En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo



 
Val d'Isère, au cœur de la Haute Tarentaise
Auteur de ce reportage : fan2montagne73
Section écrite le 15/04/2019 et mise à jour le 19/05/2019
(Mise en cache le 19/05/2019)

Image



Au sommaire de ce reportage :


  • Val d'Isère, au cœur de la Haute Tarentaise
  • Historique de l'aménagement du Vallon de l'Iseran
  • Le Vallon, axe majeur du col de l'Iseran
  • Les infrastructures de la ligne
  • Autres photos
  • Le Vallon de l'Iseran, un appareil ancien qui s'apprête à tirer sa révérence



Val d'Isère, au cœur de la Haute Tarentaise

Val d'Isère est une station de ski savoyarde située en bordure de la célèbre route du col de l'Iseran, plus haut col routier d'Europe avec une altitude de 2770 m. La station se compose de plusieurs villages et hameaux éparpillés tout au long de la vallée : La Daille (1750 m), Val d'Isère centre (1850 m), Le Laisinant et le Fornet. Ces secteurs de la station comportent tous des remontées permettant de joindre n'importe quels autres endroits sur le domaine.

Le domaine skiable s’étend sur près de 6300 hectares et comporte 52 remontées mécaniques (1 funiculaire, 3 téléphériques, 2 télécabines, 22 télésièges, 18 téléskis, 2 télécordes et 4 tapis) qui desservent 82 pistes (12 pistes noires, 22 pistes rouges, 34 pistes bleues et 14 pistes vertes). Lors de la saison estivale, les adeptes du ski d'été peuvent s'adonner à ce plaisir au pied du col de l'Iseran, sur le glacier du Pissaillas.

La renommée du domaine fut générée par de nombreux événements sportifs de ski alpin. La première compétition en date, celle du Critérium de la Première Neige, fut organisée en 1955. Depuis elle fait partie intégrante du calendrier des épreuves de la FIS comme épreuve d'avant-saison. De plus, la station a organisé les épreuves de descente (H), de slalom géant et de Super G pour les jeux de 1992, se tenant à Albertville. Plus récemment, en 2009, Val d'Isère fut l'hôte des Championnats du Monde FIS réunissant 504 skieurs de 73 pays différents.

Image
^^Cliquez sur l'image pour accéder à une présentation plus détaillée^^

 
Historique de l'aménagement du Vallon de l'Iseran
Auteur de ce reportage : fan2montagne73
Section écrite le 15/04/2019 et mise à jour le 19/05/2019
(Mise en cache le 19/05/2019)

Historique de l'aménagement du Vallon de l'Iseran

L'exploitation du glacier du Pisaillas a été rendue possible grâce à la construction de la route du col de l'Iseran qui relie Val d'Isère à Bonneval-Sur-Arc (vallée de la Haute Maurienne). Son point culminant à 2770 mètres d'altitude en a fait le plus haut col routier d'Europe. La route a été officiellement inaugurée le 10 juillet 1937 par le président de la République Albert Lebrun. Dès lors, les skieurs pouvaient s'adonner aux joies de la glisse sur le glacier du Pisaillas.

Cependant, il faudra attendre 1962 pour voir apparaître les premières remontées du secteur. La première installation construite était le téléski du 3000, qui permettait de joindre le col depuis Solaise via la mythique piste noire du Tunnel. Toujours dans l'optique de développer le secteur, la STVI a également entrepris l'édification du télésiège fixe du Grand Pisaillas, alors seule remontée présente sur le glacier. Mais l'accès à ski était très difficile et c'est l'été que le secteur atteignait son plus gros pic de fréquentation. C'est ainsi que de 1954 à 1970, plus de 7 téléskis ont été installés en zone glacière pour promouvoir le ski d'été.

----> Lien vers le reportage de remontees sur le TKD du 3000

L'aménagement du Vallon a réellement débuté en 1972 par la construction du téléski du Col. L'appareil avait pour vocation de permettre le retour des skieurs en provenance de la piste du Tunnel sur le col sans avoir à emprunter des itinéraires jonchés de barres rocheuses sur les flancs de la Crête des Leissières. De plus, les skieurs n'avaient plus à descendre jusqu'au col et à devoir déchausser pour gagner le lac Céma. Le téléski sera doublé l'année suivante par un appareil de même marque (Pignon-Transcâble) sur un tracé parallèle.

----> Lien vers le reportage de remontees sur les TKD du Col 1 et 2

Pourtant, aucun accès depuis la vallée n'était possible et ceci constituait un problème de taille puisque les skieurs débutants pouvaient gagner le secteur uniquement par la route (lorsque celle-ci était ouverte). Pour résoudre le déficit de fréquentation hivernal, une solution par téléporté fut trouvée. En effet, le hameau du Fornet bénéficiait de pentes skiables et était accessible par la route en toute saison, ce qui amena à la construction du téléphérique du Fornet en 1973. Arrivant au pied du Vallon (2330 mètres d'altitude), il reliait à la fois le hameau et les téléskis du Vallon 1 et 2, joignant les téléskis du Col. En mai 1973, l'entièreté du Vallon était skiable et permettait aux débutants de joindre le glacier hiver comme été.

----> Lien vers le reportage de fan2montagne73 sur le TPH du Fornet

Les téléskis du Vallon furent ensuite modifiés pour devenir respectivement les téléskis des Pyramides et du Signal en 1976. En outre, le TKD des Pyramides permettait une liaison directe aux téléskis du Col tandis que celui du Signal desservait la crête éponyme pourvue de pentes raides et donnant accès à l'itinéraire des Gorges du Malpasset. Cette longue chaîne était néanmoins toujours enclavée par rapport au reste du domaine à cause de la crête des Leissières et du fameux TKD du 3000. L'année d'après, le constructeur Yan Liftengineering a mis en service le télésiège fixe des Leissières. Il avait la particularité de fonctionner dans les deux sens et ainsi de faire le va-et-vient entre Solaise et Pisaillas, ce qui a définitivement rompu l'isolement du secteur.

Le secteur était très mécanisé, mais manquait d'une liaison directe depuis la gare amont du téléphérique du Fornet pour joindre le Col de l'Iseran. En effet, il fallait emprunter deux téléskis longs et peu confortables pour le rallier qui sont respectivement ceux des Pyramides et du Col. Une télécabine du constructeur Italien Agudio a été construite en 1983 : la TCD6 du Vallon de l'Iseran. A cette époque, elle était le deuxième appareil du genre à sortir de terre dans la station (le premier étant la Daille). Ainsi, il fallait un peu moins de 20 minutes pour rallier le col depuis le Fornet (dont 12 minutes en télécabine), chose assez rare dans le début des années 1980 ou la majorité des appareils étaient des télésièges fixes ou des téléskis.

Image
Voici un plan des pistes datant de 2001. Il faut néanmoins prendre en compte les nombreux réarrangements depuis les années 1980 sur le glacier avec la suppression de plusieurs téléskis au profit d'appareils plus performants comme le TSD4 de la Cascade, construit en 2000. Sur le plan sont matérialisés le TPH du Fornet en Bleu, la TCD6 du Vallon de l'Iseran en rouge, le TSF2 des Leissières en vert et le TKD du 3000 en orange.


Par la suite, le secteur à évolué vers une modernisation globale des appareils. Le vieux télésiège de Leissières a ainsi été remplacé en 2003 par un télésiège débrayable 6 places sur un tracé similaire, ce qui a considérablement augmenté le débit horaire et donc le nombre de personnes se rendant sur le glacier. En 2006, les téléskis des Pyramides et du Signal (partie basse) ont été démontés pour laisser place au télésiège débrayable 4 places des Pyramides. Le but de la manœuvre était de "soulager" la télécabine et ouvrir une autre voie d'accès au glacier en enchaînant avec les téléskis du Col. Dans la foulée, le téléski du Signal a été doublé. Il est à noter que le téléski du 3000 a dû être démonté en 2012 à cause d'une pente trop élevée, qui n'était pas aux normes pour accueillir des skieurs. Néanmoins, il a réouvert en 2018 sur un tracé légèrement différent grâce aux restes de l'ancien téléski du Claret de Tignes.

Image
La disposition du domaine entre 2012 et 2016.


----> Lien vers le reportage de J'ib sur le TSD6 des Leissières
----> Lien vers le reportage de remontees sur le TSD4 des Pyramides

L'avenir semble, d'après les informations données par la station, porté sur une modernisation globale du secteur. En effet, le téléphérique du Fornet tend à une grande rénovation tandis que la télécabine devrait être remplacée sur un tracé similaire. Mais ces projets ne verront pas le jour avant au moins deux ou trois saisons en raison d'une refonte du plan neige et d'études pas encore débutées.

 
Le Vallon, axe majeur du col de l'Iseran
Auteur de ce reportage : fan2montagne73
Section écrite le 16/04/2019 et mise à jour le 19/05/2019
(Mise en cache le 19/05/2019)

Le Vallon, axe majeur du col de l'Iseran

Situé à l'extrémité orientale de l'Espace Killy, le Vallon de l'Iseran constitue un des 3 secteurs du domaine skiable de Val d'Isère. Il s'étend de 1930 mètres (hameau du Fornet) jusqu'à 3200 mètres d'altitude, sous les contreforts de la Pointe du Montet. Le Vallon de l'Iseran est aussi une des sources de l'Isère grâce à la présence du glacier du Pisaillas et d'autres sommets de plus de 3000 mètres à ses alentours. Il est aussi intéressant de noter que ce vallon a été façonné par les glaces lors de la dernière glaciation (ère glacière de Würm) survenue il y a plus de 10 000 ans et formé de roches d'origine océanique (gabbros et serpentinites métamorphisées).

Image
Une vue sur la partie haute du Vallon avec le téléski du Col sur la gauche de l'image.


La télécabine du Vallon est une remontée que l'on peut qualifier de "pilier" au sein du secteur, car elle concentre tous les flux descendants depuis les différentes pistes du secteur avec des skieurs provenant du glacier (via le télésiège du Céma), du Laisinant, de Solaise, du Fornet et du Signal de l'Iseran. Cette position lui permet donc d'être multi-usages au sein du secteur et d'offrir à la fois une liaison directe mais aussi un bel espace de ski propre.
Comme évoqué ci-avant, sa fonction première est donc celle d'un ascenseur vers le Col de l'Iseran qui donne accès à la zone glacière en empruntant par gravité la piste verte du Lac Céma. Il est aussi à noter que cette télécabine n'ouvre pas durant la période estivale, c'est donc en bus qu'il faut gagner le domaine skiable. Mais malgré cette fonction prédominante, la télécabine parvient à offrir un large espace de ski propre d'altitude tourné vers un public familial. En effet, l'entièreté des pentes desservies sont des pistes bleues qui grâce à leur exposition bénéficient d'un enneigement fort et d'une qualité de neige impeccable tout au long de la saison. Il n'est cependant pas conseillé aux débutants à skis ou en snowboard de s'engager sur ces pistes à cause du grand nombre de parties plates sur le milieu du vallon, ce qui oblige à prendre beaucoup de vitesse ou a contrario de pousser sur les bâtons. Enfin, la remontée peut aussi être utilisée à des fins de liaison avec Solaise en empruntant la piste bleue du Pont Abatte et le télésiège des Leissières, qui ramène les skieurs sur Val d'Isère par gravité avec le télésiège de la Datcha.

La télécabine du Vallon dessert donc les pistes suivantes :

→ Versant Pissaillas :


  • La piste verte du Lac Céma est la seule piste qui permette de se rendre au pied du télésiège de la Cascade. Elle tire son nom du lac qui est situé dans le virage à droite que décrit la piste sur sa partie finale. On notera que la piste n'est pas ouverte l'été car elle n'apporte aucune plus-value du fait de son éloignement du parking (ce qui lui empêche d'effectuer une quelconque liaison) mais aussi à cause de l'enneigement qui devient de plus en plus aléatoire.

→ Versant Vallon :


  • La piste bleue du Col longe la ligne du téléski du même nom. Elle offre un premier mur qui se transforme très vite en une longue ligne droite relativement plate qui oblige à sacrifier la première partie de la piste pour prendre suffisamment de vitesse. Elle se prolonge néanmoins plus en aval pour rejoindre la partie basse des Pyramides.
  • La piste bleue du Pré-chemin constitue une variante de celle du Col dans le sens ou elle sont toutes les deux parallèles l'une à l'autre. Là encore on retrouve un mur initial suivi d'un faux plat montant qui rejoint par la suite la piste des Pyramides ou celle du Vallon.
  • La piste bleue du Pont Abatte sert principalement à regagner le télésiège des Leissières, mais permet de descendre par gravité sur les pistes du Col et des Pyramides.
  • La piste bleue du Vallon prend source à la hauteur des téléskis du Col et se place dans la continuité des 3 pistes citées précédemment. Elle a la particularité de serpenter dans le lit du Ruisseau de l'Iseran et rejoint les derniers mètres de la piste rouge de la table d'orientation sur sa partie basse.
  • La piste bleue de Pyramides est desservie par la remontée uniquement dans sa partie basse et canalise la majorité du flux de skieurs en provenance de la gare amont de la télécabine. Elle permet ainsi le retour sur la gare aval de la télécabine, mais aussi sur le Fornet par gravité avec les pistes Mangard et Forêt. On notera qu'une pyramide est implantée en plein milieu de la piste, qui est à l'origine de sa dénomination.


Image
La localisation de la remontée sur le plan des pistes de Val d'Isère.




Résumons à présent quelques caractéristiques :

Caractéristiques administratives

TCD-Télécabine à pinces débrayables : VALLON DE L'ISERAN
Exploitant : Val d'Isère Téléphériques
Constructeur : AGUDIO
Année de construction : 1983

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 6 personnes
Débit à la montée : 1350 personnes/heure
Vitesse d'exploitation maximale : 4,0 m/s
Sens de la montée : Par la droite

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 2320 m
Altitude amont : 2790 m
Dénivelée : 470 m
Longueur développée : 2742 m
Pente moyenne : 17,43 %
Pente maximale : 66 %
Temps de trajet : 12 minutes

Caractéristiques techniques

Emplacement motrice : Amont
Type de motorisation : Asynchrone
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Contrepoids
Nombre de pylônes : 28

 
La gare aval
Auteur de ce reportage : fan2montagne73
Section écrite le 18/04/2019 et mise à jour le 19/05/2019
(Mise en cache le 19/05/2019)

Les infrastructures de la ligne

La gare aval

La gare aval de la télécabine du Vallon de l'Iseran est située à une altitude de 2320 mètres, sur un promontoire surplombant la vallée et le hameau du Fornet. Le bâtiment est entièrement fait de tôle et possède une passerelle commune avec la gare amont du téléphérique du Fornet, ce qui permet aux skieurs en provenance de cet appareil d'emprunter la télécabine sans avoir à quitter le bâtiment. On relèvera qu'un rafraîchissement de la façade a été effectué ces dernières années pour repeindre les tôles en noir (livrée d'origine en brun). Depuis les pistes, on accède à l’installation via une passerelle située à côté du restaurant du Signal et de la gare aval du TSD4 des Pyramides, qui permet de conduire les skieurs vers les portiques de contrôle des forfaits et aux quais. Au niveau intérieur, elle possède deux quais qui permettent l'embarquement et le débarquement tout comme des toilettes présentes sous l'arrière de la gare.

Côté technique, la gare aval joue le rôle de retour tension par contrepoids (placé sous la gare). Le câble subit ainsi une dérivation au moyen d'une première poulie, équipée d'un frein, qui va le faire plonger dans le sous-sol. Après passage au niveau du contrepoids, il est renvoyé dans le circuit au moyen d'une seconde poulie de dérivation. On notera que le frein de poulie aval n'est mis en route que lorsque le frein amont est mis en marche afin d'éviter un mécanisme de "pompage" en ligne. Le pompage provoque des va-et-vient verticaux des cabines lorsqu'un arrêt brusque est appliqué, et cet effet est très important sur la télécabine puisqu'il peut atteindre plusieurs mètres. Ainsi, bloquer une seule des deux poulies va bloquer le pompage. Enfin, la prise de mouvement est effectuée sur l'une des deux poulies de dérivation équipée d'une roue dentée et d'une courroie à chaîne. Elle va ensuite entraîner des axes qui vont faire fonctionner le traînage des cabines en gare.

Image
Une vue lointaine de la gare aval depuis la piste des Pyramides.

Image
En se rapprochant, on remarque bien l'interconnexion des différentes remontées avec le TSD4 des Pyramides à gauche, la télécabine au centre et le téléphérique du Fornet derrière.

Image
Une vue de 3/4 de l'ensemble.

Image
L'endroit est également très fréquenté, ce qui occasionne quelques embouteillages aux heures de midi.

Image
Une vue de face.

Image
Vue sur l'intérieur de la gare avec la fin des lanceurs au premier plan.

Image
Une cabine sortant de la gare.

Image
La passerelle d'accès.

Image
Le panneau indicateur.

Image
L'entrée avec les portiques de contrôle des forfaits.

Image
Vue d'ensemble sur le quai et le rail de rangement aval.

Image
Les deux poulies de dérivation visibles depuis les quais.

Image
C'est parti pour 12 minutes de montée.

 
La ligne
Auteur de ce reportage : fan2montagne73
Section écrite le 21/04/2019 et mise à jour le 19/05/2019
(Mise en cache le 19/05/2019)

La ligne

La ligne de la télécabine du Vallon est longue de 2742 mètres et effectue un dénivelé positif de 464 mètres à travers le vallon de l'Iseran. Après une montée régulière et un croisement sous la ligne du télésiège des Pyramides, la ligne subit une accélération de pente au niveau du pylône P6 sous forme d'un portique. La côte étant gravie, le trajet se poursuit par une descente dans une cuvette à partir du pylône P12. Dans de cette portion, la ligne croise la route de différentes pistes dont celle des Pyramides et celle du Signal bas, qui proviennent du télésiège des Pyramides. Le portique du P15 met fin à la portion descendante et amorce une partie plus plate jusqu'au portique P18. La montée de P18 au P24 constitue la dernière côte de la ligne. En effet, à partir du Pylône P24, la ligne devient presque horizontale jusqu'à son entrée en gare amont.

Au niveau technique, on relève que tous les pylônes en compression (excepté le P1) sont des portiques. Ce dispositif est utile lors d'un déraillement, car il évite que le câble échappe aux rattrape-câbles et ne fasse dérailler toute la ligne. Sur le reste des pylônes présents, des barres sont disposées sur toute la longueur des trains de galets afin d'éviter que les cabines ne viennent les taper violemment lors d'un balancement de cabine.

La ligne de la télécabine du Vallon de l'Iseran compte 28 pylônes dont 24 supports et 4 compressions (aucun support compression). Ils sont disposés ainsi :

P1 : 8C / 8C
P2 : 4S / 4S
P3 : 6S / 6S
P4 : 4S / 6S
P5 : 4S / 4S
P6 : 10C / 10C
P7 : 6S / 6S
P8 : 6S / 6S
P9 : 8S / 8S
P10 : 8S / 8S
P11 : 8S / 8S
P12 : 12S / 12S
P13 : 12S / 12S
P14 : 12S / 12S
P15 : 10C / 10C
P16 : 8S / 8S
P17 : 6S / 6S
P18 : 10C / 10C
P19 : 12S /12S
P20 : 8S / 8S
P21 : 8S / 8S
P22 : 8S / 8S
P23 : 8S / 8S
P24 : 8S / 8S
P25 : 8S / 8S
P26 : 6S / 6S
P27 : 6S / 6S
P28 : 8S / 8S

Note : veuillez excuser la qualité des photos à cause des reflets et des griffures en tous genres.

Image
Pylône P1, qui est le seul ouvrage en compression de type "classique" sur la remontée, étant donné que les autres sont des portiques.

Image
Portée P1 à P2.

Image
Pylône P2.

Image
Portée P2 à P3.

Image
Pylône P3, situé sous la ligne du TSD4 des Pyramides.

Image
Portée P3 à P4 et son passage sous la ligne du télésiège des Pyramides.

Image
Pylône P4.

Image
Un retour sur l'arrière pour observer cette portion.

Image
Portée P4 à P5.

Image
Pylône P5.

Image
Porté P5 à P6 avant une augmentation de pente.

Image
Pylône P6, premier portique de la ligne.

Image
Pylône P7, quelques mètres après le portique P6.

Image
Portée P7 à P8 qui fait gagner un peu de hauteur.

Image
Pylône P8.

Image
Portée P8 à P9.

Image
Pylône P9.

Image
Portée P9 à P10.

Image
Pylône P10 avant le passage au-dessus de la piste du Petit Bois.

Image
Portée P10 à P11.

Image
Pylône P11.

Image
Portée P11 à P12.

Image
Pylône P12 qui amorce une rupture de pente.

Image
Portée P12 à P13 avec les téléskis du Col sur la droite.

Image
Pylône P13.

Image
Portée P13 à P14 qui survole la piste de la Variante du Col.

Image
Pylône P14 faisant plonger la ligne vers le P15.

Image
Portée P14 à P15 avec la piste du Signal Bas qui se dessine derrière le P15.

Image
Pylône P15, second portique.

Image
Portée P15 à P16.

Image
Pylône P16.

Image
Longue portée en direction du P17.

Image
Approche du P17.

Image
Pylône P17, qui soutient le câble avant sa compression au P18.

Image
Pylône P18, dernier portique présent sur la ligne.

Image
Portée P18 à P19 avec une nette hausse de déclivité.

Image
Pylône P19.

Image
Portée P19 à P20.

Image
Pylône P20.

Image
pylône P21, dans l’enchevêtrement du précédent.

Image
Pylône P22, qui vient clore la série.

Image
Portée P22 à P23 en pente neutre.

Image
Pylône P23 avec le virage des téléskis du Col sur la droite.

Image
La première partie de la portée P23 à P24.

Image
L'approche du P24.

Image
Pylône P24.

Image
portée P24 à P25.

Image
Pylône P25.

Image
Portée P25 à P26.

Image
La suite de cette même portée.

Image
Pylône P26 et passage au-dessus de la ligne des téléskis du Col 1 et 2.

Image
Portée P26 à P27.

Image
Pylône P27.

Image
Dernière longue portée en direction du P28 qui passe au-dessus de la piste du Pont Abatte.

Image
L'approche du P28.

Image
Pylône P28.

Image
L'arrivée en gare amont.

 
La gare amont
Auteur de ce reportage : fan2montagne73
Section écrite le 21/04/2019 et mise à jour le 19/05/2019
(Mise en cache le 19/05/2019)

La gare amont

→ Aspect extérieur

La gare amont de la télécabine du Vallon est située à 2790 mètres d'altitude. Elle partage l'espace avec les gares amont du télésiège du Céma et des téléskis du Col, ce qui en fait une zone particulièrement active, au confluent des flux montants et descendants du Glacier. La gare de la télécabine arbore une conception simple, mais avec un habillage en bois et pierres, qui rajoute une touche d'authenticité et fait que le bâtiment s'intègre très bien au paysage malgré sa taille imposante. Elle dispose de plusieurs entrées/sorties afin de convoyer les passagers dans les deux sens. En effet, la remontée est aussi bien empruntée par les skieurs que par les piétions. Il est à noter que des toilettes sont accessibles sur la gauche en sortant de la gare.

Image
Une vue globale de l'arrière de la gare, là où s'effectue l'entrée et la sortie des passagers.

Image
La sortie de la télécabine.

Image
Une vue de 3/4 du bâtiment.

Image
Côté profil.

Image
De 3/4 en redescendant sur la piste du Pont Abbatte.

Image
L'entrée en gare.

Image
De face.


→ Aspect intérieur et approfondissement technique

Comme en aval, le débarquement et l'embarquement se font à l'intérieur du bâtiment. Il comporte deux quais et un poste de commande situé sur la gauche du bâtiment (depuis la ligne). On notera la présence d'un garage sur la droite permettant de stocker les cabines. Côté technique, la gare amont est la station motrice de l’installation avec une poulie motrice fixe. Le système de prise de mouvement du traînage en gare est effectué sur la poulie motrice grâce à une couronne dentée et un pignon qui va ensuite entraîner une série d'arbres de transmission. La marche de secours est équipée d'un moteur thermique faisant tourner une pompe hydraulique et un moteur hydraulique qui vient s'embrayer dans la couronne dentée de la poulie motrice. Il est donc évident que lors de l'utilisation du moteur de secours la poulie doit être débrayée du réducteur.

Image
L'ensemble du quai depuis la sortie de la gare.

Image
La garage amont.

Image
La poulie amont motrice fixe.

Image
Le système de prise de mouvement avec sa roue dentée qui s'insère directement dans les dents intérieures de la poulie.

Image
Les arbres de transmission décrits ci-avant.

Image
Une vue partielle du traînage, caché par les passerelles.

Image
Le frein de poulie droit, la poulie en compte deux en tout.

Image
Le moteur thermique de secours.

Image
La centrale hydraulique.

Image
L'armoire électrique Semmer, qui remplace une ancienne armoire BMB.

Image
Le pupitre de commande.

 
Autres photos
Auteur de ce reportage : fan2montagne73
Section écrite le 30/04/2019 et mise à jour le 19/05/2019
(Mise en cache le 19/05/2019)

Autres photos

Les cabines

La télécabine possède des cabines du constructeur Italien Agudio d'une capacité de 6 places assises. Ces cabines, pour le moins caractéristiques, présentent des formes cubiques accentués par un plafond très bas, qui peut parfois gêner les skieurs qui se cognent la tête. Dans la cabine, le style est très épuré avec un sol métallique et des sièges individuels en plastique noir placés 3 à 3. On remarquera également qu'une petite trappe au plafond permet d'aérer la cabine.

Côté technique, on retrouve des véhicules avec des pinces à fonctionnement à "genouillère", qui ont la particularité de rester ouvertes en gare. Le système de fermeture électrique des portes est lui aussi très atypique. Le mécanisme est dissimulé dans le contour de la cabine, juste au-dessus des portes et comporte 3 parties : le moteur électrique au centre, la vis sans fin qui parcours toute la longueur et les deux taquets en plastique sur chacun un des deux cotés du moteur. Le moteur est mis en marche via un jeu de 3 frotteurs présents en gare qui jouent chacun un rôle différent à savoir un pour l'ouverture, un pour la fermeture et un pour le retour commun. Le moteur ainsi alimenté va mettre en mouvement la vis qui va entraîner les taquets vers l'intérieur si on est en sortie de gare ou vers l’extérieur si on est en entrée de gare. Cependant, ce système comporte des défauts importants :
- Le moteur ne fonctionne que lorsqu'il est mis en contact avec un frotteur, donc une vitesse trop élevée ne permet pas de les fermer suffisamment et une vitesse insuffisante fera aller les taquets en butée, causant une casse dans le système.
- En vitesse d'exploitation normale, les portes n'ont pas le temps de se fermer entièrement, laissant un jour entre les deux portes.
- Les skieurs non habitués aux cabines basses se cognent la tête et peuvent, en soulevant le système de fermeture, sortir le taquet de son logement dans la porte. Ceci peut alors bloquer la porte en position ouverte et causer des pannes à répétition. Cependant, Val d'Isère Téléphérique a mis en place un câble métallique bloquant tout mouvement vertical du système.

Image
Une vue lointaine d'une cabine.

Image
Une cabine depuis la ligne.

Image
Une vue de dessous.

Image
Croisement au P28.

Image
Une cabine en gare amont.

Image
Dans le contour.

Image
La dessous de la cabine avec son aigle caractéristique et la barre qui stabilise le véhicule en gare.

Image
L'intérieur de la cabine, pour donner un ordre de grandeur, les bâtons font environ 1,25 mètre de long.

Image
Vue de profil des sièges se faisant face.

Image
Les portes avec la petite ouverture caractéristique. Le rond rouge est le point d'ancrage du système de sécurité mis en place par l’exploitant pour éviter les mouvements verticaux.

Image
Une vue globale du système : en rouge le moteur électrique et en vert les taquets en plastique.

Image
Vue sur un côté du mécanisme.

Image
Zoom sur un taquet.

Image
Une pince.

Image
La pince sur le pesage en gare amont.


Autres vues depuis les pistes

Image
Le passage au pylône P1, à un ou deux mètres de la tête des skieurs.

Image
Le début de la ligne.

Image
Le soleil plein feu sur le pylône P2.

Image
La ligne à partir du pylône P4.

Image
Depuis la piste du Col.

Image
Un zoom sur les pylônes P14 et P15.

Image
La gare amont et la la fin de la ligne depuis les téléskis du Col.

Image
La dernière portée.

Image
Le P28 avec au fond le Mont Pourri.


Petit tour d'horizon en période estivale

Image
La gare aval en arrivant depuis le pylône P2.

Image
Une vue de face.

Image
De 3/4.

Image
Une vue depuis la route du col, qui est aussi le début de la piste Mangard en hiver.

Image
Le début de la ligne.

Image
Enchaînement P6 et P7.

Image
Un pylône au milieu des monts transfrontaliers.

 
Le Vallon de l'Iseran, un appareil ancien qui s'apprête à tirer sa révérence
Auteur de ce reportage : fan2montagne73
Section écrite le 01/05/2019 et mise à jour le 19/05/2019
(Mise en cache le 19/05/2019)

Le Vallon de l'Iseran, un appareil ancien qui s'apprête à tirer sa révérence

Installée en 1983, la télécabine est l'un des appareils les plus vieux du domaine. Jugée trop peu confortable et lente, la clientèle la délaisse le plus souvent au profit du télésiège des Pyramides et des téléskis du Col. De plus, elle est tributaire des conditions climatiques : un vent trop fort oblige une vitesse de fonctionnement réduite voire l'arrêt ! De plus, certains problèmes mécaniques viennent de temps à autre interrompre son fonctionnement. Pourtant, malgré sa vétusté, elle reste le témoin d'une époque pionnière et presque une pièce de patrimoine. En effet, ce genre de télécabine Agudio devient de plus en plus rare et tend à disparaître à court terme. Un sursis de plusieurs saisons lui est néanmoins accordé en raison d'une refonte du plan neige et des études qui n'ont toujours pas été débutées. Ainsi, d'ici quelques saisons, la télécabine devrait céder sa place à un appareil de même genre, qui serait selon les dires, une télécabine Poma dans une livrée semblable à celle de la Daille : affaire à suivre...

Image
La vallon de l'Iseran, un appareil historique qui tire sa révérence.



Avant de clore ce reportage, je souhaiterais adresser mes plus sincères remerciements aux personnes suivantes : Val d'Isère Téléphérique (pour l'autorisation de visite), Bertrand (le conducteur), Thierry (à la vigie) et Claude (électricien) pour la visite de l'installation et leurs explications ! Merci pour votre sympathie ! Je remercie également J'ib pour les photos et Bovinant pour la bannière.


Textes : fan2montagne73
Photos : J'ib et fan2montagne73
Bannière : Bovinant

Date de prises de vues : 8, 9 et 12 avril 2019 (pour les miennes)



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :