Localisation(s)
Photo

 TCD10 de Tovière

Tignes (Espace Tignes-Val d'Isère)

Skirail

T3 HS
Description rapide :
Télécabine qui permettait l'accès au sommet de Tovière depuis Tignes-le-Lac. Elle a été construite avec des technologies auparavant encore jamais utilisées.

Année de construction : 1986
Année de fin de service en : 2013

Remplacé par l'appareil suivant : Suivre la discussion sur le forum

 

Vidéos de l'appareil










 
Auteur de cette partie : j'ib
Section écrite le 19/05/2021 et mise à jour le 14/06/2021
(Mise en cache le 14/06/2021)

Télécabine de Tovière
Tignes (73)


Image


Bienvenue à Tignes

Tignes est une station de ski savoyarde composée de quatre villages, tous situés en Haute Tarentaise : Tignes-les-Brévières (1550 mètres), Tignes-les-Boisses (1800 mètres), Tignes-le-Lac (2100 mètres) et Tignes-le-Val-Claret (2100 mètres).

    Tignes-le-Val-Claret, le lac de Tignes ainsi que Tignes-le-Lac
    Image


La station se compose de 37 remontées mécaniques (1 téléphérique, 1 funiculaire, 3 télécabines, 20 télésièges et 11 téléskis). Elles desservent au total 64 pistes dont 10 pistes noires, 18 pistes rouges, 35 pistes bleues et 1 piste verte.
Tignes fait partie du domaine skiable qui se nomme l'Espace Killy. Ce domaine regroupe les deux célèbres stations de ski, Tignes et Val-d'Isère. L'accès à Val-d'Isère depuis Tignes s'effectue soit par la télécabine de Tovière, soit par le télésiège des Tufs ou par les télésièges de Bollin et de Fresse. Quant à l'accès depuis Val-d'Isère, il s'effectue par le télésiège des Tommeuses ou par le télésiège Borsat Express.

A noter que Tignes est aussi réputé pour la pratique du ski d'été, effectué sur le glacier de la Grande-Motte, entre 2760 et 3460 mètres d'altitude, sur le sommet de l'Espace Killy. Depuis ce glacier, on jouit d'une vue imprenable sur les plus hauts sommets de Savoie : la Grande Casse, la Grande Sassière, le Mont Pourri, le Dôme de la Sache... Mais aussi sur toutes la chaîne du Mont-Blanc !

    Le glacier de la Grande-Motte vu depuis Tignes-le-Lac
    Image


L'aménagement du secteur de Tovière

Tignes a marqué les débuts du ski en Haute-Tarentaise dès 1935 avec le téléski de la Rhona, long de 600 mètres et grimpant 170 mètres de dénivelée au niveau du hameau éponyme (vers le lac du Chevril). Cet appareil a été conçu par Gabriel Julliard avec Raymond Prantz comme promoteur du projet et M. Recordon comme entrepreneur de travaux publics. Pour l'anecdote, les skieurs empruntaient cet appareil grâce à des ceintures verrouillées par un anneau. Ce téléski est démonté en 1947 suite à quelques difficultés d'exploitation. Prantz décide alors de commander à Poma un nouveau téléski entre 2100 et 2400 mètres non loin du lac de Tignes.

    Tracé du téléski du Ronne issu d'une image du livre Les Pionniers du Téléski de Pierre Montaz
    Image


Le domaine skiable de Tignes commence réellement à prendre de l'ampleur en 1954 avec la construction du téléski du Chardonnet et d'un remonte-pente aux Boisses. En 1955, un télébenne est construit entre le hameau des Brévières et celui des Boisses, puis en 1957 est construite la première remontée mécanique de Tignes-le-Lac : la télécabine de Tovière. De manufacture Neyret-Beylier, il s'agissait d'un appareil de type "télévoiture" à l'image de ce qui était sur le tracé du Diable aux Deux Alpes. Cette même année est également construit le téléski des Tommeuses par Constam afin d'établir une liaison avec la station voisine de Val-d'Isère.

    La gare aval à Tignes-le-Lac (vidéo STGM 40 ans 1967-2007)
    Image

    Vue sur la ligne avec à droite le téléski du Rosset
    Image

    Les pylônes à l'arrivée de la télécabine de Tovière (vidéo STGM 40 ans 1967-2007)
    Image

    La gare amont sur le sommet de Tovière beaucoup plus déserté qu'aujourd'hui (vidéo STGM 40 ans 1967-2007)
    Image

    Débarquement dans le contour en G2 (vidéo STGM 40 ans 1967-2007)
    Image


Quelques années plus tard en 1959, le développement de Tignes-le Lac continue avec la construction des téléskis du Millonex 1 et des Almes. 1960 est marqué par la création de la SRMT (Société des Remontées Mécaniques de Tignes) accompagnée de la construction de la télécabine des Boisses-Marais en 1961 et l’extension de ce secteur jusqu’à le relier à Tignes-le-Lac. Du côté de Tovière, le téléski du Rosset est construit en 1964 permettant la desserte d’un espace débutant.

La création de la STGM (Société des Téléphériques de la Grande Motte) en 1967 a permis le remplacement de la première télécabine 2 places de Tovière par une nouvelle 4 places Transtélé sous licence PHB. Outre le confort considérablement amélioré par rapport à l’ancienne installation, c’est le débit qui a été amélioré avec un passage à 900 personnes par heure. On peut également noter la construction cette même année du téléski de la Combe Folle qui permet de desservir la partie haute du secteur de Tovière. Enfin, la télécabine 2 places de chez Neyret-Beylier n'a en revanche été démontée qu'en 1968 afin de palier à des éventuelles pannes sur le nouvel appareil.

    La télécabine PHB à droite et la télécabine Neyret-Beylier à gauche en cohabitation
    Image


Le front de neige de Tignes-le Lac n'évolue que très peu par la suite. Le télésiège du Paquier par PHB est construit vers les années 1970 à proximité du téléski du Rosset. Cet appareil dessert les pistes du secteur de Tovière en doublant une bonne partie du bas de la ligne de la télécabine. Il a permis d'améliorer le débit de ce secteur mais aussi de prévoir la liaison avec l'Espace Killy en 1975 grâce à son enchainement avec le téléski de la Combe Folle.

    Le téléski du Rosset, la télécabine de Tovière et le télésièe du Paquier (vidéo STGM 40 ans 1967-2007)
    Image

    Le télésiège fixe du Paquier à gauche avec Tignes-le-Lac largement développé
    Image

    La télécabine de Tovière face au Dôme de la Sache
    Image

    Le sommet de Tovière avec l'arrivée de la télécabine et du télésiège des Tufs arrivant du Val Claret
    Image


En 1984, le téléski du Rosset a été remplacé par un nouveau télésiège fixe quatre places Skirail. L'axe de Tovière devient ensuite de plus en plus surchargé face à l'afflux de skieurs et au développement incontestable des secteurs de l'autre côté (Brévières et Aiguille Percée notamment). En 1985, le télésiège fixe 3 places du Lavachet est ainsi construit permettant d'amener les skieurs des toutes nouvelles résidences de ce quartier à la télécabine de Tovière. Cette même année, la STGM décide de s'attaquer à son appareil phare du secteur de Tovière en remplaçant l'ancienne télécabine 4 places par une toute nouvelle télécabine révolutionnaire 10 places. Prototype de chez Skirail, cet appareil possédait des caractéristiques hors normes pour l'époque : vitesse de 5 m/s, débit de 3000 p/h, design futuriste et n'a ouvert qu'en février 1986.

    Quelques images du montage de la nouvelle télécabine 10 places de Tovière (vidéo STGM 40 ans 1967-2007)
    Image

    Image

    Image


La télécabine 4 places PHB est toutefois conservée durant cette première saison d'exploitation pour pallier à tout éventuel dysfonctionnement.

    Le secteur de Tovière avec les deux lignes de télécabines PHB VS Skirail
    Image

    Le front de neige de Tignes-le-Lac avec les deux lignes de télécabines et le télésiège du Lavacher au premier plan
    Image


Ce qui a été dit précédemment, soit la construction d'un appareil hors normes par Skirail, a été prouvé par les différentes publicités d'époque où Skirail a utilisé cette télécabine comme réalisation vitrine démontrant tout leur savoir faire.

    Image


Avec le temps cette télécabine est devenu comme un appareil incontournable avec la liaison Tignes - Val-d'Isère mais c'est pas pour autant que la construction de ce téléporté en 1985 a arrêté tous les investissements de la STGM. En 1999, les télésièges du Paquier et du Lavacher sont remplacés par un télésiège débrayable 6 places Doppelmayr, celui du Paquis placé entre le départ du feu Lavacher et l'arrivée du feu Paquier. En 2013, l'histoire de la télécabine de Tovière dit "l'Aéroski" s'est terminée avec son remplacement par une toute nouvelle télécabine débrayable dix places nouvelle génération.

Tovière : La colonne vertébrale de Tignes-le-Lac

La télécabine de Tovière était située en plein centre du front de neige de Tignes-le-Lac, devant la maison du tourisme et à proximité des télésièges de Palafour et du Rosset. Construite en 1985 par Skirail, elle était exploitée durant les saisons d'hiver comme d'été pour les activités pédestres et de VTT.
Cette installation avait donc pour fonction principale d'emmener les skieurs en altitude depuis le village de Tignes-le-Lac. Du sommet de Tovière, elle se démarquait comme étant un axe incontournable dans la liaison Espace Killy entre Tignes et Val-d'Isère. Par ailleurs, cette télécabine desservant aussi un très vaste espace de ski propre d'une qualité exceptionnelle permettait aussi d'accéder au secteur du Val Claret depuis le lac plus rapidement qu'en empruntant les installations du secteur de l'Aiguille Percée. Au sommet les skieurs avaient un très large choix d'accès à des remontées mécaniques : toutes les remontées du front de neige de la Daille, toutes celles du front de neige du Val Claret et de Tignes-le-Lac et sans oublier toutes les installations placées à mi-chemin entre tous ces fronts de neige (télésiège des Marmottes, Borsat, Mont-Blanc, Tommeuses, Combe Folle...).

Côté ski, la télécabine de Tovière desservait à son sommet 8 pistes :
  • La piste noire des Pâquerettes qui rejoint la piste noire des Trolles. Il s'agit d'une piste non damée.
  • La piste noire des Trolles qui était la principale piste desservie par la télécabine. Elle la longeait sur quasi toute sa longueur et était équipée de canons à neige.
  • La piste noire non damée du Grizzly qui est une variante à celle des Pâquerettes.
  • La piste rouge des Crêtes se terminant au col de Tovière et permettant de basculer soit côté Tignes-le-Lac, soit côté Tommeuses.
  • La piste rouge des Rocs qui est un raide mur sous la fin du télésiège des Tommeuses.
  • La piste bleue Henri permettant de rejoindre le Val Claret. Elle est équipée de canons à neige.
  • La piste bleue des Creux qui permet de rejoindre les télésièges du Mont-Blanc et des Tommeuses. Elle est équipée de canons à neige.
  • La piste bleue de l'Edelweiss rejoignant le télésiège des Marmottes sur Val-d'Isère.

Voici sa situation sur le plan des pistes de l'Espace Killy :

    Image


Caractéristiques

Caractéristiques administratives

TCD-Télécabine à pince débrayable : TOVIÈRE
Maître d'ouvrage : Commune de Tignes
Maître d'œuvre : DCSA
Exploitant : Société des Téléphériques de la Grande Motte (CDA)
Constructeur : Skirail
Génie civil : Alpes Études, Botto, Périnet, et Pilotaz
Installation électrique : SEIREL
Année de construction : 1985
Année de démontage : 2013
Montant de l’investissement : 35 000 000 F

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver et été
Capacité : 10 personnes
Débit à la montée : 3000 p/h
Débit à la descente : 3000 p/h
Vitesse d'exploitation : 5 m/s
Temps de montée : 6 min 4 sec

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 2100 mètres
Altitude amont : 2703 mètres
Dénivelée : 603 mètres
Longueur développée : 1816 mètres
Longueur horizontale : 1685 mètres
Pente maximale : 79 %
Pente moyenne : 36 %

Caractéristiques techniques

Gare motrice : Aval
Gare tension : Amont
Nombre de pylônes : 25
Nombre de véhicules : 70
Puissance développée : 780 kW
Type de motorisation : Courant continu
Tension nominale : 118 000 daN
Type de tension : Hydraulique
Sens de montée : Gauche
Type de pinces : Von Roll Habegger VH411
Constructeur des cabines : CIM (sous licence CWA)
Largeur de la voie : 5 mètres

Caractéristiques du câble

Constructeur du câble : TRÉFILEUROPE
Diamètre du câble : 47,6 mm
Âme : Compacte
Type de câblage : Lang à droite
Résistance à la rupture : 164 300 daN

    La plaque de caractéristiques de l'appareil avec les différentes entreprises intervenantes
    Image


Ligne et infrastructures de la télécabine de Tovière

Gare aval :

La gare aval était la station motrice de l'installation. Elle était située à 2100 mètres d'altitude non loin du départ du télésiège de Palafour ainsi que des téléskis des Almes et de Millonex. Même si l'embarquement était placé en zone extérieure et non dans un bâtiment, la gare était disposée sur un grosse plateforme sur le toit du garage souterrain. Le garage était accessible par les cabines via un ascenseur. Un aiguillage situé au milieu du contour emmenait les cabines vers l'ascenseur et les prenait en charge une par une pour les descendre jusqu'à un chariot dans le garage.
La gare était de type "Aéroski" équipée de deux lanceurs tubulaires développés conjointement avec Von Roll. La machinerie était placée au sous-sol et était reliée à la poulie via un arbre lent.

    La gare aval vue de trois quarts avant depuis le front de neige de Tignes - le Lac
    Image

    Vue de profil d'un côté
    Image

    Vue arrière vers la gare aval
    Image

    Gros plan sur le lanceur
    Image

    Image

    Vue de trois quarts arrière
    Image

    Vue de profil de l'autre côté
    Image

    La gare aval vue de trois quarts arrière avec la sortie de la gare
    Image

    La gare aval vue de face
    Image

    La gare aval vue depuis la maison du tourisme
    Image

    L'accès à l'installation
    Image

    Image

    Le quai de débarquement
    Image

    Vue sur le contour
    Image

    Le quai d'embarquement
    Image

    Une cabine prête au départ
    Image

    C'est parti !
    Image


La ligne :

La ligne était longue de 1816 mètres et se composait de 25 pylônes. Elle débutait par un plat avec une hauteur de survol assez importante permettant de survoler les abords du lac de Tignes. A partir des pylônes 5 et 6, la pente s'accentuait fortement pour atteindre son maximum. Après un adoucissement du relief vers les pylônes 9 et 10, la télécabine de Tovière croisait la ligne du télésiège du Paquis. Enfin, la montée finale se trouvait après le pylône 15.

Caractéristiques de la ligne :
  • P1 : 8C/8C
  • P2 : 4S/4S
  • P3 : 4S/4S
  • P4 : 4S/4S
  • P5 : 4S/4S
  • P5 bis : 8C/8C
  • P5 ter : 8C/8C
  • P6 : 8C/8C
  • P6 bis : 8C/8C
  • P7 : 4S/4S
  • P8 : 4S/4S
  • P9 : 4S/4S
  • P10 : 8S/8S
  • P11 : 4S/4S
  • P12 : 4S/4S
  • P13 : 4S/4S
  • P14 : 4S/4S
  • P15 : 8C/8C
  • P15 bis : 8C/8C
  • P16 : 4S/4S
  • P17 : 4S/4S
  • P18 : 4S/4S
  • P19 : 8S/8S
  • P19 bis : 8S/8S
  • P19 ter : 8S/8S
    La ligne vue depuis l'aval
    Image

    P1
    Image

    P2
    Image

    P3
    Image

    P4
    Image

    P5
    Image

    Les P5 bis et P5 ter
    Image

    Les P6 et P6 bis
    Image

    P7
    Image

    P8
    Image

    P9
    Image

    P10
    Image

    P11, commun avec le télésiège du Paquis
    Image

    P12
    Image

    P13
    Image

    P14
    Image

    P15
    Image

    P15 bis
    Image

    P16
    Image

    P17
    Image

    P18
    Image

    Enchaînement des P19
    Image

    Image


Gare amont :

La gare amont était située à 2703 mètres d'altitude au sommet de Tovière, à quelques mètres de l'arrivée du télésiège des Tommeuses, et en surplomb de l'arrivée du télésiège des Tufs. Une partie de la gare était elle-même implantée dans le dévers du sommet afin de limiter l'implantation sur le sommet et de maximiser l'espace skiable pour éviter l'engorgement de la plate-forme. Les quais pour l'embarquement à la descente étaient ainsi totalement au-dessus de la pente, ce qui pouvait être impressionnant pour les passagers sujets au vertige.
On notera que l'accès aux pistes n'était pas adapté aux personnes à mobilité réduite puisqu'il fallait descendre un escalier.

Au niveau technique, on retrouvait une gare de type « Aéroski » au design assez futuriste, équipée de deux lanceurs en forme de longs tubes reliés par toute la structure abritant à l'intérieur le dispositif de tension ainsi que la poulie retour.

    Arrivée en gare
    Image

    Image

    La zone de débarquement
    Image

    Vue sur le contour
    Image

    La zone d'embarquement pour la descente
    Image

    Les escaliers de sortie/entrée de la gare
    Image

    Le tympan arrière
    Image

    La gare amont vue de face
    Image

    La gare amont vue de profil avec le poste de secours au premier plan
    Image

    Vue aérienne de la gare amont (© - STGM)
    Image


Cabines et pinces

La télécabine de Tovière était constituée de 70 cabines. Celles-ci, conçues par CWA, ont été fabriquées sous licence par CIM et pouvaient accueillir jusqu'à dix personnes debout. Chaque véhicule était équipé d'un système en son centre permettant de tenir les skis.

    Croisement de deux cabines sur fond de la Réserve Naturelle de la Grande Sassière
    Image

    Une cabine en ligne
    Image

    Image

    Les porte-skis à l'intérieur
    Image


Les cabines était reliées au câble grâce à une double pince débrayable Von Roll de type VH411. Ce chariot avait particulièrement été adapté pour l'Aéroski afin de pouvoir permettre le traînage via des pneumatiques dans les gares. Techniquement, il s'agissait de pinces à genouillères dont la force de serrage se faisait grâce à un empilement de rondelles Belleville fonctionnant sur le principe similaire à un ressort.

    Image

    Image

    Image


Au cœur de la télécabine de l'Aéroski de Tovière

Station motrice (2100 mètres d'altitude) :

Le treuil de l'installation était situé au sous-sol du bâtiment. Il était composé de deux moteurs électriques placés en série développant une puissance totale de 780 kW. Ce dernier était relié à un réducteur par un arbre rapide sur lequel on trouvait un volant d'inertie sur lequel était apposé un frein de service venant serrer ses mâchoires dessus. L'arbre rapide passait ensuite dans le réducteur qui transmettait le mouvement à la poulie motrice via un arbre lent vertical jusqu'à la poulie placée à l'étage de la gare. On retrouvait également de l'autre côté du réducteur un moteur thermique qui était utilisé pour pouvoir évacuer la ligne en cas d'avarie technique. Ce dernier entraînait un arbre relié à une boîte de vitesses transmettant ensuite le mouvement au même réducteur que cité précédemment. A noter la présence d'un second groupe électrogène dans le sous-sol qui permettait de faire fonctionner les lanceurs/ralentisseurs ainsi que le contour et le cadenceur.

    Le treuil avec les deux moteurs électriques montés en série en rouge, le réducteur en bleu derrière et encore plus loin le moteur thermique à peine visible
    Image

    Vue sur l'arbre lent
    Image

    Le groupe électrogène de secours pour les lanceurs/ralentisseurs
    Image

    Les armoires de puissance
    Image


A l'étage de la gare aval, les véhicules étaient pris en charge par des poutres à pneus mis en mouvement par des motoréducteurs adaptés. Des zones appelées « tampons » étaient prévues avant le lancement de la cabine, au niveau de l'embarquement pour arrêter une cabine à la fois en cas de problème d'embarquement. Ces tronçons de pneus étaient commandés par un motoréducteur indépendant, commandé par un automate programmable.

    Vue sur le ralentisseur
    Image

    Détail sur le contour et chaque pneu équipé de motoréducteur
    Image

    Vue sur le lanceur
    Image

    Image

    La poulie motrice avec le frein de poulie au premier plan
    Image

    La banane de redirection du câble vers le lanceur
    Image

    Détail sur un galet de la banane
    Image

    La ligne vue depuis la gare
    Image


Garage (2100 mètres d'altitude) :

La télécabine de Tovière était équipée d'un garage souterrain. Pour y accéder, un aiguillage au milieu du contour guidait les cabines vers un système d'ascenseur prenant en charge une cabine à la fois et la descendant jusqu'à un chariot dans le garage. Ce dernier prenait en charge chaque cabine à la suite, et ce automatiquement en plus de l'ascenseur.

    L'entrée de l'ascenseur
    Image

    La liaison entre le contour à droite et l'ascenseur à gauche
    Image

    Une cabine dans le contour avec l'arrivée de l'ascenseur
    Image

    L'entrée dans l'ascenseur
    Image

    La cabine a été prise en charge et est en train de descendre au sous-sol
    Image

    Elle arrive au terme de sa descente
    Image

    La cabine a été placée sur les rails du garage
    Image

    Vue sur le rail de l'ascenseur depuis le garage
    Image

    Diverses vues du garage
    Image

    Image


Pour plus de détails, visionnez cette vidéo du décyclage des cabines (par Antoine Fuzier) : http://fuzier.antoine.free.fr/RM/d%e9cyclage%20tovi%e8re.WMV


La télécabine de Tovière vue depuis les pistes

    La fin de la ligne vue depuis la piste bleue Henri
    Image

    Avec la Grande Sassière (3747 m) en arrière-plan
    Image

    Les pylônes P5, bis et ter depuis le bord du lac
    Image


L'Aéroski de Tovière, la fin d'un mythe

La télécabine de Tovière permettait donc l'accès au sommet éponyme depuis Tignes-le-Lac. Axe majeur et vital de la station, elle a été trois fois remplacée afin d'offrir à la clientèle un axe aux goûts du jour en termes de performance et de qualité. Si à sa construction celle-ci était à la pointe de la technologie, cette gamme de télécabine a pris un "coup de vieux" au cours de ses dernières années d'exploitation avec l'arrivée de télécabines toujours plus rapides, confortables, silencieuses et fiables. Avec des défauts d'exploitation dus à des conditions météorologiques fortes, la télécabine ne pouvait pas souvent ouvrir.
En 2013, la Société des Téléphériques de la Grande Motte a alors décidé de remplacer cet axe phare par une toute nouvelle télécabine débrayable dix places aux goûts du jour. Avec un impact au sol réduit par rapport à l'ancienne, c'est aussi la vitesse, le confort ainsi que le débit qui ont été améliorés par Doppelmayr, constructeur choisi pour ce remplacement.

Avant de terminer ce reportage, je tiens à remercier Jclf pour ses nombreuses photos de l'installations.

Photos : Jclf, Arc1600 & J'ib
Texte, bannière et mise en page : Tony le Savoyard & J'ib
Date des photos : 25 avril, 19 juin, 02 juillet et 22 décembre 2011 (photos J'ib) & 17 juillet 2012, 08 août 2012 et 18 avril 2013 (photos Jclf)



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :