Localisation(s)
Photo

 TKD de Beauregard 1

Molines-en-Queyras (Beauregard)

Montaz Mautino

T2 ES
Description rapide :
Le plus vieux et le plus difficile des téléskis de Molines, situé au sommet du secteur.

Année de construction : 1962

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : collonges74
Section écrite le 28/01/2021 et mise à jour le 09/03/2021
(Mise en cache le 09/03/2021)

LE TELESKI DE BEAUREGARD 1
Molines-en-Queyras
Montaz-Mautino - 1962


Image



Bienvenue à Molines !


Molines-en-Queyras est une commune des Hautes-Alpes, située au cœur du massif du Queyras. Elle se trouve à l’intersection entre la route menant au col Agnel, l’un des plus hauts cols routiers des Alpes (2744 mètres) et la route menant à Saint-Véran, plus haute commune d’Europe avec sa mairie à près de 2050 mètres d’altitude. Après avoir compté un bon millier d’habitants au dix-neuvième siècle, la commune de Molines-en-Queyras compte aujourd’hui environ 300 âmes, réparties entre le chef-lieu, à 1750 mètres d’altitude, et plusieurs petits hameaux : la Rua, Gaudissart, Pierre Grosse, Château Renard et Fontgillarde.
L’histoire du ski à Molines commence en 1960 avec la construction d’un premier téléski au-dessus du lieu-dit Clot la Chalpe. Aujourd’hui, le domaine skiable de Molines ne forme plus qu’un avec celui, voisin, de Saint-Véran. On y skie sur une petite trentaine de pistes, exposées majoritairement à l’ouest et au sud-ouest, grâce à une petite quinzaine de remontées mécaniques, dont deux télésièges (à date de 2020).


Découvrez une présentation plus détaillée de la station et de son histoire en cliquant sur le logo ci-dessous :
Image



Beauregard 1 : entre liaison vers Saint-Véran et ski propre


Le téléski de Beauregard 1 est un des premiers téléskis de la station de Molines, puisqu'il fut construit en 1962, la même année que le téléski de l'Orée du Bois. Tandis que celui-ci partait du front de neige de la station pour grimper dans le bois des Amoureux jusqu'à un peu plus de 2000 mètres d'altitude, le téléski de Beauregard partait des environs du sommet du premier téléski pour hisser les skieurs jusqu'au sommet du domaine skiable, à plus de 2000 mètres d'altitude.
Devant le manque de débit qu'il proposait, le téléski de Beauregard fut rénové en 1972, avec notamment le remplacement de sa gare aval par une gare nettement plus capacitaire de type T100. Hélas, malgré cet investissement, l'attente persistait au départ de ce téléski. Pour remédier à cela, il fut décidé de le doubler par un second téléski, au tracé moins difficile toutefois.

Aujourd'hui, le téléski de Beauregard 1 est toujours en place. Son rôle sur le domaine n'a pas changé depuis sa construction : il est chargé de desservir les pistes du haut du domaine, les plus engagées, et d'assurer avec son voisin Beauregard 2 la liaison vers la station voisine de Saint-Véran. Au total, il ne dessert que deux pistes, mais chacune d'entre elles donne ensuite accès à d'autres pistes :
  • La bleue des Lampions, qui se dirige vers Saint-Véran jusqu'au sommet du téléski de Sainte-Marie-Madeleine, avant de revenir vers Molines au sommet du télésiège de la Burge puis jusqu'au départ des téléskis de Beauregard 1 & 2. Depuis cette piste, avant le téléski de Sainte-Marie-Madeleine, on peut décider de bifurquer sur les rouges de la Mandarine ou de Pré Méan, qui recroisent ensuite la piste des Lampions.
  • La noire du Lièvre, qui longe la crête nord-ouest de la Montagne de Beauregard jusqu'à l'orée du Bois des Amoureux, pour finalement redescendre jusqu'au départ des téléskis de Beauregard 1 & 2. Après les deux premiers tiers de la piste, les skieurs peuvent bifurquer sur la piste du Tétras, qui plonge vers le nord jusqu'au secteur de Pierre Grosse, d'où il est possible de poursuivre jusqu'au pied du téléski du Moulin, ou de rejoindre le front de neige de Molines.

D'un point de vue technique, le téléski de Beauregard est un téléski plutôt classique, de configuration classique (motrice aval et tension amont). Il s'agit du téléski le plus difficile de la station, puisqu'il cumule une vitesse assez élevée (3,69 mètres par seconde), un virage assez sec, et une pente très forte immédiatement après ce virage. Comme sur bon nombre de remontées du Queyras construites dans les années 1960 et 1970, les gares et pylônes sont peints en bleu ciel tandis que les poulies sont peintes en noir.


Situation sur le plan des pistes de Molines - Saint-Véran :
Image

Situation sur la carte topographique des lieux :

Image



Caractéristiques de l'appareil


Caractéristiques administratives :

  • Type de remontée : RDP – Téléski à perches débrayables
  • Nom de la remontée : BEAUREGARD 1
  • Exploitant : REGIE DES STATIONS DU QUEYRAS
  • Constructeur : MONTAZ-MAUTINO
  • Année de construction : 1962

Caractéristiques d’exploitation :

  • Saison d’exploitation : Hiver
  • Capacité : 1 personne
  • Débit à la montée : 650 p/h
  • Vitesse d’exploitation : 3,69 m/s
  • Sens de montée : Par la droite

Caractéristiques géométriques :

  • Altitude aval : 1982 m
  • Altitude amont : 2438 m
  • Dénivelé : 456 m
  • Longueur horizontale : 1230 m
  • Longueur développée : 1312 m
  • Pente moyenne : 37,07 %
  • Pente maximale : 60 %

Caractéristiques techniques :

  • Tension : Amont
  • Type de tension : Contrepoids
  • Motrice : Aval
  • Nombre de pylônes : 13
  • Dispositif d'accouplement : Douille auto-coinçante
  • Nombre de suspentes : 128
  • Puissance développée : 92 kW
  • Diamètre poulie motrice : 1750 mm
  • Diamètre poulie retour : 2050 mm

Caractéristiques du câble :

  • Année de pose : 2008
  • Fabricant : CABLES Y ALEMBRES ESPECIALES
  • Composition : 6*7 fils
  • Diamètre : 18 mm
  • Type de câble : Lang à droite
  • Revêtement : Clair
  • Résistance à la rupture : 22834 daN
  • Masse linéique : 1,22 kg/m
  • Pas de câblage : 133 mm
  • Pas de toronage : 57 mm



Ligne et infrastructures du téléski de Beauregard 1


La gare aval

La gare aval du téléski de Beauregard 1 se trouve à 1982 mètres d'altitude, sous le télésiège de la Burge et juste à côté de la gare aval du téléski de Beauregard 2. On trouve ici une classique gare de type T100, assurant le stockage des perches en attente de skieurs, ainsi que la mise en mouvement du câble grâce à un moteur asynchrone d'une puissance de 92 kW. Elle a d'ailleurs la particularité d'être peinte en bleu ciel, avec les poulies et la glissière peintes en noir, selon le schéma de couleur habituel des remontées du Queyras en vigueur jusqu'à la fin des années 1970.



On survole la gare aval ainsi que celle du téléski de Beauregard 2 lorsqu'on emprunte le télésiège de la Burge :
Image

D'un peu plus près. Le téléski de Beauregard 1 est celui de gauche :
Image

Vue en plongée :
Image

Les gares aval depuis le début de la piste des Jockeys :
Image

On voit bien la proximité entre la gare aval et le télésiège de la Burge :
Image

Vue opposée, depuis la piste du Lièvre cette fois-ci :
Image

Vue de profil de la gare aval du téléski de Beauregard 1 :
Image

Vue de trois quarts :
Image

A gauche, Beauregard 1 ; à droite, Beauregard 2 :
Image

Coup d'œil sur le magasin de perches du téléski de Beauregard 1 :
Image

L'ensemble motoréducteur, la poulie de compression d'entrée de gare et la poulie motrice :
Image

Dans la file d'attente :
Image



La ligne


Caractéristiques de la ligne :

  • P1 : C
  • P2 : S-C / S
  • P3 : S-C / S
  • P4 : S-C
  • P5 : S / S
  • P6 : S / S
  • P7 : S / S
  • P8 : S / S
  • P9 : Virage à l'endroit
  • P10 : S-C / S-C
  • P11 : S / S
  • P12 : S / S
  • P13 : S / S
S = poulie support
C = poulie compression
S-C = balancier support-compression



En avant sur la ligne avec le premier pylône, immédiatement en sortie de gare aval. Il s'agit du seul pylône commun aux deux téléskis :
Image

Portée P1-P2 :
Image

Le deuxième pylône met un terme à cette première côte :
Image

Portée P2-P3 :
Image

P3 :
Image

Portée P3-P4 :
Image

Le quatrième pylône est un des deux seuls pylônes à ne supporter que le brin montant, l'autre étant le premier :
Image

Assez raide portée P4-P5 :
Image

Le P5 :
Image

P5-P6 :
Image

P6 :
Image

Portée entre les sixième et septième pylônes :
Image

P7 :
Image

Portée vers le huitième pylône. La pente reste modérée :
Image

On approche du P8 :
Image

La couleur grise du haut du P8, tranchant avec la couleur bleu ciel des autres pylônes, trahit son origine. Il s'agit de l'ancien troisième pylône du téléski de la Lauze Supérieure, à Aiguilles :
Image

La portée P8-P9 est plutôt peu pentue, et précède de peu l'arrivée du téléski de Beauregard 2 :
Image

Le P9 imprime à la ligne à la fois sa plus forte montée et un virage à gauche. Il est relié au neuvième pylône du téléski de Beauregard 2 par un fût horizontal :
Image

Vue arrière sur le portique formé par les deux pylône, avec la Crête de la Roche Arnaude en toile de fond, qui culmine à 2801 mètres d'altitude :
Image

Raide portée P9-P10 :
Image

P10, la pente va s'accentuer encore un peu :
Image

Portée P10-P11. La ligne atteint ici son inclinaison maximale :
Image

P11 :
Image

Portée P11-P12 :
Image

Le douzième pylône met un terme à cette rude montée :
Image

Portée P12-P13. On aperçoit déjà la gare amont :
Image

Le treizième et dernier pylône :
Image



La gare amont


La gare amont du téléski de Beauregard 1 se dresse à 2438 mètres d'altitude, sur la crête de la montagne de Beauregard. On retrouve ici une classique poulie flottante, reliée à un contrepoids situé derrière un poussard tubulaire, assurant ainsi la tension du câble.


L'aire de lâcher des perches se trouve juste après le dernier pylône :
Image

Autre vue de cette zone, avec la Pointe des Marcelettes (2900 mètres) en arrière-plan :
Image

Vue de trois quarts :
Image

De l'autre côté. Le jour où les photos du présent reportage ont été prises, une opération de maintenance était en cours sur l'appareil,
ce qui explique la présence de mécaniciens de la station sur la poulie flottante :
Image

Vue en plongée de la gare amont depuis la crête de la montagne de Beauregard :
Image

Vue plus éloignée de la gare et de la zone d'arrivée depuis le début de la piste des Lampions :
Image



Quelques vues de la ligne depuis les pistes


Le douzième pylône, avec de gauche à droite en arrière-plan la Pointe des Avers (3089 mètres), la Pointe des Marcelettes (2900 mètres), la Tête de Jaquette (2757 mètres) et la Roche des Clots (2801 mètres) :
Image

Vue sur le haut de la ligne depuis la piste du Lièvre :
Image

Le virage depuis le téléski de Beauregard 2 :
Image

Ce même pylône est ici vu depuis l'aire d'arrivée du téléski de Beauregard 2 :
Image



Un téléski encore adapté


Près d'une soixantaine d'années après sa mise en service, le téléski de Beauregard 1 connaît une fréquentation moins importante que son voisin, du fait de sa plus grande difficulté. Cela ne l'empêche toutefois pas d'être bien chargé lors des vacances scolaires, à tel point qu'y faire la queue n'est pas rare. Aucun projet de remplacement ne semble être à l'ordre du jour pour l'instant : ce vénérable téléski devrait donc rester en place et tourner encore de nombreuses années !


Les deux derniers pylônes, avec l'imposant Pic de Rochebrune au loin (3321 mètres) :
Image



------------------------------------------------

Ainsi se termine ce reportage.
Merci de l’avoir lu et à bientôt !

(c) – Mars 2021 – l'alexois & collonges74 - Tous droits réservés – Modification ou reproduction interdites sans l’accord des auteurs.

Photos : l'alexois
Textes, bannière et mise en page : collonges74
Photos prises le 1er janvier 2020



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :