En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension

Reportages : "Au Cœur des remontées mécaniques"



Liste des remontées mécaniques Clerc-Renaud


Retour à la liste des constructeurs

Clerc-Renaud

logo

Nationalité : Française
Informations :

Fondés à Aix-les-Bains par Jean-Marie Clerc-Renaud, les établissements de constructions métalliques et mécaniques du même nom s'étaient associés à Gabriel Julliard, pionniers des remontées mécaniques, et assuraient la construction de ses télébennes suivant des ensembles standardisés de gares, pylônes métalliques et véhicules.

Au sortir de la 2e Guerre mondiale, ce type d'appareil remporta un certain succès : avec ses véhicules ouverts basiques et son système monocâble non débrayable, il avait l'avantage de rester relativement peu coûteux tout en permettant de s'affranchir de la réalisation de la piste de montée au sol comme cela restait nécessaire pour les téléskis.

Gabriel Julliard mourut d'un accident de chasse en 1954 ; Jean-Marie Clerc-Renaud repris alors directement à son compte la commercialisation des télébennes. Sa société assurait également le service après-vente des télébennes déjà construits ; et il y avait parfois fort à faire au regard de la conception artisanale des premiers équipements.

Image
Publicité Clerc-Renaud (Collection Laurent Berne - Droits Réservés)


Cependant, le télébenne était déjà passé de mode et c'était désormais la télécabine qui remportait les suffrages auprès des exploitants. Mais Julliard avait du flair, et, peu avant sa mort, il s'était rapproché avec Jean-Marie Clerc-Renaud, de l'ingénieur Roger Laurent (futur fondeur de la Sacmi), pour l'élaboration d'un modèle de télécabine biplace débrayable. Pour ce projet, Laurent conçut donc en 1954 une pince gravitaire avec une disposition de chariot à 4 galets type Shields courante à l'époque (chez Breco, Von Roll, Giovanola) : la pince RYL54.

Image
Pince RYL54 (DR)


Image
La cabine biplace Clerc-Renaud à pince RYL54 (Collection Laurent Berne - Droits Réservés)


Avec sa télécabine, Clerc-Renaud se positionna sur quelques projets, notamment celui de la construction de la télécabine de l'Index du futur domaine de La Flégère à Chamonix, malheureusement sans grand succès.

Pourtant, la télécabine Clerc-Renaud-RYL54 se basait astucieusement sur les dimensionnements des lignes des télébennes Julliard, avec l'idée de convaincre les exploitants de moderniser leurs installations en les rendant débrayables.

Image
Plan d'un pylône de la télécabine Clerc-Renaud (Collection Laurent Berne - Droits Réservés)


La vitesse était limitée autour de 2 à 2,5 m/s mais cela constituait déjà une amélioration notable par rapport aux télébennes, et assurait un confort d'embarquement et débarquement appréciable. Pour conserver des gares de faible longueur (à peine plus de 13 mètres) tout en maximisant les surfaces de garage, la société avait imaginé de part et d'autre du contour, d'installer un chariot de transfert desservant chacun deux voies de garage.

Image
Plan de la gare motrice de la télécabine Clerc-Renaud (Collection Laurent Berne - Droits Réservés)


Image
Plan de la gare tension de la télécabine Clerc-Renaud (Collection Laurent Berne - Droits Réservés)


A la fin des années 1959, Clerc-Renaud obtint un contrat pour assurer la transformation et l'exploitation du télébenne Julliard de Super-Morzine qui n'a jamais donné satisfaction, en échange de la concession de terrains sur le plateau d'Avoriaz où le projet de station était alors à l'état embryonnaire. Jean-Marie Clerc-Renaud imagina y installer une chaîne de trois remontées : une télécabine des Prodains au lac d´Avoriaz, puis une seconde jusqu´au Plan Brazy et un téléphérique jusqu´au sommet des Hauts-Forts. Mais ce projet fut avorté et le télébenne termina sa carrière en 1964 avec l'incendie de la gare aval.

La pince RYL fut quant à elle revue en profondeur en 1956 par Roger Laurent, qui s'associa en 1957, avec plus de succès, à la société Sarrasola, puis à Applevage, pour la construction de ses télécabines.

Les Etablissement Clerc-Renaud poursuivirent quant à eux leurs activités en métallerie mais en abandonnant la commercialisation de remontées mécaniques.

- Consulter la fiche Sosatel - Julliard


Légende
  • Reportage photographique
  • Reportage photographique avec bonne description l'accompagnant
  • Reportage technique, photos, descriptions avec aspects mécaniques mis en avant
  • Appareil démonté ou hors service définitivement
  • , , Fond d'écran, Vidéo, PDF...
  • Appareil pour les sports d'hiver
  • Appareil pour le transport Urbain
  • Appareil pour le tourisme / Attraction