En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus


Localisation(s)
Photo



 
Auteur de ce reportage : alspace
Section écrite le 21/04/2018 et mise à jour le 14/12/2020
(Mise en cache le 14/12/2020)

Image



Au sommaire de ce reportage :
  1. Valmorel
  2. Historique : le développement de Valmorel et de la combe de Beaudin
  3. Arenouillaz 1 & 2, entre ski facile et liaisons
  4. Ligne et infrastructures des téléskis de l'Arenouillaz 1 et 2
  5. Arenouillaz 1 et 2, des téléskis très importants


Valmorel

Valmorel est une station de ski située en vallée de Tarentaise, entre 1218 mètres d'altitude à la Charmette et 2400 mètres d'altitude au col du Mottet, au sommet du télésiège éponyme.
On y trouve 32 remontées mécaniques qui desservent 56 pistes dont 5 noires, 11 rouges, 26 bleues et 14 vertes. Grâce au Grand Domaine, il est possible de rejoindre skis aux pieds Saint François Longchamp, totalisant ainsi 90 pistes desservies par 48 remontées mécaniques. La station s’intègre très bien dans son environnement, grâce à une architecture très soignée et réglementée.

Image
^^ Découvrez une présentation plus détaillée de Valmorel en cliquant sur le logo ^^


Historique : le développement de Valmorel et de la combe de Beaudin

La station de Valmorel a ouvert en 1976 sur les alpages de Planchamp. Le télésiège de Beaudin a été construit au départ de deux résidences de tourisme construites pour l'occasion. Dans le même temps, le téléski de Montagne de Tête a été installé entre le lieu-dit des Guillots et de sommet des Lanchettes. Des pistes bleues et rouges étaient desservies et la liaison avec la station de Doucy-Combelouvière a été ouverte. Pour rentrer sur Valmorel depuis Doucy, il était nécessaire d'emprunter une chaîne de cinq téléskis.

Image
L'arrivée du télésiège de Beaudin (D.R).


En 1977, la combe accessible depuis le sommet du télésiège de Beaudin a été équipée d'un téléski : l'Arenouillaz. Ce long appareil de plus de 1600 mètres dessert des pentes assez faciles qui ont été rapidement prises d'assaut par les skieurs débutants. C'est pourquoi, dès 1980, le premier téléski de l'Arenouillaz a été doublé sur sa gauche par un appareil identique.

Image
La partie intermédiaire du tracé du téléski de l'Arenouillaz avant son doublement (D.R).

Image
Le haut de la combe de Beaudin avec le téléski de l'Arenouillaz (D.R).

Image
Le doublement du téléski de l'Arenouillaz en 1980.


La fréquentation dans la combe de Beaudin a continué sa hausse, et, rapidement, les deux téléskis de l'Arenouillaz s'en trouvaient saturés. En effet, depuis l'ouverture de la liaison avec Saint François Lonchamp via le col de la Madeleine en 1985, la fréquentation de l'Arenouillaz augmentait extrêmement vite car ils étaient le seul accès au télésiège de la Madeleine depuis Valmorel. C'est pourquoi en 1989 le télésiège de la Biollène est venu compléter le dispositif. Reprenant le départ et l'arrivée des téléskis de l'Arenouillaz, son tracé était plus court en distance mais sa vitesse étant plus basse, le temps de montée a été rallongé par rapport aux téléskis. Par la même occasion, les poulies flottantes des téléskis de l'Arenouillaz ont été remplacées par des stations retour tension de type "lâcher sous poulie" afin de sécuriser les croisements des skieurs entre les arrivées de Biollène et de l'Arenouillaz.

Image
La gare amont du télésiège de la Biollène (cliquez sur l'image pour afficher le reportage).


En 1994, le téléski du Morel a ouvert une liaison directe entre le secteur de Gollet-Mottet et la combe de Beaudin sans passer par la station de Valmorel. La combe de Beaudin et ses appareils se retrouvaient alors encore plus utilisés.

Image
La ligne du téléski du Morel en 2014 (cliquez sur l'image pour afficher le reportage).


En 1997, le télésiège de Beaudin a été remplacé par un télésiège débrayable 4 places : l'Altispace. Malgré la présence de trois appareils dans la combe de Beaudin, la saturation des appareils était de plus en plus courante. En 1998, un troisième téléski a été installé dans la partie haute de la combe, entre l'arrivée du téléski du Morel et le sommet de l'Arenouillaz : le Péclet.

Image
La gare amont du télésiège de l'Altispace en 2015 (cliquez sur l'image pour afficher le reportage).


La chaîne des téléskis du Morel et de Péclet ne se révélant pas assez performante, le Domaine Skiable de Valmorel a décidé de démonter le téléski de Péclet en 2005 en vue de son remplacement (avec le téléski du Morel) l'été suivant par un télésiège débrayable. Finalement, suite à un accident sur le télésiège de la Madeleine, le projet du Morel a été suspendu pour rénover en urgence l'axe de la Madeleine.
C'est finalement en 2011 que le téléski du Morel a été arrêté définitivement pour laisser place à un télésiège débrayable 6 places.

Image
L'arrivée du télésiège du Morel en 2014 (cliquez sur l'image pour afficher le reportage).



Arenouillaz 1 & 2, entre ski facile et liaisons

Les téléskis de l'Arenouillaz 1 et 2 reliaient le bas de la combe de Beaudin au sommet de l'Arenouillaz et étaient doublés par le télésiège de la Biollène. Ils étaient facilement accessibles depuis la station de Valmorel tant par le télésiège de l'Altispace - par la piste de la Combe de Beaudin - que par le télésiège des Lanchettes via la piste bleue de Gelaz.
Ces téléskis desservaient principalement deux pistes de niveau intermédiaire dans la combe de Beaudin : les pistes de la Combe de Beaudin et de l'Arenouillaz. Au niveau des nouvelles glisses, ces appareils donnaient aussi accès au Snow Park des Pirates (via la piste de la Combe de Beaudin) et au boardercross des Pirates dont le départ se trouvait entre les gares amont des téléskis de l’Arenouillaz et du télésiège de la Biollène.

Enfin, Arenouillaz assuraient la liaison avec le secteur de la Madeleine et Saint François Longchamp depuis le bas de la combe de Beaudin. Pour ce rôle de liaison, ces téléskis et le télésiège de la Biollène étaient très utilisés car ils étaients les seuls appareils permettant de rejoindre Saint-François depuis Doucy et les Lanchettes. De plus, en arrivant de l'Altispace, ils étaient mieux mis en valeur que le télésiège débrayable du Morel qui donnait aussi sur la Madeleine car ce dernier était moins visible que les appareils de la combe de Beaudin.

Les téléskis de l'Arenouillaz desservaient les pistes suivantes :

→ Versant du secteur de Beaudin :

  • La piste bleue de la Combe de Beaudin.
  • La piste bleue de l'Arenouillaz.
  • La piste bleue Retour Valmorel.
  • La piste bleue de la Biollène.
  • La piste bleue du Stade II.
  • La piste bleue de la Combe du Morel.
  • La piste bleue de la Froide.
  • Le boardercross des Pirates.
  • Le snowpark des Pirates.


→ Versant secteur de la Madeleine :

  • La piste bleue de la Valette.
  • La piste bleue du Mucillon.
  • La piste rouge de l'Eau Rousse.

Image
Situation du téléski de l'Arenouillaz 1 et 2 sur le plan des pistes de Valmorel.



Voici donc les caractéristiques de ces appareils :

Caractéristiques administratives

TKD-Téléski à perches découplables : ARENOUILLAZ 1 | ARENOUILLAZ 2
Maître d'oeuvre : CETARM 73 | DCSA
Exploitant : DSV (Domaine Skiable de Valmorel)
Constructeur : MONTAZ-MAUTINO
Année de construction : 1977 | 1980
Année de démontage : 2020

Caractéristiques d’exploitation

Saison d’exploitation : Hiver
Capacité : 1 personne
Débit à la montée : 870 personnes/heure
Vitesse d’exploitation : 3,6 m/s
Sens de la montée : Par la gauche | Par la droite

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 1730 m
Altitude amont : 2026 m
Dénivelé : 296 m
Longueur développée : 1670 m
Pente maximale : 28 % | 30 %
Temps de trajet : 7 minutes 44 secondes

Caractéristiques techniques

Type de gare motrice : T.150 D.A
Emplacement motrice : Aval
Type de motorisation : Asynchrone
Puissance développée : 92 kW
Diamètre de la poulie motrice : 1600 mm
Type de gare amont : LSP 9T
Emplacement tension : Amont
Type de tension : Hydraulique
Tension nominale : 8377 daN
Pression nomianle : 142 bar
Diamètre de la poulie retour : 3600 mm
Nombre de pylônes : 15 | 17
Nombre de virages : 2 | 3
Angle de dérivation : 32°

Caractéristiques des véhicules

Nombre de véhicules : 213 | 221
Espacement : 4 secondes
Dispositif d’accouplement : Douille auto-coinçante Montaz-Mautino

Caractéristiques des câbles

Date de pose : 1991 | 2001
Diamètre : 18 mm
Type de câblage : ? | Lang à droite
Type d'âme : Autre | Textile
Composition : ? | 6x7 fils
Résistance à la rupture : 21 000 daN | 25 530 daN


Ligne et infrastructures des téléskis de l'Arenouillaz 1 et 2

Les gares aval

Les gares aval des téléskis débrayables de l'Arenouillaz 1 et 2 étaient situées à 1730 mètres d’altitude, entre les départs du téléski de Gelaz et le télésiège de la Biollène. Elles étaient ainsi très facilement accessibles depuis l'arrivée du télésiège de l'Altispace tant depuis la piste bleue de la Combe de Beaudin que du secteur des Lanchettes par la piste de Gelaz.
On retrouvait des gares motrice fixe T.150 D.A fournies par Montaz-Mautino.

Image
Vue générale du front de neige de la combe de Beaudin depuis la piste bleue de Gelaz.

Image
Zoom sur les gares aval des téléskis de l'Arenouillaz.

Image
Vues depuis le front de neige de la combe de Beaudin.

Image
Les gares aval dans leur environnement vues de la piste bleue de l'Arenouillaz.

Image
Vues depuis la piste bleue de la Biollène.

Image
Zoom.

Image
Vues de trois quarts avant.

Image
De plus près depuis le télésiège de la Biollène.

Image
Vue en contre-plongée depuis la zone d'embarquement du télésiège de la Biollène.

Image
Vues de trois quarts arrière depuis la file d'attente du télésiège de la Biollène.

Image
Zoom sur les gares aval depuis le sommet de l'Altispace.

Image
Les gares aval vues depuis la piste bleue de la Combe de Beaudin.

Image
Vues de trois quarts avant.

Image
Vues de profil.

Image
Vues de trois quarts arrière.

Image
Vues depuis des files d'attente.


Au niveau technique, les gares aval assuraient la mise en mouvement des câbles grâce à un moteur asynchrone de 92 kW chacune. Le moteur était relié au réducteur par un cardan. Ce réducteur réduisait la vitesse de rotation donnée par le moteur pour la transmettre à la poulie motrice, placée juste sous le réducteur.

Image
Le moteur de l'Arenouillaz 2.

Image
La poulie motrice de l'Arenouillaz 2.


En plus de mettre en mouvement les câbles, les gares aval assuraient aussi le stockage des perches dans des glissières. Les perches étaient désaccouplées du câble en entrée de glissière et venaient se ranger les unes derrière les autres.
En fin de glissière, on retrouvait classiquement un double déclencheur qui permettait de ne sélectionner qu'une seule perche à la fois. Malgré la présence d'un départ automatique, le conducteur était très souvent présent au moment du départ pour assister la prise de la perche par les clients.

Image
La glissière de l'Arenouillaz 2.

Image
Le double déclencheur et la poulie de sortie de gare sur le téléski de l'Arenouillaz 2.

Image
Le déclencheur de départ automatique lorsqu'un client prend la perche vers lui. Photo prise sur l'Arenouillaz 1.

Image
Les manettes du double déclencheur avec sur la gauche le boitier permettant de passer du mode automatique au mode manuel ainsi que l'arrêt d'urgence (Arenouillaz 1).

Image
La poulie de sortie de gare sur l'Arenouillaz 1.

Image
Retour sur les gares aval.



Les lignes

Les lignes des téléskis de l'Arenouillaz 1 et 2 étaient longues de 1670 mètres. La montée se résumait par de courtes pentes successives entrecoupées de plats sur la partie basse des lignes. Entre les deux virages, la pente était assez faible et constante. Enfin l'ouvrage 14-16 imprimait la dernière pente, la plus forte des lignes, avant les arrivées.

Montaz-Mautino avait équipé la ligne d'Arenouillaz 1 de 15 pylônes et Arenouillaz 2 de 17 ouvrages :

    Arenouillaz 1 | Arenouillaz 2
  • P1 : C/- | C/-
  • P2 : S/S+Dispositif d'aide à la réduction de la largeur de la voie | S/S+Dispositif d'aide à la réduction de la largeur de la voie
  • P3 : SC/- | SC/-
  • P4 : SC/- | SC/-
  • P5 : S/S | S/S
  • P6 : C/- | C/-
  • P7 : S/S | S/S
  • P8 : SC/- | SC/-
  • P9 : S/S | S/S
  • P10 : S+Virage endroit/Virage envers | S/-
  • P11 : SC/S | Virage envers/S+Virage endroit
  • P12 : S+Virage endroit/Virage envers | SC/S
  • P13 : SC/SC | S/-
  • P14 : SC/- | Virage envers/S+Virage endroit
  • P15 : SC/- | SC/SC
  • P16 (seulement Arenouillaz 2) : SC/-
  • P17 (seulement Arenouillaz 2) : S+Virage endroit/-

Image
Les lignes vues du sommet des Lanchettes.

Image
P1.

Image
Portée vers les pylônes 2.

Image
P2.

Image
Portée vers le pylône 3.

Image
P3.

Image
Portée vers le pylône 4.

Image
P4.

Image
Portée vers les pylônes 5.

Image
P5.

Image
Portée vers le pylône 6.

Image
P6.

Image
Portée vers les pylônes 7.

Image
P7.

Image
Portée vers le pylône 8.

Image
P8.

Image
Portée vers les pylônes 9.

Image
P9.

Image
Portée vers les pylônes 10.

Image
P10.

Image
Zoom sur le virage de l'Arenouillaz 2.

Image
Portée vers les pylônes 11.

Image
Les pylônes 11 (pour Arenouillaz 1) et 11-12 (pour Arenouillaz 2).

Image
Portée vers les pylônes 12 (Arenouillaz 1) et 13 (pour Arenouillaz 2).

Image
Les pylônes 12 (pour Arenouillaz 1) et 13-14 (pour Arenouillaz 2).

Image
Zoom sur le virage de l'Arenouillaz 1.

Image
Portée vers les pylônes 13 (Arenouillaz 1) et 15 (pour Arenouillaz 2).

Image
Les pylônes 13 (pour Arenouillaz 1) et 15 (pour Arenouillaz 2).

Image
Portée vers les pylônes 14 (Arenouillaz 1) et 16 (pour Arenouillaz 2).

Image
Les pylônes 14 (pour Arenouillaz 1) et 16 (pour Arenouillaz 2).

Image
Courte portée vers les pylônes 15 (Arenouillaz 1) et 17 (pour Arenouillaz 2).

Image
Les pylônes 15 (pour Arenouillaz 1) et 17 (pour Arenouillaz 2).

Image
Détail du virage du pylône 17 de l'Arenouillaz 2.

Image
Portée vers les gares amont.



Les gares amont

Les gares amont étaient situées à 2026 mètres d’altitude, sur le sommet de l'Arenouillaz. A proximité de ces stations, on retrouvait l'arrivée du télésiège de la Biollène et un peu plus haut les gares amont du télésiège débrayable du Morel ainsi que des téléskis de la Valette et des Sources.

Image
Approche des gares amont.

Image
Entrée en gare amont de l'Arenouillaz 2.

Image
La gare d'Arenouillaz 2 de trois quarts arrière.

Image
La gare d'Arenouillaz 1 de trois quarts arrière.

Image
La gare d'Arenouillaz 1 vue de l'arrière.

Image
Vue de profil.

Image
Vue d'un peu plus bas.

Image
Les gares amont vues depuis le télésiège de la Biollène.

Image
Vue en contre-plongée sur les gares depuis le boardercross des Pirates.

Image
De plus bas.

Image
Vues depuis l'arrivée du télésiège de la Biollène.

Image
Vues depuis l'arrivée du télésiège du Morel.

Image
Vue arrière de la gare d'Arenouillaz 2.

Image
Vues de trois quarts arrière en descendant vers la piste bleue de la Combe de Beaudin.

Image
Vues de côté.

Image
Vues en contre-plongée depuis la Combe de Beaudin.

Image
Zoom sur les gares amont depuis le télésiège du Morel.


On retrouvait deux lâchers sous poulie 9 tonnes fournis par Poma en 1989. Ces lâchers sous poulie assuraient premièrement la tension des câbles grâce à un vérin hydraulique chacun. Ces vérins étaient contrôlés chacun par une centrale hydraulique.

Image
La centrale hydraulique d'Arenouillaz 1.

Image
Le botier des commandes.

Image
Le vérin hydraulique.

Image
La poulie retour.


En plus de mettre en tension les câbles, les stations amont assuraient aussi le débrayage des véhicules lors de leur entrée en gare pour faciliter le lâcher des perches par les clients. Les perches étaient désaccouplées du câble en entrée de débrayeur et étaient trainées jusqu'à la sortie de ce dernier par une chaîne de trainage. Cette chaîne était mise en route grâce à une prise de mouvement sur la poulie d'entrée de gare.

Image
Le système de débrayage des perches de l'Arenouillaz 1.

Image
La prise de mouvement de la chaîne de trainage du système de débrayage sur l'Arenouillaz 2.



Véhicules et pinces

Les téléskis de l'Arenouillaz 1 et 2 étaient équipés respectivement de 213 et 221 perches télescopiques. Elles étaient reliées au câble par des douilles auto-coinçantes Montaz-Mautino.

Image
Une perche en ligne sur le téléski de l'Arenouillaz 2.

Image
Une douille auto-coinçnate.



Vues depuis les pistes

Image
La fin des lignes depuis les arrivées.

Image
La fin des lignes à partir des pylônes 13 et 15.

Image
Les lignes entre les deux virages.

Image
Le second virage des téléskis.

Image
Les lignes après les premiers virages.

Image
Les lignes entre les pylônes 7 et 8.

Image
Les lignes entre les pylônes 6 et 7.

Image
Vue vers les pylônes 5.

Image
Les pylônes 4 et 5 depuis la piste bleue de la Biollène.

Image
La fin des lignes depuis le sommet de l'Altispace.

Image
La ligne vue depuis le haut de la Combe de Beaudin.

Image
Les derniers mètres des téléskis.

Image
Vue vers l'aval depuis le même endroit.

Image
Les téléskis de l'Arenouillaz à partir des premiers virages.

Image
Les pylônes 9 vus de profil.

Image
Vue vers l'aval.

Image
Les lignes entre les pylônes 8 et 9 depuis la piste bleue de la Combe de Beaudin.

Image
Les téléskis jusqu'aux pylônes 7.

Image
Les lignes jusqu'aux pylônes 5.

Image
De plus bas.

Image
Les lignes à partir des pylônes 3.

Image
Le début des lignes.



Arenouillaz 1 et 2, des téléskis très importants

Les téléskis de l'Arenouillaz étaient donc des appareils importants car ils permettaient de gagner le sommet de l'Arenouillaz depuis le bas de la Combe de Beaudin. Ils étaient doublés par le télésiège de la Biollène, moins rapide mais plus confortable pour les débutants. Ils étaient très empruntés par les écoles de ski.
Après plus de 40 ans de carrière en 2020, les téléskis de l'Arenouillaz ont été démontés en même temps que le remplacement du téléporté de la Biollène par un télésiège débrayable 6 places, identique à celui installé en 2018 pour rénover l'axe du Mottet. Le tracé du nouveau télésiège de la Biollène a été rallongé de quelques mètres par l'aval afin de faciliter l'accès au départ de ce dernier depuis les différentes pistes qui débouchent sur le front de neige de la Combe de Beaudin.

Image
Arenouillaz 1 & 2, des téléskis historiques de Valmorel démontés au nom de la modernité...


Je tiens à remercier l'alexois pour ses photos et Valmo* pour le partage de son cliché du doublement du téléski de l'Arenouillaz.

Bannière : Alspace
Texte et mise en page : Alspace
Photos : Alspace et l'alexois
Date des photos (hors historique) : 12 février 2015 ; 11-13 juillet 2016 et 15 mars 2020.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :