En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TCD6 de Costebelle

Pra Loup (La Foux-Pra Loup)

Poma

T2 HS
Année de construction : 1983
Fin de service en : 2018

Suivre la discussion sur le forum



 
Sommaire
Auteur de ce reportage : Gusgus3000
Section écrite le 04/07/2020 et mise à jour le 30/07/2020
(Mise en cache le 08/08/2020)

Bonjour, partez à la découverte de la :

Image



Au sommaire de ce reportage :


  • Bienvenue à Pra Loup !
  • La télécabine de Costebelle, un axe stratégique
  • La télécabine 4 places de Costebelle
    Costebelle, version 1983
    L’accident du 25 mars 2018
    Le remplacement de la télécabine en 2019
  • Caractéristiques de l’installation
  • La gare aval
  • La ligne
  • La gare amont
  • Véhicules et pinces
  • Costebelle, un axe stratégique de Pra Loup

 
Bienvenue à Pra Loup !
Auteur de ce reportage : Gusgus3000
Section écrite le 06/07/2020 et mise à jour le 08/11/2020
(Mise en cache le 08/11/2020)

Bienvenue à Pra Loup !

Pra Loup est une station de sports d’hiver familiale de la vallée de l’Ubaye située dans le département des Alpes de Haute Provence. La station est située à 7 kilomètres de la sous-préfecture de son département, Barcelonnette.
On trouve deux fronts de neige, Molanès (ou Pra Loup 1500) et Pra Loup 1600.
Pra Loup est relié au domaine de la Foux-d’Allos skis aux pieds. Réunis, ils forment l’Espace Lumière qui s’étend de 1400 mètres à 2600 mètres d’altitude au sommet de l'Observatoire. Au total, ce groupement commercial offre 180 kilomètres de pistes de tous niveaux desservies par 46 remontées mécaniques. Il est l’un des plus grands des Alpes du Sud, le plus grand étant Serre Chevalier Vallée, dans les Hautes-Alpes.

Pra Loup est née dans les années 60 par la volonté d’investisseurs de la vallée de l’Ubaye et d’investisseurs extérieurs. L’idée fut émise dès la fin des années 50 par André Gandoulf qui s’entoura d’Émile Allais, skieur alpin français, et d’Honoré Bonnet, entraîneur de l’équipe de France de ski alpin. Ce dernier propose 10 000 lits à la place des 3 000 qui devaient être construits. Depuis le sommet de Peguieou (2739 mètres), il trouve le terrain très propice au ski avec le vallon des Agneliers. Ce vallon deviendra la liaison avec la Foux d’Allos en 1977.

Image
>> Cliquez sur le logo pour accéder à la fiche de la station <<

 
La télécabine de Costebelle, un axe stratégique
Auteur de ce reportage : Gusgus3000
Section écrite le 06/07/2020 et mise à jour le 08/11/2020
(Mise en cache le 08/11/2020)

La télécabine de Costebelle, un axe stratégique

La télécabine 4 places de Costebelle

La télécabine débrayable quatre places de Costebelle a été construite par Weber en 1965. Cette télécabine faisait partie des premières installations de Pra Loup. L’appareil rencontre un franc succès dès son ouverture. La gare aval se situait dans le même bâtiment qu’aujourd’hui. Lors de ses débuts, aucun bâtiment ne l’entourait.

Côté technique, il s’agissait d’une télécabine à attaches débrayables quatre places, équipée d’attaches type C du constructeur suisse GMD Müller dont le serrage et le desserrage s’effectuaient par une roue dentée sur une crémaillère.

⟶ Pour mieux comprendre ce fonctionnement, vous pouvez regarder cette vidéo sur YouTube illustrant cette pince : https://bit.ly/3dlUoKb

Les lanceurs et les ralentisseurs utilisaient la force gravitaire. En entrant en gare, la roue dentée rencontrait la crémaillère et la pince venait se dégripper du câble. Le véhicule arrivait alors sur une rampe en montée équipée d’une chaîne de cliquets anti-retour. Le lanceur était une rampe en descente équipée à sa fin d’une crémaillère réalisant la fermeture de la pince.

Image
Weber, un constructeur méconnu. Cliquez sur le logo pour accéder à la fiche de ce constructeur.


Image


Mais, plus tard, de nombreux immeubles furent construits autour de la gare et les pylônes furent mis en couleur.

Image

Image
Le début de la ligne.

Image

Image

Image

Image

Image


Dès la sortie de la gare, on trouvait un pylône en portique avec des balanciers composés de six galets compressions et de deux galets supports situés aux extrémités des balanciers. Ce portique fut de deux couleurs différentes : rouge dans un premier temps puis vert.

Image
Le portique en rouge. On distingue un téléski « école » dans le fond de la photo.

Image
Le portique, en vert.

Image


Costebelle version 1983

A partir de 1983, la télécabine de Costebelle qui acheminait les skieurs à 2125 mètres d’altitude, était une 6 places qui avait remplacé la 4 places Weber. C’était un axe très important de Pra Loup. En effet, directement implantée sur le front de neige, elle acheminait les skieurs en altitude.

Cette télécabine faisait partie de la gamme des télécabines Poma dite « Plus ». Cette appellation introduisit une amélioration des premières télécabines à pinces S. Cette gamme sera commercialisée par Pomagalski de 1982 à 1986. Elle reprenait toutes les technologies des télésièges légers modulaires à pinces T mais en utilisant les pinces S.

Image


On retrouva donc des composants communs comme les chaînes de traînage à couteaux, le lancement et le ralentissement assuré par des pneus et un design des tôles recouvrant les lanceurs en forme pentagonale inspirés des premiers télésièges débrayables légers. Voici un schéma illustrant l’entraînement par les pneus.

Image


La télécabine de Costebelle permettait l'accès à 5 pistes :

  • Sestrières : petite piste verte, elle permet l'accès à la gare aval du téléski de Sestrières.
  • Sestrières : assez longue piste bleue permettant dans un premier temps l'accès au téléski de Sestrières puis de ceux des Courtil I & II.
  • Bergerie : accessible par une bretelle partant de la gare amont de la télécabine, elle permet l'accès au télésiège des Bergeries.
  • Langail : courte piste mais assez technique permettant elle aussi l'accès à la gare aval du télésiège des Bergeries.
  • Costebelle : longue piste rouge redescendant jusqu'au la gare aval de la télécabine en longeant une bonne partie de cette dernière et desservant le stade Christel Pascal.


Situation sur le plan des pistes :

Image

Image


L’histoire de cette télécabine s’est arrêtée en 2018. Le remplacement de cette dernière, motivée par sa vieillesse et l’accident survenue le 25 mars 2018, devenait presque obligatoire. Un appareil de même type et réutilisant uniquement le moteur est donc construit par Pomagalski durant l’été 2019.

L’accident du 25 mars 2018

Le 25 mars 2018, un accident survient en pleine période d'exploitation de l'appareil. Ce fait majeur marquera la mise à l'arrêt du dernier appareil à pinces S du département.
Ce jour-là, à 13 h 38, la cabine n° 7 se décroche du câble quelques instants après sa sortie de la gare de départ et fait une chute de plus de 10 mètres avant de dévaler la pente sur une centaine de mètres. Avant sa chute, cette cabine, fort heureusement vide, est venue percuter une autre cabine, la n° 28, qui est toutefois restée sur le câble. Un plan d'évacuation est alors mis en place et les 72 passagers ne seront évacués que trois heures plus tard.
Le BEATT - Bureau d'Enquêtes sur les Accidents de Transport Terrestre - mène une large enquête technique avec le soutien du STRMTG, Service Technique des Remontées Mécaniques et Transports Guidés. Il apparaît rapidement qu'un très léger décalage du premier pylône de ligne a empêché la fermeture corrects des mors de l'attache débrayable. Ceux-ci, resté en position ouverte du fait du mauvais positionnement du câble, ont provoqué le glissement de la cabine le long du câble dès que la pente de l'installation est devenue significative. Les sécurités mises en places en sortie de gare et au niveau des pylônes ont bien fonctionné et l'appareil s'est arrêté à deux reprises avant l'accident, avant de redémarrer suite à un mauvais diagnostic de la situation par les opérateurs.
La vétusté de la technologie Poma à pinces S est mise en évidence. Aucun appareil neuf de ce type n'a été construit en France depuis 35 ans et un très léger décalage a été à l'origine d'un incident majeur, ce qui laisse présager d'accidents plus graves si des mesures de sécurité importantes ne sont pas prises.
Dans un soucis d'image et conformément aux recommandations, la station de Pra Loup n'a jamais remis en service commercial cet appareil et a procédé à son remplacement l'année suivante par un appareil presque entièrement neuf.

⟶ Accéder au rapport du BEA-TT en cliquant ici.

Le remplacement de la télécabine en 2019

La quasi-totalité des équipements ont été remplacés sauf le moteur, les bâtiments des gares, les massifs des pylônes et certains pylônes. Certains les pylônes ont été changés, les lanceurs, les ralentisseurs, le convoyage des véhicules, les véhicules, les pinces, le câble, les installations électriques…

Image
Revivez le chantier sur le forum en cliquant sur la bannière.

 
Caractéristiques de l’appareil
Auteur de ce reportage : Gusgus3000
Section écrite le 06/07/2020 et mise à jour le 08/08/2020
(Mise en cache le 08/08/2020)

Caractéristiques de l’appareil

Voici les caractéristiques de la télécabine de 1983 :

- Caractéristiques Administratives

TCD – Télécabine à attaches débrayables : COSTEBELLE
Maître d’ouvrage : SMA PRA-LOUP
Maître d’œuvre : DDE 04
Exploitant : SMAP
Constructeur : Pomagalski
Année de construction : 1983
Année de fin d’exploitation : 2018

- Caractéristiques d’Exploitation

Saisons d'exploitation : Hiver et Été
Capacité : 6 personnes
Débit théorique à la montée : 1800 personnes/heure (100 %)
Débit autorisé à la montée : 1350 personnes/heure (100 %)
Débit théorique à la descente : 900 personnes/heure (50 %)
Débit autorisé à la descente : 675 personnes/heure (50 %)
Vitesse maximale d'exploitation : 5,00 m/s

- Caractéristiques Géométriques

Altitude aval : 1640 mètres
Altitude amont : 2090 mètres
Dénivelée : 450 mètres
Longueur développée : 1566 mètres
Longueur horizontale : 1500 mètres
Pente maximale : 54,95 %
Pente moyenne : 30, 00 %

- Caractéristiques Techniques

Emplacement tension : Amont
Type de tension : Hydraulique
Emplacement motrice : Amont
Type de motorisation : Continu
Puissance développée : 333 kW
Sens de montée : Gauche
Nombre de pylônes : 14
Dispositif d’accouplement : Doubles pinces S
Nombre de véhicules : 34 cabines (1983), 16 cabines (1997) et 1 véhicule de service
Espacement : 16,0 secondes

- Caractéristiques du Câble

Constructeur : Arcelor Mittal
Année de fabrication : 2011
Année de pose : 2011
Sens de câblage : Droite
Type de câblage : Lang
Diamètre : 40,50 millimètres
Revêtement : Clair
Fonction du câble : Porteur-tracteur
Masse linéique : 5,78 kilogrammes/mètres
Pas de câblage : 292,00 millimètres
Composition : 6x17 fils
Pas de toronage : 118,00 millimètres
Type d’âme : Compacte
Résistance à la rupture : 113800 daN
Section du toron : 108,0 mm2

 
La gare aval
Auteur de ce reportage : Gusgus3000
Section écrite le 06/07/2020 et mise à jour le 07/08/2020
(Mise en cache le 08/08/2020)

La gare aval

La gare aval, située à 1640 mètres d’altitude, assurait la tension de l’appareil. Elle était implantée sur le front de neige de Pra Loup 1600. L’accès à l’installation s’effectuait par des escaliers. Nichée dans l’ancienne gare de la télécabine, l’embarquement se faisait latéralement et de plain-pied. Le débarquement pour la descente s’effectuait dans le sens opposé à l’embarquement. Le lanceur et le ralentisseur étaient équipés de poutres à pneus et utilisaient le principe du lanceur/ralentisseur gravitaire pour réduire leur longueur. La tension s’effectuait à l’aide de deux vérins hydrauliques exerçant une tension nominale de 18506.0 daN à une pression nominale de 110.0 bar. La mesure de la tension était assurée par un capteur de pression hydraulique.

Image
Quelques habitations proches de la gare aval.

Image
Vue d’une partie du front de neige depuis le début des escaliers.

Image
Le lanceur gravitaire équipé de poutres à pneu.

Image
Vue de 3/4 de la gare aval.

Image
Les escaliers.

Image
Zoom sur le lanceur.

Image

Image
L’embarquement vu depuis une cabine.

Image
La came de fermeture des portes.

Image
Au tout début du lanceur.

Image
Dans le lanceur.

Image
La fin du lanceur.

 
La ligne
Auteur de ce reportage : Gusgus3000
Section écrite le 06/07/2020 et mise à jour le 07/08/2020
(Mise en cache le 08/08/2020)

La ligne

La ligne était longue 1566 mètres et constituée de 14 pylônes. Toute la première partie de la ligne était doublée par le téléski du Stade. Le pylône 1, seule compression de la ligne, était situé à proximité immédiate de la gare aval. À partir du pylône 3, la ligne suivait un parcours forestier. Au pied du pylône 4 était situé un portique pour les départs des compétions de ski. À partir du pylône 7, la piste H. Bonnet s’éloignait de la ligne de la télécabine mais derrière les arbres, on retrouvait la piste Costebelle. Entre les pylônes 9 et 10, la ligne survolait la piste Sestrières. La très longue portée entre les pylônes 11 et 12 permettait le survol de la partie supérieure de la piste Costebelle. À proximité du pylône 12, on trouvait le départ du téléski de Costebelle. Les pylônes 13 et 14 remettaient la ligne à plat avant l’entrée en gare amont. La liaison de sécurité entre les deux gares est fillaire ;

Pomagalski avait équipé la ligne de 14 pylônes dont 1 compression et 13 supports. Le diamètre des galets était de 420 millimètres. Voici le détail des balanciers :

P1 : 12C/12C
P2 : 6S/6S
P3 : 8S/8S
P4 : 8S/8S
P5 : 6S/6S
P6 : 6S/6S
P7 : 8S/8S
P8 : 8S/8S
P9 : 6S/6S
P10 : 8S/8S
P11 : 8S/8S
P12 : 12S/12S
P13 : 8S/8S
P14 : 6S/6S

Image
Le P1, seul ouvrage compression de la ligne. Le premier galet est situé presque dans le lanceur.

Image
Une partie de la ligne.

Image
Retour sur le P1.

Image
Le P2.

Image
Retour sur le début de la ligne.

Image
Survol de la piste H. Bonnet et…

Image
Longue portée jusqu’au P3.

Image
Retour sur ce pylône.

Image
Longue portée jusqu’au P4.

Image

Image
Le P4 et le départ des compétition au sol.

Image
Zoom sur la tête de ce pylône.

Image
Longue portée jusqu’au P5.

Image

Image
Le P5.

Image
Portée P5-P6.

Image
Le P6.

Image
Le P7.

Image
Retour sur la tête de ce pylône.

Image
Portée jusqu’au P8.

Image
Le P8.

Image
Très longue portée jusqu’au P9.

Image

Image
Le P9.

Image
Portée jusqu’au P10

Image
Le P10, assez bas.

Image
Portée jusqu’au P11.

Image
Le P11.

Image
Survol de la partie supérieure de la piste Costebelle.

Image
Portée jusqu’au P12.

Image
Le P12.

Image
Au sol, de départ du téléski de Costebelle.

Image

Image
L’avant-dernière portée jusqu’au pylônes 13 et 14.

Image

Image

Image
Les deux derniers pylônes, 13 et 14.

Image
Dernière portée jusqu’à la gare amont.

 
La gare amont
Auteur de ce reportage : Gusgus3000
Section écrite le 06/07/2020 et mise à jour le 07/08/2020
(Mise en cache le 08/08/2020)

La gare amont

La gare amont, située sur la commune de l’Uvernet-Fours, culminait à 2090 mètres d’altitudes, à proximité du sommet de Costebelle et de son restaurant éponyme. Elle assurait la motorisation du câble à l’aide d’un moteur continu développant une puissance de 333 kW. On trouvait également le garage qui pouvait accueillir la totalité des véhicules de l’installation. Tout comme en gare aval, on retrouvait un coffret de pesage mécanique ayant un seuil d’alarme de 460 daN. Le lanceur et le ralentisseur étaient gravitaires et équipés de poutres à pneu. Le débarquement s’effectuait latéralement et non de plain-pied. L’embarquement pour la descente s’effectuait dans le sens opposé au débarquement.

Image
L’entrée dans la gare amont.

Image
Le ralentisseur.

Image
Une cabine dans le contour.

Image
Vue générale de l’intérieur de la gare amont.

Image
Vue sur la sortie et l’entrée de la gare amont.

 
Véhicules et pinces
Auteur de ce reportage : Gusgus3000
Section écrite le 06/07/2020 et mise à jour le 07/08/2020
(Mise en cache le 08/08/2020)

Véhicules et pinces

Pomagalski avait équipé la télécabine de 50 cabines SP6. Sur les portes, on retrouvait des porte-skis. En 1983, la télécabine disposait de 34 cabines. En 1997, 16 cabines ont été rajoutées afin d'augmenter le débit de l’appareil.

Image

Image
Zoom sur l’aération de la cabine.

Image
Une des vitres de la cabine.

Image
Vue partielle de l’assise.

Image
Les consignes de sécurité de la cabine.


Les cabines étaient reliées au câble par une double pince S :

Image

 
Costebelle, un axe stratégique de Pra Loup
Auteur de ce reportage : Gusgus3000
Section écrite le 06/07/2020 et mise à jour le 07/08/2020
(Mise en cache le 08/08/2020)

Costebelle, un axe stratégique de Pra Loup

La télécabine de Costebelle a acheminé durant 35 ans les skieurs au sommet éponyme. Son emplacement stratégique sur le domaine skiable de Pra Loup la rendait très fréquentée. Lors de sa construction, elle engendra un souffle en désaturant le front de neige. Malheureusement, elle fut très vite rattrapée par la fréquentation. L’ouverture du TSCD6-10 de la Clappe a remplacé la télécabine éponyme et permis une désaturation de la télécabine de Costebelle. L’accident survenu sur le 25 mars 2018 signa sa fin et un remplacement pour un appareil de même capacité mais permettant un plus grand débit.

Image
Costebelle, un axe important de Pra Loup victime de son succès.


Je tiens à remercier très chaleureusement toutes les personnes grâce auxquelles le reportage peut exister à savoir : Yann83 pour ses photos de l'installation, Lion pour ses photos de la construction du nouvel appareil, monchu pour ses clichés historiques et Guigui74 pour ses archives. Sans oublier également louislp pour m'avoir aidé à la rédaction du reportage en écrivant la sous-partie de l'accident et en me conseillant sur certains points du reportage.

Photos & Archives: Yann83, Lion, monchu & Guigui74
Bannière et mise en page : Gusgus3000
Texte : Gusgus3000 & louislp

© - 2020 - Gusgus3000 & louislp – www.remontées-mécaniques.net



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :