En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

 TKD des Salles

Megève - Le Jaillet (Portes du Mont Blanc)

Poma

T1 HS
Description rapide :
Téléski qui permettait la liaison avec les secteurs de Combloux et du Christomet depuis le sommet de la télécabine du Jaillet.

Mise en service en : 1980
Fin de service en : 2012

Remplacé par l'appareil suivant : Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : j'ib
Section écrite le 13/03/2017 et mise à jour le 12/04/2017
(Mise en cache le 12/04/2017)

Téléski des Salles
Megève - Le Jaillet (74)


Image


Bienvenue à Megève

La station de ski de Megève est située entre 1100 et 2014 mètres d'altitude, dans le département de la Haute-Savoie, dans le Val-d'Arly. Megève est habituellement ouvert de début décembre à fin avril et fait partie du domaine skiable « Evasion Mont-Blanc » regroupant huit stations de ski entre deux départements : Megève, Combloux, La Giettaz, Cordon, Saint-Gervais-les-Bains, Saint-Nicolas-de-Véroce, Les Contamines-Monjoie et Hauteluce. L'ensemble regroupe environ 450 kilomètres de pistes non reliées.

Le massif du Jaillet, exploité par la SEM du Jaillet, est relié au domaine des Portes du Mont-Blanc qui regroupe les stations de Combloux, Cordon et La Giettaz. Cet ensemble regroupe 100 kilomètres de pistes et 34 remontées mécaniques (1 télécabine, 3 télésièges débrayables, 4 télésièges fixes, 24 téléskis et 2 tapis roulants) entre Savoie et Haute-Savoie.
A noter que ce secteur est aussi ouvert en été pour le VTT de descente. Ce sont 5 remontées mécaniques qui ouvrent durant cette saison : la télécabine du Jaillet ainsi que les télésièges du Pertuis, des Prés, de la Grande-Rare et de la Tête du Torraz.

    Vue sur le front de neige du Jaillet
    Image
    (Ou cliquez ici pour accéder à la page de la station dans la BDD)


L'aménagement du massif du Jaillet et le premier téléski de la Croix des Salles

Après la construction du téléphérique de Rochebrune en 1933 sous la demande de Charles Viard et celle du téléphérique du Mont-d'Arbois en 1934 impulsée par la baronne Noémie de Rotschild, Megève fait construire la première télécabine de France quadriplace en 1952 par Applevage sur les pentes du Jaillet et commence à exploiter un nouveau massif de ski. Deux ans plus tard en 1954, ce petit secteur s'agrandit grâce à la mise en service de deux téléskis à enrouleurs sur le Christomet et la Croix des Salles, ouvrant de nouvelles pistes sur des pentes variées. Ces deux derniers étaient plus ou moins identiques. Construits par Constam, les pylônes étaient en treillis et les archets en bois. La ligne de la Croix des Salles démarrait juste en contrebas de l'arrivée de la télécabine du Jaillet et ses premiers pylônes étaient placés dans une large prairie. La ligne rentrait ensuite dans une forêt jusqu'à son sommet à la Croix des Salles. Au sommet, une piste était desservie qui revenait en gare aval de cet appareil, mais aussi une autre piste qui permettait la liaison avec Combloux.

    Le début de la ligne du téléski de la Croix des Salles qui rentre ensuite dans une forêt ; à noter la présence de la gare amont de la première télécabine du Jaillet au premier plan
    Image


A la fin de cette décennie, un nouveau petit téléski débrayable vient compléter ce domaine skiable en plein essor au départ de la télécabine du Jaillet, ce sera celui du Prellet. Puis, 1962 est marqué par la mise en service du premier télésiège des Prés, placé entre le départ du téléski du Christomet et l'arrivée de la télécabine du Jaillet et permettant par conséquent le retour skis aux pieds des skieurs sur les autres appareils du domaine skiable ou bien de retourner sur Megève.

    Situation des installations du massif du Jaillet au début des années 1970 (1 : Télécabine du Jaillet, 2 : Téléski du Prellet, 3 : Téléski de la Croix des Salles, 4 : Télésiège des Prés, 5 : Téléski du Christomet)
    Image


Durant une grosse dizaine d'années le massif du Jaillet est resté tel quel jusqu'en 1977 où le télésiège des Essertons a fait son apparition. Ce dernier, long d'environ 1400 mètres et construit par Montaz-Mautino, permettait d'accéder au sommet de la Croix des Salles depuis le contrebas de l'arrivée de la télécabine du Jaillet tout en desservant de longues pistes de tous niveaux. En 1978, la première télécabine de France, celle du Jaillet, est remplacée par une nouvelle six places plus performante signée Poma sur un tracé identique. Un an plus tard, Montaz-Mautino améliore le télésiège des Prés, supprime le téléski du Christomet et le succède par un nouveau télésiège fixe deux places sur le même emplacement. 1980 est marqué par le démantèlement d'un des premiers téléskis du massif, celui de la Croix des Salles, remplacé par un téléski débrayable quelque peu déplacé et renommé « les Salles ». Cette année là est aussi profitable à l'installation de celui des 7 Nains, localisé à proximité de ce dernier et servant principalement aux débutants.

    Le téléski des Salles quelques années après sa mise en service avec la piste bleue éponyme à gauche
    Image


En 1981, les téléskis fixes des Pattes viennent compléter le front de neige et en 1985 le téléski du Prellet est démonté pour laisser place à un téléporté fixe trois places de manufacture Poma. Ce dernier ne répondait plus aux exigences de l'exploitant et se faisait de plus en plus vieillissant. Une luge d'été constituée de deux pistes y fut également installée en 1990. Durant les années 1986 et 1987 sont respectivement mis en service par Montagner le téléski du Covagnet, à proximité du télésiège du Christomet, le long de la piste noire du « Moineau », et celui des Combes, placé en contrebas de la dernière partie de la télécabine du Jaillet, desservant le haut de la piste rouge de « l’Étoile ». Cet aménagement a persisté jusqu'en 2004, date à laquelle le domaine skiable fut en grande partie réaménagé. En effet, le massif du Jaillet et de Combloux ont été reliés à la petite station savoyarde de la Giettaz grâce à une piste bleue longue de quasiment cinq kilomètres. Deux téléskis à enrouleurs ont été nécessaires à cette liaison, celui des Charmots et celui du Bonjournal. Par ailleurs, le télésiège fixe du Christomet a été remplacé par un débrayable six places, et celui des Prés par un télésiège fixe quatre places sur un tracé totalement différent et rejoignant le sommet de la Croix des Salles en liaison directe avec Combloux. Également, les téléskis du Covagnet et des Combes ont été supprimés car ils étaient devenus presque inutiles et étaient sous-fréquentés. Deux ans plus tard en 2006 est supprimé le télésiège des Essertons pour les mêmes raisons, et enfin en 2011 est supprimé le téléski des Salles et remplacé par un télésiège fixe quatre places sur une nouvelle ligne, proche de celle des Essertons et la rappelant étroitement. Le télésiège du Prellet fut quant à lui détruit en 2015 afin de laisser place à une luge quatre saisons.

1977 – 2006 : L'ancien télésiège des Essertons

Le téléski à enrouleurs de la Croix des Salles permettait à lui tout seul l'accès au sommet éponyme depuis le sommet de la télécabine du Jaillet. En 1977 est, comme déjà dit, construit le télésiège fixe biplace des Essertons pour venir améliorer cet accès mais aussi afin d'agrandir l'offre de ski propre sur cet espace avec à cette date la création de nouvelles pistes. Trois ans plus tard, le téléski à enrouleurs est démonté au profit d'un nouveau téléski débrayable, celui des Salles, sur un tracé différent. En effet le départ de cet appareil a été placé encore plus en contrebas, pour une arrivée quasiment au même endroit qu'avant.
Le télésiège des Essertons, plus long que le téléski des Salles, desservait sur son versant à son sommet les pistes des Frasses et de la Ravine. Il était également accessible depuis la piste verte des 7 Nains ou depuis la piste bleue des Essertons, pouvant être prise depuis la Père Noël.

    Situation sur le plan des pistes de 2002 du télésiège des Essertons et du téléski des Salles
    Image


Le télésiège des Essertons arborait comme son homologue le télésiège des Prés des couleurs vertes, autant sur ses gares que sur ses pylônes. La gare aval était la station motrice – tension de l'appareil et était une Bi-Alp classique de chez Montaz-Mautino. Comme d'habitude sur les appareils de cette époque, l'embarquement était très dérangeant du fait de la présence de lattes en bois sur l'assise, ce qui le rendait très désagréable. Les sièges, de couleur orange, parcouraient une distance d'environ 1410 mètres à une vitesse d'environ 2,5 mètres par seconde, offrant un débit de plus ou moins 900 skieurs à l'heure. A noter la présence sur la ligne d'un double pylône plutôt spectaculaire qui était visible depuis la vallée. En gare amont on retrouvait une classique poulie retour fixe verte posée sur deux fûts.

    La gare aval Bi-Alp du télésiège des Essertons
    Image

    Le début de la ligne du télésiège des Essertons avec l'arrivée de la piste rouge de la Ravine
    Image

    Vue sur le spectaculaire pylône double quasiment en haut de la ligne
    Image


Cependant, l'enneigement moins abondant dans le bas du parcours, des problèmes mécaniques mais aussi la faible fréquentation auront eu raison de l'appareil, démonté en 2006 et non remplacé. Depuis l'arrêt de ce télésiège, l'accès au secteur Combloux se faisait directement par le téléski des Salles, classé difficile et autrement plus rapide. Afin de rendre cette liaison plus accessible aux débutants et développer le ski propre, la reconstruction d'un télésiège figurait au premier rang des priorités. Des difficultés foncières n'ont toutefois pas permis de retrouver un tracé proche de celui des Essertons. Ainsi à partir du démantèlement de cette installation certaines pistes comme celles des Essertons ou encore de la Ravine ont perdu en fréquentation étant donné qu'elles donnaient à partir de 2006 seulement accès à la télécabine du Jaillet.

Salles : La liaison Jaillet – Combloux – Christomet

Le téléski des Salles était donc situé dans le massif du Jaillet en contrebas de l'arrivée de la télécabine du Jaillet et du téléski des 7 Nains, le long de la piste verte éponyme. Construit en 1980 par Poma, cet appareil faisait partie de la famille des « téléskis difficiles » étant donné sa forte pente et sa vitesse plutôt élevée. A noter également qu'il était équipé à l'origine d'une poulie flottante en gare amont qui fut remplacée au cours des années 2000 par un Lâcher Sous Poulie (LSP) Poma.
Cette remontée permettait ainsi avant tout la liaison avec le secteur du Christomet, via ensuite la piste de la Bel Ava enneigée artificiellement, lorsque la piste des Prés est fermée car exposée sud, ou encore avec Combloux, le tout depuis le sommet de la télécabine du Jaillet. Néanmoins, depuis la liaison avec la Giettaz en 2004, sa fréquentation a un peu baissé puisqu'à partir de cette date il a été possible de rejoindre Combloux via la piste des Prés et le télésiège éponyme, directement accessibles depuis le sommet du Jaillet. En plus de tout cela, le téléski des Salles desservait un espace de ski propre sur des pistes de niveau moyen à difficile et sur un dénivelé plutôt court.
Au sommet on pouvait donc accéder à quasiment toutes les installations de Combloux, ou encore aux télésièges des Prés et du Christomet, ou bien revenir sur le téléski des 7 Nains, la télécabine du Jaillet et le télésiège du Prellet.

Côté ski, le téléski des Salles desservait six pistes :

  • La piste rouge des Frasses, équipée de canons à neige, elle revient sur la gare aval de cet appareil.
  • La piste rouge des Bouquetins, permettant de rejoindre la station de Combloux.
  • La piste rouge de la Ravine, située en forêt, elle rejoignait autrefois le télésiège des Essertons et à partir de sa destruction le front de neige du Jaillet.
  • La piste bleue des Salles, placée à droite du téléski éponyme en pleine forêt.
  • La piste bleue de la Bel Ava, rejoignant le front de neige du Christomet et équipée d'un dispositif d'enneigement artificiel.
  • La piste verte des Dames, permettant de rejoindre le sommet de la télécabine du Jaillet tout en passant par l'arrivée du téléski des 7 Nains. Elle est également équipée de canons à neige.

Voici sa situation sur le plan des pistes de Megève (Plan Atelier Novat) :

    Image


Caractéristiques

Caractéristiques Administratives

TKD-Téléski à attache débrayable : SALLES
Maître d'Ouvrage : Commune de Megève
Maître d’Œuvre : Cetarm 74
Exploitant : SEM des Portes du Mont-Blanc
Constructeur : Poma
Année de construction : 1980
Année de destruction : 2012
Date d'arrêt d'exploitation : 1er Janvier 2012

Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 1 personne
Débit : 900 p/h
Vitesse d'exploitation : 3,62 m/s
Temps de trajet : 3 min 8 sec

Caractéristiques Géométriques

Altitude aval : 1555 mètres
Altitude amont : 1720 mètres
Dénivelée : 165 mètres
Longueur développée : 681 mètres
Longueur horizontale : 653 mètres
Pente maximale : 47 %
Pente moyenne : 26 %

Caractéristiques Techniques

Gare motrice : Aval
Gare tension : Amont
Nombre de pylônes : 8
Sens de montée : Gauche
Type de G1 : H110
Type de G2 : LSP
Type de motorisation : Asynchrone
Type de tension : Hydraulique

Caractéristiques du Câble

Type de câblage : Lang
Sens de câblage : Droite
Diamètre du câble : 12 mm
Composition du câble : 6×7 Fils

Ligne et infrastructures du téléski des Salles

Gare aval :

La gare aval était la station motrice de l'installation. Elle était située à 1555 mètres d'altitude sur la piste verte des 7 Nains en contrebas de la gare amont de la télécabine du Jaillet et de la station inférieure du téléski des 7 Nains.
On retrouvait une infrastructure de type H110 provenant de chez Poma s'occupant de la mise en mouvement du câble via un moteur électrique à mouvement asynchrone.

    La gare aval vue depuis la fin de la piste bleue des Salles
    Image

    La gare aval vue de profil
    Image

    La gare aval vue de trois quarts
    Image

    La gare aval vue de face
    Image

    La gare aval avec en arrière-plan le télésiège de la Ravine, remplaçant de cet appareil
    Image

    La gare aval vue depuis la fin de la piste rouge des Frasses
    Image

    La gare aval vue depuis la file d'attente
    Image

    Détail sur le groupe moteur et la poulie motrice
    Image


La ligne :

La ligne était longue de 681 mètres et se composait de 8 pylônes. Jusqu'au troisième pylône on était plutôt sur un profil régulier sans trop de difficultés. Celui-ci permettait l'attaque de la partie la plus raide de la ligne à environ 47 % qui se terminait au pylône suivant. Ensuite la ligne se remettait à plat petit à petit jusqu'au septième ouvrage qui faisait un virage vers la droite. Le huitième pylône, situé juste après, permettait l'entame de la dernière montée moins raide que l'autre, et se terminant en gare amont.

Caractéristiques de la ligne :

  • P1 : SC
  • P2 : S/SC
  • P3 : C
  • P4 : S/S
  • P5 : S/S
  • P6 : S/S
  • P7 : Virage à l'endroit/S et Virage à l'envers
  • P8 : C

    La ligne vue depuis l'aval
    Image

    P1
    Image

    P2 avec la piste rouge des Frasses à gauche et la piste bleue des Salles à droite
    Image

    P3
    Image

    Retour en arrière sur le P4 et le massif du Mont-Blanc et sur les massifs de Rochebrune et du Mont-d'Arbois
    Image

    P5
    Image

    P6
    Image

    P7
    Image

    P8
    Image

    Portée P8 - G2 avec l'ancienne cabane d'arrivée du télésiège des Essertons à droite
    Image


Gare amont :

La gare amont était la station tension de l'installation. Elle était située à 1720 mètres au sommet de la Croix des Salles, anciennement juste à côté de la station supérieure du télésiège des Essertons.
On retrouvait un Lâcher Sous Poulie (LSP) provenant de chez Poma s'occupant quant à lui de la tension dynamique du câble via un vérin hydraulique. A noter également qu'il existait un système de débrayage de la pince au passage du balancier support de la station afin de faciliter le débarquement des usagers.

    Arrivée en gare avec le système de débrayage de la pince bien visible
    Image

    Détail sur la poulie retour et le lorry de tension
    Image

    La gare amont vue de face avec en arrière-plan l'Aiguille Croche (2485 mètres d'altitude) et le Mont-Tondu (3196 m)
    Image


Le téléski des Salles vu depuis les pistes

    De la gare amont au pylône 6 depuis la piste rouge des Frasses
    Image

    Les pylônes 4 et 5 avec le massif en arrière-plan
    Image


Un téléski à bout de souffle

Le téléski des Salles permettait donc la liaison avec les secteurs de Combloux et du Christomet depuis le sommet de la télécabine du Jaillet. A noter également la présence d'un espace de ski propre autour qui était également jusqu'en 2006 desservi par le défunt télésiège Montaz-Mautino des Essertons.
Cependant, après 31 saisons et demi d'exploitation, le téléski des Salles a été remplacé par un télésiège fixe quatre places Poma du nom de la Ravine. Celui ci construit au cours de l'automne 2011 fut mis en exploitation le 2 janvier 2012, ce qui fait que le téléski a été ouvert au public jusqu'au 1er janvier afin de permettre la liaison au cours des vacances de Noël. Le nouvel appareil a quant à lui pris un tracé un peu différent du téléski, puisqu'il a été décalé entre ce dernier et l'ancienne ligne du télésiège des Essertons, qui ne put être reprise pour des raisons foncières. Il est enfin à noter que la gare aval H110 du téléski des Salles a repris une nouvelle vie sur le massif voisin du Mont-d'Arbois en remplacement de celle de type B du téléski du Petit-Vorasset.

    Le téléski des Salles, un appareil totalement dépassé pour ses fonctions...
    Image


Evasion Ski & J'ib, Mars 2017

Photos : Evasion Ski & J'ib
Texte, bannière et mise en page : J'ib
Date des photos : 16 et 17 février 2008, 26 juillet 2010 & 1er janvier et 26 décembre 2011



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.13391 secondes. 41 requete(s).
106 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2017 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés