En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TCD4 de la Daille

Val-d'Isère (Espace Killy)

Poma

T3 HS
Description rapide :
Télécabine mythique de Val-d'Isère qui permet depuis un demi-siècle d'accéder au domaine d'altitude à partir du hameau de la Daille. Il est a noter que durant plus de vingt ans l'appareil disposait également d'un tronçon supérieur permettant de rejoindre Bellevarde.

Année de construction : 1966
Fin de service en : 2018

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : j'ib
Section écrite le 01/05/2018 et mise à jour le 01/05/2018
(Mise en cache le 01/05/2018)

Télécabine de la Daille
Val-d'Isère (73)


Image


Bienvenue à Val-d'Isère

Val-d’Isère est une station de ski de Haute-Tarentaise située au pied du col de l’Iseran (2700 mètres d’altitude), à la limite entre Tarentaise et Maurienne, non loin de la source de l’Isère, à proximité du parc national de la Vanoise. Le village, au caractère authentique, est habité par quelques 1750 personnes à l’année.

    Vue sur le village de Val-d'Isère depuis le sommet du télésiège du Village
    Image


Val-d’Isère dispose de 49 remontées mécaniques (1 funiculaire, 3 téléphériques, 2 télécabines, 22 télésièges dont 12 débrayables, 18 téléskis et 2 télécordes) qui desservent 82 pistes (12 pistes noires, 22 pistes rouges, 34 pistes bleues et 14 pistes vertes). L’ensemble fait partie prenante de l’Espace Killy, un vaste domaine skiable relié à la station voisine de Tignes.

De juin à mi-juillet, on pratique également le ski d’été sur le glacier du Pissaillas. Les pistes d’été, desservies par deux remontées mécaniques dont un télésiège débrayable, évoluent entre 2725 mètres et 3197 mètres d’altitude.

L’une des particularités de Val-d’Isère est de disposer de son propre constructeur de remontées mécaniques : Montaval. Ce fabricant utilise en grande partie la technologie développée par Skirail. Montaval a construit de nombreux appareils sur ce domaine, comme le téléski biplace à enrouleurs du Montet et les télésièges du Village et du Céma.

Côté événements sportifs : Val-d’Isère organise depuis 1955, le Critérium de la Première Neige, une course internationale qui se déroule sur la piste de coupe du monde Oreiller-Killy du site de la Daille. La station a également accueilli les épreuves hommes de descente, de slalom géant et de Super G des Jeux Olympiques d’Albertville en 1992. Plus récemment, Val-d’Isère a organisé les Championnats du Monde de ski alpin 2009 (FIS). Les épreuves, qui furent un vrai succès populaire, étaient réparties sur les deux versants principaux aboutissant au village : la face de Bellevarde, utilisée pour les épreuves masculines, et la face de Solaise, pour les épreuves féminines. L’événement a réuni 504 sportifs venus de 73 pays différents.

    La mythique Face de Bellevarde
    Image

L'aménagement du secteur de la Daille

En 1966, un nouveau secteur de ski naquit à l'entrée du domaine skiable de Val-d'Isère, juste après la construction du téléphérique de Bellevarde en 1951. Il s'agit de celui de la Daille qui s'est accompagné de la construction de la télécabine éponyme en deux tronçons et de pistes de tous niveaux. Le premier tronçon donnait un accès direct au téléski des Tommeuses, permettant la liaison avec Tignes depuis 1957, et le second tronçon menait au sommet du téléphérique de Bellevarde. Un hameau, placé sur le front de neige de la Daille, a par la même occasion été créé afin d'augmenter la capacité d'accueil de la station.

    Le nouveau hameau de la Daille avec la télécabine éponyme, situés à l'entrée de Val-d'Isère
    Image


En 1972, l'aménagement de ce secteur, alors pour le moment peu équipé, continue avec la mise en place du téléski de Semanmille au niveau de la gare intermédiaire de la télécabine, et servant à effectuer quelques rotations sur une courte longueur. D'autres petits téléskis sont mis en service sur le front de neige de la Daille, comme celui de la "Résidence" démonté au début des années 1980. L'année suivante, l'exploitant analysant que le débit donné par la télécabine était insuffisant (moins de 700 personnes par heure), décide d'installer un télésiège fixe deux places, celui des Étroits, et doublant seulement le premier tronçon. C'est Poma qui a été chargé de cette construction et a livré un appareil classique pour l'époque, c'est-à-dire avec des sièges carrés et aec des pylônes sans potences de décâblage.

    La télécabine de la Daille et juste devant le télésiège biplace Poma des Étroits ; on remarque au fond le téléski de la Résidence
    Image


En 1981 ce télésiège dernier télésiège est remplacé sur le même tracé par un nouveau télésiège fixe trois places du constructeur américain Yan-Liftengineering et local Montaval. Pour ce faire, l'exploitant a conservé 11 fûts de certains pylônes aujourd'hui bien visibles au diamètre bien plus petit que d'autres. En 1982, le télésiège du Mont-Blanc est construit afin d'accéder encore plus haut sur le domaine skiable. Puis, cinq ans plus tard, l'exploitant inaugure l'une de ses plus importantes et plus grosses installations : le funiculaire du Funival, traçant une ligne droite en direction du sommet du téléphérique de Bellevarde depuis le front de neige de la Daille. Ainsi, un viaduc de près d'un kilomètre et un tunnel quasi vertical ont été construits. Le second tronçon de la Daille a été détruit, et a laissé au funiculaire la seule tâche d'acheminer les skieurs vers Bellevarde. Depuis 1987, se secteur n'a pas reçu une seule rénovation. Notons enfin que grâce à la mise en service par la STGM (exploitant du domaine skiable de Tignes) du télésiège débrayable huit places des Tommeuses pour la liaison avec Tignes, l'affluence du secteur a encore plus augmenté vu que les skieurs arrivant depuis le sommet de Tovière accédait directement à la Daille. Enfin en 2018, la télécabine de la Daille et le télésiège des Étroits sont remplacés par une seule et même télécabine débrayable Poma dix places. Le téléski de la Sémanmille est également démonté.

La première version de la télécabine de la Daille

L'histoire de la télécabine de la Daille commence donc en 1966, avec la création du hameau de la Daille. Depuis le début de cette décennie, le tourisme de masse prend son essor, encourageant le développement des stations de ski. La station de Val-d'Isère décide donc d'entamer la construction de grands immeubles dans la plaine de la Daille afin d'accueillir le flot croissant de vacanciers. Il est également indispensable de créer une nouvelle porte d'entrée au domaine skiable au départ du hameau, les téléphériques de Bellevarde et de Solaise étant trop distants de la Daille pour permettre un accès rapide aux sommets.

L'exploitant du domaine skiable de l'époque finit par porter son choix sur une télécabine en deux tronçons : un premier tronçon partant dans la plaine de la Daille et arrivant au-dessus de la Forêt des Étroits (tracé actuel, 494m de dénivelé), et un deuxième tronçon menant en haut de Bellevarde, arrivant en contrebas du sommet du rocher éponyme (392m de dénivelé). C’est le constructeur français Pomagalski qui décroche l'offre, réalisant au passage sa première télécabine débrayable qui en fera d'ailleurs un prototype. L'appareil est construit durant l'été 1966 et ouvrira pour la saison 1966-1967, tandis que le second tronçon lui n'ouvrira qu'à partir de l'hiver 1968.

Comme déjà dit, Pomagalski réalise ici sa première télécabine débrayable quatre places avec pour la première fois des cabines de type SP3 qui n'étaient pas automatiques durant la première saison. La SACMI s'est occupée d'installer la mécanique des gares ainsi que les pylônes en treillis en croix, identiques à ceux qui équipaient ses télécabines, mais avec des balanciers et des potences de décablage revus. Durant la première année d'exploitation de ces cabines, des défauts font leurs apparitions, comme les vibrations, le manque d'aération, et aussi on retrouvait en fin de journée un personnel fatigué d'avoir à verrouiller et déverrouiller chaque cabine de l'appareil. Ainsi, toutes ces erreurs ont été modifiées par la suite afin de ré ouvrir l'appareil pour la saison 1967-1968 avec des cabines modifiées et de type SP4.

La télécabine représente un grand pas en avant technologique pour l'époque, et constitue une superbe vitrine pour Poma (qui décroche peu après de nouveaux contrats pour des télécabines débrayables, comme par exemple la Pierre-Sur-Haute à Chalmazel ou celle du Pas des Pèlerins aux Angles). Néanmoins, le débit de 720 personnes par heure se révèle rapidement insuffisant (c'est alors la seule remontée au départ de la Daille). Pour remédier à ce problème, la STVI décide de doubler le premier tronçon par un télésiège fixe à 3 places, les Étroits (construit par l'américain Yan-Lift en 1973).

La gare aval subit d’importants travaux de couverture en 1980. La structure initiale, en béton, est recouverte de bardage en bois style chalet, améliorant l'intégration de la gare dans le paysage de montagne. Des aménagements sont également effectués pour permettre au bâtiment d’accueillir des locaux à l'usage de la STVI et de son personnel.

    Vue du bâtiment aval d'origine de la télécabine de la Daille avant sa rénovation
    Image


En 1987, le second tronçon de la télécabine qui menait au sommet de Bellevarde est supprimé. En effet, sa lenteur et son faible débit ne correspondent plus au standing que vise la station de Val-d'Isère, en particulier avec l’approche des Jeux Olympiques d’Albertville en 1992. Un funiculaire ultramoderne, le Funival, est construit en remplacement. Partant du bas de la télécabine et arrivant directement au sommet de Bellevarde, il permet de réaliser l’ascension en 4 minutes et 30 secondes contre les 20 minutes de la télécabine de la Daille. Le premier tronçon est toutefois conservé pour permettre une liaison directe de la Daille vers les télésièges de Tommeuses et du Mont-Blanc, et pour skier sur le bas de Bellevarde.

Le second tronçon était long d'environ 1600 mètres. Son départ s'effectuait donc de la gare amont actuelle de la télécabine, et arrivait dans les environs du télésiège des Marmottes Express d'aujourd'hui, tout en passant dans les contreforts du Rocher de Bellevarde (2827 mètres d'altitude). Les pylônes comme pour le premier tronçon étaient en treillis et disposaient également de béquilles qui s'appuyaient sur les pentes en dévers.

    Approximation du tracé du second tronçon (flèche rouge) avec le vrai tracé de l'actuel premier tronçon (flèche jaune) ; le rocher central représentant celui de Bellevarde
    Image

    Vue du second tronçon avec les cabines SP4 vertes et oranges et les pylônes en treillis dans les contreforts du Rocher de Bellevarde
    Image


Le rôle d'ascenseur de la télécabine est donc considérablement réduit. Les différents défauts constatés durant les premières années d'exploitation des véhicules SP4 ont été tout de même corrigés afin d'améliorer le confort des passagers et du personnel. Ils seront toutefois remplacés en 1993 lors de la dernière grosse rénovation de l'appareil. À noter que ces derniers à l'époque étaient multi couleurs, en partant du blanc au rouge, tout en passant par le vert et le jaune. Les vieillissantes cabines Sigma SP4 d'origine sont remplacées par des cabines Omega en métal du carrossier suisse CWA, améliorant ainsi de nouveau le confort pour les passagers.

    Croisement de deux cabines SP4 blanc et rouge juste devant le hameau de la Daille
    Image


Daille : Une des différentes portes d'accès au domaine skiable

La télécabine de la Daille est située sur le front de neige éponyme à proximité du télésiège des Étroits et du funiculaire Funival. Elle a été construite en 1966 comme déjà dit et rénové à plusieurs reprises.
Cette installation a pour but principal d'acheminer les skieurs logeant au hameau de la Daille ou provenant des pistes environnantes au point intermédiaire du secteur. Le télésiège des Étroits, voisin de cet appareil, permet aussi d'y accéder mais dans un temps de montée bien supérieur à la télécabine malgré tout de même le fait qu'elle possède un débit horaire inférieur à ce dernier (720 contre 1230 personnes par heure). Il est donc égal lors des jours de fortes affluences de prendre une des deux installations. A noter aussi qu'en cas de panne de la télécabine, ce dernier téléporté peut servir de secours.
Daille donne donc accès au télésiège du Mont-Blanc, permettant lui de rejoindre le Snow-Park, au télésiège des Tommeuses, faisant la liaison avec Tignes, et au téléski de Sémanmille, desservant un petit stade à droite de la télécabine de la Daille.

Côté ski, la télécabine de la Daille dessert quatre pistes :

  • La piste noire du stade de compétition de la Raye : Très agréable piste composée de plusieurs changements de direction et de murs, le tout offrant plus de 500 mètres de dénivelé.
  • La piste rouge de coupe du monde de la OK : Mythique piste utilisée chaque année pour le Critérium de la Première Neige, épreuve de coupe du monde FIS.
  • La piste bleue Diebold.
  • La piste verte de la Verte : Piste permettant l'accès aux télésièges du Mont-Blanc puis des Tommeuses, tout en revenant sur le front de neige de la Daille.

Voici sa situation sur le plan des pistes de l'Espace Killy :

    Image


Caractéristiques

Caractéristiques Administratives

TCD-Télécabine à attache débrayable : DAILLE
Maître d’Œuvre : CETARM 73
Exploitant : Val-d'Isère Téléphériques (STVI)
Constructeur : Poma
Année de construction : 1966
Années de rénovations : 1980 - 1987
Année de destruction : 2018

Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité à la montée : 4 personnes
Capacité à la descente : 4 personnes
Débit à la montée : 720 p/h
Débit à la descente : 720 p/h
Vitesse d'exploitation : 3,50 m/s
Temps de trajet : 7 min 56 sec

Caractéristiques Géométriques

Altitude aval : 1786 mètres
Altitude amont : 2268 mètres
Dénivelée : 482 mètres
Longueur développée : 1665 mètres
Pente maximale : 33 %
Pente moyenne : 29 %

Caractéristiques Techniques

Gare motrice : Aval
Gare tension : Amont
Nombre de pylônes : 16
Nombre de cabines : 65
Sens de montée : Gauche
Type de motorisation : Asynchrone
Puissance électrique du moteur principal : 287 kW
Type de tension : Contrepoids
Tension nominale : 11 000 daN
Fabriquant des cabines : CWA
Type de cabines : Omega
Type de pinces : Doubles pinces S
Diamètre de la poulie motrice : 3300 mm
Diamètre de la poulie retour : 3300 mm
Espacement des véhicules : 20 secondes

Caractéristiques du Câble

Fabriquant du câble : TREFILEUROPE
Date de pose : 1982
Type de câblage : Lang
Diamètre du câble : 31,6 mm
Composition du câble : 6*17 Fils
Âme : Textile
Résistance à la rupture : 72 971 daN
Pas de câblage : 221 mm
Pas de toronage : 92 mm
Section du câble : 388 mm²
Section du toron : 67 mm²

Ligne et infrastructures de la télécabine de la Daille

Gare aval :

La gare aval est la station motrice de l'installation. Elle est située à 1786 mètres d'altitude juste à côté de l'infrastructure du télésiège des Étroits. L'accès à l'installation s'effectue grâce à des escaliers placés à l'avant du bâtiment.
On retrouve un énorme bâtiment en bois s'intégrant parfaitement dans l'environnement montagnard de la Daille.

    La gare aval vue depuis la piste rouge de coupe du monde de la OK
    Image

    La gare aval vue depuis la fin de la piste noire de la Raye
    Image

    La gare aval vue de trois quarts avec le premier pylône de la ligne
    Image

    La gare aval vue de trois quarts
    Image

    La gare aval vue de face
    Image

    L'accès à l'intérieur de la gare avec les escaliers
    Image


L'intérieur du bâtiment est donc composé de toute la mécanique utile au bon fonctionnement de l'appareil comme le poste de commandes, le contour, les lanceurs ou encore les ralentisseurs. On retrouve également tout le bloc moteur dont on décrira le fonctionnement plus en détail dans la partie technique du reportage. À noter aussi que l'embarquement est parallèle aux lanceurs. Enfin, il est également important de dire que les cabines peuvent être rangés en gare aval sur des rails adaptés.

    Le contour
    Image

    Vue sur le groupe moteur avec la zone d'embarquement à gauche
    Image

    C'est parti !
    Image


La ligne :

La ligne, longue de 1665 mètres et composée de 16 pylônes, a une hauteur de survol au maximum de 20 mètres. La plus longue portée de la ligne est de 167 mètres. À noter aussi que tous les pylônes sont en treillis sauf le premier, et le neuvième qui sont tubulaires (ce dernier ayant été remplacée en 1988 suite à une avalanche).
De la sortie de la gare aux environs du pylône 11 le profil de la ligne est très régulier et à une pente de raideur moyenne. Ensuite le relief s'aplanit légèrement jusqu'en gare amont.

Caractéristiques de la ligne :

  • P0 : 16C/16C
  • P1 : 6S/6S
  • P2 : 8S/8S
  • P3 : 6S/6S
  • P4 : 6S/6S
  • P5 : 6S/4S
  • P6 : 6S/6S
  • P7 : 8S/8S
  • P8 : 8S/8S
  • P9 : 6S/6S
  • P10 : 6S/6S
  • P11 : 6S/6S
  • P12 : 6S/6S
  • P13 : 6S/6S
  • P14 : 6S/6S
  • P15 A : 8S/8S
  • P15 B : 8S/8S

    La ligne vue depuis l'aval
    Image

    P0 portique en sortie de gare
    Image

    Image

    P1 avec juste après le passage au dessus de la fin de la piste rouge de la OK
    Image

    Portée P1 - P2
    Image

    P2
    Image

    P3
    Image

    P4 au dessus de la piste bleue Diebold
    Image

    P5
    Image

    P6
    Image

    P7
    Image

    P8
    Image

    P9 tubulaire
    Image

    P10
    Image

    P11
    Image

    P12
    Image

    P13
    Image

    P14
    Image

    P15 A et B
    Image


Gare amont :

La gare amont est la station tension de l'installation. Elle est située à 2268 mètres d'altitude dans un bâtiment en tôle accolé à la Folie Douce, et qui accueillait auparavant le départ de l'ancien second tronçon.
La tension dynamique du câble est effectué par un énorme contrepoids situé sur le dernier pylône de la ligne qui est relié à la poulie retour-tension ainsi qu'à un poussard placé à l'intérieur de l'infrastructure par des câbles de 32 millimètres provenant de chez Arcelor Mittal. Le débarquement s'effectue sur un quai parallèle aux ralentisseurs.

    Arrivée en gare
    Image

    Image

    La zone de débarquement
    Image

    La poulie retour-tension
    Image

    Le poussard ...
    Image

    ... Relié au contrepoids situé sur le dernier pylône de la ligne
    Image

    Vue sur le contour
    Image

    La sortie du bâtiment
    Image

    La gare amont vue de face
    Image

    La gare amont vue de trois quarts
    Image

    La gare amont depuis les environs du téléski de Semanmille
    Image

    La gare amont avec l'ancien départ du second tronçon bien visible et la Folie Douce, avec la face Sud italienne du Mont-Blanc (4810 m) à gauche et l'Aiguille de la Grande-Sassière (3747 m)
    Image

    La gare amont vue en plongée depuis la piste bleue Creux
    Image

    La gare amont vue en contre-plongée
    Image


Cabines et pinces

La télécabine de la Daille est composée de 65 cabines de type Omega, provenant du cabinier suisse CWA, et pouvant accueillir jusqu'à quatre personnes. L'assise est peu confortable, il s'agit d'une banquette en moquette. Les véhicules ont été livrés en 1993 et pèsent à vide 345 kilogrammes.

    Une cabine en ligne
    Image

    Image

    Une cabine avec le Mont-Blanc (4810 mètres d'altitude), l'Aiguille de Tré-la-Tête (3930 mètres d'altitude) et l'Aiguille des Glaciers (3816 mètres d'altitude)
    Image

    Une cabine vue de profil
    Image

    Croisement de deux cabines
    Image

    L'intérieur d'une cabine
    Image


Les cabines sont reliés au câble grâce aux mythiques doubles pinces S fabriquées par Pomagalski à l'époque de la construction de l'installation. L'embrayage et le débrayage sur le câble s'effectue grâce à deux petites roulettes situées en dessous de la pince qui s'actionne au passage d'une câme en entrée et en sortie de gare.

    Image

    Image


Au cœur de la télécabine de la Daille

Station motrice (1786 mètres d'altitude) :

La motrice, située en aval de l'installation, est divisée en deux parties. D'une part on retrouve toute la partie électrique au rez-de-chaussée du bâtiment dans un local. Sur un massif en béton a été posé le moteur électrique à mouvement asynchrone de 287 kW qui permet la mise en mouvement de l'appareil. Celui-ci transmet la vitesse via une courroie directement au réducteur placé à l'étage qui lui même entraîne ensuite la poulie motrice.

    Le moteur électrique à mouvement asynchrone sur son massif en béton avec juste derrière la courroie bien visible
    Image


A l'étage au niveau des quais, la courroie décrite précédemment entraîne directement le réducteur. Enfin celui-ci transmet la vitesse réelle à la poulie motrice. On retrouve également un moteur thermique de secours encagé dans du métal qui lui entraîne un arbre rapide relié au même réducteur. A la sortie de ce dernier est placé un boitier agissant comme une boîte à vitesse d'une voiture.

    L'arrivée de la courroie du moteur électrique et sa liaison avec le réducteur
    Image

    A gauche l'arrivée de la courroie avec à droite le réducteur en bleu et la poulie motrice juste au dessus
    Image[/img]

    Le moteur thermique de secours avec à droite l'arbre de liaison avec le réducteur
    Image

    En sortie du thermique le boitier agissant comme boîte à vitesse avec la suite de l'arbre rapide
    Image

    La poulie motrice avec à gauche et à droite les freins de poulie
    Image

    Détail sur un frein de poulie
    Image


En gare, les cabines sont ralenties et accélérées grâce à des pneus et par des lanceurs et ralentisseurs qui sont légèrement inclinés afin de profiter des effets de la gravité. Ces pneus sont reliés entre eux par des courroies et sont gérés par un cadenceur permettant de garder un bon espacement entre les cabines. Dans le contour c'est une chaîne qui permet le déplacement des cabines.

    En haut à gauche on remarque le cadenceur en vert et toute la lignée de pneus juste en dessous ; à droite de la photo on observe un boitier gris qui est le moteur électrique entraînant la chaîne du contour, on remarque également la petite poulie qui permet le retour de la chaîne et de ses taquets
    Image

    Un compresseur qui permet de gérer manuellement la pression des pneus
    Image

    Une pince sous ses pneus ; on remarque juste au dessus la liaison entre chaque pneu par les fameuses courroies
    Image


La télécabine de la Daille vue depuis les pistes

    Le dernier pylône
    Image

    La partie haute de la ligne
    Image

    Vue sur la partie haute de la ligne
    Image

    Pylône 11 et plongée dans la forêt de mélèzes des Étroits
    Image

    Le pylône 9
    Image

    Du pylône 7 à la gare aval ...
    Image

    Le pylône 6 avec une cabine et le sommet de la Grande-Sassière au dessus (3747 m)
    Image

    La fin de la ligne vue depuis la piste bleue Diebold
    Image


Une télécabine en fin de vie

La télécabine de la Daille, désengorgée lors des jours de fortes affluences par le télésiège des Étroits, permet donc l'accès au domaine d'altitude depuis le hameau éponyme. Outre sa vétusté, cet appareil est de plus en plus dépassé par la fréquentation du secteur de la Daille (queues fréquentes, en particulier en périodes de vacances). Cela fait plusieurs années que Val-d’Isère Téléphériques (nom commercial de la STVI) songe à son remplacement qui a été souvent retardé par des petits litiges avec le propriétaire du restaurant d’altitude de la Folie Douce, souhaitant conserver l'accès direct à son établissement. En effet l'exploitant voulait que le futur appareil arrive directement au sommet du télésiège du Mont-Blanc, à proximité immédiate des télésièges des Marmottes et du Borsat Express. En 2018, après 52 années de bons loyaux services, la première télécabine du fabricant français de remontées mécaniques Poma va être démontée et remplacée par un tout nouvel appareil Poma du même type et équipé de cabines 10 places de type Symphony, une première en France.

    La télécabine de la Daille : un appareil difficile à remplacer depuis quelques années déjà …
    Image


Avant de finir ce reportage, Lla117 et moi-même tenons à remercier Laurent Berne pour ses clichés et informations historiques de la télécabine dans son ancienne version.

Lla117 & J'ib, Avril 2015

Photos : Remontees & J'ib
Texte, bannière et mise en page : Lla117 & J'ib
Date des photos : 4 mars 2013, 18 février 2014 & 19 et 21 mars 2014



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :