En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSD4 des Crêtes

Les Deux Alpes

Poma

T2 HS
Description rapide :
Télésiège de la gamme Oméga traversant l'ensemble du plateau des Crêtes. Remplacé en 2019 par un télésiège débrayable 8 places de récupération.

Année de construction : 1993
Fin de service en : 2019

Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 20/04/2019 et mise à jour le 26/04/2019
(Mise en cache le 26/04/2019)

Image



Au sommaire du reportage :

  • Les Deux Alpes
  • Historique : l'aménagement du plateau des Crêtes
  • Crêtes, desserte du plateau d'altitude des Deux Alpes
  • Ligne et infrastructures du télésiège des Crêtes
  • Crêtes, un télésiège vieillissant



Les Deux Alpes

Les Deux Alpes est un domaine skiable situé dans l'Oisans en Isère. Il est implanté sur les alpages de deux villages : Venosc, coté vallée du Vénéon et Mont-de-Lans, coté vallée de la Romanche.

L'aménagement des Deux Alpes débute dès 1938 à l'Alpe de Mont-de-Lans avec la construction d'un premier téléski. En 1946, la commune voisine de Venosc réalise à l'Alpe éponyme, un téléski. La création des Deux Alpes, résulte de l'unification des domaines aménagés par les deux communes dans les années 1950. C'est d'ailleurs durant ces années que le domaine skiable connaît ses premières extensions. Pendant celles-ci, l'exploitant a d'abord aménagé les pentes situées en aval du plateau des Crêtes, puis dans les années 1970, le glacier de Mont-de-Lans est atteint puis équipé avec dans un premier temps, les téléskis de Puy-Salié. À plus de 3100 mètres d'altitude, ces aménagements marquent le début de l'exploitation du ski d'été. C'est notamment grâce à ce glacier que le domaine des Deux Alpes connaît une importante renommée. On notera en 1985, la construction des célèbres DMC du Jandri Express 1 et 2 qui ont permis d'assurer un meilleur accès au secteur d'altitude. Depuis les années 1990, le domaine skiable se modernise avec le remplacement d'installations vieillissantes comme la télécabine du Diable en 2012 par un télésiège débrayable.

De nos jours, le domaine skiable des Deux Alpes s’étend entre 1280 et 3515 mètres d'altitude, du village de Mont-de-Lans au sommet de la crête de Puy Salié, sous le dôme de la Lauze, en bordure du glacier de la Girose. Ce domaine se compose de 89 pistes qui totalisent environ 140 km. Cet espace est desservi par un important parc de remontées mécaniques.
Les Deux Alpes propose également lors de la saison estivale de nombreuses activités telles que du VTT de descente sur des pistes aménagées, de la randonnée ainsi qu'un important domaine de ski d'été sur le glacier de Mont-de-Lans (ou de Mantel).

Image
^^ Cliquez sur le logo pour accéder à une présentation des Deux Alpes plus détaillée. ^^



Historique : l'aménagement du plateau des Crêtes

En parallèle de l'aménagement du secteur Vallée Blanche/Pied Moutet, débuté en 1938, il est décidé d'aménager le versant opposé. En 1955, la télévoiture du Diable permet un premier accès au plateau des Crêtes depuis l'Alpe de Vénosc. En 1960, un second accès est aménagé avec la construction du téléski de la Belle Étoile, très long et raide, réputé pour malmener les jambes des skieurs. Un an plus tard, le téléski des Crêtes permet de relier les arrivées du téléski de la Belle Étoile et de la télévoiture du Diable. C'est le premier appareil du « versant principal » de la station desservant des pistes d'altitude plus faciles que les pistes raides surplombant la station sur les pentes de la Belle Étoile et du Diable.
Le téléski de la Belle Étoile est complété par le télésiège des Lutins-Crêtes en 1966. Il suivait un tracé similaire à celui de l'actuelle télécabine des Œufs Blancs. Le télésiège de la Séa, construit en 1968, parachève l’aménagement du plateau des Crêtes en reliant l'arrivée du télésiège des Lutins-Crêtes et de la télévoiture du Diable. Il dessert efficacement l'ensemble des pistes du secteur.
Le télésiège de la Séa été construit avec une gare intermédiaire au sommet de la pente principale de la piste des Crêtes, non loin de l'arrivée du téléski homonyme, afin d'éviter le schuss entre l'arrivée de la télévoiture du Diable et le véritable départ de la piste.

Image
Le télésiège des Lutins-Crêtes avec une partie du téléski de la Belle Étoile plus à gauche (D.R.).

Image
La ligne du téléski des Crêtes (D.R., collection monchu).

Image
La ligne du télésiège de la Séa (D.R., collection monchu).

Image
La ligne du télésiège de la Séa, l'arrivée du télésiège des Lutins-Crêtes et, plus loin, la gare amont de type « poulie flottante » du téléski de la Belle Étoile (D.R., collection monchu).

Avec la construction du téléphérique automoteur du Lac Noir (renommé Jandri) en 1970, le plateau des Crêtes est devenu un passage obligé du domaine skiable pour rejoindre les pistes d'altitude à la Toura. En 1972, ce téléphérique est doublé par le télésiège du Grand Nord, accessible depuis les sommets de la télévoiture du Diable et du télésiège de la Séa. On notera également que c'est l'année de la construction de la télécabine du Jandri 3, dernier maillon pour accéder au pied du glacier du Mont de Lans à 3200 mètres d'altitude, ainsi que du télésiège fixe 2 places de la Rouge par Weber, nouvel ascenseur vers le plateau des Crêtes partant à mi-chemin entre le télésiège des Lutins-Crêtes et la télévoiture du Diable.
L'année suivante est consacrée à l'amélioration du parc de remontées mécaniques. La télévoiture du Diable est remplacée par une télécabine 4 places Poma tandis que le télésiège fixe des Lutins-Crêtes est remplacé par une télécabine du même modèle. Suite à l'accident du téléphérique automoteur, le constructeur italien Ceretti & Tanfani est chargé de la construction d'un nouveau téléphérique à va-et-vient.

Avec la croissance de la fréquentation de skieurs, en particulier de niveau moyen, qui trouvent sur le plateau des Crêtes des pistes ensoleillées, bien enneigées et plus faciles que sur le front de neige de la station, les remontées mécaniques du plateau des Crêtes saturaient de plus en plus rapidement. C'est ainsi que le télésiège des Petites Crêtes (ou de la Petite Crête sur certains plans des pistes des années 1970/1980) a été construit par Montaz-Mautino en 1977. Il partait dans les environs du télésiège débrayable des Crêtes tel qu'il a existé entre 1993 et 2019 et s'arrêtait au pied de la pente maximale de la piste des Crêtes. Dans le même temps, ce même constructeur a installé le télésiège du Grand Diable dans le prolongement de la télécabine du Diable afin d'atteindre le sommet de Tête Moute. Ce télésiège a permis de créer une seconde liaison vers le secteur de la Toura.

Image
Le plan des pistes des Deux Alpes en 1980 (D.R.).
Pour s'y retrouver : n°29 (télésiège de la Rouge), n°30 (télésiège des Lutins-Crêtes), n°31 (téléski de la Belle Étoile), n°32 (télécabine du Jandri 1), n°35 (téléski des Crêtes), n°36 (télésiège de la Petite Crête), n°37 (télésiège de la Séa).


Image
Croisement entre les lignes du téléski des Crêtes et du télésiège des Lutins-Crêtes (photo prise durant l'hiver 1983).

Image
Les gares du télésiège des Lutins-Crêtes (à gauche) et du télésiège de la Séa (à droite) après la construction de la télécabine du Jandri 1, renommée « Œufs Blancs » dans les années 2000 (D.R., collection monchu).

Image
Le téléski des Crêtes et la télécabine du Jandri 1 au premier plan, l'arrivée du télésiège des Lutins-Crêtes (sur la gauche) et le départ du télésiège de la Séa (sur la droite). Photo prise durant l'hiver 1983.

Image
Le plateau des Crêtes en 1983. On peut voir la ligne du téléski des Crêtes, le télésiège de la Séa plus à droite ainsi que la fin de la ligne de la télécabine du Jandri 1, suivie derrière de la gare amont du télésiège des Lutins-Crêtes et, encore plus loin, de la poulie flottante du téléski de la Belle Étoile.

Image
La gare aval du télésiège des Petites Crêtes, ou de la Petite Crête suivant les plans des pistes de l'époque (cliquez sur la photo pour afficher le reportage sur cette installation). On remarque la ligne du téléski des Crêtes sur la gauche.

Image
Autre vue depuis la pistes des Crêtes en 1983. Cette fois-ci, on peut apercevoir sur notre gauche la ligne du télésiège des Petites Crêtes et la ligne du téléski des Crêtes sur la droite. On peut toujours distinguer la fin des lignes de la télécabine du Jandri, du télésiège des Lutins-Crêtes et du téléski de la Belle Étoile.

Dans les années qui suivent, plusieurs téléskis et télésièges reliant le front de neige au plateau des Crêtes sont démontés ou remplacés. Enfin, le téléski des Crêtes, vieillissant, long, et assez difficile, a été remplacé durant l'été 1993 par un télésiège débrayable 4 places rapide et offrant un débit très important pour l'époque de plus de 2800 personnes/heure. Ce nouvel appareil présente l'avantage de desservir efficacement et rapidement l'ensemble du plateau des Crêtes tout en donnant accès aux télésièges du Grand Nord et du Grand Diable afin d'atteindre la Toura.

Le télésiège des Petites Crêtes a finalement été remplacé par un tapis roulant sur un tracé plus court en 2012, en même temps que le remplacement de l'historique télécabine 4 places du Diable par un télésiège débrayable 6 places. Enfin, une nouvelle piste bleue a été construite pour le retour station vers les Deux Alpes : la Jandri 1. Elle permet à la majorité des skieurs de pouvoir redescendre facilement tout en évitant l'étroit chemin des Demoiselles ou d'emprunter les redoutables pistes noires du Diable et de la Valentin.
Enfin, en 2019, il a été décidé de déplacer le premier tronçon du télésiège des Glaciers 1 afin de remplacer le télésiège des Crêtes. Le but est d'augmenter le débit et le confort de cet axe stratégique du domaine skiable.

Image
La gare aval du télésiège des Glaciers 1, déplacé afin de remplacer le télésiège des Crêtes (cliquez sur la photo pour afficher le reportage).



Crêtes, desserte du plateau d'altitude des Deux Alpes

Le télésiège des Crêtes est l'axe essentiel du secteur d'altitude du plateau des Crêtes. Accessible depuis le centre des Deux Alpes par la télécabine du Jandri 1 et le télésiège de la Belle Étoile, ou encore depuis 1800 par le télésiège du Village 1800, il dessert l'ensemble des pistes du plateau des Crêtes, qui sont très adaptées pour les débutants et les skieurs de niveau moyen. Ce sont les premières pistes faciles d'altitude de niveau accessible à tous. Bien enneigées toute la saison, elles sont plébiscitées par tous, y compris par les écoles de ski qui installent souvent leur stade de slalom le long du mur principal de la piste bleue des Crêtes.
Le télésiège débrayable des Crêtes donne aussi accès à des appareils spécialement destinés aux débutants tels que le tapis roulant débutant des Petites Crêtes et le téléski des Ancontres.

D'autre part, le télésiège des Crêtes joue un rôle important de liaison. Il donne en effet accès au télésiège de Bellecombe par la piste bleue Bellecombe 1, qui permet ensuite de rejoindre la Toura, le Glacier et le secteur de la Fée. Il donne aussi accès à la combe du Thuit, au secteur du Diable et au télésiège du Super Diable, qui outre le fait qu'il desserve du ski propre, assure également la liaison vers la Toura, de la même manière que le télésiège de Bellecombe via la piste bleue Accès Toura 2600.

Ce téléporté dessert les pistes suivantes :

  • Les Petites Crêtes, une piste facile qui permet de rejoindre le télésiège du Super Diable, appareil offrant autant du ski propre de qualité qu'une liaison secondaire pratique vers les secteurs d'altitude gravitant autour de la Toura. S'ensuit un chemin le long de la ligne du télésiège avant de rejoindre les abords du tapis roulant des Petites Crêtes. Elle donne ensuite accès à la piste du Jandri 1, puis aux pistes Valentin et Demoiselles, offrant des retours vers la station de tous niveaux.
  • Les Crêtes, une piste un peu plus engagée qui commence tranquillement avant de plonger sur une partie plus raide et très large. Elle rejoint ensuite la piste des Petites Crêtes au niveau du départ de la piste du Jandri 1 et donne accès aux mêmes pistes de retour vers les Deux Alpes. Depuis la piste des Crêtes, on peut également accéder par gravité au téléski débutant des Ancontres, à la télécabine du Jandri 1 pour redescendre aux Deux Alpes ou encore aux pistes Accès Thuit-Crêtes et Thuit 4 en direction de la combe du Thuit. Il est ensuite possible de remonter en haut du télésiège des Crêtes grâce au télésiège du Thuit ou revenir au plateau des Crêtes par le télésiège du Thuit-Crêtes.
  • Les Bellecombe 1, piste de liaison vers le télésiège de Bellecombe, qui permet ensuite de rejoindre la Toura ainsi que les secteurs de la Fée et du Glacier. C'est donc une piste stratégique. Elle donne aussi accès aux pistes Thuit 2 et Thuit 3, belles descentes à travers la combe du Thuit, ainsi que la partie basse de la piste Jandri 2 pour les retours vers le plateau des Crêtes.
  • Les Vallons du Diable, piste rouge très agréable, à l'écart du domaine skiable, offrant une très belle vue sur la Roche de la Muzelle et la vallée du Vénéon. Elle permet le retour vers le front de neige des Deux Alpes côté Diable.
  • Diable 1, piste noire mythique de la station. Raide, longue, et difficile, en particulier lorsqu'elle est bosselée, elle évolue sous la ligne du télésiège du Diable et constitue une descente d'anthologie. Elle permet de redescendre au front de neige des Deux Alpes et au télésiège du Diable.
  • Diable 2, variante du Diable 1, elle est moins fréquentée et plus « secrète ».


Image
Situation du télésiège des Crêtes sur le plan des pistes des Deux Alpes (plan Kaliblue).

Le télésiège des Crêtes est un illustre représentant de la gamme Oméga, ayant permis à Poma de proposer des télésièges débrayables 4 places à haut débit basés sur la technologie de la pince TB, tout comme les télésièges Alpha Évolutifs. C'est un modèle de gare compacte (contrairement aux gammes précédentes qu'étaient les gares Alpha Évolutives et Performant) et discrète montée sur un massif en « Z ». Les gares étant assez courtes, les sièges accélèrent très vite ce qui entraîne un temps d'embarquement particulièrement court. Autre particularité importante de ce modèle de télésiège : pour les gares tensions, c'est l'ensemble de la structure qui est déplacée d'avant en arrière via le vérin : seul le massif en béton et la structure comprenant le vérin et le cadre du lorry restent fixes par rapport au sol.
Pour l'anecdote, 10 sièges ont été enlevés de l'appareil en 2014.

Voici les caractéristiques techniques du télésiège des Crêtes :

Caractéristiques administratives

TSD–Télésiège à pinces débrayables : CRÊTES
Maître d'œuvre : TIM
Exploitant : DAL (Deux Alpes Loisirs)
Constructeur : POMA
Année de construction : 1993
Année de démontage : 2019

Caractéristiques d’exploitation

Saison d’exploitation : Hiver
Capacité : 4 personnes
Vitesse : 5 m/s
Débit à la montée : 2880 personnes/heure (100 %)
Débit à la descente : 0 personne/heure (0 %)
Sens de montée : Par la droite

Caractéristiques géométriques

Altitude gare aval : 2100 m
Altitude gare amont : 2390 m
Dénivelé : 290 m
Longueur développée : 1689 m
Longueur horizontale : 1670 m
Portée maximale : 187 m
Survol maximal : 21 m
Pente moyenne : 17,37 %
Pente maximale : 46 %
Temps de montée : 5 minutes 38 secondes

Caractéristiques techniques

Type de gares : OMÉGA
Station tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Tension nominale : 10 750 daN
Pression nominale : 143 bars
Station motrice : Amont
Type de motorisation : Continu
Puissance développée : 408 kW
Nombre de pylônes : 20
Type de véhicules : Arceau 4 places
Nombre de sièges : 121
Dispositif d'accouplement : Pince débrayable TB

Caractéristiques du câble

Fabricant du câble : BRIDON ROPES LIMITED
Diamètre : 40,5 mm
Âme : Compacte
Composition : 6×17 fils
Résistance à la rupture : 120 626 daN
Section du câble : 647,52 mm²
Section du toron : 107,92 mm²
Pas de câblage : 305 mm
Pas de toronage : 120 mm


Ligne et infrastructures du télésiège des Crêtes

La gare aval

La gare aval du télésiège des Crêtes est implantée à 2100 mètres d'altitude, en contrebas du nœud composé des arrivées du télésiège du Village 1800 et de la télécabine des Œufs Blancs. On y accède en suivant le début de la piste verte des Demoiselles ou via un petit chemin assez étroit et fréquenté le long de la gare.

Au niveau technique, il s'agit d'une gare Oméga à couverture complète assurant la tension dynamique du câble. Particularité de la gamme Oméga, pour tendre le câble, c'est l'ensemble de la gare qui bouge sur le massif qui la soutient.

Image
Vue d'ensemble de la gare aval en arrivant depuis le plateau des Crêtes.

Image
Vue en plongée depuis le début de la piste verte des Demoiselles.

Image
Vue d'ensemble de la plate-forme de départ du télésiège.

Image
Vue de trois quarts avec le pylône 1 face au massif de Belledonne.

Image
Avec le télésiège du Village 1800 et le secteur de la Vallée Blanche à l'arrière-plan.

Image
Vue rapprochée.

Image
Vue de trois quarts.

Image
D'un peu plus loin.

Image
Vue d'ensemble de la plate-forme abritant la gare aval du télésiège.

Image
Vue de côté de la gare depuis le télésiège du Village 1800.

Image
Vue de trois quarts.

Image
Vue de face.

Image
Les portillons de cadencement.

Image
L'embarquement.

Image
Sortie de gare aval.



La ligne

La ligne du télésiège des Crêtes est assez longue mais peu pentue. En sortie de gare aval, la pente augmente sensiblement de manière à sortir de l'emplacement terrassé de la gare aval. La ligne croise alors celle du télésiège du Village 1800 avant de commencer à survoler les larges pistes du bas du plateau des Crêtes. À partir du pylône 3, la ligne est particulièrement peu raide tandis que l'on survole un carrefour stratégique, permettant d'accéder au tapis des Petites Crêtes, au télésiège des Crêtes et aux pistes de retour station que sont la verte du chemin des Demoiselles, la bleue du Jandri 1 ou encore la noire de la Valentin. Le pylône 7 permet à la ligne de reprendre de l'inclinaison pour passer la portion la plus raide du plateau des Crêtes. Le pylône 12 augmente encore la pente de manière à atteindre le sommet de la « bosse » marquant le sommet de cette section pentue. C'est à ce moment que le télésiège passe sous la ligne du DMC du Jandri Express 1. Le pylône 14 termine cette montée principale tandis que le suivant amorce une légère descente entre les pistes des Crêtes et des Petites Crêtes. Pendant ce temps, la vue sur la roche de la Muzelle est particulièrement agréable les jours où le ciel est suffisamment dégagé. Le pylône 18 amorce enfin la dernière montée jusqu'à la gare amont.

Poma a équipé la ligne de 20 pylônes dont 3 compressions et 17 supports :

  • P1 : 12C/12C
  • P2 : 6S/6S
  • P3 : 8S/8S
  • P4 : 4S/4S
  • P5 : 6S/6S
  • P6 : 4S/4S
  • P7 : 8C/8C
  • P8 : 6S/6S
  • P9 : 8S/8S
  • P10 : 6S/6S
  • P11 : 4S/4S
  • P12 : 8C/8C
  • P13 : 8S/8S
  • P14 : 8S/8S
  • P15 : 8S/8S
  • P16 : 6S/6S
  • P17 : 6S/6S
  • P18 : 12C/12C
  • P19 : 6S/6S
  • P20 : 8S/8S


Image
Vue de la ligne depuis la gare aval.

Image
Demi-tour sur le pylône 1.

Image
Portée vers le pylône 2.

Image
P2.

Image
P3.

Image
Portée vers le pylône 4.

Image
P4.

Image
Portée vers le pylône 5.

Image
P5.

Image
Portée vers le pylône 6 et passage sous la télécabine des Œufs Blancs (ex-Jandri 1).

Image
P6.

Image
P7.

Image
P8.

Image
Portée vers le pylône 9.

Image
Demi-tour pour voir le bas du secteur des Crêtes.

Image
P9.

Image
P10.

Image
Portée vers le pylône 11.

Image
P11.

Image
P12.

Image
Portée vers le pylône 13.

Image
P13.

Image
Portée vers le pylône 14.

Image
P14.

Image
Portée vers le pylône 15.

Image
P15.

Image
Portée vers le pylône 16.

Image
P16.

Image
Portée vers le pylône 17.

Image
P17.

Image
P18.

Image
Portée vers le pylône 19.

Image
P19.

Image
P20.


La gare amont

La gare amont du télésiège des Crêtes est implantée à 2390 mètres d'altitude, au sommet du plateau des Crêtes, en contrebas de l'arrivée du télésiège du Thuit et à proximité directe de la gare amont du télésiège du Diable. Le télésiège du Super Diable est accessible skis aux pieds un peu plus loin, après avoir passé le restaurant du « Diable au cœur ».
Cette situation permet de pouvoir accéder facilement à l'ensemble des pistes du plateau des Crêtes, mais aussi au secteur du Thuit, au télésiège de Bellecombe, mais aussi au télésiège du Super Diable et aux pistes du Diable.

Au niveau technique, c'est une gare motrice Oméga à couverture complète. Un rail est situé à l'arrière de la gare pour y garder le véhicule de maintenance et pouvoir isoler quelques sièges en cas de besoin.

Image
La gare amont vue depuis la ligne.

Image
Débarquement.

Image
Le contour.

Image
Les gares des télésièges des Crêtes et du Thuit à la sortie du télésiège du Diable.

Image
Vue de trois quarts de la gare amont.

Image
Vue de côté de la gare amont.

Image
Vue d'ensemble.

Image
Vue plus large avec la roche de la Muzelle (3465 m) à l'arrière-plan.

Image
Vue en contre-plongée depuis la piste verte des Petites Crêtes avec la gare amont du télésiège fixe du Thuit sur la gauche.



Véhicules et pinces

Le télésiège des Crêtes est équipé de 121 sièges 4 places de type « Arceau », chacun relié au câble par une pince débrayable TB. Ces dernières années, des dispositifs d'anti-sous-marinage ont été installés sur l'ensemble des sièges.

Image
Croisement de deux sièges.

Image
Siège Arceau 4 places.

Image
Assise avec un dispositif d'anti-sous-marinage.

Image
Une suspente et sa pince.

Image
Vue zoomée d'une pince.

Image
Pince vue de dessous.



Le télésiège vu depuis les pistes

Image
Vue de côté du pylône 20.

Image
Vue de la ligne au-dessus du pylône 19 depuis la piste bleue des Crêtes.

Image
Vue opposée.

Image
La ligne entre les pylônes 15 et 18 vue depuis la piste verte des Petites Crêtes.

Image
La fin de la ligne vue depuis la piste bleue des Crêtes avec les gares des télésièges du Thuit (à gauche) et du Diable (à droite).

Image
Enchaînement des pylônes 7, 8 et 9.

Image
Vue de la ligne au pied du pylône 7.

Image
La ligne entre le pylône 6 et le passage sous la ligne du DMC du Jandri Express 1.

Image
Vue sous la portée entre les pylônes 5 et 6.

Image
Vue de la ligne au pied du pylône 6.

Image
Les pylônes 4 et 5 vus depuis l'accès à la piste bleue du Jandri 1.

Image
Le pylône 5.

Image
La ligne au niveau du pylône 4.

Image
Le pylône 3.

Image
Vue en aval du pylône 3.

Image
Le début de la ligne avec le pylône 2, commun avec le télésiège du Village 1800.



Crêtes, un télésiège vieillissant

Le télésiège des Crêtes est un appareil majeur du domaine skiable des Deux Alpes. Véritable colonne vertébrale du secteur des Crêtes, il dessert des pistes très appréciées par les skieurs de niveau moyen qui peuvent profiter d'une neige de qualité et de pentes accessibles en quelques minutes seulement depuis le cœur de la station. Il permet également aux skieurs débutants de se perfectionner sur des pistes progressivement plus difficiles.
Il a également un rôle de liaison majeur puisqu'il permet, depuis le bas du plateau des Crêtes, de rejoindre les secteurs Diable/Super Diable et du Thuit, d'où l'on peut ensuite atteindre la Toura, puis les secteurs de la Fée et du Glacier. Depuis le démontage du téléphérique du Jandri 2 au cours de l'été 2018, Crêtes est le seul à assurer cette mission.

Comme ce télésiège devient vieillissant et n'est pas très confortable, notamment à l'embarquement, pour les skieurs débutants, l'exploitant a décidé de le remplacer au cours de l'été 2019 par un télésiège débrayable 8 places. Celui-ci sera issu du déplacement du télésiège du Glacier 1, dont le second tronçon a déjà été déplacé durant l'été 2018 sur l'axe de la Toura.

Image
Le télésiège débrayable des Crêtes, un appareil efficace qui sera remplacé au cours de l'été 2019.

Merci à monchu pour le partage de certains clichés historiques.

Bannière : Bovinant
Texte et photos : Bovinant et remontees.
Date des prises de vues (hors clichés historiques) : 10 avril 2016, 17 décembre 2017, 17 et 20 avril 2018.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :