En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

 TPH V du Dahu

Les Arcs (Paradiski)

BMF Bartholet - Ingélo

T3 ES
Mise en service en : 2015

Remplace l'appareil suivant : Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 08/04/2016 et mise à jour le 26/10/2016
(Mise en cache le 26/10/2016)

Image


Au sommaire du reportage :

  1. Les Arcs
  2. Historique : l'aménagement du front de neige d'Arc 1800
  3. Le chantier du téléphérique du Dahu
  4. Dahu, un téléphérique urbain au cœur d'Arc 1800
  5. Ligne et infrastructures du téléphérique du Dahu
  6. Dahu, une nouvelle desserte bienvenue



Les Arcs

Le domaine skiable des Arcs-Peisey-Vallandry offre 200 km de pistes de 1200 à 3226 mètres d'altitude (l'Aiguille Rouge), en passant par Villaroger, les Granges, ou encore Plan-Peisey. L'accès depuis la vallée se fait par un funiculaire partant de la gare de Bourg-Saint-Maurice.
Depuis 2003, la station de Peisey-Vallandry est reliée à la Plagne par le téléphérique Vanoise-Express, ce qui permet de pouvoir skier sur une surface de plus de 400 kilomètres de ski.

Image
^^ Découvrez une présentation plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^


Historique : l'aménagement du front de neige d'Arc 1800

Le front de neige du Charvet/Chantel a été aménagé en 1974 avec la construction des télésièges fixes 3 places parallèles du Carreley et du Chantel. Tandis que Chantel desservait simplement les pentes situées au-dessus d'Arc 1800 et permettait l'accès à Arc 1600 et au téléski de la Vagère 1, Carreley permettait d'accéder au plateau de l'Arpette et au télésiège fixe du Col des Frettes, construit la même année. Il était donc le premier maillon d'une chaîne reliant Arc 1800 à Arc 2000, et ce bien avant que la télécabine du Transarc soit construite. La même année, on notera que le téléski de la Vagère 1 est doublé par un nouvel appareil signé Pingon-Transcâble.
En 1980, il est décidé de construire un troisième télésiège fixe 3 places Poma, le Charvet, sur ce front de neige. Ce dernier a pour but de faciliter l'accès aux téléskis de la Vagère, d'où l'on peut ensuite accéder au plateau de l'Arpette ainsi qu'au télésiège du Col du Grand Renard. Ce nouvel axe permet tant de délester Carreley-Col des Frettes que de desservir plus efficacement les pistes d'Arc 1800.

Image
Publicité de Pomagalski pour ses gares Delta. On y voit les télésièges parallèles du Chantel et du Carreley dans leur configuration initiale (D.R.).

Image
Autre publicité en couleur de Pomagalski pour la gamme Delta. On y voit le début des lignes des télésièges du Chantel et du Carreley (D.R.).

Néanmoins, l'axe de la Vagère se révèle de plus en plus inefficace. En 2002, le télésiège du Charvet ainsi que les téléskis de la Vagère 1 & 2 sont remplacés par un unique télésiège débrayable 6 places Garaventa. La même année, le télésiège fixe du Carreley est largement raccourci pour arriver aux deux-tiers de la ligne du télésiège du Chantel. La SMA espère ainsi redynamiser l'espace débutant tout en gardant un court télésiège sur Arc 1800, à la manière du feu télésiège du Charvet.

Image
Situation des télésièges du Chantel (en marron) et du Carreley raccourci (en vert) sur un vieux plan des pistes des Arcs.

Image
La gare aval du télésiège fixe du Chantel, avec sur la gauche le télésiège du Carreley (cliché http://www.espace-arcadien.fr).

Mais cette configuration se révèle totalement inefficace et le télésiège du Carreley est démonté en 2005. À la place, un court télécorde a été monté non loin de la gare aval du télésiège du Chantel afin de créer un petit espace d'apprentissage du ski.

En 2014, l'exploitant unifié du domaine skiable des Arcs-Peisey-Vallandry (ADS - Les Arcs Domaine Skiable) a décidé de relancer la station d'Arc 1800 avec la mise en place d'un espace scénarisé offrant de multiples activités à proximité directe du front de neige des Villards. Baptisé Mille 8, cet espace s'articule autour de la télécabine des Villards qui remplace le télésiège débrayable éponyme sur un tracé raccourci, arrivant au niveau du golf d'été de la station.
En parallèle, de nouvelles résidences ont vu le jour au niveau du quartier du Chantel, en amont du front de neige du Charvet. Afin de remplacer le vieillissant télésiège fixe du Chantel et créer un accès piétons mécanisé à ces nouveaux logements, l'exploitant a décidé de construire un court téléphérique à va-et-vient entre le départ du télésiège et ces résidences, le tout sur le modèle de ce qui avait été fait avec la télécabine à va-et-vient du Cabriolet entre Arc 1950 et Arc 2000. Dans le prolongement, le télésiège débrayable du Carreley permet ensuite de monter jusqu'au col des Frettes afin de basculer vers les différents secteurs de la station, dont la vallée de l'Arc (Arcs 1950/2000).

→ Petit retour en photos sur le télésiège du Chantel :

Image
La gare aval, modèle Delta (cliquez sur la photo pour afficher le reportage).

Image
La ligne en forêt, au niveau de l'arrivée du nouveau téléphérique du Dahu (cliquez sur la photo pour afficher le reportage).

Image
La gare amont, montée sur un massif en béton (cliquez sur la photo pour afficher le reportage).


Le chantier du téléphérique du Dahu

La construction du télésiège du Carreley s'inscrit dans la deuxième année de travaux de l'espace Mille 8. Après la mise en service en 2014 de la télécabine des Villards, d'un tapis roulant, et d'espaces ludiques (piste de bosses, piste découverte, piste de luge, piscine), c'était au tour cette année de la réalisation de l'espace « Lodge » au sommet de l'espace. Mais les travaux les plus impressionnants concernent encore le réaménagement du secteur d'Arc 1800 autour de Mille 8.

Afin de permettre un accès facile aux nouvelles résidences du Chantel depuis Arc 1800 / Charvet, ADS a fait appel à BMF pour la construction d'un petit téléphérique à va-et-vient dont l'exploitation est automatisée. De plus, entre le sommet de ce nouveau téléporté et de la télécabine des Villards, le télésiège du Carreley, livré par Leitner, a pris place afin de permettre aux skieurs de pouvoir rallier rapidement le col des Frettes. L'objectif est de compenser le démontage des télésièges des Villards et du Grand Renard afin de créer un nouvel axe de liaison rapide et confortable, permettant d'éviter la télécabine du Transarc.

Image
Réalisation des fondations de la gare aval le 24 juin 2015 (© Mick Allouis - ADS).

Image
Réalisation des fondations de la gare amont le 8 juillet 2015 (© Mick Allouis - ADS).

Image
La gare aval le 31 juillet 2015. Les quatre massifs en béton entourant la gare sont prêts à pouvoir accueillir la structure qui protégera l'ensemble de la station tension (© Mick Allouis - ADS).

Image
Montage au sol de la tête du pylône 1 le 13 août 2015 (© Mick Allouis - ADS).

Image
Montage à la grue de la structure en treillis du pylône 1 le même jour (© Mick Allouis - ADS).

Image
Le lendemain, montage à la grue de la structure portant les poulies motrices et de redirection ainsi que les sabots (© Mick Allouis - ADS).

Image
État du montage de la gare aval et de la ligne au 18 août 2015 (© Mick Allouis - ADS).

Image
État du montage de la gare amont le même jour (© Mick Allouis - ADS).

Image
État du montage de la gare amont le 25 août 2015 (© Mick Allouis - ADS).

Image
La gare aval le 17 septembre 2015 (© Mick Allouis - ADS).

Image
La gare amont le même jour. Les câbles sont déjà montés, et les quais sont en cours de mise en place (© Mick Allouis - ADS).

Image
La gare amont le 28 septembre 2015. La structure externe protégeant la gare est à présent montée. On remarquera que le câble tracteur est maintenu par des dispositifs d'accrochage fixe en attendant la mise en tension (© Mick Allouis - ADS).

Image
Le 2 octobre, la gare amont était presque terminée (© Mick Allouis - ADS).

Image
Mise des cabines sur les câbles depuis la gare aval le 12 octobre 2015 (© Mick Allouis - ADS).

Image
La gare aval sans les cabines le 23 octobre 2015, alors que les ouvriers terminent les finitions des quais (© Mick Allouis - ADS).

Image
La gare amont le même jour, avec une cabine à quai (© Mick Allouis - ADS).

Image
La gare aval terminée, prête aux premiers tests avec une cabine à quai (© Mick Allouis - ADS).

Image
La gare amont le 2 novembre 2015, totalement terminée (© Mick Allouis - ADS).

→ Retour en détail sur la construction sur le forum : Construction TSD6 Carreley & TPH15 Dahu (2015)


Dahu, un téléphérique urbain au cœur d'Arc 1800

Le nouveau téléphérique du Dahu vient donc remplacer le télésiège du Chantel sur sa première moitié avec une vocation nouvelle, à savoir le transport de piétons entre le front de neige du Charvet à Arc 1800 et le quartier du Chantel avec ses résidences construites entre 2015 et 2016, à savoir « Eden Arc », Pierre&Vacances Premium et MGM . L'exploitant a tenu à le garder totalement gratuit et accessible en libre-service.
Il se situe donc en bordure orientale de l'espace Mille 8, en parallèle du début de la ligne du télésiège de la Vagère et donc de la télécabine des Villards, dont il arrive approximativement au même niveau.

Image
Vue d'ensemble de l'espace d'Arc 1800 autour des villages du Charvet et du Chantel. On aperçoit l'ensemble de la ligne du téléphérique du Dahu ainsi qu'une partie des lignes des télésièges de la Vagère et du Carreley. Tout à droite de la photo, on peut distinguer la gare aval de la télécabine des Villards.

Le téléphérique du Dahu dessert donc théoriquement le bas de la piste bleue du Chantel, à l'instar du télésiège fixe éponyme démonté au cours de l'été 2015. C'est pourquoi il est souvent emprunté par les débutants en parallèle de la télécabine des Villards. Cette piste bleue permet aussi d'accéder au télésiège du Carreley, d'où l'on peut accéder à l'ensemble du domaine skiable (Arc 1600, 1950, 2000, Peisey-Vallandry et par extension la Plagne par le téléphérique du Vanoise-Express).
Notons que l'emplacement de la gare amont du téléphérique ne permet pas de retour par gravité au front de neige d'Arc 1600 par la piste bleue du Gollet. Il faut obligatoirement emprunter ensuite les télésièges du Carreley ou de la Vagère.

Image
Situation du téléphérique du Dahu sur le plan des pistes des Arcs.

Image
Situation du départ du téléphérique du Dahu sur le plan de l'espace Mille 8.

Le téléphérique du Dahu s'apparente à un véritable appareil de transport urbain en station, essentiellement destiné aux piétons et adapté au transport de personnes à mobilité réduite (les quais sont de plain-pied et au niveau des cabines). C'est d'ailleurs la filiale de la Compagnie des Alpes, Ingélo, qui a été chargée de l'aménagement des quais en gare et donc de l'accessibilité de l'appareil.
Dahu s'intègre comme prolongement du réseau de navettes gratuites des Arcs, en particulier de la ligne reliant l'arrivée du funiculaire à Arc 1600 au front de neige des Villards d'Arc 1800, afin d'accéder au quartier du Chantel.

Il bénéficie ainsi d'amples horaires d'ouverture (8h30 à 22h30 en saison). Il peut donc fonctionner selon deux modes :

  • Automatique : Les cabines tournent sur ces cycles de moins de cinq minutes. L'ouverture et fermeture des portes se fait automatiquement.
  • Ascenseur : Les passagers appellent les cabines à l'aide de pupitres.

La sécurité des passagers piétons est assurée grâce à des caméras et interphones en gares et en cabines reliées directement aux systèmes d'exploitation d'ADS. À ce titre, on notera que la transmission des informations se fait entre les deux gares par des fibres optiques inclues au centre des câbles porteurs.

On notera enfin que BMF a tenté de concevoir un téléphérique le plus léger possible. Les mécaniques de gare sont relativement réduites, et les câbles sont de faible diamètre. Le tout permet de limiter la consommation énergétique de l'ensemble de l'appareil. Techniquement, Dahu est dans la continuité du téléphérique de Větruše construit en 2011 en République Tchèque.

Voici donc les caractéristiques de ce téléphérique :


Caractéristiques administratives

TPH – Téléphérique à va-et-vient : DAHU
Maître d’œuvre : ADS
Maître d'ouvrage : ERIC
Exploitant : ADS
Terrassements : BRUNO TP
Génie civil et montage : VLM
Installation électrique : SEIREL
Constructeur : BMF / INGÉLO
Année de construction : 2015
Montant de l'investissement : 3 932 000 €

Caractéristiques d'exploitation

Saison d'exploitation : Été et hiver
Capacité : 15 personnes
Débit par sens : 325 personnes/heure (100 %)
Vitesse d'exploitation maximale : 7,5 m/s

Caractéristiques géométriques

Altitude gare aval : 1717 m
Altitude gare amont : 1815 m
Dénivelé : 98 m
Longueur horizontale : 442 m
Longueur développée : 457 m
Pente moyenne : 22,17 %
Pente maximale : 59,3 %
Temps de trajet : 2 minutes 46 secondes

Caractéristiques techniques

Emplacement gare de tension du câble tracteur : Aval
Type de tension du câble tracteur : Hydraulique
Tension nominale : 3100 daN
Pression nominale : 91 bars
Type de tension des câbles porteurs : Fixe
Emplacement gare motrice : Amont
Type de motorisation : Continu
Puissance développée : 42 kW
Nombre de pylônes : 2
Nombre de véhicules : 2
Constructeur des cabines : GANGLOFF

Caractéristiques des câbles

* Câble tracteur :

Fabricant du câble : REDAELLI
Diamètre : 20 mm
Âme : Textile
Type de câblage : Lang à droite
Composition : 6×19 fils
Résistance à la rupture : 22 500 daN
Section du câble : 138 mm²
Pas de câblage : 138 mm
Pas de toronage : 55,4 mm

* Câbles porteurs (× 2) :

Fabricant du câble : REDAELLI
Diamètre : 36 mm
Type de câblage : Clos
Résistance à la rupture : 139 000 daN
Section du câble : 883 mm²
Pas de câblage : 318 mm


Ligne et infrastructures du téléphérique du Dahu


La gare aval

Aspect général

La gare aval du téléphérique du Dahu est située à 1717 mètres d'altitude, sur le front de neige du Charvet, en lieu et place du départ de l'ancien télésiège fixe du Chantel. Le téléphérique démarre donc non loin du départ du télésiège de la Vagère.
Cette situation en bordure des pistes sur le côté du front de neige permet aux piétons de pouvoir rejoindre facilement le quartier du Charvet sans risque de croiser des skieurs.

Les équipes d'Ingélo ont conçu une couverture de la gare aval originale, permettant de protéger les quais et la structure mécanique des intempéries, et notamment de la neige. Quatre tubulaires soutiennent un toit en bois ondulée. Cette architecture originale permet à la gare d'être parfaitement intégrée dans le paysage du front de neige d'Arc 1800.
Notons que les quais ont été également mis en place par les équipes d'Ingélo.

Image
Vue d'ensemble de la gare aval avec le premier pylône (le n°2) depuis le télésiège débrayable de la Vagère.

Image
Vue analogue depuis la fin de la piste bleue du Chantel.

Image
Vue de trois-quarts depuis la fin de la piste bleue du Chantel.

Image
Vue de côté.

Image
Vue de trois-quarts.

Image
Vue arrière.

Image
Zoom sur la structure générale de la gare du téléphérique.

Image
L'embarquement.

Image
Même vue avec les portes fermées.


Approfondissement technique

La gare aval assure la tension dynamique du câble tracteur du téléphérique du Dahu. Lorsque le câble arrive en gare aval, celui-ci est maintenu en fin de sabot par deux galets supports pour le mettre dans le plan incliné du sabot. Une première poulie retour-fixe le redirige ensuite au centre des voies pour le faire passer dans la poulie retour-tension, située au milieu des voies au-dessus du quai d'attente. Cette poulie est montée sur un lorry (chariot mobile) qui est déplacé par un vérin situé à l'avant de la gare aval afin de pouvoir tendre le câble suivant les besoins. On notera la présence de gouttières en entrée et sortie de la poulie afin de rediriger le câble, contrôler le non-chevauchement du câble et télétransmettre aux cabines les informations nécessaires. Le câble tracteur suit ensuite un chemin analogue à celui décrit précédemment, à savoir passer dans une deuxième poulie-retour fixe et rejoindre le sabot suivant le même plan incliné.

Image
Schéma de l'organisation mécanique de la station tension (réalisation Bovinant).

Image
Vue générale depuis la piste du Chantel de la poulie retour-tension, du vérin hydraulique ainsi que d'une poulie retour.

Image
Vue générale du lorry avec la poulie retour-tension.

Image
Vue de côté.

Image
Zoom sur le vérin.

Image
L'un des deux amortisseurs de fin de course.

Image
Une poulie retour.

Image
L'autre poulie retour.



La ligne

La ligne du téléphérique du Dahu est très courte pour un appareil de ce type à va-et-vient. En sortie de gare aval, la pente est déjà maximale. Le pylône 1 lance une longue portée entre l'espace débutant d'Arc 1800/Charvet et la piste bleue du Chantel. Le pylône 2 permet la traversée d'un petit bois avant une courte redescente vers la gare amont.
Malgré la petite taille des cabines, la présence de deux câbles a imposé l'implantation de deux imposants pylônes en treillis.

BMF a équipé la ligne de deux pylônes supports (attention, la numérotation des pylônes se fait dans le sens décroissant comme à l'habitude aux Arcs) :

  • P2 : 8S/8S
  • P1 : 8S/8S


Image
Vue d'ensemble de la ligne depuis la gare aval.

Image
En avant sur la ligne.

Image
P2.

Image
Tête du pylône 2.

Image
Passage d'une cabine sur le pylône 2.

Image
Début de la portée vers le pylône 1 avec l'espace débutant d'Arc 1800/Chantel sur la gauche.

Image
Au milieu de la portée.

Image
On approche du croisement des cabines alors que l'on survole une piste d'accès à la zone débutante.

Image
Croisement des cabines.

Image
Fin de la portée vers le pylône 1.

Image
P1.

Image
Tête du pylône 1.

Image
Portée vers la gare amont.

Image
Arrivée en gare amont.

Image
Vue de la dernière portée depuis la gare amont.



La gare amont

Aspect général

La gare amont du téléphérique du Dahu se situe en bordure de la résidence Eden Arc du quartier du Chantel, à 1815 mètres d'altitude. L'accès piéton est donc rapide vers ces résidences, tandis que les skieurs peuvent rejoindre rapidement par gravité le télésiège débrayable du Carreley qui se situe de l'autre côté de la piste bleue du Chantel, à une centaine de mètres de là. En effet, Dahu arrive environ à la même altitude que la télécabine des Villards, qui joue un rôle similaire d'ascenseur depuis le front de neige éponyme d'Arc 1800.
Notons aussi qu'un petit chemin évoluant sous la gare amont a été mis en place pour les débutants afin qu'ils n'aient pas à s'insérer sur la très fréquentée piste bleue du Chantel dans un premier temps. Ce parcours, évoluant en forêt, est d'ailleurs très agréable.

Comme en aval, ce sont les équipes d'Ingélo qui ont conçu la couverture ondulée en bois, montée sur quatre tubulaires. Cette architecture originale s'intègre non moins bien dans ce paysage de chalets, en bordure d'un ensemble de résidences. Tout comme en aval, les quais sont de plain-pied afin d'être accessibles pour toutes les typologies de passagers.

Image
Gare amont vue depuis les pistes.

Image
Une cabine à quai.

Image
Vue extérieure d'une cabine à quai.

Image
Halle de sortie.

Image
Vue d'ensemble de la gare amont depuis le début des pistes.

Image
Vue en plongée depuis la piste bleue du Belvédère de la zone d'échange entre l'arrivée du téléphérique du Dahu et le départ du télésiège du Carreley. On aperçoit une partie de la ligne du télésiège de la Vagère.

Image
Vue en plongée de l'arrivée avec la gare amont depuis la piste bleue du Belvédère.

Image
Vue zoomée en plongée sur la gare amont.

Image
Vue en plongée de la fin de la piste bleue du Chantel.

Image
Vue de trois-quarts de l'arrivée depuis la fin de la piste bleue « Vers 1800 ».

Image
Vue de trois-quarts.

Image
Vue de côté.

Image
Vue de trois-quarts côté ligne.

Image
Vue rapprochée en partant vers le télésiège du Carreley.

Image
Vue de côté depuis le télésiège du Carreley.

Image
Vue de profil.

Image
Vue en contre-plongée.

Image
Vue d'un peu plus loin.


Approfondissement technique

La gare amont assure la mise en mouvement du câble tracteur du téléphérique du Dahu. Lorsque le câble arrive en gare amont, celui-ci est maintenu en fin de sabot par deux galets supports pour le mettre dans le plan horizontal d'une première poulie motrice-fixe mise en mouvement par un moteur situé directement en-dessous, et visible depuis les cabines. Le câble tracteur est ensuite renvoyé au centre des voies, au-dessus du quai central au niveau d'une poulie retour-fixe montée sur un lorry afin de pouvoir être déplacée pour compenser un éventuel allongement. La suite est symétrique : le câble rejoint une seconde poulie motrice montée de manière analogue à la première et est redirigé dans le même plan pour rejoindre le sabot de la deuxième voie.

Image
Schéma de l'organisation mécanique de la station motrice (réalisation Bovinant).

Image
Vue d'ensemble de la structure interne de la gare amont depuis une cabine. On aperçoit notamment les sabots et l'organisation des poulies de redirection du câble tracteur.

Image
Vue rapprochée d'un moteur avec son volant d'inertie. Sur la gauche, une tomme d'ancrage des câbles porteurs.

Image
Zoom sur la poulie motrice.

Image
Renvoi du câble entre la poulie motrice et la poulie centrale. On aperçoit la centrale contrôlant le déplacement de la poulie centrale (© Mick Allouis - ADS).

Image
La poulie retour centrale, déplaçable.

Image
La même poulie pendant le chantier avec ses pièces pour guider le câble le long de la gorge (© Mick Allouis - ADS).

Image
L'autre poulie motrice.

Image
Son motoréducteur associé.

Image
Zoom sur le volant d'inertie et le frein de parking.

On notera que les câbles porteurs sont solidement ancrés sur de larges tommes d'ancrages installées de part-et-d'autre à l'extérieur des deux piles soutenant la structure à proprement dit du téléphérique (et non la couverture).

Image
Une tomme d'ancrage du câble porteur.

Image
Tomme d'ancrage vue pendant le chantier (© Mick Allouis - ADS).


Véhicules et pinces

Le téléphérique du Dahu est équipé de deux cabines permettant de transporter 15 personnes debout et ont été livrées par le cabinier Gangloff.
On retrouve des chariots équipés de huit galets articulés permettant de glisser sur le câble porteur, et un ensemble de mordaches sans chapeau de gendarme (dispositif permettant d'éviter le glissement sur le câble) pour la liaison avec le câble tracteur.
Notons l'absence de frein de chariot.

Image
Vue en contre-plongée de la cabine 1.

Image
Vue de trois-quarts de la cabine 1.

Image
Vue en contre-plongée de la cabine 2.

Image
Vue de trois-quarts de la cabine 2.

Image
Vue de trois-quarts de la cabine 1 depuis la gare aval.

Image
Le pupitre dans la cabine.

Image
Plaque des caractéristiques de la cabine 2.

Image
Vue de côté du chariot.

Image
Vue générale en contre-plongée depuis la gare aval.

Image
Zoom sur le dispositif de liaison entre le chariot et le câble tracteur.

Image
Les six pinces fixes du chariot vues pendant le chantier (© Mick Allouis - ADS).


Depuis les pistes…

Image
Vue en plongée de l'ensemble de la ligne depuis la fin de la piste rouge du Carreley.

Image
La fin de la ligne avec la gare amont vus depuis la piste bleue du Chantel.

Image
Le pylône 1.

Image
Vue en contre-plongée du pylône 1.

Image
Vue vers le front de neige. On aperçoit entre autres la gare aval du télésiège de la Vagère.

Image
Vue opposée depuis la piste bleue du Chantel.

Image
Vue d'ensemble de la portée centrale depuis le bas de la piste bleue du Chantel.



Dahu, une nouvelle desserte bienvenue

Le nouveau téléphérique du Dahu a donc pris toute sa place sur le nouveau front de neige du Charvet. Navette urbaine le reliant au quartier du Chantel, il prolonge le réseau de navettes gratuites en permettant une circulation très souple dans la station. Il est même victime de son succès puisque les skieurs débutants l'empruntent régulièrement, tout comme les plus confirmés qui en profitent pour rejoindre le télésiège du Carreley afin de basculer vers Arc 1950 et Arc 2000 rapidement. On peut donc presque se demander si l'appareil est aujourd'hui suffisant pour le rôle qui lui incombe.
S'il ne remplace pas vraiment le télésiège du Chantel, en particulier puisqu'il n'a pas vocation à être destiné aux skieurs, Dahu aura permis de moderniser le front de neige de la station, tout en offrant un complément de desserte en parallèle de la télécabine des Villards.

On notera toutefois que la liaison rapide avec Arc 1600 depuis le front de neige d'Arc 1800 par la piste du Gollet a été perdue. Néanmoins, la réalisation de la piste bleue de la Traversée, entre la gare intermédiaire du Transarc et le sommet de l'ex-télésiège du Chantel permet un retour par gravité vers Arc 1600 sans avoir à redescendre au front de neige d'Arc 1800. Ce n'est donc que partie remise.

Image
Dahu, une navette entre le front de neige d'Arc 1800 et les nouvelles résidences du quartier du Chantel.


Bannière et schémas : Bovinant
Texte et mise en page : remontees
Photos : Mick Allouis (ADS) et remontees
Date des photos (hors Malko et chantier) : 21 et 27 février 2016.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.11664 secondes. 47 requete(s).
80 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2017 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés