Localisation(s)
Photo

 TKE de Fabrèges

Artouste

Bühler

T2 ES
Description rapide :
Téléski construit sur le secteur Sagette permettant de skier face au Pic du Midi d'Ossau.

Année de construction : 1967

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de cette partie : arbisman
Section écrite le 13/11/2022 et mise à jour le 30/11/2022
(Mise en cache le 30/11/2022)

Image


Artouste, station atypique des Pyrénées

La station d’Artouste est située dans le département des Pyrénées-Atlantiques. Pour y accéder depuis la France il faut emprunter la montée du col du Pourtalet (1794 m) depuis la commune de Laruns et rejoindre le hameau de Fabrèges (1240 m), point de départ de la télécabine de la Sagette menant au domaine skiable.
En hiver, Artouste est une station de ski alpin construite « à l’envers » : en effet hormis quelques pistes très courtes sur le secteur de la Sagette (à l’arrivée de la télécabine), l’ensemble du domaine skiable se trouve sur l’autre versant. Celui-ci compte trois télésièges, six téléskis et un tapis roulant qui desservent 25 kilomètres de pistes réparties entre 1400 et 2100 mètres d’altitude.
En été Artouste est un haut lieu de tourisme des Pyrénées. En effet, la télécabine mène les visiteurs à une ligne de chemin de fer parmi les plus hautes d’Europe, les trains faisant un trajet d’une dizaine de kilomètres à flan de falaise pour rejoindre le lac d’Artouste (2000 m) et son impressionnant barrage. Avec une affluence particulièrement marquée en été, la fréquentation des lieux y est nettement plus importante qu’en hiver et c’est ce qui caractérise le côté atypique de cette station béarnaise.

Histoire de la création de la station de ski

Dans les années 1920, la compagnie des chemins de fer du Midi construisit plusieurs usines hydroélectriques dans les Pyrénées pour alimenter son réseau en électricité. Parmi les différents chantiers, celui d’Artouste comprenait la création d’un barrage en altitude et une centrale en vallée, près de Gabas. Pour les relier, la compagnie fit construire un téléphérique de chantier qui montait de Gabas au pic de la Sagette, puis un chemin de fer à voie étroite à flanc de coteau pour gagner le barrage en construction. Après la mise en service de l’aménagement, le téléphérique de chantier et le chemin de fer furent démontés. Devant la difficulté d’accéder au site d’altitude pour la maintenance, la compagnie décida en 1930 de reconstruire en dur un nouveau téléphérique, fourni par Bleichert et un chemin de fer à voie étroite. L'exploitation était assurée par la Société d’Hydroélectricité du Midi (SHEM), filiale de la compagnie ferroviaire.

Consciente du potentiel touristique du site, la Compagnie du Midi ouvrit l’exploitation du téléphérique et du petit train au public en été. Après la nationalisation des chemins de fer, la SHEM devint une filiale de la SNCF. Pour répondre à l'augmentation de la fréquentation touristique et la concilier avec l'exploitation hydroélectrique, la SHEM remplaça en 1958 le téléphértique Bleichert d'origine par un téléphérique Applevage construit en parallèle.

Le site n'étant pas exploité en hiver, la régie municipale des sports de Laruns décida au début des années 1960 de créer une station de sports d'hiver, comprenant des pistes tracées sur les 2 versants du col de la Sagette, des hébergements dans la plaine du Soussouéou et une liaison future avec Gourette. Pendant trois années, la régie fit étudier l’enneigement et les meilleurs tracés pour implanter les remontées mécaniques. À l'époque, l’enneigement atteignait en moyenne 1 m dans la plaine du Soussouéou et 4 m au sommet du télésiège de Séous. Pour le tracé des pistes, la régie prit conseil auprès de la championne du monde Annie Famose.

Annie Famose à la sortie du petit train lors de l’ouverture de la station
Image

Le projet initial prévoyait d'acheminer les clients par le téléphérique et le chemin de fer jusqu'à l'entrée du tunnel de l'Ours, d'où partirait un petit domaine skiable constitué à l’origine de 3 remontées mécaniques sur les 2 versants du massif. D’importants travaux ont permis d’aménager la ligne de train pour permettre son exploitation hivernale, comme la construction de paravalanches et l’adaptation de chasse-neige poussés par les locomotives. Du côté des remontées, 3 appareils ont été installés par Bühler : un téléski à enrouleurs sur le versant Gabas, un télésiège biplace et un téléski à enrouleurs sur le versant Soussouéou, l'alimentation électrique a de ce fait été acheminée dans le secteur. Ces travaux ont représenté un investissement de 1,5 millions de francs.

Le paravalanche
Image

La locomotive adaptée
Image

Le chasse-neige
Image

L’ouverture était initialement prévue au cours de l'hiver 1966/67 mais les mauvaises conditions météorologiques ont retardé les travaux. La station a été inaugurée le 15 décembre 1967.

Au cours de la première saison, 3 remontées furent mises en service. Sur le versant Gabas, le téléski de Fabrèges, sur une longueur de 700 m et une dénivellation de 300 m assurait un débit de 650 personnes par heure. De son sommet à 2100 m il desservait la piste actuelle sur les pâturages ainsi qu'une longue piste de retour dans la vallée, tracée à travers la forêt de sapins sur 30 m de largeur en moyenne. Elle arrivait au parking supérieur de Fabrèges, à l’emplacement du départ de la télécabine actuelle, qui n’existait pas à l’époque. Les clients regagnaient ensuite le départ du téléphérique par une navette. Cette longue descente de 5,5 km de long de 1000 m de dénivelé face au pic du Midi d’Ossau était une des pistes phares de la jeune station. Malgré son exposition en versant sud, elle était régulièrement ouverte, car on relevait à cette époque un enneigement moyen de 3 m à 1900 m d’altitude en versant sud, à l’arrivée du train.

De l’autre côté du massif, deux autres remontées ont été implantées. Le téléski à enrouleurs Bühler de Herrana, sur un tracé différent du téléski actuel, rachetait 220 m de dénivelée pour une longueur de 550 m et assurait un débit de 650 personnes par heure. Le télésiège de Soussouéou, fourni aussi par Bühler, rachetait 680 m de dénivelée sur une longueur de 1500 m et assurait un débit de 650 personnes par heure. Ces deux remontées desservaient à l’origine deux pistes d'une longueur totale de 3,5 km et de 700 m de dénivelée.

Au cours de l'hiver 1969/70 un troisième téléski a été inauguré : le téléski de Séous.

Le train amenant les skieurs
Image

L’arrivée du téléski de Fabrèges en haut à gauche, et la ligne du téléski de Herrana à droite
Image

Pour rationaliser le secteur et combler les déficits chroniques, le domaine fut réorganisé à la fin des années 1970. Le département des Pyrénées-Atlantiques reprit l’exploitation de la station de ski en 1978, et construisit en 1982 une télécabine donnant accès directement au domaine skiable depuis les rives du lac de Fabrèges, où des hébergements furent implantés. La télécabine arrivait directement en contrebas du col de la Sagette, ce qui assurait la correspondance avec le petit train. L’ancien téléphérique Applevage fut alors réservé à l’exploitation industrielle de la SHEM, et le tronçon de petit train entre le sommet du téléphérique et celui de la télécabine ne fut plus ouvert au public. L’aménagement du domaine fut complété par la mise en service la même année du télésiège des Sorbiers.

En 1985, le domaine skiable fut profondément modernisé. Le télésiège de l’Ours fut reconstruit par Montaz Mautino en conservant les pylônes treillis Bühler d’origine. Le téléski Bühler à enrouleurs de Herrana fut remplacé par un téléski Poma à perches débrayables, et réimplanté sur le domaine pour devenir le téléski des Perdrix. Enfin en 1987 fut construit le télésiège du Grand Coq.

Le téléski de Fabrèges

Cet appareil, construit par Bühler en 1967 est situé sur le secteur Sagette.

La gare aval du téléski abrite la motrice, la tension y est effectuée à l’aide d’un contrepoids imposant.
La ligne, longue de 681 mètres permettant de gravir 214 mètres de dénivelée, compte 5 pylônes. La pente y est soutenue durant l'ensemble de la montée. A la hauteur de la gare d'arrivée de la télécabine, la ligne passe au-dessus des voies du petit train recouvertes par la neige. Aujourd'hui le chemin de fer n'est plus exploité en hiver, et à l'origine, lorsqu'il acheminait les skieurs, le terminus d'hiver se trouvait à une centaine de mètres sur la gauche du téléski. Ainsi la piste de montée du téléski passait toujours sur les voies enneigées du petit train.
La gare amont est quant à elle disposée bien au dessus du lâcher de l'agrès. Il s'agit d'un simple retour fixe.

L'installation permet de skier sur deux pistes bleues et également de basculer vers le reste du domaine skiable par le col de la Sagette.
Il est plutôt réservé aux bons skieurs du fait de la difficulté de la piste de montée.

Le téléski n'est pas souvent ouvert du fait de son orientation, le versant étant très ensoleillé. Lorsque les conditions sont optimales, le secteur est cependant sublime avec une vue sur le Pic du Midi d'Ossau particulièrement spectaculaire.

Sa situation sur le plan des pistes

Image

Les caractéristiques techniques de l'installation

Caractéristiques administratives :

TKE – Téléski à enrouleurs : FABREGES
Constructeur : Bühler
Année de construction : 1967

Caractéristiques d'exploitation :

Saison d'exploitation : hiver
Capacité : 1 personne
Débit : 740 personnes/heure
Vitesse d'exploitation : 3 m/s
Temps de trajet : 3'47''

Caractéristiques géométriques :

Longueur développée : 681 m
Dénivelée : 214 m
Pente moyenne : 35,73 %
Pente maximum : 60 %

Caractéristiques techniques :

Sens de montée : gauche
Motrice : aval
Tension : aval
Nombre de pylônes : 5

Les photos de l'installation

Elles ont été prises le 19 décembre 2021.

La gare aval

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

La ligne

Dans l'ordre de la montée, le nombre de galets de chaque pylône :
Gare aval : 8C / 8C
P1 : 4S / 4S
P2 : 4C / 4C
P3 : 4S / 4S
P4 : 2S / 2S
P5 : 2S / 2S
Gare amont : 8S / 8S

Image

P1
Image

Image

P2
Image

Image

Image

P3
Image

Image

Image

Image

Image

P4
Image

Image

Image

P5
Image

Image

Image

Le lâcher de l'agrès s'effectue entre le P5 et la gare amont
Image

Image

La gare amont

Image

Image

Image

Image

Quelques photos supplémentaires de la ligne

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Lien vers le site Internet de la station

http://www.artouste.fr/



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :