Localisation(s)
Photo

 TKE2 du Tsaté

La Forclaz (Espace Dent Blanche)

Bühler

T2 ES
Description rapide :
Le téléski du Tsaté, dont la gare a été remplacée par Leitner en 2000, est la principale installation du domaine skiable.

Année de construction : 1965

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : Nico05
Section écrite le 24/01/2021 et mise à jour le 17/03/2021
(Mise en cache le 17/03/2021)

Bonjour à tous, je vous propose de partir à la découverte du :

Image


Au sommaire de ce reportage


  1. La Forclaz, Espace Dent Blanche
  2. L'histoire du téléski du Tsaté, pionnier de la région
  3. Le téléski du Tsaté aujourd'hui
  4. Caractéristiques
  5. Gares et ligne
  6. Conclusion

1. La Forclaz, Espace Dent Blanche

La Forclaz est un petit village valaisan perché à 1'730 mètres d'altitude dans le haut Val d'Hérens, l'une des vallées latérales du Valais central.
C'est un petit village chaleureux et typique, comptant un peu plus d'une centaine d'habitants. On y retrouve de splendides chalets centenaires brunis par le soleil, des rues étroites parcourant le village à flanc de coteau et, plus haut, des mayens rustiques au milieu des pâturages.
En été, La Forclaz est particulièrement courue des randonneurs qui viennent profiter d'une région simple et authentique face à la mythique Dent Blanche, montagne emblématique de la vallée.
Durant l'hiver, les touristes viennent faire de la raquette ou du ski de randonnée dans un cadre préservé, au milieu de grands espaces encore sauvages.

Le domaine skiable, quant à lui, est le plus modeste du regroupement "Espace Dent Blanche" (Arolla, Evolène, La Forclaz), avec ses trois téléskis et son baby-lift, totalisant une dizaine de kilomètres de pistes alpines.
Les pistes, d'une difficulté plutôt élevée, évoluent entre forêts, chalets ou alpages d'altitude moyenne. L'installation principale, le téléski du Tsaté, vous emmène à 2204 mètres d'altitude.
Le domaine ouvre généralement moins de temps dans la saison que ses voisins en raison de son exposition plein sud et de l'absence d'enneigement artificiel.

Image
Cliquez sur le logo pour accéder à une présentation détaillée de la station


2. L'histoire du téléski du Tsaté, pionnier de la région

Du projet à la réalité

La commune d'Evolène vit son premier skilift être installé vers le milieu des années 1950 au lieu-dit "Lautrec", pâturages situés en face du village d'Evolène. Quelques années plus tard, un autre remonte-pente fut construit à proximité du premier. Puis, chacun voulant créer sa propre petite entreprise, quelques autres petites installations virent le jour dans la région, notamment au lieu-dit "Les Flantzes" ou encore à La Forclaz.

Au début des années 1960 déjà, les premiers projets d'envergure naquirent et, en l'an 1965, la SARME (Société Anonyme des Remontées Mécaniques d'Evolène) fut constituée avec à sa tête Monsieur Jean Maistre. La première réalisation de la nouvelle société fut la construction du téléski du Tsaté (ou Zaté) à la Forclaz, alors plus importante installation de la commune, ainsi que le téléski de La Bornettaz aux Haudères. Mais penchons-nous d'un peu plus près sur le choix de la réalisation du téléski du Tsaté.

A la fin des années 1950 naquit le projet d'un télésiège reliant La Forclaz au Lac du Tsaté, vaste prairie située à 2500 mètres d'altitude. Selon toute vraisemblance, ce projet aurait fait l'objet d'une demande de concession à l'Office Fédéral des Transports (OFT). Le tracé était idéal mais ne convenait cependant pas à tout le monde. En effet, une pétition réalisée par un comité regroupant des membres des villages des Haudères, de La Sage, de Villa et de La Forclaz demandait de déplacer le départ de l'installation (à noter qu'il était question dans cette lettre d'une télécabine et non d'un télésiège) au lieu-dit "La Combaz" (situé exactement entre La Sage et La Forlaz), ceci pour plusieurs raisons : le tracé ne nuirait pas au charmant site du Col de La Forclaz, ne traverserait pas des zones constructibles et conviendrait à tous les villages de par sa centralisation entre La Sage et La Forclaz.
La demande de concession pour tout téléporté reliant La Sage/La Forclaz au Lac du Tsaté fut finalement rejetée en 1961, date à laquelle la concession pour des installations lourdes reliant Evolène au Pic d'Artsinol fut accordée (concession qui deviendra par la suite caduque car non utilisée). Ceci montra une fois encore les disparités entre les différents villages et partis politiques.
L'idée qu'il faudrait donc se contenter d'un téléski au lieu de cabines panoramiques fit son chemin. En 1965, la SARME, récemment constituée, proposa un téléski reliant les villages de La Sage et de La Forclaz à l'alpage du Tsaté. Une nouvelle fois, la question du lieu de départ fut étudiée et créa des tensions entre les villages, si bien que le conseil d'administration trancha ; le téléski partirait de "La Combaz" à égale distance des deux localités.
Cette solution n'était de loin pas idéale, la piste étant à cette endroit raide et inconfortable et la place manquant pour la réalisation d'un parking.
La suite de la ligne devait grimper à travers la forêt jusqu'au mayens de "Motau" puis continuer en direction de l'alpage du Tsaté pour arriver à proximité des bâtiments d'alpage. Les socles en béton des pylônes avaient déjà été coulés lorsque les anciens du village racontèrent qu'ils avaient vu par le passé des avalanches descendre dans la combe ou était prévue la station amont. C'est pourquoi il fut décidé de dévier légèrement la ligne à la hauteur de "Motau" afin d'éviter la combe potentiellement dangereuse.

Finalement, le 16 décembre 1965, après tant de querelles, d'incertitudes et d'imprévus, le téléski du Tsaté entra officiellement en service !

Image
16 décembre 1965, jour de l'inauguration, la foule est présente pour l'évènement. Droits réservés

Image
Flambant neuve, la remontée est prête au départ. Droits réservés


Développement et rénovations

La suite de l'histoire du téléski du Tsaté, tout comme sa réalisation, ne se passa pas sans anicroche.
En effet, à l'époque déjà, la neige ne tenait pas longtemps face aux rayons du soleil sur ces pentes exposées et les printemps qui suivirent l'inauguration furent particulièrement chauds. La SARME bouclait donc régulièrement ses comptes dans le rouge mais le déficit était pris en charge par la commune. Cette situation ne dura pas puisque le conseil communal décida en 1972 de ne plus financer l'exploitation des remontées mécaniques, si bien qu'en 1974 l'exploitant dut déclarer forfait. En 1974 et 1975 ce furent les sociétés de développement locales qui couvrirent les frais.
Cependant, en 1975, le Concordat Intercantonal sur les Téléphériques et les Téléskis (CITT) examina le câble tracteur de l'installation. L'état fut jugé insuffisant et le câble devait donc être changé immédiatement, investissement que les sociétés de développement n'eurent pas les moyens de payer. L'exploitation du remonte-pente fut donc suspendue jusqu'en 1976.

En 1976, le téléski fut sauvé grâce à la création de la société Blanchalpe SA qui racheta les deux installations de la SARME partie en faillite, à savoir le Tsaté et la Bornettaz, pour le prix de 65'000.- CHF. Monsieur Pierre Crettaz en fut le premier président.
Le câble tracteur de l'installation fut remplacé et l'installation entièrement rénovée par la maison Von Roll (ayant racheté le constructeur Bühler un an auparavant).

La saison 1976-1977 fut une réussite tant au niveau de l'enneigement que des finances, ce qui, malgré différentes difficultés, mit la nouvelle société sur la bonne voie.
Puis, au début des années 1980, Blanchalpe SA racheta les divers petits téléskis de village à La Forclaz (voir le reportage pour plus d'informations) et construisit le téléski de La Terraz. Divers projets d'expansion sur les pentes du Lac du Tsaté ou de Bréona existèrent mais ne virent malheureusement jamais le jour.
En 2000, une nouvelle rénovation fut nécessaire pour le téléski du Tsaté, au niveau du moteur cette fois. L'ancienne gare aval Bühler (sur laquelle le pylône en sortie de gare avait par ailleurs été allongé afin de faciliter le départ) ne donnait plus entière satisfaction et aurait selon tout vraisemblance connu des soucis au niveau du réducteur. Leitner fournit donc une station aval plus performante qui offrit une seconde jeunesse à l'installation.

Image
La gare aval avant son remplacement, on remarque que le pylône en sortie de gare a été rallongé par la suite afin faciliter le départ. Droits réservés


Image
^^ Pour cette partie historique, je tiens tout particulièrement à citer le livre "Sans perdre la mémoire, Evolène et ses villages" écrit en 2004 par le regretté Monsieur Pierre Crettaz, guide de haute-montagne et fervent partisan des remontées mécaniques dans son village d'origine. Cet ouvrage m'a permis de trouver de nombreuses informations et anecdotes pour écrire ce chapitre.

L'histoire du téléski vue par les médias

Les articles ci-dessous sont tirés des archives du Nouvelliste - Feuille d'avis du Valais. Tous droits réservés.

Image

ImageImage
^^ 17 décembre 1965

Image
^^ 8 mars 1968

Image
^^ 21 décembre 1974

Image
^^ 3 novembre 1976

3. Le téléski du Tsaté aujourd'hui

Situation

Image
Situation du TKE2 (en rouge) sur le plan du val d'Hérens

Image
Situation du TKE2 (en rouge) sur le plan de La Forclaz

Image
Situation du TKE2 (en rouge) sur la carte nationale (image tirée de Swisstopo)

Image
Situation du TKE2 (en rouge) sur la carte 3D (image tirée de Swisstopo)


Type d'installation

Le téléski à enrouleurs biplaces du Tsaté a été construit en 1965 par le constructeur bernois Willy Bühler, manufacturier ayant réalisé bon nombre de téléskis sur le territoire helvétique avant de vendre son savoir-faire à Von Roll.
Le skilift du Tsaté possède néanmoins plusieurs particularités. En effet, cette installation, longue de près d'un kilomètre et demi et avalant plus de 500 mètres de dénivelé, possède trois pylônes de déviation légère (les P6, 7 et 9). Ces légers virages n'étaient pas prévus à l'origine, mais en raison des dangers d'avalanches sur le tracé initialement choisi, la ligne du téléski a finalement été équipée de ces trois courbes légères afin d'éviter les zones potentiellement dangereuses.
De plus, les pylônes de cette remontée ont la particularité d'avoir le fût "noyé" dans le socle en béton, c'est à dire qu'il n'y a pas de plaque avec boulons pour ancrer le pylône sur le socle, mais que le béton a été coulé tout autour du pied du pylône.
La gare aval de ce téléski était à l'origine une gare motrice Bühler qui a été remplacée en 2000, sans doute en raison de soucis de réducteur, par une station motrice Leitner.
La gare amont, quant à elle, est toujours la station Bühler d'origine et assure la tension de l'appareil grâce à un contrepoids.

Rôle au sein du domaine

Le TKE2 du Tsaté est de loin la principale installation du domaine, les deux autres TKE1 servant principalement de porte d'accès et pour les skieurs de plus faible niveau. Son parcours est très varié : il évolue d'abord en pente très raide dans une forêt de mélèzes avant de déboucher sur un grand champ à proximité des chalets de mayens de Motau, puis reprend sa course en forêt avant d'atteindre et de dépasser la limite des arbres et d'aboutir sur un replat situé à côté de l'alpage du Tsaté. Au sommet, à plus de 2200 mètres d'altitude, une buvette accueille les skieurs face à un panorama grandiose.
Ce téléski est accessible soit via le téléski de La Forclaz et celui de La Terraz soit directement depuis la route menant à La Forclaz (bien que cette option ne soit pas extrêmement pratique). A mi-hauteur de la remontée, plus précisément au niveau du pylône 7, il est possible de prendre l'archet en cours de montée, afin d'éviter la partie inférieure de la piste, parfois peu enneigée.

Les pistes desservies
La remontée mécanique du Tsaté dessert les pistes les plus raides et les plus longues de la station, à savoir deux pistes rouges ainsi qu'une piste noire.
La piste noire, à gauche du téléski, est la mieux enneigée et la plus sportive parmi les trois. La piste rouge principale, descendant sur la droite, évolue principalement en forêt et est moins pentue que la noire, bien qu'elle reste très technique. Enfin, la piste rouge dite "du milieu" évolue près du téléski sur sa droite. Elle est plus courte que les deux autres descentes, puisqu'elle rejoint la rouge principale au niveau de l'intermédiaire.

4. Caractéristiques

Caractéristiques administratives

Nom : Le Tsaté
Type : Téléski à enrouleurs biplaces
Année de construction : 1965
Année de remplacement de la gare aval : 2000
Constructeur des pylônes et de la gare amont : Bühler
Constructeur de la gare aval : Leitner
Exploitant : Société des Téléskis Blanchalpe SA
Ouverture officielle au public : 16 décembre 1965

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 1696 m
Altitude intermédiaire (P7) : 1916 m
Altitude amont : 2204 m
Dénivellation : 508 m
Longueur : 1449 m
Pente moyenne : 38.05 %

Caractéristiques techniques

Nombre de pylônes : 16
Motrice : Gare aval
Tension : Gare amont (contrepoids)
Enrouleurs : Röhrs
Côté de la montée : Droit

Caractéristiques d'exploitation

Débit horaire : 400 personnes
Durée du trajet : ~8 min

5. Gares et ligne

La gare aval

La gare aval était à l'origine une gare de Bühler qui a été remplacée en 2000 par une gare Leitner.
Elle assure, tout comme l'ancienne station Bühler, l'entraînement de l'installation et se trouve quelques mètres au-dessus de la route menant à La Forclaz.
Au départ du téléski, on trouve une caisse servant également de poste de vigie.

Image
La fin de la piste conduisant au départ de l'installation, avec en second plan les granges du lieu-dit La Combe

Image
Au travers des mélèzes dénudés, on aperçoit la caisse et la gare de départ.

Image
Idem de plus proche

Image
Zoom sur le moteur ainsi que les douze galets de compression en sortie de gare

Image
La caisse...

Image
...Et les recomandations

Image
La station aval vue du sud

Image
L'imposante poulie motrice et son puissant moteur

Image
L'avant de la gare avec les galets de compression

Image
La gare aval vue de plus haut

Image
Idem avec zoom

Image
la gare aval vue depuis la ligne


La ligne

La ligne, équipée de pylônes Bühler d'origine dont trois effectuant un léger virage, peut être empruntée également à partir du P7 servant d'intermédiaire. Elle est longue et très raide par endroit, accusant plus de 500 mètres de dénivelé et traversant un paysage varié entre les forêts, les chalets de mayens et les alpages.

Composition de la ligne :
Image
S = Support ; C = Compression, D = Déviation légère

Image
Le début de la ligne depuis la station de départ

Image
C'est parti, on commence tout de suite avec une forte pente

Image
On approche du premier pylône

Image
Le P1

Image
Portée jusqu'au P2

Image
On continue notre trajet...

Image
En direction du second pylône

Image
Le P2

Image
Idem de plus proche

Image
Regard vers la droite sur une grange et la piste rouge

Image
Le P3, croisement avec la piste

Image
La tête du troisième pylône

Image
Portée jusqu'au quatrième pylône

Image
Portion très raide de la ligne avant le pylône

Image
Le P4

Image
Portée jusqu'au P5

Image
La pente s'accentue à nouveau fortement

Image
On continue de grimper en direction du cinquième pylône

Image
Coup d'œil en arrière sur le rec

Image
On arrive...

Image
...Au pylône

Image
Le P5

Image
Portée jusqu'au P6

Image
A mi-chemin entre les pylônes 5 et 6

Image
Zoom sur la tête du P6, premier pylône de déviation

Image
Le P6

Image
La tête du P6 en contre-plongée, léger virage

Image
Portée peu pentue jusqu'au P7

Image
Regard à gauche sur les chalets des Mayens de Motau

Image
On avance...

Image
...Vers le septième pylône

Image
Le P7, second pylône de déviation, depuis lequel il est possible de prendre l’archet.

Image
Portée jusqu'au P8...

Image
...Dont on se rapproche

Image
A nouveau un coup d'œil en direction de Motau, avec les Diablerets en arrière-plan

Image
Et de l'autre côté, la piste retournant sur La Forclaz avec les Dents de Veisivi, Le Pigne d'Arolla et le Mont-Blanc de Cheilon en toile de fond

Image
On monte vers le huitième pylône

Image
Le P8

Image
Portée jusqu'au P9

Image
Passage relativement étroit en forêt

Image
Idem

Image
On avance vers le P9

Image
Le P9, troisième pylône effectuant une légère déviation

Image
Portée jusqu'au dixième pylône

Image
Croisement avec la piste

Image
En second plan le domaine skiable d'Evolène, et les Diablerets au fond

Image
le P10

Image
Idem de plus proche

Image
Portée jusqu'au P11

Image
On se laisse tirer en direction du onzième pylône

Image
Vue en arrière avec, de gauche à droite, le Mont des Ritses, le Mont de l'Etoile et la Palantse de la Crêtha

Image
La belle piste noire sur la gauche

Image
Le P11

Image
Portée jusqu'au douzième pylône

Image
A mi-chemin entre les pylônes 11 et 12

Image
On se rapproche du P12

Image
Le P12

Image
Portée jusqu'au P13

Image
Ça grimpe à nouveau jusqu'au treizième pylône

Image
le P13

Image
Portée jusqu'au P14

Image
Dernière montée avant le sommet

Image
On approche du pylône 14

Image
Le P14

Image
Courte portée jusqu'au P15

Image
Le P15, avec la buvette du Tsaté sur la droite

Image
Très courte portée jusqu'au P16

Image
Le P16, dernier pylône


La gare amont

La gare amont, qui se situe sur un replat, assure la tension de l'appareil grâce à un système de contrepoids.

Image
La gare amont vue de trois quarts

Image
Idem

Image
Idem de plus proche

Image
Zoom sur les galets et la poulie

Image
La station amont vue du sud, avec la Pointe du Tsaté en arrière-plan

Image
Le système de tension effectué par contrepoids

Image
La gare vue du nord

Image
Idem de plus proche

Image
Le lorry du contrepoids

Image
A nouveau les galets en entrée et sortie de gare ainsi que la poulie de retour


Les agrès

Les enrouleurs et les archets ont été fourni par Röhrs pour Willy Bühler, mais certaines assises proviennent de Doppelmayr.

Image
Un agrès devant le Sassenaire (assise Röhrs)

Image
Archet Röhrs (assise Doppelmayr)

Image
Agrès 100% Röhrs

Image
Un enrouleur et sa pince

Image
Deux archets se croisant

Image
Un agrès devant la buvette du Tsaté et son panorama grandiose

Image
Une arbalète devant les mayens

Image
Le cordon joignant l'archet

Image
L'enrouleur et sa pince


Autres vues et pylônes

Les pylônes, peints en vert, ont été fournis par Bühler, mais certaines batteries ont été rénovées ou remplacées. Les pylônes sont "noyés" dans leur socle, c'est à dire qu'il n'y a pas de plaque avec des boulons mais seulement le fût dans le béton.

Image
Les deux derniers pylônes

Image
La tête du P16

Image
Le P15

Image
Zoom sur le P14

Image
On remarque que le fût du pylône est noyé dans le socle en béton

Image
On devine les deux pylônes sommitaux derrière la piste noire

Image
Le Tsalè du Tsaté, alpage ayant donné son nom au téléski

Image
Le P12

Image
Le P11

Image
Le P10

Image
Le P7 intermédiaire avec les chalets de Motau

Image
P7 vu de trois quarts

Image
Zoom sur les galets de compression/déviation du pylône 8

Image
Idem

Image
le P7 vu de l'autre côté

Image
La tête du P6

Image
Le P3 avec la piste noire

Image
La tête du premier pylône


6. Conclusion

Image


Le téléski fut l'un des pionniers du ski alpin dans la commune d'Evolène et fut au cœur de projets, conquêtes, disputes ou encore rêves. Mais finalement, en lieu et place de télésiège ou de télécabine, seul trois téléskis persisteront sur les pentes de La Forclaz, et parmi eux le mythique Tsaté.
Il est la principale installation du petit domaine, une institution aussi bien pour les habitants de la région que pour les touristes habitués, qui marque chaque génération de ses pentes raides et ensoleillées, de sa buvette ainsi que de son ambiance conviviale.
Mais pour combien d'années encore ? Cela, seul le réchauffement climatique et les normes de sécurité en ont la réponse.

Textes : Nico05
Photos : Nico05, 24 janvier 2021
Bannière : Artsinol

Pour aller plus loin...

Site internet des remontées mécaniques : www.espacedentblanche.ch
Site internet de l'office du tourisme : www.evolene-region.ch
Site internet partenaire : www.laforclaz.com
Vidéo des installations du domaine réalisée par Stahlseil : lien vidéo YouTube



Suivre la discussion sur le forum


Appareil en relation :