En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 

Vidéos de l'appareil










Auteur de ce reportage : Clément05
Section écrite le 16/07/2017 et mise à jour le 10/09/2017
(Mise en cache le 10/09/2017)

Image


Au sommaire :

  • Brest
  • Le téléphérique des Capucins
  • Le quartier des Capucins : un espace en quête d’attractivité
    Capucins : créer une liaison rapide et confortable vers un espace en reconversion
    Capucins : un téléphérique sur mesures
    Caractéristiques
  • Ligne et infrastructures
  • La gare aval : station Jean Moulin
    La ligne
    La gare amont : station des Ateliers des Capucins
    Cabines et chariots
    Au cœur du téléphérique des Capucins (à venir)
    Autres vues
  • Le téléphérique des Capucins : un appareil vitrine pour Brest


Brest

Image
Découvrez l’introduction de la ville en cliquant sur le logo

Le téléphérique des Capucins

Le quartier des Capucins : un espace en quête d’attractivité

Le quartier des Capucins est un espace au centre de la ville de Brest. Situé sur la rive droite de la Penfeld, fleuve côtier traversant la ville sur un axe Nord-Sud, cet espace a été occupé pendant de nombreuses années, dès le XIXème siècle par l’armée française, plus précisément la marine nationale. Dans les ateliers étaient réalisées essentiellement des opérations de fonderie, d’ajustage et de montage sur les bateaux, avant de les mettre à l’eau dans la Penfeld située juste en dessous et à proximité immédiate de l’océan. Le quartier des Capucins était un espace stratégique de la base navale de Brest. Le déchargement des pièces provenant de la mer était assuré par une curieuse grue en forme de revolver, d’où son nom “la grue revolver”. La Penfeld était alors déjà utilisée par les navires militaires comme espace de prédilection pour naviguer et mouiller. Cependant, avec le développement de la base navale de Toulon et le recentrage des activités de Brest sur les sous-marins, les arsenaux ont fermé en 1990. Vendus à Brest Métropole en 2010, cet espace est en cours de reconversion profonde.

Image
Vue sur la grue revolver en train de lever du matériel. © - www.wiki-brest.net

Deux images des Ateliers des Capucins avant la rénovation :

Image
L’intérieur d’un des ateliers. CC by sa Michel Briand.

Image
Un ancien four. CC by sa Larvor.

Depuis le rachat des terrains, d’une surface de 16 hectares, la métropole de Brest souhaite donner un nouveau souffle à ce quartier : en effet, présent au cœur de la ville, ce sous-ensemble est parfaitement situé pour accéder aux différents services administratifs, commerciaux et aux entreprises rapidement sans avoir à affronter les bouchons aux entrées de Brest (notamment vers la Porte de Gouesnou avec tout le trafic de la N12). L’objectif du projet est le suivant : réhabiliter les Capucins pour qu’il constitue un espace attirant la population. Brest Métropole a donc engagé la construction de nombreuses infrastructures au sein des arsenaux notamment : 560 logements, un parking de 600 places, une promenade avec vue sur la base et la Penfeld, une médiathèque, un cinéma avec plusieurs salles. Pour finir, une galerie marchande est également prévue avec des commerces, des restaurants et de quoi créer une vie nocturne dans le quartier des Capucins.
Cependant, un problème s’est posé au regard de l’emplacement du quartier qui était assez mal desservi par les transports en commun : les bus empruntent les deux ponts passant de part et d’autre des Capucins et ne s’arrêtent pas à proximité tandis que le tramway dispose de deux stations mais relativement loin des lieux du projet. Brest Métropole a d’abord étudié la mise en place d’un pont flottant ou encore d’un troisième pont enjambant la Penfeld. Finalement, en 2011, le téléphérique est adopté pour accéder rapidement aux Capucins pour plusieurs avantages : coût raisonnable, trajet direct et rapide, mais également confort, silence le tout dans avec un fonctionnement écologique.

Mais avant de développer le rôle de cet appareil, voici une visite photographique des Ateliers des Capucins :

Image
Les Capucins depuis le boulevard Jean Moulin.

Image
Vue extérieure d’une façade des arsenaux, repeinte.

Image
Le côté faisant face à la Penfeld, dont l’architecture en pierre a été conservée.

Image
Entrons à présent par l’une des nombreuses portes.

Image
L’intérieur au niveau du sol avec des machines rappelant l’objectif premier de ce bâtiment.

Image
La mémoire militaire et ouvrière est mise en avant aussi au plafond.

Image
L’entrée de la médiathèque, l’un des premiers services ayant ouvert.

Image
Vue en long sur la salle principale des arsenaux depuis le niveau supérieur.

Image
Le niveau supérieur, muni d’un parquet et équipé d’escaliers faciles d’accès et d’un ascenseur.

Image
Une verrière sépare le tout de la médiathèque.

Image
En se dirigeant vers le téléphérique, l’architecture intérieure a été conservée…

Image
Direction le nouveau moyen de liaison entre les deux rives de la Penfeld.

Capucins : créer une liaison rapide et confortable vers un espace en reconversion

Le téléphérique des Capucins est situé dans le centre de la ville de Brest, à proximité immédiate de la ligne 1 du bus et du tramway (arrêts Français Libres et Château). Très facilement accessible depuis ces moyens de transport, le départ du téléphérique se situe à la fin du boulevard Jean Moulin, dans un espace réaménagé. Cet appareil relie le boulevard au quartier des Capucins en franchissant le fleuve côtier de la Penfeld et la base militaire de Brest au moyen d’un pylône treillis de 80 mètres de haut.

Il s’agit du premier téléphérique urbain de France ainsi que le premier exemplaire d’appareil réellement dédié au transport en commun par câble au sein d’une ville française. En effet, comme nous l’avons vu dans la description des Capucins, ce quartier est en cul-de-sac au niveau du réseau de transports de la ville de Brest. La desserte en tramway et en bus n’est pas optimale et la réémergence de cet espace a imposé de trouver une solution pour en faciliter l’accès.

En plus de ce rôle de desserte, le téléphérique est quelque peu une attraction pour la région avec des personnes venant pour voir l’appareil et non pour l’emprunter dans son rôle d’accès aux Capucins. Il s’agit donc aussi d’un outil marketing de développement touristique pour Brest Métropole.

Situation sur le plan des transports de Brest :

Image
Vue globale avec le réseau de bus et du tram (trait rose épais).

Image
Zoom sur les environs de la Penfeld. On voit bien la situation en « cul de sac » des Capucins et sa desserte en tram peu pratique.

Capucins : un téléphérique sur mesures

Le téléphérique des Capucins adopte un fonctionnement très particulier, le premier du genre. Ici, nous n’aborderons que des généralités sur les aspects techniques de l’appareil.

Afin de faire face au manque de place pour insérer la station des Ateliers des Capucins, Brest Métropole imposant une largeur d’une arche (voir les photos), BMF a imaginé un système qui repose sur un croisement des cabines, non pas à l’horizontale comme à l’habitude, mais à la vertical. Cela comporte l’atout majeur de ne disposer que de deux quais (embarquement et débarquement) et donc de supprimer le quai central. En effet, les cabines se croisant verticalement, les sabots sont disposés en conséquence : une paire est située en dessous de l’autre, ce qui permet également de se passer d’un quai mobile selon la cabine qui arrive en gare. L’emprise de la station en est très fortement diminuée ce qui a permis de respecter le cahier des charges imposé par Brest Métropole.
Egalement, la motorisation est assez particulière : l’appareil possède deux câbles tracteurs, pour chaque côté du chariot de la cabine (un câble tracteur entraîne donc les deux cabines d’un côté). Le groupe moteur de ce câble est relié au groupe opposé entraînant le câble tracteur de l’autre côté : l’appareil peut donc ainsi fonctionner avec un seul moteur, les forces étant distribuées sur les deux moteurs, ce qui permet d’entraîner les deux câbles tracteurs.
Les cabines se croisant l’une en dessous de l’autre, la cabine haute parcoure plus de distance que la basse. Sans système adapté, celle-ci n’arriverait donc jamais en gare : BMF a installé un système de compensation de la distance en gare Jean Moulin, au moyen de vérins sur lesquels sont montées les poulies de renvoi des câbles tracteurs. La tension de ces câbles est assurée dans la gare des Capucins au moyen de contrepoids qui montent et descendent en fonction de la position des cabines (cela est en lien avec le système de compensation de longueur des câbles tracteurs).

Voici un premier schéma général expliquant le fonctionnement global de l’appareil :

Image
Première approche technique du téléphérique grâce à une plaquette de BMF.

Caractéristiques

Voici les caractéristiques de l’appareil :

- Caractéristiques Administratives

TPH SDMC V – Téléphérique saut-de-mouton-à-câble-à-va-et-vient : CAPUCINS
Maître d’ouvrage : SemTram
Maître d’œuvre : DCSA
Montage / génie civil : Bouygues – Construction
Exploitant : Keolis Brest
Constructeur : BMF-Bartholet
Année de construction : 2016
Montant de l’investissement : 19,1 M€

- Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Annuelle (7 jours de fermeture pour maintenance)
Capacité : 60 personnes
Débit : 1220 personnes/heure/sens
Vitesse d'exploitation : 7,5 m/s

- Caractéristiques Géométriques

Altitude aval : 26,5 m
Altitude amont : 34 m
Dénivelé : 7,5 m
Longueur développée : 420 m
Pente maximale : 31 %
Pente moyenne : 0,8 %
Portée la plus longue : 210 m
Hauteur de survol maximale : Env. 80 m
Temps de trajet : Env. 1 min 30 s

- Caractéristiques Techniques

Type de gare : Adaptée au SDMC (Saute De Mouton à Câble)
Emplacement tension : Gare des Ateliers des Capucins
Type de tension : Contrepoids
Masse d’un contrepoids : 16,6 T
Emplacement motrice : Gare des Ateliers des Capucins
Type de motorisation : Asynchrone
Diamètre d’une poulie motrice : 2 m
Puissance développée : 291 kW
Sens de montée : Haut et bas
Nombre de pylône : 1
Dispositif d’accouplement : Chariots sans freins de chariot
Nombre de cabines : 2

- Caractéristiques des Câbles

Fabricant : Arcelor Mittal
Diamètre : 50 mm
Composition : Clos
Masse linéique : 143 kg/m
Section du câble : 1705 mm²


Ligne et infrastructures du téléphérique des Capucins

La gare aval : station Jean Moulin

La gare aval du téléphérique des Capucins, appelée aussi station Jean Moulin, est située à proximité de la rue du Siam. Avancée dans le vide pour gagner un maximum de place sur la rue longeant l’arrière de la gare, elle propose une jolie vue sur la base militaire. Cette station est retenue par un pied en métal pour s’intégrer au mieux dans le milieu industriel dans lequel elle est installée.

Dans l'optique d'une disponibilité, des portes palières s'ouvrent et se ferment à chaque cycle. Cela offre deux avantages : une exploitation automatisée où l'opérateur ne fait que superviser via une caméra de vidéo-surveillance. Afin de répartir au mieux les flux les clients rentrent par la gauche de la cabine et ressortent sur la droite permettant aucun mélange des flux entrant et sortant des cabines.

Image
La station, Jean Moulin dans son environnement depuis le pont de Recouvrance. On remarque en bas de l'image les pales du mythique hélicoptère "Super Frelon", utilisé par la Marine Nationale de 1966 à 2010.

Image
Vue depuis les escaliers donnant sur le boulevard de la Marine.

Image
Zoom sur la gare. Cette vue permet d'apprécier les formes du pylône de soutien de la gare et des quelques fondations bétonnées pour faire la liaison entre la gare et la rue.

Image
Vue de trois quarts arrière gauche.

Image
Zoom sur la station Jean Moulin depuis la fin de l'ancienne rue Ducouedic devenue aujourd'hui entièrement piétonne.

Image
La gare vue depuis l'arrêt de bus "Jean Moulin".

Image
En s'approchant de l'entrée du téléphérique.

Image
Vue arrière.

Image
La zone d'attente pour l'embarquement avec les bornes de vente automatique de tickets de transport à gauche.

Image
Les portes d'entrée vers la cabine.

Image
Le quai de sortie.

Image
Les portes de sortie de la cabine.

Image
Retour sur la station Jean Moulin.


La ligne

La ligne du téléphérique des Capucins est longue de 420 mètres. Immédiatement après la sortie de gare aval, on survole la caserne des pompiers de l’Arsenal. On arrive ensuite à proximité du seul pylône de la ligne, installé non-loin du pont flottant Tréhouart. Ce pylône permet de survoler suffisamment haut la rivière de la Penfeld pour laisser un tirant d’air important et ainsi rendre possible le passage des navires de guerre de grande taille. Après le survol d’un immeuble militaire situé à proximité de la forme de radoub n°3, on approche de l’esplanade des anciens ateliers des Capucins. Pendant le court survol de l’esplanade des ateliers des Capucins, la cabine ralentie progressivement pour une entrée confortable en gare amont.

Image
La ligne vue depuis le boulevard des Français Libres.

Image
Portée entre la gare aval et le pylône.

Image
Le pylône.

Image
La partie supérieure du pylône avec les deux voies superposées.

Image
Portée vers la gare amont.

Image
Milieu de la portée.

Image
Approche de la station des Ateliers Capucins.


La gare amont : station des Ateliers des Capucins

La gare amont du téléphérique des Capucins, dit aussi station "Ateliers des Capucins", est installée entre deux arches des anciens ateliers des Capucins.
Tout comme en station Jean Moulin, des portes palières ferment les quais et ainsi limiter le risque d'une chute de 4 mètres pour les clients. Leur ouverture/fermeture sont coordonnées avec celles des cabines. Afin de répartir au mieux les flux les clients sortent par la gauche de la cabine et rentrent sur la droite permettant aucun mélange des flux entrant et sortant des cabines.
Notons que l'accès à l'esplanade se fait par le biais d'escaliers et l'accès au premier étage des Ateliers s’effectue de plein pied en sortie de la gare, après avoir longé la machinerie. Pour les personnes à mobilité réduite, un ascenseur est présent à seulement quelques pas de la sortie de la cabine.

Image
Approche de la gare des Ateliers des Capucins.

Image
Entrée en gare des Ateliers des Capucins.

Image
Vue sur la gare amont depuis l'esplanade des ateliers des Capucins.

Image
De plus près.

Image
Vue avant.

Image
Vue de trois quarts avant.

Image
Vue un peu plus large.

Image
La sortie de la cabine.

Image
L'aire de sortie de la cabine et l'ascenseur donnant accès à l'esplanade pour les personnes à mobilité réduite.

Image
Vue sur le côté droit de la gare.

Image
Vue arrière.

Image
Vue sur le côté gauche de la gare.

Image
La zone d'attente pour l'embarquement avec les bornes de validation des titres de transport au centre et la borne de vente de tickets à gauche.

Image
L'entrée des cabines.


Cabines et chariots

Le téléphérique des Capucins est équipé de deux cabines de soixante places qui disposent de onze places assises et sept semi-assises. Les cabines possèdent de larges baies vitrées permettant d’apprécier le trajet avec une vue à 360 degrés sur Brest. Néanmoins, pour limiter le vis-à-vis des habitations situées sur la droite de la gare aval, les vitres situées du côté droit (dans le sens Jean Moulin-Capucins) deviennent opaques lors du passage devant les maisons.
Au niveau de l’aménagement intérieur, tout a été fait pour rappeler l’environnement maritime et portuaire de Brest. Le sol est en teck, deux hublots sont présents, l’un au sol et l’autre au plafond ainsi que deux barres de maintien en forme de manille, identiques à celles utilisées dans les rames du tramway.
Enfin, afin d’harmoniser le téléphérique avec les lumières nocturnes du pont de Recouvrance, les baies vitrées sont ceinturées par deux bandeaux de diodes électroluminescentes aux couleurs changeantes.
Notons une petite particularité sur les cabines est qu’elles possèdent un nom, ceux des deux premiers enfants étant montés à bord du téléphérique lors de l’inauguration. Ainsi, la cabine basse porte le nom de "Charlotte" et celle du haut "Lewin".

Image
Croisement des cabines.

Image
La cabine basse dite "Charlotte" en approche de la station Jean-Moulin.

Image
Vue en plongée sur Charlotte.

Image
Charlotte survolant l'esplanade des ateliers des Capucins.

Image
Charlotte en approche de la gare des Capucins.

Image
Lewin à quai vue depuis la salle de maintenance des cabines. On remarque que les bandeaux de couleur étaient en marche.

Image
Lewin sortant de la gare amont.

Image
La cabine haute dite "Lewin" en ligne.

Image
Lewin descendant vers la station Jean Moulin.

Image
L'intérieur de l'une des deux cabines.

Image
L'intérieur de l'une de la cabine basse, de nuit.

Image
Le banc de l'arrière de la cabine.

Image
Le pont de la cabine, tout en teck. On remarque le hublot du sol entouré par deux places pour personnes à mobilité réduite.

Image
Le plafond, avec un autre hublot.

Image
La partie droite de la cabine teintée lors du passage devant les maisons de l'Arsenal. On remarque l'un des boutons d'appel d'urgence à droite de l'image.

Image
L’un des deux écrans d'informations installés à l'intérieur de chaque cabine.

Image
Plaque du constructeur avec un haut-parleur pour diffuser les informations de départ et de sécurité.


Côté chariot, chaque cabine possède deux trains de huit galets situés de chaque côté de la suspente.

Image
Le chariot de la cabine "Charlotte" ou cabine basse.

Image
Le chariot de la cabine "Lewin" ou cabine haute.

Image
Ce même chariot de profil.

Image
Système de compensation des charges pour permettre de garder la cabine bien à l’horizontale.

Image
L'accroche du câble tracteur, en forme de chapeau de Gendarme.


Autres vues

Avant de passer à la partie technique, voici différentes vues plus globales du téléphérique, de jour comme de nuit.

Vues générales de l'appareil dans son environnement

Image
La gare aval et le pylône vus depuis le bas de l'ancienne rue Ducouedic.

Image
La gare aval et le pylône.

Image
L'ensemble de la ligne vue depuis le Boulevard des Français Libres.

Image
La portée entre la gare aval et le pylône vue depuis le Boulevard des Français Libres.

Image
Le téléphérique des Capucins vu depuis le pont de Recouvrance.

Image
La ligne vue depuis l'esplanade des anciens ateliers des Capucins.


Le téléphérique de Brest en nocturne

Image
Vue générale de la gare Jean Moulin, de nuit.

Image
Approchons du départ.

Image
Retour sur la gare Jean Moulin.

Image
Trajet en nocturne à bord de l'une des deux cabines du téléphérique.

Image
Vue sur les Ateliers des Capucins éclairé par une animation lumineuse, retirée aujourd'hui. Photo prise en janvier 2017.

Image
Approche de la gare des Capucins.

Image
Lewin en approche de la gare des Capucins.

Image
Le quai d'embarquement côté Capucins.


Au cœur du téléphérique des Capucins

À venir.

Le téléphérique des Capucins : un appareil vitrine pour Brest

Le téléphérique de Brest est un moyen de locomotion pratique permettant de lier les deux rives de la Penfeld rapidement et écologiquement. Cet appareil ouvre un nouvel accès au quartier des Capucins - un espace en renouveau total qui se voit doté de nouvelles infrastructures. Le téléphérique des Capucins en en faisant partie devient une vitrine touristique ce qui en fait un fabuleux moyen de communication pour Brest Métropole...

Texte, bannière & photos : alspace, Clément05, l’alexois, Rodo_Af (photos en date de janvier 2017 et du 29 juin 2017).

Remerciements : Nos vifs remerciements à l’équipe de BMF-France pour l’accueil lors de la visite de l’appareil, ainsi qu’à Keolis Brest pour nous avoir facilité la visite.

À bientôt.

(C) - 2017 - alspace, Clément05, l'alexois, et Rodo_Af - www.remontées-mécaniques.net



Suivre la discussion sur le forum