En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TKE de Chapouilloux

Chalmazel

Gauchon - Brändle

T2 HS
Description rapide :
La genèse de la station de Chalmazel avec la présentation du téléski de Chapouilloux, la première remontée mécanique, et lʼévocation des premiers autres petits remonte-pentes qui y ont été installés : les téléskis Chalmazel 1500 et de la Parre.

Année de construction : 1953
Fin de service en : 1971

Suivre la discussion sur le forum



Auteur de ce reportage : lolo42
Section écrite le 22/02/2013 et mise à jour le 17/11/2017
(Mise en cache le 17/11/2017)

Image


Dans la Loire, au cœur des monts du Forez, à quelques tours de roues du bourg médiéval dominé par son château du XIIIe, la station de Chalmazel propose un petit domaine de 12 kilomètres de pistes qui se développe depuis les landes sauvages des calottes sommitales (les Hautes-Chaumes) jusquʼau cœur de la dense forêt de sapins. Depuis 1965, on y skie de 1109 à 1600 mètres d´altitude sur les pentes de Pierre-sur-Haute (1634 mètres), point culminant des monts du Forez.

Pourtant dès 1953, à quelques centaines de mètres des pistes actuelles, des passionnés implantaient à Chalmazel la première remontée mécanique des monts du Forez : le téléski de Chapouilloux. Je vous propose de vous plonger dans l'histoire de cet équipement pionnier, et au-delà, dans celles, intimement liées, des premières pistes et remonte-pentes de la station...


Sommaire
  • Des premières pistes à la première remontée
  • 1953 : premier téléski de Chapouilloux
  • Les téléskis Chalmazel 1.500 et de La Parre
  • 1971 : deuxième téléski de Chapouilloux
  • Les vestiges de Chapouilloux
Image


Des premières pistes à la première remontée


La pratique du ski s'organisa à Chalmazel à partir de 1934, lorsque le Ski-club Roannais, créé un an auparavant, établit son camp de base sur les terrains d'une jasserie achetée par Novarina, située au lieu-dit Les Bois, au bas de la forêt de Chapouilloux. Le club traça la première piste de descente « A », dite piste des Roannai,s qui démarrait au contrebas du mont Procher, puis slalomait dans la forêt pour rejoindre les prés. Les bonnes initiatives locales permirent également l' établissement de la piste « B », qui débutait sur les chaumes du chalet Gauchon, puis pénètrait dans les bois sur 600 mètres et rejoignait la jasserie Novarina et le pré Massacrier. Enfin, sur la calotte sommitale de Pierre-sur-Haute, on skiait déjà sur le Mur des Granges, actuel emplacement du téléski des Cimes. Plusieurs compétitions s'y déroulaient d'ailleurs jusqu'à tard dans la saison.

En ce temps, bien entendu, pas encore de remontée mécanique : la montée s’effectuait par les Bois avec des peaux, ou par le col du Béal.


Image
Les premiers skieurs au sommet du Procher, avec la vue sur Pierre-sur-Haute. (Col. Laurent Berne)


En 1936, l'instituteur de Chalmazel lança les premières journées scolaires de ski. C'était également l'époque des première compétitions locales d'envergure : en février 1939, la fédération Forez-Velay-Vivarais organisa sur deux jours à Chalmazel un grand concours regroupant sur la piste A des épreuves de descente, slalom et combiné pour lequel le public se presse nombreux. Le journal stéphanois Mémorial ne compta « pas moins de 180 voitures particulières et 12 cars, soit plus de 1 500 personnes ».

Image
Le concours de ski de Chalmazel organisé en 1939 par la fédération Forez-Velay-Vivarais (collection Laurent Berne)


En 1946, Emile Doitrand, René Morel et Fernand Bost, trois passionnés locaux de ski, créèrent le Ski-club Chalmazellois. Cette association investit également le lieu-dit Les Bois, en particulier la jasserie de la Parre, où elle aménage un tremplin en bois qui permet des sauts de 18 mètres. Plusieurs autres clubs et associations viennent aussi fréquenter le site, notamment les Eclaireurs de France, qui construisent leur refuge sur la piste B à compter de 1951.

Mais toujours pas de remontée mécanique.

La situation change après que Chalmazel s'offre l'électricité, principalement pour alimenter les scieries. Profitant de cette aubaine, clubs et passionnés se réunirent et fondèrent le comité du téléski. Il permit, en 1953, l'implantation de la première remontée : le téléski de Chapouilloux, qui prenait place au bas de la piste B, sur le pré Massacrier. L’engouement suscité par ce premier équipement permit l'implantation des téléskis Chalmazel 1500, fin 1959, et de la Parre, pour la saison 1963-1964 (nous y reviendrons).


Image
Repérage dans l'espace des pistes et remontées primitives de Chalmazel. (Dessin Laurent Berne)



1953 : premier téléski de Chapouilloux


Conception suisse et fabrication locale

Pour la construction du remonte-pente de Chapouilloux, M Gauchon, industriel et skieur forézien de la première heure, proposa d’acheter une licence à la société Karl Brändle & Co dont les ateliers, implantés à Melein près de Zurich, commencèrent à produire en 1951 des téléskis légers à montage rapide, avec des pylônes en T soutenus par des étais, conçu selon le système de l'ingénieur Heinrich Vogler.

Une grande partie des pièces fut fabriquée dans l'usine Gauchon et Fils, à Sail-sous-Couzan. L'entreprise forezienne réalisa une copie parfaite du modèle dit "Cresta" de Brändle dont plusieurs exemplaires avaient déjà été livrés dans les années 1950 à Cardada en Suisse (voir ici sur un site présentant l'historique de Cardada) ou encore au Belchen en Forêt Noire (Voir la photo issue de ce post sur AlpinForum).


Le téléski fut monté ensuite par les membres des ski-clubs locaux et les employés de l'usine. L'engin tractait 300 skieurs par heure. Luxe suprême : il fonctionnait à l’électricité.


Image
Schéma de principe du téléski Gauchon type Cresta de Chapouilloux (Collection Chin@ill)


Caractéristiques principales
  • Nom de l'installation : Chapouilloux
  • Type : RPE - remonte-pente à enrouleurs
  • Constructeur : Gauchon (sous licence Brändle)
  • Modèle : Cresta
  • Exploitant : Comité du téléski de Chalmazel
  • Année de construction : 1953
  • Année d'arrêt : 1971

  • Altitude aval : 1.120 mètres
  • Altitude amont : 1.250 mètres
  • Dénivelée : 130 mètres
  • Longueur suivant la pente : 605 mètres
  • Nombre de pylônes : 6

  • Motrice : aval - moteur électrique
  • Tension : aval - Contrepoids
  • Diamètre du câble : 14 mm

  • Véhicules : sellette monoplace à enrouleur
  • Constructeur des véhicules : Brändle
  • Nombre de véhicules : 50

  • Vitesse : 2 m/s
  • Sens de rotation : horaire
  • Débit : 300 personnes/heure


Gare de départ

Le départ du téléski était situé à 1.120 mètres d’altitude en lisière du bois de Chapouilloux. Il prenait place dans un petit appentis en longueur. A côté, un petit cabanon servait de local technique.

La station de départ était constituée d'une charpente métallique inclinée montée sur un massif en béton. Elle abritait un lorry monté sur rails qui supportait le moteur, le réducteur et la poulie motrice de 1,5 mètre de diamètre. Ce chariot était solidaire, en arrière, d'un contrepoids assurant la tension du câble de traction de 14 mm.

Image
Au départ du téléski de Chapouilloux (Collection Laurent Berne)


Image


Ligne

La ligne se développait sur 605 mètres en direction du chalet des Éclaireurs de France. Elle était soutenue par 6 pylônes et rachètait 130 mètres de dénivelée. La station retour était implantée à 1.250 mètres d’altitude à la sortie d'un petit bois.


Image
Vue aérienne du téléski sur une photo de 1968 (IGN)


Les pylônes, en forme de T, étaient en tubes télescopiques. Leur base était ancrée sur un massif en béton tandis que la surface supérieure pouvait se démonter pour l'été ou des opérations de révisions. Ils étaient arc-boutés au sol dans le sens de la montée par deux autres tubes en V.

La station amont se composait de deux pylônes étayés réunis par un câble mouflé. Le premier soutient la poulie retour et pouvait se déplacer grâce à une manivelle sur deux rails parallèles ancrés sur un massif au sol de façon à rattraper des allongements du câble ; le second était haubané au sol.


Image
Le P1 (DR)


Image
La ligne du téléski plus en amont (Collection Laurent Berne)


Image
Le P2 (Collection Laurent Berne)


Image
Organisation de la zone d'arrivée (IGN)



Enrouleurs

Les enrouleurs, directement importés des ateliers Brändle en Suisse, offraient un débattement de 10 mètres et disposaient de béquilles guidant la remontée des sellettes en plastique. On en comptait 50 sur le téléski de Chapouilloux.


Image
Les enrouleurs Brändle (Collection Laurent Berne)


Vie de l'appareil

Le succès, bien que dépendant de l'enneigement, fut rapidement au rendez-vous : certains dimanches de bonne neige, plus de 400 voitures montaient à Chalmazel pour tester le seul remonte-pente de la région. Un moniteur fut même employé durant un à deux mois par le ski-club local pour donner des cours aux clients, mais surtout, dispenser des leçons de ski les jours de classes de neige et les jeudis, lorsque montaient les cars d'enfants de Roanne, Montbrison et Saint-Étienne.


Avec le téléski et les associations sportives qui gravitaient autour, le village vivait désormais au rythme des sports d’hiver : trois jours par semaine, M. Grange, le directeur de l'école, emmenait les enfants aux Bois pour leur apprendre le ski. Le matériel était financé par la solidarité des habitants de la région via des tombolas. Sous l’égide de M. Viallon, les élèves du Ski-club Chalmazellois acquirent un bon niveau. De nombreuses coupes furent organisées et le jeune Plagne et les Combréas étaient généralement bien placés.

Image
Foule du dimanche sur les champs de neige de Chapouilloux (Collection Laurent Berne)


Image
Les cours du ski du jeudi à Chapouilloux. On remarque un pylône T, tout à gauche, derrière le moniteur (Collection Jean-Luc Tarit)


Image
Entrevue en 1981 avec le premier "chef d'exploitation" (perchman, caissier, pisteur) du téléski de Chapouilloux : Jean-Pierre Barou.(archives station)




Les téléskis Chalmazel 1.500 et de La Parre


En 1959, un second téléski, dit « Chalmazel 1.500 » fut installé, à l'écart sur les chaumes d'altitude. Un petit remonte-pente, « La Parre », fut également implanté dans les années 1960 non loin du téléski Chapouilloux.

Image
Situation des téléskis de Chapouilloux, de la Parre et de Chalmazel 1500 sur une ancienne carte IGN



Le téléski Chalmazel 1500

La bonne fréquentation du téléski de Chapouilloux inspira Hubert Morel, journaliste à La Montagne, qui, avec deux amis du Ski-club de Thiers, rachetèrent un téléski léger de 1954 à la station voisine de Prabouré à Saint-Anthème et le réimplantèrent sur les chaumes d'altitude, au dessus du chalet Gauchon, au niveau du départ de la piste B. Ce téléski, nommé Chalmazel 1500, était situé entre 1365 et 1423 mètres d'altitude et long de 360 mètres. Il disposait d'un moteur thermique aval, de trois pylônes de ligne, et d'une tension par contrepoids sur poussard amont.

Pour l'annecdote, l'appareil fut livré au col du Béal par camion, mais du fait de la neige sur le chemin restant à parcourir, on fit ensuite appel à Jean-Pierre Barou et un autre agriculteur, François Archimbaud, du Supt, pour terminer le transport avec des chevaux !

Avec l'abandon de la piste B, le téléski Chalmazel 1.500, isolé, fut finalement démonté et vendu en 1967 à M. Broze du Brugeron (Puy-de-Dôme), petite commune située à quelques kilomètres en contrebas du col du Béal. Il fonctionna quelques années, au niveau du centre de ski de Camelot, comme remonte-pente du ski-club, avant d'être ferraillé.


Image
Repérage du téléski du Chalmazel 1.500 sur une vue IGN de 1964.(IGN)


Image
Vue aérienne de la ligne en 1964.(IGN)


Image
Le téléski du Chalmazel 1.500 est revendu et déplacé en 1960 au Brugeron.(Google)



Le téléski de la Parre

Pour délester le téléski de Chapouilloux de la clientèle débutante, le Ski-club Chalmazelois acquit pour la saison 1963-1964 un petit remonte-pente école : « La Parre ». L'appareil fut implanté durant une saison au niveau de la piste de montée du tremplin d'entraînement, non loin du téléski de Chapouilloux. Ce téléski de 130 mètres débitait 400 skieurs par heure. Il était équipé de perches fixes et de pylônes de types trépied qui s'installent sans fondation et se démontent facilement.

Image
Repérage du téléski du la Parre sur une vue IGN de 1969. Plus grand chose de visible ; peut êtres quelques pierres au niveau de la G1 et des traces au sol peut après le départ.(IGN)


Il fut déplacé dès 1965 au bas de la nouvelle piste des Granges et renommé téléski de Plume Galline. En 1967, il fut repositionné au niveau de la gare intermédiaire de la télécabine flambant neuve, pour desservir la piste école du Fayt, sur le plat des Granges. Quelques saisons plus tard, il trouva enfin sa place définitive à gauche de la gare de départ de la télécabine, sous le nom de téléski du Bosquet. Il fut ferraillé en 1993.

Image
Le téléski de la Parre aura été implanté sur 4 emplacements différents entre 1963 et 1993.

Image
Le téléski de la Parre, renommé téléski du Bosquet, à son emplacement définitif au pied des Granges. (coll. Laurent Berne)


1971 : deuxième téléski de Chapouilloux


Au début des années 1970, la station était désormais essentiellement structurée autour du domaine de Pierre-sur-Haute, initié en 1964, sous l'impulsion d'Eloi Marcoux, président du Ski-club, et de René Roche, maire de Chalmazel, avec le téléski des Granges. Cependant, l'exploitation du téléski de Chapouilloux se poursuivit.

Image
Plan des pistes 1968-1969 : le téléski de Chapouilloux est toujours exploité en parallèle des nouvelles pistes (Essertel, collection Laurent Berne)


L'appareil historique enregistrait d'ailleurs une belle fréquentation durant l'hiver 1970-1971, à la faveur, il est vrai, d'un enneigement exceptionnel. Fort de cette bonne saison, le ski-club décida de son remplacement par un engin plus lourd à perches débrayables.

La société Montaz Mautino fut retenue pour la fourniture du nouvel équipement et livra un modèle D40 DA caractérisé par sa station de départ monofût. La gare aval de l'ancien appareil fut conservée et servait désormais de guichet. Le nouveau départ fut implantée devant la construction d'origine.


Caractéristiques de l'appareil

  • Nom de l'installation : Chapouilloux
  • Type : RDP remonte-pente à perches découplables
  • Constructeur : Montaz-Mautino
  • Année de construction : 1971
  • Année d'arrêt : 1980
  • Année de démontage : 1985

  • Sens de montée : gauche
  • Temps de trajet : 3 min
  • Débit : 700 personnes/heure (environ)
  • Vitesse d'exploitation : 3,66 m/s

  • Altitude aval : 1 120 mètres
  • Altitude amont : 1 250 mètres
  • Dénivelée : 130 mètres
  • Longueur suivant la pente : 602 mètres
  • Nombre de pylônes : 6
  • Sens de rotation : horaire

  • Station motrice : Montaz Mautino type D.40 DA
  • Position : G1 aval
  • Puissance moteur : 22 kW

  • Station de tension : G2 poulie flottante Montaz Mautino
  • Type de tension : contrepoids
  • Tension : 1 500 daN

  • Véhicule : perche monoplace Montaz Mautino
  • Attache : douille autocoinçante découplable
  • Nombre de véhicules : 50


L'équipement, à l'écart de la foule du domaine principal, restait apprécié des débutants et utilisé par les écoles et les ski-clubs, tout particulièrement durant les après-midis de neige du jeudi, puis du mercredi à partir de 1972. Mais quelques saisons moins enneigées et son isolement eurent finalement raison de lui. Il ferma à la fin de l'hiver 1979/1980 et entraîna par la même l'abandon du secteur historique de Chalmazel. Le petit chalet de location de la famille Bouchand, implanté au Pré Huguet, qui tirait, jusque là, partie de sa proximité avec le téléski de Chapouilloux, fut relocalisé au pied des pistes du "grand domaine" de Pierre-sur-Haute.

Pour autant, le téléski n'avait pas beaucoup d'heures d'utilisation au compteur ; aussi, la station choisit-elle de le démonter proprement à l'été 1985 pour le stocker sous la gare aval de la télécabine. Il fut finalement réimplanté en 1993 sous le nom de téléski de la Forestière le long du bas de la ligne de cette télécabine en remplacement du téléski du Bosquet.

En 2002, avec la construction du télésiège des Jasseries, le téléski fut à nouveau démonté. Ses stations furent remontées en 2003 sur le téléski de Couzan, qui abandonna pour l'occasion sa configuration originale à tension aval et motrice amont.


Image
Le téléski Montaz Mautino de Chapouilloux version 1971 est réimplanté en 1993 le long de la télécabine, puis ses gares sont réutilisées en 2003 pour rénover le téléski de Couzan.

Image
Vue sur la station D.40 de Chapouilloux, à son emplacement actuel sur le téléski de Couzan.




Les vestiges de Chapouilloux


Aujourd'hui sur le pré de Chapouilloux, il demeure encore un dernier témoin de l'activité hivernale passée. Il suffit d'emprunter le petit chemin isolé conduisant au lieu dit "les Bois" et s'aventurer à travers champs pour découvrir, au détour de quelques arbres, la gare de départ abandonnée du premier téléski de 1953, qui se dresse, intacte, en lisière de forêt, plus de 60 ans après sa réalisation.

Image
La gare de départ se dresse encore au milieu de son pré, 60 ans après sa construction.


Image


Image


Image
Le guichet pour la vente des tickets et le contrôle.


Image
Le local du guichet.


Image
Un petite cabane servait sans doute de local technique.


Image
Sur l'avant, un socle béton atteste de la reconstruction de 1971 : c'est ici que prenait place la nouvelle station de départ Montaz-Mautino D.40.


Image


Voilà pour ce petit historique, je l'avoue, quelque peu empreint de nostalgie, sur ce secteur de Chapouilloux aujourd'hui abandonné, qui a vu naître les débuts du ski à Chalmazel. L'ensemble des informations du reportage est issu de recherches et de récolement de sources diverses. Je remercie à ce propos Patrice Archimbaud qui m'a fait parvenir de précieux éléments détaillés.

J'accepterai avec plaisir tout document, information, ou visuel susceptible de préciser des faits, compléter les données ou, plus généralement, d'enrichir les connaissances sur cette époque pionnière du ski dans les monts du Forez. N'hésitez-pas à me contacter.


Laurent Berne
(me contacter)


J'accepte volontiers la réutilisation de mes textes ou visuels (photos personnelles, issues de ma collection, plans des pistes; schémas...) pour peu que l'on ait la délicatesse d'en citer la source à proximité.

Le site du livre : "80 ans de ski à Chalmazel"
.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :