En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo



 
Sommaire
Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 14/09/2020 et mise à jour le 20/09/2020
(Mise en cache le 12/10/2020)

Image



Au sommaire du reportage :

  • Les Deux Alpes
  • Historique : du secteur de la Fée au glacier du Mont-de-Lans
  • Le chantier de la télécabine de Pierre Grosse
  • Pierre Grosse, entre ski propre et accès au secteur du glacier
  • Ligne et infrastructures de la télécabine de Pierre Grosse
  • Pierre Grosse, une grande réussite

 
Les Deux Alpes
Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 20/09/2020
(Mise en cache le 12/10/2020)

Les Deux Alpes

Les Deux Alpes est un domaine skiable situé dans l'Oisans en Isère. Il est implanté sur les alpages de deux villages : Venosc, coté vallée du Vénéon et Mont-de-Lans, coté vallée de la Romanche.

L'aménagement des Deux Alpes débute dès 1938 à l'Alpe de Mont-de-Lans avec la construction d'un premier téléski. En 1946, la commune voisine de Venosc réalise à l'Alpe éponyme, un téléski. La création des Deux Alpes, résulte de l'unification des domaines aménagés par les deux communes dans les années 1950. C'est d'ailleurs durant ces années que le domaine skiable connaît ses premières extensions. Pendant celles-ci, l'exploitant a d'abord aménagé les pentes situées en aval du plateau des Crêtes, puis dans les années 1970, le glacier de Mont-de-Lans est atteint puis équipé avec dans un premier temps, les téléskis de Puy-Salié. À plus de 3100 mètres d'altitude, ces aménagements marquent le début de l'exploitation du ski d'été. C'est notamment grâce à ce glacier que le domaine des Deux Alpes connaît une importante renommée. On notera en 1985, la construction des célèbres DMC du Jandri Express 1 et 2 qui ont permis d'assurer un meilleur accès au secteur d'altitude. Depuis les années 1990, le domaine skiable se modernise avec le remplacement d'installations vieillissantes comme la télécabine du Diable en 2012 par un télésiège débrayable.

De nos jours, le domaine skiable des Deux Alpes s’étend entre 1280 et 3515 mètres d'altitude, du village de Mont-de-Lans au sommet de la crête de Puy Salié, sous le dôme de la Lauze, en bordure du glacier de la Girose. Ce domaine se compose de 89 pistes qui totalisent environ 140 km. Cet espace est desservi par un important parc de remontées mécaniques.
Les Deux Alpes propose également lors de la saison estivale de nombreuses activités telles que du VTT de descente sur des pistes aménagées, de la randonnée ainsi qu'un important domaine de ski d'été sur le glacier de Mont-de-Lans (ou de Mantel).

Image
^^ Cliquez sur le logo pour accéder à une présentation des Deux Alpes plus détaillée. ^^

 
Historique : du secteur de la Fée au glacier du Mont-de-Lans
Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 20/09/2020 et mise à jour le 22/09/2020
(Mise en cache le 12/10/2020)

Historique : du secteur de la Fée au glacier du Mont-de-Lans

L'aménagement du domaine skiable des Deux Alpes, commence en 1938 avec la construction d'un téléski sur le versant Vallée Blanche de la station. Après l'installation d'un autre téléski en 1946 sur ce secteur, l'exploitant cherche à aménager le versant opposé du Jandri. En effet, contrairement à la Vallée Blanche, ce secteur présente les avantages d'être plus vaste et plus haut en altitude car s’étendant jusqu’à 3500 mètres. De plus, il dispose d'une meilleure orientation car tourné vers l'ouest. La neige est donc généralement plus abondante sur ce versant.

Il faut attendre les années 1960 que la station prépare un projet ambitieux d'aménagement d'un vaste domaine d'altitude jusqu'au dôme de la Lauze, à plus de 3500 mètres d’altitude pour y créer des pistes de ski pouvant être ouvertes été comme hiver. La station prévoit également l'aménagement du secteur de la Toura entre 2600 et 2900 mètres d'altitude. Pour relier les Deux Alpes à ce glacier, l’exploitant prévoit de réaliser une télécabine en trois tronçons partant de la station et parvenant jusqu'au sommet du Jandri. Une première gare intermédiaire est prévue aux Crêtes afin d'améliorer la desserte de ce plateau et une seconde station est envisagée à la Toura afin de développer ce secteur d'altitude. Cette télécabine est indiquée par une flèche rouge et la lettre « A » sur le plan des pistes suivant :


Image
Vue d’ensemble des différents projets du domaine skiable sur le plan des pistes des Deux Alpes de 1964/1965.

La concrétisation de ce projet visant à aménager le versant du Jandri commence en 1970, avec la construction de ce téléphérique, nommé Lac Noir. La société Neyrpic réalise ainsi aux Deux Alpes le premier téléphérique automoteur pour passagers, six ans après avoir construit aux Pays-Bas, le premier téléphérique automoteur, qui était à caractère industriel. Lors de la mise en service de ce téléphérique en 1970, seule une voie de l'installation est fonctionnelle. En effet, Neyrpic souhaitait dans un premier temps, tester l'appareil avec une ou deux cabines en fonction de la demande sur un seul câble porteur qui servait à la fois pour la montée et la descente. Lors de sa première année d'exploitation, ce téléphérique est équipé de deux cabines qui peuvent accueillir chacune 43 passagers.

Image
Une cabine du téléphérique automoteur du Jandri 2 (D.R.).

En 1972, la station des Deux Alpes investit massivement dans la construction de nouvelles remontées mécaniques et l'agrandissement de son domaine skiable. Cette année-là, le col du Jandri est aménagé avec la construction de la télécabine débrayable quatre places du Jandri 3 par Pomagalski. Elle a permis de relier la Toura au glacier de Mont de Lans à 3200 mètres d'altitude. Équipée de cabines 4 places, elle était confortable et rapide pour l'époque. Elle partait juste derrière la gare du téléphérique du Jandri 2.

Image
La gare amont du téléphérique automoteur du Jandri 2 et la gare aval de la télécabine du Jandri 3 (D.R., collection monchu).

Image
Le début de la ligne de la télécabine du Jandri 3 (D.R., collection monchu).

Image
La fin de la ligne de la télécabine avec la gare aval du télésiège du Jandri 4 en bas de la photo (D.R., collection monchu).

Image
La gare amont de la télécabine du Jandri 3 sur une carte postale (D.R.).

En 1973, après l'accident d'octobre 1972, la station des Deux Alpes décide finalement de remplacer le téléphérique automoteur par un téléphérique classique à va-et-vient afin de relier le secteur des Crêtes à celui de la Toura. Cette liaison est devenu indispensable sur le domaine skiable. En effet, il s'agissait du moyen le plus important pour accéder au domaine d'altitude et notamment au renommé glacier de Mont de Lans, à plus de 3200 mètres d'altitude.

Image
Une cabine du téléphérique dans sa livrée d'origine (D.R., collection monchu - cliquez sur la photo pour afficher le reportage).

Cette année 1973, voit également la construction et la mise en service de la télécabine débrayable du Jandri 1 par Pomagalski. Cette nouvelle remontée mécanique a pour objectif de relier efficacement le bas de la station des Deux Alpes au secteur des Crêtes. Les télécabines débrayables du Jandri 1 et 3 et le téléphérique à va-et-vient du Jandri 2 constituent ainsi une véritable chaîne de remontées mécaniques, confortable et rapide permettant de relier efficacement les Deux Alpes au glacier du Mont de Lans. La réalisation du projet du Jandri est ainsi achevée.

Image
Les lignes de la télécabine du Jandri 3 et du téléski de Serre Palas.

L'aménagement de ce glacier prend de l'ampleur avec la construction en 1975 par Transtélé des téléskis de Puy-Salié 1 et 2, permettant d'atteindre le dôme éponyme à 3421 mètres d'altitude. L'année suivante, l'exploitant lance l'aménagement du bas du glacier en faisant construire par Montaz-Mautino deux télésièges fixes, Roche Mantel et Signal, desservant de nouvelles pistes plus engagées. Peu après ces investissements, face à la forte fréquentation de ce nouveau secteur, l'exploitant a fait installer un téléski à enrouleurs deux places Transtélé, baptisé « le Petit Glacier », doublant le télésiège de la Roche Mantel et, en partie, le télésiège du Signal.

Image
Les télésièges du Signal, de la Roche Mantel et le téléski du Petit Glacier au début des années 1980.

Il faut ensuite attendre 1985 pour que la station, au regard de la saturation de la chaîne des téléportés du Jandri, décide de construire le DMC du Jandri Express 1 & 2. Cet appareil ultra moderne offre un accès rapide, confortable et à haut débit au glacier en effectuant un arrêt intermédiaire au niveau du bassin de la Toura. Il révolutionne littéralement la desserte du domaine skiable et en devient l'axe structurant majeur. Il est complété en 1989 avec la construction du funiculaire du Dôme Express qui permet d'atteindre rapidement le Dôme de Puy Salié à 3400 mètres d'altitude.

Image
La gare intermédiaire du DMC du Jandri Express 1 & 2 avec les lignes de la télécabine du Jandri 3 à gauche et du téléski de Serre Palas à droite (D.R., collection monchu).

Image
Le DMC du Jandri Express 1 & 2 à côté de l'axe vieillissant des TPH Jandri 2 et de la télécabine du Jandri 3 (D.R., collection monchu).

Le domaine s'étend en 1996 avec la construction du télésiège débrayable de la Fée sur un versant encore vierge. Ce nouvel appareil permet l'ouverture de nouvelles pistes engagées et souvent bien enneigées, le tout à l'écart des grands axes du domaine. Néanmoins, l'accès à ce secteur est conditionné à l'emprunt de la piste de la route de la Fée, dont la seconde partie présente des sections très plates et pénibles pour les skieurs. Il faut attendre 2010 pour que la situation s'améliore. L'exploitant décide alors de faire construire le télésiège fixe 4 places du Sautet afin de relier un point situé en contrebas de la Toura au sommet du télésiège de la Fée.

Image
La gare aval du télésiège débrayable de la Fée (cliquez sur la photo pour consulter le reportage sur l'installation).

Image
La gare amont du télésiège fixe du Sautet (cliquez sur la photo pour consulter le reportage sur l'installation).

En parallèle, au cours de l'été 2000, le restaurant d'altitude du Glacier et la gare amont de la télécabine du Jandri 3 sont touchés par un violent incendie. Ce téléporté a été rapidement démonté par la suite. Dès 2001, afin de garder un débit suffisant pour l'accès au glacier, il est décidé de construire le télésiège débrayable 8 places à gare intermédiaire des Glaciers. Après 17 ans d'exploitation, au cours de l'été 2018, le second tronçon est démonté et déplacé sur le secteur de la Toura. L'été suivant, le premier tronçon est lui aussi déplacé, quant à lui sur le plateau des Crêtes, afin de remplacer le télésiège débrayable 4 places des Crêtes.

Image
Passage du transfert en gare intermédiaire (cliquez sur la photo pour consulter le reportage sur l'installation).

Image
Sur la ligne du second tronçon, en direction du front de neige du glacier à 3200 mètres d'altitude (cliquez sur la photo pour consulter le reportage sur l'installation).

Image
La fin de la ligne, au pied de la dernière montée (cliquez sur la photo pour consulter le reportage sur l'installation).

Image
La gare amont (cliquez sur la photo pour afficher le reportage).

En compensation de la suppression intégrale des télésièges des Glaciers 1 & 2 et afin de maintenir des conditions d'accès correctes au Glacier autant qu'une bonne desserte des pistes situées entre le col du Jandri et la Toura, il est décidé de construire durant l'été 2019 la télécabine de Pierre Grosse, doublant le DMC du Jandri Express 2 sur un tracé totalement inédit à travers le clos de Chalance. Ce nouvel appareil est également l'occasion pour l'exploitant de tenter d'augmenter la fréquentation du secteur de la Fée.

 
Le chantier de la télécabine de Pierre Grosse
Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 20/09/2020 et mise à jour le 20/09/2020
(Mise en cache le 12/10/2020)

Le chantier de la télécabine de Pierre Grosse

La construction de la télécabine de Pierre Grosse a commencé vers la fin du mois de juin 2019. Ces travaux ont commencé par la réalisation des terrassements de la gare aval ainsi que des emplacements des pylônes, notamment dans les secteurs les plus exposés à l'aide de pelles-araignées. L'installation de la structure métallique du bâtiment de la gare amont a également été démarrée très tôt.


Image
Terrassements à l'emplacement de la gare aval (photo du 10 juillet 2019).

Image
Pelle-araignée à l'emplacement d'un pylône à installer par la suite (photo du 10 juillet 2019).

Image
Mise en place de l'ossature métallique de la gare amont (photo du 10 juillet 2019).

Fin juillet, le massif en béton de la gare aval était coulé tandis que la charpente de la gare amont était toujours en cours de montage. Les locaux de commande, de puissance et le poste de transformation en amont ont été terminés pour la fin du mois de juillet 2019. Fin juillet, les premières pièces des gares ont été livrées comme une poulie ou des poutres à pneus.
Le touret du câble a été livré au cours de la première semaine du mois d'août tandis que la gare amont a été montée suite à la fin de la mise en place de la charpente métalique l'entourant. La gare aval a été montée un peu plus tard, à partir du mois de septembre. Les pylônes ont été quant à eux héliportés et montés durant la journée du 21 septembre 2019.

Image
La ligne et la gare amont vues le 28 septembre 2019.

Des têtes de pylônes ont été héliportées en complément le 27 septembre 2019, en même temps que la fin du montage de la gare aval. La couverture de cette gare a été installée au début du mois d'octobre de la même année. À la fin du mois, il ne restait plus qu'à tirer le câble définitif, monter les voies du garage puis monter les cabines livrées peu de temps auparavant sur un parking de la station, proche du départ des télésièges de la Côte et de la Petite Aiguille.

Image
La gare aval, quasiment terminée (photo du 27 octobre 2019).

Image
Le touret du câble définitif (photo du 27 octobre 2019).

Image
Le bas de la ligne (photo du 27 octobre 2019).

Image
Zoom sur la majeure partie de la montée (photo du 27 octobre 2019).

Image
Le bâtiment de la gare amont au 27 octobre 2019.

Image
Intérieur de la gare amont, dont le montage est quasiment terminé (photo du 27 octobre 2019).

Image
Les voies de garage prêtes à être montées (photo du 27 octobre 2019).

Image
Les cabines et suspentes livrées sur un parking à l'entrée de la station des Deux-Alpes (photo du 27 octobre 2019).

Le câble a été tiré durant les premiers jours du mois de novembre 2019 tandis que les cabines ont été livrées par hélicoptère puis montées durant la seconde moitié du mois. L'installation a ensuite été longuement testée puis, après plusieurs reports, a été inaugurée le 18 janvier 2020.

→ Revivez le chantier de cette télécabine sur le forum : Construction TCD8 Pierre Grosse (2019).

 
Pierre Grosse, entre ski propre et accès au secteur du glacier
Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 20/09/2020 et mise à jour le 23/09/2020
(Mise en cache le 12/10/2020)

Pierre Grosse, entre ski propre et accès au secteur du glacier

Pierre Grosse a pour rôle d'assurer un second accès au secteur du Glacier, en complément du DMC du Jandri Express 2. Elle est accessible tant depuis le sommet du DMC du Jandri Express 1 que les pistes provenant du secteur du Glacier ou du secteur de la Toura via la piste Pierre Grosse 1.
Bien qu'ayant un tracé plus excentré que le DMC, elle est très fréquentée car le DMC est souvent surchargé.
Elle assure également la liaison entre le secteur de la Fée et le secteur du Glacier pour les très bons skieurs. La gare aval de la télécabine est en effet accessible depuis le sommet des télésièges de la Fée et du Sautet par les pistes Pierre Grosse 2 (court mur très raide rejoignant la piste Pierre Grosse 1) et Pierre Grosse 5 (mur assez long et raide se terminant au niveau de la gare aval de la télécabine). Par extension, ces pistes offrent un itinéraire bis d'accès à la télécabine de Pierre Grosse depuis la Toura et le sommet du télésiège de Bellecombes en empruntant le télésiège fixe du Sautet ou le télésiège débrayable de la Fée après avoir emprunté la piste Fée 2.

Son arrivée juste au-dessus de la gare amont du télésiège débrayable du Signal lui permet de desservir l'ensemble des pistes retournant en bas de cet appareil ainsi que l'ensemble des pistes rejoignant la Toura, puis le bas de la télécabine de Pierre Grosse et le secteur de la Fée. Si elle ne donne pas accès au départ des téléskis de Puy-Salié 1 & 2, il est possible de descendre par gravité au départ de l'ascenseur incliné du Glacier et du funiculaire du Dôme Express pour rejoindre le Dôme de Puy Salié à 3400 mètres d'altitude.

Pour l'anecdote, cette télécabine reprend le nom d'un ensemble rocheux situé en bordure droite du clos de Chalance, baptisé « les Pierres Grosses ».

Ce téléporté dessert les pistes suivantes :


  • Glacier 1, une longue piste bleue évoluant le long de la ligne du DMC Jandri Express 2 et rejoignant la piste Glacier 4, ramenant jusqu'au secteur de la Toura. Elle offre aussi un accès rapide aux gares avals de l'ascenseur incliné du Glacier et du funiculaire du Dôme Express ainsi qu'à la piste Glacier 4, qui démarre quelques mètres plus haut à l'arrivée du DMC du Jandri Express 2. Glacier 1 permet également de rejoindre la piste Glacier 2, variante rejoignant la piste Glacier 4 ainsi que les pistes Glacier 3 et 4 ainsi que les pistes noires Pierre Grosse 3 et 4, rejoignant la piste Pierre Grosse 1 pour revenir au départ de la télécabine. Il est également possible de continuer jusqu'au télésiège débrayable de la Fée par la piste Fée 1 voire jusqu'aux télésièges du Thuit et du Thuit-Crêtes par la piste Thuit 1.
  • Signal 1, accessible via un chemin commun de liaison avec la piste Glacier 1, c'est une longue piste à la pente régulière rejoignant le départ du télésiège débrayable du Signal.
  • Signal 2, accessible via un chemin de liaison avec la gare amont du télésiège du Signal. C'est une courte piste de liaison rejoignant la piste Signal 1.
  • Signal 4, piste rouge assez raide partant depuis le sommet du télésiège débrayable du Signal proposant un long mur avant de rejoindre la piste Signal 1.
  • Glacier 5, piste rouge partant depuis le sommet du télésiège débrayable du Signal et passant sous la fin de la ligne de la télécabine de Pierre Grosse avant de rejoindre la piste Glacier 1.

Le tracé de la télécabine offre également une desserte idéale permettant d'enchaîner les descentes de l'itinéraire hors-pistes glaciaire du Clos de Chalance, évoluant tout le long de la ligne de l'appareil. Cet itinéraire reste néanmoins très exposé et ne doit être parcouru que par les skieurs équipés du matériel de sauvetage nécessaire et ayant l'expérience nécessaire pour évoluer avec précaution sur ce secteur.

Image
Situation de la télécabine de Pierre Grosse sur le plan des pistes des Deux Alpes (plan Kaliblue).

La télécabine de Pierre Grosse est la deuxième télécabine construite en France par Bartholet après la télécabine de l'Enversin à Vaujany en 2017. Elle est néanmoins bien plus longue et présente un dénivelé très important, parmi les plus importants de sa catégorie (derrière les télécabines d'Orelle et de Bagnères-de-Luchon).
Contrairement à la télécabine de Vaujany, et suivant le souhait de l'exploitant, cet appareil est équipé de cabines Gangloff « Spacecab 8 » aux couleurs de la station. Celles-ci peuvent être stationnées dans un garage attenant à la gare amont.

Voici les caractéristiques techniques de la télécabine de Pierre Grosse :

Caractéristiques administratives

TCD–Télécabine à pinces débrayables : PIERRE GROSSE
Maître d'œuvre : ERIC
Maître d'œuvre : DAL (Deux Alpes Loisirs)
Exploitant : DAL (Deux Alpes Loisirs)
Constructeur : BARTHOLET
Installation électrique : SEIREL
Année de construction : 2019
Montant de l'investissement : 8 900 000 €

Caractéristiques d’exploitation

Saison d’exploitation : Hiver
Capacité : 8 personnes
Vitesse : 6 m/s
Débit à la montée : 2300 personnes/heure à la réception (100 %) (puis 2400 personnes/heure en provisoire et 2600 personnes/heure à terme)
Débit à la descente : 0 personne/heure (0 %)
Sens de montée : Par la gauche

Caractéristiques géométriques

Altitude gare aval : 2221 m
Altitude gare amont : 3175 m
Dénivelé : 954 m
Longueur développée : 2645 m
Longueur horizontale : 2467 m
Portée maximale : 302 m
Survol maximal : 27 m
Pente moyenne : 38,67 %
Pente maximale : 85,69 %
Temps de montée : 7 minutes 21 secondes

Caractéristiques techniques

Station tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Pression nominale : 100 bars
Station motrice : Amont
Type de motorisation : Asynchrone
Puissance développée : 978 kW
Nombre de pylônes : 17
Constructeur des véhicules : GANGLOFF
Modèle de cabine : Spacecab 8
Nombre de véhicules : 85 à la réception (puis 90 en provisoire et 96 à terme) + 1 véhicule de maintenance
Dispositif d'accouplement : Pince débrayable K3
Espacement des véhicules : 12,5 secondes

Caractéristiques du câble

Fabricant du câble : ARCELOR MITTAL
Diamètre : 40,5 mm
Âme : Compacte
Type de câblage : Lang à droite
Description : 54 6×K36WS-SPC 1960 B zZ
Résistance à la rupture : 2 240 daN
Section du toron : 216,1 mm²
Pas de câblage : 382 mm
Pas de toronage : 142 mm

 
Ligne et infrastructures de la télécabine de Pierre Grosse
Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 20/09/2020 et mise à jour le 01/10/2020
(Mise en cache le 12/10/2020)

Ligne et infrastructures de la télécabine de Pierre Grosse

La gare aval

La gare aval de la télécabine de Pierre Grosse est implantée à 2221 mètres d'altitude, dans un large vallon où évolue la piste carrossable de la Fée (qui est une succession de deux pistes bleues en hiver) reliant la Toura au départ du télésiège de la Fée puis au pied de la combe du Thuit. On y accède principalement par le faux plat de la fin de la piste bleue Pierre Grosse 1, qui nécessite d'effectuer un schuss assez long pour ne pas pousser, mais aussi depuis le secteur de la Fée par la piste noire Pierre Grosse 5.

Au niveau technique, il s'agit d'une gare Bartholet à couverture complète assurant la tension dynamique du câble. Elle est équipée de trois pieds dont un massif en béton et deux fûts tubulaires.


Image
Vue en plongée de l'emplacement de la gare aval depuis le bord de la piste noire Pierre Grosse 4.

Image
Vue zoomée.

Image
Vue en plongée de l'emplacement de la gare aval depuis la piste noire Pierre Grosse 5.

Image
Vue en plongée de la gare aval depuis la piste noire Pierre Grosse 5.

Image
Vue en contre-plongée de l'avant de la gare.

Image
Vue de trois quarts de la gare aval.

Image
Vue de côté de la gare aval.

Image
Vue de trois quarts avec le portique d'accès à l'embarquement comprenant également les bornes de validation des forfaits.

Image
Vue arrière.

Image
Vue rapprochée.

Image
Vue opposée avec un pylône du DMC du Jandri Express 2 à l'arrière-plan.

Image
La gare aval avec le pylône 1 vus depuis les premiers mètres de la piste bleue Fée 1.

Image
Vue en contre-plongée avec une cabine sortant de gare depuis le début de la piste bleue Fée 1.

Image
Vue de côté en contre-plongée depuis la piste bleue Fée 1.

Initialement située dans l'axe de la piste d'accès à la télécabine, la zone de déchaussage des skis a été repoussée en faisant pivoter le portique d'accès à la télécabine ainsi que ses validateurs de forfaits d'un angle de 90°. S'ensuit une file en serpentin qui donne accès à la zone d'embarquement située juste avant le contour. En période d'affluence, un préposé à l'embarquement peut également laisser passer des skieurs de la file d'attente dans le contour pour compléter les cabines.

Image
Vue d'ensemble du contour durant la première journée d'exploitation.

Image
Came d'ouverture des portes.

Image
Vue de côté de la zone d'embarquement durant la première journée d'exploitation.

Image
La zone d'embarquement durant la première journée d'exploitation.

Image
Cabine dans le contour.

Image
L'extrémité du contour et la fin de la zone d'embarquement.

Image
Sortie de gare aval.



La ligne

La ligne de la télécabine de Pierre Grosse est très longue et variée, avec un début assez plat suivi de deux montées successives dans des reliefs très accidentés pour finir dans un secteur glaciaire à plus de 3100 mètres d'altitude. La ligne s'élève très rapidement afin de franchir la bifurcation entre la fin de la piste bleue Pierre Grosse 1 et le début de la piste bleue Fée 1. La ligne atteint une hauteur de survol très importante au niveau du pylône 3 où s'ensuit un replat pour rejoindre le relief. À la suite du pylône 4, la pente augmente très fortement dans un terrain où le dévers augmente progressivement. Cette montée se termine au niveau du pylône 6, au sommet d'une barre rocheuse, suivie d'un replat où l'on survole une importante pente en travers pour rejoindre une seconde barre. La ligne entre ensuite dans le clos de Chalance jusqu'au pylône 9 où la montée reprend de plus belle, suivi par le pylône 10 où la pente augmente très fortement. La pente faiblit ensuite jusqu'au pylône 15, où l'on survole la piste rouge Glacier 5 avant d'arriver en gare amont.

Bartholet a équipé la ligne de 17 pylônes dont 1 compression, 4 supports-compressions et 12 supports :

  • P1 : 10C/10C
  • P2 : 8S/10S
  • P3 : 8S/6S
  • P4 : 4SC/4SC
  • P5 : 4SC/4SC
  • P6 : 12S/10S
  • P7 : 10S/8S
  • P8 : 10S/8S
  • P9 : 4SC/4SC
  • P10 : 4SC/4SC
  • P11 : 10S/10S
  • P12 : 10S/8S
  • P13 : 10S/8S
  • P14 : 10S/8S
  • P15 : 6S/6S
  • P16 : 14S/14S
  • P17 : 14S/14S


Image
Vue de la ligne depuis la gare aval.

Image
Demi-tour sur le pylône 1.

Image
P2.

Image
Longue portée vers le pylône 3 au-dessus de la fin de la piste bleue Pierre Grosse 1.

Image
P3.

Image
Tête du pylône 3.

Image
Longue portée vers le pylône 4.

Image
Fin de la portée vers le pylône 4.

Image
P4.

Image
Début d'une longue portée vers le pylône 5.

Image
Fin de la portée vers le pylône 5, la pente commence à être vraiment raide.

Image
P5.

Image
Début de la portée vers le pylône 6 dans une zone rocheuse en fort dévers.

Image
Approche de la barre rocheuse précédant le pylône 6.

Image
Survol de la barre rocheuse.

Image
En se retournant, la vue est imprenable sur Auris-en-Oisans, l'Alpe d'Huez ainsi que les massifs de Belledonne et du Taillefer.

Image
P6.

Image
Portée vers le pylône 7.

Image
Passage d'un nouvel éperon rocheux.

Image
Demi-tour sur cette portée survolant une zone accidentée.

Image
P7.

Image
P8.

Image
Portée vers le pylône 9.

Image
Fin de la portée, la ligne est à présent entrée au cœur du clos de Chalance.

Image
P9.

Image
Tête du pylône 9.

Image
Portée vers le pylône 10.

Image
À mi-portée, on peut observer les nombreuses traces de skieurs empruntant l'itinéraire hors-piste de Chalance effectuant une traversée pour éviter la barre rocheuse traversant la majeure partie de la combe à cet instant.

Image
La ligne s'incline encore en cette fin de portée.

Image
P10.

Image
Tête du pylône 10.

Image
Portée vers le pylône 11.

Image
Au plus fort de la pente, la vue s'élargit encore vers les Grandes Rousses et le massif du Vercors.

Image
P11.

Image
Portée vers le pylône 12.

Image
P12.

Image
Portée vers le pylône 13.

Image
P13.

Image
Portée vers le pylône 14.

Image
P14.

Image
Portée vers le pylône 15.

Image
P15.

Image
Début de la portée vers le pylône 16 et survol de la piste rouge du Glacier 5.

Image
Fin de la portée vers le pylône 16.

Image
P16.

Image
Les pylônes 16 et 17.



La gare amont

Situation générale

La gare amont est située à 3175 mètres d'altitude, sur un promontoire situé une centaine de mètres au nord-ouest du col du Jandri, en surplomb de l'arrivée du télésiège débrayable du Signal. Sa situation offre un accès par gravité aux départs des pistes desservies par le télésiège débrayable du Signal ainsi aux pistes partant du col du Jandri et aux gares avals de l'ascenseur du Glacier et du funiculaire du Dôme Express.
Elle ne permet cependant pas de rejoindre par gravité l'arrivée du DMC du Jandri Express 2 ainsi que le départ des téléskis de Puy-Salié 1 & 2.

Image
Vue depuis la piste rouge Signal 3 de la gare amont de la télécabine de Pierre Grosse, encadrée à gauche par l'arrivée du DMC Jandri Express 2 et à droite par celle du télésiège débrayable du Signal.

Image
Situation de l'arrivée de la télécabine de Pierre Grosse sur le secteur du glacier. La photo est prise depuis la piste bleue Glacier 5 (photo de remontees, infographie par Bovinant).

Image
Situation de la gare de la télécabine de Pierre Grosse par rapport à l'arrivée du télésiège débrayable du Signal. On aperçoit le Vercors ainsi que les prémices des Monts du Vivarais à l'arrière-plan.



Le bâtiment de la gare

La gare amont de la télécabine de Pierre Grosse est insérée dans un imposant bâtiment abritant également un garage à cabines. Cette station assure la mise en mouvement du câble de l'installation. On retrouve également un poste de conduite situé dans le coin du bâtiment, face à la zone de débarquement.
Des portes situées à l'avant du bâtiment, côté ligne, permettent de protéger l'intérieur de la gare, les conditions météorologiques pouvant être particulièrement rigoureuses à cette altitude.

Image
Sortie de la gare amont.

Image
Vue en plongée de la gare amont depuis la piste bleue Jandri 5.

Image
Vue au zoom de la gare amont sur un fond de mer de nuages depuis la piste bleue Puy Salié 1.

Image
Vue arrière de la gare amont.

Image
Vue de trois quarts en se dirigeant vers la gare amont du télésiège débrayable du Signal.

Image
L'avant du bâtiment de la gare amont.

Image
Vue d'ensemble du bâtiment abritant la gare amont depuis le début de la piste rouge Glacier 5.

Image
Vue en contre-plongée de la gare amont avec les deux derniers pylônes depuis le début de la piste rouge Glacier 5.

Image
Vue en contre-plongée depuis la piste rouge Glacier 5.


Intérieur de la gare

On retrouve à l'intérieur du bâtiment une gare motrice fixe Bartholet montée sur trois pieds, sur le même modèle que la gare aval. La sortie vers l'extérieur se fait par deux larges ouvertures pouvant être refermées en-dehors des périodes d'ouverture de l'installation afin de protéger l'intérieur des intempéries.

Image
Entrée en gare amont.

Image
Came d'ouverture des portes en gare amont.

Image
Zone de débarquement des skieurs vue de côté.

Image
Zone de débarquement des skieurs.

Image
Le contour.

Image
Structure supérieure de la gare.



Le garage

Le garage de la télécabine de Pierre Grosse est situé dans le bâtiment abritant la gare amont, côté brin descendant. Un rail équipé d'une poutre à pneus motorisés relie la fin du contour, avant le lanceur, à l'intérieur du garage.
Ce garage est constitué de six voies parallèles où les véhicules sont convoyés à l'aide de poutres à pneus motorisées. Chaque segment de poutre est mis en mouvement par un moto-réducteur distinct.

Image
Vue arrière du bâtiment abritant le garage en se dirigeant vers le funiculaire du Dôme Express et l'ascenseur incliné.

Image
Cabines sur le premier rail en partant de l'entrée du garage située au fond à droite de la photo.

Image
Les deux voies centrales du garage.

Image
Les deux dernières voies.



Véhicules et pinces

La télécabine de Pierre Grosse est équipée de 85 cabines Gangloff « Spacecab 8 » et d'un véhicule de maintenance Bartholet. Ces cabines, ayant une masse à vide de 720 kg, peuvent accueillir 8 personnes assises à la fois. L'assise, en cuir, est très confortable tandis que le logo de la station est brodé sur le dossier d'une place sur deux. Les vitres avant et arrière sont floquées sur la surface inférieure de logos de la station des Deux-Alpes. À réception, l'appareil est exploité depuis son ouverture avec 85 véhicules pour un débit de 2300 personnes/heure, porté à 2400 personnes/heure avec 90 cabines en débit provisoire. Le débit définitif est de 2600 personnes/heure avec une exploitation à 96 véhicules.
Le véhicule de maintenance présente une masse à vide de 587 kg en configuration « transport » et 732 kg en configuration « maintenance ».

Chaque véhicule est relié au câble par le biais d'une unique pince débrayable Bartholet K3. Ces pinces ont la particularité de fonctionner selon le principe de la genouillère et de rester ouvertes en gare.

Image
Cabine en ligne.

Image
Vue en contre-plongée d'une cabine.

Image
Croisement de deux cabines avec le massif du Vercors en arrière-plan.

Image
Croisement de deux cabines avec le massif de Belledonne en arrière-plan.

Image
Les racks à skis sur les portes.

Image
Le logo des Deux-Alpes brodé sur les dossiers des sièges dans les cabines.

Image
Vue détaillée de la suspente et des amortisseurs.

Image
Vue zoomée d'une pince.

Image
Pince vue de dessous.



La télécabine vue depuis les pistes


Image
Vue de la ligne depuis le tout début de la piste d'accès à la gare amont du télésiège débrayable du Signal.

Image
Vue zoomée sur les pylônes 13 à 15 depuis le même endroit.

Image
Vue de la portée entre les pylônes 14 et 15 depuis la piste rouge Glacier 5.

Image
La ligne en amont du pylône 14 vue avec la station d'Auris-en-Oisans et le massif de Belledonne en arrière-plan.

Image
Vue opposée avec le massif des Grandes Rousses sur la droite.

Image
Vue en contre-plongée de la portée entre les pylônes 14 et 15 depuis la piste rouge Glacier 5.

Image
Portée entre les pylônes 13 et 14 vue depuis la piste rouge Glacier 5. On aperçoit en bas de la photo la partie haute du télésiège débrayable de la Fée.

Image
Portée entre les pylônes 13 et 14 vue depuis la piste rouge Glacier 5.

Image
La fin de la ligne vue depuis la piste bleue Glacier 1.

Image
Vue de la montée entre les pylônes 10 et 13 depuis le pied du clos de Chalance.

Image
Vue zoomée de la montée entre les pylônes 6 et 9 depuis les abords de la piste bleue Pierre Grosse 1.

Image
Vue de la section très accidentée entre les pylônes 6 à 8 depuis la piste bleue Pierre Grosse 1.

Image
Enchaînement des pylônes 7 et 8.

Image
Vue zoomée du pylône 6.

Image
Vue entre les pylônes 5 et 7 depuis la piste bleue Pierre Grosse 1.

Image
Le début de la première montée vu depuis la piste bleue Pierre Grosse 1.

Image
La première partie de la ligne vue depuis les abords de la piste bleue Pierre Grosse 1.

Image
Franchissement de l'éperon rocheux au terme de la première forte montée vu depuis les abords de la piste bleue Pierre Grosse 1.

Image
Le début de la ligne vu depuis la fin de la piste bleue Pierre Grosse 1.

Image
Vue de la ligne au pied du pylône 4 depuis la fin de la piste bleue Pierre Grosse 1.

Image
La portée entre les pylônes 2 et 3 vue depuis la fin de la piste bleue Pierre Grosse 1.

Image
Vue de la ligne au pied du pylône 3.

Image
Les deux premiers pylônes.

Image
Vue de la ligne depuis le faux plat permettant de rejoindre la gare aval.

Image
Première partie de la piste noire Pierre Grosse 5.

Image
Vue d'ensemble de la ligne depuis la fin de la piste noire Pierre Grosse 5.

 
Pierre Grosse, une grande réussite
Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 20/09/2020
(Mise en cache le 12/10/2020)

Pierre Grosse, une grande réussite

Confortable, rapide et offrant une vue unique vers les massifs des Grandes Rousses, de Belledonne ou encore du Taillefer, la télécabine de Pierre Grosse offre un nouvel accès commode au glacier sur un tracé inédit, très différent du DMC du Jandri Express 2. À ce titre, il permet d'offrir un second accès offrant des fonctionnalités différentes par rapport aux anciens télésièges débrayables des Glaciers 1 & 2, avec notamment une meilleure desserte des pistes noires Pierre Grosse 3 et 4, une nouvelle liaison vers le glacier depuis le secteur de la Fée, une valorisation de la piste bleue Pierre Grosse 1 et, en bonus, une desserte idéale de l'itinéraire hors-pistes du clos de Chalance.
Même si elle n'offre pas un accès aux téléskis de Puy-Salié 1 & 2, elle permet de rejoindre le funiculaire du Dôme Express et l'ascenseur incliné du Glacier pour rejoindre le dôme de Puy Salié mais aussi l'ensemble des pistes du secteur du Signal, au contraire du DMC du Jandri Express 2.

L'exploitant a donc, à travers cette télécabine, valorisé le secteur de la Fée, offert du ski propre de qualité pour tous les niveaux ainsi qu'un second accès au glacier offrant des possibilités différentes du DMC du Jandri Express 2. Cet appareil, entièrement dédié au ski, devrait demeurer une pièce maîtresse du domaine skiable pour de nombreuses années.


Image
La télécabine de Pierre Grosse, un second ascenseur singulier vers le glacier évoluant dans un secteur grandiose.

Merci à monchu pour le partage de certains clichés historiques et Bovinant pour ses infographies.

Bannière : Bovinant
Texte : Bovinant et remontees.
Photos : remontees
Date des prises de vues (hors clichés des parties « Historique » et « Chantier ») : 18 janvier 2020 et 7 février 2020.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :