Localisation(s)
Photo

 TSD4 de la Bergerie

Orcières Merlette

Poma

T2 ES
Description rapide :
Construit comme un accès secondaire au plateau du Drouvet, la Bergerie dessert aussi son propre secteur jadis plus étoffé.

Année de construction : 1986

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de cette partie : Techcraft 2017
Section écrite le 20/03/2006 et mise à jour le 27/10/2022
(Mise en cache le 27/10/2022)

Image


Orcières 1850

Orcières 1850 est une station inaugurée en 1962 située dans la vallée du Champsaur (Hautes-Alpes), à la limite du parc des Ecrins. Elle se trouve à environ 2h50 de voiture de Marseille et à 2h30 d'Aix-en-Provence ce qui la rend très attractive.
Ses 100km de pistes, étagés entre 1830m au front de neige des Drapeaux et 2725m au Gnourou sont desservis par 28 remontées mécaniques, dont trois télémix.


Le télésiège de la Bergerie

Construit par Poma en 1986, le télésiège de la Bergerie est un appareil de type Alpha évolutif. Il remplace sur un tracé similaire le télésiège de Casse Blanche, un biplace Montaz Mautino datant des années 65-70.
Concrètement, la Bergerie est un accès secondaire au plateau du Drouvet, emprunté par les skieurs moyens pour contourner la queue du Drouvet 1.
Il dessert son propre secteur qui comptait il fut un temps un snowpark. Ce secteur compte un téléski à savoir Botte Croze, un autre téléski et un télécorde étaient présents avant 2009.
Afin de pérenniser l'appareil, les pylônes 1 et 15 ont été remplacés en 2017 et trois autres pylônes ont été renforcés.




Situation sur le plan des pistes :
Image

Caractéristiques administratives

TSD-Télésiège à attache débrayable : BERGERIE
Maître d'œuvre : ERIC
Exploitant : Labellemontagne
Constructeur : Poma
Année de construction : 1986

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 4 personnes
Débit à la montée : 2400 personnes/heure
Débit à la descente : 600 p/h
Vitesse d'exploitation maximale : 5 m/s
Temps de trajet : 5 min 51 sec

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 1 830 mètres
Altitude amont : 2 346 mètres
Dénivelée : 516 mètres
Longueur développée : 1 831 mètres
Longueur horizontale : 1 700 mètres
Pente maximale : 64 %
Pente moyenne : 30 %

Caractéristiques techniques

Type de gare : Alpha II modulaire
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Emplacement motrice : Aval
Type de motorisation : Asynchrone
Puissance développée : 650 kW
Sens de montée : Gauche
Embarquement : Sens de la ligne
Nombre de pylônes : 20
Largeur de la voie : m
Dispositif d’accouplement : TB41
Nombre de véhicules : 130
Espacement : 6 sec

Caractéristiques du câble

Fabricant du câble : TECNOR
Date de pose : 1986
Diamètre du câble : 40 mm
Type de câblage : Lang à droite
Âme : Textile
Composition : 6×17 fils



La gare aval

Située à 1830m sur le front de neige des Drapeaux, la gare aval est coincée entre un décaissement et la gare aval du Drouvet 1. C'est ici que sont effectuées la tension ainsi que la mise en mouvement du câble à l'aide d'une gare alpha montée sur un lorry.
Un écran placé entre les files jumelles du télésiège et du télémix permet de divertir les skieurs en attente d'un siège.


La gare ainsi que le front de neige des Drapeaux :
Image
Remarquez la ruée vers le Drouvet 1 alors que la file de la Bergerie est vide


Vue en plongée :
Image



Entrée de la file d’attente, affichant quelques caractéristiques de l'appareil :
Image



Vue d’ensemble de la gare depuis la file d’attente :
Image



La gare Alpha II et le cabanon de contrôle :
Image
L'écran à gauche, mal capturé par l'appareil


Contour de l’appareil & poulie d'entrainement :
Image


La voie de stockage :
Image


Attache des portiques :
Image
On remarque un point de fixation pour un rail non monté

Zone de débarquement :
Image



Les portiques :
Image



La ligne

Longue de 1831 m, la ligne commence par une forte pente permettant de sortir du creux où la gare est implantée. Après le passage du pylône 3 au-dessus du TK Trait d'Union, elle se redresse légèrement et progresse en pente régulière jusqu’au pylône 6 qui la remet presque à l’horizontale.
Passé le pylône 8, la ligne s’accentue à nouveau et croise le téléski de Botte Croze au niveau du pylône 13 commun avec le téléski.
Le pylône 16 initie l’ascension finale qui s'achève avec l’enchainement de pylônes 18, 19 et 20 précédant la gare amont.

A savoir que le téléski des Clotets passait entre les pylones 19 et 20.
Il a été démonté en 2009, seul la piste de montée subsiste.


Pylône 1 :
Image



Pylône 2 :
Image



Pylône 3 :
Image
En dessous le TKF du Trait d'Union


Pylône 4 :
Image



Pylône 5 :
Image



Pylône 6 :
Image
La ligne revient presque à l'horizontale


Pylône 7 :
Image
On distingue la gare aval du téléski de Botte Croze


Portée :
Image


Pylône 8 :
Image



Pylône 9 :
Image



Pylône 10 :
Image



Portée :
Image



Pylône 11 :
Image



Portée :
Image



Pylône 12 :
Image



Pylône 13, commun avec le téléski de Botte Croze :
Image



Pylône 14 :
Image



Portée :
Image



Pylône 15 :
Image



Pylône 16 :
Image



Pylône 17 :
Image



Portée finale :
Image



Pylône 18 :
Image



Pylône 19 :
Image


Pylône 20 et arrivée en gare amont :
Image



La gare amont

Située à 2346 mètres d’altitude et à proximité de l'arrivée de Botte Croze, la gare amont est placée dans un creux en-dessous de la piste de Mézelle. Cet emplacement garantit un débarquement en toute sécurité, pour peu que l'on sache se lever de son siège. Une plateforme d'embarquement est présente avant le lanceur, elle est notamment utilisée par les randonneurs qui sont montés dans la neige.
A côté de la gare se trouve un plan des pistes permettant aux nouveaux clients de planifier leur descente.

Techniquement la gare amont est un retour fixe. C'est dans cette gare qu'est fait le cadencement des sièges via la chaine de trainage.
Elle est équipée d’une zone de maintenance sommaire ainsi que d’une grue permettant de décycler les sièges.


La zone de débarquement :
Image



Lanceur & zone de d'embarquement :
Image
C'est ici que se fait le cadencement : la chaine est écartée du siège qui est stoppé par un caoutchouc,
puis deux doigts plus longs que les autres le rattrapent juste avant le lanceur

Le tympan arrière et la zone d'entretien :
Image
On distingue à droite les pistes de Serre-Eyraud


Vue de profil :
Image



Vue en plongée :
Image
De droite à gauche : télémix du drouvet 2, téléskis Méollion 1&2, téléski de Botte Croze, télésiège des Lauzières.


Vue de 3/4 :
Image



Les canons et les trois derniers pylônes :
Image


La poulie de renvoi :
Image
Le boitier bleu est une prise de mouvement récupérant l'énergie du câble pour faire tourner la gare


Mise en mouvement de la chaine :
Image
Les arbres bleus servent à faire tourner les rampes à pneus, il y en a deux autres non visibles ici.



Les sièges

L’appareil est équipé de 130 sièges, dont la majorité sont des sièges « Arceaux de rénovation » (siège ayant des éléments de sièges arceaux, sauf l’arceau justement, qui est neuf), l’autre partie étant composée de sièges arceaux d'origine.
Tous ces sièges sont équipés de pinces TB41 et du système anti sous-marinage U-Block.


La pince :
Image
A savoir que la pince est considérée "auto dégivrante" du fait qu'une simple ouverture de celle-ci permet de briser le givre.


Un siège d'origine :
Image



Un siège rénové :
Image



Autres vues


Vue de la gare amont depuis la piste Mézelle :
Image

Depuis l'arrivée de Botte Croze :
Image

Depuis la piste des Pépés :
Image

Le pylône 17 :
Image



Les pylônes 15 & 16 :
Image



Le pylône 14 depuis la piste Mézelle :
Image



Le croisement avec le téléski de Botte Croze :
Image

Image

Image



Le pylône 10 :
Image

Image

Image


Les pylônes 8 et 9 ainsi que l’aval du téléski de Botte Croze depuis la piste Py Marty :
Image



Pylône 7 :
Image



Portées :
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image



Autres photos


Tableaux de commande et affichages liés à la ligne de sécurité :
Image

Image



Armoire électrique :
Image



Conclusion

La Bergerie est un télésiège qui bien que théoriquement aussi performant que son voisin le Drouvet 1, est fui au profit de ce dernier à cause de sa vétusté.
Son entretien périlleux aura fait râler plus d'un technicien tandis que ses grincements et couinements en tout genre font que l'on ne voit jamais de famille l'emprunter.
Il est prévu de le remplacer aux alentours de 2028 au profit d'un TSD6 partant du Queyrelet et arrivant au-dessus de la G2 actuelle, au niveau de l'arrivée de Manrouse.



Je tiens à remercier le personnel de la Bergerie pour m'avoir permis de prendre certaines photos, ainsi que Benbel pour m'avoir fourni les donnés techniques nécessaires au reportage.


Photos prises les 30 & 31 décembre 2021



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :