Localisation(s)
Photo

 TKE de Tsarmettaz

Zinal (Grimentz Zinal - Val d'Anniviers)

Bühler

T2 ES
Description rapide :
Un téléski de plus de 50 ans avec un spectaculaire virage tourbillon, représentatif de l'ingéniosité de son constructeur.

Année de construction : 1969

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : benbel
Section écrite le 31/05/2020 et mise à jour le 08/06/2020
(Mise en cache le 08/06/2020)

Je vous propose de découvrir le


Image



Sommaire

- La station de Zinal
- Tsarmettaz : une alternative de choix au téléski de la Combe
- La situation du téléski sur le domaine skiable
- Les caractéristiques principales de l'installation
- La station aval : Tsarmettaz
- La ligne
- Le virage tourbillon
- La station amont
- Les agrès
- Vues diverses
- Conclusion, liens utiles et remerciements



La station de Zinal


Zinal, ancien mayen situé au fond du Val d'Anniviers, entouré de nombreux sommets dont plusieurs dépassant les 4000 mètres et dénommés "La Couronne Impériale", a d'abord attiré les alpinistes dès le 19ème siècle et a ainsi développé un tourisme estival bien avant d'entamer son développement touristique hivernal puisque c'est en 1966-1967 que le village a fait son entrée dans le club des stations de sports d'hiver, avec la création du front de neige de Sorebois et la construction du téléphérique y donnant accès depuis le village.

Au niveau administratif, Zinal a toujours fait partie de la commune d'Ayer jusqu'en 2009, année où toutes les localités du val d'Anniviers ont fusionné pour former la commune d'Anniviers. Cette fusion administrative a sûrement facilité le mariage des sociétés de remontées mécaniques de Zinal et de sa voisine Grimentz en 2012 après que fut décidée la création d'un domaine skiable unique grâce à la construction d'un téléphérique de liaison entre les domaines de Grimentz et Zinal, remontée qui vit le jour à l'hiver 2013-2014.

Les sociétés de remontées mécaniques de Grimentz/Zinal, Saint-Luc/Chandolin et Vercorin (cette dernière localité ne faisant toutefois pas partie de la commune d'Anniviers) collaborent au sein des Remontées Mécaniques d'Anniviers (RMA) pour faire jouer certaines synergies (avec par exemple un site internet commun) et proposer des forfaits pour l'ensemble de la vallée.


Image
Zinal vu depuis la ligne du téléphérique menant à Sorebois



Image

^^Cliquez sur ce logo pour accéder à une courte présentation de la station avec la liste des remontées^^



Tsarmettaz : une alternative de choix au téléski de la Combe


A la création du domaine skiable de Zinal-Sorebois qui est entré en service à l'hiver 1966-67, outre le téléphérique reliant le village à Sorebois (2438 m), deux appareils sont construits : les téléskis de la Combe et de la Corne qui forment une chaîne permettant d'atteindre le point culminant du domaine, la Corne de Sorebois à une altitude d'environ 2900 mètres. Il s'agissait de téléskis à enrouleurs construits par la firme Bühler.

Dès 1966 la décision est prise d'entamer la construction d'un troisième téléski Bühler à enrouleurs sur la partie basse du plateau de Sorebois, téléski qui entrera en service en début d'année 1967 : situé au sud de la ligne du téléphérique Zinal - Sorebois, et partant du Chiesso (d'où son nom), à peu près à mi-parcours de la ligne du téléphérique, ce téléski permet de remonter les skieurs à Sorebois et d'ouvrir ainsi d'autres pistes en aval de la station d'arrivée du téléphérique.
Contrairement au télésiège débrayable qui le remplacera en 2004 et dont la seconde partie doublera la ligne du téléski de la Combe, le téléski du Chiesso s'arrête au niveau de Sorebois avec une station amont placée à côté de la station aval du téléski de la Combe.

Le domaine skiable de Sorebois connait rapidement un beau succès mais au vu de sa configuration, il apparaît très vite que le téléski de la Combe ne parvient pas à faire face au grand nombre de skieurs et de longues files s'y forment en périodes de pointe.

Pour y remédier, un autre appareil est construit dès 1969 : le téléski de Tsarmettaz. Comme celui du Chiesso, il partira aussi en contrebas de la station amont du téléphérique mais cette fois-ci du côté nord, ce qui permettra d'ouvrir de nouvelles pistes. Mais surtout, et contrairement au Chiesso, il montera à une altitude de 2677 mètres, légèrement en amont de la station d'arrivée du téléski de la Combe (2654 mètres) et au nord de celle-ci. Ceci permettra d'offrir une nouvelle option aux skieurs, tout au moins à ceux possédant un certain niveau de ski, et d'alléger ainsi la fréquentation du téléski de la Combe en même temps que d'offrir une solution de secours en cas de problème avec ce dernier appareil.


Ci-dessous une vue reprenant toutes les remontées passées et présentes du domaine skiable de Sorebois (à l'exception des petits appareils pour débutants) :


Image
En jaune les téléskis encore en activité à l'hiver 2019-2020, en rouge les téléskis qui ont été démontés et en bleu les télésièges ayant remplacé certains téléskis.
Image : © Données:CNES, Spot Image, swisstopo, NPOC. Incrustations : benbel.


Après la construction du téléski de Tsarmettaz en 1969, suivra encore assez rapidement en 1972 le petit téléski de la Remointze (un autre téléski Bühler à enrouleurs). En 1974, le plateau de Sorebois verra aussi l'arrivée du téléski débrayable des Gouilles, qui était la récupération d'un appareil Poma placé auparavant dans le village de Zinal.

Il n'y aura aucune nouvelle installation entre 1974 et 1982, année de la construction du téléski de la Combe Durand, un téléski à enrouleurs construit par la maison Von Roll qui avait repris en 1975 le constructeur Bühler et son savoir-faire en téléskis et télésièges fixes.

Par la suite viendra le temps des modifications ou remplacements d'appareils existants. En 1992 le téléski des Gouilles sera rénové et prolongé (mais cette installation sera démontée sans remplacement en 2005). En 2002 le téléski de la Corne sera remplacé, sur un tracé légèrement différent, par un télésiège quadriplace fixe. En 2004 ce sera le téléski du Chiesso qui sera remplacé par un télésiège quadriplace débrayable sur un tracé sensiblement allongé, comme indiqué plus haut, puisqu'il doublera dans sa seconde partie le téléski de la Combe.


Mais revenons au téléski de Tsarmettaz.

Offrant à l'origine un débit de 800 personnes par heure, cet appareil avait cependant été configuré pour pouvoir porter ce débit à 1000 personnes par heure par l'ajout d'agrès. Il avait pour cela été doté d'un moteur de 220 CV ce qui en faisait à l'époque le téléski équipé du moteur le plus puissant sur le territoire suisse. Si sa longueur n'était pas exceptionnelle (1280 mètres), il présentait une pente moyenne assez élevée et comportait un virage sur lequel nous reviendrons.

Les 5 téléskis Bühler à enrouleurs construits à Sorebois entre 1966 et 1972, en ce compris celui de Tsarmettaz, étaient à l'origine dotés d'archets biplaces. Ils ont tous été graduellement transformés et dotés d'agrès à sellettes monoplaces.
Le téléski de Tsarmettaz et celui de la Corne furent parmi les premiers à connaître cette modification en raison de leur difficulté liée à des passages fort pentus et en plus, pour Tsarmettaz, à la présence d'un virage bien marqué.


Image
Une ancienne vue du téléski de Tsarmettaz doté d'archets biplaces. (Photo : DR)



La situation du téléski sur le domaine skiable


Voici la situation du téléski de Tsarmettaz sur le plan des pistes actuel :


Image
Plan général des pistes du domaine skiable de Grimentz - Zinal


Image
Zoom sur le secteur de Zinal Sorebois



Le téléski de Tsarmettaz donne accès à deux pistes rouges : les pistes de l'Angle et du Goulet.

Un bref passage par la piste du Goulet permet d'accéder rapidement à la station amont du télésiège fixe de la Corne et d'atteindre ainsi le point culminant du domaine skiable. Depuis ce sommet on peut descendre différentes pistes noires et rouges dont la longue piste noire du Chamois qui rejoint Grimentz, ou alors accéder à la station amont du téléphérique qui descend vers la même station. On ne peut malheureusement pas considérer que le téléski de Tsarmettaz donne directement accès à ce téléphérique car sa zone de débarquement se situe à une centaine de mètres de la station du téléphérique et environ 20 mètres plus bas.
La piste du Goulet donne aussi un accès rapide à la buvette de la Marmotte située à proximité, en face de la station aval du télésiège de la Corne.

La piste du Goulet permet de descendre sur Sorebois (station du téléphérique de Zinal et restaurant), directement ou en passant par la piste bleue de la Combe, et d'accéder à l'ensemble des remontées situées plus au sud : l'espace débutants, les téléskis de la Combe et de la Combe Durand, et le télésiège du Chiesso.

La piste de l'Angle permet aussi d'accéder à Sorebois en la quittant pour prendre la piste bleue Ecole, mais elle permet surtout de rejoindre la station aval du téléski de Tsarmettaz et d'effectuer des rotations en offrant deux possibilités :

- soit prendre la totalité de la piste de l'Angle et continuer ensuite par la piste rouge Tsarmettaz, revenant ainsi sur la station aval en restant du côté nord de la ligne,

- soit quitter la piste de l'Angle après le virage du téléski pour prendre la piste des Gouilles qui en traverse la ligne à hauteur du P10 et s'écarte vers le sud pour revenir ensuite à la station aval.


Entre la ligne du téléski et la piste des Gouilles a été aménagé un Mammut Avalanche Training Center, zone d'apprentissage et d'exercices pour la localisation de victimes d'avalanches grâce aux DVA.




Les caractéristiques principales de l'installation


La principale particularité de ce téléski est la présence d'un virage surnommé "virage tourbillon" (zwirbelkurve en allemand). Il s'agit d'une installation permettant à un téléski à enrouleurs d'effectuer un virage marqué sans en modifier le type de pinces. Ce système fut inventé par Bühler qui l'installa pour la première fois en 1967, et fut plus tard utilisé par d'autres constructeurs sous licence. Nous y reviendrons plus loin dans une section séparée.

Il faut aussi noter que dès sa construction en 1969, ce téléski a été doté d'un système de tension par vérin contrôlé par une centrale hydraulique. C'est en effet aussi vers 1967 que Bühler fut le premier constructeur à utiliser ce système de tension sur des téléskis. Il y avait rapidement vu un grand intérêt pour ses téléskis sur glaciers où l'installation de lourds contrepoids était un handicap.



Caractéristiques administratives
  • Station : Zinal - Val d'Anniviers
  • Nom de l'installation: téléski de Tsarmettaz
  • Type d'installation : téléski à enrouleurs
  • Exploitant : Remontées Mécaniques de Grimentz-Zinal SA
  • Constructeur : Bühler
  • Année de construction : 1969
  • Mise en service : décembre 1969
Caractéristiques d’exploitation
  • Capacité : 1 personne
  • Débit : 625 personnes/heure
  • Vitesse d'exploitation : 3 m/s
  • Temps de trajet : 6' 50"
Caractéristiques géométriques
  • Altitude aval : 2271 m
  • Altitude amont : 2677 m
  • Dénivelée : 406 m
  • Longueur horizontale : 1200 m
  • Longueur développée : 1280 m
  • Longueur de la piste : 1230 m
  • Pente moyenne : ± 34 %
  • Pente maximale : ± 60 %
Caractéristiques techniques
  • Nombre de pylônes : 18 + 1
  • Nombre de virages : 1
  • Station motrice : aval
  • Station tension : aval
  • Type de tension : hydraulique (1 vérin)
  • Sens de montée : du côté gauche
  • Diamètre du câble : 28 mm
  • Type d'agrès : enrouleurs et cannes à sellettes
  • Pinces : fixes
  • Fabricant des enrouleurs : Röhrs
  • Nombre d'agrès : 156


La station aval : Tsarmettaz


La station aval du téléski est située à une altitude de 2271 mètres à proximité du lieu-dit Tsarmettaz, 167 mètres plus bas que la gare amont du téléphérique en provenance de Zinal et au nord de celle-ci, dont elle est distante d'un peu moins de 500 mètres et accessible par la piste rouge Tsarmettaz.

La gare aval est à la fois motrice et tension. Sa structure métallique est typique des constructions Bühler. Un lorry auquel est fixée la poulie motrice coulisse sur cette structure et assure ainsi la tension du câble, grâce à un vérin piloté par une centrale hydraulique. Sur le lorry sont disposés le moteur et le réducteur angulaire en prise avec la poulie motrice.

Le support avant de la gare comporte des balanciers dotés de 8 galets de compression pour chacun des 2 brins. Le premier pylône de la ligne, composé lui aussi de balanciers de 8 galets compression par brin, est situé immédiatement en sortie de gare mais n'est pas relié physiquement à celle-ci.



Image
Zoom sur la gare depuis la piste Tsarmettaz. On distingue bien au-dessus du lorry, de gauche à droite, le moteur protégé par un caisson,
le réducteur à renvoi d'angle et enfin la petite centrale hydraulique elle aussi protégée.


Image
Vue de profil de la gare avec l'accès à l'installation, équipé d'une borne de contrôle et d'un tourniquet.


Image
Vue du côté opposé avec à l'arrière la piste rouge Tsarmettaz.


Image
Vue de l'arrière avec le début de la ligne.


Image
Gros plan sur le lorry et la poulie motrice avec sur la droite la tige du vérin de tension hydraulique.


Image
L'embarquement et le petit chalet de commande dans lequel nous allons jeter un bref coup d'oeil.


Image
Armoire électrique et de commande.


Image
Le panneau de contrôle de la ligne de sécurité et les commandes y relatives.


Image
Dans le haut, le module Metraplan DPX 3000 qui affiche les codes su système de sécurité pour la localisation des défauts sur la ligne.
Dans le bas, un panneau avec quelques commandes et l'affichage de l'intensité du courant de l'installation.


Image
Poignée rotative coupe-circuit général.


Image
Vue générale du cadre de la gare toujours depuis la piste Tsarmettaz avec derrière la gare l'arrivée de la piste rouge des Gouilles.
La position des P1 et P2 permet de bien visualiser la pente marquée de la ligne dès la sortie de la gare aval.



La ligne


La ligne de cette installation fait 1280 mètres de long mais la longueur de la piste de montée est de 1230 mètres, la poulie retour de la station amont se trouvant 50 mètres au-delà du débarquement qui se situe à hauteur du dernier pylône. Comme déjà indiqué, sa particularité est le virage tourbillon et nous reviendrons en détail sur celui-ci après avoir d'abord parcouru la piste à la montée.

Ci-après un tableau reprenant la composition de l'ensemble des balanciers :


Image



Et voici le profil en long de la ligne :


Image



Avec une pente moyenne de 34% et une pente maximale d'environ 60%, il ne s'agit évidemment pas d'une installation destinée aux débutants !
Dès la sortie de la station aval on est en présence d'une pente marquée jusqu'au P8, avec seulement une petite dépression entre les P6 et P7. L'inclinaison est plus faible entre le P8 et les P11/P12 qui marquent le début de la pente la plus forte jusqu'aux P13/P14. Après le virage en P15, la pente est moyenne jusqu'à l'arrivée.


Image
Le P1 compression immédiatement après la gare aval.


Image
Le P2, autre compression.


Image
Tête du P2. 4 galets sur le brin montant et 8 sur le brin descendant.


Image
Le P3 support. Ici aussi 4 galets sur le brin montant et 8 sur le brin descendant.


Image
Le P4.


Image
Le P5.


Image
Le P6.


Image
En regard en arrière vers le P5.


Image
Le P7 avant lequel une variante de piste rejoignant celle des Gouilles depuis celle de l'Angle coupe la ligne.


Image
Tête du P7 compression.


Image
Vers le P8.


Image
En arrière vers le P7 avec la piste rejoignant celle des Gouilles et dans le fond à droite la piste de l'Angle vers celle de Tsarmettaz.


Image
Vers la fin de la longue portée vers le P9.


Image
Une autre longue portée vers le P10 sur la partie la moins pentue de la ligne.


Image
Le P10 avec sur le haut à gauche la piste de l'Angle.


Image
Juste avant le P11, la piste des Gouilles en provenance de celle de l'Angle coupe la ligne.


Image
Vers le P12, compression comme le P11, avant d'attaquer la partie la plus pentue de la ligne.


Image
Tête du P12.


Image
Au milieu de la portée vers le P13, qui est non seulement la plus pentue (60%) mais aussi la plus longue de la ligne.


Image
Le P13, suivi rapidement du P14.


Image
Regard en arrière sur la pente vers le P12 et au-delà, avec la piste des Gouilles partant vers la gauche et, sur la droite,
la piste de l'Angle qui rejoindra plus bas la piste de Tsarmettaz en provenance de Sorebois.


Image
Le P14 et déjà une vue sur le P15.


Image
Tête du P14.


Image
Courte portée vers le P15.


Image
Le P15 qui assure notamment le virage immédiat du brin montant. Dans le fond le P15bis.


Image
Le P15bis, poulie de renvoi du brin descendant.


Image
Après le virage, en direction du P16.


Image
Tête du P16 avec un balancier pour le seul brin montant.


Image
Vers le P17.


Image
Portée vers le dernier pylône, le P18.


Image
Le P18 au niveau duquel a lieu le débarquement. Il est équipé d'une baguette de sécurité contrôlant le bon enroulement des agrès sur le brin descendant.



Avant de regarder la station amont, revenons un peu plus en détails sur le virage tourbillon.



Le virage tourbillon


Avec un téléski à enrouleurs, un faible virage peut être réalisé avec des galets inclinés ou des solutions similaires mais ceci n'est pas possible pour des virages marqués.

La difficulté dans l'utilisation de poulies pour les virages réside dans le fait que, de par leur conception, les pinces fixes ne peuvent tourner que dans un seul sens autour des poulies. Si l'installation tourne dans le sens horlogique (montée à gauche) les pinces ne peuvent effectuer que des virages à droite sur les poulies (et inversement ne peuvent tourner que vers la gauche pour des installations tournant dans le sens opposé).

Une solution pour éviter le problème est de faire effectuer le virage au seul brin montant en renvoyant le brin descendant en ligne droite de la station amont vers la station aval. On a alors une ligne triangulaire, solution qui a notamment été choisie pour le téléski de la Combe Durand ici à Zinal. Mais une telle solution n'est pas toujours possible.

C'est dans la seconde partie des années '60 que Willy Bühler a inventé le "virage tourbillon" comme il a été surnommé (zwirbelkurve en allemand). Il en a construit de nombreux exemplaires et d'autres constructeurs l'ont aussi utilisé sous licence.
L' idée : l'installation tourne dans le sens qui permet au brin montant d'effectuer un virage normal autour d'une poulie, et si ce virage est par exemple de 100° vers la droite, le brin descendant ne pouvant effectuer un virage de 100° vers la gauche, on lui fera plutôt effectuer des virages totalisant 260° vers la droite, ce qui le ramènera dans le bon axe.

Mais des schémas valant mieux que de longs discours, en voici l'illustration dans le cas de Tsarmettaz :


Image


En vert, le brin montant venant des P13 et P14 effectue le virage à droite en P15 sur une poulie placée à hauteur normale pour se diriger vers les P16 et P17.
En rouge, le brin descendant venant du P17, survole le P16 en se dirigeant vers la poulie située au sommet du P15 où le virage à droite l'envoie vers le P15bis, une poulie où il effectue un demi-tour qui le renvoie vers le P15, sur des balanciers placés à une hauteur intermédiaire pour ensuite rejoindre les P14 et P13.


Image
Un vue rapprochée du virage en lui-même où le brin montant est ici en jaune pour le contraste avec le fond.


Quelques autres vues des P15 et P15bis :


Image


Image


Image


Image


Image



La station amont


A une altitude de 2677 mètres, la station amont est placée à une cinquantaine de mètres du P18 à hauteur duquel s'effectue le débarquement, et aussi à une bonne cinquantaine de mètres de la station amont du téléphérique de liaison avec Grimentz.

Il s'agit d'une simple poulie retour fixe attachée à une structure métallique reposant sur deux piliers également en métal. Le pilier avant comporte un balancier équipé de 8 galets supports pour chacun des 2 brins. En 2018 y a été ajoutée une baguette de sécurité pour le brin montant, contrôlant qu'un enrouleur ne puisse venir heurter le pilier avant de la gare.




Image
La zone du débarquement qui s'effectue vers la gauche en direction des pistes de l'Angle et du Goulet.


Image
Vue rapprochée de la gare avant 2018.


Image
Sur la gauche la station amont du téléphérique de liaison qui n'est malheureusement pas facilement accessible depuis le débarquement.


Image
Depuis l'amont, vue sur la gare et le débarquement. Cela fait longtemps que le petit chalet au milieu est inoccupé.


Image
Vue rapprochée en 2019 avec la sécurité.


Image
Idem


Image
On ne se lasse jamais d'un tel paysage !



Les agrès


L'installation comporte 156 agrès composés d'un enrouleur relié au câble par une suspente en forme d'arc de cercle et une pince fixe, et d'une sellette fixée à une canne de longueur moyenne et à la fin bien courbée.
Les enrouleurs sont du fabricant Röhrs. Certains portent uniquement sa marque, d'autres y associent la marque Von Roll.


Image


Image


Image



Vues diverses


Quelques vues de la ligne depuis les pistes :

Image
La partie supérieure de la ligne vue depuis la station du téléphérique de liaison, sur fond de sommets majestueux avec dans les plus de 4000 :
le Bishorn (4153 m), le Weisshorn (4506 m), le Zinalrothorn (4221 m) et l'Obergabelhorn (4063 m)


Image
Le P17 depuis la piste de l'Angle avec Sorebois dans le fond à droite.


Image
Toujours depuis la piste de l'Angle, le P17 et le P16 survolé par le brin descendant rejoignant directement le haut du P15.


Image
Un air de déjà vu, mais avec un cadre beaucoup plus large.


Image
Le P15bis avec sur la gauche la ligne du TSF4 de la Corne et sur la droite le toit de la buvette de la Marmotte.


Image
On ne peut pas manquer une dernière fois le P15.


Image
P15 à P13 depuis la piste de l'Angle.


Image
Sur la gauche la longue portée entre le P12 et le P13 et plus loin les P11 et P10, avec les pistes des Gouilles et de l'Angle.


Image
Le P10.


Image
Depuis la piste des Gouilles, la ligne entre l'aval et le P4 avec dans le fond le Cervin entouré de nuages.


Image
Toujours depuis les Gouilles, la ligne avec les P4 à P7.


Image
Depuis l'aval, une vue sur la ligne du P1 jusqu'au P7.



Conclusion


Construit il y plus de 50 ans et doté d'un spectaculaire virage tourbillon, le téléski de Tsarmettaz remplit encore bien son rôle.

Il avait été prévu il y plusieurs années que ce serait la prochaine remontée du domaine de Zinal à être remplacée mais la fusion avec Grimentz et la construction du téléphérique de liaison ont alors reporté ce projet. Par la suite avait encore été évoqué le remplacement par un télésiège qui permettrait d'atteindre la station amont du nouveau téléphérique mais la construction d'une télécabine montant de Zinal vers Sorebois et de là prolongée jusqu'à la Vouarda (emplacement de la station amont du téléphérique de liaison, dénommé maintenant commercialement Espace Weisshorn) a encore changé la donne. Le téléski de Tsarmettaz devrait être conservé dans son rôle de desserte de quelques belles pistes et vraiment à titre accessoire, d'alternative pour accéder au télésiège de la Corne. La ligne de la télécabine, dont les travaux viennent de commencer (plus de détails dans le sujet consacré à ce chantier) sera proche de celle du téléski de Tsarmettaz qu'elle survolera à proximité du P10, avec une station amont très légèrement au-dessus de celle du téléski (au nord-est de celle-ci).

Le téléski de Tsarmettaz évoluera donc à partir de l'hiver 2020-2021 dans un cadre un peu différent mais devrait encore fonctionner plusieurs années.



Liens utiles

Site touristique et des remontées mécaniques : https://www.valdanniviers.ch/

Deux belles vidéos de cette installation :

La première, prise lors de l'hiver 2016-2017 par Chamois78 (alias Remonte-pente)

Image
^^ Cliquez sur cette capture d'écran de la vidéo pour y accéder ^^



La seconde, prise lors de l'hiver 2017-2018 par Gondelbahn Monde :

Image
^^ Cliquez sur cette capture d'écran de la vidéo pour y accéder ^^



Remerciements

Un très grand merci aux membres du personnel des RMGZ, et en particulier aux préposés à ce téléski, pour leur accueil et leur amabilité.


Photos prises à différentes dates en 2015, 2016 et 2019

benbel - mai 2020



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :