En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSD4 des Bouquetins

Les Sept Laux

Doppelmayr

T2 ES
Options techniques :
  • Tapis de débarquement
Mise en service en : 1998

Suivre la discussion sur le forum



Auteur de ce reportage : Bovinant
Section écrite le 30/12/2016 et mise à jour le 08/03/2017
(Mise en cache le 05/08/2017)

Je vous présente un reportage sur le télésiège débrayable quatre places des Bouquetins aux Sept Laux :

Image


Au sommaire :

  • Les Sept Laux
  • Historique de l’accès au plateau des Cortillets
  • Rôles et situation du télésiège des Bouquetins
  • Les caractéristiques de l'installation
  • La gare aval
  • La ligne
  • La gare amont
  • Véhicules et pinces
  • Conclusion
  • Crédits et remerciements

Les Sept Laux

Les Sept Laux est un domaine skiable isérois situé dans la chaîne de montagne de Belledonne, à moins d’une heure de Grenoble et de Chambéry. Il est composé de trois stations réparties sur deux versants, Prapoutel et Pipay sur le versant ouest, coté vallée du Grésivaudan et Le Pleynet sur le versant est, coté vallée du Haut-Brédat.

L’aménagement de ces montagnes a débuté dans les années 1970 et aujourd’hui il s’agit d’un des domaines skiables les plus modernes de France. En effet, les quarante-six pistes qui composent ce domaine sont desservies par vingt-et-une remontées mécaniques dont cinq télésièges débrayables et un téléporté débrayable avec sièges et cabines. Celui-ci s’étend entre 1350 mètres et de 2380 mètres d’altitude, de la station de Prapoutel au sommet du Col du Pouta. D’ailleurs, ce col permet d’accéder à la piste noire non damée des Vallons du Pra qui évolue dans un environnement sauvage, à l’écart de tout aménagement. Depuis ce sommet, on peut également admirer un magnifique panorama qui s’ouvre sur l’ensemble de la vallée du Grésivaudan, en s’étalant du Vercors aux Bauges en passant par la Chartreuse. De plus, un snowpark ainsi qu’un boardercross ont été aménagés sur le versant du Pleynet. Il est aussi possible de pratiquer d’autres activités telles que les balades en raquettes ou le ski de fond à Prapoutel comme au Pleynet.

Les Sept Laux dispose également lors de la saison estivale, de pistes de VTT de descente, de chemins de randonnée et propose de nombreuses autres activités.

Image

^^ Cliquez sur le logo pour accéder à une présentation des Sept Laux plus détaillée. ^^


Historique de l’accès au plateau des Cortillets

Le domaine skiable des Sept Laux voit le jour en 1970 avec la création des deux premières stations, Prapoutel et Le Pleynet puis de Pipay un peu plus tard. Cette année-là, sept remontées mécaniques et les pistes correspondantes ont été réalisées, notamment sur le front de neige de la principale porte d’entrée du domaine, Prapoutel. C’est ainsi que plusieurs téléskis et un télésiège ont été installés afin de commencer à développer le domaine skiable des Sept Laux, en Belledonne. Le téléski débrayable du Cortillet est alors construit par Poma afin de rallier le plateau éponyme situé à près de 1600 mètres d’altitude, depuis la station. Dans le but d’atteindre des altitudes plus élevés, Poma installe le télésiège fixe deux places de la Jasse du Dessus qui permettait au départ de Prapoutel d’atteindre l’altitude de 1980 mètres. Les débutants quant à eux, pouvaient profiter de ce nouveau domaine grâce à la construction du téléski débrayable École par Poma sur le front de neige de la station. Un programme d’aménagement visant à agrandir le domaine et à relier les différentes stations entre-elles est alors établi pour les années à venir.

Image
La situation du téléski du Cortillet sur le plan des pistes de la première saison d’exploitation des Sept Laux. On remarque que de nombreux projets sont présentés sur ce plan. Certains n'ont jamais vu le jour comme le développement de la combe de Bédina.


Cependant, le téléski du Cortillet est très fréquenté dès sa première année d’exploitation. C’est ainsi qu’il est doublé en 1972 par un téléski d’un genre identique, livré par le même constructeur. Cela n’a pas empêché ces téléskis d’être toujours empruntés par de très nombreux skieurs. Un troisième téléski débrayable du Cortillet est alors construit en 1973 par Montaz Mautino, parallèle aux deux autres. Chacun des appareils possédait un débit de 900 p/h, ce qui représentait un débit total de 2700 p/h pour les trois installations.

Image
Les gares aval des trois téléskis du Cortillet ainsi que celle du téléski École. On remarque qu’il manque de nombreuses résidences par rapport à aujourd’hui.

Image
Vue sur la ligne de ces trois remontées mécaniques.


Ces téléskis du Cortillet sont d’autant plus importants qu’ils ont permis d’accéder au téléski débrayable de la Grande Jasse, construit par Montaz Mautino en 1973. Ainsi, les skieurs pouvaient accéder au domaine d’altitude sans avoir à emprunter le télésiège de la Jasse du Dessus dont le temps de parcours était très long.

Image
Vue sur le front de neige de Prapoutel avec les trois téléskis du Cortillet, le téléski École ainsi que la gare aval et le début de la ligne du télésiège de la Jasse du Dessus.

Image
Vue sur la gare intermédiaire du télésiège de la Jasse du Dessus. On remarque la gare aval du téléski de Grande Jasse.


Dans les années 1970, la station ne parvient pas à atteindre l'équilibre financier. Il est donc décidé de réaliser un programme immobilier d’envergure qui comprend la création de trois mille cinq cents lits à Prapoutel. Parallèlement à cela, la Société Anonyme des Téléphériques des 7 Laux (SAT7L), qui gérait le domaine est transformée en 1979 en la Société d’Économie Mixte des Téléphériques des 7 Laux (SEMT7L). Cela a eu pour conséquence la réalisation d’un programme de construction de nouvelles remontées mécaniques qui a vu l’installation de seize téléskis et trois télésièges dont deux débrayables. C’est ainsi que le télésiège débrayable trois places du Bouquet est construit en 1980 afin de faciliter l’accès au domaine skiable via le plateau des Cortillets, depuis les nouvelles résidences de Prapoutel. La gare aval de ce téléporté était excentrée par rapport aux autres remontées mécaniques du front de neige telles que les téléskis du Cortillet. En effet, elle était implantée au niveau des bâtiments les plus récents. Ce téléporté a eu pour particularité d’être le premier télésiège débrayable Poma possédant des pinces T ainsi que des gares Delta avec des lanceurs et ralentisseurs à section triangulaire intégrés aux gares.

Image
Vue générale sur la gare aval et le début de ligne du télésiège du Bouquet.


Afin de développer le ski débutant d’altitude, les téléskis du Plan puis de la Source ont été construits par Montaz Mautino, respectivement en 1980 et 1982 sur le plateau des Cortillets. Un nouveau téléski débrayable, celui de la Petite Jasse est installé en 1981, parallèle à la première partie de la ligne du téléski de la Grande Jasse. Il était accessible depuis le sommet du plateau des Cortillets notamment après avoir emprunté les téléskis éponymes. Non loin de là, le téléski de l’Ardoisière est construit par Montaz Mautino afin d’ouvrir de nouvelles pistes en forêt, sur les hauteurs de Prapoutel. Les téléskis du Cortillet et le télésiège du Bouquet sont devenus des appareils stratégiques du front de neige de la station. En effet, ils permettent de desservir un espace débutant ainsi que quelques pistes de ski propre et donnent accès à des remontées mécaniques menant au domaine d’altitude ou à d’autres secteurs.

Image
Vue générale sur le plateau des Cortillets avec au premier plan, la gare amont du téléski de la Source et à l’arrière-plan, la station amont du télésiège du Bouquet.

Image
Le domaine skiable des Sept Laux au début des années 1990. On peut voir au départ de Prapoutel, les trois téléskis du Cortillet, et un peu plus à droite, le télésiège du Bouquet dont la gare aval est située légèrement plus haut.

Image
Le front de neige de Prapoutel, le plateau des Cortillets et les secteurs environnants en 1993.


Après un début des années 1990 compliqué suite à des difficultés financières, l’exploitant décide en 1996 de lancer un vaste programme d’investissement visant à moderniser les remontées mécaniques et à faciliter l’ouverture des pistes avec l’installation d’enneigeurs. Les premiers appareils construits sont notamment les téléskis à enrouleurs du Plan 1 et 2 qui ont permis de développer le domaine débutant sur le plateau des Cortillets. De plus, en cette année 1996, Poma installe le télésiège fixe quatre places du Lac en remplacement du téléski de la Grande Jasse. On voit alors apparaître le début d’une très longue collaboration entre Doppelmayr et l’exploitant. En effet, les deux téléskis d’apprentissage ainsi que toutes les nouvelles remontées mécaniques qui ont été construites depuis, sauf une, l’ont été par ce constructeur.

Image
Le projet de la première phase du plan de modernisation du domaine skiable des Sept Laux. Il comprend notamment la construction des téléskis du Plan et du télésiège du Lac.


En 1998, l’exploitant décide de complètement réorganiser et restructurer l’accès au plateau des Cortillets où un véritable espace débutant avait été aménagé deux ans auparavant. C’est ainsi que les triples téléskis du même nom sont démontés. Ils sont remplacés sur un tracé identique par le télésiège débrayable quatre places Doppelmayr des Bouquetins, moderne, confortable, et plus accessible aux skieurs en phase d’apprentissage. En effet, les anciens appareils ne correspondaient pas à l’image que souhaitait donner l’exploitant à son domaine skiable. Ils occasionnaient d’importantes nuisances sonores sur le front de neige de Prapoutel, à proximité des commerces et logements de la station. Le télésiège des Bouquetins était dès sa première année d’exploitation très prisé par les skieurs souhaitant parvenir au domaine d’altitude puisqu’il donnait accès au télésiège du Lac, construit deux ans plus tôt. L’interminable télésiège de la Jasse du Dessus devient alors peu fréquenté. De plus, le télésiège du Bouquet connaissait d’importantes difficultés d’exploitations et subissait fréquemment des pannes puisqu’il s’agissait d’un télésiège débrayable prototype. Ce téléporté a donc également été démonté et un nouveau téléski, celui de la Marmotte a été construit par Dopplemayr sur le même tracé.

Image
Le télésiège des Bouquetins lors de ses premières années d’exploitation. Le télésiège de la Jasse du Dessus était alors encore en place.


Cette année 1998, voit également la modernisation de l’espace débutant du front de neige de Prapoutel. En effet, le téléski École est démonté et remplacé sur un tracé identique par le téléski à enrouleurs Doppelmayr des P’tits Loups.

Image
Vue de nos jours sur la ligne du téléski des P’tits Loups.


En 2001, le télésiège de la Jasse du Dessus, si redouté par les skieurs pour son temps de parcours extrêmement long est remplacé par un télésiège débrayable six places, moderne, confortable et possédant un débit élevé, les Chamois. Ce téléporté est comme une grande majorité des remontées mécaniques des Sept Laux, issu de Doppelmayr. Le télésiège des Bouquetins a alors vu sa fréquentation baisser légèrement. En effet, le nouveau téléporté a permis de parvenir efficacement et rapidement au domaine d’altitude puisqu’il n’était plus nécessaire de prendre deux télésièges : celui des Bouquetins puis du Lac pour éviter l’interminable télésiège de la Jasse du Dessus. Le téléski de la Petite Jasse étant devenu inutile, il est démonté cette même année.

Image
Vue en plongée sur la gare aval du télésiège des Chamois aujourd’hui. (cliquez sur l’image pour accéder au reportage)


En 2002, le téléski de la Marmotte est démonté puis 3 ans plus tard, en 2005 certains éléments de cet appareil sont réutilisés pour construire l’actuel téléski à enrouleurs de la Piscine. Cette installation permet aux skieurs logeant dans les résidences de Prapoutel de rejoindre le domaine skiable en cas de forte fréquentation du télésiège des Bouquetins. Elle possède une gare amont située à une altitude plus basse que son prédécesseur. Cependant, cette remontée mécanique n’est que très rarement ouverte.

Image
Le front de neige de Prapoutel, le plateau des Cortillets et les secteurs environnants de nos jours.


Rôles et situation du télésiège des Bouquetins

Le télésiège des Bouquetins est principalement emprunté par les débutants. En effet, cet appareil dessert notamment des pistes faciles ainsi que le plateau des Cortillets, un espace calme, propice à l’apprentissage du ski grâce aux téléskis du Plan.

De plus, ce téléporté est très fréquenté le matin, lorsque les skieurs souhaitent débuter leur journée. En effet, il est facilement accessible depuis les parkings de Prapoutel et skis aux pieds depuis les résidences de la station. En revanche, le télésiège des Chamois nécessite quant à lui d’emprunter un tapis avant d’atteindre sa gare aval.

Cette installation donne également accès via une piste au télésiège du Lac, toutefois peu souvent ouvert. Ce dernier permet en cas de forte fréquentation du télésiège des Chamois d’accéder au domaine d’altitude et notamment au télésiège du Gypaète. De plus, il est possible avec le télésiège des Bouquetins d’atteindre le secteur de l’Ardoisière, peu fréquenté et offrant des pistes intéressantes en forêt. En revanche, le téléski éponyme qui permet de parvenir sur cette partie excentrée du domaine skiable est rarement ouvert. Cependant, le télésiège des Bouquetins est assez court et ne dessert que peu de ski propre. Les skieurs expérimentés préfèrent donc emprunter le télésiège des Chamois dont le sommet est le départ de plusieurs relativement longues pistes rouges.

Cet appareil est aussi accessible aux piétons qui l’utilisent pour effectuer des balades sur le plateau des Cortillets ou pour profiter du restaurant d’altitude et de la magnifique vue que propose ce plateau. Par conséquent, cette installation est aussi utilisée à la descente pour que les piétons ou les enfants fatigués puissent regagner la station.

Enfin, le télésiège des Bouquetins dessert le stade de slalom du domaine skiable, il est donc utilisé par des clubs de compétition et l’ESF.

Le télésiège des Bouquetins dessert principalement et directement cinq pistes dont quatre sont équipées d’enneigeurs :

  • La Souchette, une piste verte de retour station. Située dans la continuité de la piste de la Clapierre, elle permet aux skieurs notamment en fin de journée de regagner leur résidence de Prapoutel. Le télésiège des Bouquetins dessert uniquement la fin de cette piste. Elle donne aussi accès au téléski de l’Ardoisière quand celui-ci est ouvert. De plus, elle permet aux skieurs ayant descendu la piste de la Combe de Bédina de rejoindre la station afin de pouvoir remonter sur le domaine d’altitude en empruntant le télésiège des Chamois par exemple. Enfin, cette piste verte est appréciée des débutants car elle constitue la seule longue piste d’apprentissage du domaine skiable.
  • La Chanterelle, une piste verte de retour station et de liaison entre les trois stations qui composent le domaine skiable des Sept Laux : Prapoutel, Le Pleynet et Pipay. Elle est principalement utilisée par les skieurs peu expérimentés souhaitant découvrir le domaine avec l’itinéraire de l’Écureuil ou bien par les personnes souhaitant regagner le parking de Prapoutel après une journée de ski. Le télésiège ne donne accès qu’à la fin de cette piste via celle de la Russule.
  • La Russule, une piste bleue qui permet de parvenir au télésiège du Lac quand celui-ci est ouvert. Elle permet également de rejoindre la gare aval du télésiège des Chamois après avoir emprunté la piste de la Chanterelle.
  • L'Ardoisière, une courte piste rouge. Elle permet aux skieurs plus expérimentés de regagner plus rapidement les résidences de Prapoutel sans avoir à emprunter la piste verte de la Souchette dans son ensemble.
  • Le Bolet, une piste rouge souvent bosselée. Il s’agit de la seule véritable piste de ski propre desservi par le télésiège des Bouquetins. Cette courte piste permet de débuter la journée avant d’en enchaîner des plus difficiles et plus longues comme celles desservies par le télésiège du Gypaète. Elle offre un magnifique panorama sur la vallée du Grésivaudan.

Image
La situation du télésiège des Bouquetins par rapport à l'ensemble du domaine skiable des Sept Laux.


Image
Gros plan sur cet appareil ainsi que les pistes qu’il dessert.


Le télésiège des Bouquetins est également ouvert durant la saison estivale. Il permet alors de desservir des pistes de VTT de descente de tous niveaux. Cette installation, contrairement au télésiège des Chamois dessert des pistes plus roulantes et plus accessibles aux débutants. Ce téléporté est donc adapté à tous ceux souhaitant s’initier au VTT. Il est aussi accessible aux piétons qui peuvent rejoindre des départs de randonnées depuis le plateau des Cortillets. Par conséquent, cette installation est aussi utilisée à la descente pour que ces personnes puissent regagner la station.

La télésiège des Bouquetins dessert principalement et directement quatre pistes :

  • L'Or'Angina
  • La Bel Dina
  • Les Cortillets
  • La Chèvre Shore

Image
La situation du télésiège des Bouquetins par rapport à l'ensemble du domaine de VTT des Sept Laux


Les caractéristiques de l’installation

Caractéristiques administratives

  • TSD – Télésiège à pinces débrayables : Bouquetins
  • Exploitant : SEMT7L
  • Constructeur : Doppelmayr
  • Maître d’œuvre : MDP
  • Installation électrique : SEIREL
  • Année de construction : 1998
Caractéristiques d’exploitation

  • Saison d'exploitation : Hiver - Eté
  • Capacité : 4 places
  • Débit à la montée : 2400 p/h
  • Débit à la descente : 1200 p/h
  • Vitesse d'exploitation maximale : 4,5 m/s
  • Sens de montée : Droite
Caractéristiques géométriques

  • Altitude aval : 1330 m
  • Altitude amont : 1568 m
  • Dénivelée : 238 m
  • Longueur développée : 767 m
  • Longueur horizontale : 730 m
  • Portée maximale : 125 m
  • Survol maximal : 14 m
  • Pente maximale : 65,68 %
  • Pente moyenne : 32,6 %
  • Temps de trajet : Environ 2 min 50 s
Caractéristiques des gares

  • Emplacement motrice : Amont
  • Type de motorisation : Courant continu
  • Puissance développée : 243 kW
  • Emplacement tension : Amont
  • Type de tension : Hydraulique
  • Nombre de vérins : 2
  • Tension nominale : 30 120 daN
  • Pression nominale : 173 bars
  • Type d’embarquement : Tangentiel
  • Type de débarquement : Dans l’axe de la ligne
  • Tapis de débarquement : Oui
Caractéristiques de la ligne

  • Nombre de pylônes : 10
  • Type de sièges : Doppelmayr 4E98FMV
  • Dispositif d'anti-sous-marinage : Oui (sur chaque place)
  • Nombre de sièges : 63
  • Espacement : 27 m
  • Dispositif d'accouplement : Pince débrayable ET106
Caractéristiques du câble

  • Année de fabrication : 1998
  • Fabricant : Trefileurope
  • Diamètre : 40,50 mm
  • Composition : 6x7 fils
  • Type d'âme : Compacte
  • Résistance à la rupture : 113 800 daN

La gare aval

Présentation générale

La gare aval du télésiège des Bouquetins est implantée à 1330 mètres d'altitude sur le front de neige de Prapoutel, à proximité des gares aval du téléski des P'tits Loups et du télésiège des Chamois. Elle se situe à proximité du bâtiment principal de la station qui regroupe notamment les caisses de forfait, une salle hors-sac et l'office de tourisme. Elle est ainsi accessible skis aux pieds aux personnes logeant dans les résidences de la station, via la piste verte de la Souchette. Il est également facile d'y parvenir pour les skieurs arrivant du parking journée de Prapoutel.

La gare aval du téléporté est compacte et ses lanceurs sont relativement courts. Elle est en retour fixe afin d'éviter les nuisances sonores de la motorisation pour les skieurs logeant dans les résidences de la station. La poulie est apparente et à la largeur de la voie. L'embarquement s'effectue dans le contour et est tangentiel. Le contour n'est pas tout à fait circulaire mais rectiligne au milieu, contrairement aux autres télésièges de cette génération. Ainsi les sièges sont animés d’un mouvement de translation, ce qui rend l’embarquement plus confortable et plus facile notamment pour les débutants qui empruntent en grand nombre cet appareil.

Image
Vue générale sur le front de neige de Prapoutel avec le départ du télésiège des Bouquetins sur la gauche et des Chamois sur la droite. Le massif de la Chartreuse domine l'arrière-plan.

Image
La gare aval dans son environnement vue depuis la fin de la piste de la Chanterelle. A côté, on remarque la gare aval du téléski des P'tits Loups. A l'arrière-plan, on peut admirer, Chamechaude (à gauche) et la Dent de Crolles (au centre) culminant respectivement à 2082 et 2062 mètres d'altitude.

Image
Vue générale sur la gare aval depuis l'arrivée de cette piste verte.

Image
Vue de trois quarts depuis les abords du téléski des P'tits Loups.

Image
Vue de côté.

Image
Vue rapprochée.

Image
La gare aval dans son environnement mais vue du côté opposé, depuis la fin de la piste de la Souchette. A l'arrière-plan, on distingue Pipay en lisière de forêt.

Image
Vue générale depuis l'arrivée de cette piste.

Image
Vue de trois quarts.

Image
Vue de face sur l'arrière de la gare aval du télésiège des Bouquetins.

Image
La file d'attente et le panneau d'information de l'appareil.

Image
Comme pour un certain nombre d'autres remontées mécaniques des Sept Laux, une sculpture en bois représente l'appareil, ici un bouquetin.

Image
La poulie retour fixe du télésiège.

Image
Les portillons de cadencement.

Image
La zone d'embarquement.

Image
Dans le lanceur. C'est parti !


La ligne

La ligne du télésiège des Bouquetins parcourt 767 mètres de longueur pour 238 mètres de dénivelé afin de rallier le plateau des Cortillets, situé à 1568 mètres d'altitude.

Dans un premier temps, la ligne est peu pentue de la gare aval jusqu'au pylône 4. On longe alors l'espace débutant du front de neige de Prapoutel, desservi par le téléski des P'tits Loups. L’ouvrage 4 imprime une montée en forêt relativement importante au téléporté. Elle est régulière jusqu'au pylône 9. Durant ces portées, le télésiège atteint sa pente maximale de 65,68 %. L'ouvrage 9 redresse la ligne avant l'arrivée sur le plateau des Cortillets. Après une courte montée d'environ 2 minutes et 50 secondes, on quitte la forêt pour atteindre la gare amont.

Cette installation comporte 10 pylônes tubulaires dont 2 compressions et 8 supports, équipés ainsi :

  • P1 : 12C/12C
  • P2 : 6S/6S
  • P3 : 4S/4S
  • P4 : 8C/8C
  • P5 : 4S/4S
  • P6 : 6S/6S
  • P7 : 6S/6S
  • P8 : 6S/6S
  • P9 : 8S/8S
  • P10 : 8S/8S

Image
Vue sur la ligne depuis la file d'attente de la gare aval.

Image
Vue arrière sur le pylône 1. En avant sur la ligne !

Image
La portée vers le pylône 2.

Image
Le P2. On longe la ligne du téléski des P'tits Loups.

Image
La tête du pylône 2.

Image
Vue arrière sur le début de la ligne avec la vallée du Grésivaudan en toile de fond.

Image
Le P3.

Image
Le P4. On remarque la zone de lâcher puis la gare amont du téléski des P'tits Loups sur la gauche.

Image
Le P5.

Image
La portée vers le pylône 6.

Image
Le P6.

Image
La portée vers le pylône 7.

Image
Le P7.

Image
Le P8.

Image
La portée vers le pylône 9. On aperçoit déjà la gare amont.

Image
Le P9. Il redresse la ligne avant l'arrivée sur le plateau des Cortillets.

Image
La portée vers le pylône 10. On remarque le stade de slalom du domaine skiable des Sept Laux sur la droite. La Dent de Bédina culminant à 2430 mètres d'altitude, domine l'arrière-plan.

Image
Le P10.


La gare amont

Image
La zone de débarquement.


Présentation générale

La gare amont du télésiège des Bouquetins est implantée à 1568 mètres d'altitude au niveau du plateau des Cortillets. Elle se situe ainsi à proximité de l'espace débutant d'altitude de la station, desservi par les téléskis du Plan.

La gare amont du téléporté est compacte et ses lanceurs sont relativement courts. Il s'agit de la station motrice et tension de l’installation. Le treuil est placé sur un lorry qui est mis en tension à l'aide de deux vérins hydrauliques. Le câble est entraîné grâce à un moteur électrique à courant continu qui développe une puissance de 243 kW. Elle dispose d'un rail de stockage des sièges qui est utilisable à tout moment. Il est ainsi possible de décycler une partie des véhicules pendant un certain temps. Enfin, la gare comporte également une zone de maintenance qui permet de contrôler le bon fonctionnement des pinces. A noter qu'une fosse est placée sous le lanceur afin d’entreposer des lests permettant d’effectuer les essais en charge des sièges. A noter qu’un tapis a été ajouté en 2016 afin de faciliter le débarquement notamment des enfants et des débutants.

Image
La gare amont dans son environnement vue depuis la partie bleue de la piste de la Souchette.

Image
Vue de trois quarts sur l'aire de débarquement.

Image
Vue de face de l'arrière de la gare.

Image
Vue de trois quarts avec la zone d’embarquement et les portillons de cadencement.

Image
Le rail de stockage des sièges et la zone de maintenance des pinces.

Image
Vue générale

Image
La station amont du télésiège des Bouquetins vue depuis le départ de la piste de la Russule.

Image
Vue de la gare en partant vers la piste du Bolet.

Image
Vue en contre-plongée

Image
Idem mais vue depuis le côté opposé.


Véhicules et pinces

La télésiège des Bouquetins était initialement équipé de sièges 4 places 4E95. Conscient de la vocation débutante de cet appareil, l’exploitant a décidé en 2013 de remplacer les sièges d’origine par des 4E98FMV, plus confortables et plus sécuritaires. Ces derniers présentent des assises bicolores oranges et noires afin de faciliter le placement des débutants sur les sièges en gare aval. Ils disposent aussi de repose-skis individuels, de séparateurs entre chaque place ainsi que de dispositifs d'anti-sous-marinage qui permettent d'éviter que les jeunes enfants ne tombent des sièges. Les véhicules sont reliés au câble par l’intermédiaire de pinces débrayables ET106.

Image
Un siège 4E98FMV en ligne.

Image
Une assise.

Image
Les dispositifs d'anti-sous-marinage et les repose-skis individuels.

Image
Vue sur une pince et sa suspente depuis un siège.

Image
La pince débrayable ET106.


Conclusion

Construit en 1998, le télésiège des Bouquetins fait partie des installations réalisées dans le cadre du plan de modernisation et de restructuration du domaine skiable des Sept Laux, débuté en 1996 et achevé en 2014. Ce téléporté a permis d’améliorer et de faciliter l’accès au plateau des Cortillets qui a été aménagé en un véritable espace débutant en 1996. Ainsi, ce sont principalement les skieurs en phase d’apprentissage qui empruntent cet appareil. L’exploitant ayant bien compris ce rôle, une modernisation des sièges a été effectuée en 2013 et un tapis de débarquement a été ajouté en 2016. Cette installation a donc encore de beaux jours devant elle puisqu’elle correspond aux attentes des skieurs en terme de confort et de sécurité, et dispose d’un débit suffisant même si ce téléporté est souvent assez fréquenté. Enfin, toujours dans une vocation débutante, le télésiège des Bouquetins est utilisé lors de la saison estivale afin de desservir des pistes de tous niveaux et notamment les pistes faciles du domaine de VTT de descente des Sept Laux.

Image


Crédits et remerciements

Je tiens à remercier JPJP ainsi que l’office du tourisme des Sept Laux pour leur mise à disposition d’anciens plans des pistes, Guigui74 pour ses archives et remontees pour ses relectures et corrections.

Photographies : Bovinant
Date des prises de vues : 26 mars 2016
Graphisme et bannière : Bovinant
Texte : Bovinant
Relecture et corrections : remontees



2017 - Bovinant - www.remontees-mecaniques.net



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :