Localisation(s)
Photo

 TCD4 de l'Aiguille

Val d'Allos - La Foux (La Foux-Pra Loup - Espace Lumière)

Poma

T3 HS
Description rapide :
Télécabine débrayable d'un autre temps

Année de construction : 1970
Année de fin de service en : 2011

Remplacé par l'appareil suivant : Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de cette partie : fredo_chato
Section écrite le 08/03/2011 et mise à jour le 09/02/2023
(Mise en cache le 09/02/2023)

Bonjour à tous et à toutes, pour mon quinzième reportage sur ce site, je vais vous présenter une Télécabine débrayable d'un autre temps, car à pince de type « S » construit par le manufacturier Poma.
Voici donc un appareil de 1970:

Image

A] Le contexte


I La station

Le Val d'Allos au pied du Col d'Allos c'est la limite entre les montagnes des Alpes et le climat méditerranéen, un soleil de plomb sur une neige brillante et une végétation aux accents du midi. Un cadre préservé et façonné depuis des millénaires par le Verdon un torrent qui prend ses sources dans la Sestrière à plus de 2200M d'altitude. Le Val d'Allos se compose des stations de ski distinctes que sont la Foux d'Allos et le Seignus d'Allos distante d'une demi-quinzaine de kilomètres.

La Foux d'Allos, un domaine skiable avec une véritable histoire à raconter, première trace du ski: un téléski crée en 1937, un téléski en bois, depuis les choses on bien changé.
Désormais dans le cirque ou le Verdon prend sa source des gens skient depuis 1800M jusqu'au sommet qui culmine à 2600M. Les pâturages on petit à petit été remplacé par des habitation à vocation touristique. Les tensions avec la station voisine du Seignus se sont effacés et les deux domaines travaillent désormais ensemble depuis une quinzaine d'année. Les deux stations ont chacune une histoire à racontér, rien ici n'est artificiel, les stations se sont développés autour de charmants hameaux de montagnes installés ici depuis la nuit des temps.

Si à la Foux d'Allos le cadre du domaine est préservé et présente des possibilités de ski hors pistes et d'extension à n'en plus finir, que la neige est d'une qualité excellente et que les pistes balisés représentent à elles seules 230KM linéaire, l'urbanisation n'est pas non plus décevante, des habitation ingénieusement conçues pour une intégration visuelle irréprochable et fondue dans la masse montagnarde, le domaine actuellement en pleine rénovation est promis à un bel avenir le tout en conservant la beauté inégalée du paysage encore vierge et purissime.


Le domaine skiable de la Foux se compose de trois parties:

-La rive droite: partie la plus fréquentée du domaine, rive qui comporte le sommet du domaine accessible via le moderne TSD6 de Lachaup et la mythique télécabine de l'observatoire que je vais vous présenter ici, cette partie du domaine comporte également le SnowPark du Val d'Allos ainsi que des espaces débutants.
-La rive gauche: nettement moins fréquentée et plus vaste, il y a une piste de slalom/compétition sur l'Ubac, le sommet du Col d'Allos, le très long télésiège du Vescal avec son boarder cross et les magnifiques pistes et hors pistes du téléski du Signal comme du Vescal.
-Et enfin le secteur des Agneliers, sur le versant opposé à la rive gauche celui permet de rejoindre la station voisine de Pra Loup mais offre de réelles possibilités de ski et des itinéraires freeride balisés dans le vallon du Pouret. Du sommet de ce même vallon accessible en télésiège on peut également prendre la très longue et agréable piste des sources du Verdon qui vous ramène directement à la station. Sur cette partie du domaine de très beaux itinéraire hors pistes sont également accessibles, parmi eux il y as Chancelaye, le bois de Gâche et bien entendu le vallon de Sereigner.

II Le télécabine: Historique et situation

Cet appareil est et restera pour beaucoup l'appareil le plus mythique de la Foux d'Allos.
Ce télécabine permet d'accéder au sommet de la station, mais bien au delà de ça il y as une histoire bien réelle autour de cette appareil. Depuis sa construction jusqu'à sa destruction hélas prochaine.

Cet appareil est le premier téléporté à transporter des skieurs jusqu'au sommet de la combe de l'aiguille à 2600M d'altitude. A la fin des années 1960, alors que le domaine et la station sont en plein développement, c'est au tour de ce secteur d'être complètement réaménagé et exploité. Au départ le télécabine aurait du avoir un tracé bien différent de l'actuel. En effet la gare aval aurait dût se trouver au front de la neige de la station, plus exactement aux environs du départ de l'actuel télésiège des Chauvets.
Certains massifs avaient déjà était coulés mais le tracé fût abandonné à cause de la traversé de violents couloirs d'avalanches qui aurait vite eu raisons des pylônes treillis très sensibles à ce genre d'incidents.

Sur cette photo dégagée on peut comparer la différence entre les deux tracés:

Image

Image


En vert le tracé abandonné avec les traits perpendiculaires représentant les principales menaces. Le trait rouge représente le tracé actuel, et les cercles l'emplacement des pylônes en place aujourd'hui.

Finalement les couloirs d'avalanches sont des contraintes supplémentaires qui obligent à reconsidérer le tracé, l'emplacement de la gare amont ne peut être modifié car celui-ci à été choisi de façon à limiter l'impact du vent sur l'appareil. En effet la situation de la gare permet de limiter les effets du vents sur l'appareil étant donné la configuration naturel du lieu qui offre un pare-vent naturel gigantesque, bien que selon la direction de ce-dernier il soit quand même gênant. Du coup pour éviter les couloirs d'avalanches, il faut déplacer la gare aval. De ce fait le projet entier de la construction est revu. Le télécabine partira du plateau à 1900M d'altitude et non de la station.
Mais l'accès au plateau se faisait jusqu'ici par deux téléskis, du coup pour améliorer le débit arrivant au plateau et proposer un espace débutant, un télébenne sera construit. Ce sera donc le télébenne de LaChaup.
Ce choix apporte de nombreux avantages: il permet de faire skier les gens sur le haut de la montagne même si la neige vient à manquer au front de neige, un espace débutant est crée au plateau avec descente possible en télébenne pour les skieurs débutants ne voulant pas prendre la piste bleue. L'accès à 2600M est également accessible aux piétons, le télébenne dessert une piste bleu plus adapté à l'apprentissage du ski qu'un téléski. Ainsi l'antique téléski enrouleur en place à l'époque est démantelé.

C'est donc pendant les étés de 1969 et 1970 que sera construite la remontée emblématique de la station. L'appareil est installé par la société Savoyarde Pugna. Ce télécabine sera le premier du département et construit par la société Pomagalski.
Le matériel est acheminé au sommet par un monte-charge conçu à cet effet. Lors de la construction du télécabine aucune piste aucun tracé n'existait, un bulldozer créa la piste seulement après la fin de la construction du télécabine.

Voici donc la situation actuelle du télécabine sur le plan des pistes de la station:

Image


Le télécabine dessert donc 3 pistes que sont:
Serge Gousseault: c'est la piste principale de l'appareil, elle est équipée d'enneigeurs en son bas et rejoint la piste du TSD6.
Jonquilles: une variante de la piste précédente, celle-ci offre un mur encore plus long plus raide et plus technique (car non damée).
Les 3 évêchés: c'est une piste relativement technique plus jamais damée qui attaque sur un bon mur, enchaine sur un plat pour finir dans un goulet. Elle rejoint la piste rouge aux environs de l'arrivée du TSD6. A noter qu'à l'époque, elle était damé!

Depuis sa création le télécabine à cependant subi plusieurs "problèmes". Diverses avalanches ont renversés divers pylônes, si bien qu'aujourd'hui seul 7 des 19 pylônes sont encore d'origine et trois pylônes on purement et simplement... disparu lol.
Parmi les avalanches que j'ai pût répertorier: Mars 71: un pylône de plié
nuit du 2/3 décembre 1976: 11 pylônes sur 19 endommagés (notamment le P12 recouvert sous 12 M et déneigé par les chasseurs alpins), le télécabine réouvrira le 6 février 1977.
Décembre 1996: le P9 est endommagé, le télécabine n'ouvrira pas de l'hiver
Avril 2007: une erreur humaine déclenche une avalanche sur la pente finale de l'appareil, une coulée de neige lourde mène le P18 au pied de la pente, celui-ci sera remplacé pendant l'été qui a suivi (pylône d'une hauteur non négligeable de 23M).

Une vidéo existe d'une avalanche très impressionnante (surement celle de décembre 1996): Une avalanche très impressionnante qui traverse directement la ligne du télécabine et fini sa course en station..

III Les caractéristique technique de l'appareil:

Selon le FIRM :

* Nom de l'installation : Télécabine de l'Aiguille
* type : Télécabine à attache débrayable
* Constructeur : Poma
* Année : 1970
* Exploitation : Hiver

* Véhicule : Cabines à pinces débrayables
* Modèle des cabines: Cabines Poma de type œuf (remplacés deux fois depuis la construction) d'une capacité de 4 personnes/véhicule
* Capacité à la montée : 4 Personnes / cabine
* Capacité à la descente: 4 Personnes / cabine
* Nombre véhicules : env. 65
* Sens d'exploitation : Montée et descente
* Sens de montée: Gauche
* Débit théorique maximum par sens : 840 P/H
* Débit réellement atteint: env.450p/h (il manque un peu des cabines et celles-ci sont rarement complétés)
* Vitesse : 3.5m/s
* Temps de Trajet : Env 12min

* Altitude Aval :1890 M
* Altitude Amont :2574 M
* Dénivelée : 684 M
* Longueur développée : 2260M (FIRM)
* Pente Moyenne : -- %
* Pente Maximale: 50 %

* Emplacement motrice : aval
* Emplacement tension : amont
* Type de tension: contrepoids sur le dernier pylône avec poulie sur lorry
* Motorisation principale: moteur électrique
* Motorisation de secours: moteur thermique essence engrenant sur l'unique réducteur
* Nombre pylônes : 16

* Configuration:
P0 : 2S / 2S (sortie de gare)*
P1 : 16C / 16C *
P2 : 6S / 6S *
P3 : 12S / 12S *
P4 : 12S / 12S *
P5 : 6S / 6S
P6 : 8S / 6S
P7 : 4S / 4S
P8 : 16C / 16C
P9 : 12S / 12S
P10 : 12S / 12S (pas sur) *
P11 : 12S / 12S *
P12 : --
P13 : 12S / 8S
P14 : 16S / 16S
P15 : --
P16: --
P17 : 16C / 16C
P18 : 8S / 8S
P19 : 32S / 32S *

N.B.: les « * » signifient que les pylônes sont encore en treillis, comme à l'origine.

La hauteur de survol la plus importante doit être atteinte entre le P11 et le P13, lorsque l'appareil survole le goulet de la piste noire, il semble que ce soit également la plus longue portée de la ligne (315M)!

IV Le tracé

Comme énoncé plus haut le tracé choisi a été choisi tardivement, après vous avoir montré les deux tracés, voici quelques photos des fondations qui témoignent de la modification du tracé:

Le télécabine aurait du partir des environs, voire même du bâtiment à gauche de la photo:

Image


Différents plots qui subsistent encore et encore au travers des époques:

Image


Image


Image


Image


Image


Image


Le tracé abandonné depuis le plot le plus bas, la gare amont se trouve sur la crête juste la ou il y a un nuage:

Image



B] L'appareil


I La G1


Venons en à parler de l'appareil en lui-même et de ce qu'il en est réellement. Parlons tout d'abord de la station avale reliée à la station amont du télébenne.

Voici des vues extérieures permettant de situer cette gare:

Une vue estivale (2008):

Image

Diverses vues depuis le TSD (en construction ci-dessus):

Image


Voici deux croquis, l'un présentant le niveau ou les gens embarquent et débarquent des cabines merci à lolo42 pour la réalisation du croquis):

Image


Et un deuxième du sous-sol ou sont stockés chaque nuit les cabines:

Image


La zone d'embarquement:

Image


Hors exploitation:

Image


Les rails de transit et stockage situés au fond de la gare:

Image


Image


Hors exploitation:

Image


Le garage (hors exploitation):

Image


Le pupitre de commande de l'installation. Celui-ci ayant été changé récemment il paraît bien « neuf » comparé au reste de l'installation:

Image


Le moteur thermique de l'installation:

Image


Une vue plus dégagée:

Image


Le groupe de freinage de la TCD:

Image


En bonus une plaquette Poma représentant la disposition de la motorisation sur ce type d'appareil (seul le moteur thermique est photographié ici):

Image


II La ligne

Allez zou, en avant vers le sommet des trois évêchés qui est aussi le sommet du domaine skiable de l'espace lumière, culminant à 2600M d'altitude.

Les trois premiers pylônes, tous d'origine:

Image


Et la ligne à partir du quatrième pylône:

Image


Le P3:

Image


Le P4:

Image


Image


Le P5, l'un des premiers remplacés, si bien qu'il à même été repeint en jaune, couleur d'origine de l'appareil:

Image


Le P6:

Image



Les pylônes 7 et 8, formant à eux deux un support/compression:

Image


Image


Au pied de la falaise, le P8, précédé des autres pylônes:

Image


Et sur le bord de la falaise le P9, l'un des plus récent pylônes après le P18, et en arrière plan le P10::

Image


P9 que revoici:

Image


Le P11 équipé d'une passerelle permettant ainsi un arrêt intermédiaire « maison ». En effet a quelques mètres seulement partait un catex. Cette station intermédiaire permattait de décharger les explosifs au plus proche, si le télécabine était arrêté au bon moment.
Il y avait également, selon certaines sources, un poste de surveillance du vent à cet endroit précis de la ligne. En effet le vent souffle fort à ce passage. Aujourd'hui encore le P11 est équipé d'un anémomètre :

Image


Image

Image


Passons directement au P13, le P12 ayant été retiré du parcours. Du P11 au P13 s'effectue la portée qui est sûrement la plus longue et haute. C'est également le point de survol du goulet de la noire :

Image


A l'approche du P13:

Image


Le P14, et la partie finale de la ligne:

Image


Image


Image


Image


Vient ensuite le P17, une bonne compression avant d'attaquer l'impressionnante montée finale, d'une pente assez prononcée et d'une bonne longueur. A noter que ce pylône à été raccourci de plusieurs mètres lors du remplacement du P18 pour permettre ainsi de supprimer les pylônes 15 et 16:

Image


Image


Image


Le P18, dernier pylône à avoir été changé, il s'agit ici du plus haut pylône de la ligne (23M):

Image


Image


Image


Et pour finir cette montée en télécabine le dernier pylône, le plus impressionnant, le P19, équipé de 64 galets, mais surtout du contre poids de la ligne:

Image


Image


Image


Image


III La G2

Au terme de 12 minutes de montée, c'est l'arrivée en g2, dans un vacarme assourdissant la cabane rentre en gare, se débraye et monte le ralentisseur avant d'être péniblement attrapée par la câblette. Viens ensuite le moment de délivrance tant attendu: l'ouverture des portes avant de pouvoir remonter sur ses spatules en vitesse. Mais avant voici une présentation relativement détaillé de cette station amont.

Une vue extérieure lors de votre arrivée en cabine:

Image


Une vue de dedans sur la ligne, par temps brumeux et venteux:

Image


Ensuite l'intérieure de la bête, un schéma explicatif de lolo42 (que je remercie encore une fois au passage), permet de visualiser le cheminement et la disposition de la gare:

Image


L'entrée de gare:

Image


La fin du ralentisseur:

Image


Toute une moitié de gare dans sa longueur (appareil arrêté), avec à droite la sortie clients:

Image


Dans cette moitié, vers la fin de la zone de débarquement se situe le pesage que voici:

Image


Le début du contour, avec l'aiguillage vers une voie de garage:

Image


Le contour vu de l'intérieur, la cabane se situe entre le rail ou évoluent les cabines, et la poulie retour-tension:

Image


Vue de profil, ou l'on distingue bien (de gauche à droite) le support de renvoi des câbles de tension, le chalet opérateur, le lorry de tension:

Image


L'autre bout du contour, en son milieu se trouve un frein permettant de moduler la vitesse des cabines et éviter un choc trop violent à l'endroit du cyclage:

Image


La zone d'embarquement à la descente, zone de cyclage également:

Image



Cyclage qui s'effectue ici même à l'aide d'une chainette que voici:

Image


Comme vous pouvez le constater, sur ces appareils « modernes » le cyclage est fait par une chainette et non par une câblette à olive. Le tout pour des intervalles plus précis, et un système plus « autonome » de l'opérateur:

Image


La fin du cyclage, marquée par le pentogramme de fermeture des cabines:

Image


Les pneus de prises de mouvement, entrainés par la câble, ils entrainent à leur tour quatre pneus en sortie de gare synchronisant parfaitement la vitesse de la cabine à la vitesse du câble:

Image


Poutre de quatre pneus que voici, pile au dessus de la came d'embrayage (située de l'autre coté donc invisible sur cette photo):

Image


Voici d'ailleurs ceux du coté débrayge, mais la came est visible ici:

Image


Et ceux coté embrayage:

Image


Et la sortie de gare:

Image


Image


IV Les véhicules


Voici une brève présentation des véhicules qui tournent sur l'appareil.
Tout d'abord une photo Poma présentant les véhicules originels de l'installation (merci à lolo42):

Image


Ensuite l'appareil à été équipé d'œufs de récupération (ceux de Pra-Loup par exemple), dont quelques exemplaires trainent encore de ci et de là:

Image


Image


Image


Puis jusqu'à sa fin de vie l'appareil sera équipé d'œufs récupérés à la station d'orcière merlette lors que cette dernière remplaçait ses TCD4 par des TMX. L'époque ou les deux stations appartenaient à Rémy Loisir:

Image


Image


Image


Puis les véhicules particuliers, la benne de service très utilisés par le service des pistes pour le transfert de barquettes/traineaux ainsi que des filets et des jalons:

Image


Et bien entendu la pince rouge, une pince volontairement mal réglé dont le seul but est de tester les dispositifs de pesage. Rappelons-le, le pesage sert à tester la capacité d'une pince à serrer le câble suffisamment fort pour éviter que le véhicule ne se détache. Ce dispositif est lui_même testé chaque jour par la pince rouge:

Image


On peut remarquer qu'il s'agit de l'ossature d'une cabine:

Image

En fonctionnement normal, la benne de service et la pince rouge passent leur nuits sur la zone de cyclage en G2, au petit matin lorsque la vigie est montée en cabine, elle met le cyclage en route et envoie les deux véhicules sur la ligne, la pince rouge fait un tour complet afin de tester les dispositifs de pesage (amont et aval) puis remonte, est interceptée au sommet pour rester sur le rail de stockage en G2.

Le benne de service elle est interceptée et gardée en bas et envoyé sur la ligne en cas de besoin (maintenance ou transport de matériel des pistes). Le soir elle monte en dernière, une fois en haut positionnée sur le rail de cyclage, le trainage est arrêté, la pince de service est poussée derrière. Et c'est reparti pour un tour.


Une curiosité, un dispositif de sauvetage archaïque est présent en G1:

Image

Un bien curieux truc que je voudrais bien voir en fonctionnement...

Et bien évidement, la non-moins fameuse pince S de Poma

Image

Dans une compression:

Image


Dans un support:

Image

Sur un rail (ici celui de révision):

Image

Et le point d'accroche des olives sur une câblette à olives:

Image




V Bonus

Diverses photos de panoramas pour profiter de la beauté du paysage du Val d'Allos 1800

Le passage au dessus de la noire:

Image


La station:

Image


La ligne depuis le TSD:

Image


Au dessus de la noire, vers le TSD:

Image


La G1:

Image


La roche aux fées, et le sommet de la ligne:

Image

La moitié haute de la ligne, au dessus de la noire:

Image


Le passage au dessus de la noire:

Image


En regardant derrière, au loin Digne...:

Image


En descendant la piste noire:

Image


Un pylône, vue de dedans:

Image


Merci de m'avoir suivi jusqu'au bout et surtout si vous avez la moindre remarque, question, ou tout commentaire n'hésitez pas, signalez moi aussi toutes les fautes que vous verrez. Si vous avez quoique ce soit à rajouter n'hésitez plus, alors postez! :Poma: Un remerciement fait toujours plaisir.

P.S.: une vidéo de fin d'exploitation devrait être disponible d'ici peu.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :