En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension



Nouveaux reportages
- TSD8B Strassalm - Alpendorf
- TSD6B Obergassalm - Alpendorf
- TKD des Prés II - Les Karellis
- TKD des Prés - Les Karellis
- TKE Loix - Les Karellis

Discussions sur le forum
- Que "faut" il pour "conduire" une remontée mécanique ?
- Les accidents sur les remontées mécaniques
- Anniviers Infos
- [Autriche] Les projets pour 2018/2019
- Construction TCD10 Alpe Express (2018)

Appareils récents
- 3S Hòn Thơm (Phú Quốc - VN)
- 2S Sacheon Ocean (Sacheon - KR)
- FUNI Sapa (Sapa - VN)
- TCD10 Air Cruise (Busan - KR)
- TCD10 Bordeaux-Louvre (BàNà - VN)
- TCD10 Eichenhof (St-Johann - AT)
- TCD10 HoiAn-Marseille (BàNà - VN)
- TCD10 IGA Gärten der Welt (Berlin - DE)
- TCD10 Linéa Azul (El Alto - BO)
- TCD10 Moraine (Val Thorens - FR)
- TCD10 New Yên Tu I (Yên Tu - VN)
- TCD9 New Yên Tu II (Yên Tu - VN)
- TCD8 Ariondaz (Courchevel - FR)
- TCD8 Chimelong Safari Park (Canton - CN)
- TCD8 Enversin (Vaujany - FR)
- TCD8 Schatzberg (Wildschönau - AT)
- TCD6 Chamois (Megève - FR)
- TSD8B Seekarspitz (Obertauern - AT)
- TSD6B Eichenhof (St-Johann - AT)
- TSD6 Coulouvrier (Samoëns - FR)
- TSD6 Crêt du Merle (La Clusaz - FR)
- TSD6 Crozats (Montchavin - FR)
- TSD6 Envers (La Plagne - FR)
- TSD6 Épaule (St-Nicolas-de-Véroce - FR)
- TSD6 Gigante (Bardonecchia - IT)
- TSD6 Hatsvali (Mestia - GE)
- TSD6 Stafel (Lauchernalp - CH)
- TSD4 Datcha (Val d'Isère - FR)
- TSD4 Plattja (Grächen - CH)
- TSF4 Culivillas (Formigal - ES)
- TSF4 Rocher Blanc (Briançon - FR)
- TSF4 Sunshine (Sugarbush - US)
- TSF4 Village (Sugarbush - US)
- TKE2 Llac del Cubil (Grau Roig - AD)
- TKE2 Twenty-Fives (Bakuriani - GE)
- TKE Aigle (Le Semnoz - FR)
- TKE Bambi (Le Semnoz - FR)
- TKE Mitarbi III (Bakuriani - GE)
- TKE Nant (La Clusaz - FR)
- TKE Pierre Fendue (Bonneval... - FR)
- TKE Plan Bois (Montchavin - FR)
- TKE Pré du Vas (Bonneval-sur-Arc - FR)
- TKE Twenty-Fives (Bakuriani - GE)

Reportages : "Au Cœur des remontées mécaniques"



Liste des remontées mécaniques Applevage


Retour à la liste des constructeurs

Applevage

logo

Nationalité : Française
Informations :

Applevage, ou, dans sa formulation initiale longue, Société de construction et de location d'appareils de levage et de matériel de travaux publics, était une entreprise de construction mécanique française fondée en 1905 par le rachat des établissements Veuve Bernier & Cie à Paris, spécialisés dans la conception de treuils et divers appareils de levage. C'est l'ingénieur polytechnicien Marcel Postel-Vinay, issu d'une grande famille de l'industrie française, qui pris la direction de la nouvelle société.

Image
Publicité de 1905 (DP)


Elle absorba en 1914 les établissements Horace Gottignies, situés à Rousies, près de Maubeuge, qui devinrent ses principaux ateliers. Applevage poursuivit son développement avec l'acquisition en 1929 des établissements J. Richard, principal constructeur français de transporteurs aériens par câble (de matériaux) de l'époque, implanté à Paris. Richard avait en outre absorbé, au début du XXe siècle, les établissements Georges Mourraille, basés à Toulon, et détenteurs de la licence pour les téléphériques système bicâble Otto-Pohlig. (On trouve sur notre forum un rare témoignage d'une construction Richard-Mourraille, datée de 1908, sur les hauteurs de Bourg-d'Oisans : lien).

Applevage était spécialisé dans la production de transport par câble, matériel ferroviaire, ponts roulants, grues et chariots élévateurs. Dans les années 1930, Marcel Postel-Vinay décrocha à la tête d'Applevage plusieurs chantiers importants. La grue Applevage n°14, mise en service en 1937 sur le port Lympia à Nice, aujourd'hui classée monument historique et labellisée Patrimoine XXe siècle, en est un bel exemple.

Applevage fut en outre co-fondateur de VETRA (Société des VEhicules et TRActeurs électriques) en 1925, qui fournit plusieurs locomotives électriques du réseau ferroviaire des gros ouvrages de la ligne Maginot.

Après plusieurs réalisations de transporteurs industriels, Applevage livra en 1936 sa première remontée mécanique pour voyageurs au Mont-Dore : le téléphérique du Sancy. L'installation, dont la conception fut supervisée en interne par l'ingénieur Peverelli, constitue en outre un des premiers exemples de téléphériques où l'on a réellement cherché à optimiser les dimensionnements et les performances par le recours massif à des alliages légers. Elle inaugurait la disposition de câbles dite Applevage à un câble porteur et deux câbles tracteurs horizontalement coplanaires.



L'équipement se distinguait esthétiquement par le style abouti de ses cabines, de forme octogonale, construites par le carrossier lyonnais Million-Guiet, et dont le modèle, standardisé, sera reconduit sur les téléphériques Applevage des décennies 1930 et 1940 : au mont d'Arbois à Saint-Gervais (1937), à Serre-Chevalier (deux tronçons construits de 1938 à 1941), à la Tête de Solaise à Val-d'Isère (construit de 1939 à 1942), et au Taoulet à La Mongie (1949).

Au sortir de la seconde guerre mondiale, la société se lança dans la construction de téléskis à perches débrayables (un à Villard-Reculas, près de l'Alpe d'Huez, un à La Mongie et deux à La Clusaz) en employant le brevet de pince tenaille de Jean Pomagalski. Le matériel était de conception solide, avec des grands pylônes en treillis standardisés et des gares de départ abritées dans un imposant bâtiment en dur. Mais, les phénomènes de vrillage du câble entraînaient l'ouverture fréquente de la pince et provoquaient des glissement des agrès en ligne. Aussi Applevage choisit-il de ne pas poursuivre l'expérience en la matière.

Image
TKD du Crêt du Merle à La Clusaz (DR)


Marcel Postel-Vinay, décédé en 1953, avait cédé sa place de PDG à son fils Francis, également ingénieur polytechnicien, qui se lança dès le début des années 1950 dans la construction de télécabines en nouant un partenariat avec l'ingénieur mégévan Georges Reussner (qui avait notamment dirigé le chantier de construction de la ligne du col du Midi à Chamonix). L'originalité de ces équipements système Reuss(ner) résidait dans leur système d'attache des cabines : une demie suspente basse, solidaire de la cabine, qui s’accrochait à une demie suspente entraîneuse qui restait fixée au câble de façon permanente.

Le premier appareil Applevage système Reuss(ner) fut mis en service en 1952 dans la station même de Georges Reussner, à Megève : il s'agit de la télécabines du Jaillet . Deuxième télécabine de France après celle de Villard-de-Lans et première de conception française. Vinrent également les télécabines du Moucherotte à Saint-Nizier, des Carroz d'Arâches et du mont Rond au Col de la Faucille. Le crochet, initialement situé sur la demie suspente entraîneuse fût ensuite positionné sur la demie suspente basse de la cabine.

Les cabines Reussner étaient en aluminium et pouvaient accueillir 4 personnes. Elles étaient produites par les Ateliers de Constructions Industrielles (ACI) de Versailles. Leur dessin singulier n'était pas sans rappeler celui de calèches fermées.

Né à Chaux-de-Fonds en Suisse, Georges Reussner avait gardé de bons contacts avec ce pays qu'il avait quitté pour la France en 1925. Il proposa donc également son brevet au constructeur helvétique Oehler qui l'employa sur deux télécabines.



Francis Postel-Vinay développa en outre Applevage à l’internationale. La société installa bon nombre de ses grues à l'étranger et, même si peu de ses téléphériques pour voyageurs furent exportés, elle livra en Amérique du Sud sa plus belle réalisation : une ligne en 4 tronçons à Mérida, dans les Andes au Venezuela, construite entre 1956 et 1960, et qui constituait le plus haut téléphérique pour voyageurs du monde, avec une gare d'arrivée au Pico Espejo à 4.760 mètres d'altitude. La longueur cumulée des quatre tronçons était de 12.500 mètres. Le câble du dernier tronçon assurait une portée de 3.000 mètres de distance sans appui intermédiaire. Cet équipement de tous les superlatifs est resté en exploitation jusque dans les années 2010 avant d'être reconstruit.

Image
Publicité Applevage pour les téléphérique de Mérida (Coll. Pons)


Parallèlement, Applevage assura en France dans les décennies 1950 et 1960, la construction de la majorité des téléphériques de cet l'époque : Pic du Midi à la Mongie, Beauregard et l’Étale à La Clusaz, Pic Lumière à Saint-Lary, la Sagette à Artouste, doublement du Sancy au Mont-Dore, ou encore le Lys à Cauterets, qui recevait, du fait de sa longueur de 3.689 mètres, quatre cabines avec un changement à mi-parcours.



La construction des véhicules de ces téléphériques était désormais confiée au célèbre carrossier grenoblois Belle-Clot, réputé pour ses autocars, et qui était à même de livrer des cabines pouvant transporter jusqu'à 80 voyageurs comme ce fut le cas sur le téléphérique des Prodains à Avoriaz construit entre 1961 et 1963.

Applevage assura également la rénovation en profondeur d'une multitude d'équipements concurrents : Bellevue aux Houches, Le Bettex à Saint-Gervais, Rochebrune à Megève, sont quelques exemples.

Le constructeur fut intégré à la société française Fives Lille-Cail en 1963 mais continua la production de remontées mécaniques jusqu'en 1967 sous l'appellation Fives Lille - Ateliers Applevage. Elle se diversifia même en se lançant sur le marché du télésiège fixe et en proposant une nouvelle gamme de télécabines à pinces dite RYL, selon le brevet de Roger Laurent (ingénieur et fondateur de la SACMI).

Elle livra ainsi en 1964 au plateau de Bonascre, dans les Pyrénées, une télécabine biplace type RYL ou encore, toujours cette même années, à Cauterets, le télésiège fixe du Grum.

Image
TCD2 de Bonascre à Ax-les-Thermes (DR)
Image
TSF2 du Grum à Cauterets (DR)


La télécabine RYL fut même adaptée par Applevage en modèle quadriplace. L'unique exemplaire réalisé fut celui du Pleney, à Morzine, toujours en 1964, en employant un chariot à double pince RYL monté sur des cabines Belle-Clot.

Image
TCD4 du Pleney à Morzine (Coll Laurent Berne)


Les derniers téléphériques livrés par le constructeur au Lioran (Plomb du Cantal) et à Flaine (Grandes Platières) adoptaient une nouvelle suspente autorisant des charges supérieures et une configuration qui abandonnait les deux câbles tracteurs horizontalement coplanaires au profit d'une solution monotracteur.



Le savoir-faire de la société Applevage a cependant été perpétué au travers du bureau d'études SEMEN fondé par des ingénieurs de la maison, avec à leur tête M. Barachet, qui deviendra responsable du département débrayable chez Poma. Ces sont ces ingénieurs qui, en collaboration avec Roger Laurent, ont développé les principales composantes des télécabines à pince S Pomagalski de 1966 aux années 1980 avec le succès que l'on lui connait.


Légende
  • Reportage photographique
  • Reportage photographique avec bonne description l'accompagnant
  • Reportage technique, photos, descriptions avec aspects mécaniques mis en avant
  • Appareil démonté ou hors service définitivement
  • , , Fond d'écran, Vidéo, PDF...
  • Appareil pour les sports d'hiver
  • Appareil pour le transport Urbain
  • Appareil pour le tourisme / Attraction