Localisation(s)
Photo

 TKD de la Colette

Abriès (Haut-Guil)

Montaz Mautino

T2 ES
Description rapide :
Un des trois téléskis du haut du domaine d'Abriès, à l'histoire assez chargée.

Année de construction : 1971

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : collonges74
Section écrite le 08/06/2020 et mise à jour le 21/09/2020
(Mise en cache le 21/09/2020)

LE TELESKI DE LA COLETTE
Abriès
Montaz-Mautino - 1971


Image



Bienvenue à Abriès !


Abriès-Ristolas est une commune des Hautes-Alpes, située dans la vallée du Guil, au fin fond du massif du Queyras. La commune qui compte environ 400 âmes, est issue de la fusion en 2019 entre les communes d'Abriès et de Ristolas.
C'est la commune la plus orientale des Hautes-Alpes (elle se trouve par ailleurs tout près de la frontière franco-italienne), et se trouve à environ une heure de Briançon, 40 minutes de Guillestre, 1h30 de Gap et 3 heures 15 de Marseille.
La commune d'Abriès-Ristolas propose deux domaines skiables : celui de Ristolas et celui d'Abriès. Ce dernier se trouve au-dessus du chef-lieu de la commune, Abriès, sur les flancs occidentaux du Gilly, sommet culminant à 2469 mètres et surplombant le village. Le domaine skiable est composé d'une quinzaine de pistes étalées entre 1550 et 2400 mètres d'altitude, desservies par cinq remontées mécaniques.


Le front de neige d'Abriès depuis le domaine skiable (cliquez sur ce cliché pour consulter une présentation détaillée de la station) :
Image



Le téléski de la Colette, appareil historique d'Abriès


Si le ski à Abriès commence dès les années 1930 avec la construction d'un téléski artisanal en 1931, il faut attendre 1960 pour que soit lancé le premier plan d'aménagement du flanc ouest de la montagne de Gilly, qui surplombe la village.
A cette occasion, un petit téléski à perches fixes, baptisé "Tempanel", voit le jour à côté du village. Une importante extension du domaine fut ensuite réalisée en 1962, grâce à la construction du télésiège de Gilly. Celui-ci, un des premiers du genre en France et livré par Pomagalski, était équipé de sièges biplaces, et partait du village pour atteindre l'altitude d'environ 2150 mètres.
Mais le télésiège de Gilly ne fut pas le seul appareil à voir le jour cette année-là, puisque le domaine fut aussi étendu vers le sommet de Gilly, avec la construction d'un téléski baptisé "Colette", situé dans le prolongement du télésiège. Ce dernier permettait d'atteindre l'altitude de 2350 mètres, après un tracé assez raide ponctué de deux virages.

Le domaine skiable d'Abriès à la fin des années 1960 :
Image

Le premier téléski de la Colette, dans les années 1960 (D.R) :
Image


Ce premier téléski de la Colette ne resta cependant pas très longtemps en place, puisqu'il fut démonté dès 1971 pour être remplacé par un téléski plus moderne sur un tracé moins délicat : alors que le premier téléski comptait deux virages, le téléski de 1971 monte en ligne droite pour arriver légèrement au-dessus de la Colette de Gilly. L'année suivante, en 1972, un nouveau téléski (le Ruibon) voit le jour au nord du domaine, pour desservir de nouvelles longues pistes rouges en forêt. Le domaine reste par la suite inchangé pour une grosse dizaine d'années.

Le domaine d'Abriès à l'aube des années 1980 :
Image


Tout (ou presque !) fut remodelé en 1984, avec d'importants réaménagements du domaine. Tout d'abord, le télésiège de Gilly fut raccourci par l'amont, avec une arrivée ramenée au niveau de l'ancienne gare intermédiaire (celle-ci est dès lors démontée). Cependant, du fait de ce raccourcissement, le départ du téléski de la Colette devenait inaccessible. Ce téléski fut donc rallongé par l'aval, avec un nouveau départ au niveau de la nouvelle arrivée du télésiège de Gilly. Dans la foulée, le téléski de la Colette se verra équipé d'une nouvelle gare aval, l'ancienne étant devenue trop petite pour accueillir toutes les perches nécessaires à son fonctionnement. L'ancienne gare, quant à elle, sera réutilisée dans le cadre de la construction d'un nouveau téléski au sud du domaine, baptisé Aiguiller.


Du ski propre à l'état pur


Le téléski de la Colette tel qu'on le connaît aujourd'hui date donc de 1984. Il tire son nom du col à côté duquel se trouve son arrivée, la Colette de Gilly.
Il est directement accessible à la sortie du télésiège de Gilly, et fait partie des trois longs téléskis que compte le haut du domaine d'Abriès. Il n'a qu'une fonction sur le domaine, mais celle-ci est de taille, ce qui lui procure une fréquentation généralement assez importante. Cette fonction est donc de desservir deux espaces de ski propre, tous deux d'excellente qualité. Le premier se trouve sur le même versant que celui sur lequel se trouve le téléski de la Colette, et propose des pistes rouges (les pistes de la Colette, du Stade et du Vallon et bleues (les pistes de la Lauze et du Viso, qui longent le téléski de l'Aiguiller) moyennement longues mais assez larges et dotées d'un panorama ouvert sur la vallée du Guil. Le deuxième, quant à lui, se trouve de l'autre côté de la Colette de Gilly, et est composé de la très longue piste rouge de Valpréveyre, plongeant dans la vallée du même nom. Aucune remontée n'étant implantée dans cette vallée, les skieurs doivent ensuite se laisser glisser jusqu'à la chapelle Saint Barthélemy, au pied du hameau du Roux, où une navette ramène les skieurs jusqu'au front de neige d'Abriès avec une cadence à la demi-heure.

Côté technique, le téléski de la Colette ne présente pas de particularité notable. Sa ligne est plutôt longue, évolue au coeur des mélèzes et est composée d'un mélange entre des pylônes datant du tout premier téléski de la Colette (reconnaissables à leur couleur ocre du plus bel effet) et des pylônes datant de l'allongement de l'appareil en 1984. Avec une pente maximale de 50% et une pente moyenne de près de 31%, ce téléski est classé comme "difficile", même s'il est nettement plus facile que le téléski du Ruibon, dans la même station.


Situation sur le plan des pistes d'Abriès :
Image

Situation sur la carte topographique des lieux :

Image



Caractéristiques de l'appareil


Caractéristiques administratives :

  • Type de remontée : RDP – Téléski à perches débrayables
  • Nom de la remontée : COLETTE
  • Exploitant : REGIE DES STATIONS DU QUEYRAS
  • Constructeur : MONTAZ-MAUTINO
  • Maître d'oeuvre : ERIC
  • Année de construction : 1971 (rallongé et modifié en 1984)

Caractéristiques d’exploitation :

  • Saison d’exploitation : Hiver
  • Capacité : 1 personne
  • Débit à la montée : 800 p/h
  • Vitesse d’exploitation : 3,2 m/s
  • Sens de montée : Par la gauche

Caractéristiques géométriques :

  • Altitude aval : 2019 m
  • Altitude amont : 2363 m
  • Dénivelé : 344 m
  • Longueur développée : 1165 m
  • Longueur horizontale : 1110 m
  • Pente moyenne : 31 %
  • Pente maximale : 50 %

Caractéristiques techniques :

  • Tension : Amont
  • Type de tension : Hydraulique
  • Motrice : Aval
  • Nombre de pylônes : 14
  • Dispositif d'accouplement : Douille auto-coinçante
  • Nombre de suspentes : 162
  • Puissance développée : 92 kW
  • Diamètre poulie motrice : 1650 mm
  • Diamètre poulie retour : 3400 mm

Caractéristiques du câble :

  • Année de pose : 2015
  • Fabricant : C.Y.A.E.S.A.
  • Composition : 6*7 fils
  • Diamètre : 18 mm
  • Type de câble : Lang à droite
  • Revêtement : Clair
  • Résistance à la rupture : 22507 daN
  • Masse linéique : 1,22 kg/m
  • Pas de câblage : 133 mm
  • Pas de toronage : 57 mm



Ligne et infrastructures du téléski de la Colette


La gare aval


La gare aval du téléski de la Colette se trouve à 2019 mètres d'altitude, à quelques dizaines de mètres de l'arrivée du télésiège de Gilly. On trouve ici une classique gare de type T100, assurant le stockage des perches en attente de skieurs, ainsi que la mise en mouvement du câble grâce à un moteur d'une puissance de 92 kW.


Premier aperçu de la gare aval en arrivant par La Viso, desservie par le téléski de l'Aiguiller :
Image

En se rapprochant progressivement. On distingue à gauche l'arrivée du télésiège de Gilly :
Image

Le départ du téléski de la Colette est immédiatement accessible depuis la sortie du télésiège de Gilly :
Image

La zone d'implantation de la gare aval dans son ensemble, avec le mur final de la piste de la Colette à gauche :
Image

Vue arrière :
Image

Vue en contre-plongée du haut de la gare :
Image

Vue de profil depuis la file d'attente :
Image

Sur le chalet de commandes du téléski figurent les informations à destination des skieurs :
Image

On accède au départ en longeant la gare aval par la gauche :
Image

Dernier coup d'oeil sur la gare aval depuis la première portée :
Image



La ligne


Caractéristiques de la ligne :

  • P1 : S/S
  • P2 : S-C/S-C
  • P3 : S/S
  • P4 : C/-
  • P5 : S/S
  • P6 : S-C/-
  • P7 : S/S-C
  • P8 : C
  • P9 : S/S-C
  • P10 : S/S-C
  • P11 : C
  • P12 : S/S-C
  • P13 : C
  • P14 : S/S

S = poulie support
C = poulie compression
S-C = balancier support-compression



Coup d’œil sur le début de la ligne depuis la gare aval :
Image

En avant sur la ligne avec la portée vers le premier pylône :
Image

P1, récupéré du haut du téléski avant qu'il ne soit raccourci :
Image

Portée P1-P2 :
Image

P2 :
Image

Portée P2-P3 :
Image

P3, la pente s'adoucit peu à peu :
Image

Portée P3-P4 :
Image

P4, premier pylône compression de la ligne :
Image

Nouvelle portion plus raide entre les pylônes 4 et 5 :
Image

P5, au sommet de la côte :
Image

Portée P5-P6. Avant d'être déplacée vers l'aval en 1984, la gare de départ du téléski de la Colette partait d'ici :
Image

P6 :
Image

Portée P6-P7 :
Image

P7 :
Image

Au cours de la portée entre les pylônes 7 et 8, on croise un raccord entre les pistes du Vallon et de la Colette :
Image

P8, deuxième compression :
Image

Longue portée P8-P9 :
Image

P9 :
Image

Portée P9-P10 :
Image

Le P10 met un terme à cette assez longue portion de montée modérée :
Image

Portée P10-P11, la pente est quasiment négative :
Image

P11, troisième compression. On attaque la partie la plus pentue du tracé, qui durera jusqu'en gare amont :
Image

Portée P11-P12 :
Image

P12 :
Image

Portée P12-P13, et traversée d'un second raccord entre les pistes du Vallon et de la Colette :
Image

Le treizième pylône imprime à la ligne sa pente la plus forte :
Image

Dans la pente maximale du tracé :
Image

Bref coup d’œil en arrière sur la vallée du Guil :
Image

P14, au sommet de cette forte pente :
Image




La gare amont


La gare amont du téléski de la Colette se dresse à 2363 mètres d'altitude, en contrebas de la Colette de Gilly. On retrouve ici une gare de type "LSP" (Lâcher-Sous-Poulie), fournie par Montaz-Mautino lors du prolongement de l'appareil, soutenue par d'imposants pieds rectangulaires placés à l'extérieur de la ligne. La poulie retour est montée sur un lorry coulissant sur la structure de la gare et relié à un vérin hydraulique, assurant de cette manière la tension du câble.


Entrée en gare amont. On repère bien le vérin hydraulique de tension au milieu de la structure de la gare :
Image

Vue arrière de la gare et de la zone de débarquement :
Image

Vue de trois quarts arrière. En toile de fond à droite se trouve la Montagne du Malrif, flanc occidental du Pic de Clausis (2915 mètres) :
Image

Gros plan sur la poulie retour :
Image

Zoom sur le vérin hydraulique, chargé d'assurer la tension du câble :
Image

Vue de profil :
Image

En s'éloignant vers la piste de la Lauze, avec le dernier pylône à gauche :
Image

Vue opposée :
Image

En contre-plongée depuis le départ de la piste de la Colette :
Image



Quelques vues supplémentaires de la ligne depuis les pistes


Vue sur la quasi-totalité de la ligne depuis la gare amont. On aperçoit en toile de fond le Pic du Béal Traversier (2910 mètres, de l'autre côté de Guillestre), le Pic de l'Agrenier (2793 mètres), le Pic de Rochebrune (3321 mètres) et le Petit Rochebrune (3078 mètres) :
Image

Les derniers mètres de la ligne avant la gare amont :
Image

La ligne le long de la piste de la Colette, avec la crête de la Lauze en arrière-plan sur la gauche (2910 mètres) :
Image




Colette : un téléski trop chargé ?

Après plusieurs modifications, le téléski de la Colette est resté tel quel depuis 1984. Aujourd'hui, c'est une pièce maîtresse du domaine d'Abriès, desservant de belles et longues pistes de tous niveaux. Cela lui vaut cependant une fréquentation très importante, à tel point qu'on y fait régulièrement la queue. Un remplacement de l'appareil par un appareil de débit plus important est sans doute trop coûteux pour la petite station d'Abriès, mais peut-être un doublement de l'appareil pourrait-il être envisagé ? Affaire à suivre, mais cela ne semble pas être à l'ordre du jour pour l'instant.


Le dernier pylône de la ligne, avec à gauche en toile de fond le Pic de Rochebrune (3321 mètres) :
Image



------------------------------------------------

Ainsi se termine ce reportage.
Merci de l’avoir lu et à bientôt !

(c) – Septembre 2020 – l'alexois & collonges74 - Tous droits réservés – Modification ou reproduction interdites sans l’accord des auteurs.

Photos : l'alexois
Textes, bannière et mise en page : collonges74
Photos prises le 1er janvier 2020



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :