En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TCD8 Belchenbahn

Belchen (Hochschwarzwald)

Leitner

T3 ES
Description rapide :
La télécabine Belchenbahn est l'unique remontée du site de Belchen. Desservant en hiver quelques pistes de ski alpin, elle sert en particulier pour les touristes estivaux qui viennent profiter du panorama au sommet et finir la montée au Belchen (1414 m).

Année de construction : 2001

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : Clément05
Section écrite le 02/09/2018 et mise à jour le 27/12/2018
(Mise en cache le 27/12/2018)

Bonjour, monchu, arbisman et moi-même vous présentons un reportage sur la…

Image

Au sommaire :


  • Belchen
  • La télécabine Belchenbahn
  • De l’Exposition Universelle d’Hannover à la Haute Forêt Noire
    L’unique remontée mécanique du domaine
    Caractéristiques
  • Ligne et infrastructures
  • La gare aval
    La ligne
    La gare amont
    Véhicules et pinces
    Autres vues
    Au cœur de la télécabine Belchenbahn
  • Conclusion


Belchen

Le site de Belchen est l’un des principaux de la Haute Forêt Noire. Cette région, s’étendant des environs de Todtnau jusqu’au Titisee en passant par le Schluchsee regroupe les sommets les plus hauts de la Forêt Noire (avec notamment le point culminant, le Feldberg à 1493 m). Le Belchen, du haut de ses 1414 m, domine le sud du massif montagneux avec un panorama au sommet à 360° : la vue s’étend de Bâle (avec les Alpes en toile de fond les jours de très beau temps sans pollution) à la plaine du Rhin en passant par l’agglomération de Mulhouse, les Vosges et la Forêt Noire en elle-même.
Le Belchen est un lieu où se pratiquent essentiellement la marche à pied au printemps, l’été et à l’automne ainsi que le ski (de piste et de fond) en hiver. Equipé d’une unique télécabine, le site attire de nombreux pratiquants en toutes saisons, venant essentiellement de la plaine du Rhin ou de Bâle. Facilement accessible par la route (route 317 jusqu’à Todtnau), Belchen est de ce fait très fréquenté. Notons également que des bus amènent les clients depuis la gare de Zell im Wiesental à la descente des trains en provenance de Bâle.
A Belchen se trouve un hôtel 4**** de très grande qualité et à l’architecture très soignée placé au pied de la télécabine. La bâtisse arbore les formes et les matériaux typiques de la Forêt Noire, ce qui lui permet de parfaitement se fondre dans le décor.

Image
Le sommet géographique et la plaine du Rhin à droite.

La télécabine Belchenbahn

De l’Exposition Universelle d’Hannover à la Haute Forêt Noire

Le Belchen : un sommet emblématique de la Forêt Noire

Site de randonnée apprécié dès le XIXème siècle, le Belchen fut équipé d’un refuge à partir de 1867. Il fut ensuite remanié en hôtel et agrandi plusieurs fois. Une route fut ouverte entre le village de Schönau et le sommet en 1904. Elle engendra une explosion de la fréquentation. Troisième sommet de Forêt Noire, le Belchen offrait aux automobilistes un panorama circulaire très apprécié. Il devenait ainsi l’un des rares belvédères de Forêt-Noire accessibles en voiture avec le Schauinsland.

Image
La route vers le Belchen.

Image
L’hôtel au milieu du XXème siècle.

En complément de l’activité estivale, le ski alpin se développa sur le site à partir des années 50. Un premier téléski à enrouleurs desservait les pentes faciles sous l'hôtel. Il fut remplacé et prolongé en aval par un téléski à arbalètes Doppelmayr en 1962.

Image
Le premier téléski monoplace Vogler.

Image
Le téléski agrandi vers le bas jusqu'à la route d'accès au fond.

Image
Le téléski à enrouleurs 2 places Doppelmayr.

Image
L'arrivée contre l’hôtel.

Image
Les pistes longent la route d'accès avec les voitures.

Le site souffrait de sa fréquentation automobile avec des pointes mesurées jusqu’à 2700 véhicules par jour en 1989. Les autorités locales de Fribourg mirent en œuvre le concept de Belchen sans voiture, tous les weekends de saison d’été à partir de 1990, avec un service de navettes en bus. Le système générait toutefois d’importants coûts d’exploitation pour la collectivité locale, et le site perdait en attractivité en raison du cadencement des bus à 30 minutes. Sous l’impulsion de l’exploitant du téléski, le projet de fermeture permanente de la route d’accès et de construction d’une télécabine permettant la desserte du sommet fut approuvé par la population locale au cours d’une consultation en 1996.

Pour réduire légèrement les coûts de construction, l’exploitant s’est tourné vers une télécabine d’occasion issue de l’exposition universelle de Hanovre en 2000.

Image
Une image du passé : le Belchen engorgé de voitures.

L’exposition universelle d’Hannovre et sa télécabine

La ville de Hanovre, située à l'époque en Allemagne de l’Ouest, fut choisie le 14 juin 1990 pour organiser l’Exposition Universelle de l’an 2000. Les travaux d'aménagement d’un parc de 160 hectares commencèrent en 1996. Le site était divisé en deux parties séparées par une autoroute. Pour relier les différentes entrées entre elles et offrir une vue panoramique sur le site et les différents pavillons, une télécabine en 2 tronçons fut construite. Elle reliait les entrées nord-ouest et sud à une gare intermédiaire centrale sur l’Expo Plaza, cœur de l'exposition et principal accès aux transports en commun.

Le marché pour la construction et l'exploitation des télécabines fut attribué à Leitner, qui avait déjà construit les télécabines des précédentes expositions de Séville en 1992 et de Daejon en 1993. Le chantier de Hanovre débuta dès 1999, afin que les télécabines soient prêtes avant la construction des pavillons que les lignes devaient survoler.

Image
Au début de l'an 2000, la ligne est déjà tirée, alors que les chantiers de construction des pavillons sont encore peu avancés.

La télécabine a été conçue sans couvertures pour les gares, toute la mécanique était visible du grand public. Etant donné le caractère éphémère de la présence de cette télécabine, les gares n’étaient couvertes que par des bâches en toile. Les stations nord-ouest et sud, de plein pied, étaient chargées de la tension des câbles et la gare intermédiaire était motrice. La chaîne cinématique était à l’étage inférieur pour minimiser les nuisances sonores. Perchées à 15 m de haut, les motrices n’étaient pas reliées et le client devaient repasser les bornes à forfaits pour emprunter le tronçon suivant. La gare intermédiaire, à l’Expo Plaza était au cœur névralgique de l’exposition et à proximité d’une station de tramway.

Voici quelques images de la télécabine :

- La gare sud

Image
Gare abritée sous une toile tendue.

Image
A l'arrière, l'espace vert du parc expo.

Image
Poulie retour et vérin de tension.

- La ligne sud – Expo Plaza

Image
La hauteur de survol avoisinait les 50 mètres, la ligne était soutenue par des pylônes tripodes.

Image
Survol du pavillon de l'Irlande.

Image
Les pavillons de la Belgique et de la Suède.

- La gare Expo Plaza

Image
La gare vue du tronçon nord-ouest.

Image
La mécanique apparente était protégée par une toile tendue.

Image
L'arbre lent incliné.

Image
Lanceur et ralentisseur de la section sud.

- La ligne Expo Plaza - nord-ouest

Image
En sortie de gare, un pylône tripode à double-tête.

Image
Toujours vers l'arrière, la ligne pénètre dans le secteur nord-ouest entre les bâtiments consacrés à l'homme à gauche et à la Planet of Visions à droite.

Image
Long passage au-dessus des halls d'exposition thématiques.

- La gare nord-ouest

Image
La gare était abritée sous une toile tendue.

Image
Lanceur et ralentisseurs avec une couverture basse sommaire. A l'arrière le pavillon du Venezuela sous le dôme fermé.

Image
Station retour tension.

Contrairement à d'autres expositions passées comme Séville ou futures comme Saragosse, l'avenir de cette de télécabine a été prévu avant la fin de l’Expo 2000. Dès la construction, il était prévu de réimplanter le tronçon le plus court en Forêt Noire, au Belchen, pour concrétiser le projet de 1996 de remplacer le téléski de fermer au trafic la route d'accès au sommet. Puis la station autrichienne de Fieberbrunn a annoncé mi-octobre 2000 qu'elle se portait acquéreur du tronçon le plus long, pour un montant de 6,7 millions de marks (3,4 millions d’euros). Elle pouvait ainsi à moindre coût remplacer le téléski à enrouleur de Doischberg, pour préparer la future liaison avec la station voisine de Saalbach-Hinterglemm.

Le chantier de la télécabine de Belchenbahn

Le chantier de construction de la télécabine du Belchen a débuté en juillet 2001. Le génie civil a été réalisé par une entreprise locale de Todtnau, et le montage assuré par Leitner. En aval, après le terrassement et le coulage des bétons, le montage de la gare a commencé à partir du 17 septembre, et celui du garage le 8 octobre.

Image
Massif de la gare aval.

Image
Montage de la gare aval en septembre, avant celui du garage qui sera construit à gauche.

En ligne, pour éviter le passage d’engins dans cet environnement sensible, l’exploitant a demandé l’utilisation de l’hélicoptère pour desservir les sites de construction des pylônes 3 à 7. Ainsi, les coffrages ont été héliportés le 8 septembre, avant les bétons et les pylônes.

Image
Héliportage des coffrages.

Image
Héliportage des pylônes.

En amont, suivant un calendrier similaire à l’aval, le montage de la gare a commencé à partir du 17 septembre.

Image
L’hélicoptère est aussi intervenu en amont.

Image
Montage de la gare amont.

Le montage s’est achevé en novembre. Les essais de freins ont duré une semaine mi-novembre, puis l’appareil a subi 10 jours d’essais à vide début décembre.

Image
Les monteurs de Leitner sur l’épissure.

Image
Pendant les essais.

La télécabine a été ouverte au public le 22 décembre 2001. Simultanément, la route d’accès a été définitivement fermée au public, et le parking au sommet déconstruit et revégétalisé. Les 300 000 touristes annuels empruntent depuis cette date exclusivement la télécabine pour visiter le sommet.

L’unique remontée mécanique du domaine

La télécabine Belchenbahn est la seule remontée mécanique à équiper le site de Belchen.

Elle permet de monter depuis un petit parking jusqu’à un petit replat sous le sommet géographique de Belchen à 1414 m.
En hiver, la télécabine est essentiellement utilisée par les skieurs fréquentant le domaine de Belchen. L’appareil dessert l’ensemble du domaine skiable (5 pistes) et permet d’enchaîner les rotations rapidement. Ces pistes sont pour 2 de couleur bleue tandis que les autres sont rouges. On y trouve notamment une piste de slalom parfois réservée par les clubs de ski de la vallée de la Wiese. Ces pistes commencent dans les champs de neige en pente douces sous le sommet de Belchen pour s’enfoncer dans la forêt avant de se terminer à la gare aval de la télécabine, près du parking de Belchen et de l’hôtel 4****.
De la fin du printemps (en général vers l’Ascension) à la Toussaint, la télécabine Belchenbahn est ouverte aux touristes et aux marcheurs les moins courageux pour rejoindre le sommet de Belchen sans effort. A l’arrivée se trouve une auberge comme on en trouve sur les crêtes de Forêt Noire (les mêmes qui jalonnent les crêtes vosgiennes en France) qui fait bar, restaurant et hôtel. De la terrasse s’ouvre un panorama sur le sud de la Forêt Noire (vers Bâle) ainsi que vers la vallée du Rhin. Par beau temps, les Alpes suisses ainsi que le Massif du Mont Blanc sont visibles à l’œil nu tandis que les crêtes vosgiennes se laissent admirer. La montée au sommet de Belchen, très facile, permet d’avoir un panorama à 360° avec notamment le nord et l’est de la Forêt Noire (avec le Feldberg et le Schauinsland, deux sommets emblématiques de la Haute Forêt Noire) qui sont visibles. Nombreuses sont les personnes à emprunter la télécabine pour aller admirer le paysage et passer un moment reposant en altitude.

Ainsi, la télécabine Belchenbahn sert clairement plus de la fin du printemps à la Toussaint, l’intérêt hivernal se limitant en effet à 5 pistes, ce qui est peu comparé aux domaines alentours (le Feldberg, Todtnauberg, Muggenbrunn…).

Situation sur les plans hivernaux puis estivaux :

Image

Image

Caractéristiques

Voici les caractéristiques de l’appareil :

- Caractéristiques Administratives

TCD – Télécabine à pinces débrayables : BELCHENBAHN
Exploitant : Belchen Seilbahn
Constructeur : Leitner
Année de construction : 2001

- Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Annuelle (hors fermetures pour entretien)
Capacité : 8 personnes
Débit à la montée : 1200 personnes/heure
Débit à la descente : 1200 personnes/heure
Vitesse d'exploitation : 5 m/s (3 m/s hors hiver)

- Caractéristiques Géométriques

Altitude aval : 1100 m
Altitude amont : 1363 m
Dénivelé : 263 m
Longueur développée : 1150 m
Pente moyenne : 24,41 %
Temps de trajet : 3 min 49 s (6 min 22 s hors hiver)

- Caractéristiques Techniques

Emplacement tension : Amont
Type de tension : Hydraulique
Emplacement motrice : Aval
Type de motorisation : Courant continu
Puissance développée : 314 kW
Sens de montée : Gauche
Embarquement : De plein pied
Nombre de pylônes : 8
Largeur de la voie : 6,1 m
Dispositif d’accouplement : Pinces LA-106
Nombre de cabines : 23
Espacement : 96 m

Ligne et infrastructures

La gare aval

La gare aval est la station motrice de la télécabine. Le câble est mis en mouvement par la chaîne cinématique classique (moteur électrique, volant équipé du frein de service puis réducteur), laquelle vient s’accoupler à la poulie motrice. Nous reviendrons sur ce point plus en détail dans la partie technique. Le départ est situé sur le front de neige du domaine, où l’on retrouve tous les services utiles : billetterie, parking, toilettes et arrêt de bus (provenant essentiellement de Bärental, Zell im Wiesental et de Lörrach). La gare est une classique pour un appareil débrayable Leitner datant des années 2000. La gare, de couleur grise (couleur d’origine lorsqu’elle a été implantée à Hanovre), est intégrée dans un petit bâtiment bardé de bois entourant l’infrastructure. Sur la droite se trouve le garage où sont rangées les cabines hors exploitation et où se situent les ateliers d’entretien. Il faut noter que, comme souvent en Allemagne, le toit est muni de panneaux solaires.

Image
La gare est entourée par un bâtiment en bois abritant notamment les caisses.

Image
Le flanc sud-est du bâtiment.

Image
L’avant de la gare et le P1, et quelques vaches…

Image
Vue globale sur la gare aval avec le garage derrière.

Image
En se décalant.

Image
La gare, le P1 et le garage.

Image
Au début du chemin forestier montant au Belchen.

Image
Retour au parking. Ici l’accès à l’appareil avec deux bornes à forfaits fournies par Skidata.

Image
Le contour avec le quai d’embarquement.

Image
Vue plus large sur le quai d’embarquement et de débarquement.

Image
Dans le lanceur.

Image
Vue arrière sur le complexe de la gare aval.

La ligne

La ligne de la télécabine est longue d’un peu plus de 1100 m pour 8 pylônes tubulaires.
Le début se situe dans la clairière où se trouve le parking de Belchen. Après le survol d’une dépression, le tracé s’enfonce dans la forêt pour arriver au 4ème pylône qui permet une légère augmentation de la pente. Après le 5ème pylône, on rejoint la route utilisée l’été par les propriétaires de la Belchenhaus pour monter ne voiture au sommet (qui est une piste de ski en hiver). Les pylônes suivants redressent le câble pour arriver sous le sommet de Belchen et à la gare amont.

Caractéristiques de la ligne :
P1 : 12C/12C
P2 : 6S/6S
P3 : 8S/8S
P4 : 4SC/4SC
P5 : 8S/8S
P6 : 6S/6S
P7 : 6S/6S
P8 : 10S/10S

S : balancier support
C : balancier compression
SC : balancier support compression


Image
La ligne depuis la gare aval.

Image
La portée entre les 2 premiers pylônes.

Image
Vue rapprochée sur cet ouvrage.

Image
Une portée en dévers qui passe au-dessus de certains sapins.

Image
Le P3.

Image
Alors que nous nous dirigeons vers le P4, le dévers est moins prononcé.

Image
Le P4, la pente augmente légèrement.

Image
La seconde partie de la ligne se profile.

Image
Le P5, on s’apprête à croiser la route montant au Belchen.

Image
Le paysage se dégage progressivement de la végétation.

Image
Le P6.

Image
Vers le P7, on aborde les pentes sommitales du Belchen.

Image
Le 7ème pylône, avec la Belchenhaus en vue.

Image
La gare amont se profile également.

Image
Le P8, le câble revient à l’horizontale.

La gare amont

La gare amont est la station tension de l’installation. Les détails des mécanismes de tension sont décrits dans la partie technique. La station d’arrivée est située sous le sommet géographique de Belchen, à une altitude de 1363 m. Arborant la même couverture ainsi que le même schéma de couleurs qu’en aval, la gare est entourée dans un petit bâtiment couvrant les quais des éléments météorologiques pouvant être violents en Forêt Noire. Ce bâtiment abrite également le chalet de commandes de l’appareil. A proximité du débarquement, on trouve la Belchenhaus, le départ des pistes de ski alpin, de sentiers de randonnées ainsi que le panorama s’ouvrant de la vallée du Rhin au Feldberg.

Image
La gare amont depuis la ligne.

Image
Le ralentisseur et l’entonnoir de stabilisation de la cabine.

Image
Le quai de débarquement. On remarque les petits rouleaux sur le rail de stabilisation sur lesquels la cabine s’appuie afin d’assurer la meilleure stabilité pour l’embarquement et le débarquement des passagers.

Image
La pièce de conduite, logiquement largement vitrée.

Image
L’accès à la descente.

Image
Le quai d’embarquement pour la descente.

Image
La sortie de la gare.

Image
La plateforme sommitale, avec la télécabine et la Belchenhaus.

Image
Zoom sur l’arrière de la gare depuis le chemin montant au sommet géographique du Belchen.

Image
De trois quarts avec le sud de la Forêt Noire derrière.

Image
Vue de côté.

Image
En continuant la montée.

Image
Zoom sur la gare.

Image
De l’autre côté, on devine d’ailleurs la poulie retour.

Image
Zoom sur cet élément.

Image
L’infrastructure de la gare en descendant.

Image
La gare en contre-plongée avec le P8.

Image
Vue rapprochée.

Véhicules et pinces

La télécabine Belchenbahn est équipée de 23 cabines Expo-Skyliner récupérées d’Hannover. De formes arrondies, elles peuvent accueillir en arc de cercle 8 personnes sur des assises en plastique dur. Leur couleur jaune, également d’origine, les font se démarquer dans le paysage vert de la Haute Forêt Noire. Les cabines sont reliées au câble par des pinces Leitner LA-612 dont l’ouverture se fait par une came actionnant le mors mobile. Le serrage est assuré par deux ressorts parallèles encadrant le levier du mors mobile.

Image
Une cabine en ligne.

Image
De léger trois quarts. On repère sous la cabine les bras d’ouverture des portes.

Image
De l’autre côté, avec les vitres aux formes arrondies.

Image
En gare, on peut voir les renforts en plastique pour limiter les chocs entre cabines.

Image
Les assises, en arc de cercle.

Image
Une pince LA-612 en ligne. La cinématique d’ouverture de la pince est évidente avec cette vue.

Autres vues

Avant de rentrer dans les entrailles de la télécabine, voici quelques vues supplémentaires depuis ses abords :

Image
La télécabine et le massif de la Forêt Noire…

Image
En descendant, vue sur les derniers mètres de la ligne.

Image
Vue globale sur la fin de la montée.

Image
Et le début.

Au cœur de la télécabine Belchenbahn

La mise en mouvement du câble et les voies de circulation des pinces

L’entraînement est constitué d’un moteur à courant continu Ansaldo développant une puissance nominale de 340 kW sous 400 V. L’arbre rapide est muni d’un volant d’inertie équipé d’un frein de service électromagnétique. Le réducteur est du type Leitner KSS 4, à engrenages, avec un étage conique, deux étages cylindriques et un renvoi d’angle. Il a été adapté lors du retour de la télécabine chez Leitner, pour modifier la sortie de l'arbre lent : elle était placée sur le dessus à l’Expo quand l'entraînement était souterrain, et elle se trouve désormais au-dessous, l’entrainement étant placé au-dessus des voies. La poulie motrice est restée inchangée, avec 2 freins d'urgence hydrauliques.

Les automates Leitner étaient restés les mêmes qu’à l’Expo, car ils étaient déjà aux normes allemandes, contrairement à ceux de l’autre tronçon qui ont été remplacés par du matériel aux normes autrichiennes.

Image
Vue en enfilade de l'entraînement, avec le thermique, le moteur principal, le volant d'inertie et le réducteur.

Image
Le thermique de secours à droite et la pompe hydraulique à gauche.

Image
Le moteur à courant continu, avec les balais à droite et la ventilation forcée au dessus.

Image
La centrale hydraulique pour les 2 freins de poulie.

Image
L'arbre rapide et le volant d'inertie.

Image
A l'arrière le frein de service.

Image
Le réducteur Leitner KSS 4.

Image
Le lanceur.

Image
Le lanceur et la came d’embrayage.

Image
Une pince en sortie de contour.

Image
La pince rouge pour les essais journaliers.

Garage

Le garage de l’installation est relié au contour par un simple rail qui permet de cycler la ligne en marche avant et de la décycler en marche arrière. Il est constituée d’une boucle fermée permettant de réaliser l’entretien des pinces sans cycler la ligne. La révision des pinces s’effectue sur un rail en cul-de-sac.

Image
Le garage en boucle.

Image
Le rail de stockage et de maintenance.

Conclusion

La télécabine de Belchen est ainsi un appareil qui a de nombreux jours de fonctionnement encore à venir : grâce à son fonctionnement 4 saisons, la pérennité du site et son attractivité sont assurés même en cas de manque de neige. La réutilisation intelligente de la télécabine de l’exposition universelle de Hannover a permis le remplacement de l’ancien téléski à moindres frais qu’avec un appareil neuf, tout en permettant l’élimination des voitures. Ces dernières étouffaient le site et nuisaient à son attractivité. De nos jours, le Belchen a donc retrouvé son ambiance assez sauvage en proposant des activités 4 saisons avec un panorama à couper le souffle, en particulier les jours de beau temps.
Le succès du Belchen sans voitures a poussé la municipalité à étudier la construction d’une nouvelle télécabine entre le village et la gare aval de l’appareil actuel, ce qui permettrait de supprimer complètement le trafic routier depuis Schönau. La nouvelle télécabine de 10 places assises serait longue de 5,5 kilomètres et disposerait d’une gare intermédiaire au village de Schönenberg.

La population de Schönau a accepté le projet qui a recueilli 55% des suffrages lors d’une consultation officielle en avril 2017. Mais le projet est encore loin de sa concrétisation. Au moment de la rédaction de ce reportage, l’exploitant est encore en négociation avec les propriétaires fonciers concernés par l’implantation des 14 pylônes de ligne, et surtout il reste à boucler le financement de cet appareil de 22 millions d’euros pour lequel l’exploitant espère une subvention publique, au titre du rôle de transport en commun que jouerait la télécabine.

Image
La fin de la ligne depuis la montée finale au Belchen, avec la Forêt Noire en toile de fond.

Image
Le sommet du Belchen.

Image
Au sud-est, la vue en direction de la Suisse et des Alpes.

Image
Au nord, la vue vers la Forêt Noire centrale, avec le Feldberg.

Texte & bannière : monchu, arbisman et Clément05
Photos : monchu, arbisman et Clément05

© - 2018 – monchu, arbisman et Clément05 – www.remontées-mécaniques.net



Suivre la discussion sur le forum