Localisation(s)
Photo

 TKE2 de La Corbatière

La Corbatière

Tebru - WSO Städeli-Lift

T2 HS
Description rapide :
Un téléski qui aura appris à toute une génération d'enfants à skier sur ses pentes ensoleillées. Après 50 ans il était temps pour l'installation Tebru-Städeli de tirer sa révérence et céder sa place à une remontée plus moderne.

Année de construction : 1966
Fin de service en : 2021

Suivre la discussion sur le forum



 
Introduction
Auteur de cette partie : Nico05
Section écrite le 15/04/2021 et mise à jour le 29/09/2021
(Mise en cache le 03/10/2021)

Avec les photos de de Jubiproduction, découvrez le :

Image


Sommaire


  1. La Corbatière, vallée de La Sagne
  2. Situation du TKE2 de La Corbatière
  3. Histoire de La Corbatière
  4. Rôle et infrastructure du TKE2 de La Corbatière
  5. Qui est Tebru ?
  6. Caractéristiques
  7. La remontée en images
  8. L'avenir du domaine et du téléski
  9. Conclusion, liens et informations utiles

La Corbatière, vallée de La Sagne

La vallée de La Sagne, aussi appelée vallée des Ponts, se situe dans le canton de Neuchâtel, très proche de La Chaux-de-Fonds. Elle compte deux principaux villages à savoir La Sagne et Les Ponts-de-Martel. La Corbatière est un charmant petit hameau qui se trouve à l'extrémité nord-est de la petite vallée. Une ligne de trains régionaux exploitée par les Transports Régionaux Neuchâtelois relie les localités du vallon à La Chaud-de-Fonds.
En toute saison, la région est propice à la randonnée en campagne et dans les montagnes neuchâteloises. Non loin de La Sagne se trouve la Tête de Ran, sommet emblématique de la région offrant un panorama d'exception sur le canton de Neuchâtel. Eté comme hiver, la région regorge de possibilités de balades.
Seconde activité sportive populaire dans la région, le ski de fond : le domaine nordique de La Sagne - Tête-de-Ran offre plus de 50 kilomètres de pistes classique/skating. De plus, les pistes de fond sont reliées au vaste réseau nordique des montagnes neuchâteloises par lequel passe la fameuse traversée du Jura à ski de fond.
Bien que le ski nordique reste la principale activité hivernale de la région, La Corbatière offre également la possibilité de pratiquer du ski alpin. Le petit domaine skiable situé sur les pentes nord-ouest de la vallée compte environ 5 kilomètres de pistes entre 1100 et 1350 mètres d'altitude. Deux téléskis et un baby-lift exploités par la Société des Téléskis La Corbatière La Roche-des-Crocs SA desservent quatre pistes pour tous les niveaux. En plus de posséder l'une des pistes les plus raides du Jura, la piste noire des Poteaux, le domaine a accueilli plusieurs compétitions de ski comme par exemple la coupe Didier Cuche sur la piste rouge.

Image
Cliquez sur le logo pour accéder à la station dans la base de données

 
Historique
Auteur de cette partie : Nico05
Section écrite le 26/09/2021 et mise à jour le 04/10/2021
(Mise en cache le 04/10/2021)

Histoire de La Corbatière

C'est en 1943 déjà que fut installé le premier téléski du Jura suisse, à la Bosse de Tête de Ran.
Il fallut par la suite attendre huit ans avant qu'une seconde société ne se lance dans l'aventure du ski alpin. C'est donc à l'aube des années 1950 que naquit l'idée d'un remonte-pente dans la vallée de La Sagne. Rapidement, l'attention se porta sur le lieu-dit des "Poteaux". Il s'agissait là d'une belle descente à travers la forêt, accessible depuis La Corbatière et dont l'exposition garantissait un enneigement favorable. Une société anonyme fut créée, Téléskis La Roche-aux-Crocs - Tête-de-Ran, sous l'impulsion de quelques habitants de la région désireux de développer le tourisme dans leur canton. La société des Chemins de Fer Neuchâtelois soutint également le projet.
C'est donc durant l'été 1951 que l'on construisit le téléski de manufacture Müller de La Roche-des-Crocs, qui ouvrit ses portes au début de l'année 1952.
Le téléski vous conduisait de la "Scie de la Roche" à "Derrière Tête de Ran" en 4 minutes à une vitesse de 2.3 mètres par secondes, accusant un dénivelé de 200 mètres pour une longueur oblique de 566 mètres. Chaque heure, 500 personnes pouvaient s'élancer du haut de la crête jusqu'au fond du téléski via deux pistes différentes.
Le deuxième téléski du Jura et indéniablement le plus intéressant en matière de ski était donc promis à un avenir plein de succès !

Image
La gare amont de l'ancien téléski de la Roche (Droits réservés)

Image
La fin de la ligne de l'ancien téléski de la Roche (Droits réservés)

Image
Travaux de maintenance sur l'ancien téléski de la Roche (Droits réservés)


Cependant, à cette époque-là déjà, certains hivers manquaient cruellement de neige. De plus, l'accès au téléski depuis le hameau de La Corbatière n'était guère aisé ; il fallait marcher deux kilomètres à travers champs pour arriver au départ du skilift.
Les finances de la société se dégradèrent donc d'années en années, si bien que vers 1965 la commune de La Chaux-de-Fonds proposa de racheter les installations dans le but de les réimplanter à La Recorne, au-dessus de la ville. Plusieurs habitants se réunirent rapidement avec comme objectif de préserver le téléski de la Roche qui était, selon eux, indispensable au tourisme de la région et offrait en plus diverses possibilités d'expansion.
Un groupe d'amis fonda donc la société anonyme des Téléskis La Corbatière - La Roche-des-Crocs.
La société nouvellement constituée entreprit la rénovation de l'installation existante ainsi que l'agrandissement du petit domaine skiable. Un chenillette de damage fut achetée afin de pouvoir préparer les pistes lors des chutes de neige.
On construisit un remonte-pente partant de La Corbatière pour traverser en pente douce les champs de l'"Abbaye". Cette installation, fournie par Tebru, permit dès lors d'accéder skis aux pieds au grand téléski, sans devoir marcher à travers champs. De plus, la petite installation ouvrit une large piste propice à l'apprentissage du ski.

Image
L'ancienne gare aval du téléski de La Corbatière (Archives de L'Impartial, 23 décembre 1966)

Image
Idem (Archives de L'Impartial, 23 décembre 1966)

Image
L'ancienne gare amont du téléski de La Corbatière (Archives de L'Impartial, 23 décembre 1966)


Une autre installation fut également mise en service : il s'agissait d'un petit téléski longeant la crête au sommet du skilift de La Roche. L'intérêt de cette petite réalisation était de conduire les skieurs directement au départ de la piste rouge, sans que ces derniers n'aient à porter leurs skis sur quelques dizaines de mètres. De plus, grâce à ce téléski de type léger, les téléskis de La Corbatière furent reliés au nouveau téléski du Crêt Meuron.
Grâce à la solidarité des entreprises et habitants de la région, les travaux furent réalisés dans les plus brefs délai et le domaine skiable rajeuni et amélioré put ouvrir ses portes en décembre 1966.

Image
Plan des pistes pour l'hiver 1966-67 (Archives de L'Impartial, 23 décembre 1966)

Image
Nouvelle chenillette de damage (Archives de L'Impartial, 23 décembre 1966)


Vers la fin des années 80 la société se heurta à un problème d'envergure : le téléski principal, celui de La Roche-des-Crocs, devait être rénové en profondeur pour l'hiver 1988-89. Aucune prolongation de concession n'était possible en l'état, l'installation Müller étant jugée trop vétuste par l'organe de contrôle. Les pannes étaient récurrentes et la zone de lâcher jugée dangereuse.
Le doute plana donc sur le domaine skiable et l'avenir de la société devint soudainement très incertain : les moyens financiers de la société ne permettaient de loin pas un tel investissement.
Les dirigeants de la petite société se démenèrent pour trouver des fonds. Les communes de la région ainsi que les autorités apportèrent leur soutien au projet. De plus, les entreprises régionales firent des offres inférieures aux tarifs standards afin de permettre la réalisation. Les quelques 590'000.- CHF nécessaires à la réalisation furent donc réunis sans avoir recours à un emprunt.
A l'été 1988, après plusieurs années de doute, on réalisa donc le nouveau téléski d'occasion signé Baco.
La société fit d'une pierre deux coups puisqu'elle ne se contenta pas de remplacer le remonte-pente sur le même tracé : elle en profita pour munir la nouvelle installation d'un virage permettant d'accéder directement au sommet du crêt sans avoir à emprunter le petit téléski des Crêtes (qui fut donc démonté). L'accès à la piste rouge était donc simplifié, le confort des usagers amélioré et la liaison avec le Crêt-Meuron facilitée (bien qu'il n'existait pas d'abonnement valable sur les deux domaines).

Image
Le nouveau téléski de la Roche prêt à l'emploi, ne manque que la neige (Droits réservés)


Précisons que ni la gare aval ni la gare amont du téléski de La Corbatière ne sont d'origine. La gare amont était originellement située légèrement plus bas et les skieurs lâchaient sous la poulie. Elle a par la suite été remplacée par la station actuelle de WSO. La station aval, quant à elle, se trouvait au même endroit qu'aujourd'hui. Après son remplacement par l'actuelle gare WSO, le premier pylône était devenu trop grand par rapport à la station aval et a été raccourci.

Le domaine skiable de La Corbatière n'a par la suite pas connu de changements majeurs.
Animée par des passionnés, la petite station continue chaque année d'emmener petits et grands sur ses pistes familiales bien que l'hiver se fasse de plus en plus court dans la région.

Par ailleurs, les pistes de la Roche-des-Crocs sont depuis 2012 les dernières encore en activité dans la région. En effet, c'est cette année-là que les trois téléskis de La Tête de Ran ainsi que du Crêt Meuron et ceux du Col de la Vue des Alpes ont cessé de fonctionner.

 
Le TKE2 de La Corbatière
Auteur de cette partie : Nico05
Section écrite le 26/09/2021 et mise à jour le 27/09/2021
(Mise en cache le 03/10/2021)

Situation du TKE2 de La Corbatière

Le téléski de La Corbatière se situe en face du hameau du même nom. L'installation traverse les pâturages en pente très douce pour aboutir à la limite de la forêt, légèrement en amont d'un petit goulet appelé Scie de La Roche et au fond duquel se trouve le départ du téléski de La Roche-des-Crocs. Ce dernier, doté d'un virage en sa moitié, grimpe jusque sur une crête proche du lieu-dit "Derrière Tête-de-Ran".
Non-loin sur cette même crête, sur le versant est cette fois, se trouve un troisième téléski : Le Crêt-Meuron. Ce petit téléski a été exploité jusqu'en 2012 par une autre société de remontées mécaniques. Il est depuis lors à l'arrêt, cependant les fonds nécessaires à sa remise en service pour l'hiver 2021-22 ont été récoltés (plus d'infos ici).

Image
Situation sur le plan des pistes

Image
Situation sur la carte nationale (image tirée de Swisstopo)

Image
Situation sur la carte 3D (image tirée de Swisstopo)


Rôle et infrastructure du TKE2 de La Corbatière

Lorsque vous arrivez à La Corbatière par le train, vous devez pour vous rendre au téléski emprunter une petite route descendant au Relais de La Corba. Depuis là, vous apercevez le petit téléski au beau milieu d'une vaste prairie recouverte d'une fine couche de neige. Après quelques dizaines de mètres de marche à travers champs, vous aboutissez au pied des pistes de ski.
Là se trouvent la caisse, le départ du téléski ainsi que le télécorde pour les enfants.
Après avoir acheté votre ticket journalier ou votre carte à trous pour un certain nombre de montées, vous chaussez vos skis et vous dirigez vers le départ de l'installation.
La poulie motrice jaune soutenue par un léger montant métallique peint en bleu tourne lentement avec un cliquetis régulier provoqué par le passage des agrès. La gare provient selon toute vraisemblance de chez Städeli, contrairement aux ouvrages de ligne construits par Tebru.
Une fois l'arbalète glissée derrière vos jambes, le trajet débute. La vitesse d'exploitation est faible puisque l'installation est principalement destinée aux débutants.
Le premier des cinq pylônes portiques treillis se rapproche lentement. Une structure très légère fabriquée par une entreprise locale à partir des plans de Theo Brunner. Si ces ouvrages sont quasiment identiques à ceux produits par Städeli dans les années 1960, dans le cas présent les nombreux segments métalliques formant le treillis sont cylindriques et non rectangulaires. Une solution qui a permis à l'époque à l'entreprise locale les ayant produits de contourner le brevet Tebru mais qui a posé par la suite quelques problèmes au niveau des réglementations puisque les pylônes doivent être remplacés à l'été 2021.
Vous continuez tranquillement votre montée en pente très douce jusqu'aux pylônes suivants. Là, un autre détail technique est susceptible de vous interpeler : il n'y a pas de galets lestés aux extrémités des balanciers (galets rouges). A la place, des galets standards sont présents, décalés afin de ne pas toucher le câble. Par ailleurs l'entier des galets du téléski, à l'exception de ceux de la gare amont, proviennent de chez Müller.
Alors que vous approchez du dernier ouvrage de ligne, le pente augmente légèrement jusqu'à l'orée de la forêt.
La gare amont se dresse quelques mètres plus haut dans la forêt. Issue d'éléments Sädeli, la station assure la tension de l'appareil et ce grâce à un système de contrepoids. D'aspect vétuste mais solidement ancrés dans le terrain, les trois pieds soutiennent la poulie qui tourne silencieusement.
Depuis la zone de lâcher du remonte-pente, deux possibilités de descente s'offrent à vous. La première et la plus empruntée est la piste bleue évoluant en faible pente à côté du téléski. Large et propice à l'apprentissage du ski, cette descente est particulièrement prisée des enfants et débutants.
La seconde option est un petit chemin damé en forêt. Celui-ci vous conduit à travers bois jusque dans une combe de laquelle part le téléski de La Roche-des-Crocs. Ce second skilift, plus rarement ouvert, dessert les pistes pour les skieurs plus aguerris, dont la fameuse piste noire des Poteaux.
Depuis le départ de cette installation, une petite piste bleue étroite redescend doucement jusqu'au téléski de La Corbatière.

Qui est Tebru ?

Vous ne connaissez peut être pas le nom de Tebru, contraction de Theo Brunner. Pourtant, c'est notamment à lui que l'on doit beaucoup dans le domaine de l'industrie du téléski en Suisse.

C'est au début de la seconde moitié du XXème siècle que Theo Brunner décide de fonder sa propre entreprise de métallurgie qu'il baptisera Tebru. Il se lança très vite dans la conception de téléskis. A cette époque, les remontées mécaniques destinées aux sports d'hiver en étaient encore à leurs balbutiement.
C'est lui qui inventa un modèle de pylône bien connu aujourd'hui, les pylônes portiques treillis. La base des supports était très mince pour ensuite s'épaissir sur le haut. De plus, on reconnait ses pylônes à leurs deux angles très arrondis. Son premier téléski fut construit peu avant 1955.
Peu après, Brunner construisit à Marbach (Lucerne) le premier téléski combiné de l'histoire en collaboration avec Wullschleger, une installation particulière alternant sièges et archets.

Mais alors si Tebru est l'inventeur des traditionnels pylônes portiques, pourquoi son nom est-il aujourd'hui quasiment méconnu ? Parce que vers la fin des années 1950, Walter Städeli racheta l'entreprise Tebru ainsi que ses brevets. Il fit ce que Tebru n'était pas parvenu à faire, il fit fructifier le brevet à tel point qu'aujourd'hui on associe Städeli aux fameux pylônes.
Brunner, qui était resté travailler chez Städeli comme concepteur, quitta l'entreprise suite à un différend avec Städeli.
Il rejoignit l'entreprise Skima, une petite société zurichoise de remontées mécaniques, et réalisa au travers de la société quelques téléskis sur l'ensemble de la Suisse. Cependant le succès de la société de sera jamais vraiment au rendez-vous, et il partit donc de l'entreprise pour se mettre à son compte. Brunner construisit à nouveau vers 1965 quelques téléskis sous son propre nom puis quittera ensuite définitivement l'industrie des remontées mécaniques.
Outre son fameux modèle de pylônes treillis, Tebru inventa aussi des enrouleurs. Ceux-ci furent évidemment utilisés par Städeli durant de nombreuses années, jusqu'à l'invention de l'enrouleur hydraulique.

Tebru, Städeli ou encore Skima, ces constructeurs ont donc tous un point commun : Theo Brunner, un bricoleur doué et un inventeur imaginatif qui aura marqué l'industrie du téléski au travers de ses inventions, bien que son nom soit resté dans l'ombre du célèbre Walter Städeli.

Vous voulez en savoir plus sur Tebru ?

Présentation par Bergbahnen.org : bergbahnen.org
Présentation par Andi Jacomet : blog.jacomet.ch
Images et plans Tebru : skiliftfotos.ch

Caractéristiques

Administratives

Nom : La Corbatière
Type : Téléski à enrouleurs biplaces
Constructeur des pylônes : Theo Brunner (TEBRU)
Constructeur des stations extrêmes actuelles : Walter Städeli (WSO)
Année de construction : 1966
Exploitant : Société des Téléskis La Corbatière - La Roche-des-Crocs SA
Territoire communal : Commune de La Sagne et Commune de La Chaux-de-Fonds

Géométriques

Altitude aval : 1090 m
Altitude amont : 1157 m
Dénivellation : 67 m
Longueur : 487 m
Pente moyenne : ~14%

Techniques

Nombre de pylônes : 5
Motrice : Gare aval
Tension : Gare amont (contrepoids)
Sens de montée : Gauche
Enrouleurs : Röhrs
Puissance du moteur (en service) : 15 kw

D'exploitation

Débit horaire : 660 personnes
Vitesse maximale : 2,3 m/s
Durée du trajet : ~ 4 min

 
La remontée en images
Auteur de cette partie : Nico05
Section écrite le 26/09/2021 et mise à jour le 03/10/2021
(Mise en cache le 03/10/2021)

La remontée en images

Les photos ont été prises le 28 mars 2021 par Jubiproduction, soit quelques jours avant le démontage des pylônes. La saison de ski était déjà terminée et les images ont donc été faites lorsque l'installation était à l'arrêt.

Gare aval

La gare aval, située au beau milieu des pâturages du lieu-dit "L'Abbaye" non-loin du hameau de La Corbatière, se dresse à proximité de deux cabanons abritant le poste de vigie et la caisse. La petite structure bleue signée Städeli soutient la poulie motrice jaune.

Image
Le site de la gare aval vu depuis les places de parc

Image
La gare aval et le premier pylône

Image
La caisse vendant les tickets pour le ski alpin et le ski de fond

Image
On distingue en second plan la piste noire des Poteaux descendant à travers la forêt

Image
On tourne autour de la station aval

Image

Image

Image
Vue d'un angle différent

Image
A l'arrière-plan se dressent quelques chalets touristiques perdus entre les bois et les prés

Image
La gare aval vue de face

Image
De l'autre côté

Image
Le moteur dominé de la poulie

Image
L'avant de la gare

Image
Le poulie d'entraînement vue de dessous

Image
Le socle

Image
Le départ de l'installation et la ligne

Image
La station vue de côté

Image

Image
Avec le Relais de La Corba en second plan

Image

Image
Qui aurait cru qu'une compagnie d'assurance construisait des téléskis ?...

Image
Compression en entrée et sortie de gare

Image
Côté montée...

Image
...Et côté descente (on aperçoit le troisième galet décalé servant de galet lesté)

Image
On grimpe sur la gare

Image
La roue jaune vue de dessus

Image
Presque parfaitement symétrique

Image
Le balancier côté gauche

Image
Et celui côté droit


Ligne

La ligne, qui évolue en pente douce à travers les pâturages, est composée de cinq pylônes portiques construits par Tebru mais dont les galets proviennent de Müller. Les supports 3 et 4 ont dû être renforcés pour la saison 2020-21.

Composition de la ligne :
Image

Image
L'ensemble de la ligne

Image
La ligne depuis la gare aval

Image
Vue de trois-quarts

Image
Le P1

Image
Sa tête

Image
Galets Müller

Image
Le galet noir servant de lest pour activer la sécurité en cas de déraillement

Image
On tourne autour du pylône

Image

Image

Image

Image

Image
Le socle côté gauche

Image
Et celui côté droit

Image
Le P1 de devant

Image
On s'éloigne du premier pylône

Image
Gare aval et P1

Image
Portée jusqu'au second pylône

Image
Légère pente jusqu'au deuxième support

Image
Le P2

Image
Regard en arrière

Image
Les galets de support

Image

Image

Image
La tête du pylône

Image

Image

Image

Image
On quitte le second pylône

Image
Portée jusqu'au troisième pylône

Image
Le P3

Image

Image

Image

Image

Image
Les galets du brin montant

Image

Image

Image

Image
La tête du pylône

Image
Le socle côté droit

Image
Le P3 avait subi avec le temps des déformations, notamment en raison de sa structure composée de segments cylindriques. On distingue ici l'une de ces déformations.

Image
Les montants légèrement déformés

Image
le P3 vu de devant

Image
Portée jusqu'au quatrième pylône

Image
La pente est très faible

Image
Le P4

Image

Image
Le P4 avait lui aussi subi des déformations visibles sur l'image ci-dessus.

Image

Image
Renforcement

Image

Image
Montant métallique déformé

Image

Image

Image

Image
La ligne

Image

Image

Image
Les deux derniers pylônes

Image
La tête du P4

Image

Image
Portée jusqu'au dernier pylône

Image
La pente s'accentue

Image
Le P5

Image
Coup d'œil en arrière

Image

Image
La tête du dernier support

Image

Image

Image

Image
Vue sur le bas de la ligne

Image

Image
La zone de lâcher

Image
Le cinquième pylône depuis la gare amont


Gare amont

La station amont se trouve au milieu des arbres, en amont du lieu-dit la "Scie de la Roche". Assurant la tension de l'appareil grâce à un contrepoids, la structure provient elle aussi de chez Städeli.

Image
La gare amont depuis la ligne

Image

Image

Image
Les balanciers et la poulie de renvoi

Image
La poulie

Image
Les galets de support sur le brin montant

Image
Gros plan sur la sécurité

Image
Le contrepoids

Image
L'avant de la gare

Image
Système de tension

Image

Image
La gare vue de haut

Image
Dans toute sa longueur

Image
On tourne autour de la station

Image
Gros plan sur la balanciers

Image
Le haut de la structure

Image
L'imposante poulie

Image

Image
On escalade la gare

Image
La passerelle de service

Image
La poulie vue de dessus

Image
Vue sur la ligne

Image
Les galets Städeli sur le brin montant

Image
Les galets du brin descendant


Agrès

Les agrès d'origine provenaient de chez Städeli. Cependant, les enrouleurs à câbles métalliques n'étant plus autorisés, l'exploitant a été contraint de les remplacer. Ce sont donc aujourd'hui des agrès Röhrs récupérés des Bugnenets-Savagnières qui équipent le téléski.

Image
Un agrès Röhrs

Image
Vu d'un autre angle

Image
Gros plan sur la pince

Image
Une arbalète en ligne

Image
Vue du côté opposé

Image

Image
Vue de dessous

Image
Au devant des arbres


Quelques images hivernales

Voici quelques images prises par Gondelbahn Monde (merci à lui) durant la saison d'hiver 2020-21.

Image
La gare aval

Image
La ligne à hauteur du second pylône

Image
L'ensemble de la ligne avec la piste bleue sur la droite

Image
La gare amont

 
Conclusion
Auteur de cette partie : Nico05
Section écrite le 26/09/2021 et mise à jour le 03/10/2021
(Mise en cache le 03/10/2021)

L'avenir du domaine et du téléski

A la fin 2020, le Concordat Intercantonal sur les Téléphériques et Téléskis (CITT) a ausculté l'installation. Il avait alors été décrété que les pylônes ne correspondaient plus aux exigences de sécurités requises. Les pylônes posant problèmes, à savoir le 3 et le 4, devaient obligatoirement être renforcés pour assurer la saison d'hiver 2020-21. La société a donc effectué les travaux nécessaires et grand bien lui en a pris puisque la saison 2020-21 s'est avérée exceptionnelle au niveau de l'enneigement.
Cependant tout ne s'arrête pas là : la totalité des pylônes devaient être remplacés pour la saison 2021-22. Le montant de cette opération s'élevait à plus de 150'000.- francs suisses, somme que la société n'avait bien sûr pas les moyens de débourser. L'avenir du domaine skiable fut donc incertain durant plusieurs mois. Heureusement, une opération de crowdfunding (financement participatif) lancée au début de l'hiver a permis de récolter 60'000.- CHF. Grâce à cette somme ainsi qu'à d'autres subventions, la société pourra financer le remplacement des pylônes qui sera assuré par l'entreprise Baco.
L'avenir du domaine skiable de La Corba est donc assuré pour les prochaines années !

Quelques photos du démontage de l'installation

Les pylônes du téléski ont été démolis le 2 avril 2021. Je remercie la Société des Téléskis La Corbatière - La Roche-des-Crocs SA pour les images ci-dessous.

Image
Démontage du P3

Image
Démontage du P4

Image
Démontage du P5

Image
Démontage du P5


Conclusion, liens et informations utiles

Cette installation dessert l'espace débutants du petit domaine et permet d'accéder au téléski de La Roche-des-Crocs pour les plus aguerris. Elle est assez régulièrement ouverte malgré l'enneigement parfois capricieux, contrairement à La Roche qui est moins souvent en service en raison du faible enneigement.
Ce téléski a été construit selon des plans de Theodor Brunner en 1966. C'est après 55 ans de bons et loyaux services que ses pylônes ont dû être remplacés afin de garantir une meilleure sécurité. La nouvelle installation, pour laquelle les deux stations extrêmes de l'ancien téléski ont été conservées et dont les pylônes ont été fournis par Baco, sera opérationnelle dès la saison 2021-2022, pour le plus grand bonheur des habitants de la région qui ont d'ailleurs contribué à cette réalisation par le biais d'une campagne de crowdfunding.

Merci à Jubiproduction pour ses nombreuses photos ainsi qu'à la Société des Téléskis de La Corbatière - La Roche-des-Crocs pour leurs nombreuses informations.

Photos (sauf mention contraire) : Jubiproduction, le 28 mars 2021
Textes : Nico05
Bannière : Nico05

Pour aller plus loin...

Site internet des remontées mécaniques : teleskilacorbatiere.ch
Site internet de l'office du tourisme : j3l.ch
Page Facebook des remontées mécaniques : lien page Facebook
Vidéo des installations du domaine réalisée par Basis104 : lien vidéo YouTube
Vidéo du téléski réalisée par Gondelbahn Monde : lien vidéo YouTube



Suivre la discussion sur le forum