L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension

Reportages : "Au Cœur des remontées mécaniques"



Liste des remontées mécaniques Sacmi


Retour à la liste des constructeurs

Sacmi

logo

Nationalité : Française
Informations :

La Sacmi (société SAvoyarde de Construction et de Matériel Industriel) a été fondée le 01 décembre 1960 à Montmélian par Roger Laurent, ingénieur des Ponts et Chaussées, pionnier du transport par câble. Comme constructeur de remontées mécaniques, elle a installé des télésièges fixes biplaces, avant de devenir le chaudronnier attitré de Poma.

Image
Télésiège du Col de la Croix Morand au Mont-Dore (DR, coll. Laurent Berne)


Image
Télésiège des Escondus à Vars (DR, coll. Laurent Berne)


Image
Télésiège des Escondus à Vars ; remarquez le logo Sacmi sur le portique (DR, coll. Laurent Berne)


Image
Télésiège des Gaboureaux, construit à Chamrousse dans le cadre de la rénovation conduite pour les Jeux Olympiques (DR)


Avant la Sacmi, Roger Laurent s'était déjà illustré dans le transport par câble avec la conception de télécabines débrayables. Il s'était d'abord associé en 1954 à Gabriel Julliard (connu pour avoir développé le télébenne) et Clerc-Renaud (qui construisait les télébennes de Julliard) pour lesquels il avait conçu la pince RYL54, une attache gravitaire avec une disposition de chariot à 2x2 galets parallèles (type Shields) courante à l'époque (chez Breco, Von Roll, Giovanola).

Julliard étant décédé cette même année, ce modèle de télécabine fut directement commercialisé par Clerc-Renaud, mais sans succès.

Image
Pince RYL54 (DR)


Roger Laurent fit évoluer sa pince RYL en 1956. Il abandonna le chariot à 2x2 galets et le serrage, qui restait gravitaire, se trouvait désormais renforcé par un ressort en compression emprisonné dans un carter (préfiguration de la pince S). Laurent s'associa cette fois à la société savoyarde Sarrasola, connue pour ses lignes électriques. Celle-ci réalisa à compter de 1957 avec la nouvelle pince RYL, la télécabine biplace des Tovets à Courchevel, puis la transformation de la ligne de télébenne des Verdons en 1961.

Image
Pince Laurent version 56 (DR)


Image
Télécabine biplace des Tovets, avec cabines à pince RYL développée par Roger Laurent. (DR, coll. Laurent Berne)


Sarrasola construisit également en 1962 puis 1963, respectivement les premiers et deuxièmes tronçon de la télécabine biplace du Drouvet, à Orcières-Merlette. Le modèle livré était amélioré avec l'emploi de pylônes en treillis en croix dessinés par Roger Laurent dont le gabarit permettait de proposer des véhicules biplaces avec assise côte à côte et d'envisager des télécabines pince Laurent à cabines quadriplace.

Ces pylônes treillis furent utilisés dès 1961 par Sarrasola lors de la construction du télésiège fixe biplace du Dou du Midi à Courchevel, puis ensuite également employés directement par Roger Laurent sur les télésièges biplaces fixes de sa société Sacmi.

Image
Télécabine biplace du Drouvet à Orcières-Merlette. (DR, coll. Monchu)


Sarrasola s'étant retiré du marché des remontées mécaniques, à compter de 1963 c'est Applevage qui commercialisa les télécabines à pince RYL. Le constructeur livra ainsi en 1964 la télécabine biplace de Bonascre, à Ax-les-Thermes dans les Pyrénées, et celle du Pleney, à Morzine, qui reçut des cabines quadriplaces à double pince gravitaire Laurent. Ce furent là les derniers exemplaires de télécabines à pince gravitaire Laurent à avoir été produits.

Roger Laurent poursuivit sa collaboration les ingénieurs d'Applevage par le bais du bureau d'études SEMEM (créé par des anciens d'Applevage), et mit au point la célèbre pince débrayable « S » à double ressort emprisonné dans un carter. Jean Pomagalski, qui voulait se lancer dans la fabrication de téléportés débrayables et souhaitait proposer rapidement un produit sur le marché, se montra intéressé.

Image
Pince S (DR)


Ce fût donc en collaboration avec la Sacmi que Poma mit sur le marché ses premières célèbres télécabines "œufs" et premiers télésièges débrayables : en 1966, le prototype SP3 de la Daille à Val-d'Isère, et dès 1967, la télécabine Skyline de Queenstown, immédiatement suivie en décembre, en France, des premières télécabines entièrement automatiques (SP4) : Pierre-sur-Haute à Chalmazel et la Masse aux Menuires. On retrouvait encore, sur ces installations, les pylônes en treillis en croix signés Roger Laurent.

Image
Télécabine Poma de Pierre-sur-Haute à Chalmazel (DR, coll. Laurent Berne)


Ces premières installations marquèrent le début d’une longue collaboration entre les deux entreprises : en plus des mécanismes de débrayages, la Sacmi devint le chaudronnier attitré de Poma, expliquant la ressemblance entre les pylônes des remontées Sacmi et ceux des premières télécabines Poma. En 1970, Poma achèta des parts de la société et en devint actionnaire majoritaire. Aujourd'hui, la Sacmi fabrique toujours les mécaniques des appareils débrayables pour le constructeur isérois et emploie jusqu’à 100 personnes.

Signalons également que Roger Laurent est l'inventeur du mini-métro Poma 2000 dont un exemplaire fut construit à Laon.

La Sacmi a déménagé en 2017 à Gilly-sur-Isère, sur un nouveau site de 7 hectares du groupe Poma qui unifiant les activités de plusieurs de ses filiales.

- sujet consacré à la Sacmi sur notre forum


Légende
  • Reportage photographique
  • Reportage photographique avec bonne description l'accompagnant
  • Reportage technique, photos, descriptions avec aspects mécaniques mis en avant
  • Appareil démonté ou hors service définitivement
  • , , Fond d'écran, Vidéo, PDF...
  • Appareil pour les sports d'hiver
  • Appareil pour le transport Urbain
  • Appareil pour le tourisme / Attraction