En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

 TPH V Plan Francey - Le Moléson

Moléson

BMF Bartholet

T3 ES
Description rapide :
Le téléphérique du Moléson est la dernière nouveauté du domaine du Moléson. Cette ligne, dont le premier appareil a été mis en service en 1964, conduit au point culminant de la station, où le panorama est superbe. Le téléphérique actuel a été construit par le Suisse BMF en 2011.

Mise en service en : 2011



Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : Artsinol
Section écrite le 29/11/2014
(Mise en cache le 29/11/2014)

Avec les photos de Kilano18, je vous présente en collaboration avec benbel un reportage sur le téléphérique du Moléson.

Image



Image

^^Cliquez sur le logo pour découvrir la station^^



L’histoire des remontées du Moléson: donner accès à l'un des plus beaux panoramas de Suisse romande

Du haut de ses 2002 mètres, le sommet du Moléson, situé dans les Préalpes fribourgeoises, offre un splendide panorama: vers l'est, les Alpes bernoises et l'ensemble des Alpes valaisannes qui se prolongent vers le sud (avec le Mont-Blanc à l'arrière-plan); vers le sud-est le Chablais et le lac Léman pour ensuite passer au Jura et, vers le nord, la région des 3 lacs dont celui de Neuchâtel et se terminer avec le lac de la Gruyère tout proche.

La localité homonyme, Moléson-Village (aussi appelée Moléson-sur-Gruyères), a été créée au début des années '60 dans l'idée d'en faire une station de sports d'hiver mais aussi un centre de vacances et de sports tout au long de l'année. Les débuts ont été difficiles et ce n'est que vers la fin des années '70 que la station a réellement pris son essor. Conjointement à sa création, deux téléskis ont été construits en 1962: le téléski Les Joux - Plan Francey qui est toujours en activité (mais sera probablement remplacé par un télésiège en 2015) et sur le versant opposé le téléski Les Reybes-Le Poyet qui existe encore mais n'est plus en service.

L'année suivante, 1963, a vu la construction de 2 remontées: une télébenne reliant Moléson-Village au sommet de la Vudalla (1664m) qui offrait également une très belle vue, et une télécabine reliant Moléson-Village à Plan Francey (1520m), première étape vers le sommet du Moléson. C'est en 1964 qu'a été construit le premier téléphérique entre le Plan Francey et le Moléson. Ces trois remontées desservaient des pistes de ski mais étaient également utilisées intensivement en été.

Images : Alpinforum

Image
La télébenne de la Vudalla, surnommée "Les tonneaux du Moléson"


Image
La télécabine de Plan Francey


Image
Le téléphérique du Moléson avec une cabine d'origine



L’ancien téléphérique : en concurrence avec la Vudalla

Les travaux de construction du premier téléphérique entre le Plan Francey et le sommet ont été impressionnants car le tracé était audacieux, sur une face très pentue du Moléson. Le constructeur Von Roll fut chargé de construire en 1964 un téléphérique à deux voies mais dans une premier temps une seule voie fut équipée d'une cabine de 35 places (constructeur Métalléger de Sierre). Le seul pylône de l'installation a été construit - à flanc de montagne - par la maison Willy Bühler de Berne. La gare aval était à la fois motrice et tension pour les câbles porteurs et tracteurs. La gare amont, ouverte sur les côtés, donnait l'impression d'une construction légère avec sa toiture en forme de tente.

Comme pour la télébenne de la Vudalla, le but était d'une part de donner accès à un très beau point de vue et d'autre part de desservir en hiver des pistes de ski plus difficiles. Est-ce le fait que le panorama depuis le Moléson est plus impressionnant que celui de la Vudalla mais le téléphérique a connu assez rapidement un succès croissant.

C'est en 1967 que la seconde cabine a été installée. Les deux cabines ont par la suite fait l'objet d'une révision en 2002 par la maison Gangloff mais à part cela et le renouvellement de la télésurveillance également en 2002, l'installation de 1964 n'a connu aucune modification jusqu'à son remplacement à la fin de la concession.

En 1999, la télécabine reliant Moléson Village au Plan Francey a été remplacée par un funiculaire et il a été mis fin la même année à l'exploitation des télébennes de la Vudalla qui n'ont fait l'objet d'aucun remplacement.

C'est en 2011 que le téléphérique du Moléson est remplacé par une nouvelle installation.


Image
Une cabine de l'ancien téléphérique, rénovée par Gangloff (avec réservoir d'eau)


Image
L'ancienne gare aval du Plan Francey. A l'arrière la gare amont du funiculaire venant de Moléson-Village.


Image
Autre vue de la gare aval avec la gare amont du funiculaire sur la droite


Image
L'ancienne gare amont et le restaurant sur la droite (vus depuis le sommet du Moléson) Photo Erwin Bloch pour l'OFC


Le nouveau téléphérique: un chantier peut-être encore plus impressionnant que le précédent

Comme d'autres remontées mécaniques du canton, le nouveau téléphérique bénéficie d'un soutien financier important de l'état de Fribourg (près de 50% de l'investissement) ainsi que de la région, dans ce cas-ci l'Association Régionale de la Gruyère (un peu moins de 20%). Dans ce cadre c'est la SA Remontées Mécaniques Fribourgeoises, une société d'économie mixte commune aux différentes remontées bénéficiant de ce soutien, qui sera chargée de la construction et en sera propriétaire.

L'appareil choisi pour le remplacement ne pouvait être qu'un téléphérique à va-et-vient plus grand, plus confortable et plus puissant. Le constructeur choisi est la société en pleine expansion Bartholet Maschinenbau Flums (BMF), ce qui démontre une nouvelle fois que ce constructeur suisse peut être un concurrent sérieux pour les deux groupes leaders du marché mondial.

La nouvelle installation est dotée de cabines Gangloff d'une capacité de 60 personnes.

Image
Coupes des nouvelles cabines


La gare aval du nouveau téléphérique est située exactement au même endroit que la précédente,dont les fondations sont réutilisées, mais elle est intégrée dans une bâtiment commun avec la gare amont du funiculaire.

Image
Coupe du projet de gare aval Source: GMV SA

A gauche en A la station amont du funiculaire qui n'est pas dans le même axe que la partie droite B, station aval du téléphérique.
Les zones grisées sont déjà construites: en C la station du funiculaire et en D les fondations de la station de l'ancien téléphérique.
En E la salle des machines située en dessous du hall d'accès au téléphérique et des poulies de déviation du câble tracteur (F). A noter que la poulie indiquée est placée trop haut; dans la réalité elle est au même niveau que les tommes d'ancrage des câbles porteurs (G). En H le câble tracteur et les poulies de la ligne de sauvetage, au-dessus des sabots de la gare. Ici aussi la poulie illustrée n'est pas correcte car, comme nous le verrons plus loin, toutes les poulies de la ligne de sauvetage sont horizontales.


La gare amont est construite quelques mètres à côté de l'ancienne. Elle est située devant le restaurant ce qui permet de l'intégrer dans un bâtiment commun avec celui-ci.

Image
Coupe du projet de gare amont Source: GMV SA

A gauche la nouvelle station amont ( A ) et à droite en le restaurant ( B ).
On peut distinguer en C la fosse du contrepoids en dessous des poulies de déviation du câble tracteur, en D les massifs d'ancrage des câbles porteurs à l'arrière des haricots, et en E le câble tracteur et les poulies de la ligne de sauvetage. Enfin en F une passerelle construite sur le toit de la station pour offrir une belle vue panoramique aux visiteurs.

Etant donné la modification de l'emplacement de la gare amont, la ligne est déplacée de quelques degrés par rapport à l'ancienne et un nouveau pylône est construit à proximité de l'ancien, un peu plus haut sur la pente en dévers.

Les travaux de construction ont débuté au printemps 2011. Ils concernaient 3 sites: les gares aval et amont et le seul pylône de la ligne, relativement proche de la gare amont. Comme la saison estivale est importante pour cette remontée, l'ancien téléphérique a été maintenu en service aussi longtemps que possible. Il n'empêchait pas de travailler sur le site de la nouvelle gare amont ni sur celui du nouveau pylône. Ce n'est que lorsque les travaux ont commencé à la gare aval qu'il a été démonté.
Un blondin (téléphérique de chantier) a été construit pour le transport des équipements et matériaux vers la gare amont et le pylône. Il partait entre Moléson-Village et Plan Francey et avait une longueur d'environ 1.800 m pour une dénivelée de 760 m.


Image
Le blondin transportant un engin de chantier à proximité de l'ancienne gare amont (source: www.cabletrans.com)


Image
Le débuts du chantier de la gare amont. L'ancien téléphérique est toujours en service. (source: www.passion-liebherr.net)
Le terrassement de 1500 m³ de rochers avec une pelle araignée sur l'arête du Moléson a été une opération particulièrement délicate.


Quelques photos du chantier du pylône. Elles proviennent de la société chargée du montage du chantier, Tüfer Gebrüder GmbH :

Image

Comme l'ancien pylône qui est visible sur la photo de droite, le nouveau pylône repose sur 2 pieds plus un bras de stabilisation. Cette structure particulière résulte d'une construction sur une pente en dévers de plus de 80%.
Les 3 massifs ont nécessité 150 m³ de béton.

Image



Image
Construction de la nouvelle gare amont et démantèlement de l’ancienne (source: www.reiki-formation.ch)


Image
Les cabines de l'ancien téléphérique ont été démontées. (source: www.reiki-formation.ch)
Elles se trouvent à côté du chantier de la nouvelle gare aval. On distingue à l'arrière un massif avec une tomme d'ancrage.


Image
Transport d'un câble (source: www.reiki-formation.ch)


Image
Installation des sabots sur le pylône (source: www.reiki-formation.ch)
Les principaux éléments du pylône ont été transportés par l"hélicoptère Kamov d'Héliswiss.


Image
La ligne est prête. (source: www.reiki-formation.ch)
Chariots et suspentes sont en place, il ne manque que les cabines.


Image
Livraison d'une cabine (source: www.reiki-formation.ch)


Image
Montage d'une cabine (source: www.reiki-formation.ch)
Les cabines sont hissées manuellement à l'aide de tire-forts pour être fixées aux suspentes.


Le nouveau téléphérique a été inauguré le 24 décembre 2011.
Cependant les bâtiments des 2 gares n'étaient pas terminés à cette date et les travaux se sont poursuivis en 2012, tant en aval, pour la bâtiment commun avec le funiculaire, qu'en amont pour les travaux de finition de la gare et du restaurant qui a été agrandi à cette occasion.



Les caractéristiques :

Caractéristiques administratives

TPH-V Téléphérique à va-et-vient : Plan Francey - Le Moléson
Exploitant : GMV SA (Centre Touristique Gruyères-Moléson-Vudalla SA)
Constructeur : BMF - Bartholet Maschinenbau AG (Flums)
Année de construction : 2011


Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : été / hiver
Capacité :60 personnes par cabine (+ 1 conducteur)
Débit :765 personnes/heure
Vitesse d'exploitation :8 m/s
Ligne de sauvetage : oui

Caractéristiques géométriques

Altitude aval :1519 m
Altitude amont :1978 m
Dénivelée :459 m
Longueur développée :1097 m
Pente moyenne : 46 %
Pente maximale : 89 %
Temps de trajet :4 min

Caractéristiques techniques

Emplacement tension du câble tracteur : amont
Type de tension : contrepoids
Emplacement motrice : aval
Type de motorisation : moteur électrique asynchrone
Puissance : 243 kW en régime et 315 kW au démarrage
Nombre de pylônes : 1 (hauteur 35 m)
Nombre de câbles : 2 porteurs par voie + 1 tracteur
Fabricant des câbles : Teufelberger (Autriche)
Diamètre des câbles : 49 mm pour les porteurs et 32 mmm pour le tracteur
Commandes et télésurveillance : Frey AG (Stans)
Nombre de cabines : 2
Constructeur des cabines : Gangloff (Bern)



Situation sur le plan des pistes

Image



Situation sur un panorama estival

Ce téléphérique (de même que le restaurant au sommet) connait une activité plus importante en été qu'en hiver et il est donc logique de le présenter également dans un cadre estival.

Image

Aidé par la proximité de la petite ville médiévale de Gruyères qui attire beaucoup de touristes, spécialement en été, le Moléson connaît en effet une activité estivale importante. Outre le splendide panorama depuis le sommet, la région offre de nombreuses possibilités de randonnées. La station dispose aussi d'un parc de loisirs avec bob-luge d'été, dévalkart (qui utilise le téléski du village) et "trottinerbes". Deux itinéraires de via ferrata assez impressionnants (Le Pilier et la Face) relient le haut de Plan Francey au sommet du Moléson (372 m de dénivelée pour atteindre le sommet à 2002 m) . Au restaurant du sommet, un observatoire permet aussi une initiation à l'astronomie.



Infrastructures du TPH60 Plan Francey - Le Moléson

Une des particularités de l'installation est le fait qu'une attention particulière a été portée à la facilité et au confort d'accès, notamment pour les personnes à mobilité réduite.
La station aval permet un accès direct à l'intérieur du même bâtiment et au même niveau, depuis l'arrivée du funiculaire en provenance de Moléson-Village jusqu'à l'embarquement du téléphérique. De même en amont, l'accès au restaurant et à ses terrasses peut se faire de plein pied à l'intérieur de la gare. Ceci signifie qu'il est possible de rejoindre le restaurant du sommet depuis Moléson-Village sans sortir.

Une autre particularité de cette remontée est son tracé qui surplombe une pente en fort dévers, celle-ci étant de 86% à l'endroit où est situé le seul pylône de la ligne. Le pylône de l'ancien téléphérique était constitué de deux pieds droits (même largeur sur toute leur hauteur) et d'un bras de stabilisation en hauteur sur le flanc de la montagne. Le nouveau pylône est basé sur la même principe mais la réalisation est différente étant donné le volume et le poids beaucoup plus importants des nouvelles cabines.

Comme le relief du parcours rend pratiquement impossible toute évacuation verticale, la ligne est doublée d'une ligne de sauvetage sur toute sa longueur.



La gare aval

La gare aval a été construite sur les fondations en béton de l'ancienne gare mais son volume est plus important et le bâtiment a été prolongé vers l'arrière pour ne faire qu'un avec la station amont du funiculaire. Extérieurement l'ensemble a été habillé de façon moderne: façades métalliques grises avec de grandes surfaces vitrées.

La gare aval est motrice; la chaîne cinématique est située au niveau inférieur et les poulies de renvoi du câble tracteur vers ce niveau sont visibles dans le hall d'accès, protégées par des parois vitrées. On passe entre les deux poulies pour accéder à l'embarquement, ce qui est assez original et accentue le caractère moderne des lieux.
La tension fixe des 4 câbles porteurs est également assurée en gare aval. Les tommes d'ancrage de ces câbles sont elles aussi visibles dans le hall d'accès.
Enfin la gestion de la ligne de sauvetage est également assurée depuis la gare aval.
(la partie motrice et la ligne de sauvetage font l'objet de sections techniques séparées en fin de reportage)


Image
La gare aval dans la brume


Image
Vue de face. On remarque bien, comme sur la photo suivante, la structure inférieure en béton récupérée de l'ancienne gare


Image
Vue d'un autre angle avec à l'arrière, sur la droite, la gare amont du funiculaire


Image
Vue rapprochée en contre plongée. On distingue dans le haut certaines poulies de la ligne de sauvetage qui fera l'objet d'une section spéciale de ce reportage.


Image
Le hall d'accès: l'entrée entre les deux poulies


Image
Vue de l’autre angle


Image
Gros plan sur une poulie de déviation du câble tracteur vers le niveau inférieur.
A l'arrière, une des 4 tommes d'ancrage des câbles porteurs avec la fixation par mordache, la réserve de câble devant être au niveau inférieur.


Image
Quai central d'embarquement avec portes automatiques (le débarquement se fait par le côté extérieur)


Image
Dans la cabine en gare


Image
La ligne vue depuis la gare aval



La ligne

L'unique pylône de la ligne n'est pas situé très loin de la gare amont. La ligne comprend donc un première portée très longue par rapport à la seconde.
La pente moyenne est de 46% et la pente maximale de 89% est atteinte dans la dernière partie de la 1ère portée, avant le pylône.


Image
La ligne au sortir de la gare aval


Image
On approche de la hauteur de survol la plus importante de la ligne


Image
La cabine descendante fait son apparition à hauteur du pylône


Image
Zoom sur le pylône et l'autre cabine


Image
Approche de la pente en fort dévers


Image
Croisement des cabines, on arrive à la pente la plus marquée de la ligne


Image
Approche du pylône sur une pente en dévers de 86%


Image
Le pylône et sa structure particulière: 2 pieds verticaux de forme spéciale dans l'axe de la ligne et un bras de stabilisation scellé beaucoup plus haut sur le versant.


Image
Gros plan sur le pylône

Image
La deuxième portée très courte


Image
Approche de la gare amont; on voit bien la plate-forme d'observation installée sur le toit .
A sa gauche, la base de la gare amont de l'ancien téléphérique a été conservée et transformée en terrasse.


Image
Arrivée en gare amont


Image
En regard en arrière: la ligne vue de la gare amont. Les nuages ne sont pas loin de la gare aval de Plan Francey.



La gare amont


La gare amont est située sur un espace restreint, une crête qui se trouve environ 25 mètres en contrebas du sommet du Moléson. La gare surplombe le vide du côté aval et est reliée, à l'arrière, au restaurant qui existait déjà du temps de l'ancien téléphérique mais qui a été agrandi lors de la construction de la nouvelle gare. Le design moderne de celle-ci est similaire à celui de la gare aval: parois métalliques grises et vitres, le surface de ces dernières étant toutefois moins importante qu'en gare aval. La couleur grise de la gare est en harmonie avec celle de la roche et permet une bonne intégration dans le paysage.

C'est en gare amont qu'est assurée la tension du câble tracteur: deux poulies renvoient celui-ci vers une fosse à contrepoids.


Image
Vue générale de la gare amont et du restaurant depuis le sommet du Moléson. On distingue les touristes présents sur la plate-forme d'observation située au-dessus de la gare.
Une mer de nuage recouvre les vallées mais la vue (en direction sud-est) permet d'apercevoir le profil des Alpes valaisannes à l'arrière-plan.


Image
Vue rapprochée; on distingue bien le bâtiment plat qui fait le lien entre la gare et l'ancien bâtiment du restaurant


Image
Vue de l'autre face latérale de la gare (côté sud-est)


Image
Le restaurant et sa terrasse - tous deux panoramiques - et l'arrière de la gare avec les escaliers métalliques menant à la plate-forme supérieure.
Dans le fond à gauche, le sommet du Moléson (2002 m).


Image
Cabine en gare amont avec le quai d'embarquement central identique à celui de la gare aval. Ici également les quais de débarquement sont extérieurs.


Image
Vue intérieure avec une des 2 poulies de renvoi du câble tracteur


Image
Vue de l'intérieur de la gare vers l'aval. On voit que l'accès à cette cabine n'est pas permis. En cas de faible affluence, l'installation fonctionne en effet avec un seul conducteur et donc une seule cabine ouverte au public, l'autre circulant à vide.


Image
Vue en direction de la sortie vers la terrasse


Image
Les 2 poulies verticales de renvoi du câble tracteur vers la fosse à contrepoids et sous le toit, les 2 poulies horizontales de retour du câble tracteur de sauvetage.


Image
Haricot de déviation des câbles porteurs vers les massifs d'ancrage

Image
Fixations de 2 câbles porteurs sur le massif d'ancrage (on voit leur mise à la terre)



Les cabines

Les cabines du constructeur Gangloff (qui fait depuis peu partie du groupe BMF) ont donc une capacité de 60 personnes (+ le conducteur). Elles font 3,2 m de large pour 5,85 m de long et pèsent 2.460 kg à vide.
De plus, une cabine (la n° 1) est équipée de crochets pour le transport de charges sous la cabine. L'autre (la n°2) est équipée d'un réservoir d'eau d'une capacité de 3.700 litres.

Les responsables voulaient un design sobre "pour éviter que le moderne d'aujourd'hui ne devienne trop vite le passé de demain". Ils ont opté pour une couleur noire avec seulement une ligne blanche et l'inscription MOLESON.CH précédée par un petit drapeau suisse. Le choix du noir et blanc n'est pas un hasard: il s'agit des couleurs du drapeau du canton de Fribourg (qui, comme indiqué plus haut, a largement contribué au financement de l'installation).
L'originalité dans la décoration est la "poya" reproduite sous forme de frise sur le bas des vitres des 4 côtés de la cabine; la poya est une représentation picturale de la montée aux alpages, typique du canton de Fribourg et du Pays-d'Enhaut (VD).


Image
La cabine n° 2 en ligne (on peut remarquer le réservoir sous la cabine)


Image
La cabine n°2 vue du bas et la grande inscription MOLESON.CH sur le réservoir.


Image
La cabine n° 1 vue de profil


Image
La cabine n°1 vue du dessus


Image
Les 2 cabines à flanc de montagne


Image
Vue intérieure d'une cabine


Image
Autre vue intérieure avec la poya au bas des vitres


Image
Gros plan sur une partie de la poya


Image
Vue rapprochée des fixations suspente / cabine


Image
Vue latérale d'un chariot; on distingue bien les contacteurs pour la recharge des batteries en station.
On peut aussi voir les têtes de câble des 2 éléments du câble tracteur. Il ne s'agit en effet pas ici d'une boucle unique épissurée et les chariots doivent dès lors être équipés de freins.


Image
Chariot vu du dessus


Image
Gros plan sur un chariot



Dossier technique : la motorisation en gare aval


Nous avons déjà vu que 2 poulies situées au niveau de l'embarquement déviaient le câble tracteur vers le niveau inférieur.
Il y a 4 poulies au niveau de la salle des machines (dont une poulie motrice à double gorge) dont voici le schéma avec indication du circuit effectué par le câble tracteur:

Image

En partant de la poulie de déviation de droite, le câble passe par la poulie 1, effectue un demi tour sur la poulie motrice, passe par les poulies 3 et 4 avant d'effectuer plus d'un demi tour sur la poulie motrice et de remonter vers l'autre poulie de déviation au niveau supérieur. Cette configuration permet donc au câble tracteur d'effectuer au total plus d'un tour sur la poulie motrice.


Image
Vue d'ensemble de l'entraînement principal


Image
A gauche le moteur asynchrone et à sa droite, l'arbre rapide avec les freins de service et un volant d'inertie


Image
Le réducteur et l'accouplement avec la poulie motrice

Image
Vue sur les 4 poulies de la salle des machines.
On peut distinguer la présence, à côté de l'axe des 2 poulies supérieures, de codeurs incrémentaux qui fournissent les informations sur la position des cabines aux répétiteurs de marche (copieurs) qui permettent la gestion de l'installation par le système de commande.


Image
Vue sur le moteur hydraulique de l'entraînement auxiliaire, situé de l'autre côté de la poulie motrice par rapport à l'entraînement principal.
Ce moteur, qui est alimenté par une pompe hydraulique actionnée par un moteur diesel, est relié à la poulie motrice par l'intermédiaire d'un pignon en prise avec une couronne dentée située sur la poulie.



Dossier technique : la ligne de sauvetage


Nous allons accorder une attention spéciale à la ligne de sauvetage, qui est rarement abordée en détail dans les reportages.

Nous avons déjà indiqué que, devant l'impossibilité de réaliser un sauvetage vertical sur la majeure partie du trajet, une ligne de sauvetage a été installée sur la totalité du parcours.
Comme il est possible que le téléphérique soit utilisé sans présence permanente de personnel en amont, l'installation de sauvetage a été concentrée en gare aval. Celle-ci est motrice et tension pour la câble tracteur de la ligne de sauvetage et les 2 nacelles de sauvetage y sont stationnées.
Les nacelles de secours voyagent sur les câbles porteurs principaux mais sont tractées par un câble situé en permanence au dessus de l'installation.


Voici le schéma des poulies et du circuit du câble tracteur de sauvetage dans les 2 gares. Toutes les poulies sont horizontales.

Image

En gare aval, nous avons donc deux poulies motrices et il faut préciser que les deux poulies retour sont positionnées sur des rails coulissants, actionnés par des vérins hydrauliques qui assurent la tension.
La gare amont est équipée de deux simples poulies retour fixes.


Image
Sous le toit de la gare aval, les 2 poulies extérieures motrices équipées de freins de poulie, et la poulie centrale de déviation


Image
Une autre vue permettant de voir les unités motrices au-dessus des poulies extérieures et un aggrégat hydraulique au centre.


Image
La poulie retour de droite et le piston du vérin de tension. Le brin extérieur du câble qui part vers la ligne est guidé par des galets support/compression.
Egalement une vue sur le chariot d'une nacellle de sauvetage posé sur les câbles porteurs, derrière le chariot de la cabine.


Image
Très long vérin à voir la longueur du piston qui est largement sorti pour la poulie droite qui est très avancée.

Image
Un des 2 longs vérins, en arrière de la zone d'embarquement, visible depuis le hall d'accès

Image
Retour sur un chariot de sauvetage pour remarquer qu'un axe le relie au système de pinces en "stand-by" au niveau des galets de sortie du câble tracteur de sauvetage.


Image
A l'avant-plan, le chariot de sauvetage vu du côté opposé


Image
Gros plan sur un chariot de sauvetage. Le câble qui passe au centre est le câble tracteur principal de l'installation.


Image
Le câble tracteur de sauvetage au niveau des galets de sortie de la station avec une partie du système de pinces fixes en stand-by au-dessus.
Comme les 2 nacelles de secours sont stationnées en aval, on accouple au câble tracteur celle dont on doit se servir. Dans le cas où des passagers sont bloqués dans les 2 cabines, le sauvetage se fera donc en 2 temps: accouplement d'une première nacelle et sauvetage de la première cabine, ensuite désaccouplement de cette nacelle et accouplement de la seconde pour le sauvetage de l'autre cabine.


Image
Devant la cabine, la suspente d'une nacelle de secours.(le galet dans sa partie supérieure est destiné à supporter le cas échéant le câble tracteur principal de l'installation).
La hauteur de la nacelle est réglée est en aval par le biais d'un treuil. La suspente est équipé de nombreux trous pour un réglage fin.


Image
Le transfert depuis la cabine vers la nacelle de sauvetage se fait par la fenêtre centrale aval de la cabine qui est amovible comme on peut le voir sur cette photo.


Image
On voit bien sur la tête du pylône, 2 à 3 mètres au-dessus des sabots, les galets soutenant le câble tracteur de la ligne de sauvetage.


Image
Gare amont: sous le toit les 2 poulies horizontales de retour du câble tracteur de sauvetage


Image
Autre vue: on peut remarquer qu'il y a un galet compression à proximité des poulies (on le voit en haut à droite) et des galets supports un peu plus loin (on les voit pour l'autre poulie)




Autres Photos :


Voici quelques autres photos, en particulier du pylône et de la ligne vers l'aval.


Image
Le pylône, une cabine...et une mer de nuages


Image
Vue latérale du pylône


Image
Idem au passage d'une cabine


Image
Vue rapprochée du pylône vers l'aval


Image
Vue sur la 1ère portée, les gares de Plan Francey et la portion supérieure du tracé du funiculaire


Image



Conclusion


Le téléphérique du Moléson est un emblème pour la région. Son remplacement par une installation moderne et attrayante, combinée au funiculaire, a bien rajeuni l'image de la station.

Cette installation démontre aussi le savoir-faire de BMF qui se pose en concurrent sérieux des leaders internationaux du marché.

Image
-Sommet du Moléson



Liens utiles

Le site de la station: www.moleson.ch

Une belle vidéo du panorama hivernal au sommet: panorama



Fin du reportage. A bientôt.


Proposé par Artsinol avec les photos de Kilano18, remanié par benbel





Appareil en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.11377 secondes. 27 requete(s).
139 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2017 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés