En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TKD du Ménil

Ermitage - Ventron

Poma

T2 ES
Description rapide :
Téléski desservant un bel espace sommital de ski propre au cœur de la forêt de Ventron

Année de construction : 1987

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : fan2montagne73
Section écrite le 20/02/2018 et mise à jour le 27/02/2018
(Mise en cache le 27/02/2018)

Image


Au sommaire de ce reportage :


  1. La station de Ventron
  2. Histoire de l'"Hermitage Frère Joseph"
  3. Le téléski du Ménil, un appareil d'altitude
  4. Les infrastructures de la ligne
  5. Autres photos
  6. Le téléski, un appareil adapté à sa tâche


La station de Ventron

Ventron est une petite station vosgienne situé à cheval entre les communes du Ménil et de Ventron. Le nom réel de la station est L'Hermitage Frère Joseph ; ce nom est dû à un homme d'église qui est venu vivre sur les hauteurs de Ventron. La légende raconte qu'il aurait accompli des miracles ; la chapelle, est aujourd'hui un lieu de prière.

La station compte un total de 8 remontées mécaniques : 1 télésiège fixe et 7 téléskis, desservant 1 piste verte, 3 bleues, 4 rouges et 1 noire. On retrouve un espace de ski de plus 16 kilomètres étendus de 900 à 1150 mètres d'altitude.

Image
Le front de neige depuis la piste des Aigrines.


Image

Cliquez sur le logo pour afficher la fiche de la station en BDD.


Histoire de l'"Hermitage Frère Joseph"

L'histoire du ski dans la station débute en 1922 avec un personnage clé : Émile Leduc. Venu en pèlerinage au lieu-dit de l'Ermitage, il tomba rapidement sous le charme de l'endroit. Le concours de circonstances fit que l'hôtel se trouvant à côté de la chapelle, fut mis à la vente... Mr Leduc, alors âgé de 33 ans en fit l'acquisition. Avec sa femme, Marie Valdenaire (puis Leduc), ils firent prospérer l'hôtel et donnèrent naissance à une fratrie de 11 enfants : six filles et cinq garçons.

Le patriarche, déjà primé lors de concours de ski durant ses classes à l'armée (Champion de France militaire au Lioran), transmit très vite ses talents à tous ses enfants... Tous ces chérubins ont étés au moins champions régionaux et certain(e)s ont même réussi à atteindre la prestigieuse équipe de France ; pour exemples : Antoine (JO de St Moritz en 1948), Marguerite, Anne-Marie et Thérèse (JO de Squaw Valley en 1960).

Après les années glorieuses, place aux années d’expansion... En 1961, un premier téléski a vu le jour : celui du Tremplin. Il desservait, comme son nom l'indique, un tremplin de saut ; il est aujourd'hui abandonné. La station faisait alors figure de pionnière en possédant un téléski ; seuls la Bresse, Le Rouge-Gazon ou Gérardmer en possédaient un. Ce fut la première pierre de l'édifice avant la mort d'Émile Leduc la même année ; les 4 filles du couple Leduc reprirent le fond de commerce.

TKD du Tremplin ---> cliquez pour accéder au reportage de Maniac-Vosges.

4 ans plus trad, c'est une autre téléski qui fut installé, Fourgoutte. Il desservait la piste la plus difficile de la station tout comme l'agréable piste bleue Thérèse Leduc (petite référence à la famille fondatrice).

Image
Le téléski du Tremplin à gauche et celui de Fourgoutte devant.


Entre 1967 et 1970, c'est une salve de remontées nouvelles qui se déversa sur le domaine : une zone école et ses deux appareils (École en 1967), le Riant (1970) et bien sûr Fourgoutte 2 (1969) qui doubla l'autre téléski du même nom. La zone skiable a donc été étendu considérablement en seulement un hiver, c'est aussi le début de l'afflux de masse de la part des skieurs ; car, ne l'oublions pas, le ski de descente n'en est encore qu'à ses débuts dans les années 1970.
Notons aussi qu'en 1980, le téléski école fut doublé par un second appareil un peu plus court.

Image
La piste la Noire et ses deux téléskis.


1987 ; une année incontournable ! La station a accueilli son premier télésiège... De marque Poma, ce dernier a été construit lors de l'intersaison 1987, sur des pentes jusqu'alors jamais exploitées qui ont nécessité un éclaircissement dans la forêt. L’autorisation d'ouverture en novembre de cette même année a lancé son exploitation. Il a ouvert des possibilités de ski sur tout le domaine et a même permis l'installation du téléski du Ménil sur la partie sommitale cette même année. Dès 1987, le domaine tel que l'on le connaît actuellement était en place.

Le dernier grand chantier est en date de 2012 et marque la construction du nouveau téléski du Riant. Plus court que son prédécesseur, il permet de remonter sur le domaine depuis la ferme du Riant.

Le téléski du Ménil, un appareil d'altitude

Le téléski du Ménil se situe sur la partie sommitale du domaine skiable, à proximité direct du télésiège des Buttes. La remontée ainsi que ses pistes sont implantés sur la commune du Ménil, qui a inspiré le nom du téléski ; c'est le seul espace du domaine qui dépasse les limites communales de Ventron. Le secteur est orienté Sud-Ouest, ce qui permet un ensoleillement assez important tout comme une neige de qualité.
Le téléski n'est donc pas un appareil de liaison : il dessert uniquement des pistes de ski propre. En effet, une fois la descente terminée, c'est la limite des pistes qui s'oppose aux skieurs...

Image
La partie haute de la ligne depuis la piste bleue des Brimbelles.

Image
La situation de l'appareil sur le plan des pistes.


Le téléski du Ménil dessert les pistes suivantes :




  • Brimbelles : Piste bleue qui longe le téléski sur son côté gauche. Elle est plutôt longue (pour le massif des Vosges) et comporte des parties assez techniques très sympatriques. On notera aussi qu'elle est équipée d'un système d’enneigement artificiel York.
  • Au niveau culturel, la brimbelle est un mot provenant d'un patois vosgien qui désigne un fruit très local : la myrtille sauvage.
  • Airelles : Piste rouge descendant sur la partie droite du téléski. On y accède depuis un chemin partant sur la droite de la gare amont, qui débouche sur un mur final assez pentu, qui est l'unique difficulté de la piste. Là aussi, la piste porte le nom de fruits ; ce sont des baies qui se déclinent sous différentes formes dont les plus connues sont la cranberry et la myrtille.


Résumons à présent quelques caractéristiques :

Caractéristiques administratives :

TKD - Téléski à perches débrayables : DU MÉNIL
Exploitant : Leduc SA
Constructeur : POMA
Année de construction : 1987

Caractéristiques d’exploitation :

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 1 personne
Débit à la montée : 900 personnes/heure
Vitesse d'exploitation maximale : 3,2 m/s
Sens de la montée : Par la gauche

Caractéristiques géométriques :

Altitude aval : 950 m
Altitude amont : 1105 m
Dénivelée : 155 m
Longueur développée : 747 m
Temps de trajet : 3 minutes et 54 secondes
Pente maximale : 32 %

Caractéristiques techniques :

Emplacement motrice : Aval
Type de motorisation : Asynchrone
Emplacement tension : Amont
Type de tension : Hydraulique
Nombre de pylônes : 8

Les infrastructures de la ligne

La gare aval

La gare aval du téléski du Ménil est située à une altitude de 950 mètres, ce qui en fait la remontée la plus haute du domaine. Elle n'est joignable uniquement par les pistes de ski qu'elle dessert. Côté technique, on retrouve ici une gare de type Pomagalski H90, effectuant la motricité du câble grâce à un moteur électrique situé sur la poulie motrice.

Image
Une vue éloignée de la gare aval depuis la piste des Airelles. On peut observer la Tête des Champs en arrière-plan.

Image
La gare vue de 3/4.

Image
Un profil global de l'ouvrage.

Image
3/4 arrière.

Image
On bascule sur le côté opposé.

Image
Depuis la file d'attente.

Image
La poulie motrice.

Image
La groupe moteur, sur l'arrière de la gare.


La ligne

La ligne du téléski du Ménil est longue de 747 mètres et comporte un dénivelé de 155 mètres. Elle est assez monotone et peu pentue : après un court faux-plat, la déclivité augmente au niveau du pylône P2. Ensuite, elle s’amoindrit dès la sortie de la forêt et reste constante jusqu'à la gare amont. On remarquera que la ligne longe la piste sur une moitié de sa longueur.

Pomagalski a équipé la ligne de 8 pylônes dont 3 supports et 5 support/compression, équipés ainsi :



  • P1 : SC / -
  • P2 : S / SC
  • P3 : SC / SC
  • P4 : S / S
  • P5 : SC / SC
  • P6 : SC / SC
  • P7 : S / S
  • P8 : S / S


Image
La courte portée de la gare aval au pylône P1.

Image
Pylône P1, uniquement réservé au brin montant.

Image
Portée P1 à P2.

Image
Pylône P2.

Image
Portée P2 à P3, qui marque l'entrée dans la forêt.

Image
Pylône P3.

Image
Portée P3 à P4.

Image
Pylône P4, qui amorce une petite rupture de pente.

Image
Portée P4 à P5, sans augmentation de pente (comme peut le suggérer la photo).

Image
Pylône P5.

Image
Portée P5 à P6, la ligne sort de la forêt pour longer la piste des Brimbelles.

Image
Pylône P6.

Image
Portée P6 à P7. On relèvera la présence d'un système enneigement artificiel au bord de la piste.

Image
Pylône P7.

Image
Portée P7 à P8.

Image
Pylône P8, dernier ouvrage de la ligne.

Image
Portée du pylône P8 à la gare amont.


La gare amont

La gare amont du téléski du Ménil est située à une altitude de 1105 mètres, à proximité de la gare amont du télésiège des Buttes. On y retrouve ici un LSP (Lâcher sous poulie) effectuant la tension du câble grâce à un vérin hydraulique monté sur un lorry.

Image
Une vue lointaine de la gare.

Image
La gare de profil dans sa globalité.

Image
Un 3/4, laissant apparaître l'aire d'arrivée.

Image
Le LSP vu de face.

Image
Un second 3/4. On peut observer le lorry ainsi que le vérin hydraulique entre les deux poutres de soutènement.

Image
L'arrière de la gare.

Image
La poulie retour-tension.


Autres photos

Image
Une perche à sellette.

Image
Le début de la ligne depuis la piste des Airelles.


Le téléski, un appareil adapté à sa tâche

Construit en 1986, le téléski fonctionne encore comme au premier jour sans subir de pannes régulières et intempestives. Il dessert un bel espace de ski propre assez accessible et relativement apprécié par les skieurs, ce qui fait de lui l'un des appareils les plus utilisés du domaine (derrière le télésiège des Buttes). Cependant, il est très bien proportionné à la masse de skieurs qu'il reçoit et surcharge très rarement.
Il est fort à parier que le téléski suive l'exemple de celui du Riant en faisant "peau-neuve" ; mais ce ne sera que dans plusieurs années au vu de l'usage actuel de l'appareil.

Image
Le téléski du Ménil, un appareil dimensionné à une clientèle familiale.


Je tiens à remercier Bovinant pour la bannière.


Textes : fan2montagne73
Photos : fan2montagne73
Bannière : Bovinant

Date des prises de vues : 21 janvier 2018



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :