En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSD6 de Côte Chevalier

Villeneuve (Serre Chevalier Vallée)

Poma

T2 ES
Description rapide :
Le télésiège de Côte Chevalier est un appareil important : il permet de relier efficacement les secteurs de Fréjus et de l'Aravet et de grandement simplifier la liaison de Monêtier vers Briançon. Premier appareil équipé d'un moteur DirectDrive à Serre Chevalier Vallée.

Options techniques :
  • Entraînement direct ou semi-direct
Année de construction : 2018

Remplace les appareils suivants : Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : Clément05
Section écrite le 18/04/2019 et mise à jour le 25/04/2019
(Mise en cache le 25/04/2019)

Bonjour, j’ib et moi-même vous présentons un reportage sur le…

Image

Au sommaire :


  • Serre Chevalier Vallée
  • Le télésiège de Côte Chevalier
  • La liaison du Monêtier-les-Bains vers Chantemerle : la complexité du délestage de Fréjus
    Côte Chevalier : entre liaison et ski propre
    Caractéristiques
  • Ligne et infrastructures
  • La gare aval
    La ligne
    La gare amont
    Sièges et pinces
  • Conclusion


Serre Chevalier Vallée

La station de Serre Chevalier Vallée est située dans les Hautes-Alpes, à environ 3h30 de route de Marseille et de Lyon.

Implantée dans la vallée de la Guisane, affluent de la Durance prenant sa source au Col du Lautaret, Serre Chevalier Vallée se compose de 3 ensembles de villages, Chantemerle, Villeneuve et Le Monêtier-les-Bains, et d’une ville, Briançon. Le domaine s’étend sur 250 kilomètres de pistes tous niveaux. Celles-ci alternent murs en forêt, chemins avec vue imprenable sur la vallée de la Guisane et de la Durance et champs de bosses pour les skieurs les plus expérimentés.
Ces pistes sont desservies par 59 remontées mécaniques allant du tapis roulant à la nouvelle télécabine de Ratier. Le domaine compte d’ailleurs le premier DMC au monde, celui du Pontillas. Les remontées mécaniques de Serre Chevalier Vallée sont composées de 7 tapis et télécordes, de 25 téléskis, de 8 télésièges à pinces fixes, de 11 télésièges à pinces débrayables, de 5 télécabines, d’un DMC et d'un téléphérique.

L’histoire de Serre Chevalier Vallée a commencé en 1941 avec l’inauguration du premier téléphérique, reprenant le nom du sommet qu’il atteint : le Serre Chevalier. Ensuite, le développement de la liaison avec Villeneuve et des secteurs de l’Aravet, du Prorel et des combes au-dessus de Serre Ratier s’est accéléré jusqu’à l’incendie du téléphérique en 1983. En cette année, la décision est prise d’ouvrir la liaison avec Le Monêtier-les-Bains avec l’installation de plus de 12 remontées mécaniques ! De plus, un nouveau téléphérique est construit sur le tracé de l’ancien. Celui-ci réutilise beaucoup d’éléments du premier appareil. 1983 restera l’une des dates importantes dans la création de Serre Chevalier.
En 1989, le domaine de Briançon est créé avec l’installation de 9 remontées mécaniques dont le fameux télésiège de Puy Chalvin (qui n’a pas fait une saison et qui a été revendu par la suite). Depuis 2004, la station est gérée par la Compagnie Des Alpes (CDA) qui renouvelle progressivement le parc de remontées mécaniques de Serre Chevalier, la plupart des appareils datant des années 80. Les investissements se poursuivent et la station réaménage tous les secteurs du domaine afin d’optimiser encore les liaisons.

Image
Villeneuve depuis le télésiège de la Casse du Bœuf.

Le télésiège de Côte Chevalier

La liaison du Monêtier-les-Bains vers Chantemerle : la complexité du délestage de Fréjus

Lors du développement de Villeneuve entre les années 60 et 70, deux principaux secteurs ont été ouverts : Fréjus et l’Aravet. Le premier est né en 1968 avec l’ouverture de la télécabine de Fréjus et de 5 téléskis. De l’autre côté, la télécabine de l’Aravet, alors du fabricant suisse Müller, permettait l’accès au plateau éponyme et de monter ensuite sur le plateau de la Rouge par les téléskis de la Forêt. Le seul lien entre les secteurs de Fréjus et de l’Aravet était alors le téléski de l’Echaillon (en excluant le front de neige). Cet appareil, difficile, montait depuis le replat de l’Echaillon pour rejoindre le col de l’Alpage à quelque 2400 mètres d’altitude. Il s’agissait d’un téléski Poma avec une gare motrice B et une poulie flottante pour assurer la tension du câble en amont. Voici une image de cet appareil :

Image
Multivue du téléski de l’Echaillon : à gauche, sa gare aval, que l’on retrouve sur la partie droite de l’image du milieu. Sur l’image de droite, l’ensemble de la ligne est visible. DR.

En 1971, le téléski du Pré du Bois a été construit afin d’améliorer la liaison entre les deux secteurs. Ce nouvel appareil était également difficile avec ses deux angles, sa forte pente au départ et le passage entre les deux virages qui soulevait. Du ski propre a aussi été ouvert grâce à cet appareil avec la splendide piste rouge du Bois : non damée, elle descend jusqu’à un torrent où un pont lui permet de rejoindre l’autre rive. La liaison entre les deux secteurs de Villeneuve était alors mieux assurée mais restait réservée aux bons skieurs, les débutants devaient descendre au front de neige jusqu’aux télécabines. Construit par Poma, le téléski du Pré du Bois possédait une gare H et une poulie flottante en gare amont. Pour lire le reportage sur ce téléski, cliquez sur la bannière :

Image

La télécabine de l’Aravet est ensuite remplacée en 1975 par un appareil Poma moderne pour l’époque afin d’améliorer le confort et le débit vers l’Aravet. Mais la liaison demeurait insuffisante au niveau du débit, de l’accessibilité et du confort. De plus, la préparation de l’ouverture de la liaison Villeneuve – Monêtier-les-Bains n’était tout simplement pas concevable avec une telle liaison entre l’Aravet et Fréjus. En 1983, alors que les études pour l’installation des appareils de la liaison allaient bon train, la circulation entre la Cucumelle et l’Aravet a été améliorée : les télésièges de Fréjus et de Côte Chevalier ont en effet été ouverts. D’une capacité de 3 places chacun, ils permettaient de fluidifier Fréjus en particulier, qui commençait alors à déjà être asphyxié par ses nombreux téléskis avec leurs files d’attente. En particulier, le télésiège de Côte Chevalier permettait de rejoindre Chantemerle (et Briançon à partir de 1989) directement depuis les sommets des téléskis des Crêtes et de Méa, un grand progrès !
Les deux télésièges étaient dotés de gares Delta bleues et de pylônes de la même couleur. Il faut noter que le télésiège de Fréjus était équipé de sièges Arceaux alors que celui de Côte Chevalier possédait des sièges Gouttes d’Eau (remplacés dans les années 2010 par des Arceaux de rénovation).
Pour lire les reportages sur ces appareils, cliquez sur ces bannières :

Image

Image

La liaison est ensuite consolidée en 1998 lorsque le télésiège de la Casse du Bœuf est sorti de terre : figurant parmi les plus longs de France, il propulse les skieurs jusqu’au plateau de la Rouge directement depuis le front de neige et permet l’ouverture d’un moyen rapide pour accéder à l’Aravet depuis le vallon de la Cucumelle. En effet, les skieurs peuvent désormais descendre la piste de la Route de Fréjus (puis du Bez après 2001) pour prendre l’appareil au lieu de passer par le plateau de Fréjus qui redevenait saturé. Cette alternative intéressante peut également s’avérer plus rapide en cas de saturation des télésièges de Côte Chevalier et de Fréjus ainsi que du téléski des Crêtes… L’arrivée de la Compagnie des Alpes en 2004 permet de redonner un coup de boost aux investissements sur le secteur : le télésiège de Clôt Gauthier est remplacé par un appareil 6 places dès 2005 (le téléski de l’Echaillon est démonté) tandis que la liaison entre Villeneuve et Monêtier est rénovée en 2010. Le télésiège des Vallons remplace le télésiège de la Balme sur un tracé totalement différent : il part des dessous du village de Fréjus pour rejoindre le col de la Cucumelle. Les pistes du Goulet, de la Traverse et des Lacets s’en sont retrouvées surchargées, tout comme celle de la Cucumelle. Cette dernière a d’ailleurs subi des terrassements dommageables à son profil. Le plateau de Fréjus, avec ses remontées construites dans les années 60 et 80, accuse alors le coup avec de grosses files d’attente qui se forment régulièrement, notamment aux téléskis des Barres et des Crêtes (jusqu’à 30 minutes d’attente).

SCV a ainsi décidé en 2018, après plusieurs reports, de simplifier la liaison retour vers Chantemerle depuis Le Monêtier-les-Bains. Il s’agissait de construire un long télésiège permettant de rejoindre facilement Chantemerle depuis le col de la Cucumelle. Le nouvel appareil a repris le nom de Côte Chevalier. Le chantier de cet appareil s’est déroulé de juin à décembre 2018. La gare aval, placée sous le télésiège des Vallons, a nécessité d’importants terrassements (les études ayant été réalisées par le cabinet d’ingénierie de la Compagnie des Alpes, Ingelo) comme en témoigne ce plan issu de l’étude d’impact (DREAL PACA) :

Image
En jaune les déblais et en rose les remblais.

Présentation des terrassements de la gare amont (même légende), issue de l’étude d’impact (DREAL PACA) :

Image

76 000 m3 de déblais ont été nécessaires pour insérer la station de départ avec un bouleversement complet de la piste du Bez par la division claire des flux rejoignant le télésiège de Côte Chevalier de ceux en direction de Villeneuve. A noter que des mesures environnementales compensatoires rares ont été mises en place avec notamment le déplacement d’une fourmilière. La piste des Lacets a également été largement reprofilée afin de tenter de décharger la partie basse du Goulet pour rejoindre le télésiège de Côte Chevalier. Les terrassements ont donc commencé début juin pour se terminer à la mi-août. L’ouverture des massifs de la ligne s’est faite courant juillet avec la livraison des têtes de pylônes (la ligne est finalement Poma mais elle devait être à la base fournie par Ingelo, excepté les balanciers) :

Image
Près de la piste du Bois, un massif est ouvert (17 juillet 2018).

Image
Les têtes de pylônes en cours d’assemblage (17 juillet 2018).

Image
La tête du P20, proche de son emplacement définitif avec la gare amont au fond (17 juillet 2018).

Les terrassements de la gare amont ont également commencé en juillet. Le montage de la ligne s’est fait en septembre avec la livraison des gares. Celles-ci ont été montées durant le mois septembre et début octobre avec notamment la livraison du moteur DirectDrive. Les deux premiers pylônes ont ensuite été posés alors que le câble rejoignait la gare aval. Une fois l’épissure faite, les sièges ont été livrés et installés sur le câble. Les essais ont ensuite pu avoir lieu avec les réglages de l’appareil. Il a ouvert le 15 décembre pour l’ouverture globale du domaine (Serre Chevalier Vallée avait ouvert pour l’opération « Skipass le Deal » une semaine avant).
Pour lire le suivi de chantier, cliquez sur ce lien : https://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=29353&st=0

Côte Chevalier : entre liaison et ski propre

Le télésiège de Côte Chevalier fait le lien entre les secteurs de Fréjus et de l’Aravet. Accessible depuis le col de la Cucumelle comme depuis le plateau débutant de Fréjus, il permet de restructurer totalement cette partie du domaine.

En effet, le secteur de Fréjus est assez particulier : le plateau vers 2050 m d’altitude est situé au-dessus d’une combe où coulent plusieurs torrents. Cet endroit est plus étroit, coincé entre la Tête du Grand Pré et la Crête du Châtelas. Preuve de sa difficulté à être aménagé, à l’ouverture du secteur de Fréjus en 1968, seul un téléski desservait une piste sous le plateau et aucun autre aménagement n’était présent. La liaison avec le Monêtier-les-Bains ainsi que l’implantation du DMC du Pontillas et du télésiège de Fréjus ont mené à la création de nouvelles pistes. Le problème est que ces pistes sont soit des chemins, soit étroites et peu adaptées à des flux importants de skieurs. Pour ces raisons, le départ du télésiège de Côte Chevalier se situe le plus proche possible du télésiège des Vallons. La présence de plusieurs pistes (même si étroites) en amont permet aux skieurs de rejoindre les deux télésièges débrayables sans trop de bouchons. Le positionnement du départ a été aussi choisi tel quel pour faciliter la liaison retour depuis Monêtier comme déjà vu. Désormais, depuis le col de la Cucumelle, Chantemerle est joignable avec une seule remontée mécanique sans descendre au front de neige tandis que Briançon est à deux télésièges débrayables (le télésiège du Prorel est accessible depuis la gare amont).

On a donc ici un appareil structurant, au même titre que les télésièges des Combes et des Vallons qui ont totalement changé les transferts de Briançon vers Monêtier. Côte Chevalier version 2018 permet en outre la desserte d’un grand nombre de pistes variées avec un ski propre intéressant sur la partie haute. Également, le ski sur les plateaux de la Rouge et de Grand Alpe est devenu bien plus rapidement accessible grâce à cet appareil lorsque l’on vient de Monêtier (télésièges de la Forêt et du Grand Serre).
L’emplacement de la gare aval évite également la descente de la piste du Bez, pouvant être problématique pour les skieurs moins aguerris en raison d’un mur étroit avant le franchissement du torrent du Bez. Le retour station peut alors s’effectuer tranquillement par la piste bleue du Marteau, enneigée artificiellement, et ainsi décharger la piste verte de Fréjus d’une partie des débutants. Enfin, un petit défaut de l’emplacement de la gare aval est qu’il est inaccessible depuis l’arrivée du DMC du Pontillas, contraignant les skieurs à rejoindre le front de neige principal pour accéder au domaine d’altitude. Cette situation n’est cependant que temporaire puisque le remplacement de la télécabine de Fréjus et du DMC par un unique appareil résoudra ce problème.

Le télésiège de Côte Chevalier possède deux petites particularités : il croise la ligne de la télécabine de Fréjus (passage en dessous) et il est équipé d’un moteur DirectDrive, le premier installé à Serre Chevalier Vallée. Il s’agit d’une technologie utilisant un moteur synchrone à aimants permanents fonctionnant à vitesse lente : l’arbre moteur tourne directement à la vitesse de la poulie motrice ce qui permet de ne pas installer de réducteur. Le tout permet une réduction drastique du bruit (qui se limite aux voies de circulation désormais) mais aussi des contraintes d’un réducteur (risque de casse, entretien, huile à renouveler).

Comme nous l’avons vu, le télésiège de Côte Chevalier dessert plusieurs secteurs de ski propre, avec notamment les pistes suivantes :
- Echaillon : Cette piste, non damée, descend dans le vallon du même nom. Sauvage et au profil agréable, elle commence par un mur pour se prolonger en forêt et déboucher sur la cuvette où est installé le départ du télésiège de Clôt Gauthier.
- Rocher de l’Enfer : Cette piste partait à l’origine du sommet de Serre Chevalier (2491 m) et était de couleur noire. L’amputation de sa partie haute l’a rétrogradée à rouge et elle est aujourd’hui une bretelle de l’Echaillon. Comme l’Echaillon, son damage aléatoire lui permet de rester en bosses plusieurs jours d’affilée.
- Fangeas : Cette piste est la plus empruntée du secteur. Après un schuss, un virage à gauche à presque 180° lui fait aborder un mur qui a été assez terrassé afin de le rendre plus accessible. Cependant, malgré les terrassements, le mur peut parfois être verglacé et difficile à descendre.
- Eftanis : Cette piste emmène les skieurs sur Chantemerle en donnant accès à l’ensemble des remontées mécaniques du secteur. Prolongée par la piste des Vallons, on peut ainsi accéder au télésiège du Prorel ou retourner à Serre Ratier.

Situation sur le plan des pistes :

Image
Vue globale. La flèche verte désigne le télésiège des Vallons, celle en orange le télésiège du Prorel. Les flèches mauves montrent les cols principaux de liaison entre Villeneuve et Monêtier (col de la Cucumelle, à droite) et Chantemerle et Briançon (col du Prorel, à gauche). Plan Atelier Pierre Novat

Image
Zoom sur le télésiège. Plan Atelier Pierre Novat

Caractéristiques

Voici les caractéristiques de l’appareil :

- Caractéristiques Administratives

TSD - Télésiège à attache débrayable : COTE CHEVALIER
Maître d’ouvrage : SCV Domaine Skiable
Maître d’œuvre : ERIC
Montage / Génie Civil : Comag
Exploitant : SCV Domaine Skiable
Constructeur : Poma
Année de construction : 2018

- Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 6 personnes
Débit : 3000 personnes/heure (2500 personnes/heure*)
Vitesse d'exploitation : 6 m/s
Equipement d’aide à l’embarquement : Aucun

- Caractéristiques Géométriques

Altitude aval : 1877 m
Altitude amont : 2399 m
Dénivelé : 522 m
Longueur développée : 2131 m
Pente maximale : 77,31 %
Pente moyenne : 25,27 %
Temps de trajet : 5 min 55 s

- Caractéristiques Techniques

Type de gare : Multix
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Emplacement motrice : Amont
Type de motorisation : Directe
Puissance développée : 882 kW
Sens de montée : Droit
Embarquement : A 90°
Nombre de pylônes : 22
Largeur de la voie : 6,1 m
Dispositif d’accouplement : Pinces LPA
Nombre de sièges : 104 (88*)
Espacement : 43,2 m (51,84 m)

- Caractéristiques du Câble

Constructeur : Fatzer
Diamètre du câble : 48 mm
Type d’âme : Compacte
Composition : 6*31 fils
Année de pose : 2018
Revêtement : Zingue

* : valeurs en débit provisoire

Ligne et infrastructures

La gare aval

La gare aval est la station tension du télésiège. Celle-ci est effectuée par un vérin relié à la poulie retour et contrôlé par une centrale hydraulique. La gare aval est située en aval du télésiège des Vallons, au bout du chemin par lequel débute la piste du Bez. Elle est également accessible par les pistes des Lacets et du Goulet lorsque l’on vient du télésiège de Clôt Gauthier et de Fréjus. Comme nous l’avons vu, les terrassements colossaux qu’a nécessités l’implantation de la gare ont permis de réorganiser les flux : les skieurs souhaitant poursuivre sur la piste du Bez bifurquent avant la zone d’attente du télésiège tandis que ceux souhaitant l’emprunter arrivent directement sur la plateforme de départ. La gare est accessible directement depuis le col de la Cucumelle et les arrivées des télésièges de la Casse du Bœuf, de Clôt Gauthier et de la télécabine de Fréjus. Elle adopte une couverture plastique de couleur acier avec un liseré bleu. A noter enfin que l’embarquement s’effectue à 90° et qu’un rail est présent pour stocker le véhicule de service et permettre de retirer les véhicules de la ligne pour la maintenance.

Image
L’arrivée sur la gare aval depuis la piste du Bez.

Image
Zoom sur la gare et les deux premiers pylônes.

Image
De trois quarts. Le local opérateur a été récupéré de l’ancien télésiège.

Image
Le tympan arrière avec la zone d’embarquement.

Image
De l’autre côté.

Image
Vue globale sur la gare Multix avec le rail de stockage à gauche.

Image
L’avant de la gare.

Image
Vue globale, avec l’arceau bleu prolongeant le liseré.

Image
Le portique d’entrée avec six bornes Skidata.

Image
Vue sur le rail de stockage avec le véhicule de service.

Image
Le ralentisseur.

Image
L’embarquement dans le contour.

Image
Le lanceur.

Image
Vue arrière sur la gare depuis la ligne.

La ligne

La ligne, longue de 2131 m, se compose de 22 pylônes tubulaires. Elle comporte un profil assez accidenté avec plusieurs montées importantes suivies de replats.
Après la sortie du décaissement de la gare aval, la ligne se redresse progressivement. Elle passe en dessous de la télécabine de Fréjus peu avant le pylône 6. Le profil est assez plat jusqu’aux environs de l’ancien départ du téléski du Pré du Bois. Le tracé franchit le torrent de la Glaize et aborde une partie très pentue. Après un court répit pour franchir la piste rouge du Bois, le câble reprend de l’inclinaison pour rejoindre le restaurant de l’Echaillon et la piste bleue de Fangeas. Le franchissement d’une troisième grande montée permet d’atteindre le plateau de la Rouge et la gare amont par le biais d’une dernière portée assez aérienne.

Caractéristiques de la ligne ;
P1 : 8C/8C
P2 : 8C/8C
P3 : 8S/8S
P4 : 6S/6S
P5 : 8S/8S
P6 : 4SC/4SC
P7 : 8S/8S
P8 : 6S/6S
P9 : 8C/8C
P10 : 12S/10S
P11 : 12C/12C
P12 : 10S/8S
P13 : 10S/8S
P14 : 8S/6S
P15 : 4SC/4SC
P16 : 12C/12C
P17 : 10S/8S
P18 : 10S/8S
P19 : 12S/10S
P20 : 8C/8C
P21 : 10S/10S
P22 : 10S/10S

S : balancier support
C : balancier compression
SC : balancier support-compression


Image
Les deux premiers pylônes.

Image
Le P3, au milieu des terrassements réalisés pour l’implantation de la gare aval.

Image
Le P4.

Image
La portée vers le P5, peu pentue.

Image
Le P5, avec la télécabine de Fréjus derrière.

Image
Le passage sous la télécabine.

Image
Le P6, la ligne se redresse légèrement.

Image
Une portée boisée…

Image
… vers le P7.

Image
La suite de la ligne avec la montée principale se profile. A gauche, on repère le tracé de l’ancien téléski du Pré du Bois. Les skieurs permettent de repérer la piste des Lacets.

Image
Le P8, on voit à gauche la première grande montée de l’ancien téléski. La cabane est le seul vestige restant.

Image
Le survol du torrent de la Glaize.

Image
Le P9, début de la première ascension.

Image
La portée vers le P10.

Image
Le P10, avec la deuxième montée au fond.

Image
Le survol de la piste du Bois avec le P11 au fond.

Image
Le P11, nouvelle compression.

Image
La pente la plus importante.

Image
Le P12.

Image
Le P13 est situé non loin.

Image
Le P14, qui permet d’aborder une nouvelle portion plus calme.

Image
La portée vers le P15.

Image
On poursuit vers le P16 en survolant la piste de Fangeas.

Image
Le P16, on s’apprête à franchir une nouvelle barre rocheuse.

Image
Dans la pente.

Image
Le pylônes 17 et 18, nous arrivons sur le plateau de la Rouge.

Image
Le télésiège de la Forêt, le snowpark et le téléski de l’Alpage à gauche.

Image
Le P19 avec le début de la piste Fangeas derrière.

Image
Le survol de la piste avec le début du snowpark à gauche.

Image
Le P20, ultime compression.

Image
Les dernières portées, en surplomb de la piste bleue.

Image
Les deux derniers pylônes, les numéros 21 et 22, avec la gare amont derrière.

La gare amont

La gare amont est la station motrice du télésiège. Cette fonction est assurée par un moteur DirectDrive, développé par le groupe HTI (Poma/Leitner) dont le fonctionnement a précédemment été évoqué rapidement. La gare d’arrivée, dont l’architecture est semblable à celle de départ est située à proximité de l’arrivée du télésiège de la Forêt. La station se situe donc sous le sommet de Serre Chevalier (2491 m), à l’emplacement de l’arrivée du télésiège fixe de Côte Chevalier. Ce positionnement permet la desserte d’un maximum de pistes : que ce soit vers Chantemerle (et plus loin vers Briançon) ou sur Villeneuve avec un grand nombre d’appareils structurants accessibles (plateau de l’Aravet, de Serre-Ratier, de Grand Alpe, retour vers Fréjus). Il faut noter que la topographie des lieux a imposé la présence d’une gare assez aérienne ce qui fait qu’elle se voit d’assez loin, notamment lorsque l’on vient du télésiège de la Casse du Bœuf ou depuis le télésiège de Clôt Gauthier.

Image
Le ralentisseur.

Image
Vue sur la zone de débarquement et le tympan arrière de la gare amont.

Image
De léger trois quarts avec la cabane de commandes (à l’arrière se trouvent les armoires de puissance).

Image
Vue de trois quarts de la gare amont.

Image
Depuis le début de la piste de Fangeas.

Image
La gare en s’éloignant vers Chantemerle.

Image
La gare amont et la fin de la ligne depuis l’arrivée du télésiège du Grand Serre.

Image
En descendant et en se dirigeant vers les pistes de l’Echaillon et du Rocher de l’Enfer.

Image
Zoom. Dans le cadre du projet « ENR » (énergies renouvelables), la cabane est équipée de panneaux photovoltaïques.

Image
Vue globale sur la zone de la gare amont.

Image
La gare amont et les deux derniers pylônes depuis la piste de l’Echaillon…

Image
… et depuis l’arrivée du télésiège de la Casse du Bœuf.

Sièges et pinces

Le télésiège de Côte Chevalier est équipé de 88 sièges 6 places (104 en débit définitif) LPA 6OCR avec assises rembourrées assurant un bon confort. Ils sont équipés d’assises bicolores (noires et vert pomme) ainsi que de doigts fournis par Partech. Ils ont pour objectif d’empêcher la chute des petits skieurs (passage sous le garde-corps). Les véhicules sont reliés au câble par des pinces LPA-M.

Image
Un siège en ligne.

Image
En gare aval.

Image
L’assise, très confortable.

Image
Vue rapprochée sur un doigt de protection Partech.

Image
Une pince LPA-M de dessous.

Image
Sur le brin descendant.

Conclusion

Le télésiège de Côte Chevalier est donc un appareil structurant sur Serre Chevalier Vallée : Briançon n’est désormais plus qu’à deux télésièges du Monêtier et les liaisons entre les 4 grandes stations de la vallée skis aux pieds sont assurées avec rapidité et confort dans les deux sens. Le télésiège propose également un peu de ski propre notamment sur sa partie haute avec trois pistes (quatre lorsque la piste du Bois est ouverte). Cependant, ce ski propre s’arrête en bas du télésiège de Clôt Gauthier et pour rejoindre le télésiège de Côte Chevalier il faut passer par les pistes en chemin de la Traverse et du Goulet (ou des Lacets). Dans la volonté de restructurer la liaison du Monêtier vers Chantemerle, SCV Domaine Skiable a ainsi préféré celle-ci au ski propre puisque la rotation directe sur les pistes Echaillon, Rocher de l’Enfer et Fangeas n’est désormais plus possible.
Enfin, le rôle structurant de l’appareil est illustré par ses caractéristiques : grande longueur, dénivelé important, gros débit, vitesse importante et moteur DirectDrive pour couronner l’ensemble. Poma a donc livré ici une installation performante et confortable ayant transformé radicalement la liaison du Monêtier vers Chantemerle, troisième chaînon de la restructuration du secteur de Fréjus après les télésièges de Clôt Gauthier et des Vallons.

Image
Le télésiège de Côte Chevalier, un appareil structurant et impressionnant ayant grandement amélioré la circulation de Fréjus vers l’Aravet.

Texte & bannière : Clément05
Photos : j’ib (le 7 février 2019) et Clément05 (le 17 juillet 2017)

A bientôt.

© - 2019 – j’ib & Clément05 – www.remontées-mécaniques.net



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :