Localisation(s)
Photo

 TSD6 de l'Aiguille Rouge

Tignes (Espace Tignes-Val d'Isère)

Poma - Ingélo

T2 ES
Description rapide :
Le télésiège de l'Aiguille Rouge offre un lien rapide et efficace des Boisses vers Tignes-le-Lac. Il remplace deux télésièges fixes (Marais et Aiguille Rouge) en reprenant approximativement le tracé de l'ancien quadriplace.

Année de construction : 2022

Remplace l'appareil suivant : Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de cette partie : Clément05
Section écrite le 16/03/2023 et mise à jour le 31/03/2023
(Mise en cache le 31/03/2023)

Bonjour, je vous présente un reportage sur le…

Image

Au sommaire :


  • Tignes
  • Le télésiège de l’Aiguille Rouge : le dernier maillon vers Tignes-le-Lac
  • Caractéristiques
  • La gare aval
  • La ligne
  • La gare amont
  • Véhicules et pinces
  • Autres vues
  • Conclusion


Tignes

Tignes est une station de Haute-Tarentaise située en amont de Bourg-Saint-Maurice. La station s’étage sur quatre niveaux : Tignes 1550 (les Brévières), Tignes 1800 (les Boisses) et Tignes 2100 composé de deux quartiers (Le Lac et Val Claret). L’accès à la station se fait par la D902, route du Col de l’Iseran et connectée à la N90 à Bourg-Saint-Maurice, puis par la D87a qui franchit le barrage de Tignes. Depuis la ville de la vallée, on peut se rendre en train dans les principales agglomérations de la région ainsi que vers Paris, le Bénélux et l’Angleterre en période de vacances.
A l’origine, le village était situé à la place du lac du Chevril mais l’édification de l’infrastructure hydroélectrique a forcé les habitants à déménager en aval. A partir de 1936, le domaine skiable est né dans le but d’offrir une activité économique aux locaux. Le développement rapide du domaine, ses pentes bien enneigées et variées ont vite fait d’attirer les touristes. Les stations du Lac et de Val Claret sont érigées à partir des années 50 et bénéficient largement des plans neige des années 60 et 70 mis en place par l’Etat. Dans le but de sauvegarder les écosystèmes et de contenir le rapide développement des stations, le Parc National de la Vanoise a été créé en 1963 en ceinturant une partie du domaine skiable.
Aujourd’hui, Tignes s’étale des Boisses à la Grande Motte en passant par Tovière et l’Aiguille Percée. On peut distinguer quatre secteurs de ski, essentiellement grâce aux villages : l’Aiguille Percée, le Palet, Tovière et la Grande Motte. Le premier se trouve autour du sommet du même nom et propose des pistes variées, dont les seules en forêt de la station. On trouve des orientations est (Palafour) et nord (Boisses et Brévières). Le Palet est accessible soit par le télésiège des Merles (depuis l’Aiguille Percée) soit par celui de Tichot (au départ du Val Claret). Les zones ludiques y sont principalement installées sur un plateau au bord du Parc de la Vanoise. Tovière propose la liaison avec Val d’Isère (par le sommet du même nom ou le col de la Fresse) ainsi que des pistes difficiles. Enfin, la Grande Motte comporte le glacier exploité pour le ski d’été ainsi que le funiculaire sous terrain de la station. Sur le glacier, on trouve aussi un téléphérique panoramique qui donne accès au sommet du domaine skiable.

Tignes est également très populaire l’été grâce à sa proximité avec le parc national mais aussi à son bike park renommé. Le lac permet aussi de proposer un panel très diversifié d’activités.

Image
Tignes-les-Brévières.

Le télésiège de l’Aiguille Rouge : le dernier maillon vers Tignes-le-Lac

Cette installation se trouve sur le secteur de l’Aiguille Percée, associé aux stations de Tignes – Les Brévières et Tignes – Les Boisses. Il s’agit de la partie la plus basse du domaine skiable, située entre 1550 mètres et 2750 mètres d’altitude. Elle se partage entre des pistes boisées vers les Boisses et les Brévières, des espaces plus sauvages vers l’Aiguille Percée et la partie exposée au sud à la sortie de Tignes-le-Lac. Au sein de ce secteur, on peut distinguer deux parties : le côté Brévières – Boisses et celui autour de l’Aiguille Percée. On trouve un ski plus engagé sur la partie aval notamment avec les pistes des Mélèzes, des Chardons, du Pavot, sans oublier la sauvage Sache. Du côté de l’Aiguille Percée, on trouve des pentes plus douces notamment entre les télésièges des Merles et du Palafour. Néanmoins, des pistes difficiles sont présentes, à l’image de la rouge du Cyclamen ou des pistes noires non damées Aiguille Percée ou Œillet.

Avant 2020, la partie Brévières - Boisses était très différente de ce qu’elle est aujourd’hui. La télécabine de la Sache montait directement au plateau du Marais, secondée par le télésiège des Brévières et la télécabine des Boisses. De là, les télésièges du Marais et de l’Aiguille Rouge emmenaient les skieurs vers Tignes-le-Lac. Ces deux installations permettaient autant le ski propre que la liaison avec le reste du domaine skiable.
Le télésiège trois places du Marais était une installation Montaz Mautino construite en 1981. Placé entre le plateau du Marais et l’Aiguille Percée, il permettait une liaison en altitude vers Tignes-le-Lac puis vers le Val Claret par le télésiège des Merles. Avec un débit de 833 personnes par heure et une vitesse de 2,3 m/s, ce télésiège parcourait 2292 mètres et 565 mètres de dénivelé. Il s’agissait donc d’un très long appareil bien qu’intéressant au niveau liaisons. La gare aval était motrice et tension tandis que la station d’arrivée était une poulie retour fixe. 25 pylônes ponctuaient la ligne.

Pour lire le reportage sur cette installation, cliquez sur ce lien : https://www.remontees-mecaniques.net/bdd/reportage-tsf3-du-marais-montaz-mautino-1810.html

L’Aiguille Rouge était un appareil Skirail de 1988. Il a été construit dans le but d’augmenter le débit vers Tignes-le-Lac en renouvelant cet axe de liaison. Au moment de la construction du télésiège du Marais, un téléski était déjà présent pour effectuer le lien vers Le Lac. Le nouveau télésiège permet de proposer un meilleur confort et un temps de trajet réduit (7 min 26 s contre plus de 16 minutes avec le télésiège triplaces). Comme pour le Marais, la gare de départ était motrice et tension tandis que l’arrivée était retour fixe. 1026 mètres et 14 pylônes séparaient les deux gares. Du côté des performances, la vitesse était de 2,3 m/s pour proposer un débit de 1700 personnes par heure évolutif à 2000 personnes par heure.

Découvrez cet appareil dans le reportage associé : https://www.remontees-mecaniques.net/bdd/reportage-tsf4-de-l-aiguille-rouge-skirail-4894.html

A partir de 2010, la modernisation du secteur a commencé avec le remplacement du télésiège des Boisses par une télécabine. Mais la phase la plus importante est intervenue à partir de 2018 : le télésiège des Brévières et la télécabine de la Sache sont démontés et remplacés par une télécabine Poma sur un tracé entre le front de neige et la télécabine des Boisses. A l’occasion de ce chantier, les cabines des Boisses sont transférées aux Brévières et la télécabine de 2010 est équipée de nouveaux véhicules 10 places. Le débit est passé de 835 à 3000 personnes par heure. Un an plus tard, le téléski de la Grande Parei est construit pour les débutants et les bâtiments d’accueil sont finalisés. En 2020, le télésiège du Marais est démonté sans remplacement. Cette dépose présage le remplacement du télésiège quatre places qui est intervenu en 2022.

C’est ainsi qu’a été construit le nouveau télésiège de l’Aiguille Rouge sur un tracé légèrement différent de l’ancien. La gare amont a en effet été décalée vers le sud afin de la rapprocher de l’arrivée du télésiège des Chaudannes. L’ouverture à la descente des deux appareils permet aux piétons de monter au restaurant situé près des deux gares amont. L’Aiguille Rouge version débrayable permet de rationaliser le domaine et de proposer un temps de trajet encore plus court pour rendre plus efficace la liaison. Les remontées mécaniques de Tignes-le-Lac sont directement accessibles depuis le point d’arrivée. En effet, on rejoint par gravité le télésiège de Paquis (vers Val Claret), la télécabine de Tovière (vers Val d’Isère) ou encore le télésiège de Palafour qui remonte sur le versant sud. Le télésiège de l’Aiguille Rouge est placé dans la continuité de la télécabine des Boisses ce qui permet de former une chaîne de trois appareils depuis les Brévières.
Le ski propre a été un peu diminué dans le sens où les pistes des Myosotis et de la Silène ne sont plus accessibles en rotation.

Image
Vue globale sur le télésiège de l’Aiguille Rouge depuis la sortie de la télécabine des Boisses.

La situation du télésiège lui permet de desservir directement les pistes suivantes :
- Epilobe : Piste difficile non damée qui permet de couper la piste du Petit Col vers Tignes-le-Lac.
- Bleuets : Il s’agit d’une piste à la pente régulière qui descend le long du télésiège des Chaudannes.
- Petit Col : Alternative plus simple à la piste des Bleuets, cet itinéraire est essentiellement un chemin qui contourne le relief. La piste débouche soit sur les télésièges de Paquis et des Chaudannes soit sur le cœur de Tignes-le-Lac.
- Rhododendron : Cette piste part vers les Brévières avec un profil un peu accidenté.

Situation sur le plan des pistes :

Image
Vue globale sur Tignes.

Image
Zoom sur la partie basse du domaine ainsi que Tignes-le-Lac.

Caractéristiques

Voici les caractéristiques de l’appareil :

- Caractéristiques Administratives

TSD - Télésiège à pinces débrayables : AIGUILLE ROUGE
Maître d’ouvrage : STGM
Maître d’œuvre : DCSA
Montage / génie civil : Comag
Exploitant : STGM
Constructeur : Poma (ligne Ingélo)
Année de construction : 2022
Montant de l’investissement : 7 118 000 €

- Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 6 personnes
Débit à la montée : 3000 personnes/heure
Vitesse d'exploitation : 5,5 m/s
Equipement d’aide à l’embarquement : Aucun

- Caractéristiques Géométriques

Altitude aval : 2172 m
Altitude amont : 2464 m
Dénivelé : 292 m
Longueur développée : 1155 m
Pente maximale : 81 %
Pente moyenne : 25,8 %
Temps de trajet : 3 min 30 s

- Caractéristiques Techniques

Type de gare : Multix
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Emplacement motrice : Amont
Type de motorisation : Asynchrone
Puissance développée : 530 kW
Sens de montée : Droit
Embarquement : Dans le sens de la ligne
Nombre de pylônes : 11
Largeur de la voie : 6,1 m
Dispositif d’accouplement : Pinces LPA-M
Nombre de sièges : 66
Espacement : 39,6 m

- Caractéristiques du Câble

Constructeur : Arcelor Mittal
Diamètre du câble : 46 mm
Type d’âme : Compacte
Composition : 6*31 fils
Année de pose : 2022
Revêtement : Galvanisé

La gare aval

La station de départ assure la tension du câble. Un vérin hydraulique permet de déplacer un lorry mobile sur lequel est assemblé la poulie retour. La gare se compose d’une structure Multix avec une couverture blanche et vitrée dans le but de s’intégrer correctement dans le paysage hivernal. Elle se trouve à quelques mètres en aval de l’arrivée de la télécabine des Boisses ce qui la rend très facilement accessible. De plus, une bretelle depuis la piste du Rhododendron permet d’éviter la zone de chaussage des skis de la télécabine.

Image
La gare aval depuis la sortie de la télécabine. Au fond dans l’axe se trouve la Pointe du Lavachet (2649 m).

Image
Depuis la piste du Rhododendron. Au fond se trouve la télécabine des Boisses.

Image
Zoom.

Image
On descend, au fond l’Aiguille du Dôme (3017 m).

Image
La gare aval et les deux premiers pylônes.

Image
Vue générale sur la station de départ.

Image
La cabane de commandes. Elle dispose aussi d’un espace pour installer les futures commandes d’un éventuel télésiège au Marais.

Image
La station Multix de trois quarts.

Image
L’arrivée sur la gare depuis la télécabine des Boisses.

Image
La station de départ avec la ligne au fond.

Image
De trois quarts.

Image
La zone de débarquement à la descente.

Image
On se dirige vers l’embarquement.

Image
Le tympan arrière.

Image
L’embarquement.

Image
Le lanceur.

Image
Vue arrière depuis un siège.

La ligne

Le tracé se compose de 11 pylônes tubulaires. Après une montée peu franche sur le début, on franchit une barre rocheuse entre les pylônes 6 et 7. Un replat s’en suit avant une nouvelle montée. Celle-ci permet d’atteindre un petit replat sur lequel se trouvent un restaurant ainsi que les gares d’arrivées des télésièges des Chaudannes et de celui présenté ici.

Caractéristiques de la ligne :
P1 : 12C/12C
P2 : 8S/8S
P3 : 6S/6S
P4 : 6S/6S
P5 : 4S/4S
P6 : 8C/8C
P7 : 12S/12S
P8 : 12S/12S
P9 : 8C/8C
P10 : 12S/12S
P11 : 8S/8S

S : balancier support
C : balancier compression


Image
Le début de la ligne avec la première montée au fond depuis les environs du P2.

Image
Le P2, non loin du premier ouvrage.

Image
La portée vers le P3.

Image
Le P3.

Image
On poursuit en pente douce.

Image
Le P4.

Image
La portée suivante survole la piste du Rhododendron.

Image
Le P5.

Image
Le P6, on aborde une forte pente.

Image
La portée vers le P7.

Image
Le septième pylône, situé sur le sommet de la barre rocheuse.

Image
La portée vers le P8.

Image
Le P8, on aborde un nouveau replat.

Image
La piste du Rhododendron est à gauche.

Image
Le P9, dernière rupture de pente.

Image
La montée finale.

Image
Le P10.

Image
La portée vers le P11 avec la Grande Motte à gauche.

Image
Le P11.

La gare amont

La station d’arrivée est la motrice de l’installation. Une chaîne cinématique classique a été choisie pour cet appareil. Notons qu’un petit rail est présent dans l’alignement du contour afin de pouvoir remiser quelques sièges mais aussi de les déposer pour des opérations de maintenance. La gare arbore la même couverture que celle de départ pour les mêmes raisons. Elle se trouve légèrement au-dessus de l’arrivée du télésiège des Chaudannes de sorte à rejoindre Tignes-le-Lac par gravité (télésièges de Paquis et du Palafour ainsi que la télécabine de Tovière). On peut également descendre vers les Boisses puis les Brévières par la piste du Rhododendron.

Image
La gare amont depuis un siège.

Image
Le ralentisseur.

Image
La zone de débarquement avec le local de commandes à gauche.

Image
L’arrière de la gare avec le petit rail à droite.

Image
De trois quarts.

Image
De côté.

Image
Le bout du lanceur.

Image
La gare et le dernier pylône.

Image
Depuis l’arrivée du télésiège des Chaudannes.

Image
Zoom.

Image

Image
La gare amont en arrivant de l’Aiguille Percée. Derrière se trouvent la Grande Motte et la Vanoise.

Image
Vue globale.

Image
On descend.

Image
Avec le dernier pylône.

Image
La gare amont depuis le sommet de Tovière.

Véhicules et pinces

Le télésiège de l’Aiguille Rouge est équipé de 66 sièges LPA-OCR. Ils sont équipés d’assises bicolores noires et bleues cobalt ainsi que de tenons de sécurité sur le garde-corps. En raison des changements de pente rapides, des suspentes longues ont été installées dans le but de respecter les gabarits en ligne. Les véhicules sont reliés au câble par des pinces LPA-M.

Image
Vue globale d’un siège.

Image
L’assise.

Image
Une pince LPA-M.

Autres vues

Voici à présent une série d’images pour présenter le tracé depuis la piste du Rhododendron.

Image
Les derniers mètres du tracé.

Image

Image
La fin de la ligne.

Image
La dernière montée.

Image
Avec le Rocher du Marais (2551 m) en toile de fond.

Image
Le début de la ligne avec le Mont Blanc (4808 m).

Image
La première montée.

Image
La ligne entre les pylônes 1 et 4.

Image
Avec l’Aiguille du Dôme (3017 m).

Image
Le premier tiers de la ligne.

Image

Image
La zone de la gare aval.

Conclusion

Le télésiège de l’Aiguille Rouge est un appareil essentiel : unique lien vers Tignes-le-Lac, il permet d’accéder au reste du domaine skiable lorsque l’on vient des Brévières ou des Boisses. D’abord prévu pour être réaménagé avec deux télésièges, dont un appareil au Marais, on peut se poser la question de l’intérêt de remettre une installation sur le tracé de l’ancien télésiège fixe trois places. En effet, Aiguille Rouge version 2022 répond parfaitement aux rôles qui étaient assignés au télésiège fixe du Marais : lier deux parties du domaine et proposer un peu de ski propre, bien que cela soit désormais uniquement sur une piste bleue au profil travaillé avec parcimonie. Le fort débit du nouveau télésiège (3000 personnes par heure) permet d’éliminer les files d’attente tandis que le confort des véhicules et la vitesse de 5,5 mètres par seconde permettent de monter efficacement vers le reste du domaine skiable. Avec le remplacement raisonné de la télécabine de la Sache et des télésièges des Brévières et des Boisses par des télécabines avec un seul axe, on a désormais un secteur aménagé raisonnablement tout en restant agréable à skier.

Texte & bannière : Clément05
Photos : Clément05 (le 4 mars 2023)

A bientôt.

© - 2023 – Clément05 – www.remontées-mécaniques.net



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :