En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo



 
Auteur de ce reportage : valcelouis
Section écrite le 11/10/2014 et mise à jour le 25/12/2017
(Mise en cache le 30/12/2017)

TCD8/10 du Mercantour – Isola 2000
Poma – 2005


Image


Au sommaire de ce reportage :

1 → Bienvenue à Isola 2000 !
2 → Historique
3 → Situation sur le domaine skiable
4 → Infrastructures et ligne
5 → Conclusion


1 → Bienvenue à Isola 2000 !

Isola 2000 est une station de sports d'hiver proche de la commune d'Isola dont elle dépend, dans le département des Alpes-Maritimes, dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle se trouve dans le massif du Mercantour, à proximité du parc national du même nom et à trois kilomètres de la frontière franco-italienne, accessible par le col de la Lombarde. Les habitants de la station sont appelés les Isoliens.
Isola 2000 est appelée ainsi à cause de son altitude moyenne qui est d'environ 2000 mètres.
Le sommet le plus haut et le plus proche de la station est le mont Malinvern qui culmine à 2938 mètres.
Le domaine skiable va, en altitude, de 1800 mètres à 2600 mètres (Cime de Sistron). Il possède 43 pistes pour 120 kilomètres de pistes.
La station d'Isola 2000 bénéficie d'un enneigement particulièrement exceptionnel sous cette latitude de par la conjugaison de sa géologie ferrugineuse et des masses d'évaporation du golfe de Gênes créant ainsi une pluviométrie neigeuse de par sa haute altitude. Le soleil est l'atout majeur de la station. Mais les températures peuvent être très basses.

Image
^^ Découvrez une présentation plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^

2 → Historique

La télécabine du Mercantour a été construite en 2005 par le constructeur français Poma. Elle a remplacé un télésiège fixe 2 places (des Cabanes) et un télésiège débrayable 4 places (des Grands Vallons) qui a été vendu en 2006 à la station iséroise d’Auris-en-Oisans où l’appareil a été renommé « Louvets » après une remise à niveau technique.
Voici un plan des pistes datant d’avant 2005 :

Image

En rouge, l’ancien télésiège (débrayable 4 places) des Grands Vallons. Celui-ci démarrait au village même d’Isola 2000 et arrivait quelques mètres en-dessous de l’actuel télécabine.
En orange, l’ancien télésiège (fixe 2 places) des Cabanes. Celui-ci reprenait grosso-modo l’actuel tracé de la télécabine.
La nouvelle télécabine est un lieu de départ idéal pour la clientèle journée puisque la gare aval est située sur un parking en contrebas de la station. Il s’agit d’ailleurs du plus grand parc de stationnement de la station où se trouve également le départ du télésiège de Combe Grosse, du télésiège de la Lombarde et du téléski du Chastillon. A quelques pas se trouve également les locaux et garages de la SEM des Cimes du Mercantour (société qui exploite les stations d’Isola 2000 et d’Auron).
Cette télécabine est ouverte autant en hiver qu’en été puisqu‘elle dessert beaucoup de pistes de VTT pour les adeptes de vélos ainsi que de la randonnée comme la montée vers le sommet du télésiège de Sisteron avec sa vue sur la mer.
Lors des premières années d’exploitation, les cabines ont rencontré des soucis de fonctionnement notamment dans le fonctionnement des portes (les skis rangés dans les racks positionnés sur les portes avaient tendance à les bloquer). Des arrêts étaient alors fréquents ; ce problème est aujourd’hui résolu.
Egalement, le nom de l’appareil a probablement été choisi à la dernière minute d’exploitation : à l’origine, il était même prévu de le nommer « Marmottes », mais c’est le télésiège voisin qui adoptera ce nom.

3 → Situation sur le domaine skiable

Cette télécabine se situe donc sur le secteur central du domaine skiable appelé « Pelevos ». Elle dessert :
- la piste bleue « B. Cabane »
- la piste bleue « Avenue »
- la piste bleue « Ecureuil »
- la piste bleue « Coq »
- le snowpark « Tony's snowland »
Et voici la représentation du plan des pistes :

Image
^^ Cliquez sur le plan des pistes pour le visualiser en grande définition ^^
Plan Kaliblue.

4 → Infrastructures et ligne

Caractéristiques techniques

Caractéristiques administratives

TCD – Télécabine à pinces débrayables : MERCANTOUR
Exploitant : SEM des Cimes du Mercantour
Installation électrique : SEMER
Constructeur : Poma
Année de construction : 2005

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver et Été
Capacité : 8 personnes assises / 10 personnes debout
Débit à la montée : 3000 personnes/heure
Débit à la descente : 3000 personnes/heure
Vitesse d'exploitation : 5,5 m/s

Caractéristiques géométriques

Altitude gare aval : 1919 m
Altitude gare amont : 2349 m
Dénivelé : 430 m
Longueur développée : 1618 m
Longueur horizontale : 1560 m
Pente moyenne : 28,48 %
Pente maximale : 55 %
Temps de trajet : 4 min 54 sec

Caractéristiques techniques

Type de gare aval : Satellit Bois
Emplacement gare de tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Nombre de vérin : 1

Type de gare amont : Satellit Bois
Emplacement gare motrice : Amont
Type de motorisation : Électrique

Sens de montée : Gauche
Type d'embarquement : Dans tout le contour
Nombre de pylônes : 14
Type de véhicules : Cabines DiamondC8
Dispositif d'accouplement : Pinces débrayables Oméga T
Nombre de véhicules : 58

Caractéristiques du câble

Date de pose : 2005

La gare aval

La gare aval est située non loin des télésièges Combe Grosse (construit en 2004) et Lombarde (construit en 1977) ainsi que du téléski du Chastillon (1971). Un parking pour voitures est situé non-loin de là, permettant aux skieurs à la journée de se garer au plus près des départs skis aux pieds.
La gare aval est insérée en partie dans un bâtiment qui accueille également un garage pour les cabines (cf. partie sur le garage dans ce reportage). L’embarquement s’effectue dans le contour de la gare qui est de type Satellit, son accès se faisant à l’intérieur du bâtiment après avoir passé une ligne de contrôle des forfaits.
C’est ici qu’est effectuée la tension du câble à l’aide d’un vérin hydraulique. Les pneus sont entraînés avec une prise de mouvement sur le câble par des courroies. Un cadenceur manuel est présent afin de modifier l’écart entre les cabines de manières occasionnelle.

Image
Le front de neige du bas avec, à droite, les télésièges Combe Grosse et Lombarde ainsi que le téléski du Chastillon et, à gauche, la télécabine du Mercantour.

Image
L'ensemble du bâtiment abritant le garage et la gare aval.

Image
La gare aval vue de haut.

Image
La gare aval côté gauche.

Image
La gare aval côté droit.

Image
La gare aval, le P0 attaché à la gare et le P1.

Image
La gare aval avec le P0.

Image
La gare aval.

Image
Le lanceur.

Image
L'entrée de la télécabine signalée par un portique Essor BVD.

Image
Le contour.

Image
La gare Satellit insérée dans le bâtiment.

Image
L’embarquement dans le contour.

Image
Le ralentisseur.

Image
La came d'ouverture des portes. Ici, elle est en position afin que les portes ne s'ouvrent pas.

Montons dès à présent au cœur de la gare aval.

Image
Vue d'ensemble.

Image
Vue d'un côté.

Image
La came de débrayage.

Image
La poulie.

Image
Le vérin de tension.

Image
La centrale de tension.

Image
Le moteur pour le cadencement manuel.

Image
Deux pneus et une pince en gare.

Image
Une des deux prise de mouvement sur le câble.

Image
Un capteur de cheminement et un capteur de déraillement.

Image
Une pince qui sort de la gare aval.

Image
Sortie de gare.

La ligne

La ligne mesure 1618 mètres de long. Dès la sortie de la gare aval, les cabines franchissent la rivière appelée « Vallon de Chastillon ». La montée est régulière tout au long du trajet. Les cabines évoluent dans un environnement boisé sur les deux-tiers du parcours alors que la dernière partie se trouve dans un environnement plus désertique de pierres et rochers.
Les pylônes sont standards pour la gamme d’appareil Ariana. La ligne de sécurité n’est pas enterrée et reste donc visible, ce qui n’aide pas à l’intégration paysagère de la télécabine.

Poma a équipé la ligne de 14 pylônes, dont 12 supports, 1 compression et 1 support/compression comme ceci :
P1 : Compression
P2 : Support
P3 : Support
P4 : Support
P5 : Support
P6 : Support
P7 : Support
P8 : Support
P9 : Support
P10 : Support
P11 : Support/Compression
P12 : Support
P13 : Support
P14 : Support

Image
P0 : Compression (attaché à la gare aval).
P1 : Compression.


Image
P2 : Support.

Image
P3 : Support.

Image
P4 : Support.

Image
P5 : Support.

Image
P6 : Support.

Image
P7 : Support.

Image
Portée P7-P8.

Image
P8 : Support.

Image
P9 : Support.

Image
Longue portée P9-P10.

Image
P10 : Support.

Image
P11 : Support / Compression.

Image
Longue portée P11-P12.

Image
On distingue l’arrivée.

Image
P12 : Support.

Image
Dernière longue portée P12-P13.

Image
P13 : Support.

Image
P14 : Support (et dernier pylône).

Image
Entrée en gare amont.

La gare amont

La gare amont est située juste à côté de celle du télésiège des Marmottes, construit la même année en2005. La gare est située sur un encaissement où se situe le départ de plusieurs pistes permettant de desservir une grande partie du domaine skiable, dont l’accès au secteur « Saint-Sauveur ».
Ici est effectuée la mise en mouvement du câble grâce à la présence d’un moteur électrique et d’un moteur thermique de secours. C’est également ici que se trouve le cadencement des cabines de type +/- vite via un motoréducteur agissant sur une portion de pneus.

Image
Le contour en gare amont.

Image
La gare amont avec le contour de débarquement.

Image
La gare amont.

Image
La gare amont et le dernier pylône.

Image
La gare amont et les deux derniers pylônes.

Image
La gare amont en contre-plongée.

Image
La gare amont et une cabine dans le ralentisseur.

Image
Les deux derniers pylônes.

Image
Les gares amont de la télécabine et du télésiège des Marmottes.

Image
Le lanceur avec un filet dessous.

Image
Came de fermeture des portes en gare amont.

Image
Pupitre de conduite en gare amont.

Image
Pupitre de la ligne, du pesage des pinces, de la vitesse du vent et du nombre de passages.

Image
A l’intérieur...

Montons dès à présent au cœur de la gare amont.

Image
Côté ralentissement...

Image
Et dans le contour.

Image
Une pince en gare amont.

Image
Le moteur électrique principal et le frein 1.

Image
Détail sur le frein 1.

Image
Le moteur thermique de secours.

Image
Les moteurs hydrauliques de secours qui agissent directement sur la poulie motrice (ils sont désaccouplés en temps normal).

Image
La pompe hydraulique alimentant les freins.

Image
Flexibles dans lesquels circule de l'huile sous pression.

Image
Les galets de support intégrés à la gare.

Les véhicules et pinces

Les cabines (au nombre de 58) sont de type DiamondC10 qui peuvent accueillir deux types de configurations :
- 8 places assises avec les banquettes dépliées.
- 10 places debout avec les banquettes repliées.
Les cabines sont grises avec les logos d’Isola 2000 d’un côté et celui des stations du Mercantour de l’autre.
Les pinces sont standards pour la gamme Ariana : ce sont des Oméga T.

Image
Cabine côté logo Isola 2000.

Image
Cabine côté logo Stations du Mercantour.

Image
L'intérieur d'une cabine (en mode 8 places).

Image
Une suspente et sa pince Oméga T.

Rangement des véhicules

L’installation est équipée d’un garage situé dans le même bâtiment abritant la gare aval d’où ses dimensions impressionnantes.
Pour rentrer les cabines au garage, il faut faire fonctionner l’installation à l’envers et mettre l’aiguille située à l’arrière de la gare en mode garage. Une chaîne de traînage récupère les cabines au niveau de l’aiguillage et les transferts vers le garage. Ensuite, il faut pousser toutes les cabines dans les voies et virages du garage manuellement (l’option de garage automatique n’ayant pas été retenue), ce qui rend ce garage particulièrement peu utilisé pendant la saison hivernale.
Explication du fonctionnement du garage par un schéma :

Image

Sachant que le traînage des cabines vers le garage et inversement traverse le quai d’embarquement, celui-ci est monté sur des vérins et se baisse de quelques centimètres pour laisser le passage aux cabines.

Image
On distingue les vérins pour abaisser le quai.

Image
La pompe hydraulique alimentant les vérins qui abaissent le quai.

Image
L'ensemble de la chaîne de la gare au garage.

Image
Le moteur de la chaîne de trainage. Les cabines viennent s'accrocher ici pour être conduites au garage.

Image
L'entrée du garage avec l'extrémité de la chaîne de traînage.

Image
Le garage vu depuis l'entrée des véhicules.

Image
Au fond du garage (mais premier demi-tour des cabines), une voie d'entretien a été réalisée pour entretenir les suspentes et les pinces.

Image
Il y a une voie pour faire le simple demi-tour et une autre pour l'entretien.

Image
Le garage vu depuis la zone d'entretien.

Image
La nacelle d'entretien (qui ressemble aux anciennes cabines 10 et 12 places des années 1990).

Image
L'armoire de commande du garage.

Image
L'automate qui gère l'ensemble de l'appareillage du garage.

La descente par télécabine & vues depuis les abords de la télécabine...

Quelques photos sur la descente par la télécabine.

Image
Sortie de gare pour la descente.

Image
P8 dans le sens de la descente.

Image
Arrivée en gare aval.

Quelques photos de cabines en ligne vues depuis les pistes.

Image
Une cabine en ligne.

Image
Croisement de deux cabines en ligne.

Et enfin quelques photos des pistes desservies par la télécabine.

Image
Les arrivées depuis la piste -Avenue-.

Image
Fin des lignes de la télécabine et du télésiège des Marmottes depuis leurs arrivées.

Image
Le départ du snowpark de la station le -Tony's snowland-.

Image
Vue sur la piste des -Coqs- qui passe sous la télécabine.

5 → Conclusion

Cette télécabine a donné un nouveau souffle à la station notamment pour la clientèle journée. Elle a également permis de supprimer l’attente sur le parking et voyager dans des conditions très acceptables.
Cet investissement est donc une pure réussite. Certaines personnes auraient souhaité un télésiège plutôt qu’une télécabine pour ne pas avoir à déchausser, mais les conditions de voyages auraient été nettement dégradées.

Image
Mercantour, un ascenseur renouvelé pour un succès démontré.

Je tiens à remercier Polo13 pour la mise à disposition de ses clichés techniques ainsi que le personnel d’exploitation de la télécabine pour son accueil et sa gentillesse.

Bannière : Jacky Carlingue
Photos : valcelouis et Polo13
Texte et mise en page : valcelouis
Date des photos : 18 août 2014

© valcelouis – Tous droits réservés



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :