En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TKD Juments 2000

La Clusaz (La Clusaz-Manigod)

Montaz Mautino

T2 ES
Description rapide :
Un téléski important et stratégique sur le sommet du massif de l'Aiguille.

Année de construction : 1967

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : GPS-74
Section écrite le 03/09/2010 et mise à jour le 02/05/2020
(Mise en cache le 05/05/2020)

Je vous présente un reportage sur le téléski débrayable de Juments 2000 à La Clusaz dans le massif des Aravis.


La Clusaz est une station de sport d’hiver située en Haute-Savoie. Avec les stations du Grand-Bornand, de Manigod et de Saint-Jean-de-Sixt, elle forme le massif des Aravis.

La commune se compose de trois grandes zones habitables :

  • le centre du village de La Clusaz : situé à l’entrée de la commune, il est le centre administratif de la commune.
  • la vallée des Confins : cette vallée suit la chaîne des Aravis, du massif de l’Aiguille à la Tête Pelouse (2537m).
  • les Aravis/Etale : cette vallée part du centre de la station et monte vers les cols des Aravis, de la Croix-Fry et de Merdassier.

L’équipement du domaine skiable démarra vers 1935, mais ce n’est qu’en 1955 avec la construction du téléphérique de Beauregard que la station prit de l’ampleur.

Actuellement, le domaine skiable s’étend de 1050m à 2485m et comporte une trentaine de remontées mécaniques pour 130 kilomètres de pistes réparties sur quatre secteurs : le massif de Beauregard, le massif de l’Etale, le massif de l’Aiguille et le massif de Balme.

N'hésitez pas à consulter avec ce reportage la description de la station de la Clusaz et le dossier complet réalisé par Guillaume sur "l’histoire du développement du tourisme, du ski et du domaine skiable de La Clusaz".


Image


Au sommaire :

  • Juments 2000 : vers le sommet de l'Aiguille
  • Un téléski au virage assez particulier...
  • La gare aval
  • La ligne
  • La gare amont
  • Clôture


Juments 2000 : vers le sommet de l'Aiguille

Le début du ski à la Clusaz débuta en 1934 lorsque le premier télétraineau entra en service. Partant du village, cet étrange appareil qui était une sorte de luge remorquée par un câble montait sur le Crêt du Merle. Il fut bien vite remplacé par un second appareil du même type mais quelque peu différent. L'existence du télétraineau s’acheva prématurément lorsqu'en 1945 un accident coûta la vie à 5 personnes. Pendant ce temps, en 1938, le Crêt du Loup fut également équipé d'un premier téléski. Il reste peu d'infos sur cet appareil primitif qui ne fonctionna que quelques années !

En 1946, le Crêt du Merle vit apparaître son premier vrai téléski, entièrement métallique et permettant de hisser les skieurs vers le nouveau téléski du Crêt du Loup construit en 1948 en remplacement du premier téléski de 1938. Ce nouvel appareil permis notamment l'accès dès 1957 au téléski de l'Aiguille, desservant le point culminant du massif à près de 2200 mètres d'altitude.

A la fin des années 1950, la station de la Clusaz ne possédait donc pas moins de 6 téléskis sur le massif et le téléski de l'Aiguille était le dernier maillon d'une chaîne de 3 téléskis partant du village. Or, cette chaîne posa un sérieux inconvénient : lorsque l'un des deux téléskis (Crêt du Merle ou Crêt du Loup) était à l'arrêt pour cause de manque de neige par exemple, il fallait monter à pied pour rejoindre le téléski de l'Aiguille...

Ainsi, un certain Jacques Rachel projeta la construction d'un télébenne sur la Combe des Juments, qui permettrait d'atteindre sans difficulté le téléski de l'Aiguille. De plus, les skieurs pourraient également skier sur la piste de la Combe des Juments, d'exposition idéale pour ceux qui veulent bronzer... mais pas forcément pratique pour l'enneigement qui faisait rapidement défaut !

En 1960, la société du télébenne de la Combe des Juments fut créée puis dirigée par Jacques Rachel. Elle installa durant cette même année le premier appareil sur la Combe des Juments. Cette installation n'était pas un télébenne comme il était prévu mais... un télésiège deux places fixe ! En effet, l'entreprise Pomagalski venait d'en lancer un à Squaw Valley, ce qui a attiré l’œil de Jacques Rachel qui a alors décidé pour des raisons pratiques d'en installer un sur la Combe des Juments. Dans les années qui suivirent, la société de Jacques Rachel créa son petit domaine vers le sommet du Crêt du Loup avec notamment le téléski des Cloches (1961) et celui de Juments 2000 (1967). Ce dernier fut placé le long de la falaise qui marque la bordure avec la combe de Borderan et montait vers le milieu de la ligne du téléski de l'Aiguille.

Image
Le haut du massif de l'Aiguille, un espace de glisse technique aux terrains variés et pleins de sensations.


L'année 1977 provoqua un bouleversement du haut de l'Aiguille avec la construction du télésiège biplace de Côte 2000 qui permit de seconder les téléskis de l'Aiguille et de Juments 2000 à la desserte des pistes et hors-pistes du secteur. Ce nouveau télésiège, de part son arrivée au sommet du Fernuy, permit d'accéder directement depuis son sommet au hors-piste du Fernuy (l'actuelle piste noire des Lapiaz) et sa gare aval positionnée au milieu de la piste de la Combe des Juments permit aux skieurs dévalant la Combe de Borderan de remonter directement sur le domaine sans avoir à descendre jusqu'au départ du télésiège de la Combe des Juments situé dans un secteur manquant cruellement de neige du fait de son exposition.
Dans ces années-là, le téléski de l'Aiguille fut une première fois remplacé par un nouveau téléski plus moderne, du constructeur Montagner. Ce nouveau téléski reprenait toujours le même tracé, et possédait une grande particularité : celle d'avoir le brin descendant ne suivant pas le brin montant, malgré le faible écart entre les deux sur la majeure partie de la ligne. Le télésiège de Côte 2000 et le téléski de l'Aiguille se croisait au même endroit qu'actuellement avec les deux télésièges et possédaient déjà par ailleurs un pylône commun.

En 1979, la SEM "du télébenne de la Combe des Juments" se lança dans de gros travaux d'équipement du domaine skiable : la construction de trois télésièges. Les télésièges du Crêt du Loup et du Mini-Loup ont été installés sur le secteur du même nom, doublant les téléskis existants et le télésiège débrayable deux places de la Combe des Juments fut installé pour remplacer l'ancien télésiège fixe. Ce dernier ne fut mis en service qu'en 1980. Ce remplacement permit d'améliorer la desserte des pistes du secteur et notamment son rôle d'ascenseur dans les deux sens lorsque la neige manquait sur le bas.

Un nouveau bouleversement du secteur arriva à la fin des années 1990. La construction de la télécabine du Fernuy en 1999 s'accompagna de la création de deux pistes sur le Fernuy. L'année suivante, le téléski de l'Aiguille fut remplacé par le télésiège quadriplace de l'Aiguille mettant définitivement un terme aux attentes du téléski de l'Aiguille depuis la construction du Fernuy mais qui, pour le coup, porta atteinte à la clientèle du télésiège de Côte 2000 qui n'allait cesser de régresser ! Le nouveau télésiège repris le tracé de l'ancien appareil et son arrivée sur le sommet de l'Aiguille lui permet d'accéder aussi bien à la Combe de Borderan qu'à la piste de l'Aiguille, cette dernière permettant de se diriger vers le Fernuy.

Le téléski de Juments 2000 quand à lui se sortit grandi de ce réaménagement puisqu'il demeure un accès facile, rapide et permanent vers le Fernuy et donc Balme contrairement au télésiège de l'Aiguille qui est contraint de fermer de temps en temps en plein milieu de la journée du fait de son exposition au vent latéral violent.


Situation du téléski sur le plan des pistes :

Image

Le téléski de Juments 2000 dessert deux pistes. La piste de Juments 2000 retourne au départ de l'appareil ainsi qu'à celui du télésiège de l'Aiguille. La longue et magnifique piste du Fernuy permet quant à elle de descendre vers le secteur de Balme pour prendre l'une des deux télécabines.



Un téléski au virage assez particulier...

La réalisation du téléski de Juments 2000 a été confiée à l'entreprise Pomagalski et il était assez classique pour l'époque. La gare était probablement une gare T100 treillis. En amont, la gare devait être une simple poulie de retour montée sur un pylône vraisemblablement en treillis. La ligne ne possédait qu'une particularité qui le démarque des autres appareils de ce type. Il s'agit du virage à gauche qui se décompose en réalité en deux virages opposés et qui se fait sur pas moins de trois pylônes espacés ! Vous trouverez plus d'informations sur ce dispositif dans la partie consacrée à la ligne.
Ce téléski sera rénové en 1978 par le remplacement de la gare aval par une gare de dernière génération. La gare amont fut probablement en partie changée cette année-là notamment afin d'en protéger le contrepoids, soumis aux conditions climatiques très défavorables afin d'optimiser l'exploitation de l'appareil. On notera que ce n'est pas l'entreprise d'origine qui a assuré cette rénovation mais l'entreprise Montaz-Mautino, constructeur d'un bon nombre de téléskis au sein de la station. Enfin, la plupart des potences et quelques poulies furent remplacées assez récemment par l'entreprise Gimar Montaz-Mautino.


Les caractéristiques actuelles du téléski de Juments 2000 :

Caractéristiques administratives :

  • Nom de l'installation : Juments 2000
  • Type d'appareil : téléski à perches découplables
  • Secteur : Aiguille
  • Commune : la Clusaz
  • Exploitant : Société d'Aménagements Touristiques et d'Exploitation de La Clusaz (SATELC)
  • Saison d'exploitation : hiver
  • Constructeur d'origine : Pomagalski
  • Année de construction : 1967
  • Rénovation(s) : 1978 par le constructeur Montaz-Mautino

Caractéristiques géométriques :

  • Altitude de la gare aval : 1648 m
  • Altitude de la gare amont : 1930 m
  • Longueur : 785 m
  • Dénivelée : 282 m
  • Pente moyenne : 39%
  • Pente maximale : 53%

Caractéristiques techniques :

  • Emplacement de la station motrice : aval
  • Type de gare motrice : gare T100 Automatique
  • Emplacement de la station de tension : amont
  • Type de tension : contrepoids
  • Capacité des perches : 1 personne
  • Dispositif d'accouplement : douille auto-coinçante

Caractéristiques de la ligne et d'exploitation :

  • Nombre de pylônes : 12
  • Nombre de virages : 1 (décomposé en plusieurs petits virages)
  • Sens de montée : gauche
  • Vitesse en ligne : 3.5 m/s
  • Temps de montée : 3mn 44s
  • Débit : 800 p/h
  • Difficulté de la ligne : difficile



La gare aval

La gare est située sur la partie haute du massif de l'Aiguille, à 1648 mètres d'altitude au bord de la combe de Borderan. C'est ici que ce trouve la partie motrice de l'appareil. Cette gare aval Montaz-Mautino issue de la rénovation de 1978 se compose de deux pylônes supportant une structure où sont montées la chaîne cinématique à l'arrière (moteur, réducteur, poulie motrice), la glissière pour stocker les perches, le double déclencheur à l'avant sans oublier enfin les poulies d'entrée et de sortie de gare. Le poste de conduite se trouve ici, accolé à la gare.

La gare aval, avec le télésiège de Côte 2000 au premier plan, vue de la traversée venant du Crêt du Loup :
Image

La gare aval avec la Pointe de Merdassier juste derrière :
Image

La gare avec le massif de l'Etale en contrebas :
Image

La gare avec l'arrivée des télésièges de la Combe des Juments et du Crêt du Loup en arrière-plan :
Image

La gare aval et le premier pylône :
Image

Vues sur la gare :
Image

Image

Image

Image

L'accès au téléski :
Image



La ligne

La ligne est de longueur moyenne. Sa pente y est toutefois assez raide sur l'intégralité du parcours, le classant ainsi comme téléski difficile. Dès le départ, on commence en effet avec une petite côte qui se rétablie partiellement entre les pylônes 2 et 3. Ce dernier pylône une fois passé, la ligne remonte constamment mais surement jusqu'au pylône 7, marquant le début du fameux virage de cet appareil. Après un court replat et le passage du virage à gauche, la ligne remonte rapidement vers le pylône 9 après lequel se trouve un replat relatif car la ligne se durcit de nouveau au pylône suivant et ce, jusqu'à l'arrivée.

Le virage de cet appareil est assez particulier. Il est en effet affecté trois pylônes non rapproché pour le constituer ! En regardant bien par rapport à ces trois pylônes (n°7, n°8 et n°9), il se trouve qu'il y a deux virages (un dans chaque sens) pour la ligne côté montée et un virage pour la ligne côté descente. En montant, on commence par effectuer un léger virage à droite au pylône 7 (il est tellement léger qu'il est même négligé). Ensuite vient au pylône 8 le vrai virage de la montée, décalant la ligne sur la gauche. Celui-ci étant monovoie et assure en plus une compression et le virage, c'est le pylône 9 qui s'occupe d'effectuer le virage à la descente ! Ce dispositif entraine donc une déportation du pylône 8 vers le brin retour ce qui fait que ce dernier le survole quasiment ! Il est peut-être même possible que le pylône 9 sur le brin montant décale très légèrement la ligne (moins de deux degrés) vers la gauche. Vous pourrez vous rendre compte de ce système sur les photos. Par contre, je n'ai pas su pourquoi un tel virage a été mis en place au lieu du classique pylône affecté à cette opération sur les deux brins de la quasi-totalité des autres appareils de ce type. Il est fort probable que ce soit la nature du terrain qui est imposé cette configuration.

La ligne comporte 12 pylônes numérotés de 1 à 12. Dans l'ordre de la montée, cela donne :

  • P1 : C
  • P2 : S/SC
  • P3 : SC
  • P4 : SC/SC
  • P5 : S/SC
  • P6 : S/S
  • P7 : virage à droite en support/SC
  • P8 : Svirage à gauche en compression
  • P9 : S/Svirage en compression
  • P10 : SC
  • P11 : S/SC
  • P12 : S/S


Vues sur la ligne :

Vue aérienne de la ligne avec l'emplacement des pylônes :
Image

Le téléski de Juments 2000 à droite vue du télésiège de Côte 2000 :
Image

En zoomant, on se rend compte du virage vers le haut de la ligne. A gauche de l'appareil se trouve la piste de Juments 2000 qu'il dessert :
Image

Le début de la ligne avec le sommet du Crêt du Loup au fond :
Image

Le début de la ligne :
Image

Image

Le milieu de la ligne vue de la piste de Juments 2000 :
Image

La ligne à proximité de la crête surplombant la combe de Borderan :
Image

Les trois pylônes du dispositif de virage :
Image

Image

Image

Le haut de la ligne :
Image

Image

La ligne vue depuis l'arrivée de l'installation :
Image

Pylône 1, on attaque la montée :
Image

Pylône 2, équipé d'une double couronne anti-déraillement sur la poulie côté montée, dispositif également en place sur les pylônes 9 et 12 :
Image

Image

Portée entre les pylônes 2 et 3 avec la piste de Juments 2000 et l'arrivée de la télécabine du Fernuy à gauche :
Image

Pylône 3 :
Image

Pylône 4 :
Image

Portée entre les pylônes 4 et 5, on monte de façon linéaire sur l'Aiguille :
Image

Pylône 5 :
Image

Pylône 6 :
Image

Pylône 7. La poulie côté montée fait un léger angle à droite, ce qui va provoquer un rapprochement du brin montant vers le brin retour puisque celui-ci arrive en ligne droite :
Image

Portée entre les pylônes 7 et 8. On voit clairement que l'on se dirige dans une direction croisant le brin retour, situation qui ne se fera pas grâce au pylône de virage.
Image

Pylône 8, virage à gauche pour le brin montant :
Image

Image

Pylône 9, assurant le virage pour le brin retour et peut-être même un minime décalage vers la gauche pour le brin montant :
Image

Portée entre les pylônes 9 et 10, on longe les barres rocheuses sur la droite :
Image

Pylône 10 au pied de la dernière côte :
Image

Pylône 11 :
Image

Portée entre les pylônes 11 et 12 avec à gauche le télésiège de l'Aiguille :
Image

Pylône 12 d'arrivée :
Image



La gare amont

La gare amont est située à 1930 mètres d'altitude au montant sur l'Aiguille. Elle est constituée d'une simple poulie de retour tension par contrepoids montée sur un pylône tubulaire. La particularité de cette gare est que le contrepoids est protégé dans un petit cabanon en tôle. Cette structure permet de le protéger du vent latéral soufflant fortement et de façon régulière sur le sommet de l'Aiguille.

La zone de lâcher :
Image

Vues sur la gare :
Image

Image



Clôture

Le téléski de Juments 2000 est un bon appareil, situé sur un emplacement stratégique et permettant d'assurer l'accès vers le Fernuy et donc Balme lors de condition très défavorable sur le haut de l'Aiguille. Malgré une ligne difficile et un âge avancé, il permettra de jouer pleinement son rôle pendant de nombreuses années puisqu'à ce jour, il n'est pas concerné par le programme de réaménagement du massif de l'Aiguille et son débit demeure suffisant sur la saison hormis quelques moments de saturation. Ceci dit, y mettre un télésiège serait surdimensionné et condamnerai totalement l'accès au Fernuy lorsque le vent latéral se lève sur cette partie du massif, obligeant tous les téléportés à fermer par mesure de sécurité...



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :