En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo



 
Auteur de ce reportage : collonges74
Section écrite le 25/02/2018 et mise à jour le 13/12/2018
(Mise en cache le 13/12/2018)

LES TELESKIS DE RIPAILLE 1 & 2
Les Crosets (Portes du Soleil)
Baco – 1988


Image


Les Portes du Soleil : 12 stations entre France et Suisse

Le domaine skiable des Portes du Soleil est un immense domaine franco-suisse, regroupant les stations suisses de Champoussin, Champéry-Val d’Illiez-Les Crosets, Morgins et Torgon, ainsi que les stations françaises de Châtel, Morzine, Avoriaz, Les Gets, Saint-Jean-d’Aulps, Abondance, Bellevaux-la Chèvrerie et la Chapelle d’Abondance. On y skie entre 900 et 2275 mètres d’altitude, sur des pentes variées sur lesquelles tous les skieurs peuvent se faire plaisir.
Totalisant ainsi près de 650 km de pistes, ce domaine est un des plus grands domaines skiables d’Europe et du monde. Sa situation, au cœur du massif du Chablais, lui prodigue un enneigement abondant, tout particulièrement à Avoriaz, véritable « trou à neige » bien connu dans la région, où les 8 à 10 mètres de neige cumulés sur l’année sont régulièrement atteints.

Les Crosets : la plus haute station des Portes du Soleil suisses

La station des Crosets se trouve en Valais, sur la commune de Val d'Illiez, entre 1650 et 1700 mètres d'altitude. Bien plus jeune que sa voisine Champéry, elle apparut au début des années 1960 et son domaine est aujourd'hui relié skis aux pieds aux stations voisines d'Avoriaz, Champoussin et Champéry.
On y skie, face aux célèbres Dents du Midi, sur une vingtaine de pistes de tous niveaux (dont le redoutable Mur Suisse), desservies par une quinzaine de remontées mécaniques, entre 1500 et 2200 mètres d'altitude.
La station s'est notamment distinguée en 2007 par la construction du premier télésiège débrayable huit places de Suisse romande et des Portes du Soleil.

Les Dents du Midi vues depuis le secteur de Ripaille sur le domaine des Crosets, véritable toile de fond de la partie suisse des Portes du Soleil :
Image


Ripaille : du téléski débrayable aux téléskis à enrouleurs

Dès ses débuts, dans les années 1960, la station des Crosets s'est étendue de l'autre côté de la crête de Planachaux, qui se trouve au sud de la station. En ligne de mire, les alpages de Culet, Léchereuse et de Ripaille, situés dans un petit cirque situé au sud de la station des Crosets et entouré par la pointe de Ripaille au sud, le pas de Chavanette à l'ouest et la crête de Planachaux et la Tête de Culet au nord.

L'exploitation de ces vastes espaces enneigés propices à la pratique du ski alpin commence dès 1967 avec la construction du téléski débrayable des Traverses, doublant l'historique téléski Planachaux - Croix de Culet de 1947 sur un tracé bien plus long, et qui, avec un départ au pied du versant sud de la Tête de Culet et une arrivée légèrement en aval du sommet de cette dernière, permet aux skieurs ayant basculé sur ces nouveaux versants de regagner la station des Crosets, ou d'effectuer des rotations sur le versant sud de la Tête de Culet.
Cette même année, un télésiège biplace voit le jour pour relier l'alpage de Léchereuse à celui de Pauvre Conche, au pied des falaises de Grand Conche. Il dessert de nouvelles pentes exposées plein sud, et assure un retour vers la station, plus facile qu'avec le téléski des Traverses, depuis ces nouveaux espaces de ski : c'est le télésiège de Pauvre Conche.

En 1968, un deuxième point de liaison avec la France est créé, un an après celui de Morgins et Châtel, avec la construction du télésiège de Chavanette. Il rejoint le pas éponyme, où arrive également un téléski en provenance d'Avoriaz.

L'aménagement de ce secteur de la station se poursuit en 1969 avec la construction du téléski débrayable de Ripaille : celui-ci part du centre de la combe, et pique plein sud-ouest pour arriver au-dessus du Col de Ripaille, avec une ligne de plus d'un kilomètre de long.

L'accès à ce secteur de la station est facilité en 1969 avec la construction du téléski débrayable des Lacs : avec un départ non loin du front de neige des Crosets, il permet un accès direct aux secteurs de Ripaille et de Pauvre Conche, sans avoir à emprunter les téléskis des Crosets 1 ou 2, constamment surchargés.

Le secteur reste ensuite tel quel pendant de longues années. Mais la situation change en 1987, avec la construction du télésiège quadriplace de Chavanette, en remplacement du télésiège biplace de 1968, détruit par une avalanche durant l'hiver 1987.

L'année suivante, c'est au tour du téléski de Ripaille d'être remplacé, pour augmenter le débit de cet axe surchargé en raison de la qualité des pistes desservies. Ainsi, ce ne sont pas un seul mais deux téléskis parallèles qui voient le jour, du constructeur Baco, d'un débit total de 1800 personnes par heure. Ces téléskis sont néanmoins légèrement plus courts que le téléski débrayable de 1969, puisque ce dernier effectuait un virage au niveau de la gare amont des nouveaux téléskis, pour gravir la crête vers l'ouest sur une centaine de mètres.

Enfin, en 1991, l'antique télésiège biplace de Pauvre Conche est remplacé par un télésiège fixe quadriplace bien plus moderne, identique à l'ancien télésiège des Crosets 2.

Avant de poursuivre sur les téléskis de Ripaille 1 & 2 version 1988, voici quelques images de l'ancien téléski de Ripaille, en service de 1969 à 1988 :

La quasi-totalité de la ligne depuis la Tête de Culet :
Image

Vue plus rapprochée :
Image

La gare aval un jour de forte affluence :
Image

Au milieu du tracé. En arrière-plan, on distingue également l'ancien télésiège de Chavanette :
Image



Ripaille 1 & 2 : un ski propre de qualité

Les téléskis de Ripaille ont donc été construits en 1988 par Baco.
Situés relativement à l'écart de l'agitation du domaine des Crosets, ils n'en restent pas moins deux appareils plutôt fréquentés, puisque leur fonction principale est de donner accès à du ski propre de qualité.
Ce dernier est composé de deux pistes, qui sont les seules auxquelles les téléskis de Ripaille donnent accès :
  • La bleue de Ripaille, belle piste bleue composée de deux branches (chacune d'un côté de la piste de montée des téléskis), et rejoignant le départ des téléskis et du télésiège de Pauvre Conche. Une bretelle de la branche nord de cette piste donne par ailleurs accès au télésiège de Chavanette.
  • La rouge du Grand Paradis, une des pistes phares des Portes du Soleil, qui rejoint le parking de Grand Paradis à près de 1050 mètres d'altitude, en amont de Champéry, d'où part le télésiège de Grand Paradis.


Au-delà de ce rôle de ski propre, les téléskis de Ripaille sont également le seul moyen de rejoindre le télésiège de Chavanette depuis le domaine des Crosets. Ce télésiège assure un des trois points de liaison vers Avoriaz et la partie française des Portes du Soleil, mais il dessert aussi et surtout le célèbre Mur de Chavanette, aussi appelé "Mur Suisse", un impressionnant champ de bosses survolé par ledit télésiège.

Côté technique, on retrouve ici deux téléskis assez classiques du constructeur Baco, ayant toutefois la particularité, puisque construits la même année, de partager l'intégralité de leurs pylônes, conçus en portiques.

Situation sur le plan des pistes du versant suisse des Portes du Soleil :
Image

Situation sur le plan des pistes des Crosets :
Image

Situation sur la carte topographique des lieux :

Image


Caractéristiques de l'appareil :

Caractéristiques administratives :

  • Type de remontée : RAE - Téléskis à enrouleurs
  • Nom de la remontée : RIPAILLE 1 & 2
  • Exploitant : Téléchampéry – Les Crosets Portes du Soleil S.A.
  • Constructeur : BACO
  • Année de construction : 1988

Caractéristiques d’exploitation :

  • Saison d’exploitation : Hiver
  • Capacité : 1 personne | 2 personnes
  • Débit à la montée : 600 p/h | 1200 p/h
  • Vitesse d’exploitation : 3 m/s
  • Sens de montée : Droite | Gauche

Caractéristiques géométriques :

  • Altitude aval : 1670 m
  • Altitude amont : 1926 m
  • Dénivelé : 256 m
  • Longueur développée : 1187 m
  • Pente moyenne : 22 %

Caractéristiques techniques :

  • Tension : Aval
  • Type de tension : Contrepoids
  • Motrice : Aval
  • Nombre de pylônes : 11
  • Dispositif d'accouplement : Pince fixe

Caractéristiques de la ligne:

  • P1 : 6C | 6C
  • P2 : 2S-2C-2S/4S | 4S/2S-2C-2S
  • P3 : 10S/10S | 10S/10S
  • P4 : 2S-2C-2S/2S-2C-2S | 2S-2C-2S/2S-2C-2S
  • P5 : 4C/4C | 4C/4C
  • P6 : 2S-2C-2S/2S-2C-2S | 2S-2C-2S/2S-2C-2S
  • P7 : 2S-2C-2S/6S | 6S/2S-2C-2S
  • P8 : 6C | 6C
  • P9 : 4C | 4C
  • P10 : 6S/10S | 10S/6S
  • P11 : 10S/10S | 10S/10S



Ligne et infrastructures des téléskis de Ripaille 1 & 2 :

La gare aval :

Les gares aval des téléskis de Ripaille 1 & 2 se trouvent à 1670 mètres d'altitudes, non loin du départ du télésiège de Pauvre Conche. On retrouve ici deux gares rigoureusement identiques, assurant la mise en mouvement et la tension du câble, via une poulie motrice fixée à un lorry coulissant sur la structure de la gare et assurant ainsi la tension du câble de l'installation grâce à un contrepoids situé à l'arrière de la gare.

Premier aperçu des gares aval en arrivant depuis la piste de Ripaille. On distingue également à gauche le départ du télésiège de Pauvre Conche, et, en arrière-plan, la Haute Cime des Dents du Midi (3258 m)
Image

En s'approchant progressivement :
Image

Vue de profil :
Image

Avec la Pointe de Ripaille (1926 m) en toile de fond :
Image

De trois-quarts arrière avec le début de la ligne :
Image

L'accès aux téléskis est équipé de trois bornes de validation des forfaits :
Image

Vue arrière des deux gares :
Image

La gare aval du téléski de Ripaille 1 :
Image

La poulie motrice-tension de ce téléski :
Image

La gare aval du téléski de Ripaille 2 :
Image

C'est parti !
Image


La ligne :

Les lignes des téléskis de Ripaille 1 & 2 sont longues de 1187 mètres chacune, et rachètent toutes les deux un dénivelé de 256 mètres. La pente est d'abord relativement faible des gares aval au premier pylône, puis on attaque une assez forte montée jusqu'au deuxième pylône. La pente se radoucit ensuite, puis augmente très progressivement jusqu'au septième pylône. Celui-ci ramène la ligne à l'horizontale, avant que le huitième pylône n'imprime aux lignes leur montée finale.

En avant sur la ligne avec la portée vers le premier pylône :
Image

Regard en arrière avec les Dents du Midi en toile de fond à droite :
Image

P1, la pente se raidit nettement :
Image

Portée P1-P2 :
Image

P2 :
Image

Portée P2-P3, la pente s'adoucit :
Image

P3 :
Image

Portée P3-P4. On aperçoit à droite la ligne du télésiège de Chavanette :
Image

On franchit au cours de cette portée un pont au-dessus de l'une des deux pistes de Ripaille desservies par les téléskis :
Image

P4 :
Image

Portée P4-P5 :
Image

P5 :
Image

Portée P5-P6 :
Image

P6 :
Image

Portée P6-P7, la pente augmente peu à peu :
Image

P7 :
Image

Portée P7-P8, quasiment à plat :
Image

Le P8 amorce la montée finale :
Image

Portée P8-P9 :
Image

P9 :
Image

Portée P9-P10, dans la pente maximale du tracé :
Image

P10 :
Image

Portée P10-P11, dernière portée avant l'arrivée :
Image

P11 :
Image


La gare amont :

Les gares amont des téléskis de Ripaille 1 & 2 se trouvent à 1926 mètres d'altitude, sur la crête en amont du col de Ripaille. On retrouve ici de classiques poulies retour fixes, renvoyant les câbles en gare aval. Elles avaient toutefois la particularité, jusqu'il y a quelques années, d'être surveillées. La cabane du poste de vigie est d'ailleurs toujours en place aujourd'hui.

Vue sur les gares amont depuis la zone de lâcher des enrouleurs, avec en toile de fond le col de Bassachaux (2093 mètres) puis, à gauche, la pointe du Fornet (2300 mètres):
Image

Vue de trois quarts en partant sur la piste de Ripaille :
Image

Vue rapprochée des deux gares :
Image

Les deux derniers pylônes et la zone de lâcher des enrouleurs :
Image

Il subsiste encore un poste de vigie en gare amont, mais il est désormais désaffecté :
Image


Véhicules et pinces :

Baco a équipé les téléskis de Ripaille 1 & 2 d'agrès à enrouleurs. Le téléski de Ripaille 1 est équipé de perches à sellettes, tandis que le téléski de Ripaille 2 est équipé de pioches pouvant accueillir deux skieurs.

Une perche en ligne sur le téléski de Ripaille 1 :
Image

Une pioche en ligne sur le téléski de Ripaille 2 :
Image



Ripaille : un axe qui manque de débit ?

Les téléskis de Ripaille ont soufflé cet été 2018 leurs 30 bougies. Ils assurent encore leur fonction au sein du domaine skiable, mais il arrive que leur débit soit insuffisant : ainsi, les files d'attentes en gare aval ne sont pas rares. En outre, il se pourrait que le secteur évolue dans les années à venir : le dernier investissement sur le secteur de Ripaille datant de 1991 avec la construction du télésiège de Pauvre Conche, il y a fort à parier que ce secteur sera le prochain à être remanié, et que les téléskis de Ripaille 1 & 2 seront remplacés... Affaire à suivre !


Image


------------------------------------------------

Ainsi se termine ce reportage.
Merci de l’avoir lu et à bientôt !

(c) – Décembre 2018 – collonges74 - Tous droits réservés – Modification ou reproduction interdites sans l’accord des auteurs.

Photos : collonges74
Textes, bannière et mise en page : collonges74
Photos prises le 3 avril 2017



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :