans le Zillertal, ou encore une véritable cabine sauna à Ylläs (FI).


Pour aller plus loin :
- notre reportage sur la télécabine du Mont Chéry, aux Gets
- notre reportage sur le téléphérique Vanoise Express, à Peisey-Nancroix

 
Construction TCD10 Fiesch - Kühboden/Fiescheralp (2019)
Téléski du Pain de Sucre, à la Mongie (DR/Stéphane Delpech)

Après avoir connu des chutes de neige exceptionnelles pendant 4 jours, les stations pyrénéennes s'activent pour rouvrir les accès aux domaines skiables et remettre en état les remontées et les pistes avant le début des vacances scolaires. Les gares de départ ou d'arrivée de certains appareils d'altitude sont prisonnières d'un manteau neigeux qui atteint parfois 2 mètres. Les exploitants entreprennent un gros travail pour dégager et rendre accessibles ces installations, comme à la Pierre Saint-Martin.

Les stations découvrent petit à petit les dégâts causés par les avalanches, qui ont endommagé par exemple le téléski du Pain de Sucre, à la Mongie, ou le télésiège du Lita, à Saint-Lary, tandis qu'à Gourette, la gare Delta du télésiège des Fontaines de Cotch a été balayée par une coulée exceptionnelle. L'appareil n'ouvrira plus cette saison.

Pour aller plus loin :
- les dernières actualités pyrénéennes sur le forum
- notre reportage sur le télésiège du Lita
- notre reportage sur le télésiège des Fontaines de Cotch
- les images de la Pierre-Saint-Martin sur un site externe