En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo



 
Auteur de ce reportage : Rodo_Af
Section écrite le 15/04/2018 et mise à jour le 15/04/2018
(Mise en cache le 15/04/2018)

Image



Les Carroz d'Araches :

Image
^^Cliquez sur le lien pour plus d'informations^^


- Historique du secteur de la Kedeuze :

Le premier téléski de la Kédeuze (1939 - 1954) :

La station des Carroz, située sur la commune d'Arâches, a été ouverte le 1e octobre 1930 avec la fondation du ski-club et l'organisation du premier concours de ski de fond le 8 février 1931. Le ski alpin s'est ensuite développé sous l'impulsion d'un industriel de Cluses, Charles Pons, cofondateur avec Louis Carpano d'une usine de mécanique et de décolletage devenue Somfy de nos jours. Charles Pons se lança d'abord sans succès dans la construction du téléski des Moulins à la Kédeuze en 1936. Il relança un second projet en 1938, basé sur un système de téléski à enrouleurs biplaces Constam.

Image
Equipe de terrassement de Domancy, à l'été 1938 (Coll. Monchu)

Image
Chantier de la station retour tension (Coll. Monchu).

Image
Plusieurs dizaines d'hommes et quelques chevaux sont nécessaires au tirage du câble, le 15 janvier 1939. (Coll. Monchu)


Le chantier fut retardé par des oppositions de propriétaires fonciers qui, après avoir donné leur accord initialement, exigèrent des contreparties au droit de passage. Les travaux suspendus en septembre 1938 ne s'achevèrent qu'en plein hiver, fin janvier 1939. Le téléski fut inauguré solennellement le 29 janvier 1939.
A l'époque, il s’agissait du téléski le plus long de France, avec une longueur de 1600 mètres, un dénivelé de 560 mètres, et un débit horaire estimé à 200 personnes. Les skieurs étaient tractés par une arbalète biplace, reliée à deux enrouleurs et deux pinces pour obtenir une force de serrage suffisante. Le temps de montée était de 12 minutes environ.

Image
Publicité d'époque. La photo en bas à droite représente le système d'arbalète à double accrochage, mais la photo est prise dans la station suisse de Mürren (Coll. Monchu).

La station de départ intègre le moteur dans un véritable chalet, l'Escale Blanche, avec un restaurant et un petit dortoir.

Image
Gare de départ intégré au chalet l'Escale Blanche. Sur la ligne deux agrès relient chaque arbalète. (Coll. Monchu)

Image
Aire de départ (Coll. Monchu).

Image
La ligne monte en forêt sur le tracé de l'actuel télésiège triplace des Moulins (Coll. Monchu).

La première télécabine (1954-1975) :

Les téléskis Constam avec leurs cabrettes en bois vieillissaient mal. De nombreuses stations de Haute-Savoie optèrent à cette époque pour une modernisation de leurs remonte-pente par des pylônes treillis de Muller. Les Carroz se lancèrent dans une opération plus ambitieuse : le remplacement par une télécabine, qui devait apporter plus de confort aux clients que l’ancien appareil qui souffrait d'un tracé en forêt et en dévers. Un tel projet n'étant compatible ni avec les finances du propriétaire du téléski, ni avec celles de la commune, les instigateurs du projet lancèrent une souscription en 1953.

Le constructeur retenu fut Applevage, avec son système de suspentes à doubles pinces fixes, accrochées en permanence au câble, sur lesquelles venaient s'accrocher ou se décrocher les cabines dans les gares. L'appareil fut ouvert le 3 avril 1954. La ligne empruntait le même tracé que la télécabine actuelle, croisant l'ancien téléski peu après son départ.

Image
Nouvelle gare de départ. L'ancienne se trouve à droite de l'arbre (Coll. Monchu).

Image
Nouvel emplacement de la gare d'arrivée (Coll. Monchu).

L'installation fonctionnait avec 18 cabines 4 places en aluminium disposant de vitres en plexiglas. Elles étaient détachées de la suspente dans les gares.

Image
Cabine en aluminium (Coll. Monchu).

Image
Sur cette vue colorisée on distingue bien la suspente fixe en orange, et l'organe d'accouplement mobile en noir qui se détache avec la cabine dans la gare (Coll. Monchu).

Le téléski de 1939 devait être réinstallé plus en amont, vers la Tête des Saix. Ce projet prévu pour 1957 ne fut jamais réalisé en l'état.

Image
Plan des pistes en 1963. En pointillé les projets d'équipement des combes de l'Airon et de Vernant restèrent lettre morte jusqu'en 1978. (Coll. Monchu)

Minée par les problèmes fonciers et la guerre ouverte contre la future station de Flaine, Les Carroz ne parvint pas à étendre son domaine skiable dans les années 1960. La télécabine, déficitaire, fut rachetée par Éric Boissonnas, principal promoteur de Flaine. Il s'en servit comme moyen de pression pour arracher les autorisations nécessaires à réalisation d'une route d'accès à sa future station, puis rétrocéda gratuitement la télécabine à la municipalité.

Les cabines de l'appareil furent remplacées par des modèles en fibre de verre fabriqués par Comes, un sous-traitant de Weber qui avait déjà équipé les lignes du Tour-Col de Balme à Chamonix ou du Linga à Châtel.

Image
Nouvelles cabines Comes (Coll. Monchu).

La seconde télécabine (1975-2004) :

Toujours sous gestion communale, l'appareil fut modernisé par une télécabine six places Poma. Le débit fut porté à 1300 personnes par heure et à la vitesse à 4 m/s. La gare aval motrice fixe neuve comprenait le garage. La gare amont retour tension fut intégrée dans le bâtiment de l'ancienne télécabine. Les véhicules étaient des cabines SP6 vertes dos à dos.

Image
Héliportage lors du chantier de construction de la nouvelle télécabine (Coll. Monchu).

Image
Gare amont dans le bâtiment d'origine. L'avancée en bois clair a été rajoutée en 1975 et abrite l'extrémité des lanceurs (Coll. Monchu).

Un incendie détruisit la gare amont le 25 mai 1982. Elle fut intégralement reconstruite en bardage métallique et l'appareil rouvrit le 17 janvier 1983. De nouvelles cabines SP77 remplacèrent les cabines SP6 endommagées dans le sinistre.

Image
Gare amont reconstruite (Coll. Monchu).

Image
Nouveau visage de la gare amont (Coll. Monchu).

En même temps, la télécabine fut doublée par le télésiège triplace des Moulins, qui reprit le tracé de l'ancien téléski de 1938. En raison du faible angle de croisement entre les deux lignes, deux pylônes treillis de la télécabine furent remplacés par trois pylônes tubulaires, dont un commun avec la nouvelle ligne du télésiège.

Image
Gare de départ motrice enterrée du nouveau télésiège des Moulins, accolée à la télécabine (Coll. Monchu).

La troisième télécabine (2004) :

Le remplacement de l'ancienne télécabine s'est inscrit dans un plan global s'échelonnant de 2003 à 2006. De mai à décembre 2003, le parking a été reconstruit pour offrir 100 places supplémentaires. Son accès s'effectue via un tunnel en forme arrondie construit juste en dessous de la zone de départ des skieurs, permettant le croisement avec les pistes.
De mai à décembre 2004, une nouvelle télécabine Poma huit places a été construite sur le même tracé que la précédente. Poma a livré une télécabine Ariana-8 combinant des gares Satellit et des cabines Diamond huit places assises, skis à l'intérieur. L'appareil a cependant été adapté au cahier des charges atypique. A côté des exigences habituelles de performance (augmenter le débit de 1300 à 2700 personnes/heure et réduire le temps de montée de 8 à 6 minutes), la commune a rajouté des demandes particulières concernant le confort et l'exploitation. Les zones de départ et d'arrivée ont été couvertes. Pour réduire le stress à lors de l’entrée dans les cabines, la commune a demandé un temps d'embarquement et de débarquement plus long, de l'ordre de 50 secondes, ce qui a nécessité un contour élargi en gare et une largeur de voie de 7,20 mètres au lieu de 5,70 mètres à l'époque. Ces gares plus larges avec une emprise au sol plus étendue, ainsi que des ouvrages de ligne plus importants ont engendré un surcoût financier, tout comme l'adaptation de la cabine Diamond permettant d’offrir une plus grande surface vitrée.

Sur le plan de l'exploitation, la commune a souhaité l'installation d'une motrice enterrée en gare amont afin de réduire le bruit. Par ailleurs, deux entraînements redondants ont été mis en place pour augmenter la disponibilité de l'appareil. Elle a aussi souhaité supprimer le garage en aval, et le placer en amont tout en laissant la plateforme d'arrivée dégagée. Il a donc été enterré et muni d'un ascenseur permettant de descendre et de remonter les cabines automatiquement. Enfin la ligne de sécurité a été enfouie sur tout le tracé.

L'ensemble de ces demandes spécifiques ont fait grimper le montant de l'investissement à 10 millions d'Euros. Enfin, dans un troisième temps, les abords de la gare aval ont été aménagés, de 2005 à 2006. La zone de départ a été transformée avec une grenouillère d'arrivée, huit guichets ont été construits, les locaux de l'exploitant ont été déplacés dans un nouveau bâtiment plus en aval, et la place devant la gare a été transformée. Cette dernière tranche de travaux représente un investissement de deux millions d'euros.


Image
Plan représentant le projet en 2003.

Image
Vue générale du chantier, avec au premier plan, les deux piliers de la gare aval, et au second plan, les pylônes montés (Ph. Sébastien).

Image
La future gare amont, à gauche, l'ancien garage. (Ph. Sébastien)

Image
La gare aval avec sa structure définitive. (Ph. Sébastien)

Image
La poulie tension. (Ph. Sébastien)

Image
La gare aval dans son ensemble. (Ph. Sébastien)

Image
Zoom sur la hauteur importante des piliers. (Ph. Sébastien)

Image
La gare amont dans son ensemble. (Ph. Sébastien)

Image
Montage de la plateforme d'embarquement / débarquement. (Ph. Sébastien)

Image
Zoom sur une cabine Diamond-8 de chez Sigma. (Ph. Sébastien)


Pour plus d'informations, je vous invite à suivre ce chantier titanesque concernant la télécabine sur notre forum .


La télécabine de la Kédeuze version 2004 :

La télécabine de la Kédeuze permet de faire une liaison entre le village et le domaine skiable. L’appareil est installé en plein cœur du village des Carroz d'Araches, facilement accessible par plusieurs pistes bleues et rouges.

Pour accéder à l'appareil, la télécabine dispose de trois pistes.
- La piste Lou Darbe, qui part depuis la fin de la piste noire Félire et rejoint le télésiège du Gron.
- La piste Combe, qui permet de rejoindre la télécabine depuis Lou Darbe.
- La piste verte qui effectue une liaison entre la gare aval du télésiège du Plein Soleil et la télécabine Kédeuse.

Situation sur le plan des pistes :

Image

Image

Caractéristique administratives :

TCD - Télécabine à attaches débrayable : Kédeuze
Exploitant : Saem SOREMAC
Constructeur : POMAGALSKI
Année de construction : 2004
Montant de l'investissement : 12 M d'€uros

Caractéristiques d'exploitation

Saison d'exploitation : Hiver + été
Débit à la montée : 2740 personnes/heure
Débit à la descente : 2740 personnes/heure
Vitesse d'exploitation : 6 m/s
Sens de la montée : Par la gauche

Caractéristiques géométriques :

Altitude aval : 1160 m
Altitude amont : 1754 m
Dénivelée : 594 m
Longueur développée : 1740 m
Portée la plus longue : 20 m
Hauteur de survol maximale : 100 m
Pente maximale : 64%
Temps de trajet : 5 minutes

Caractéristiques techniques :

Type de gares : Satellit
Emplacement motrice : Amont
Type de motorisation : Moteur courant continu
Puissance développée : 700 kW
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Tension nominale : 36000 DaN
Pression nominale : 205 Bar
Nombre de pylônes : 14

Caractéristiques des véhicules :

Constructeur : Sigma
Type de véhicules : Diamond
Nombre de véhicules : 66
Capacité : 8 personnes
Masse à vide : 708 kg
Dispositif d'accouplement : Pince Oméga T
Espacement : 10.5 s

Caractéristiques du câble :

Type de câblage : Lang à droite
Composition : 6*31 Fils
Type d'âme : Textiles
Pas de câblage : 364 mm
Pas de toronage : 142 mm
Section du câble : 50.5 mm
Résistance à la rupture : 198610 daN


Ligne et infrastructures de la télécabine :

La gare aval :



Vue générale de la gare aval :
Image

Vue de près, au premier plan, le télésiège des Moulins :
Image

Image

La file d'accès à l'appareil :
Image

Le panneau d'informations relatif à l'appareil :
Image

Approche...
Image

...des bornes de contrôle des forfaits :
Image

Les cabines dans le contour :
Image

La plateforme d'embarquement, à gauche, le poste de conduite :
Image


La ligne :

La télécabine de la Kédeuze mesure environ 1700 mètres de long et comporte 14 pylônes tubulaires dont deux balanciers compressions, deux balanciers supports compressions, et dix balanciers supports. La ligne traverse majoritairement une forêt. Deux pylônes sont communs avec d'autres remontées mécaniques, à savoir le pylône P2 et le pylône P4 du télésiège des Moulins, ainsi que le pylône P12 avec le pylône P5 du télésiège Plein soleil.

Dans l'ordre de montée, cela donne :

P0 : 8C/8C
P1 : 10C/10C
P2 : 8S/8S
P3 : 6S/6S
P4 : 6S/6S
P5 : 4SC/4SC
P6 : 4SC/4SC
P7 : 4S/4S
P8 : 6S/6S
P9 : 6S/6S
P10 : 6S/6S
P11 : 10S/10S
P12 : 6S/6S
P13 : 4S/4S
P14 : 6S/6S

Les pylônes P0 et P1 vue depuis la gare aval :
Image

Pylône P2 :
Image

Portée vers le...
Image

...pylône P3, commun avec le P4 du télésiège des Moulins :
Image

Pylône P4 :
Image

Pylône P5 :
Image

Très longue portée entre les pylônes P5 et le P6 :
Image

Image

Pylône P6 :
Image

Pylône P7 :
Image

Pylône P8 :
Image

Pylône P9. A droite, nous apercevons le téléski de la Kadeuze :
Image

Pylône P10 :
Image

Portée vers le...
Image

...pylône P11 :
Image

Pylône P12, commun avec le P4 du télésiège de Plein Soleil :
Image

Pylône P13 :
Image

Pylône P14 :
Image


La gare amont:

La gare amont est située à 1754 mètres d'altitude, dans un vaste bâtiment regroupant la salle des machines, le garage, et le poste des commandes. La structure est située à proximité de la gare amont du télésiège de Plein Soleil, et de la gare amont du téléski des Crêtes. Depuis l’arrivée, les skieurs peuvent rejoindre les différents secteurs du domaine skiable. Au niveau technique, on retrouve un moteur électrique qui entre dans un réducteur par l'intermédiaire d'un arbre rapide. Le réducteur est lui-même relié à la poulie motrice par l'intermédiaire d'un arbre lent. Un moteur de secours existe en cas de dysfonctionnement du moteur électrique. La gare amont de type Satellit reprend le même schéma couleur que celle aval. Un bâtiment vient l'envelopper suivant les mêmes couleurs.

Entrée en gare amont :
Image

Les cabines dans le contour :
Image

L'arbre lent reliant la poulie motrice aux blocs moteur :
Image

Le tympan avant :
Image

La plateforme de débarquement :
Image

La sortie de la gare amont :
Image

Différents vues...
Image

Image

...autour de la gare amont :
Image

Image


Autres photos :

Vues de la ligne...
Image

Image

...depuis les pistes :
Image


Je remercie chaleureusement Rodo_Af, Sébastien et l'alexois pour la réutilisation de leurs photos. Valcelouis pour sa relecture et Monchu pour ses archives.

Image

Bannière : Bovinant
Textes : Tony le Savoyard
Photos : Rodo_Af, l'Alexois et Sébastien



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :