En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TKD de la Tête des Crêts

Les Gets (Morzine-Les Gets)

Montaz Mautino

T2 ES
Description rapide :
Un des plus vieux téléskis de la station, occupant une place stratégique sur le domaine, permettant un basculement sur Morzine ou un accès à la Combe des Nauchets. Le 2e téléski le plus long des Portes du Soleil encore en service, un des plus longs de Haute-Savoie.

Année de construction : 1962

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : collonges74
Section écrite le 01/11/2019 et mise à jour le 15/01/2020
(Mise en cache le 15/01/2020)

LE TELESKI DE LA TÊTE DES CRÊTS
Les Gets (Les Portes du Soleil)
Montaz-Mautino - 1962


Image



Les Portes du Soleil

Le domaine skiable des Portes du Soleil est un immense domaine franco-suisse, regroupant les stations suisses de Champoussin, Champéry-Val d’Illiez-Les Crosets, Morgins et Torgon, ainsi que les stations françaises de Châtel, Morzine, Avoriaz, Les Gets, Saint-Jean-d’Aulps, Abondance, Bellevaux-la Chèvrerie et la Chapelle d’Abondance. On y skie entre 900 et 2275 mètres d’altitude, sur des pentes variées sur lesquelles tous les skieurs peuvent se faire plaisir.
Totalisant ainsi près de 650 km de pistes, ce domaine est un des plus grands domaines skiables d’Europe et du monde. Sa situation, au cœur du massif du Chablais, lui prodigue un enneigement abondant, tout particulièrement à Avoriaz, véritable « trou à neige » bien connu dans la région, où les 8 à 10 mètres de neige cumulés sur l’année sont régulièrement atteints.


Les Gets : la plus méridionale des Portes du Soleil

La station des Gets, située sur le col du même nom, est un village de 1500 âmes à l’année. A 1160 mètres d’altitude, il est composé de charmants chalets et habitats de montagne qui confèrent au village une véritable ambiance traditionnelle et authentique.
La station propose un vaste domaine skiable relié avec celui de Morzine, totalisant ainsi près de 120 km de pistes. Sur les Gets, on skie sur deux secteurs distincts, séparés par le village lui-même :
- Le Mont-Chéry, situé au Nord du village, et culminant à 1826 mètres d’altitude. Partie la plus sportive du domaine, c’est aussi celle qui ferme le plus rapidement, du fait de son exposition majoritairement sud-est. On y trouve une télécabine, quatre télésièges fixes et deux téléskis.
- Les Chavannes, situé au sud du village. C’est la partie la plus fréquentée du domaine, reliée à Morzine et culminant à 1812 mètres d’altitude. Les pistes y sont essentiellement rouges et bleues. On y trouve cinq télésièges débrayables, quatre télésièges fixes et huit téléskis.


Tête des Crêts : un téléski historique de la station

Le développement du ski aux Gets commence en 1937, avec la construction du téléski de la Boule de Gomme par un certain Jean Pomagalski, sur le versant exposé nord-ouest du village, soit le versant des Chavannes. L’équipement de tout ce versant démarre véritablement dans les années 1950, avec la réalisation de deux téléskis : le téléski des Chavannes, un téléski à enrouleurs de manufacture Müller, et, dans le prolongement de ce dernier, le téléski des Chavannes Supérieures, un téléski débrayable, de manufacture Pomagalski. Puis c’est au tour du Mont-Chéry d’être peu à peu équipé en remontées mécaniques.

Le téléski des Chavannes Supérieures pendant les années 1950 (D.R.) :
Image


Le début des années 60 voit l’apparition d’une nouvelle remontée sur le plateau des Chavannes : il s'agit du téléski de la Tête des Crêts. Du constructeur Montaz-Mautino, ce téléski, un peu excentré sur le plateau des Chavannes (il se trouve ainsi au nord-est des autres remontées), permet de remonter au sommet de celui-ci (au sommet de la Tête des Crêts) et d’accéder à de nouveaux champs de neige encore méconnus : la Combe des Nauchets. Cette dernière est desservie par un téléski construit la même année, le téléski du Nauchet. On est alors loin de penser que cette combe deviendra quelques décennies plus tard le cœur du domaine des Gets !

A gauche, le départ du téléski des Chavannes Supérieures, à droite le départ du téléski de la Tête des Crêts :
Image

Vue générale du plateau des Chavannes, avec cette fois-ci le téléski de la Tête des Crêts à gauche et le téléski des Chavannes Supérieures au centre. On distingue aussi en bas à droite l'arrivée du téléski des Chavannes :
Image

Autre vue plus rapprochée :
Image

La gare aval du téléski de la Tête des Crêts vue depuis les pistes des Chavannes :
Image

Vue opposée :
Image

Vue du deuxième pylône, de feu le premier pylône (qui sera démonté par la suite) et de la gare aval :
Image


En 1970, face au succès des nouveaux champs de neige ouverts aux Chavannes et aux Nauchets sont construits deux nouveaux téléskis: le téléski du Nauchet 2, afin de soulager le téléski du Nauchet 1, régulièrement saturé, et le téléski de la Mouille au Roy. Ce dernier, situé à proximité immédiate du téléski de la Tête des Crêts, ouvre encore une fois de nouveaux champs de neige en pente douce, principalement destinés au ski débutant.

En 1974, le téléski des Chavannes Supérieures est doublé par un flambant neuf téléski débrayable de Montaz Mautino, le téléski des Ebauds. Celui-ci prenait son départ quelques mètres au-dessus de l'arrivée des "pioches" des Chavannes, et montait cette fois plus loin que le téléski des Chavannes Supérieures, puisque sa gare amont était installée bien plus loin.

Le téléski des Ebauds dans ses premières années d'exploitation :
Image


Ces deux téléskis cohabiteront deux ans, mais, face au succès de ce téléski et à la fréquentation toujours croissante du secteur est construit en 1976 le télésiège biplace de la Croix des Chavannes, en remplacement du téléski des Chavannes Supérieures. Avec une gare aval à la sortie de la télécabine des Chavannes et une gare amont au niveau du premier virage du téléski de la Tête des Crêts, il soulage le téléski des Ebauds, et rend la montée nettement plus confortable. De même, le basculement dans la Combe des Nauchets ne se fait plus nécessairement par le téléski de la Tête des Crêts, puisqu'une piste est créée depuis le sommet du nouveau télésiège de la Croix jusqu'au pied des téléskis du Nauchet 1 & 2.

Le plateau des Chavannes à la fin des années 1970, avec de gauche à droite les téléskis de la Mouille au Roy et de la Tête des Crêts, le télésiège de la Croix des Chavannes, et le téléski des Ebauds :
Image

Autre vue :
Image


En 1988, l'antique téléski des Chavannes, en place depuis le début des années 1950, est enfin remplacé par un appareil beaucoup plus performant : le télésiège débrayable des Chavannes. Ce long télésiège de type Alpha évolutif, construit par Poma, a la particularité de disposer de gares Performant, et facilite grandement l'accès au Plateau des Chavannes. De plus, il arrive au niveau de la gare amont du télésiège de la Croix des Chavannes, ce qui offre la possibilité d'éviter l'enchaînement télécabine des Chavannes et télésiège de la Croix.

On notera également, en 1992, le remplacement de la gare aval en treillis du téléski de la Tête des Crêts par un gare prototype unique, dont aucun autre exemplaire ne sera par la suite construit. A cette occasion, le décaissement dans lequel se trouvait la gare aval est comblé, et le premier pylône et son énorme poulie compression sont démontés.

Mais cela n'a aucun impact sur le télésiège de la Croix des Chavannes, qui reste toujours très prisé de la clientèle débutante. Cela mène à son remplacement en 2000 par un télésiège quadriplace de Skirail, remplacement qui entraînera aussi le démontage du téléski des Ebauds.

Le dernier investissement sur le Plateau des Chavannes est le remplacement du télésiège des Chavannes par un appareil au débit encore plus performant, à savoir le télésiège que nous connaissons actuellement, qui intervint en 2003.

Un rôle clé sur le domaine

Construit en 1962, rénové en 1992, la place du téléski de la Tête des Crêts n'a aujourd'hui guère changé par rapport à sa vocation originale. C'est un téléski assez polyvalent, que les skieurs utilisent d'abord pour rejoindre un autre secteur du domaine skiable : on peut aussi bien rejoindre la combe des Nauchets et les quatre télésièges qui s'y trouvent (Nauchets, Ranfoilly, Rosta, Grains d'Or), voire même le secteur des Perrières via le télésiège des Grains d'Or. On peut aussi rejoindre le domaine de Morzine : le télésiège de Chamossière est directement accessible skis aux pieds, mais on peut aussi descendre jusqu'au carrefour du Grand Pré, d'où partent les télésièges des Troncs (qui donne accès au secteur de Nyon), des Têtes (vers Chamossière) et de la Charniaz (qui remonte sur la même crête que celle sur laquelle se trouve l'arrivée du téléski de la Tête des Crêts).

Au-delà de ce rôle de liaison assez important, il donne accès à une vaste palette de pistes de tous niveaux, toutes très agréables à skier et que l'on peut considérer comme du ski propre :
  • La bleue de la Gentiane, qui n'est autre que la piste la plus longue de la station. Très fréquentée, elle longe la ligne du téléski de la Tête des Crêts jusqu'à son deuxième virage. Par la suite, elle passe en aval de l'arrivée des télésièges des Chavannes et de la Croix, avant de continuer jusqu'aux Chavannes sous la forme d'un immense boulevard large de plusieurs dizaines de mètres entre la ligne des télésièges des Chavannes et de la Croix et des téléskis de la Tête des Crêts et de la Mouille au Roy, dont elle rejoint la gare aval. La piste poursuit ensuite sa route jusqu'à la station des Gets.
  • La bleue des Choucas, longue piste sur le domaine de Morzine, reprenant le tracé de la route du Col de Joux Plane. En l'empruntant, on peut rejoindre les télésièges de Chamossière, puis des Têtes, des Troncs et de la Charniaz. En l'empruntant, on peut aussi rejoindre la rouge des Chevrelles, qui longe la ligne du télésiège de la Charniaz jusqu'à sa gare aval.
  • La bleue des Cyclamens, piste bleue peu connue mais sympathique qui descend vers les pistes des Bleuets et de la Violette, pour rejoindre la grenouillère des Nauchets et le départ des télésièges des Nauchets, du Ranfoilly, de la Rosta et des Grains d'Or.
  • La rouge des Rhodos, belle piste rouge longeant l'intégralité du télésiège des Nauchets jusqu'à sa gare aval.
  • Les rouges des Fenerêts et des Ambresalles, autres pistes rouges plus boisées redescendant jusqu'aux départs des télésièges des Nauchets, du Ranfoilly, de la Rosta et des Grains d'Or.

Côté technique, on retrouve ici un téléski assez classique, avec configuration classique de motrice en aval et tension en amont. En revanche, la gare aval est très particulière puisqu'il s'agit d'un prototype qui n'a jamais été reconstruit par la suite ! Par ailleurs, du fait de la vitesse élevée de l'appareil (3,7 m/s), de sa longueur importante, de la présence de deux virages et d'une forte pente maximale en fin de ligne (de l'ordre de 56%), le téléski de la Tête des Crêts est classé "téléski difficile".


Situation sur le plan des pistes des Gets :
Image

D'un peu plus près :
Image

Situation sur la carte IGN au 1/25000ème des Gets :
Image



Caractéristiques de l'appareil

Caractéristiques administratives :

  • Type de remontée : RDP – Téléski à perches débrayables
  • Nom de la remontée : TÊTE DES CRÊTS
  • Exploitant : SEM SAGETS
  • Constructeur : MONTAZ-MAUTINO
  • Maître d'oeuvre : CETARM 74
  • Maître d'ouvrage : COMMUNE DES GETS
  • Année de construction : 1962
  • Année de rénovation : 1992

Caractéristiques d’exploitation :

  • Saison d’exploitation : Hiver
  • Capacité : 1 personne
  • Débit à la montée : 900 p/h
  • Vitesse d’exploitation : 3,7 m/s
  • Espacement : 4 secondes
  • Sens de montée : Gauche

Caractéristiques géométriques :

  • Altitude aval : 1488 m
  • Altitude amont : 1658 m
  • Dénivelé : 170 m
  • Longueur développée : 1350 m
  • Longueur horizontale : 1310 m
  • Pente maximale : 56 %
  • Pente moyenne : 13,17 %

Caractéristiques techniques :

  • Tension : Amont
  • Type de tension : Contrepoids
  • Motrice : Aval
  • Nombre de pylônes : 15
  • Dispositif d'accouplement : Douille auto-coinçante
  • Nombre de suspentes : 178
  • Puissance développée : 55 kW


Caractéristiques de la ligne:
  • P2 : S-C/S-C
  • P3 : S/S-C
  • P4 : S/S
  • P5 : C
  • P6 : S/S
  • P7 : C
  • P8 : S
  • P9 : S/S
  • P10 : Virage à droite
  • P11 : S
  • P12 : Virage à droite
  • P13 : S
  • P14 : S
  • P15 : C
  • P16 : S/S



Ligne et infrastructures du téléski de la Tête des Crêts


La gare aval :

La gare aval du téléski de la Tête des Crêts se dresse à 1488 mètres d'altitude, juste à côté de celle du téléski de la Mouille au Roy, sur le plateau des Chavannes. Située en amont des autres remontées du plateau (que sont notamment le télésiège de la Croix et la télécabine et le télésiège des Chavannes), c'est une gare très imposante, qui a ceci de particulier qu'il s'agit d'un prototype installé en 1992 pour remplacer une gare treillis bien plus classique. On retrouve ici la poulie motrice de l'installation, qui assure la mise en mouvement du câble par le biais d'un moteur d'une puissance de 55 kW.

Premier aperçu de la gare aval en arrivant depuis la piste des Gentianes :
Image

En se rapprochant :
Image

On devine derrière la gare aval du téléski de la Mouille au Roy :
Image

Vue de trois quarts :
Image

Vue de profil. La gare est particulièrement imposante :
Image

De trois quarts arrière. Afin de protéger les skieurs d'éventuels jets de neige provenant des perches entrant dans la glissière, une bâche a été installée au début des années 2010 :
Image

L'accès à l'appareil :
Image

Dans la file d'attente :
Image

Une fois la borne de validation des forfaits passée, la gare aval du téléski de la Mouille au Roy se dévoile devant nous :
Image

Pour accéder à l'embarquement, il faut longer la glissière de stockage des 178 perches sur toute sa longueur, et passer sous l'escalier d'accès à cette dernière :
Image



La ligne :

La ligne du téléski de la Tête des Crêts est assez irrégulière, malgré sa pente moyenne remarquablement faible pour un TKD de cette longueur. La première partie de la ligne, lorsqu’elle est parallèle à celle du téléski de la Mouille au Roy, est moyennement pentue, de l’ordre de 20 à 30%. Au passage du sixième pylône, la pente s’adoucit complètement au point d’avoir une partie tout à fait plate jusqu’au septième pylône. La pente reprend alors tranquillement jusqu’au pylône 9, qui marque le début d’une partie extrêmement plate sur laquelle on compte 6 pylônes (dont le P9), dont 2 virages. C’est seulement à partir du pylône 15 que les choses se compliquent, avec une pente qui passe d’entre 0 et 10% à brusquement plus de 55% ! Cette pente est souvent fatale aux débutants assez nombreux sur cette remontée. Fort heureusement pour eux, elle n’est pas bien longue, puisqu’elle se termine dès le passage du pylône suivant, le P16, qui marque également la fin de la ligne, au sommet de la Tête des Crêts, à 1660 mètres d’altitude.

Vue du début de la ligne depuis la gare aval :
Image

En avant sur la ligne en quittant la gare aval :
Image

Le P1 ayant été supprimé lors du remplacement de la gare aval en 1992, la montée commence avec le P2 :
Image

Dernier regard en arrière vers le deuxième pylône et la gare aval :
Image

Portée P2-P3 :
Image

P3 :
Image

Portée P3-P4. On longe toujours la piste de la Gentiane à droite :
Image

P4, le tracé est toujours parallèle à celui du téléski de la Mouille au Roy :
Image

Portée P4-P5. On traverse ici le début de la piste de la Bruyère :
Image

P5, première compression de la ligne :
Image

Portée P5-P6. On arrive au terme de la portion parallèle avec le téléski de la Mouille au Roy puisque celui-ci s'apprête à tourner à gauche :
Image

P6 :
Image

Portée P6-P7, la pente est ici quasi-nulle :
Image

P7, deuxième compression :
Image

Portée P7-P8, la pente est relativement soutenue :
Image

P8 :
Image

Portée P8-P9, avec à droite le début de la piste de la Bruyère :
Image

P9. A droite, l'arrivée des télésièges de la Croix et des Chavannes :
Image

Portée P9-P10, on entame une très longue portion de ligne quasi-horizontale :
Image

P10, premier virage à droite :
Image

Vue rapprochée du haut du pylône avec les poulies de déviation :
Image

Portée P10-P11. A droite, la gare amont du télésiège des Chavannes :
Image

P11 :
Image

Portée P11-P12, la pente est toujours aussi faible :
Image

P12, deuxième virage :
Image

Portée P12-P13. On aperçoit désormais la butte au sommet de laquelle se trouve la gare amont :
Image

P13 :
Image

Portée P13-P14. On longe ici le long schuss de la piste de la Gentiane :
Image

P14 :
Image

Portée P14-P15, la montée finale se dessine au loin :
Image

P15, voici donc la fameuse montée tant redoutée des débutants :
Image

Au cœur de la portée P15-P16, on monte très fortement :
Image

P16, dernier pylône de la ligne :
Image



La gare amont :

La gare amont du téléski de la Tête des Crêts se trouve sur le sommet du même nom, à 1658 mètres d'altitude, à proximité immédiate de l'arrivée du télésiège des Nauchets. On retrouvait ici une gare typique de l'année de construction de l'appareil, à savoir une poulie flottante reliée à un contrepoids situé derrière un poussard tubulaire, assurant ainsi la tension du câble via ce contrepoids.

Arrivée en gare amont, il est temps de lâcher la perche :
Image

Vue générale de la zone de débarquement, assez étroite :
Image

Vue de profil de la gare amont, de type poulie flottante :
Image

Autre vue, avec les indications que l'on trouve au sommet de la Tête des Crêts :
Image

Vue rapprochée du contrepoids :
Image



Depuis les pistes...




Depuis le début de la piste de la Bruyère, on aperçoit bien le neuvième pylône :
Image

Depuis la portée entre le P6 et le P7 :
Image

Le P6, avec à droite le cinquième pylône du téléski de la Mouille au Roy :
Image

Les derniers mètres parallèles à la ligne du téléski de la Mouille au Roy :
Image

Au niveau du croisement avec la piste de la Bruyère :
Image

Vue sur la partie inférieure de la ligne, avec en toile de fond le Mont Chéry (1826 mètres) et le Roc d'Enfer (2244 mètres) :
Image

Le bas de la ligne, le long de la piste de la Gentiane :
Image



Un avenir a priori serein

Bien qu'âgé de plus de cinquante ans, ce téléski est toujours campé vaillamment sur les pentes du plateau des Chavannes, remplissant toujours parfaitement son rôle d'ascenseur vers les pistes les plus intéressantes du domaine. Emprunté aussi bien par les débutants que par les skieurs confirmés, il est relativement fréquenté lors des périodes de forte affluence. Cependant, la rénovation de la gare aval en 1992 montre bien la volonté de la SAGETS de conserver cet appareil. Aucun projet de remplacement n'est à l'ordre du jour, ce qui fait que ce téléski dépassera sans doute l'âge des 60 ans !


------------------------------------------------

Ainsi se termine ce reportage.
Merci de l’avoir lu et à bientôt !

(c) – Janvier 2020 – collonges74 - Tous droits réservés – Modification ou reproduction interdites sans l’accord des auteurs.

Photos : collonges74
Textes, bannière et mise en page : collonges74
Photos prises les 20 & 23 février 2018



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :