En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension



Nouveaux reportages
- TKD du Cuzet - Borée
- TSD4 Sundance - Sun Peaks
- TSD4B Sunburst - Sun Peaks
- TSF4 Sky Way - Everland Resort
- TSD6B de Saint Martin Express - Saint-Martin-de-Belleville

Discussions sur le forum
- TSD6B de Saint Martin Express - Saint-Martin-de-Belleville (Les 3 Vallées)
- Construction TCD8/10 de l'Enversin (2017)
- Photos insolites de remontées mécaniques...
- [Monde] Les projets pour 2018
- Construction TSF4 de Savis (2017)

Appareils récents
- TPH Capucins (Brest - FR)
- TCD10 Albonabahn II (Stuben - AT)
- TCD10 Ecatepec 1 (Ecatepec - MX)
- TCD10 Ecatepec 2 (Ecatepec - MX)
- TCD10 Solaise (Val d'Isère - FR)
- TCD10 Flexenbahn (Stuben - AT)
- TCD10 Giggijochbahn (Sölden - AT)
- TCD10 IGA Gärten der Welt (Berlin - DE)
- TCD10 Linéa Azul (El Alto - BO)
- TCD10 Trittkopfbahn (Zürs - AT)
- TCD8/10 Ligne H (Medellin - CO)
- TCD8 Chimelong Safari Park (Canton - CN)
- TCD6 San Cristobal (Santiago - CL)
- TSCD8/10 Signal (L'Alpe d'Huez - FR)
- TSD8B Flimjochbahn (Ischgl - AT)
- TSD8B Schmiedingerbahn (Kaprun - AT)
- TSD6B Beskid (Szczyrk - PL)
- TSD6B Calmut (Sedrun - CH)
- TSD6 Arcellins (Val Cenis - FR)
- TSD6 Boismint (Val Thorens - FR)
- TSD6 Claran (Le Collet d'Allevard - FR)
- TSD6 L'Hexago (Le Relais - CA)
- TSD6 Laouissalet (Les Diablerets - CH)
- TSD6 La Parsa (Chamonix - FR)
- TSD6 Stade (Val Thorens - FR)
- TSD6 Tête des Saix (Les Carroz - FR)
- TSF6 Demoiselles (Samoëns - FR)
- TSF4 Almes (Tignes - FR)
- TSF4 B (Mont Bellevue - CA)
- TSF4 Carrelet (La Norma - FR)
- TSF4 Chair I (Suicide Six - US)
- TSF4 Piquette (Barèges - FR)
- TSF4 Planell de la Font (Soldeu - AD)
- TSF4 Sapins (La Mongie - FR)
- TKE2 Coma III (Grau Roig - AD)
- TKE1 2000 (Chamonix - FR)
- TKE1 Club (Val Thorens - FR)
- TKE1 Cortals 3 (Encamp - AD)
- TKE1 Gypaète (Ax 3 Domaines - FR)
- TKE1 Pic Negre 1 (Pas de la Case - AD)

Reportages : "Au Cœur des remontées mécaniques"



Liste des remontées mécaniques Bleichert


Retour à la liste des constructeurs

Bleichert

logo

Nationalité : Allemande
Informations :

Adolf Hermann Bleichert est un ingénieur allemand né en 1845. Après des études à la Technischen Hochschule de Berlin il s'intéresse à la technologie du transport par câble et trouve un emploi chez Halle-Leipziger Maschinenbaufabrik und Eisengießerei où il conçoit en 1872 un premier téléphérique pour une manufacture de paraffine de Saxe.

Alors que le système monocâble Hodgson, dit système anglais, domine le marché des téléphériques de matériaux, Bleichert met quant à lui en œuvre le système bicâble (1 câble porteur et 1 cable tracteur), dit système allemand. Il équipe les bennes d'une attache débrayable qui permet de les désolidariser du câble tracteur dans les gares pour assurer une circulation à faible vitesse, tandis que les véhicules en ligne ne sont pas ralentis.

En 1874, il s'associe à son ami l'ingénieur Theodor Otto au sein d'un bureau d'études spécialisé dans les transporteurs aériens (Bleichert & Otto Civil Engineers) et améliore le système avec quelques tests grandeur nature.

En 1976, Adolf Bleichert fonde sa propre entreprise Adolf Bleichert & Co. Il loue une petite usine à Leipzig-Neuschönfeld, et embauche 26 personnes, dont six dans le bureau d'études, pour commencer la production de ses systèmes à câbles. Il est rejoint en 1977 par son beau-frère Peter Heinrich Piel.

Optimisé au fil des années, le transporteur bicâble de la société Adolf Bleichert & Co. connait un succès sans précédant : plus de 3000 exemplaires sont installés à travers le monde pour répondre aux besoins de l'industrie du fer, du charbon et d'autres matières premières. Certaines lignes disposent, en outre, de longueur de plusieurs dizaines de kilomètres. À la fin du siècle, c'est la plus grande entreprise de construction de téléphériques au monde.

Image
Transporteur aérien Bleichert au Japon. (DR)


Adolf Bleichert meurt de la tuberculose en 1901 mais la société poursuit son activité sous la direction de ses fils Max et Paul.

Entre 1903 et 1905, l'entreprise réalise en Argentine le transporteur aérien de Chilecito à La Mejicana. L'appareil possède une longueur de 34 kilomètres évoluant de 1093 à 4603 mètres l'altitude avec 9 gares intermédiaires, 262 pylônes et 600 véhicules débrayables dont des bennes de transport de matériaux, mais aussi des cabines pour voyageurs fermées, avec banquettes et compartiment bagages !



Elle construit en outre, entre 1912 et 1913, son premier téléphérique à va-et-vient pour voyageurs au Kohlern près de Bolzano : avec son plancher plat, ses suspentes hautes et ses grands pylônes, l'appareil préfigure le téléphérique moderne.

Image
Téléphérique à va-et-vient pour voyageurs au Kohlern près de Bolzano. (DR)


Durant la Première Guerre mondiale l'entreprise de Leipzig se voit réduite à produire des téléportés militaires.

A la sortie du conflit, elle développe son activité de téléphériques de voyageurs. L'entreprise saura trouver en Luis Zuegg le partenaire idéal pour promouvoir ses appareils en s'appuyant sur les innovations initiées par ce dernier sur le téléphérique Merano - Avelegn, à savoir :

- l'emploi de longues portées avec un nombre réduit de pylônes (généralement de taille conséquente) grâce à des tensions plus importantes. Pour faire face à la pénurie de métaux pendant le conflit mondial, Zuegg avait été contraint de tendre les câbles au 1/3 de la charge de rupture, là où, par frilosité, on tendait jusqu'alors entre 1/8e et 1/10e en multipliant les soutiens d'un câble inutilement surdimensionné. On s'apercevra alors que l'usure des câbles s'en trouve grandement amoindrie.

- la simplification de la câblerie avec l'intégration d'un frein automatique directement sur le chariot porteur (Zuegg-Bremssystem) qui rend obsolète l'emploi du câble frein spécifique utilisé jusqu'alors chez Cerreti & Tanfani. L'emploi d'une suspente haute et d'un chariot moderne regroupant tous les câbles sur un même niveau, permet de concevoir un axe de suspension d'autant réhaussé, déplaçant ainsi le barycentre de la cabine de façon à lui assurer une stabilité satisfaisante sur toute ligne, y compris au passage des pylônes.

Image
Téléphérique du Rax, en Basse-Autriche, premier appareil conçu selon le brevet Zuegg, en 1924. (photo DR)


Aussi, assurant des temps de construction raccourcis, garantissant des coûts réduits, permettant d'atteindre des sommets jusque là incessibles, obtenant des vitesses de ligne supérieures et développant une certaine standardisation, c'est donc tout logiquement que Bleichert & Co domine le marché dans les années 1920 et 1930. La société réalise dans toute l'Europe durant la période d'entre-deux-guerres plus de téléportés à elle seule que tous les autres constructeurs réunis, et fait entrer le téléphérique dans l'ère de la modernité.

Bleichert livre ainsi le 5 juillet 1926 la plus admirable réalisation de téléphérique pour voyageurs des années 1920 : le téléphérique de la Zugspitze. En une unique section de pas moins de 3360 mètres, soutenue par uniquement 6 pylônes métalliques, deux cabines modernes à plancher plat transportent chacune 20 passagers de la campagne de Ehrwald à 1225 mètres d’altitude jusqu’à l’antécime de la Zugsptize à 2805 mètres. Le téléphérique de la Zugspitze est l’appareil de tous les superlatifs. Il cumule alors tous les records mondiaux : plus longue ligne au monde (3360 m), plus grande dénivellation (1580 m), plus longue portée (1123 m), et plus haute gare amont !



L'effondrement du système bancaire allemand en 1931 et le ralentissement brutal de l'économie sous-estimé par la famille Bleichert conduisent cependant la société à la faillite l'année suivante, en plein succès commercial. Le principal créancier, le câblier Felten & Guilleaume déjà propriétaire de Pohlig et de Heckel, met la main sur les actifs de l'entreprise, qu'il loge dans une nouvelle société baptisée Bleichert Transportanlagen GmbH., sans participation de la famile fondatrice.

Elle installe ses téléphériques pour voyageurs dans de nombreux pays, reconnaissables à leurs cabines à la forme dodécagonale typique. Preuve de leur grande fiabilité, beaucoup de ces appareils fonctionnent encore aujourd'hui sans changement notoire, notamment en Catalogne (le téléphérique du Port et celui de Montserrat) ou encore en Bavière, où le Predigtstuhlbahn est connu pour être le téléphérique de voyageurs le plus ancien au monde fonctionnant sa configuration d'origine.



Image
Téléphérique du Predigtstuhl, à Bad Reichenhall (Bavière), plus vieil appareil encore dans son état d'origine. (photo Monchu)


Image
Téléphérique du Mont d'Arbois, à Megève. (photo DR)


Image
Téléphérique les Houches-Bellevue. (photo DR)


Bleichert anticipe le développement des remontées plus légères à destination exclusive de la pratique -naissante- du ski alpin. Dès 1934, elle installe au Bolgen à Davos, selon un brevet de l'ingénieur Ernst Constam, le premier téléski à enrouleurs standardisé. L'appareil sera rapidement suivi par d'autres réalisations dans toute l'Europe dès l'année suivante, à Montgenèvre, Megève et Saint Moritz.

Image
Téléski du Bolgen à Davos. (DR)


Image
Publicité Bleichert. (DR - collection Laurent Berne)


Durant la Seconde Guerre mondiale, la société est intégrée au système de production militaire allemand et l'usine de Leipzig est sévèrement endommagée par les bombardements.

En 1945, en République démocratique allemande, l'entreprise est transformée en Société par actions soviétique (SAG - Sowjetische Aktiengesellschaft), puis elle est cédée en 1953 aux autorités et intégrée à l'entreprise VTA de Leipzig, héritière de son concurrent ATG, puis au Combinat TAKRAF. Après la réunification, cette entité sera liquidée.

Les rares actifs de Bleichert situés en Allemagne de l'Ouest sont fusionnés en 1962 par Felten & Guilleaume avec ses anciens concurrents nationaux pour former PHB Pohlig-Heckel-Bleichert Vereinigte Maschinenfabriken AG. En 1980, cette société se regroupe avec les usines Weser Hütte AG de Bad Oeynhausen. L'entreprise devient PWH. Elle fera faillite en 1987.


Légende
  • Reportage photographique
  • Reportage photographique avec bonne description l'accompagnant
  • Reportage technique, photos, descriptions avec aspects mécaniques mis en avant
  • Appareil démonté ou hors service définitivement
  • , , Fond d'écran, Vidéo, PDF...
  • Appareil pour les sports d'hiver
  • Appareil pour le transport Urbain
  • Appareil pour le tourisme / Attraction