En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

 TCD8/10 des Boisses

Tignes (Espace Killy)

Doppelmayr

T3 ES
Description rapide :
Télécabine construite en 2010 en remplacement du dernier télésiège fixes biplace encore en service sur l'Espace Killy.

Mise en service en : 2010
FE Ce reportage possède 2 fonds d'écrans
PDF Ce reportage possède 1 document PDF

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo


Auteur de ce reportage : Geofrider
Section écrite le 05/06/2011 et mise à jour le 01/11/2013
(Mise en cache le 01/11/2013)

    Image


La station de Tignes entretient la dynamique initiée par la politique de modernisation de son domaine lancée depuis 1997. Durant l'année 2010, la station savoyarde s'attaque au remplacement de son plus vieux téléporté encore en service par une toute nouvelle télécabine. Visite guidée à travers ce reportage.


Au sommaire :

  • Bienvenue à Tignes
  • Les Boisses : aux origines du ski à Tignes
  • Le Plateau du Marais : le point de pivot du secteur des Boisses - Brévières
  • Les Boisses au cœur d'un nouveau souffle
  • Ligne et Infrastructures de la télécabine des Boisses
  • Au Cœur des Boisses
  • Véhicules et pinces
  • Depuis les pistes
  • Les Boisses : trait d'union vers le futur



    Bienvenue à Tignes


La station de Tignes est située dans le département de la Savoie en Haute-Tarentaise à une trentaine de kilomètres de Bourg Saint Maurice. Ce village composé de plusieurs hameaux est l'une des stations française les plus connues des Alpes. Quatre de ces hameaux permettent d'accéder directement au domaine skiable :
- En altitude on trouve Tignes Le Lac et Tignes Val Claret situés respectivement à 2100 et 2127 mètres d'altitude. Ce sont eux qui permettent d'accueillir la majeure partie des clients séjournant à Tignes.
- Plus bas on trouve deux autres hameaux plus petits à savoir Tignes Les Brévières et Tignes Les Boisses. En plus de leurs capacités d'accueil, ils font également office de porte d'entrée sur le domaine pour les clients venant à la journée.
Tignes s'est forgée une image sportive en accueillant plusieurs évènements comme les Winter X Games et en proposant diverses activités sportives autre que le ski aussi bien en hiver qu'en été. Une image récompensée en 2009 par l'élection de Tignes comme la ville la plus sportive de France

Mais la plus belle image sportive que possède Tignes, c'est son vaste domaine skiable évoluant dans le cadre remarquable qu'offre la haute-tarentaise et la proximité du Parc de la Vanoise. Le domaine s'étend de 1550 mètres d'altitude à 3456 mètres d'altitude au sommet du téléphérique de la Grande Motte. Les quarante remontées mécaniques qui le composent desservent 150 kilomètres de pistes balisées de différents niveaux. Relié à la station voisine de Val d'Isère, ce dernier compose donc l'Espace Killy, espace regroupant les domaines skiables des deux stations voisines. Le ski à Tignes ce n'est pas que l'hiver. En effet le glacier de la Grande Motte et les différentes remontées installées sur ce dernier permettent d'offrir une vingtaine de kilomètres de pistes en période estivale.

    Le secteur de la Grande Motte depuis l'Aiguille Percée
    Image



    Les Boisses : aux origines du ski à Tignes


Le développement de Tignes commencera véritablement dans le début des années 1950 grâce au courage de quelques tignards qui n'ont pas baissé les bras suite à la seconde guerre mondiale et à la destruction du village de Tignes pour réaliser le barrage du Chevril. En 1953, dix sept ans après la réalisation de la toute première remontée mécanique de Tignes, est crée le téléski du Chardonnet. Cette remontée est une grande source d'espoir pour les tignards restés sur place de voir enfin décoller le projet d'une station de ski à Tignes. La tâche à accomplir est immense et un homme viendra porter l'impulsion nécessaire au réel décollage du projet. Cet homme, c'est Raymond Pantz, un entrepreneur qui va créer en premier la toute première résidence à Tignes Le Lac permettant de loger les expulsés du village désormais sous les eaux. Une dynamique se crée et la première société des remontées mécaniques de Tignes voit le jour en 1955. Cette dernière crée un télébenne permettant de relier les Brévières aux Boisses. Toutefois aucune installation ne permet pour le moment depuis ce village de rejoindre les pentes de Palafour où se situe le téléski du Chardonnet. Afin d'accompagner la dynamique lancée, Raymond Pantz porte de nouveau son concours en créant l'année suivante la toute première résidence à Tignes Le Lac destinée à une clientèle touristique. On y est enfin, le projet de station de ski à Tignes est véritablement lancé.

La suite logique va venir par l'expansion du domaine afin de concurrencer la station voisine de Val d'Isère qui elle propose déjà une offre de ski bien fournie. Plusieurs remontées sont construites dans les années qui suivent la réalisation de la première résidence touristique : Tommeuses, Tovière, Almes et Millonex. Au début des années 1960, le village des Brévières est toujours isolé du domaine skiable qui est entrain de se créer petit à petit. La société des remontées de Tignes va donc entreprendre le raccordement des Brévières au reste du domaine skiable. Ce raccordement se fera en 1961 grâce à la mise en service de deux nouvelles installations. Depuis le village des Boisses où arrive le télébenne partant des Brévières, est réalisée une télécabine biplace. Cette dernière rejoint le plateau du Marais, vaste plateau situé juste au dessus des Boisses. De ce plateau, part le téléski de l'Aiguille Rouge. Cette installation va permettre de gravir les derniers mètres séparant le plateau du Marais des pentes de Palafour surplombant le village de Tignes Le Lac. Pour autant, à l'heure de la réalisation de ces appareils aucune installation présente sur les pentes de Palafour ne permet de rejoindre par gravité le plateau du Marais. La liaison entre le secteur de Palafour et celui des Boisses deviendra pleinement opérationnelle deux ans après, avec la réalisation en 1963 du téléski de l'Aiguille Percée.


    Le Plateau du Marais : le point de pivot du secteur des Boisses - Brévières


Le plateau du Marais deviendra plus tard un point important dans l'organisation du secteur des Boisses – Brévières. En outre afin de faciliter son accès dans un premier temps la télécabine biplace du Marais est remplacée en 1976 par un télésiège Pomagalski afin d'améliorer le débit offert. Ce dernier situé sur un tracé relativement similaire profite également aux clients partant des Brévières qui rejoignent son départ avec un télésiège ayant remplacé l'ancien télébenne. Une augmentation de débit qui ne sera pas sans conséquences pour le seul appareil permettant la bascule vers Tignes Le Lac. En effet le téléski de l'Aiguille Rouge voit arriver plus de clients et commence à avoir du mal à absorber le flux arrivant de cette nouvelle chaîne. La STGM installera quelques années après la mise en service des Boisses, le télésiège du Marais ouvrant une seconde voie depuis Le Marais vers les pentes de Tignes Le Lac.

    La gare de départ du télésiège des Boisses
    Image


Un investissement essentiel puisque la station achève la construction de la télécabine de la Sache en 1983. Seulement deux ans après la réalisation du télésiège du Marais, les Brévières possèdent enfin un accès direct au plateau du Marais laissant quelque peu de coté la voie d'accès historique depuis ce village. Afin de parachever l'optimisation des flux au départ du plateau du Marais, point de passage obligatoire du secteur, le téléski de l'Aiguille Rouge est enfin démonté et remplacé par un télésiège en 1988. La configuration en amont comme en aval du plateau devient donc optimale. Cette dernière va d'ailleurs rester telle quelle, un certain nombre d'années. Le début de la phase de modernisation va finalement intervenir en 2007 avec le remplacement du télésiège des Brévières par un autre appareil. Mais cet investissement n'est que le début d'une phase nettement plus audacieuse concernant ce secteur et l'aménagement du plateau du Marais.

    Arrivée sur le plateau du Marais via le télésiège des Boisses avec au fond les télésièges Marais et Aiguille Rouge
    Image



    Les Boisses au cœur d'un nouveau souffle


Le village des Boisses est encore l'un des rares endroits de Tignes relié au domaine skiable où il reste de la place pour aménager de nouveaux logements touristiques. La station à donc décider d'entamer un vaste projet de réhabilitation du village en réaménageant les voies d'accès et en redéfinissant le plan d'urbanisme. D'anciens bâtiments ont été démolis et à terme ce sont plus de 1500 lits neufs qui entre 2011 et 2014 vont sortir de terre dans ce hameau. L'autre objectif est de désengorger le grand parking de la Grande Motte à Val Claret d'une partie des clients venant à la journée. En effet, parallèlement aux changements du hameau, l'idée est d'offrir depuis les Boisses un accès performant au domaine skiable et donc plus pratique pour les clients venant à la journée.

La vague de modernisation des Boisses va donc être accompagnée par la STGM au niveau du domaine skiable en démontant le dernier télésiège biplace de l'Espace Killy. La remontée prévue en remplacement du télésiège présent ne va pas suivre le tracé prévu dans le plan prévisionnel d'investissement. Initialement cette installation devait monter jusqu'au sommet de l'Aiguille Rouge. Au final, son sommet se trouve au même niveau que l'ancien téléporté tout ceci afin d'aménager dans le futur le plateau du Marais en un vaste plateau débutant pour les clients des Boisses et des Brévières. Au final il n'y a que le type d'appareil qui ne va pas changer par rapport au plan envisagé. Fin mai est lancé le chantier de ce nouvel appareil qui succède au télésiège avec un tracé juste légèrement décalé pour intégrer le gabarit de la télécabine. C'est donc un accès tout neuf offrant rapidité et confort que les premiers bénéficiaires des nouveaux logements aux Boisses ont à leur disposition dès la saison 2010-2011 grâce à la nouvelle télécabine des Boisses.


Les caractéristiques du nouvel appareil

    Caractéristiques Administratives

    TCD-Télécabine à attache débrayable : BOISSES
    Maître d’Ouvrage : STGM
    Maître d’Œuvre : DCSA
    Génie Civil : MBTM
    Montage : MBTM / Cloerec + Borrel
    Exploitant : STGM
    Constructeur : DOPPELMAYR
    Année de construction : 2010
    Montant de l’investissement : 6.100.000 €


    Caractéristiques d’Exploitation

    Saison d'exploitation : Hiver
    Capacité : 8/10 personne(s)
    Débit à la montée : 835 (3000*) personnes/heure (100%)
    Débit à la descente : 835 (3000*) personnes/heure (100%)
    Vitesse d'exploitation : 5.25 m/s
    Tapis d'Embarquement : Non


    Caractéristiques Géométriques

    Altitude Aval : 1770 m
    Altitude Amont : 2180 m
    Dénivelée : 410 m
    Longueur développée : 1161 m
    Pente Maxi : 85 %
    Pente Moyenne : 38 %
    Temps de Trajet : 4min40


    Caractéristiques Techniques

    Type de Gare : UniG-L
    Tension : Aval
    Type de Tension : Hydraulique
    Motrice : Amont
    Type de motorisation : Asynchrone
    Puissance Développée : 610 kW
    Sens de montée : Gauche
    Nb Pylônes : 11
    Largeur de la voie : 6.10 m
    Dispositif d’accouplement : A108-C
    Type de Véhicules : OmegaIV-LWI
    Nombre de Véhicules : 13 (47*)
    Espacement : 225.75 (63*) m


    Caractéristiques du Câble

    Fabricant du câble : ARCELOR MITTAL
    Type de Câblage : Lang à droite
    Diamètre du câble : 47 mm
    Ame : Compacte
    Galvanisation : Oui

    * Chiffres à terme



    Boisses : l'ascenseur par excellence


Avec cette nouvelle télécabine, la STGM dote le village des Boisses d'une remontée optimale pour assurer le rôle d'ascenseur vers le plateau du Marais. En effet avec son positionnement cette télécabine n'a pas vraiment vocation à desservir du ski propre. Les pistes qu'elle dessert ne sont pas les plus intéressantes du domaine et servent principalement d'accès aux hameaux les plus bas pour les clients venant des autres secteurs ainsi qu'au retour des clients sur leur lieu d'origine. La nouvelle remontée des Boisses est donc là pour fournir un accès rapide et pratique au plateau du Marais, endroit à partir duquel les clients pourront basculer sur le secteur de Tignes Le Lac. Tout comme l'ancien télésiège, la télécabine offre l'accès aux deux remontées permettant de quitter ce secteur à savoir : les télésièges Marais et Aiguille Rouge. Seule une petite partie des nouveautés aux Boisses étant livrée pour l'année de sa mise en service, le débit installé est assez faible. Il sera progressivement poussé pour accompagner les livraisons qui s'étaleront les années suivantes. Malgré tout le débit offert est supérieur à celui offert par le télésiège durant ses dernières années de service. Mais là où elle apporte un gain indéniable par rapport à l'ancien téléporté, c'est au niveau du temps de montée. Il faut désormais deux fois moins de temps pour atteindre le plateau du Marais le tout avec un confort inégalé.

On peut donc se demander pourquoi le choix d'une télécabine a été fait ici. Ceci est lié au projet d'aménagement du plateau du Marais évoqué plus haut. A court terme ce plateau devrait donc devenir la zone débutante des Boisses et des Brévières. Si le hameau des Brévières possède une petite zone débutante sur son front de neige cette dernière située à basse altitude est difficilement exploitable lorsque la neige est peu abondante ainsi qu'en fin de saison. Aux Boisses, c'est encore plus simple. La topographie environnante du hameau ne permet pas d'aménager une telle zone. Ces deux points conjugués au projet de lits sur les Boisses ont donc poussé la STGM à prévoir l'aménagement d'une zone débutante d'altitude sur le plateau du Marais, lieu qui offre suffisamment d'espace pour accueillir cette dernière. La télécabine dans un futur proche va donc permettre de monter en toute sécurité les débutants et les plus petits sur cette zone débutante. Grâce à la télécabine, leur redescente sur les Boisses sera également possible en sécurité bien que la piste de ski retournant au hameau soit considérée comme facile. Avec ce type de téléporté, l'accès sera également aisé aux clients même si la neige venait à faire défaut sur la piste de retour. Elle va laisser un moyen mécanique de rejoindre le domaine évitant aux clients d'avoir à utiliser la navette gratuite pour rejoindre Tignes Le Lac. L'exploitation montée/descente permet également d'accueillir des piétons afin qu'ils aillent se promener en altitude sur le plateau.

    Vue sur le plateau du Marais en 2010
    Image


Bien que son rôle ne soit pas vraiment la desserte de ski propre, cette dernière offre accès tout de même à deux pistes :
- La piste bleue Mélèzes qui rejoint les Boisses. Cette piste équipée d'enneigeurs permet de rejoindre les Brévières en enchainant au terme de sont tracé, la piste Myrtilles.
- La piste Rouge Chardons qui rejoint la piste Myrtilles au niveau des Boisses. Cette dernière donne accès à une piste rouge permettant de descendre au Brévières, la piste Pavot.

    Situation sur le plan des pistes
    Image



    Ligne et Infrastructures de la télécabine des Boisses


La réalisation de cet appareil a été confiée une fois de plus au constructeur autrichien Doppelmayr par le biais de sa filiale française basée à Modane. Doppelmayr avec cette télécabine signe ici son douzième téléporté débrayable sur le domaine de Tignes. Classiquement pour ce genre d’installation, la motorisation de l’appareil se trouve en amont afin de tirer la charge alors que la tension est effectuée en gare aval. Le constructeur de Wolfurt a fourni des gares modulaires UniG qui représentent le standard de la gamme actuelle Doppelmayr pour ses téléportés type télécabine ou télésiège débrayable. Avec ses 16 cabines, elle offre, un débit théorique de 835 personnes par heure à la vitesse de 5.25 mètres par secondes. Toutefois, à terme, elle accueillera 47 véhicules portant le débit théorique à 3000 personnes par heure. L'accessibilité des gares est optimale puisque elles sont toutes de plain-pied évitant ainsi aux clients des escaliers scabreux.


  • La gare aval

La gare aval de la télécabine est située au même endroit que le départ de l'ancien télésiège. Elle se trouve donc sur l'extrémité Nord-Ouest du village, en léger contrebas des logements les plus proches de son emplacement. A proximité de cette dernière se trouve un parking qui permettra à terme d'accueillir une partie des clients venant à la journée. Ces derniers bénéficient d'une caisse pour obtenir un titre de transport. Afin d'être plus discrète dans l'environnement du hameau des Boisses, cette gare bénéficie d'une couverture basse.

    Gare aval depuis la piste Mélèzes
    Image

    Gare aval de plus près
    Image

    Image

    Image

    Quai d'embarquement
    Image

    Quai d'embarquement et la zone réservée au débarquement des personnes utilisant l'appareil à la descente
    Image




  • La ligne

Tout comme l'ancien télésiège le tracé de la ligne doit composer avec plusieurs obstacles: le croisement du télésiège des Brévières, le passage dans une falaise et le passage sous une ligne à Haute Tension. La ligne dès le début va donc progressivement prendre de la hauteur afin de passer le premier obstacle que représente la ligne du télésiège des Brévières. Peu après avoir croisé ce téléporté, on trouve le P3, le plus grand ouvrage de ligne qui permet également d'aborder la plus longue portée de l'installation. Au terme de cette portée, planté en plein milieu de la falaise se trouve le P4 qui donne une impulsion supplémentaire pour gravir cette dernière. Toutefois cette forte montée est vite diminuée car peu après la ligne croise la ligne Haute Tension et la ligne doit passer suffisamment bas pour garder les gabarits réglementaires. La ligne continue progressivement sa route. En arrivant aux abords du plateau du Marais, l'inclinaison diminue progressivement jusqu'à devenir faiblement montante. Une très légère descente permet depuis l'avant dernier ouvrage de ligne d'arriver au terme du parcours de la télécabine.

La ligne est composée de 11 ouvrages de ligne ancrés sur des massifs en béton. Dans l’ordre de la montée, nous trouvons :

    P1 : 16C/16C
    P2 : 6S/6S
    P3 : 8SC/8SC
    P4 : 8SC/8SC
    P5 : 12S/12S
    P6 : 4SC/4SC
    P7 : 10S/10S
    P8 : 12S/12S
    P9 : 10S/10S
    P10 : 8S/8S
    P11 : 8C/8C



    La ligne depuis le bas
    Image

    En avant sur la ligne des Boisses
    Image

    On arrive au niveau de P2
    Image

    La portée P2-P3 va nous permettre de croiser le télésiège des Brévières
    Image

    Le troisième ouvrage de ligne avec ses 26 mètres de haut juste après le croisement avec le télésiège des Brévières
    Image

    Longue portée entre P3 et P4 permettant d'aborder la phase la plus difficile du tracé
    Image

    Le quatrième pylône
    Image

    Dans la partie la plus raide
    Image

    La ligne passe sous la ligne Haute Tension qu'elle croise
    Image

    Croisement avec le haut de la piste Mélèzes. Cette portée est équipée d'un dispositif anticollision
    Image

    On continue vers le plateau du Marais
    Image

    Les sommets surplombant le plateau du Marais se découvrent
    Image

    Nous glissons tranquillement en direction du sommet
    Image

    La gare de la télécabine de la Sache sur la droite
    Image

    Arrivée en gare amont
    Image




  • La gare amont

La gare amont est positionnée pratiquement au même endroit que la gare amont de l'ancien télésiège. Cette dernière est donc presque accolée à la gare supérieure de la télécabine de la Sache. La gare amont à contrario de la gare aval possède une couverture complète abritant le treuil de l'installation. Tout comme la gare aval, elle reprend le schéma classique de couleur en vigueur à Tignes avec du blanc et un liséré bleu. Le local opérateur a été placé en face du contour afin de facilement délimiter la sortie de l'installation et l'entrée coté descente.

    Vue sur une partie du quai d'embarquement
    Image

    Quai de débarquement
    Image

    Vues de la gare amont
    Image

    Image

    Image

    Image

    On remarque bien le local opérateur placé en face du contour
    Image

    La gare vue depuis l'accès à la descente
    Image



    Au cœur des Boisses



  • Tension du câble porteur-tracteur

Le câble porteur-tracteur est tendu en gare aval. La tension est réalisée grâce à un dispositif hydraulique composé d’une centrale hydraulique et de deux vérins hydraulique qui sont ancrés au massif arrière de la gare. La gare aval étant à couverture basse, la centrale hydraulique est protégée des intempéries par un caisson. D’une course de cinq mètres, les vérins sont reliés à la poulie de retour qui est montée sur lorry. Ils assurent une tension de 49200 daN avec une pression de 163 bars dans le circuit.

    La poulie de retour montée sur lorry. Cette dernière est à la largeur de la voie
    Image

    Corps des vérins. On aperçoit également les vannes parachutes et un bout du caisson protégeant la centrale
    Image

    Ancrage des tiges des vérins et capteurs mesurant la tension réelle dans les vérins
    Image




  • L’entrainement principal et de secours

La gare amont est la gare qui assure l'entrainement de l'installation aussi bien en marche normale qu'en marche de secours. L'entrainement principal est assuré par un moteur électrique asynchrone qui met en mouvement un arbre dit rapide. Sur ce même arbre, sont montés trois disques. L'arbre rapide entre donc ensuite dans le réducteur qui va donner mouvement à un second arbre dit lent. A cet arbre lent, est accouplée la poulie motrice. La gare amont laissant suffisamment de place, le châssis moteur est légèrement incliné pour n'avoir qu'à dévier une seul fois le câble sur le plan vertical pour l'aligner correctement dans le bandage de la poulie motrice.

    Vue globale du treuil
    Image


Afin de pouvoir tirer la charge quand la télécabine sera en débit définitif, le moteur des Boisses est relativement puissant. Ce moteur T-T Electric développe 610 kW à la vitesse de 1500 tours par minute

    Le moteur électrique
    Image


L'arbre rapide possède donc trois disques. Le disque le plus proche du réducteur sert uniquement de volant d'inertie. Les deux autres servent de volant d'inertie et de piste de freinage pour les deux freins de sécurité 1 hydrauliques.

    Les trois disques et l'un des deux freins de sécurité 1 hydrauliques
    Image


Le réducteur est comme d'accoutumé, un réducteur Doppelmayr-Rexroth. Cet organe va permettre de démultiplier le couple moteur tout en réduisant la vitesse de rotation de l'arbre lent. Pesant un peu de moins de quatre tonnes, le réducteur comporte trois étages de réduction. Le rapport de réduction final est de 78.24:1.

    Le réducteur
    Image

    Les 320 litres d'huile qu'il contient sont refroidis si nécessaire en passant dans cet aéroréfrigérant
    Image


La marche de secours est assurée par un moteur thermique de la marque Cummins. Le rôle du moteur thermique est de fournir de la puissance à une pompe hydraulique. Cette dernière va mettre en pression un circuit permettant de mouvoir la poulie motrice via un motoréducteur hydraulique préalablement accouplés à la poulie motrice. Ce type de marche de secours permet d'évacuer même en cas de casse du réducteur. En effet, dans ce cas, la poulie motrice est désaccouplée de l'arbre lent et le moteur hydraulique peut dès lors prendre le relais. Le moteur thermique étant autonome car démarrant à l'aide de batteries, il permet une évacuation de l'installation même en cas de panne de courant.

    Le moteur thermique
    Image


    Le moteur hydraulique et son volant de manœuvre
    Image


Les freins de sécurité 2 sont placés directement sur la poulie motrice. Sur les Boisses vu la charge, la dénivellation et le débit à terme de l’installation, ils sont au nombre de trois. Ces freins tout comme les freins de sécurité 1 sont pilotés à l’aide d'une centrale se situant sur le coté du moteur thermique de secours. A coté des freins de sécurité 2, on va trouver la dynamotachymètre qui va donner une image de la vitesse du câble à l’électronique de commande ainsi qu’une génératrice d’impulsions qui va donner une base temporelle.

    La centrale hydraulique pilotant entre autre les circuits des différents freins
    Image

    La poulie motrice et l’ensemble freins de sécurité 2, dynamotachymètre et génératrice d’impulsions rotative
    Image


A l'image de ce qui a été fait sur le télésiège de l'Oursière aux 7 Laux, la ligne de sécurité est arrimée en gare amont par une petite tomme d'ancrage permettant une tension plus forte du câble porteur supportant la ligne.

    Tomme d'ancrage sur le télésiège de l'Oursière
    Image




  • Voies et cheminement

Les voies des gares sont équipées de pneus permettant de ralentir, trainer et accélérer les véhicules de l’installation. La masse des véhicules étant plus importante, les poutres à pneus sont donc plus longues que sur un télésiège. Ceci permet également de ralentir et lancer le véhicules en limitant l'oscillation des véhicules afin de ne pas gêner les usagers à l'intérieur.

    Ralentisseur en gare amont
    Image


La rotation des pneus dans les voies est obtenue par une prise de mouvement sur le câble présente sur chaque poutre. Cette dernière permet d'avoir une synchronisation parfaite de la rotation des pneus quelque soit la vitesse à laquelle roule l'installation.

    Image


Les voies de l’installation que ce soit en aval ou en amont sont en partie relevables. Ceci est rendu possible grâce à une petite centrale hydraulique contrôlée depuis le poste de commande présent dans chaque gare. Cette centrale actionne des petits vérins placés sur les cols de cygne. Ceci permet de stocker les véhicules au niveau des gares. La gare amont sert de zone de stockage principale en accueillant les treize cabines. Cette méthode permet pour le moment à l'exploitant de s'affranchir de la construction d'un garage. Ce dernier pourra ainsi être réalisé une fois que la télécabine sera en débit définitif.

    Centrale hydraulique pour le levage des voies
    Image


    Vérins permettant le relevage
    Image


Un seul mode de cadencement est disponible sur cette télécabine; il s'agit du mode Tout Ou Rien (TOR). Ce mode de cadencement permet de corriger uniquement une avance véhicule. Il est effectué par plusieurs embrayages-freins placés dans les voies des deux gares. Toutefois il n’y a qu'une seule gare qui a ses cadenceurs en service. En exploitation normale, c'est généralement aux cadenceurs de la gare aval qu'incombent la tâche de corriger le positionnement des véhicules si nécessaire.

    L'un des embrayages-freins présents en gare amont
    Image


Un tunnel à la fin de chaque lanceur est présent pour empêcher tout véhicule non embrayé correctement sur le câble de partir en ligne.

    Tunnel en fin de lanceur
    Image


La poulie motrice étant inclinée ce sont des galets qui sont en charge de dévier le câble sur le plan vertical. La poulie motrice n'étant pas à la largeur de la voie, trois autres galets permettent de dévier le câble sur un plan horizontal.

    Galets de la prise de mouvement et galets assurant la déviation verticale
    Image

    Galets assurant la déviation horizontale
    Image



  • Commande

L’installation électrique, a été réalisée sur cet appareil par la société rhodanienne SEIREL. Dans chaque poste de conduite, on va trouver une armoire de commande. Sur un des panneaux de l’armoire de commande, se trouve l’écran de supervision Suprême. Cet écran faisant office d’interface homme-machine permet à l’opérateur de visualiser l’état de son appareil et les défauts en cours. Le superviseur fournit également en visualisation, le schéma électrique, le schéma hydraulique dynamique, l’archive des défauts, les conditions météo et diverses autres informations. Quelques commandes sont disponibles directement sur le superviseur comme l’ouverture/fermeture des volets de gare, les pontages …

    Armoires de commande en gare amont
    Image

    Détails sur les commandes du panneau principal
    Image


L'armoire en gare amont contient un écran supplémentaire dédié au système RPD de Doppelmayr. Le système a été mis en place sur les pylônes entourant la plus grande portée de l'appareil à savoir celle se trouvant entre P3 et P4. Si jamais une barrette du quatrième pylône (l'ouvrage le moins accessible de la ligne) vient provoquer un défaut, c'est là que le RPD va entrer en jeu. Après pontage de la barrette, s'il ne détecte aucune déviation du câble ou de déraillement, il va permettre au conducteur de faire rouler son installation à pleine vitesse.

    Ecran de supervision du système RPD
    Image


Dans le poste de conduite amont se trouve une manette permettant de forcer manuellement le serrage des freins de sécurité 2 hydrauliques en cas de besoin.

    Manette de forçage des freins de sécurité 2
    Image


En plus de la télécommande sans fil que vous avez pu voir un peu plus haut, aux points stratégiques de l'installation les opérateurs bénéficient de boitiers déportés permettant d'effectuer quelques commandes.

    Boitier déporté sur le quai de débarquement amont
    Image



    Véhicules et Pinces


Les cabines proviennent du constructeur helvétique CWA. Il s'agit de cabines du modèle Omega IV. Les quais de la gare étant au même niveau que le plancher des cabines, l'accès est grandement facilité. Ces cabines ne possédant pas des portes-skis, le matériel des clients est donc embarqué à l'intérieur des véhicules. Les cabines ont une capacité de 8 places assises ou de 10 places debout avec les banquettes relevées. Sur chaque cabine a été apposé le nouveau logo de Tignes qui reprend l'ancienne police de caractère avec un effet un peu plus stylisé.

    Cabines en ligne
    Image

    Cabine en ligne
    Image

    Cabine en ligne
    Image

    Cabine à quai
    Image

    Intérieur Cabine
    Image


Chaque véhicule de l’installation est relié au câble par une pince de type A108-C. La force de serrage sur le câble est obtenue par des ressorts de compression. Cette pince est considérée comme auto-dégivrante puisque le simple fait de comprimer les ressorts suffit à casser le givre. Sur la suspente on trouvera le levier de manœuvre permettant d'ouvrir et fermer les portes.

    Ensemble suspente et pince
    Image

    Came de fermeture des portes en gare amont. Les cames coté ralentisseur sont amovibles permettant de laisser les portes fermées des cabines lors du rangement en gare
    Image

    Un capteur électrique vérifie la bonne fermeture des portes avant le lancement sur la ligne
    Image

    Passage de la pince sur un balancier support
    Image

    Passage de la pince sous un balancier compression
    Image



    Depuis les pistes


    Ligne depuis la zone de la gare amont
    Image

    Ligne avec le sommets surplombant la rive droite de l'Isère
    Image

    Vers l'amont depuis la partie haute de la piste Mélèzes
    Image

    Vers l'aval depuis cette même piste avec le passage sous la ligne Haute Tension
    Image

    P4 et P5 depuis la piste Mélèzes
    Image

    Passage de la falaise depuis la piste Mélèzes
    Image

    Portée P3-P4 depuis le pied de ce dernier
    Image

    Vers l'aval depuis le même endroit
    Image



    Les Boisses : trait d'union vers le futur


Avec cette télécabine des Boisses, la STGM accompagne parfaitement la politique de renouveau du hameau mise en place par la commune de Tignes. Elle vient doter le village d'un véritable ascenseur pratique et performant pour les clients qui seront amenés à loger dans les nouveaux lits touristiques disponibles ainsi que pour les clients venant à la journée à Tignes. Boisses se positionne comme un lien vers le futur avec les différents projets prévus sur le secteur. En plus de l'aménagement du plateau du Marais, elle devrait à terme être couplée à une seconde télécabine partant des Brévières en remplacement de la télécabine de la Sache. Boisses se retrouverait donc en trait d'union entre les Brévières et le plateau du Marais. Une configuration qui marquerait alors un retour aux sources au niveau de l'aménagement de ce coin nature du domaine skiable de Tignes.

    Image




  • Remerciements : STGM pour la visite de l'installation, Les membres m'ayant apporté leur aide pour la rédaction de ce reportage
  • Texte, Photos: Geoffroy DELABRE
  • Site internet de Tignes: http://www.tignes.net



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :