En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TCD6 de Bonascre

Ax 3 Domaines

Poma

T2 ES
Description rapide :
Véritable colonne vertébrale du domaine, la télécabine de Bonascre est l'appareil majeur de la station. Elle dessert à la fois du ski propre de qualité en forêt, elle assure la liaison entre Bonascre et le Saquet, et sert d'ascenseur vers le plateau pour les piétons. Bien que doublée intégralement par le télésiège du Lièvre Blanc sur un tracé parallèle, elle est régulièrement saturée.

Année de construction : 1986

Suivre la discussion sur le forum



Auteur de ce reportage : collonges74
Section écrite le 20/06/2017 et mise à jour le 03/01/2018
(Mise en cache le 04/01/2018)

LA TELECABINE DE BONASCRE
Ax 3 Domaines
Poma – 1986


Image


Ax 3 Domaines : le ski à 1h30 de Toulouse

La station d'Ax 3 Domaines se trouve en Ariège, à environ 1h30 de voiture de Toulouse, la quatrième ville de France. Le domaine skiable s'étend au-dessus de la ville d'Ax les Thermes, forte d'un millier et demi d'habitants, nichée dans la vallée de l'Ariège à 700 mètres d'altitude. C'est au fond de cette vallée que se trouve le seul accès vers l'Andorre depuis la France.
Le domaine skiable d'Ax 3 Domaines s'étend de 1400 à 2300 mètres d'altitude, au-dessus de la station de Bonascre, qui surplombe la ville d'Ax les Thermes. La ville et la station sont reliées par une télécabine, construite en 2002. On y skie sur une quarantaine de pistes de tous niveaux, desservies par une grosse quinzaine de remontées mécaniques.

Cliquez sur le logo de la station pour une description plus détaillée du domaine :
Image


L'axe Bonascre-Saquet : un axe historique

S'il est possible d'atteindre le plateau du Saquet depuis la vallée de l'Ariège dès 1955, le plateau de Bonascre reste vierge de toute construction jusqu'à la décision du conseil municipal d'y bâtir une station de ski, en 1963. Deux ans plus tard, alors que la route reliant Ax-les-Thermes à Bonascre est goudronnée et que les premiers immeubles sortent de terre, la première remontée mécanique apparaît à Bonascre en 1965. Il s'agit de la télécabine de Bonascre, longue de plus de 2,5 kilomètres : elle permet aux skieurs de directement rallier le plateau du Saquet, où le domaine skiable se développe progressivement.

Une cabine de la télécabine de Bonascre en ligne (DR):
Image

Vers le milieu de la ligne (DR):
Image

Arrivée en gare amont (DR):
Image


Le succès ne se fait pas attendre, et très vite, la télécabine de Bonascre est saturée. C'est pourquoi la SAVASEM, exploitant le domaine skiable, décide en 1972 de la doubler par une chaîne de deux remontées. La première sera le télésiège biplace de la Crémade, partant d'à côté de la gare aval de la télécabine et montant vers la droite jusqu'à un gros replat dans la forêt. De là partait la deuxième remontée : il s'agissait du téléski de Manseille, long de plus d'1,6 km, et gagnant le sommet de la télécabine de Bonascre, à l'extrémité nord du plateau du Saquet.

La gare aval du télésiège de la Crémade :
Image

Quelques vues de la ligne du télésiège de la Crémade :
Image


Mais ces investissements, même s'ils sont bienvenus, ne parviennent pas à totalement panser les manquements de la télécabine de Bonascre. Aussi est-il décidé, en 1975, de la remplacer par une télécabine quadriplaces de Poma, en réutilisant certains pylônes en treillis, exactement sur le même tracé. Cette transformation s'avère être une réussite : les files d'attente disparaissent, du moins provisoirement.

Le début de la ligne de la télécabine quadriplaces de Bonascre (DR):
Image

En passant au-dessus de la piste "Bonascre" (DR):
Image

Plusieurs vues de la télécabine (DR):
Image


Mais la question des files d'attentes revient encore et toujours à l'ordre du jour. C'est pourquoi, en 1985 et 1986, la télécabine de Bonascre, équipée de cabines 4 places depuis 1975, est transformée en télécabine à six places, tout en conservant certaines infrastructures de la télécabine de 1965, comme des pylônes en treillis par exemple. Certains pylônes et balanciers sont changés en 1985, tandis que les gares sont quant à elles remplacées en 1986.

La télécabine de Bonascre version 1986, peu de temps après sa construction :
Image


L'axe Bonascre-Saquet reste par la suite inchangé jusqu'au XXIème siècle. Au début des années 2000, la fréquentation de la station ne cesse d'augmenter, et la télécabine de Bonascre, le télésiège de la Crémade et le téléski de Manseille ne suffisent plus à absorber tous les skieurs. En 2006, il est donc décidé de remplacer ces deux derniers par un très long télésiège débrayable six places, appelé Lièvre Blanc, doublant la télécabine de Bonascre sur un tracé parallèle.

La télécabine de Bonascre : l'appareil majeur de la station

La télécabine de Bonascre a été construite par Poma en 1986, en remplacement de la télécabine quadriplaces de Bonascre, en reprenant une partie des infrastructures de ligne de cette dernière.
C’est un appareil très important sur le domaine, puisque seuls lui et le télésiège du Lièvre Blanc permettent de rejoindre le plateau du Saquet, et ainsi d’accéder aux autres secteurs du domaine skiable (le Saquet et les Campels). A ce rôle de liaison crucial s’ajoute le ski propre très intéressant que propose cette télécabine, puisqu’elle dessert la quasi-totalité des pistes du secteur Bonascre, composé de très longues pistes en forêt très agréables. Ajoutons enfin que, cette télécabine étant accessible aux piétons, nombre d’entre eux l’empruntent pour monter au plateau du Saquet afin de profiter du panorama offert au sommet, et de se promener sur le plateau.
Ces deux rôles de liaison et de desserte de ski propre de qualité font de la télécabine de Bonascre un appareil extrêmement chargé à toute heure de la journée le week-end et pendant les vacances scolaires. Il est très courant, notamment lorsque les Toulousains sont en vacances ou que les conditions sont bonnes le week-end, d’y faire la queue pendant plus de vingt minutes le matin et en début d’après-midi. Cette très importante fréquentation lui vaut d’ailleurs des arrêts fréquents dûs aux difficultés rencontrées par les skieurs pour embarquer et débarquer, en raison de la vitesse d’exploitation assez élevée choisie par l’exploitant pour absorber les files d’attente importantes.

Côté technique, on retrouve ici une télécabine assez originale, tant du point de vue architectural de la gare aval que du point de vue de la ligne. La gare aval est en effet assez imposante, et a la particularité de disposer d’un garage en sous-sol. Quant à la ligne, elle se distingue par sa longueur très importante (plus de 2,6 kilomètres) : elle était à ce titre jusqu’en 2005, année de la construction de la télécabine du Lys à Cauterets, la deuxième plus longue télécabine des Pyrénées Françaises, derrière la télécabine d’Ax-Bonascre, dans la même station. Elle était donc, jusqu'à la construction de cette dernière en 2002, la télécabine la plus longue des Pyrénées Françaises ! La ligne est également assez surprenante, puisqu’elle est un étonnant mélange entre des pylônes treillis blancs datant de la télécabine de 1964, des pylônes tubulaires blancs datant de la rénovation des années 1980, et des pylônes tubulaires gris galvanisés datant des années 2010, installés pour remplacer les pylônes tubulaires trop abîmés.
On remarquera aussi le nombre très important de pylônes soutenant la ligne : ces derniers s’élèvent en effet au nombre de 36, ce qui est remarquable pour une telle longueur de ligne. Les années 1980 sont en effet marquées par l’abandon des balanciers dits « support-compression » par le constructeur Pomagalski. A la place sont installés des enchaînements de pylônes support, compression, puis support. On retrouve donc des pylônes assez rapprochés sur la télécabine, et de fréquentes séries de pylônes distants de seulement quelques mètres.
Le lecteur pourra enfin noter que la télécabine de Bonascre fait partie des rares remontées du domaine dont l'accès est soumis à la validation du forfait par des bornes mains libres, communes au télésiège du Lièvre Blanc. C'est aussi la dernière télécabine à pinces S installée non seulement en France, mais également dans le monde entier !


Côté ski, la télécabine du Bonascre dessert une vaste palette de pistes :

  • La verte « Boulevard de la Griole », très longue piste verte serpentant en forêt jusqu’au front de neige de Bonascre. Elle peut se scinder en deux parties, ces dernières se séparant au moment où la piste passe au même endroit que la piste « Bonascre », à l’endroit où se termine la piste « Manseille » et commence la piste « Sapins ».
  • La partie inférieure de la piste « Ronde des Marmottes », piste enneigée artificiellement et très importante puisqu’elle permet à tous les skieurs arrivant de la télécabine et souhaitant skier sur les domaines du Saquet ou des Campels de rejoindre les remontées s’y trouvant. On peut donc, depuis cette piste, rejoindre les téléskis du Col, des Chalets et du Casse, ainsi que les télésièges de la Tute et de l’Ours.
  • La verte « Gentianes », assez courte piste verte plus ou moins parallèle à la partie inférieure de la piste « Ronde des Marmottes ».
  • La bleue « Bonascre » : c’est la piste principale de la station, qui descend sur près de 4 kilomètres du sommet de la télécabine jusqu’au front de neige de Bonascre. Elle est entièrement équipée de canons à neige pour pallier à une éventuelle faiblesse de l'enneigement naturel. On peut également, depuis cette piste, bifurquer sur la bleue « Font-Frède », très belle piste d’un gros kilomètre qui arrive au départ du télésiège de Mansèdre.
  • La bleue « Manseille », sorte de variante de la première partie de la piste « Bonascre », et qui reprend exactement le même tracé que celui qu’empruntait le téléski de Manseille. Elle rejoint la piste Bonascre au niveau de l’arrivée de l’ancien télésiège de la Crémade.
  • La bleue « Sapins », prolongement de la piste « Manseille » et rejoignant les gares aval du télésiège du Lièvre Blanc et de la télécabine de Bonascre. Sur sa partie inférieure, on skie entre les lignes de ces deux remontées.
  • La rouge « Pylônes », sorte de variante de la piste « Bonascre » sur sa partie intermédiaire, longeant intégralement la ligne de la télécabine de Bonascre entre ses pylônes 11 et 17.


Situation sur le plan des pistes d'Ax 3 Domaines :
Image

Situation sur la carte IGN au 1/25000e d'Ax (Géoportail – Droits réservés) :
Image


Caractéristiques de l’appareil :

Caractéristiques administratives :

  • Type de remontée : TCD – Télécabine à attache débrayable
  • Nom de la remontée : BONASCRE (SAQUET)
  • Exploitant : SAVASEM (Ski Alpin Vallées d'Ax Société d'Economie Mixte)
  • Constructeur : POMAGALSKI
  • Maître d'oeuvre : DCSA
  • Maître d'ouvrage : SAVASEM
  • Année de construction : 1986

Caractéristiques d’exploitation :

  • Saison d’exploitation : Hiver et été
  • Capacité : 6 personnes
  • Débit à la montée : 2030 p/h
  • Débit à la descente : 2030 p/h
  • Vitesse d’exploitation : 5 m/s

Caractéristiques géométriques :

  • Altitude aval : 1391 m
  • Altitude amont : 2013 m
  • Dénivelé : 622 m
  • Longueur développée : 2720 m
  • Longueur horizontale : 2600 m
  • Pente moyenne : 23,92 %
  • Pente maximale : 37,00 %

Caractéristiques techniques :

  • Tension : Aval
  • Type de tension : Hydraulique
  • Motrice : Amont
  • Puissance développée : 650 kW
  • Sens de montée : Droite
  • Nombre de pylônes : 36
  • Dispositif d'accouplement : Double pince S
  • Type de véhicules : Cabines SP77
  • Nombre de places : 6
  • Espacement entre deux cabines : 10 secondes
  • Nombre de cabines : 116
  • Diamètre de la poulie motrice : 3400 mm
  • Diamètre de la poulie retour : 3400 mm

Caractéristiques du câble :

  • Fabricant du câble : TREFILEUROPE
  • Année de pose : 1986
  • Revêtement : Clair
  • Type de câblage : Lang à droite
  • Diamètre : 40,50 mm
  • Composition : 6*17 fils
  • Âme : Textile

Caractéristiques de la ligne :

  • P1 : 12C/12C
  • P2 : 4S/4S
  • P3 : 8S/8S
  • P4 : 6S/6S
  • P5 : 6S/6S
  • P6 : 6S/6S
  • P7 : 6S/6S
  • P8 : 4S/4S
  • P9 : 12C/12C
  • P10 : 4S/4S
  • P11 : 6S/6S
  • P12 : 6S/6S
  • P13 : 6S/6S
  • P14 : 6S/6S
  • P15 : 6S/6S
  • P16 : 4S/4S
  • P17 : 8S/8S
  • P18 : 8S/8S
  • P19 : 8S/8S
  • P20 : 8S/8S
  • P21 : 12C/12C
  • P22 : 12C/12C
  • P23 : 4S/4S
  • P24 : 8S/8S
  • P25 : 8S/8S
  • P26 : 12C/12C
  • P27 : 4S/4S
  • P28 : 6S/6S
  • P29 : 12S/12S
  • P30 : 12S/12S
  • P31 : 4S/4S
  • P32 : 12C/12C
  • P33 : 4S/4S
  • P34 : 4S/4S
  • P35 : 12S/12S
  • P36 : 12S/12S


Ligne et infrastructures de la télécabine de Bonascre :


La gare aval :

La gare aval de la télécabine de Bonascre se trouve à 1380 mètres d'altitude, en amont du front de neige de Bonascre et de la station du même nom. Située à quelques mètres de la gare aval du télésiège du Lièvre Blanc, c'est la station tension de l'appareil. Cette dernière est assurée par le biais de vérins hydrauliques. Intégralement reconstruite en 1986, la gare aval a également la particularité d'accueillir un garage souterrain, pouvant accueillir toutes les cabines de la ligne.
Les lancement et le ralentissement des cabines sont assurés par des poutres à pneus, et les cabines sont, dans le contour, traînées par une chaîne.

Premier aperçu de la gare aval depuis l'arrivée de la piste "Bonascre" :
Image

Vue de trois quarts arrière :
Image

Avec le début de la ligne :
Image

L'accès à la télécabine :
Image

La plaque d'informations relatives à la télécabine :
Image

Vue globale de l'intérieur de la gare aval :
Image

L'accès au garage se fait via un ascenseur pour cabines, situé derrière cette grille :
Image

La chaîne de traînage des cabines en gare après le ralentisseur :
Image

Le contour :
Image

La chaîne de traînage sur le brin montant :
Image

Le quai d'embarquement :
Image

Départ imminent :
Image

Dans le lanceur :
Image


La ligne :

La ligne de la télécabine de Bonascre est impressionnante par ses caractéristiques, avec ses 2720 mètres de longueur, ses 622 mètres de dénivelé, et surtout ses 36 pylônes ! Cela s'explique par le fait que les télécabines précédentes comptaient des pylônes support-compressions, qui évitaient d'avoir à poser un enchaînement de pylônes supports puis compressions sur une très courte distance. Poma ne proposant plus de solution "support-compression" en 1986, le profil irrégulier de la ligne a donc imposé un nombre très élevé de pylônes. Après une première montée jusqu'au pylône 5, la ligne devient plus plate. Mais cela ne dure pas longtemps puisque dès l'enchaînement des pylônes 8 à 10, la ligne prend de l'inclinaison pour monter le long de la piste "Pylônes". La pente ne faiblit ensuite pas jusqu'à l'enchaînement des pylônes 17, 18 et 19, qui permet aux cabines de passer une petite crête et de replonger dans un creux. Il faut ensuite attendre le vingt-et-unième pylône pour que la pente n'augmente à nouveau, modérément. Elle devient par la suite forte à partir du pylône 26, jusqu'au pylône 29, qui permet aux cabines de voler au-dessus de la piste "Bonascre". Le trentième pylône ramène la ligne à l'horizontale... Mais ce n'est que provisoire, puisque dès le pylône suivant, une nouvelle compression est imprimée à la ligne, lançant les cabines dans leur dernière montée jusqu'au pylône 36, dernier avant la gare amont.

Les deux premiers pylônes en sortie de gare :
Image

En avant sur la ligne avec la portée P2-P3 :
Image

P3 :
Image

Tête du pylône P3 :
Image

Portée P3-P4, et passage au-dessus de la piste "Sapins" :
Image

P4 :
Image

Portée P4-P5 :
Image

P5 :
Image

Portée P5-P6. On aperçoit également la trouée du télésiège du Lièvre Blanc :
Image

P6. Nous longeons toujours la piste "Sapins" :
Image

Portée P6-P7 :
Image

Portée P7-P8 :
Image

Fin de la portée :
Image

P8. Il est rapidement suivi du P9, qui imprime à la ligne sa deuxième compression, puis du P10 :
Image

Portée P10-P11 :
Image

P11 :
Image

Portée P11-P12, et passage au-dessus de la piste "Bonascre" :
Image

P12 :
Image

Tête du pylône P12 :
Image

Portée P12-P13. On longe désormais la piste "Pylônes" :
Image

P13 :
Image

Portée P13-P14 :
Image

P14 :
Image

Portée P14-P15 :
Image

P15 :
Image

Portée P15-P16 :
Image

P16 :
Image

P17, qui met un terme à cette montée :
Image

P18. La ligne entame une partie en descente :
Image

P19 :
Image

Longue portée P19-P20 :
Image

P20 :
Image

Courte portée P20-P21, avant de remonter :
Image

P21 :
Image

P22 :
Image

P23 :
Image

Portée P23-P24 :
Image

P24 :
Image

Portée P24-P25 :
Image

P25 :
Image

Portée P25-P26, et passage au-dessus de la piste "Font Frède" :
Image

P26, cinquième compression de la ligne :
Image

P27 :
Image

Portée P27-P28 :
Image

Portée P28-P29 :
Image

P29 :
Image

Portée P29-P30 et passage au-dessus de la piste "Bonascre" :
Image

P30 :
Image

Portée P30-P31, en légère descente :
Image

P31 :
Image

P32, sixième compression :
Image

P33 :
Image

Portée P33-P34 :
Image

P34 :
Image

Portée P34-P35 :
Image

P35 :
Image

Portée P35-P36, et passage au-dessus de la bretelle d'accès à la piste "Bonascre" depuis le télésiège du Lièvre Blanc :
Image

P36, dernier pylône de la ligne :
Image


La gare amont :

La gare amont de la télécabine de Bonascre se trouve à 2002 mètres d'altitude, à l'extrémité nord du plateau du Saquet, un peu au-dessus de l'arrivée du télésiège du Lièvre Blanc. Elle est abritée dans un vaste bâtiment recouvert de tôle blanche, abritant également plusieurs rails de stockage de cabines, et un petit atelier de maintenance. Elle est également fréquemment utilisée pour stocker du matériel de signalisation des pistes ou d'autres éléments.
C'est la station motrice de l'appareil : la machinerie se trouve sous la gare, et est reliée à la poulie motrice par un arbre lent, lui-même en prise avec le réducteur relié à un moteur asynchrone d'une puissance de 650 kW.

Entrée dans le ralentisseur de la gare :
Image

Entrée en gare :
Image

Ouverture des cabines...
Image

Vue sur le ralentisseur depuis le quai de débarquement :
Image

L'intérieur de la gare depuis le quai de débarquement :
Image

La poulie motrice :
Image

Direction la sortie :
Image

Le contour et l'aiguillage vers les rails de stockage de la gare :
Image

Vue générale de l'intérieur de la gare amont :
Image

La sortie de la gare :
Image

Vue générale de l'extérieur de la gare amont :
Image

Depuis l'arrière :
Image

Vue de trois quarts avant :
Image

Vue rapprochée des lanceurs :
Image

Vue plus générale en partant sur la piste "Bonascre" :
Image


Véhicules et pinces :

Poma a équipé la télécabine de Bonascre de 116 cabines SP77, pouvant accueillir jusqu'à 6 personnes. A l'origine, l'installation n'en comptait que 88. Néanmoins, au vu des files d'attente interminables qui s'étiraient en gare aval, l'exploitant a procédé en 1999 au rajout de 28 cabines. Si les cabines en elles-mêmes provenaient de l'ancienne télécabine de Lou Bac, aux Angles (remplacée en 1998 par la télécabine des Pèlerins), 20 des pinces provenaient de l'Alpe d'Huez, et les huit restantes étaient neuves au moment de l'augmentation de débit.
L'ensemble des cabines SP77 sont suspendues au câble par des doubles pinces S.

Une cabine dans le contour de la gare aval :
Image

Une cabine en ligne en hiver :
Image

Une cabine en ligne en été :
Image

Une pince dans le ralentisseur de la gare aval :
Image


Diverses vues de la ligne :

Au niveau du passage au-dessus de la piste "Bonascre" grâce à la portée P29-P30 :
Image

Vue depuis le même endroit sur le haut de la ligne :
Image

Les pylônes P18 et P19, avant de basculer dans le vallon :
Image

Au-dessus de la piste "Pylônes". On aperçoit la station de Bonascre en contrebas :
Image

D'un peu plus bas :
Image

Depuis le milieu de la piste :
Image

Dernier coup d'oeil vers le haut :
Image


Bonascre : une télécabine à bout de souffle ?

La télécabine de Bonascre a aujourd'hui plus de trente ans, et semble bien partie pour fêter ses quarante ans en 2026. En effet : la station s'est lancée récemment dans un plan de réaménagement du secteur des Campels, qui verra la construction de trois télésièges. Au vu du montant de ces investissements, il y a fort à parier que la station n'investira pas avant quelques bonnes années : la télécabine de Bonascre devrait donc rester encore en place relativement longtemps, ce que semble confirmer le remplacement progressif de tous les fûts de pylônes tubulaires.
Pourtant, elle commence déjà à montrer quelques signes de faiblesse : les incidents se multiplient petit à petit, les arrêts sont de plus en plus fréquents, et le débit reste limité, d'autant plus que toutes les cabines ne sont pas en ligne. Espérons que son remplacement, après celui des appareils des Campels, ne traînera pas trop...


------------------------------------------------

Ainsi se termine ce reportage.
Merci de l’avoir lu et à bientôt !

(c) – Octobre 2017 – collonges74 - Tous droits réservés – Modification interdite sans l’accord des auteurs.

Merci à Bas et à Guigui74 pour leurs apports à propos de l'historique de l'installation !

Photos : collonges74
Photos prises le 25 février 2017 et le 11 mars 2017
Textes, bannière et mise en page : collonges74



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :