Localisation(s)
Photo

 TCD8/10 de Champagny

Champagny-en-Vanoise (Paradiski)

Poma

T3 ES
Description rapide :
Télécabine rénovée profondément en 2014 (ligne, électricité) et en 2018 (cabines)

Année de construction : 1986

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de cette partie : monchu
Section écrite le 21/10/2022
(Mise en cache le 21/10/2022)

Image


1. Champagny et sa télécabine


Champagny en Vanoise

Champagny en Vanoise est un village de 600 habitants et 5500 lits, situé à 1250 m d’altitude sur le versant sud de la vallée de Bozel, en Tarentaise. Grâce à sa télécabine, la petite station est devenue une des portes d’entrée du domaine skiable de la Plagne et des Arcs, ou Paradiski. Au-dessus du village, le vallon de Champagny le Haut est un site classé, où se pratiquent la randonnée, le ski de fond et l’escalade sur glace. Près de la moitié du territoire communal est intégré dans le Parc national de la Vanoise.

Image
Les résidences récentes de Champagny.


La télécabine de Champagny

Depuis le haut du village, une télécabine donne accès au cœur d'un petit domaine skiable ensoleillé relié à la Plagne. Le télésiège des Verdons Sud permet de basculer sur Plagne Centre, tandis que les télésièges des Borseliers et de la Rossa donnent accès à Plagne Bellecôte et aux glaciers.

Une piste de retour station, la rouge des Bois, permet de redescendre à Champagny sur un long parcours en forêt. Depuis le sommet des télésièges des Verdons, une autre piste plus sauvage permet le retour à Champagny. La rouge du Mont de la Guerre, tracée sur 1250 mètres de dénivelé dans un secteur à l'écart du domaine skiable, offre de beaux points de vue sur la vallée de Bozel.

Image
La télécabine de Champagny, avec la liaison vers Plagne Centre à gauche et vers Plagne Bellecôte à droite.


Image
La télécabine et la piste du Mont de la Guerre à gauche.



2. Du télésiège à la télécabine

Le télésiège de Champagny

En raison de la proximité avec Bozel, Champagny a longtemps envisagé de se relier à la station naissante de Courchevel, mais le village s’est finalement tourné vers la Plagne à la fin des années 1960.

Les promoteurs de la Plagne étaient intéressés par un accord avec Champagny, qui présentait une géographie favorable. Les pentes sud derrière la Grande Rochette et le col de Forcle pouvaient offrir aux clients hébergés à la Plagne des descentes au soleil en matinée. La Société d’aménagement de la Plagne pouvait aussi lancer les études pour l’équipement du glacier de la Chiaupe situé sur le territoire de Champagny.

De l’autre côté, la mairie de Champagny a réussi à faire construire sur les pentes au-dessus du village une station qui n’aurait pas été viable sans la liaison avec la Plagne, en raison de la faible altitude et de l’exposition sud. Rejetant la solution d’une station nouvelle vers 2000 m à la Rossa, un temps envisagée, la mairie a pu imposer le départ des pistes au village et la construction dans la vallée de petites résidences à toit à double pan dans le style montagnard, en continuité avec les chalets existants.

Le maire de Champagny, Michel Renaud, fit valider le projet par un référendum en 1969. La commune rejoignit ensuite le Syndicat Intercommunal de la Grande Plagne la même année. Au printemps 1970 commença la construction d’un long télésiège biplace de près de 2 kilomètres, fourni par Montaz-Mautino, empruntable dans les 2 sens. Avec 150 sièges, il pouvait assurer un débit de 700 personnes par heure et par sens. Le chantier a couté 130 millions de francs. Le télésiège est entré en service en décembre 1970. Pour lutter contre le froid qui pouvait saisir les clients au cours du long trajet de plus de 13 minutes, des couvertures étaient distribuées à la demande, puis des bâches de protection ont été installées sur les garde-corps.

L’équipement de 1970 comprenait aussi le téléski des Verdons, qui permettait la liaison avec Plagne Centre, et le téléski des Borseliers.

Image
Chantier de construction du télésiège de Champagny en 1970.


Image
En 1970, le télésiège de Champagny (16), le téléski des Verdons (14) vers Plagne Centre, et le téléski des Borseliers (15), future liaison vers Plagne Bellecôte et les Glaciers.


Image
Le tracé du télésiège dans la forêt.


Image
La gare de départ motrice fixe (crédit : http://www.perso-laplagne.fr).


Image
L’arrivée des clients à la descente (crédit : http://www.perso-laplagne.fr).


Image
Le bas de la ligne, et les protections sur le garde-corps (crédit : http://www.perso-laplagne.fr).


Image
Le milieu du tracé (crédit : http://www.perso-laplagne.fr).


Image
Dans la partie haute de la ligne (crédit : http://www.perso-laplagne.fr).


Image
La gare supérieure retour tension par poulie flottante (crédit : http://www.perso-laplagne.fr).


Le domaine skiable de Champagny a continué son développement avec l’ouverture en 1974 du téléski de la Rossa et du téléski des Quillis. Ces appareils ont ouvert un deuxième point de liaison avec la Plagne, vers la station de Plagne Bellecôte qui venait d’être créée. Enfin en 1981, l’ouverture du télésiège de la Roche de Mio a permis une liaison plus directe avec les glaciers.

Image
Le télésiège de Champagny et la chaîne de téléskis des Borseliers de la Rossa et des Quillis permettant la liaison avec Bellecôte.


Image
Le téléski des Borseliers au premier plan, et le virage du téléski des Verdons au fond à gauche.


La télécabine de 1986

Le développement progressif des résidences à Champagny nécessitait d’adapter la remontée au départ du village. La station ambitionnait d’atteindre 3000 lits touristiques au milieu des années 80, ce qui n’était plus compatible avec un télésiège limité à 700 personnes par heure.

L’installation d’origine a été remplacée par une télécabine en 1986, offrant un débit plus élevé et une meilleure protection. L’appareil a été mis en service avec le débit provisoire de 1250 personnes par heure mais il était dimensionné pour absorber des augmentations de débit lorsque l’urbanisation autour de la gare aval se développerait.

Poma a fourni un appareil haut de gamme pour l’époque, avec des cabines 10 places permettant l’embarquement avec les skis à la main, et l’ouverture complète des portes vers l’extérieur. Une banquette sur 3 côtés permettait à 8 clients de voyager en position semi-assise. A l’époque, ces innovations ont permis de faciliter les opérations d’embarquement et d’augmenter le débit réel, bien que ce modèle de cabines soit décrié de nos jours pour le manque de confort.

Image
Démontage du télésiège (crédit : http://www.perso-laplagne.fr).


Image
La télécabine en bas à droite.


Image
A l’ouverture, la télécabine en haut à gauche n’est pas encore entourée de résidences.


Image
La nouvelle télécabine en haut du village.


Image
Le tracé identique à celui du télésiège.


Image
La gare de départ dans un quartier pas encore urbanisé. De nos jours, un parking à étages a été construit au premier plan.


Image
Le P2 et le bas de la ligne.


Image
La gare d’arrivée et le départ du téléski de la Bergerie.


Image
Les cabines d’origine avec la double mention La Plagne et Champagny.


Les modifications ultérieures

Avec le développement constant du village de Champagny, le débit de la télécabine a été augmenté à 3 reprises. A l’origine, l’appareil fonctionnait avec 33 cabines assurant un débit provisoire de 1250 personnes/heure. En 1995, 15 cabines ont été rajoutées pour porter le débit à 1800 personnes/heure. Enfin en 2009, l’ajout de 9 cabines supplémentaires a permis d’atteindre le débit définitif de 2150 personnes/heure, et à cette occasion une 3ème pince de frein a été ajoutée sur la poulie motrice.

En 2014, une importante rénovation a été conduite pour améliorer la fiabilité de l’installation, soumise à des pannes fréquentes. La ligne a été simplifiée à plusieurs endroits : deux enchaînements de pylônes supports puis compressions ont été remplacés par deux uniques pylônes de type "support-compression" compatibles avec les pinces TB50. D’autres pylônes ont été déplacés. Le nombre total d’ouvrages de ligne est passé de 21 à 17 pylônes. Les potences, les balanciers et les galets ont tous été remplacés. Le câble a été raccourci.

L’appareillage électrique a été complètement rénové avec des armoires neuves Semer. Le multipaire a été changé et la ligne de sécurité modifiée pour une surveillance de courant multi-groupe, équivalant à une ligne de sécurité complète et différente pour chaque pylône, offrant une meilleure fiabilité. Une surveillance vidéo a aussi été ajoutée.

Les modifications de 2014 ont représenté un investissement de 1 300 000 euros.

Image
Les nouvelles têtes de pylônes (crédit : http://www.perso-laplagne.fr).


Image
L’héliportage des nouvelles têtes à l'automne 2014 (crédit : http://www.perso-laplagne.fr).


Voici quelques photos de l'appareil après la rénovation de 2014 :

Image
Le bas de la ligne et les résidences nouvelles.


Image
Le lanceur et le ralentisseur.


Image
La route construite dans les années 1990 contre le ralentisseur, menant au parking public.


Image
Le P1 et une cabine d’origine sur le quai.


Image
Le lanceur.


Image
Le P2.


Image
Le P2 et le P3.


Image
Le bas de la ligne.


Image
Les P3 à P5.


Image
Le haut de la ligne sans la forêt détruite dans l’incendie de 2003.


Image
La cabine 48 de 1995.


Image
La cabine 48 de 1995 et la cabine 18 de 1986.


Image
La double sérigraphie La Plagne/Champagny.


Image
Les doubles pinces TB50 d’origine.


En 2018, les cabines et les suspentes ont été remplacées. Les cabines d’origine SP12 offraient un confort sommaire avec des banquettes étroites, simples repose-fesses, et le remplissage était mauvais. Elles ont été remplacées par des cabines Sigma Diamond qui offrent 8 places assises plus confortables. En cas de forte affluence, les assises peuvent être relevées pour revenir à une configuration 10 places debout.

Pour l’exploitation d’été, la moitié des cabines ont été équipées de supports intérieurs permettant de transporter les VTT.

Le réducteur d’origine a été remplacé par un réducteur révisé et reconditionné en usine. Un second réducteur a été stocké en amont pour garantir au mieux la disponibilité de la télécabine en cas de casse.

L’ensemble des modifications de 2018 a représenté un investissement de 1 472 000 euros.

Image
Une nouvelle cabine à gauche, une ancienne cabine démontée à droite, et le véhicule de service remplacé aussi (crédit : ESF Champagny / Forum de Paradiski).



3. Caractéristiques techniques


Caractéristiques administratives

TCD – Télécabine débrayable : CHAMPAGNY
Exploitant : SAP
Installation électrique : SEMER
Constructeur : POMA
Année de construction : 1986
Années de rénovation partielle : 2014 et 2018


Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Été et hiver
Capacité : 10 personnes
Débit maximum à la montée : 2150 personnes/heure
Débit à la descente : 100%
Débit en été : 50 %
Vitesse d'exploitation maximale : 5 m/s

Caractéristiques géométriques

Altitude gare aval : 1250 m
Altitude gare amont : 1963 m
Dénivelé : 713 m
Longueur développée : 1895 m
Pente moyenne : environ 38 %
Pente maximale : 76,3 %
Temps de trajet minimum : 6 minutes 19 secondes


Caractéristiques techniques

Emplacement gare de tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Tension nominale : 28 000 daN
Pression nominale : 121 bars
Emplacement gare motrice : Amont
Type de motorisation : Courant continu
Puissance développée : 648 kW
Sens de montée : Gauche
Nombre de pylônes : 17
Dispositif d'accouplement : Pince débrayable TB50
Nombre de véhicules : 57 + 2
Espacement : 16,74 s

Caractéristiques du câble (2002)

Fabriquant du câble : TREFILEUROPE
Diamètre : 50 mm
Type de câblage : Lang à droite
Âme : Textile
Composition : 6×25 fils
Résistance à la rupture : 192 500 daN
Section du câble : 1015 mm²
Pas de toronage : 139 mm


4. La gare aval

La gare aval est située au-dessus de la place du Centre, au cœur des nouveaux quartiers de Champagny construits en amont de l'église. Autour de la station, les résidences des Hauts du Crey et des Hauts de Planchamp se sont progressivement développées.

Image
La gare et la ligne de la télécabine en vert, au-dessus du centre.


Image
La gare et le parking public à l'arrière.


Image
La gare depuis l'arrivée de la piste rouge des Bois.


La gare comporte 3 parties qui s'adaptent au relief et à l'architecture du village. A l'arrière, un bâtiment aux formes irrégulières recouvert de bois abrite le garage. Il n'a pas été placé dans l'axe de la ligne mais il suit la bordure du torrent contre lequel il a été construit. Au centre se trouve la station proprement dite, constituée d'une charpente métallique recouverte de bardage bois, qui abrite les quais. A l'avant émergent les lanceurs pentagonaux typiques de cette génération de débrayables Poma des années 1980.

Image
A gauche, les lanceurs, au centre, la rampe d’accès aux quais.


Image
Les lanceurs et le quartier des Hauts du Crey.


Image
L’arrière du garage.


Image
Le P1.


Image
Les lanceurs.


Image
Une cabine embrayée.


Image
Le début du lanceur.


Image
Le contour, le traînage à chaîne et la poulie retour tension.


Image
A gauche, la sortie, à droite le garage en boucle et l’armoire de commande Semer.


Image
En haut, la nouvelle came de fermeture des portes.


Image
Le lanceur et le poste de conduite.


5. La ligne

Depuis la rénovation de 2014, la ligne a été simplifiée et ne comporte plus de pylônes compression, sauf en sortie de gare.

P1 : 8C/8C
P2 : 4S/4S
P3 : 4S/4S
P4 : 6S/6S
P5 : 8S/8S
P6 : 4SC/4SC
P7 : 8S/8S
P8 : 8S/8S
P9 : 6S/6S
P10 : 8S/8S
P11 : 4SC/4SC
P12 : 8S/8S
P13 : 8S/8S
P14 : 8S/8S
P15 : 8S/8S
P16 : 8S/8S
P17 : 8S/8S

Image
P1.


Image
P2 et la fin de la piste des Bois.


Image
P3.


Image
P4 et P5.


Image
Survol de la piste des Bois.


Image
Le nouveau P6 qui remplace un pylône support et 2 pylônes compression.


Image
Les nouveaux balanciers support-compression adaptés au pinces TB50.


Image
P7.


Image
La rupture de pente aux P8 et P9.


Image
Les fûts des P8 et P9 ont été remplacés dès 1995.


Image
Au premier plan, un massif de l'ancien télésiège est encore bien visible.


Image
P9.


Image
Un long passage en dévers au-dessus de la forêt ravagée par l'incendie de 2003.


Image
P10.


Image
Le P11 remplace 2 pylônes support et un pylône compression.


Image
Les nouveaux balanciers supports compression du P11.


Image
P12.


Image
P13.


Image
P14.


Image
Les pylônes P15, P16 et P17 sont constitués d'un ensemble de 3 têtes supportant chacune un balancier 8S/8S, reliées entre elles par des poutres et reposant sur 2 pylônes tubulaires bipodes.


6. La gare amont

La gare amont de la télécabine est implantée à 1963 mètres d'altitude, au milieu de la zone pour débutants d’altitude. Elle est construite dans la pente, sur 2 niveaux. La salle des machines est située au niveau bas à côté d’un garage à dameuses. Au dessus se situent les quais et la plate-forme pour rechausser.

Image
De gauche à droite, le restaurant, la gare amont et les lanceurs.


Image
Les quais couverts à gauche.


Image
Au dessus, la plate-forme à la sortie de l’installation. En dessous, le rail émergeant de la salle des machines.


Image
Les lanceurs et les 3 derniers pylônes.


Image
Les lanceurs et les passerelles bien protégées.


Image
Le début du quai de débarquement.


Image
Les lanceurs pentagonaux.


Image
Le quai de débarquement ouvert sur l’extérieur.


Image
La poulie motrice remplacée en 2013.


Image
L’arrière de la gare et la sortie de plain-pied.


Image
A l’arrière du contour, un rail permet d’isoler un véhicule comme la cabine ambulance.


L’équipement électrique de la salle des machines a été complètement refait en 2014. Le réducteur a été remplacé en 2018. Seuls les moteurs à courant continu BBC (Brown Boveri & Cie) sont encore d’origine.

Image
L’intérieur de la salle des machines avec les armoires de puissance à gauche et l’entraînement à droite.


Image
L’arbre rapide.


Image
Détail des 2 moteurs à courant continu, avec les charbons et la ventilation forcée.


Image
A l’avant, le frein de service et le réducteur reconditionné en 2018.


7. Les cabines


L’installation comporte 57 cabines Sigma Diamond offrant 8 places assises et 10 places debout en cas d’affluence. Les suspentes ont été remplacées en 2018 en même temps que les cabines. Les doubles pinces TB50 sont d’origine.

L’appareil dispose aussi d’un véhicule de service remplacé en 2018 et d’une cabine ambulance.

Image
Les cabines noires du même code graphique que la télécabine de Montalbert.


Image
Les nouvelles suspentes avec le levier d’ouverture et de fermeture des portes.


Image
La quille de stabilisation a été maintenue sous le plancher.


Image
Les couleurs alternées des assises.


Image
Les cabines ne mentionnent plus le nom « Champagny » mais « la Plagne » sur les 2 faces.


Image
Double pince TB50.


Image
Certains ressorts ont été remplacés.


Image
Les assises rabattables aux couleurs alternées.


8. Quelques vues supplémentaires

Pour terminer, voici des vues supplémentaires de la ligne depuis le sol.

Image
Les hauts du Crey et le P2.


Image
Du P2 au P6.


Image
Le P6 support-compression.


Image
Le P7.


Image
Les P8 et P9.


Pour terminer, voici une série de photos de l’appareil après une chute de neige.

Image
Passage au-dessus de la piste des Bois.


Image
Du P6 à la fin de la ligne.


Image
Le P6 support-compression.


Image
La vallée de Bozel, Champagny et Courchevel en haut à droite.


Image
Le village de Champagny.



Un bel exemple de rénovation

Avec les rénovations de 2014 et 2018, la télécabine trentenaire est repartie pour plusieurs années, avec une fiabilité accrue et un meilleur confort pour les clients. L’investissement se limite à 2,8 millions d’euros, un montant raisonnable pour un ascenseur important. Seul le débit n’a pu être amélioré. Il reste suffisant sauf à certaines heures le matin, lorsque les clients de Champagny effectuent leur première montée et se joignent aux skieurs de la Plagne qui viennent de dévaler la piste du Mont de la Guerre et de profiter de son ensoleillement matinal.


Image



Remerciements :
L’équipe de la SAP pour la visite de l’entraînement
Romain Guigon, webmaster de www.PERSo-LAPLAGNE.fr.

Photos : J’ib



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :