En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TPH P 3x4 Panoramic Mont-Blanc

Chamonix-Mont-Blanc - Aiguille du Midi (Vallée de Chamonix)

Funivie d'Italia - Lora Totino & C. - Agudio

T3 ES
Description rapide :
Le téléphérique de l'impossible : un survol glaciaire de 5 kilomètres entre la France et l'Italie, imaginé par Dino Lora Totino et Vittorio Zignoli.

Année de construction : 1957

Suivre la discussion sur le forum



Partie 1
Auteur de ce reportage : Raphaël B
Section écrite le 22/03/2009 et mise à jour le 11/09/2016
(Mise en cache le 02/09/2017)

Image



Élaboré en France et projeté en Italie, le Panoramic Mont-Blanc, anciennement « télécabine de la Vallée Blanche » constitue un trait d'union unique entre ces deux pays. Un téléphérique d'exception par le cadre grandiose dans lequel il évolue et les solutions techniques employées.


La réalisation de l'impossible


Sommaire :

Pour faciliter la lecture de ce reportage, il a été divisé en plusieurs parties:

-I : Historique, du rêve à la réalité
-II : Présentation générale et la traversée
-III : Une mécanique éprouvée



I) Historique du rêve à la réalité

Image


Cette installation a pour idée principale de relier par téléphérique deux villes capitales des sports d’hiver et de l’alpinisme situées de part et d’autre du Mont Blanc, Chamonix et Courmayeur. Elle a été initiée par l’ingénieur italien Dino Lora Totino, comte de Cervinia.

Né en 1900 à Biella dans le Piémont dans une famille d’industriels Lainiers, il obtint à 22 ans une maîtrise d’ingénieur électrotechnicien à l’école polytechnique de Turin. Il réalise peu avant la seconde Guerre mondiale, le téléphérique de Breuil Cervinia au plateau Rosa (3500m) sur le versant italien du Cervin.

A la suite du succès remporté après la guerre par cette installation qui révélait au public de superbes champs de skis et de magnifique paysage, Lora Totino imagina une liaison par remontées mécaniques à la proche et célèbre station touristique d’hiver suisse de Zermatt, située de l’autre côté du Cervin. Le projet de liaison entre les deux grandes stations de Breuil Cervinia et de Zermatt était avant-gardiste, tant sur le plan touristique que pour les sports d’hiver. En 1953 avec un grand enthousiasme Lora Totino réalise la partie italienne de cette liaison soit les téléphérique de Plan Maison et Furggen tout en entreprenant simultanément les autorisations nécessaire à la construction de la partie suisse. Le projet fut cependant avorté car Zermatt se montra hostile à cette liaison.

Il réalise également avant et après la guerre un audacieux téléphérique en deux tronçons reliant la Palud 1224 m (à quelques km de Courmayeur) dans le Val d’Aoste au refuge Torino 3330 m situé juste sous la Pointe Helbronner en passant par le Pavillon 2130 m. A l’époque la ligne du second tronçon, mis en service en 1946, fut réalisée en une unique portée sans pylône.

En 1955, avec la construction du téléphérique de l’Aiguille du Midi et le projet de percement du tunnel routier du Mont-Blanc, l'idée vint à Dino Lora Totino de réaliser une liaison internationale par câble, réalisant ainsi son rêve de rapprocher les peuples meurtri par la guerre avec le plus grand carrousel du monde, et ce dans une région beaucoup plus intéressante, le massif du Mont-Blanc.

La liaison entre les téléphériques de l'Aiguille du Midi et ceux de Courmayeur par téléphérique était parsemée de difficultés en raison d'une séparation de plus de 5 Km par les glaciers de la Vallée Blanche et du Géant.

Lora Totino ne se découragea pas et lança l’étude de ce projet en faisant appel aux compétences du brillant Vittorio Zignoli, professeur à l’institut polytechnique de Turin. A plusieurs reprises, Zignoli dut recourir à des solutions sur-mesure pour surmonter les difficultés dues à la géologie : téléphérique à charge répartie, station intermédiaire de déviation - tension et pylône suspendu. L'appareil pu être inauguré dès Noël 1957.


-II ) : Présentation générale et la traversée


Cumulant les particularités, le téléphérique de la Vallée Blanche relie l’Aiguille du Midi à la Pointe Helbronner soit 5 Km de séparation de glaciers en perpétuel mouvement sur lesquels il est impossible de ancrer au sol le moindre pylône : plus qu’un défi.

Image

Plan de situation sur image panoramique
Image

Disposition générale
Image

Plan d'ensemble de la ligne
Image

La disposition des lieux a nécessité le choix d’un téléphérique à charges réparties sur le câble porteur. Les cabines quatre places sont au nombre de 36 regroupées par groupe de trois. Elles sont attachées au câble tracteur par une attache fixe. Effectivement le profil de la ligne ne permettait en aucun point la réalisation d’un téléphérique va et vient de type classique à cabines de grosses capacités. La ligne doit supporter des vents de 150 à 200 Km/h.

Le parcours entre l’Aiguille du Midi et la Pointe Helbronner n’a pas pu être effectué en ligne droite, car la nécessité d’un appui intermédiaire a obligé à dévier le tracé pour passer par le Gros Rognon, seul rocher au milieu des Glaciers. Enfin, pour permettre le passage du Col des Flambeaux, il a été nécessaire de relever le niveau de l’ensemble des câbles porteur et tracteur par une solution jamais vue à l’époque, la réalisation d’un appui suspendu constitué par des câbles tendus entre ces deux rochers.

La distance entre les deux gares de l’Aiguille du midi et de la Pointe Helbronner est de 4972 m pour un dénivelée de 311 m. La longueur total de la ligne est de 5093 m.
La vitesse de fonctionnement est de 7 m/s à plein régime. La hauteur maximale de survol est de 300 m. La Gare de l’Aiguille du Midi est motrice, une installation motrice de secours a été aménagé en gare Helbronner qui assure également la tension du câble tracteur.


Caractéristiques principales

    Administratif
  • Station : Chamonix-Mt Blanc
  • Type d’installation : Téléphériques bi-câble pulsé
  • Nom de l'installation : Panoramic-Mt Blanc
  • Principe : unidirectionnel
  • Exploitant : CMB
  • Année de construction : 1957
  • Constructeur : Totino / Agudio, rénové par Skirail
  • Saison d'exploitation : été

  • Géographie
  • Altitude gare aval (G1) : 3466 m
  • Altitude gare amont : 3778 m

  • Technique
  • Longueur oblique : 5093 m
  • Dénivelée : 322 m
  • Débit descente : 100 %
  • Pente Maxi : 43 %
  • Pente Moyenne : 6 %
  • Portée maximale : 1300 m
  • Débit : 220 personnes/heure
  • Temps de Trajet : 25 mn
  • Vitesse d'exploitation : 7 m/s
  • Vitesse au passage des pylônes : 2 m/s
  • Emplacement Motrice : amont
  • Emplacement Tension câbles porteurs : Inter
  • Emplacement Tension câbles tracteurs : aval
  • Nb Véhicules : 36 cabines réparties en 12 train de 3
  • Constructeur cabines : CWA
  • Capacité par cabines : 4 places
  • Diamètre des câbles porteurs : 30 mm
  • Charge de rupture : 96 Tonnes
  • Diamètre des câbles tracteurs : 16 mm
  • Résistance à la rupture : 17,3 Tonnes
  • Diamètre des câbles lest : 36mm,
  • fabricant des câbles : Câblerie de Bourg
  • Puissance du moteur principal : 135 Ch


La ligne permet un voyage unique dans un décors extraordinaire face au Mont Blanc et son massif, un survol sur 5 Km durant 35 minutes suspendu dans le vide au dessus de Glaciers et autres séracs offrant également une superbe vue sur l’arc Alpin de la Suisse à l’Italie. Quatre arrêts en court de route permettant le débarquements des trains de cabines en gare amont et aval.


Située au bout d’une galerie dans le piton central de l’Aiguille du Midi, la gare amont est creusée dans le roc a l’altitude de 3778m.

Image

Image



La première partie de la ligne de la G2 au Gros Rognon, longue de près de 1700 m, possède le dénivelé le plus important du trajet. La descente depuis la gare de l’Aiguille est assez impressionnante et survole la Vallée Blanche. La ligne devient plate à mi-parcours jusqu’au Gros Rognon .

Le trajet entre la G2 et la déviation du Gros Rognon
Image

Image

Image

Image

Image

La largeur de la voie s’élargit, jusqu'à l'inter du Gros Rognon, puis se rétrécit à nouveau jusqu'à la gare de Pointe Helbronner

Le Gros Rognon (3451 m), unique rocher émergeant des vastes étendues de glace, offre un point d’appui au prix d'une déviation de 10°de la ligne pour rallier depuis l’Aiguille du Midi la pointe Helbronner. C’est ici que se trouve également la tension des câbles porteurs. Il s'agit d'une gare purement technique puisque aucun passager n'est autorisé à descendre ici en exploitation.

Image

Image

La deuxième partie de la ligne est ce qui fait que ce téléphérique est hors norme puisqu'il s'agit d'une des plus longues portées sans pylône pour ce type d’installation.
A la sortie du Gros Rognon, la ligne attaque une descente survolant les rochers puis devient horizontale à son milieu en survolant à 300 m le Glacier du Géant, avant de remonter légèrement au "pylône" des Flambeaux.

Image


Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Au passage du Col des Flambeaux, la solution originale adoptée est l’utilisation d’un "pylône" suspendu par des câbles. Grâce à cet ouvrage original, il a été possible de réaliser un pylône au dessus de la glace.

Pour mieux visualiser le système mis en place entre les Flambeaux voici un plan de coupe indiquant les différents paramètres pris en compte à la réalisation de cet ouvrage suspendu :
Image

Un plan plus en détail d'un des sabots suspendu :
Image

Et en image :
Image


Côté Helbronner avec passage des cabines :
Image


Image

La troisième et dernière partie de la ligne se trouve entre le pylône suspendu et la gare d’Helbronner. Cette section est quasiment horizontale et dispose d'une hauteur de survol plus faible.

Image

La gare Helbronner est située sur un promontoire à la frontière Franco-Italienne dominant le val d'Aoste et Courmayeur, face au Mont Blanc.

Image

La G1 est retour-tension, et permet la descente sur Courmayeur via 3 téléphériques. Il est à noter qu’en cas d’avarie à l’Aiguille du midi , la gare Helbronner devient motrice.

-III : Une mécanique éprouvée


-III : Une mécanique éprouvée


Station motrice de l’Aiguille du Midi


C’est en G2 que se situe les parties motrices et de contrôle.une salle d’attente est également mise à la disposition des voyageurs.

La gare située au fond d’une galerie dans le piton central se compose d’un bâtiment dont la charpente métallique supporte la partie motrice principale ainsi que l’ancrage des câbles porteurs du tronçon Aiguille-Gros Rognon.

Plan de situation pour visualiser la G2 au niveau de l'Aiguille du Midi
Image

La gare motrice est équipée d'un groupe Wards Léonard, alimenté en courant triphasés sous 380 V. Il est composé :

- D’un moteur asynchrone triphasés d’une puissance de 135 ch variable jusqu’à 200 ch, d’une tension de 380 V pour une vitesse de 1500 Tr /min.
- D’un générateur à courant continu d’une puissance de 75 Kw variable jusqu’à 120 Kw, d’une tension variable de 44 à 440 V pour une intensité de 150 A.
- D’une excitatrice à courant continu d’une puissance de 3,2 Kw pour une tension de 230 V pour une intensité de 1,5 A
- Et du moteur principal à courant continu d’une puissance de 90 Ch. variable jusqu’à 140 Ch pour une vitesse variable de 40 à 560 Tr/min. Ce moteur est situé au cœur de la charpente métallique de l’ensemble de la station motrice. Il entraîne le câble tracteur par l’intermédiaire d’une transmission à courroies trapézoïdales au nombre de 22.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Le moteur électrique isolé phoniquement dans un coffrage prévu à cet effet :
Image

La tomme d'ancrage des câbles porteurs :
Image


Le poste de contrôle et de commande :
Image

Image




Station intermédiaire de Gros Rognon


C'est à la gare intermédiaire du Gros Rognon que se situe la tension des câbles porteurs, et c'est ici que la ligne amorce un léger virage, l'on pourrait dire qu'il n'y a pas une mais deux gares totalement indépendante, ce sont deux bâtiment différents.

Image

Image

Image

La tension des porteurs est effectuée par un système assez particulier. Une armature principal ressemblant à une balance pour équilibrer les forces de tirage du câble sur la structure, à chaque extrémités des bras de cette balance y figure un contrepoids. Contrepoids dont l'inclinaison de son bras de levier permet une course de quelques dizaines de cm des câbles, un contrepoids est présent sur chaque lignes, soit un total de quatre contrepoids.

Image

Image

Image

Image

Image

Point d'ancrage d'un des porteurs (les 4 sont identiques).
Image

L'on se rend compte sur cette photo de la faible course de la tension.
Image

Entre les deux gares, se trouve un treuil permettant de tracter les trains de bennes dans un cas extrême. Il sert également à dérouler les câbles (porteurs ou tracteur) ; lors de cette opération, les bobines de câbles sont installées à la gare aval du téléphérique de l'Aiguille du Midi à Chamonix,du fait de longueur importante et du manque de place à l'aiguille.

Image


La ligne de service


Entre la gare de l'Aiguille et l'intermédiaire du Gros Rognon, il à été nécessaire d'installer une ligne de service parallèle pour le transport du personnel nécessaire à la vigie.

Image

Image

Image

Techniquement c'est un téléphérique monocabine bicâble à va-et-vient ; c'est un système très simple, composé d'une station motrice en amont, retour en aval, d'un ancrage fixe du câble porteur et d'une cabine d'ancienne génération modifiée



Station retour de la Pointe Helbronner


Image

Image

Image

Tomme d'ancrage des câbles porteurs
Image

le contour
Image

Des diabolos présent dans le contour , en cas de casse de la poulie identique tout comme en G2
Image


Les véhicules


Deux générations de véhicules se sont succédées

les cabines 4 places en aluminium d'origine
Image

Image

Les cabines 4 places Omega III de CWA
Image

La suspente , le chariot et la pince fixe Skirail (rénovation de 1995 ) avant changement des cabines en 1997
Image

Elles sont par douze groupes de trois soit un total de 36

En conclusion, une installation unique en son genre pour ne pas dire mythique perdu au milieu des glaciers ,un monde totalement démesuré , cette installation nous fait découvrir un paysage renversant et ou l'on ce dit que l'on tiens qu'à un fil.


Image

Je tiens à remercier toutes l'équipe du téléphérique ainsi que La CMB, je citerai également le document suivant qui m'a beaucoup aidé soit "Le télécabine de la Vallée blanche " de Lorenzo francisco, merci à Chin@il pour le scan , je cite egalement le livre "la Liaison, le Fil au dessus des Glaciers" de Frederica Busa et Cesare Bieller.

Partie 2
Auteur de ce reportage : j'ib
Section écrite le 22/07/2017 et mise à jour le 02/09/2017
(Mise en cache le 02/09/2017)

Je rajoute des photos de la machinerie de secours (qui sont en manque dans le reportage) auxquelles je mêle des photos de l'appareil prises à différentes saisons les années précédentes. Pour rappel, cette machinerie de secours intervient en cas où il y aurait une panne à celle de l'Aiguille du Midi. La visite a été effectuée avec l'équipe RM.net le 9 juillet 2017, il se pourrait que j'ai oublié certains petits détails et je ne suis pas non plus un expert en matière technique :

    La gare amont de l'Aiguille du Midi avec à droite l'arête éponyme et en dessous la ligne de service
    Image

    La gare amont vue depuis l'arête
    Image

    Zoom sur le Gros Rognon (3541 m), virage et station intermédiaire - tension des câbles porteurs de l'installation, depuis l'Aiguille du Midi
    Image

    La station du Gros Rognon vue depuis la Vallée Blanche
    Image

    Le brin montant en arrivant au Gros Rognon
    Image

    Ici sur le brin montant, comme sur le brin descendant, la ligne effectue un virage d'environ 7°
    Image

    On continue la descente sur la Pointe Helbronner (3462 m) avec une croisement d'un train de 3 cabines face au mythique couloir Gervasutti dominé par le Mont-Blanc du Tacul (4248 m) et à droite les Pointes Lachenal (3613 m)
    Image

    La descente se poursuit au dessus du glacier du Géant : de gauche à droite, les Aiguilles Marbrées (3535 m), le Petit Flambeau (3440 m), la Pointe Helbronner (3462 m), le Grand Flambeau (3559 m), l'Aiguille de Toule (3534 m), les Aiguilles d'Entrèves (3600 m) et la Tour Ronde (3792 m)
    Image

    Au milieu de la portée on aperçoit le Mont-Blanc (4808 m), le Mont-Blanc de Courmayeur (4748 m) plus à gauche, avec au premier plan la Tour Ronde (à gauche - 3792 m) et les satellites du Mont-Blanc du Tacul (Pyramide du Tacul à droite, Pointe Adolphe Rey, le Roi du Siam, Grand Capucin...)
    Image

    Arrivée au col du Flambeau
    Image

    Détail sur le pylône suspendu avec les câbles qui prennent la direction du Grand Flambeau
    Image

    Portée finale vers la Pointe Helbronner
    Image

    Vue globale sur le contour, la zone d'embarquement et de débarquement à droite
    Image

    La poulie retour (si la machinerie de l'Aiguille du Midi fonctionne, sinon poulie motrice) : le chariot des cabines vient rouler sur le dessus de la poulie
    Image

    Image

    Zone de débarquement / embarquement
    Image

    Le dynamo tachy-câble mesurant la vitesse de l'appareil
    Image

    En cas d'avarie sur l'installation deux moteurs hydrauliques mettent en mouvement l'appareil
    Image

    Ici le second avec un frein de poulie à gauche
    Image

    Image

    Le tout est alimenté par un groupe électrogène placé dans un local à côté
    Image

    La centrale de freins
    Image

    Lancement des cabines
    Image

    La poulie vue du dessus
    Image

    La roue dentée sur laquelle viennent s'accoupler les moteurs hydrauliques sur la poulie retour qui devient motrice
    Image

    Enroulement du câble porteur
    Image

    Poulie et frein de poulie
    Image

    Détail sur le chariot d'une cabine
    Image

    Enroulement des câbles porteurs
    Image

    Image

    Image

    ???
    Image

    Le pupitre de commandes
    Image

    Vue extérieure de la gare aval
    Image

    Entrée d'un train de cabines
    Image

    Train de cabine avec à gauche l'Aiguille du Midi (3842 m), le Rognon du Plan (3601 m) plus à droite et l'Aiguille du Plan (3673 m)
    Image

    Perspective pylône suspendu et station intermédiaire au Gros Rognon
    Image

    Ancrage des câbles du pylône suspendu sur le Petit Flambeau
    Image

    Pylône suspendu, train de cabines, Rognon du Plan, Aiguille du Plan et Aiguille de Blaitière (3522 m) qui domine le glacier d'Envers de Blaitière
    Image

    Croisement de cabines au pylône suspendu
    Image

    Train de cabines au dessus des Drus (3754 m), l'Aiguille Verte (4122 m) suivie de l'arête du Jardin, et à droite la Dent du Géant (4013 m)
    Image


Nos remerciements les plus chaleureux aux employés de la Funivie Monte Bianco pour la visite des TPH Skyway mais aussi pour la rencontre avec les employés de la CMB sur le pulsé de la Vallée Blanche.



Suivre la discussion sur le forum


Appareil en relation :