En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus


Localisation(s)
Photo

 TSD4 de la Petite Fontaine

Megève - Rochebrune-Mont d'Arbois (Arbois-Rochebrune)

Poma

T3 ES
Description rapide :
Télésiège permettant de desservir un espace de ski propre tout en étant un maillon d'accès à la Côte 2000 depuis le massif de Rochebrune.

Année de construction : 1990

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : j'ib
Section écrite le 24/10/2017 et mise à jour le 27/01/2021
(Mise en cache le 27/01/2021)

Télésiège de la Petite Fontaine
Megève-Rochebrune (74)


Image


Bienvenue à Megève

La station de ski de Megève est située entre 1 100 et 2 014 mètres d'altitude, dans le département de la Haute-Savoie, dans le Val-d'Arly. Megève est habituellement ouverte de début décembre à fin avril et fait partie du domaine skiable « Evasion Mont-Blanc » regroupant huit stations de ski entre deux départements : Megève, Combloux, La Giettaz, Cordon, Saint-Gervais-les-Bains, Saint-Nicolas-de-Véroce, Les Contamines-Monjoie et Hauteluce. L'ensemble regroupe environ 450 kilomètres de pistes non reliées.

Les massifs de Rochebrune et du Mont-d'Arbois sont les plus grands secteurs de ski de la station. Ils sont tous les deux reliés skis aux pieds par remontée mécanique et sont exploités par la Société des Remontées Mécaniques de Megève (Filiale de la Compagnie du Mont-Blanc). Ils regroupent 31 remontées mécaniques (1 DMC-funitel, 1 téléphérique, 4 télécabines, 3 télésièges débrayables, 5 télésièges fixes, 13 téléskis et 2 tapis roulants) et 150 kilomètres de pistes orientées nord-est (Rochebrune) et ouest (Mont-d'Arbois). Le secteur du Mont-d'Arbois est directement relié aux stations de Saint-Gervais-les-Bains et de Saint-Nicolas-de-Véroce.
Enfin, en été, trois remontées mécaniques sont ouvertes : le téléphérique de Rochebrune, le télésiège de la Petite-Fontaine et la télécabine du Mont-d'Arbois.

    Vue sur la quasi intégralité du massif de Rochebrune depuis les environs du sommet de l'Aiguille Croche (2487 mètres d'altitude) avec au premier plan le secteur de la Côte 2000 et son altiport
    Image
    (Ou cliquez ici pour accéder à la page de la station dans la BDD)


La construction d'une liaison entre le massif de Rochebrune et la Côte 2000

Au début des années 1980, les deux extrémités du versant nord-est de Rochebrune sont équipés en remontées mécaniques. D'un côté sur les contreforts de l'Aiguille Croche, l'aménagement du secteur de la Côte 2000 remonte à 1962 et est composé de 3 téléskis. Ce secteur est très avantageux car il dispose de peu d'ensoleillement et donc d'un enneigement exceptionnel permettant une ouverture et fermeture du secteur tôt et tard dans la saison. A l'autre extrême, le secteur de Rochebrune est lui déjà bien développé avec plusieurs téléportés et téléskis. Il est directement accessible depuis le centre de Megève. Néanmoins, ces deux secteurs pourtant proches l'un de l'autre, ne sont pas reliés skis aux pieds mais simplement séparés par de vastes étendues d'épicéas.

Ces secteurs sont en revanche divisés entre plusieurs sociétés :
  • La STMMA (Société des Téléphériques de Megève Mont-d'Arbois) qui détient le secteur de la Côte 2000.
  • La STMMB (Société des Téléphériques du Massif du Mont-Blanc) qui possède les remontées historiques à cette époque du massif de Rochebrune (téléphérique ainsi que le secteur de l'Alpette).
  • La SEM de Megève Rochebrune, créée en 1982 par la STMMB et la commune de Megève et qui rassemble toutes les installations de la Caboche.

    Plan des pistes de 1967, avec d'un côté le secteur de la Côte 2000 et de l'autre celui de Rochebrune
    Image


En 1983, la SEM de Megève Rochebrune décide donc de s'étendre et de créer la liaison entre Rochebrune et la Côte 2000. L'appel d'offre est remporté par Montagner et celui-ci construit deux imposants téléskis disposant de chacun plus de 20 pylônes, les Petites Fontaines et les Lanchettes. Le téléski des Petites Fontaines partait du lac de Javen pour arriver au sommet de l'actuel télésiège du Jardin, non loin du sommet de l'Alpette. Le téléski des Lanchettes partait lui au-dessus du front de neige de la Côte 2000 et arrivait au Pré Rosset à 1895 mètres d'altitude. Dans le Sens Rochebrune → Côte 2000, les skieurs devaient emprunter un chemin sur les crêtes de Rochebrune très plat et peu descendant pour ensuite rejoindre le téléski des Lanchettes et ensuite la Côte 2000. Dans le sens inverse, la liaison était beaucoup plus aisée puisque depuis le sommet de ce dernier téléski, on accédait directement par gravité au téléski des Petites Fontaines. C'est pour cette raison que la SEM de Megève Rochebrune a complété en 1985 cette liaison par le téléski de Rochefort, installé par Poma.

    Le téléski des Petites Fontaines dans une publicité du constructeur Montagner
    Image

    Situation de cette nouvelle liaison sur le plan des pistes de 1990 avec les n°23 pour le téléski des Petites Fontaines, n°24 pour le téléski des Lanchettes et n°26 pour le téléski de Rochefort
    Image


Malgré la réalisation du téléski de Rochefort, la liaison n'est toujours pas très adaptée aux skieurs ni très pratique. Les skieurs ont toujours sur leur trajet en direction de la Côte 2000 des portions montantes. Ainsi, la SEM a décidé en 1990, seulement sept ans après sa construction, de remplacer le téléski des Petites Fontaines par deux télésièges Poma. Tout d'abord, le télésiège débrayable quatre places de la Petite Fontaine a été installé entre l'ancien départ du téléski et une nouvelle arrivée sur les crêtes non loin de Sur les Prés. Cette nouvelle situation a été faite de façon à ce que les skieurs puissent directement accéder par gravité au téléski de Rochefort. A l'inverse le télésiège fixe du Jardin a quant à lui permis un retour rapide entre les contrebas du sommet des téléskis des Lanchettes et de Rochefort jusqu'au sommet de l'ancien téléski des Petites Fontaines. Cette restructuration a donc rendu satisfaction aux différents exploitants, puisque en 2021 ces appareils existent toujours dans la même configuration.

    Plan des pistes de 1993 représentant cette nouvelle configuration avec le télésiège "RN" pour celui de la Petite Fontaine et "RS" pour celui du Jardin
    Image


Petite Fontaine : Entre liaison et ski propre

Le télésiège de la Petite Fontaine est situé en plein centre du massif de Rochebrune. Construit en 1990 par Poma, son accès se fait directement depuis le sommet du téléphérique de Rochebrune et de la télécabine de la Caboche via l'enchaînement des pistes vertes "a" et Rosière ou depuis le sommet du télésiège de l'Alpette via une ribambelle de pistes rouges et bleues.
Cet appareil possède plusieurs rôles importants pour le domaine. Aux tous premiers abords, la Petite Fontaine est le point de passage obligatoire dans la liaison entre le secteur de Rochebrune et la Côte 2000. Au sommet on rejoint donc directement le téléski de Rochefort permettant de poursuivre cette liaison. En outre ce téléporté permet aussi la desserte d'une zone de ski propre très agréable pour des skieurs moyens à confirmés. Ainsi si les skieurs s'aventurent sur ce télésiège pour cette raison, il donne également accès au télésiège du Jardin qui leur permettra par la suite de revenir sur le secteur de Rochebrune et ses deux fronts de neige.

Côté ski, le télésiège de la Petite Fontaine dessert à son sommet trois pistes :
  • La piste rouge de la Fontaine, qui est la principale piste desservie par l'appareil. Elle le longe puis au moment de rejoindre la piste rouge Scion elle revient sur le télésiège du Jardin.
  • La piste rouge de la Sallanglaz, très jolie piste slalomant dans les épicéas qui rejoint le téléski de Rochefort.
  • La piste bleue du Jardin, revenant en gare aval du télésiège éponyme ou continuant vers le lac de Javen et le télésiège de la Petite Fontaine. Cette dernière est très agréable car jamais trop raide et épouse tous les mouvements de terrains proposés par la nature.

Voici sa situation sur le plan des pistes de Megève :

    Image


Caractéristiques

Caractéristiques Administratives

TSD-Télésiège à attache débrayable : PETITE FONTAINE
Maître d'Ouvrage : SEM de Megève Rochebrune
Maître d’Œuvre : CETARM 74
Installation Électrique : SEMER
Exploitant : SA des Remontées Mécaniques de Megève (CMB)
Constructeur : Poma
Année de construction : 1990

Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver et été
Capacité à la montée : 4 personnes
Capacité à la descente : 2 personnes
Débit à la montée : 2400 p/h (2800*)
Débit à la descente : 1200 p/h (1400*)
Vitesse d'exploitation : 5 m/s
Temps de trajet : 6 min 48 sec

Caractéristiques Géométriques

Altitude aval : 1390 mètres
Altitude amont : 1872 mètres
Dénivelée : 482 mètres
Longueur développée : 2042 mètres
Longueur horizontale : 1984 mètres
Pente maximale : 49 %
Pente moyenne : 24 %

Caractéristiques Techniques

Gare motrice : Amont
Gare tension : Aval
Nombre de pylônes : 19
Nombre de sièges : 141 (164*)
Sens de montée : Droite
Puissance de l'installation : 2×359 kW (718 kW)
Type de motorisation : Courant continu
Type de tension : Hydraulique
Tension nominale : 39 000 daN
Type d'embarquement : Sens de la ligne
Type de gares : Performant
Type de sièges : Arceau
Type de pinces : TB
Diamètre de la poulie motrice : 3400 mm
Diamètre de la poulie retour : 4000 mm

Caractéristiques du Câble

Fabriquant du câble : TREFILEUROPE
Date de pose : 1990
Type de câblage : Lang
Sens de câblage : Droite
Diamètre du câble : 40,50 mm
Composition du câble : 6×17 Fils
Âme : Compacte
Résistance à la rupture : 115 480 daN
Pas de câblage : 284 mm
Pas de toronage : 118 mm
Section du câble : 644 mm²
Section du toron : 107 mm²

* Chiffres en débit théorique

Ligne et infrastructures du télésiège de la Petite Fontaine

Gare aval :

La gare aval est la station tension de l'installation. Elle est placée au niveau du lac de Javen à l'intersection des pistes du Jardin, de la Rosière et du Scion à 1390 mètres d'altitude. On retrouve une gare de type Performant provenant de chez Poma arborant un schéma de couleur blanche. La tension dynamique du câble y est effectuée par deux vérins hydrauliques placés au-dessus et en dessous de la poulie retour.

    La gare aval vue en arrivant depuis la piste rouge Scion avec en arrière plan le sommet du téléski des Étudiants
    Image

    La gare aval vue de profil sur fond du Mont-Joly (2525 m)
    Image

    La gare aval et le poste de commandes avec l'Aiguille Croche (2489 m) derrière
    Image

    La gare aval vue de trois quarts
    Image

    La gare aval vue de trois quarts depuis la piste bleue du Jardin
    Image

    La gare aval vue de face
    Image

    C'est parti !
    Image


La ligne :

La ligne est longue de 2042 mètres et se compose de 19 pylônes. Le relief de la ligne n'est pas très accidenté. Celui-ci est plutôt relativement peu raide de la gare aval au douzième pylône à une trentaine de pour-cents. A partir de là, la pente se met à plat jusqu'au P15 qui permet l'entame de la montée finale jusqu'à l'enchaînement des 3 derniers ouvrages. C'est ici que la pente s'accentue à son maximum de 49 %.

Caractéristiques de la ligne :
  • P1 : 8C/8C
  • P2 : 6S/6S
  • P3 : 8S/8S
  • P4 : 6S/6S
  • P5 : 6S/6S
  • P6 : 6S/6S
  • P7 : 6S/6S
  • P8 : 6S/6S
  • P9 : 6S/6S
  • P10 : 8S/8S
  • P11 : 6S/6S
  • P12 : 4S/4S
  • P13 : 8S/8S
  • P14 : 6S/6S
  • P15 : 12C/12C
  • P16 : 8S/8S
  • P17 : 6S/6S
  • P18 : 8S/8S
  • P19 : 8S/8S
    La ligne vue depuis l'aval
    Image

    P1 en sortie de gare
    Image

    P2 au dessus de la piste rouge Scion
    Image

    P3
    Image

    P4
    Image

    P5
    Image

    P6
    Image

    P7
    Image

    P8
    Image

    P9
    Image

    P10
    Image

    P11 commun avec le télésiège du Jardin
    Image

    P12 au dessus de la piste rouge de la Fontaine
    Image

    P13
    Image

    Portée P13 - P14
    Image

    P14
    Image

    P15
    Image

    Détail de la tête de pylône de type compression
    Image

    Portée P15 - P16
    Image

    P16
    Image

    P17, P18 et P19
    Image


Gare amont :

La gare amont est la station motrice de l'installation. Elle est située sur la ligne de crêtes de Rochebrune entre les gares amont du télésiège du Jardin et du téléski de Rochefort à 1872 mètres d'altitude. On retrouve une gare de type Performant arborant exactement le même schéma de couleurs qu'en gare aval, soit blanc. C'est ici que le câble y est mis en mouvement grâce à deux moteurs électriques à courant continu montés en série et développant chacun une puissance mécanique de 359 kW. Il est à noter qu'on retrouve à l'avant un rail de stockage pour quelques véhicules ainsi que celui de maintenance.

    Arrivée en gare
    Image

    Dans le ralentisseur
    Image

    La gare aval vue de face avec le rail de stockage à l'avant
    Image

    La gare amont vue de trois quarts
    Image

    La gare amont vue de profil
    Image

    La gare amont vue en partant sur la piste rouge de la Fontaine
    Image

    Vue éloignée
    Image

    La gare amont vue de trois quarts en partant sur le piste rouge de la Sallanglaz
    Image

    La gare amont vue du sommet du téléski de Rochefort
    Image


Sièges et pinces

Le télésiège de la Petite Fontaine est équipé de 141 sièges de type Arceau4 provenant de chez Poma et pouvant accueillir jusqu'à quatre personnes. Il est à noter que depuis 2016, l'assise qui est placée le plus à l'extrême droite a été remplacée par une autre de couleur rouge afin que les débutants puissent facilement identifier leur place.

    Image


Les sièges sont reliés au câble par des pinces de type TB dont le débrayage et l'embrayage sur le câble s'effectuent grâce à un ressort noir s'actionnant en entrée et en sortie de gare au passage d'une came. À noter aussi que ces pinces peuvent être considérées comme auto-dégivrantes puisque le simple fait de comprimer le ressort suffisait à casser le givre.

    Image

    Image


Au cœur du télésiège de la Petite Fontaine

Station tension (1390 mètres d'altitude) :

La station tension du télésiège de la Petite Fontaine est située en gare aval. On retrouve donc au-dessus de la zone d'embarquement et de débarquement tout le matériel permettant le bon fonctionnement de la tension dynamique du câble. Celle-ci est effectuée par deux vérins hydrauliques posés l'un sur l'autre et encageant la poulie retour – tension. Ces derniers sont alimentés par une centrale hydraulique.

    Les galets de redirection du câble vers la poulie qui s'occupent aussi de la prise de mouvement sur le câble
    Image

    Les deux vérins hydrauliques au dessus et en dessous de la poulie
    Image

    Image

    Vue sur la centrale hydraulique
    Image


Les lanceurs et les ralentisseurs sont équipés de poutres à pneus qui sont entraînés par 2 prises de mouvement sur le câble, une côté lanceur et une côté ralentisseur. Les galets de ces dernières entraînent une courroie, qui transmet le mouvement à une boite, puis à des cardans qui vont entraîner les pneus du lanceur ou du ralentisseur. Un jeu de courroies et de poulies de diamètres différents entraine ensuite les pneus de proche en proche et assure une vitesse de rotation croissante ou décroissante. Par ailleurs, un autre cardan transmet le mouvement à un pignon denté placé au centre des voies, puis à une chaîne assurant le trainage des sièges dans le contour à une vitesse inférieure à 1 mètre par seconde.

    Vue générale de la gare aval avec toutes les transmissions de vitesse qui traversent en long, en large et en travers la gare
    Image

    Une prise de rotation sur la poulie motrice
    Image

    Vue sur le contour au fond
    Image

    La poulie de renvoi de la chaîne de trainage côté ralentisseur
    Image

    Une pince vue de dessus dans le contour
    Image

    L'autre poulie de renvoi de la chaîne de trainage côté lanceur
    Image

    Au centre le cardan de renvoi de la vitesse aux pneus des lanceurs et ralentisseurs ayant la plus faible vitesse (fin et début de course) ; à droite l'arbre à plus haute vitesse arrivant de l'entrée des pneus
    Image

    Le passage à travers le fût central avec au-dessus la prise de rotation grise sur la poulie et en dessous la transmission des prises de mouvement sur le câble
    Image


Station motrice (1872 mètres d'altitude) :

La station motrice de l'installation est située en amont du télésiège. Le treuil du télésiège de la Petite Fontaine est composé de deux moteurs électriques ABB à courant continu montés en série développant 359 kW chacun. Les deux moteurs sont reliés ensemble par un arbre rapide, puis le dernier moteur est lui-même relié au réducteur Kissling par un autre arbre rapide sur lequel est posé le frein de service (sur un volant d'inertie). Le réducteur réduit la vitesse donnée par le moteur, et la transmet à la poulie motrice située juste en dessous via un arbre lent. Le treuil dispose également d'un moteur thermique diesel en cas de panne de l'appareil. Ce dernier entraîne un nouvel arbre rapide rentrant dans un petit réducteur accolé au réducteur principal. Une centrale de freins asservit par ailleurs le bon fonctionnement des différents freins de l'installation.

    Vue générale du treuil
    Image

    Image

    Le moteur électrique n°1
    Image

    Image

    Image

    L'arbre rapide entre les deux moteurs
    Image

    Le moteur électrique n°2
    Image

    Vue sur l'arbre rapide avec son volant d'inertie
    Image

    Le frein de service sur son volant d'inertie
    Image

    Le réducteur Kissling
    Image

    Le moteur faisant circuler le lubrifiant dans le réducteur
    Image

    Le moteur thermique de secours avec son arbre rapide en sortie
    Image

    Image

    Le réducteur Kissling et la liaison avec l'abre rapide du moteur thermique
    Image

    Détail sur ce petit réducteur avec un arbre de sortie relié au cardan mettant en mouvement une partie des poutres à pneus (voir paragraphe suivant)
    Image


Les lanceurs et les ralentisseurs fonctionnent de la même façon qu'en gare aval. Ils sont équipés de poutres à pneus qui sont entraînés par 2 prises de mouvement sur le câble, une côté lanceur et une côté ralentisseur. Les galets de ces dernières entraînent une courroie, qui transmet le mouvement à une boite, puis à des cardans qui vont entraîner les pneus du lanceur ou du ralentisseur. Un jeu de courroies et de poulies de diamètres différents entraine ensuite les pneus de proche en proche et assure une vitesse de rotation croissante ou décroissante. Par ailleurs, un autre cardan transmet le mouvement à un pignon denté placé au centre des voies, puis à une chaîne assurant le trainage des sièges dans le contour à une vitesse inférieure à 1 mètre par seconde. La seule différence étant qu'il existe une prise de mouvement faite directement sur l'arbre rapide du treuil de marche normale. Un cardan permet la réduction de vitesse et l'entraînement d'autres arbres beaucoup plus lents que la vitesse d'entrée.

    Vue sur le contour
    Image

    Détail sur une pince dans le contour
    Image

    Vue sur une moitié du lanceur
    Image

    Vue intégrale sur le lanceur
    Image

    Vue sur le ralentisseur
    Image

    La prise de mouvement sur l'arbre rapide du treuil
    Image

    Image

    Le cardan et les arbres de transmission
    Image

    A droite les galets de prise de mouvement et les arbres de transmission
    Image

    Les galets de prise de mouvement faisant également office de redirection du câble vers la poulie motrice
    Image

    L'ensemble des transmissions et cardans
    Image

    Détail sur un cardan
    Image

    Mise en mouvement de la chaîne de trainage du contour
    Image

    Image


Le télésiège de la Petite Fontaine vu depuis les pistes

    Les trois derniers pylônes avec à droite l'Aiguille Croche (2489 m) et derrière le massif du Mont-Blanc (4808 m)
    Image

    La fin de la ligne depuis le début de la piste rouge de la Fontaine avec en arrière plan le massif du Mont-d'Arbois
    Image

    Le pylône 6
    Image

    Du pylône 3 au pylône 5 depuis le piste rouge Scion
    Image

    Le pylône 2 vu de profil
    Image

    La gare aval avec juste derrière le lac de Javen
    Image


Le télésiège de la Petite Fontaine en version estivale

Le télésiège de la Petite Fontaine est également exploité en saison estivale afin de permettre d'une part la desserte de l'espace VTT de Rochebrune et d'autres parts de nombreux itinéraires pédestres face au massif du Mont-Blanc. Accessible directement depuis le lac de Javen, l'ouverture de ce télésiège en 2013 a permis de compléter l'offre touristique de cette base de loisirs (restaurants, balade autour du lac, pêche...).

Techniquement, le télésiège de la Petite Fontaine est exploité différemment à cette saison par rapport à l'hiver. L'appareil tourne en continu au cours de la journée. Cependant, toutes les sièges ne sont en revanche pas accessibles. Certaines lignées de sièges sont laissées vides et d'autres disposent sur leur extrémité du porte vélo. Sur cette lignée de sièges il est possible d'embarquer mais qu'à 3 personnes maximum (le siège côté vélo doit être laissé vide).

Voici sa situation sur le plan des pistes été de Megève :

    Image


Quelques photos du télésiège en exploitation estivale :

    Au niveau du pylône 4
    Image

    Zoom sur un siège avec son porte vélo et le siège enlevé à l'extrémité
    Image

    Retour en arrière sur le P11 au moment du croisement avec le télésiège du Jardin
    Image

    Arrivée sur le P15
    Image

    La gare amont avec la zone de débarquement et celle d'embarquement
    Image


Petite Fontaine, un avenir scellé

Le télésiège de la Petite Fontaine permet de relier les crêtes de Rochebrune à 1872 mètres d'altitude depuis le lac de Javen, et de rejoindre par la suite soit un espace de ski propre soit le secteur de la Côte 2000 via le téléski de Rochefort.
Construit en 1990 par Poma, cet appareil est venu améliorer la liaison avec le Côte 2000 depuis Rochebrune. Cependant, trente ans plus tard, il s'avère que la liaison n'est toujours pas optimale. L'accès à la Côte 2000 est toujours longue avec des appareils anciens et pas toujours très performants. Depuis le rachat de la SEM de Megève par la Compagnie du Mont-Blanc en 2014, le nouvel actionnaire a fait de la restructuration du massif de Rochebrune sa priorité numéro 1. Plusieurs projets sont sortis et le plus optimum a été de supprimer les télésièges de la Petite Fontaine et du Jardin ainsi que les téléskis de Rochefort et des Lanchettes par seulement deux télésièges débrayables six places de quasiment deux kilomètres chacun. Un petit téléski doit également être rajouté pour améliorer le ski propre sur certains secteurs. Ce projet aurait dû être livré et opérationnel pour Noël 2020, mais des problèmes avec des propriétaires de terrains ont bouleversé les travaux. Aujourd'hui encore en 2021 ces procédures sont en cours et en plus avec la saison blanche des stations de ski dû au Covid-19, la SA des Remontées Mécaniques de Megève ne sait toujours pas quand offrir enfin à ses skieurs une toute nouvelle liaison rapide et efficace.

    Le télésiège de la Petite Fontaine, un appareil qui doit être démonté mais quand ?
    Image


Avant de terminer ce reportage je tiens à remercier la SA des Remontées Mécaniques de Megève pour la visite de l'appareil.

J'ib, janvier 2021

Photos : J'ib
Texte, bannière et mise en page : J'ib
Date des photos : 22 février 2012, 15 juillet 2013, 11 février 2015, 10 février 2017 & 13 mars 2020



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :