En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TCD8 d'Arrondaz

Valfréjus (Haute Maurienne Vanoise)

Doppelmayr

T3 ES
Description rapide :
La télécabine d'Arrondaz constitue, depuis 2010, l'unique porte d'entrée au domaine skiable depuis Valfréjus. Construite en 2009, elle assure un rôle primordial en lien avec le télésiège de Punta Bagna construit la même année, permettant de relier le village au sommet du domaine skiable en 13 minutes.

Année de construction : 2009
PDF Ce reportage possède 1 document PDF

Remplace l'appareil suivant : Suivre la discussion sur le forum



 
Reportage de 2019 par Valcelouis avec photos actuelles en grand format
Auteur de ce reportage : valcelouis
Section écrite le 07/09/2019 et mise à jour le 10/09/2019
(Mise en cache le 12/09/2019)

TCD8 d’Arrondaz – Valfréjus
Doppelmayr – 2009


Image


Au sommaire de ce reportage :

1 → Bienvenue à Valfréjus !
2 → Historique : les aménagements de Valfréjus du télésiège des Souches à la télécabine d’Arrondaz
3 → La télécabine d’Arrondaz : unique moyen d’accès au domaine skiable d’altitude
4 → Infrastructures et ligne de la télécabine d’Arrondaz
5 → Arrondaz, une épine dorsale voulue à toute épreuve...


1 → Bienvenue à Valfréjus !

Située à 1550 mètres d'altitude, aux portes de la Haute Maurienne, au-dessus de Modane, la station de Valfréjus est construite au milieu de la forêt dans un site idéal pour le ski et la randonnée. Lors de sa création, Valfréjus s’est dotée d’une télécabine 6 places en deux tronçons permettant de desservir l’intégralité du domaine skiable. Depuis 2009, l’exploitant du domaine skiable mène une politique de renouvellement des remontées mécaniques très importante pour atteindre une des parcs les plus jeunes de France.
La station dispose de 23 pistes de ski, d'un boardercross, d'un stade de slalom homologué FFS. Des pistes vertes aux murs de bosses, en passant par les mouvements de terrain ludiques des pistes bleues, tous les profils de piste sont présents.

Image
^^ Découvrez une présentation plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^

2 → Historique : les aménagements de Valfréjus du télésiège des Souches à la télécabine d’Arrondaz

C’est en 1968 que tout commence par la décision de la ville de Modane d’installer deux télésièges, l’un à la suite de l’autre, permettant de créer un domaine skiable au niveau du plateau d’Arrondaz que nous connaissons aujourd’hui.
Le télésiège du Charmaix, premier tronçon vers le plateau d'Arrondaz, permettait alors de relier le village de Fourneaux, situé en vallée à proximité immédiate de Modane, jusqu’au petit hameau ayant donné son nom au télésiège : le Charmaix. C’est de ce hameau, qui deviendra plus tard la station actuelle de Valfréjus, que prenait le départ du second télésiège du nom des Souches. Il permettait de rejoindre le plateau d’Arrondaz, donnant ainsi accès à plus de 600 mètres de dénivelé. Par la même occasion, ce ne sont pas moins de 4 téléskis à enrouleurs qui sont installés sur le plateau d'Arrondaz à l’arrivée du télésiège des Souches, dont parmi eux le téléski du Col qui ouvre une piste bleue partant du col d'Arrondaz à environ 2330 mètres d'altitude. Tous ces appareils sont construits par l'entreprise italienne Graffer.

Image
L'arrivée au hameau du Charmaix par le premier télésiège (D.R.).

Image
Le départ du télésiège des Souches au hameau du Charmaix (D.R.).

Image
L'arrivée du télésiège des Souches au plateau d'Arrondaz (D.R.).

C’est en 1983 qu’est véritablement créée la station de Valfréjus au hameau du Charmaix. A cette occasion, deux nouvelles télécabines indépendantes formant deux tronçons sont construites pour desservir l’ensemble du domaine skiable de manière confortable et très moderne pour l’époque : le premier tronçon doublait sur un tracé un peu plus long le télésiège des Souches afin de desservir directement le plateau d'Arrondaz et le téléski du Col, tandis que le second tronçon permettait de rejoindre le sommet du domaine skiable à Punta Bagna à 2700 mètres d'altitude. Cette même année, en plus des deux télécabines de Punta Bagna est implanté le télésiège du Pas du Roc desservant la face sud-ouest du sommet de Punta Bagna. Cet appareil, accessible par le téléski du Col, permettait d’agrandir le domaine skiable sur un nouveau versant très bien enneigé où six nouvelles pistes sont tracées. Tous ces appareils sont construits par l'entreprise Skirail.

Image
L'arrivée de la première télécabine de Punta Bagna au plateau d'Arrondaz (D.R.).

Image
La montée de la deuxième télécabine de Punta Bagna au sommet (D.R.).

→ Reportage de la télécabine de Punta Bagna 1 & 2 sur le site : TCD6 de Punta Bagna 1 & 2 – Valfréjus

En 1985, soit deux ans après la construction des deux télécabines, le télésiège du Col 1 & 2 est construit par Skirail. Effectuant une desserte de deux versants à la fois grâce à une gare intermédiaire, il a permis le remplacement du téléski du Col en donnant accès au versant du Pas du Roc en parallèle de la deuxième télécabine de Punta Bagna, tout en doublant sur l’autre versant le télésiège du Pas du Roc, en permettant de rejoindre le plateau d’Arrondaz sans pour autant passer par le sommet de Punta Bagna.
En 2004, l’historique télésiège des Souches est remplacé par un nouvel appareil sur un tracé totalement différent : partant du secteur de Charmasson, le nouveau télésiège du nom de Ramoure arrivait sur les hauteurs du plateau d’Arrondaz. Malgré un confort amélioré par rapport à son prédécesseur, le temps de montée de cet appareil fixe était très long et bien moins compétitif que la télécabine de Punta Bagna. Ainsi, cet appareil a été démonté 6 ans plus tard pour être réinstallé sur le domaine skiable.

Image
L'arrivée du télésiège de la Ramoure sur les hauteurs sur plateau d'Arrondaz (D.R.).

→ Reportage du télésiège de la Ramoure sur le site : TSF4 de la Ramoure – Valfréjus

3 → La télécabine d’Arrondaz : unique moyen d’accès au domaine skiable d’altitude

Construite en 2009, la télécabine d’Arrondaz vient remplacer le premier tronçon de la télécabine de Punta Bagna. Bien que pratique en permettant de relier la station au sommet du domaine skiable sans chausser les skis, la télécabine de Punta Bagna accusait son âge en proposant un confort spartiate et un débit trop faible pour extraire les skieurs de la station vers le domaine skiable notamment. En outre, sa maintenance devenait de plus en plus compliquée, avec notamment des pièces de rechange devenues rares du fait de l’abandon de la technologie débrayable par le constructeur Skirail depuis plusieurs dizaines d’années. Voici les caractéristiques techniques de cet appareil défunt depuis 2009 :

TCD6 de PUNTA BAGNA 1 | PUNTA BAGNA 2
Type d'installation : Télécabine débrayable 6 places
Constructeur : Skirail
Année de construction : 1983
Débit : 1029 p/h
Vitesse d'exploitation : 4 m/s
Dénivelé : 668 m | 510 m
Longueur développée : 2325 m | 1580 m

Voici quelques clichés de cette ancienne installation :

Image
La gare aval de l'ancienne télécabine de Punta Bagna (© www.stationsdemaurienne.fr).

Image
La gare intermédiaire de l'ancienne télécabine de Punta Bagna (© www.stationsdemaurienne.fr).

Image
La gare amont de l'ancienne télécabine de Punta Bagna (© www.stationsdemaurienne.fr).

Les raisons de son remplacement sont aussi poussées par le nouveau prestataire en charge de l’exploitation du domaine skiable. En effet, en remontant deux ans plus tôt, en octobre 2007, le groupe Transmontagne est conduit à la liquidation judiciaire suite à d’importantes difficultés financières, entrainant avec lui la SAVD, l’exploitant du domaine skiable de Valfréjus. C’est alors une situation complexe pour la commune de Modane qui se trouve dans l’obligation de trouver en environ deux mois un moyen d’exploiter son domaine pour la saison 2007/2008. Avec l’aide de Savoie Station Participation (Conseil Général de la Savoie), un fonctionnement en régie municipale a permis d’ouvrir le domaine, dont l’exploitation a été confiée pour une année à la SEMT7L, société exploitante du domaine skiable des Sept Laux en Isère.
En début d’année 2008, une procédure de délégation de service public a été constituée par le conseil municipal de Modane, afin d’étudier et de sélectionner pour un plus long terme un gestionnaire et exploitant viable pour Valfréjus. Dans les critères de choix établis au préalable, une place importante était accordée aux projets et investissements proposés par le prestataire, celui-ci devant à court terme rénover le parc des remontées mécaniques et plus généralement optimiser et rationnaliser le domaine à tous les niveaux. Après l’étude approfondie et détaillée des projets soumis à la municipalité, cette dernière a validé en octobre 2008 la proposition formulée par la Société d’Exploitation des Domaines Skiables (SEDS) dont le capital est détenu dans son intégralité par Savoie Station Participation. Ce sont plus de 15 millions d’euros d’investissement qui sont prévus dans le cadre d’un fonctionnement en régie dont l’échéance contractuelle est de 10 ans. Parallèlement à cette nouvelle structure, le Syndicat Mixte Thabor Vanoise a été constitué entre le Conseil Général de la Savoie et la municipalité de Modane afin de consolider le montage financier destiné aux importants investissements nécessaires. Pour remplacer la télécabine de Punta Bagna, il est décidé qu’une nouvelle télécabine 8 places remplacera le premier tronçon et qu’un télésiège 6 places remplacera le deuxième.
→ Revue en entier du chantier sur le forum : Construction TCD8 Arrondaz & TSD6 Punta Bagna (2009).

Axe central du domaine skiable, la télécabine constitue un premier tronçon accessible à tous, tant pour les skieurs débutants que pour les skieurs aguerris, logeant ou non sur la station. Elle prend son départ en plein centre du village pour arriver sur le plateau d’Arrondaz, en reprenant exactement le même axe que l’ancienne télécabine, permettant ainsi de limiter fortement les coupes d’arbres lors de la construction. Ascenseur pour la station, la télécabine n’est cependant peu ou pas utilisée pour réaliser du ski propre sous l’appareil, la difficulté ou le nombre restreint de pistes desservies amenant les skieurs à pratiquer sur d’autres secteurs plus agréables.
La télécabine d’Arrondaz dessert donc les pistes permettant un retour à la station, principalement situées dans la forêt :
- la piste verte « Escargot » assez plate, prenant son départ en haut du télésiège du Charmasson et arrivant au pied de la télécabine.
- la piste bleue « Bovenières » qui constitue le retour station le plus prisé.
- la piste rouge « Arrondaz » qui court-circuite en partie la piste des Bovenières sur sa première partie.
- la piste noire « Bois Brûlé » qui prend son départ au bord de la piste des Bovenières, et qui donne accès à la piste des Souches.
- la piste noire « Souches » qui, accessible des pistes Bovenières et Bois Brûlé, redescend à la station en évitant la partie plate de la piste de l’Escargot.
A noter que l’accès au télésiège de Punta Bagna se fait directement depuis la gare amont de la télécabine.
Et voici la représentation du plan des pistes :

Image
Plan Atelier Pierre Novat.

4 → Infrastructures et ligne de la télécabine d’Arrondaz

Pour la fourniture des deux remontées mécaniques, le constructeur Doppelmayr via sa filiale française basée à Modane, c’est-à-dire à quelques kilomètres seulement, a été retenu pour livrer la télécabine 8 places et le télésiège 6 places.
Pour la télécabine d’Arrondaz, l’appareil se doit de transporter l’ensemble des skieurs de la station jusqu’au plateau d’Arrondaz en se passant de l’autre axe de montée constitué par les télésièges Charmasson et Ramoure ; l’objectif étant de n’avoir qu’un seul moyen de transport pour accéder au cœur du domaine et ainsi s’affranchir financièrement de toutes autres remontées mécaniques. Il a donc été décidé de porter la vitesse nominale de l’appareil à 6 mètres par seconde avec un débit théorique suffisamment important : 2550 personnes par heure. Comme classiquement, mais aussi pour éviter les nuisances sonores au sein de la station, la configuration de l’installation est faite telle que la mise en mouvement du câble est assurée en station amont, tandis que sa tension est assurée en station aval. Comme sur la plupart des télécabines, un garage est construit pour remiser les cabines à l’abri lors des périodes où elles ne sont pas utilisées, ou en hiver lors des conditions météorologiques défavorables. Par manque de place en gare aval, et comme c’était le cas avec l’ancienne télécabine, ce garage a été construit à côté de la gare amont, dans un bâtiment bâti à l’occasion et abritant également une zone de maintenance et le local dédié au personnel de conduite de l’appareil.
Une particularité équipe la télécabine tout comme le télésiège de Punta Bagna : toute l’installation électrique est directement fournie par Doppelmayr, alors que cette partie est habituellement réalisée par des entreprises extérieures ; cela concerne notamment les armoires de puissance et de commande ainsi que les interfaces avec le personnel d’exploitation.
Le matin, la télécabine a été conçue de manière à être démarrée en mode télécommande, c’est-à-dire sans personnel d’exploitation en gare amont. Une caméra où l’image est retransmise en gare aval permet de veiller si tout se passe bien en gare amont ; cette caméra permet de remplacer l’agent d’exploitation pendant sa montée par la télécabine.
Voici les principales caractéristiques techniques de la télécabine d’Arrondaz :

Caractéristiques administratives

TCD - Télécabine à pinces débrayables : ARRONDAZ
Maître d’œuvre : DCSA
Maître d’ouvrage : Commune de Modane
Génie civil : SOMERM
Montage : SOMERM
Exploitant : SOGNEOR
Installation électrique : Doppelmayr
Constructeur : Doppelmayr
Année de construction : 2009
Mise en service : 8 décembre 2009
Montant de l'investissement : 8 800 000 €

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver et Été
Capacité : 8 personnes
Débit à la montée : 2000 personnes/heure (2550 personnes/heure à terme)
Débit à la descente : 2000 personnes/heure (2550 personnes/heure à terme)
Vitesse d'exploitation : 6 m/s

Caractéristiques géométriques

Altitude gare aval : 1555 m
Altitude gare amont : 2222 m
Dénivelé : 667 m
Longueur développée : 2148 m
Longueur horizontale : 2016 m
Pente moyenne : 33,09 %
Pente maximale : 81,22 %
Temps de trajet : 5 min 58 sec

Caractéristiques techniques

Type de gare aval : UNI-G XL Bois
Emplacement gare de tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Nombre de vérins : 2
Tension nominale : 49 200 daN
Pression nominale : 163 bars
Diamètre de poulie retour-tension : 6100 mm

Type de gare amont : UNI-G XL Bois
Emplacement gare motrice : Amont
Type de motorisation : Électrique
Puissance développée : 848 kW
Diamètre de poulie motrice : 6100 mm

Sens de montée : Droite
Type d'embarquement : Dans tout le contour
Nombre de pylônes : 14
Type de véhicules : Cabines CWA Omega IV
Dispositifs d'accouplement : Pinces débrayables A-108C
Nombre de véhicules : 59

Caractéristiques du câble

Fabricant du câble : Trefileurope
Date de pose : 2009
Diamètre du câble : 51 mm
Type de câblage : Lang
Composition : 6×31 fils
Résistance à la rupture : 201 800 daN

La gare aval

La gare aval est située en plein centre de la station de Valfréjus, sur la place du Thabor qui regroupe un bon nombre de commerces et qui est entourée en partie par un grand bâtiment abritant des logements de vacanciers.
L’accès à l’embarquement se réalise après avoir monté quelques marches permettant d’accéder au quai. En fonction des conditions d’enneigement, ces marches peuvent disparaître sous la neige rendant l’accès au quai plus aisé. Pour les personnes à mobilité réduite, une rampe placée le long de la cabane d’exploitation permet l’accès au quai sans marche dans toutes les conditions. En ce qui concerne l’accès aux cabines depuis le quai, aucune marche n’est présente permettant de rendre l’embarquement très aisé pour tous. A noter que plusieurs bornes de contrôle des forfaits sont placées avant d’accéder au quai.
Bardée de bois, la gare se fond aisément dans son environnement grâce à une teinte proche de la couleur du bois des bâtiments environnant. Un grand plan des pistes de toile a été installé sur le tympan arrière de la gare par-dessus le vitrage permettant de renseigner facilement les clients.
Côté technique, la gare de type XL assure le retour du câble et sa tension grâce à deux vérins hydrauliques gérés par une centrale.

Image
Vue globale de la zone d'implantation de la gare aval.

Image
La gare aval vue dans son ensemble.

Image
La gare aval et les accès au quai.

Image
La gare aval vue de derrière.

Image
La gare aval et la cabane d'exploitation.

Image
La gare aval vue de profil.

Image
Vue sous la gare aval.

Image
Le ralentisseur.

Image
La came d'ouverture des portes.

Image
Le quai de débarquement.

Image
Le quai d'embarquement dans sa première partie.

Image
Le quai d'embarquement dans sa deuxième partie.

Image
La came de fermeture des portes.

Image
La zone de lancement des cabines.

La ligne

La ligne, assez longue et plutôt aérienne, évolue principalement dans un environnement boisé. Les deux premiers pylônes permettent d’élever la ligne depuis l’encaissement de la gare aval, assurant un départ raide dès le début. Un pylône rétabli ensuite la ligne sur une pente moins prononcée mais qui va rester assez constante jusqu’au huitième pylône. C’est d’ailleurs avant ce huitième pylône qu’est placée la plus longue portée de la ligne permettant de survoler une petite dépression géographique. Ensuite, et jusqu’à l’arrivée en gare amont, la pente s’adoucie de pylône en pylône dans un environnement qui devient de moins en moins boisé. Juste avant la gare amont, la ligne imprime entre les deux derniers pylônes une pente descendante dans le sens de la montée, afin de lui permettre de survoler les pistes avant la gare amont.
La ligne survole dans sa deuxième partie la gare aval du télésiège du Petit Vallon, et longe sur sa fin le téléski des Pigniers.
Une petite particularité est à souligner par la présence du système RPD (Rope Position Detector) de Doppelmayr permettant de surveiller la position du câble dans les galets des pylônes 7 et 8 encadrants la plus longue portée de la ligne faisant plus de 300 mètres de long. Il s’agit de la première télécabine française équipée de ce système.

Doppelmayr a équipé la ligne de 14 pylônes, dont 10 supports, 3 compressions et 1 support/compression comme ceci :
P1 : Compression
P2 : Compression
P3 : Support
P4 : Support
P5 : Support/Compression
P6 : Support
P7 : Support
P8 : Support
P9 : Support
P10 : Support
P11 : Support
P12 : Support
P13 : Support
P14 : Compression

Image
Le début de la ligne vu depuis la gare aval.

Image
Sortie de gare.

Image
P1 : Compression.

Image
P2 : Compression.

Image
P3 : Support.

Image
Portée P3-P4.

Image
P4 : Support.

Image
Portée P4-P5.

Image
P5 : Support / Compression.

Image
Portée P5-P6.

Image
P6 : Support.

Image
Portée P6-P7.

Image
P7 : Support.

Image
Portée P7-P8.

Image
P8 : Support.

Image
Portée P8-P9.

Image
P9 : Support.

Image
Portée P9-P10.

Image
P10 : Support.

Image
Portée P10-P11.

Image
P11 : Support.

Image
Portée P11-P12.

Image
P12 : Support.

Image
Portée P12-P13.

Image
P13 : Support.

Image
P14 : Support.

Image
Arrivée en gare amont.

Image
La fin de la ligne vue depuis la gare amont.

La gare amont

La gare amont est située sur le plateau d’Arrondaz, à proximité immédiate de l’emplacement de l’ancienne gare intermédiaire de la télécabine de Punta Bagna. Elle donne un accès direct et gravitaire au télésiège de Punta Bagna, situé quelques mètres plus loin.
Le débarquement des cabines se réalise, à l’image de l’embarquement, de pleins pieds sans marche ni espace entre les cabines et le quai. De même, l’accès aux pistes depuis le quai se réalise sur le même niveau. Lors de l’ouverture des portes, les clients sortent des cabines et accèdent aux pistes directement en face d’eux. L’accès aux cabines pour la descente se fait sur l’ensemble du contour.
La gare amont adopte le même schéma couleur et la même sérigraphique qu’en gare aval, esthétique aussi appliquée sur le télésiège de Punta Bagna. Parallèlement à la gare, un bâtiment a été construit pour ranger les cabines à l’abri et un transfert automatique permet de faire le lien entre la gare et le garage. Le local d’exploitation jouxte ce bâtiment, le long de la deuxième partie du contour de la gare.
Techniquement, on retrouve ici tous les organes de mise en mouvement du câble, avec deux moteurs de 424 kW chacun placés l’un devant l’autre. Les moteurs sont couplés à un réducteur donnant sur la poulie motrice. En cas de besoin, une motorisation de secours constituée d’un groupe hydraulique, d’un moteur hydraulique, de flexibles, le tout donnant sur un pignon pouvant se craboter sur la poulie motrice permet d’évacuer la ligne même en cas de problème sur le réducteur. Un cadenceur, de type TOR, permet de placer les cabines sur la ligne en respectant un espacement le plus précis possible ; ce cadenceur est situé juste avant le lanceur.

Image
L'accès des skieurs vers le télésiège de Punta Bagna.

Image
La gare amont vue de derrière.

Image
La gare amont et les accès au quai.

Image
La gare amont vue dans son ensemble.

Image
La gare amont jouxtant le bâtiment du garage.

Image
Vue globale de la zone d'implantation de la gare amont.

Image
Le ralentisseur.

Image
La came d'ouverture des portes.

Image
Le quai de débarquement dans sa première partie.

Image
Le quai de débarquement dans sa deuxième partie.

Image
Le quai d'embarquement.

Image
Rampe d'accès vers l'embarquement.

Les véhicules et pinces

Au nombre de 59, les cabines ont été fournies par le constructeur suisse CWA. Les cabines, issues du modèle Oméga IV, peuvent accueillir jusqu’à 8 personnes assises, l’appareil n’étant pas conçu pour accueillir des personnes debout à l’intérieur des cabines.
Esthétiquement, les cabines adoptent une teinte de gris clair, excepté au niveau des portes qui sont noires. Ces dernières ne sont pas équipées de racks, le matériel étant embarqué à l’intérieur par les clients et posé sur des barres horizontales pour éviter d’abîmer le vitrage des cabines.

Image
Une cabine sur le brin montant vue depuis les pistes.

Image
Croisement de deux cabines en ligne.

Image
Intérieur d'une cabine.

Image
La partie haute des portes.

Image
La partie basse des portes.

Image
Une banquette vue en détail.

Image
La plaquette constructeur d'une cabine.

Image
Une pince sur le brin montant vue depuis les pistes.

Image
Le véhicule de maintenance.

La descente par télécabine

Quelques photos de la descente par la télécabine qui se fait sans restriction de débit.

Image
Sortie de gare pour la descente.

Image
Survol du plateau d'Arrondaz.

Image
Avant la plus longue portée de la ligne.

Image
Survol d'habitations avant l'arrivée en gare aval.

Rangement des véhicules

Comme pour la plupart des télécabines, il est nécessaire de disposer d’une solution de décyclage de la ligne afin d’éviter de laisser les cabines exposées aux aléas climatiques. Pour cela, un garage a été construit sur le plateau d’Arrondaz, juste à côté de la gare amont.
Le garage est semi-automatique, c’est-à-dire qu’il est nécessaire d’assister son fonctionnement avec la présence de personnel. Le bâtiment abrite trois voies de stockage parallèles entre elles. Les cabines sont déplacées de la gare au garage et inversement par un transfert équipé d’une chaîne de traînage permettant la prise en charge des cabines du milieu du contour de la gare jusqu’à la troisième voie du garage. Les aiguillages, motorisés, sont commandés par le personnel via des sélecteurs. Les trois voies de garage sont légèrement inclinées vers le transfert, permettant aux cabines lors des opérations de cyclage de se présenter sans avoir à les pousser. Des trains de pneus dans les virages de chaque voie ainsi qu’au milieu de ces dernières permettent de pousser les cabines au fond du garage, ou de les lancer au bon moment vers le transfert, suivant les opérations réalisées. A noter que des capteurs permettent de signaler lorsque les voies de garage sont pleines.
Outre son utilisation de garage des cabines, le bâtiment abrite également une zone de maintenance permettant notamment d’assurer l’entretien des pinces grâce à une plateforme en hauteur. Cette plateforme est desservie par une petite voie pouvant se relier à la voie principale du garage via un aiguillage. En cas de besoins, le fond du garage est équipé d’un rideau métallique permettant de laisser passer du matériel volumineux depuis l’extérieur.

Image
Le bâtiment abritant le garage jouxtant la gare amont.

Image
Le transfert.

Image
Le quai est partiellement mobile pour laisser place aux cabines.

Image
Le garage vu depuis l'entrée des cabines.

Image
Arrivée du transfert dans le garage avec la première voie.

Image
Les deux autres voies.

Image
Vue sur les aiguillages desservant les trois voies.

Image
Voie menant à la zone de maintenance.

Image
Les trains de pneus intermédiaires.

Image
Le garage vu depuis le fond.

Image
Le rideau métallique au fond du garage.

Exploitation estivale

La télécabine est ouverte en été tant pour les piétons que pour les VTT.
De nombreux chemins de randonnées et des pistes de VTT sont accessibles en haut de la télécabine d’Arrondaz.

Image
La gare aval vue de derrière en été.

Image
La gare aval vue de devant en été.

Image
La ligne vue en été.

Vues depuis les abords de la télécabine…

Quelques photos de cette télécabine vue depuis les pistes qu’elle dessert.

Image
L'arrivée de la ligne au plateau d'Arrondaz.

Image
La partie finale de la ligne vue depuis la piste principale de retour station.

Image
Radoucissement de la pente de la ligne avant l'arrivée sur le plateau d'Arrondaz.

Image
Survol de la gare aval du télésiège du Petit Vallon par la télécabine.

5 → Arrondaz, une épine dorsale voulue à toute épreuve...

Avec le plus gros chantier de l’année 2009 en France, Valfréjus s’est doté d’une épine dorsale à toute épreuve pour son domaine skiable. Grâce à l’enchaînement des deux remontées mécaniques construites par Doppelmayr, la liaison entre la station et le sommet de Punta Bagna peut être réalisée en 13 minutes, chose impensable lorsque l’ancienne télécabine à deux tronçons était encore présente. Par la même occasion, le problème des files d’attente a été résolu grâce à un débit revu à la hausse par rapport à l’ancien appareil, permettant une utilisation relativement fluide de la télécabine pendant la majorité des journées d’exploitation.
Implantée à Modane, à quelques petits kilomètres de Valfréjus, la filiale française de Doppelmayr a livré une télécabine tout public et à toute épreuve pour un axe qui deviendra unique pour rejoindre le domaine skiable un an après sa construction.
Très appréciée pour son confort et sa rapidité, cette télécabine révolutionnaire pour la petite station de Valfréjus semble parfaitement adaptée au rôle qui lui est confiée.

Image
Arrondaz, une télécabine fiable et confortable.

Je tiens à remercier le personnel d’exploitation de la télécabine pour son accueil et sa gentillesse.

Photos : valcelouis
Texte et mise en page : valcelouis
Date des photos : 15 juin 2018, 5 janvier 2019 et 10 février 2019

© valcelouis – Tous droits réservés

 
Reportage de 2010 par Matval avec photos de la motrice
Auteur de ce reportage : matval
Section écrite le 25/03/2010 et mise à jour le 22/08/2019
(Mise en cache le 09/09/2019)

Bonjour,

Nous vous présentons un reportage sur la télécabine 8 places débrayable d’Arrondaz à Valfréjus qui représente le plus gros chantier en remontées mécaniques pour l’année 2009 en France (avec le TSD6 Punta Bagna).


Image


SOMMAIRE :

1 - Introduction
2 - Caractéristiques de l'appareil
3 - Gare Aval
4 - Ligne
5 - Gare Amont
6 - Garage
7 - Véhicules et pinces
8 - Conclusion
9 - Vidéo


1 - INTRODUCTION

La station de sport d'hiver de Valfréjus est située sur la commune de Modane en Savoie. Commune connue essentiellement pour son emplacement transfrontalier, sa gigantesque gare de chemin de fer et ses deux tunnels transalpins (1 routier et 1 ferroviaire). Et n’oublions pas la fameuse « maison penchée » où tous les enfants demandent à leurs parents de s’arrêter en se rendant à Valfréjus.


Image


En 1983, l'ancien hameau du Charmaix aux vieilles maisons de construction traditionnelle voyait naître une nouvelle station de sports d'hiver : Valfréjus. Située à 1550 mètres d'altitude, aux portes de la Haute Maurienne, au dessus de Modane, elle est construite au milieu de la forêt, parfaitement intégrée à son environnement, au milieu des mélèzes et des épicéas, dans un site idéal pour le ski et la randonnée. Lors de sa création, Valfréjus s’est dotée d’une télécabine 6 places en deux tronçons permettant de desservir l’intégralité du domaine skiable. Un premier tronçon partant du cœur même de la station pour monter jusqu’au plateau d’Arrondaz et un deuxième tronçon démarrant du plateau d’Arrondaz pour desservir le point culminant de la station : Punta Bagna à 2737 m d’altitude. Ces deux tronçons de télécabine représentaient la « colonne vertébrale de la station ». Toutes les gares étaient habillées en tôles bleues comme en témoigne les photos ci-dessous.


Ici le départ station (G1) :


Image


L’énorme gare intermédiaire du plateau d’Arrondaz (G2/G3) :


Image


Et enfin les légendaires cabines 6 places :


Image


En octobre 2007, le groupe « Transmontagne » est conduit à la liquidation judiciaire suite à d’importantes difficultés financières, entrainant avec elle « SAVD » exploitant de Valfréjus. C’est une situation complexe pour la commune de Modane se trouvant dans l’obligation de trouver rapidement (environ deux mois) un moyen d’exploiter son domaine pour la saison « 2007-2008 ». Avec l’aide de Savoie Station Participation (Conseil Général de la Savoie) un fonctionnement en « régie municipale » a permis d’exploiter le domaine, dont l’exploitation à été confiée pour une année à la SEM « T7L » exploitante du domaine des 7 Laux en Isère.
En début d’année 2008, une procédure de délégation de service public a été constituée par le conseil municipal de Modane, afin d’étudier et de sélectionner pour un plus long terme un gestionnaire et exploitant « viable » pour Valfréjus. Dans les critères de choix établis au préalable, une place importante était accordée aux « projets » et investissements proposés par le prestataire, ceux-ci devant à court terme rénover le parc de remontées mécaniques de Valfréjus et plus généralement optimiser et rationnaliser le domaine à tous les niveaux. Après l’étude approfondie et détaillée des projets soumis à la municipalité, celle-ci à validée en octobre 2008 (un an seulement après la liquidation de Transmontagne), la proposition formulée par la Société d’Exploitation des Domaines Skiables (SEDS) dont le capital est détenu dans son intégralité par Savoie Station Participation. Ce sont plus de 15M€ d’investissement qui ont été prévu, dans le cadre d’un fonctionnement en « Régie Intéressée » dont l’échéance contractuelle est de 10 ans. Parallèlement à cette nouvelle structure, le « Syndicat Mixte Thabor Vanoise » à été constitué entre le Conseil Général de la Savoie et la municipalité de Modane afin de consolider le montage financier destiné aux importants investissements nécessaires. Les deux tronçons de télécabine étant vétustes, il a été décidé de les remplacer. Une nouvelle télécabine 8 places remplacera le premier tronçon et un télésiège 6 places remplacera le deuxième. Suite à l’appel d’offre, c’est le constructeur Autrichien Doppelmayr qui remporte le marché. (Constructeur qui est installé depuis de nombreuses années sur la commune de Modane).


Voici l’emplacement de la télécabine d’Arrondaz sur le plan des pistes de la station de Valfréjus :


Image


Afin d’optimiser le temps de montée, la vitesse de l’appareil a été choisie à 6 mètres par seconde. Ceci dans le but d’avoir un débit suffisant pour transporter l’ensemble des skieurs de la station jusqu’au plateau d’Arrondaz en se passant de l’autre axe de montée : TSF4 Charmasson + TSF4 Ramoure (ce TSF4 Ramoure sera déplacé sur le domaine en 2010). L’objectif étant de n’avoir qu’un seul moyen de transport pour accéder au cœur du domaine et ainsi s’affranchir financièrement de toutes autres remontées mécaniques.

2 – CARACTÉRISTIQUES DE L'APPAREIL

Voici les principales caractéristiques techniques de l’appareil (caractéristiques tirées du FIRM et du WIR de janvier 2010) :


Environnement

  • Station : Valfréjus
  • Type d’installation : Télécabine Débrayable 8 Places
  • Nom de l’installation : Arrondaz
  • Maîtrise d’ouvrage : SEDS
  • Maîtrise d’Oeuvre : DCSA
  • Constructeur : ;)

Géométrie

  • Altitude de la gare aval : 1563 m
  • Altitude de la gare amont : 2230 m
  • Dénivelée : 667 m
  • Longueur suivant la ligne : 2148 m
  • Pente moyenne de la ligne : 33 %
  • Pente maximale de la ligne : 81 %
  • Nombre de pylônes : 14 (3 C, 1S/C 10 S)

Performances

  • Débit nominal maximum : 2550 p/h
  • Débit nominal provisoire : 2000 p/h
  • Vitesse nominale : 6,0 m/s
  • Nombre total de véhicules : 74
  • Fabricant des véhicules : CWA
  • Type de véhicules : OMEGA IV
  • Dispositif d’accouplement : A 108-C
  • Fabricant du câble porteur-tracteur : Arcelor Mittal
  • Diamètre nominal du câble : 50 mm
  • Cadencement : 11.3 s
  • Débit à la descente : 100 % du débit à la montée (2550 p/h)
  • Durée du trajet : 5 min 50 sec
  • Sens de montée : à droite

Mécanique

  • Emplacement de la motrice : Amont
  • Emplacement de la tension : Aval
  • Puissance du moteur électrique principal : 2 x 424kW
  • Fabricant du moteur électrique principal : E-MOD


3 – GARE AVAL

Voici quelques vues de la gare aval :
Ici, la gare Uni-G XL avec son habillage bois parfaitement intégré à l’immobilier environnant. La gare est retour tension afin de limiter les nuisances d’une gare motrice à proximité de logements et afin d’optimiser le système de tension en économisant la force nécessaire pour compenser le poids de la ligne.


Image


Image


Image


Voici une photo de l’intérieur de la gare aval avec son Lorry de tension hydraulique (2 vérins associés à leur centrale hydraulique de tension) :


Image


Les deux vérins de tension :


Image



4- LIGNE

Passons à la ligne de la télécabine :

Cette ligne de 2148 mètres débute par 2 pylônes équipés de balanciers 16C chacun soit 32C réalisant ainsi un départ plutôt « raide » comme en témoigne cette image.


Image


Voici le récapitulatifs des balanciers par pylônes :


Image


Commençons par le P1 & le P2 :


Image


P3 :


Image


P4 :


Image


P5 :


Image


P6 :


Image


P7 :


Image


P8 :


Image


P9 :


Image


P10 :


Image


P11 :


Image


P12 :


Image


P13 :


Image


Et enfin le P14 composé de 14 galets de type compression :


Image


L’appareil réalise une portée et une hauteur de survol assez impressionnante entre le P7 et le P8 comme en témoigne ces photos :


Image


Image



5 – GARE AMONT

La gare amont de type UNI-G XL est recouverte d’un toit noir et équipée d’une couverture Doppelmayr France en bois. Elle est couplée à un garage à cabines semi-automatique et semi-enterré permettant de ranger l’ensemble des véhicules en cas de mauvais temps ou lorsque l’appareil n’est pas exploité.

Commençons tout d’abord par la gare amont avec différentes vues de l’extérieur :


Image


Image


Image


Image


Le local opérateur :


Image


Image


Voici une cabine en phase de ralentissement juste avant le débarquement :


Image


Ici une cabine dans le contour :


Image


Et enfin une cabine en train de fermer ses portes juste avant le lanceur :


Image


Passons maintenant à l’intérieur de la gare amont.


Une vue générale de l’intérieur de la gare UNIG-XL du coté du lanceur :


Image


Voici les deux moteurs E-MOD de 424kW chacun :


Image


Image


Le moteur couplé au réducteur :


Image


Le réducteur Doppelmayr – Lohmann :


Image


Les caractéristiques du réducteur :


Image


Le moteur Thermique couplé au groupe hydraulique :


Image


Une vue de dessous de la gare durant son montage en 2009 avec quelques explications :


Image


Image


Merci à Flo pour ces 2 schémas



6 - GARAGE

Continuons par le garage vu de l’extérieur :

Le garage à cabine est semi-automatique et se situe à gauche de la gare amont de la TCD8. Il est semi-enterré et est composé de 3 rails de stockages afin de ranger l’ensemble des véhicules de la ligne.

Image


Passons à l’intérieur avec l’entrée du garage :


Image


Les trois rails de stockage :


Image


Les trains de pneus motorisés permettant d’entrainer les cabines au fond du garage par gravité :


Image


L’aiguillage vers le garage vu de l'extérieur :


Image


Et de l’intérieur…


Image



7 – VEHICULES ET PINCES


L’appareil est équipé de 74 véhicules 8 places de type OMEGA IV du manufacturier Suisse CWA.


Image


Les véhicules sont accouplés au câble à l'aide de pinces de type A 108-C :


Image


Image



8 - CONCLUSION

Nous arrivons à la fin du reportage de la TCD8 d’Arrondaz, première remontée mécanique de la « colonne vertébrale » de la station Mauriennaise de Valfréjus. Colonne vertébrale qui est composée d’une TCD8 et d’un TSD6 transportant les passagers du centre de la station au point culminant du domaine en 13 minutes. Nous profiterons de cette conclusion pour souligner l’énorme travail qui a été réalisé durant l’été : démontage des deux tronçons de la TCD6 AGUDIO, montage de la TCD8 Arrondaz et du TSD6 Punta bagna (plus gros chantier de remontées mécaniques en France pour l’année 2009).


9 - VIDEO :





Un grand merci aux conducteurs de la télécabine et au personnel des remontées mécaniques pour leur accueil.

Merci également à THOMAS pour son aide

Enfin, un grand merci aux équipes de DOPPELMAYR, DCSA, MBTM et SOMERM de nous avoir accueilli (et supporté !!) durant l'été 2009 pendant le chantier.


Image



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :