Localisation(s)
Photo

 TKD de Sémanmille

Val-d'Isère (Espace Killy)

Poma

T1 HS
Description rapide :
Un téléski Pomagalski assez court, construit en 1972 et desservant 2 stades de slalom.

Année de construction : 1972
Fin de service en : 2018

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : fan2montagne73
Section écrite le 06/05/2017 et mise à jour le 23/06/2017
(Mise en cache le 25/06/2017)

Image




Au sommaire de ce reportage



  1. Val d'Isère
  2. Historique de la Daille
  3. Sémanmille, au cœur du stade de la Raye
  4. Les caractéristiques de l'installation
  5. Les infrastructures et la ligne
  6. Autres photos
  7. Sémanmille, une remontée de compétiteurs


Val d'Isère

Val d'Isère est une station de ski savoyarde située en bordure de la célèbre route du col de l'Iseran, plus haut col d'Europe avec une altitude de 2700 m. La station se compose de plusieurs villages et hameaux éparpillés tout au long de la vallée : La Daille (1750 m), Val d'Isère centre (1850 m), Le Laisinant et le Fornet. Ces secteurs de la station comportent tous des remontées permettant de joindre n'importe quels autres endroits sur le domaine.

Le domaine skiable s’étend sur près de 6300 hectares et comporte 52 remontées mécaniques (1 funiculaire, 3 téléphériques, 2 télécabines, 22 télésièges, 18 téléskis, 2 télécordes et 4 tapis) qui desservent 82 pistes (12 pistes noires, 22 pistes rouges, 34 pistes bleues et 14 pistes vertes). Lors de la saison estivale, les adeptes du ski d'été peuvent s'adonner à ce plaisir au pied du col de l'Iseran, sur le glacier du Pissaillas.

La renommée du domaine fut générée par de nombreux événements sportifs de ski alpin. La première compétition en date, celle du Critérium de la Première Neige, fut organisée en 1955. Depuis elle fait partie intégrante du calendrier des épreuves de la FIS comme épreuve d'avant-saison. De plus, la station a organisé les épreuves de descente (H), de slalom géant et de Super G pour les jeux de 1992, se tenant à Albertville. Plus récemment, en 2009, Val d'Isère fut l'hôte des Championnats du Monde FIS réunissant 504 skieurs de 73 pays différents.

Image
^^Cliquez sur l'image pour accéder à une présentation plus détaillée^^


Historique de la Daille

Le secteur de la Daille fut créé en 1966 à l'entrée du village de Val d'Isère. Celui-ci est le quatrième secteur historiquement parlant du domaine ; Solaise fut le premier à naître dès 1936, suivi par Bellevarde en 1952, et enfin par Pissaillas à partir de 1962. Le secteur de la Daille a permis dès le milieu des années 60 la liaison avec Tignes, sa voisine, raccordée par trois téléskis du nom de Tommeuses 1,2 & 3 à la Tovière. C'est donc en partie grâce à la télécabine de la Daille évoquée ci-dessous que naquit l'espace Killy en 1971, date de la création du premier forfait commun.

Image
La Daille autrefois.


Notons que la Daille est aussi un quartier résidentiel comptant de grands ensembles d'immeubles de type "paquebots de neiges", bâtis dans les années 70. Ce nouveau village a regroupé au fil du temps les hameaux du Crêt et de l'Illaz ; aujourd'hui, les vieilles maisons sont toujours présentes, conservant une part d'authenticité au cœur d'un quartier dortoir.

Image
Le village avec la télécabine et le télésiège des Étroits au premier plan.


La télécabine de la Daille, construite en 1966, fut la première remontée de ce secteur. Celle-ci fut établie dans le but d'arriver en amont des téléskis des Tommeuses, permettant ainsi la liaison avec Tignes. Cependant durant les deux premières décennies d'exploitation la remontée n'avait qu'une gare intermédiaire sur ce plateau, sa destination finale et son vrai but étant de rallier le rocher de Bellevarde.
En 1987 l'accès à Bellevarde fut amélioré avec la construction du Funival et le second tronçon de la télécabine fut supprimé, donnant donc à l'ancienne gare intermédiaire le statut de gare amont.
Depuis les années 1980, la couverture des gares et les cabines ont étés changées pour des raisons esthétiques et de confort. Cette légende pourrait bien laisser sa place à une autre installation d'ici quelques années.

Image
La télécabine avec ses cabines originelles en forme d’œuf depuis la gare amont, cliquez pour accéder au reportage de J'ib


Quelques années après la télécabine, en 1972, naquit le téléski de Sémanmille. Celui-ci permettait alors d'effectuer des rotations au niveau de la gare intermédiaire de la télécabine de la Daille... Mais ne nous attardons pas sur cet appareil, car nous aurons l'occasion d'y revenir.
8 ans après la construction de ce téléski, la STVI, dans le cadre d'une réflexion sur la télécabine, décida de construire un télésiège parallèle à celle-ci : les Étroits. Ce TSF3 construit par l'Américain YAN était chargé de désencombrer la télécabine en offrant un débit théorique de 1800 p/h.
Puis un dernier appareil vint combler les rangs du secteur en 1982, le télésiège du Mont-Blanc. Construit par Liftengineering, il assurait la continuité de la télécabine en permettant un accès au télésiège des Marmottes, construit deux ans plus tôt.

Sémanmille, au cœur du stade de la Raye

Ce téléski est situé à proximité directe de la télécabine de la Daille et sa gare amont est quasiment collée à la structure de la télécabine. Cette position de choix offre donc des possibilités d'accès à deux stades de slalom :
- La Raye : piste noire située entre la OK et Triffolet, servant de stade de compétition, et utilisé notamment pour le Critérium de la Première Neige.
- Le Sémanmille : stade auxiliaire très court servant principalement à l'entrainement et aux cours de l'ESF. Le gros avantage de celui-ci est le fait de se trouver à l'écart des pistes, ce qui permet de garder un espace plus ou moins réservé aux groupes avec moniteurs.

Mis à part son attrait sportif, il faut aussi noter que la gare amont de ce téléski est située à côté du bar/restaurant/club de la Folie Douce. Celui-ci est une "boîte de jour" où les touristes peuvent s'arrêter pour écouter de la musique, boire un coup (avec modération, bien entendu) ou faire la fête.

De par sa déclivité (téléski de catégorie difficile) et les pistes très pentues qui l'entourent, cet appareil ne s’adresse qu'aux skieurs les plus aguerris.


Image
La situation du téléski au sein de l'espace Killy.

Image
Puis sur le domaine de Val d'Isère.


Cet appareil dessert les pistes suivantes :

La Verte : longue piste permettant de rejoindre le Funival depuis Bellevarde pour les débutants.
Sémanmille 1 & 2 : courtes pistes rouges servant à rejoindre le bas du téléski.


Les caractéristiques de l'installation

Caractéristiques administratives :

TKD-Téléski à perches débrayables : SÉMANMILLE
Exploitant : STVI (Val d'Isère Téléphériques)
Constructeur : POMAGALSKI
Année de construction : 1972

Caractéristiques d’exploitation :

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 1 personne
Débit : 700 personnes/heure
Vitesse d'exploitation maximale : 3,69 m/s
Sens de montée : Par la droite

Caractéristiques géométriques :

Altitude aval : 2123 m
Altitude amont : 2255 m
Dénivelée : 132 m
Longueur développée : 418 m
Longueur horizontale : 397 m
Pente moyenne : 33,25 %
Pente maximale : 49 %

Caractéristiques techniques :

Type de gare aval : Poma H60
Emplacement motrice : Aval
Type de motorisation : Asynchrone
Puissance du moteur : 29 kW
Emplacement tension : Amont
Type de tension : Contrepoids
Masse du contrepoids : 1200 kg
Nombre de pylônes : 5


Les infrastructures et la ligne

La gare aval

Située à 2123 mètres d'altitude, la gare aval est située au bord de la piste La Verte. Elle est difficilement accessible depuis d'autres pistes que celle de Sémanmille 1 & 2 car elle siège sur un replat surplombant les pistes, demandant de pousser sur les bâtons pour y parvenir. En somme, il faut emprunter la piste Sémanmille au sortir de la télécabine pour ne pas avoir à transpirer.
Côté technique cette gare est une H 60 de chez Pomagalski, elle comporte la motorisation ainsi qu'un unique fût quadrangulaire creux et ajouré soutenant une poutrelle parallèle à l'axe. Conformément à l'architecture des gares H, Le moteur et le réducteur sont situés au-dessus de la la poulie motrice.

Image
Pour commencer une vue plongeante depuis la piste du Sémanmille.

Image
De 3/4 en arrivant sur son flanc.

Image
De profil laissant apparaître la totalité de la motorisation.

Image
Zoom sur la poulie motrice, le réducteur et le moteur.

Image
De son autre profil.

Image
Une vue un peu plus globale de la gare.

Image
Dans la file d'attente.

Image
Enfin la glissière des perches.


La ligne

Longue de 418 mètres, elle débute avec un pylône en compression qui augmente la pente qui se réduira après le pylône 2. Ensuite, la montée reste régulière, sans grandes difficultés jusqu'au pylône 4 qui accentue la déclivité avant de gagner la gare amont.

Poma a équipé la ligne de 5 pylônes dont, sur le brin montant, 2 compressions et 3 supports :

  • P1 : C/∅
  • P2 : S/S
  • P3 : S/SC
  • P4 : C/∅
  • P5 : S/S


Image
Le P1 en sortie de gare uniquement réservé au brin montant.

Image
Le P2, réduisant la déclivité.

Image
Le P3 avec la télécabine de la Daille en fond.

Image
Le P4 compression uniquement réservé au brin montant et haussant le degré de pente pour la montée finale.

Image
Le P5 et l'arrivée en gare amont.

Image
Un petit zoom sur l'aire d'arrivée sous le P5.

Image
Idem.


La gare amont

Située à 2255 mètres d'altitude, elle est accolée au bâtiment de la gare amont de la télécabine et au bar de la Folie Douce. Notons qu'elle se compose d'une poulie flottante reliée par câbles et poulies au poussard sur lequel une poulie dévie le câble de tension auquel est fixé le contrepoids. Ce poussard est soutenu par un jambe de force.

Image
Pour commencer une vue globale sur la gare et l'aire de lâcher de perches.

Image
Rapprochons-nous pour n'observer que la gare.

Image
Puis une vue de 3/4.

Image
En arrière de celle-ci.

Image
La poulie retour.

Image
Le poussard dans toute sa hauteur.


Autres photos

Image
La portée P1-P2.

Image
Le P3.

Image
La partie basse de la ligne.


Sémanmille, une remontée de compétiteurs

Cet appareil est au cœur d'un espace de compétition ô combien important pour Val d'Isère. Cependant mis à part les quelques skieurs et groupes de l'ESF évoluant sur ces pentes, le téléski tourne à vide et n'attire que peu de monde. En effet, sa situation peu accessible, ses pentes escarpées et ses deux pistes très courtes ne jouent pas en sa faveur pour l’accueil de touristes.
Or il reste un des témoins de l'essor de la station à travers les décennies ; mais malheureusement son grand âge (45 ans en 2017) pourrait lui porter préjudice et peut-être conduire à sa perte dans quelques années.

Image
Sémanmille, un appareil pour compétiteurs mais délaissé par la clientèle.


Photos : Fan2montagne73, Alspace et J'ib



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :