En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Les actualités de juillet 2016

2 actualités parues ce mois

Clap de fin pour le Poma 2000 de Laon

[Projets] Les Alpes Vaudoises (Suisse)
Image TUL

La petite ville de Laon, dans l'Aisne, est la seule en France à disposer d'un mini-métro automatique de type "Poma 2000". Ce funiculaire débrayable prototype relie la ville basse et le plateau depuis 1989, desservant 3 stations au long de sa ligne de 1,5 km et de 100 mètres de dénivelé.

La communauté d'agglomération de Laon vient de refuser, lors du vote du 7 juillet, de financer les travaux de mise à niveau du funiculaire. La Grande Inspection du Poma 2000 a en effet commencé à la fin avril, et devait s'étaler sur une période de 6 à 8 mois. Cette série de contrôles approfondis s'applique à cet appareil urbain comme aux remontées en montagne, car il rentre dans le champ d'application de la règlementation du transport par câble. La Grande Inspection doit s'accompagner des travaux de mise aux normes, chiffrés à 15 millions d'euros.

L'agglomération ne peut financer seule cet investissement. Les pistes pour obtenir des subventions sont minces, la région et l'Etat ayant déjà participé à des chantiers de 3 millions d'euros il y a quelques mois. Une grande part des travaux aurait du être financée par les contribuables, avec une hausse des impôts de 35 %.

Les élus ont donc décidé d'arrêter l'exploitation du funiculaire en septembre et de le remplacer par une desserte de bus. La RATP, qui a remporté en janvier la délégation de service public pour les transports urbains de Laon, s'était pourtant associée dans l'opération à un spécialiste du transport par câble : COMAG, la filiale de POMA spécialisée dans la maintenance des remontées.



Pour aller plus loin :
- le reportage sur le Poma 2000

 

Le premier téléphérique du Tyrol fête ses 90 ans

[Projets] Les Alpes Vaudoises (Suisse)
DR

Il y a 90 ans, le 5 juillet 1926, le sommet de la Zugspitze devenait accessible par un téléphérique sur le versant tyrolien. Alors que d'autres sommets du pays ou du Tyrol du sud étaient déjà desservis par le câble, le Tyrol se dotait enfin de son premier téléphérique.

L'appareil construit par Bleichert présentait des caractéristiques exceptionnelles pour l'époque : une ligne de 3360 mètres de long, soutenue par uniquement 6 pylônes métalliques, un dénivelé de 1580 mètres de dénivelée, et des portées conséquentes dont la plus importante mesurait 1123 mètres de longueur. Il cumulait alors tous les records mondiaux : plus longue ligne au monde, plus grande dénivellation, plus longue portée, et plus haute gare amont.

Les festivités du 90ème anniversaire ont débuté officiellement en avril, avec le congrès des exploitants de domaines skiables tyroliens, réunissant au pied de la Zugspitze 350 sociétés du Tyrol du nord et du sud. Le téléphérique de la Zugspitze est exploité par les frères Franz et Klaus Dengg, représentants de la troisième génération d'une famille d'hôteliers et d'exploitants, qui a bâti progressivement un groupe de remontées mécaniques, classé au dixième rang d'Autriche, et articulé autour de deux régions : Ehrwald et Hintertux.

Pour le grand public, le téléphérique de la Zugspitze a monté une exposition spéciale anniversaire dans le musée du sommet, et organise divers concours, loteries et animations tout au long de la saison d'été.


Pour aller plus loin : le reportage consacré au téléphérique tyrolien de la Zugspitze.