Localisation(s)
Photo

 TSD6 de la Pousterle

Les Orres

Poma

T3 ES
Description rapide :
Placé dans le domaine d'altitude, le télésiège de la Pousterle dessert des pistes pour les skieurs confirmés et donne accès au téléski du Génépi ainsi qu'au sommet du domaine skiable. Il fonctionne en hiver mais aussi en été pour la pratique du VTT et pour les randonneurs.

Année de construction : 2002
PDF Ce reportage possède 2 documents PDF

Suivre la discussion sur le forum



 
Introduction
Auteur de cette partie : valcelouis
Section écrite le 30/07/2022 et mise à jour le 31/07/2022
(Mise en cache le 31/07/2022)

Image


  • 1. Le domaine skiable des Orres
  • 2. Historique et situation du télésiège de la Pousterle
  • L’axe de la Pousterle depuis 1977
    Un télésiège d’altitude pour les skieurs de bon niveau
  • 3. Infrastructures du télésiège de la Pousterle
  • Les caractéristiques
    La gare aval
    La ligne
    La gare amont
    Les véhicules et attaches
    Exploitation estivale
  • 4. Le télésiège de la Pousterle, un investissement utile au service du grand ski

 
Le domaine skiable
Auteur de cette partie : valcelouis
Section écrite le 30/07/2022 et mise à jour le 31/07/2022
(Mise en cache le 31/07/2022)

1. Le domaine skiable des Orres

La station des Orres est située dans le département des Hautes-Alpes (05), dans la vallée de l’Eyssalette, à l’Est du lac de Serre-Ponçon. Placée à une vingtaine de kilomètres de la ville d’Embrun, la station des Orres est née au début du plan neige dans les années 1960 où le ski y fit son apparition en 1966. La station des Orres propose 100 kilomètres de pistes pour 16 remontées mécaniques.
Exploité et entretenu par la SEMLORE (Société d’Economie Mixte), le domaine skiable se réparti sur un seul versant pour trois zones de départ :
- les Orres 1550 qui est principalement consacré aux skieurs à la journée (Champ Lacas) mais aussi aux quelques logements présents (Pramouton).
- les Orres 1650 avec son front de neige, ses commerces, ses restaurants, et son point de départ vers le domaine (centre station).
- les Orres 1800 qui est le village le plus récent et qui sert aussi de point de départ à la journée (Bois Méan).
En outre, la station des Orres dispose en été d’un bike park reconnu créé en 2004. Adapté aux débutants comme aux confirmés, trois de ses télésièges débrayables desservent les 13 pistes de descente avec 5 niveaux de pratique. La station organise régulièrement des compétitions de haut niveau. La station des Orres a également diversifié ses offres d’après-ski et propose de nombreuses activités ; la commune dispose notamment d’une patinoire couverte, mais aussi d’une luge sur rail.

Image

 
Historique et situation
Auteur de cette partie : valcelouis
Section écrite le 30/07/2022 et mise à jour le 31/07/2022
(Mise en cache le 31/07/2022)

2. Historique et situation du télésiège de la Pousterle

L’axe de la Pousterle depuis 1977

Alors que tout le secteur sud-est est progressivement équipé en 1970 par les télésièges du Bois Long et du Gué, suivis un an après par le télésiège des Fontaines puis en 1974 par le premier vrai débrayable de la station le télésiège de Prélongis, l’ouverture de l’axe de la Pousterle ne se fera qu’en 1977 avec la construction de deux appareils. En effet, cette année-là sont installés le télésiège fixe 2 places de la Pousterle et le téléski à enrouleurs des Marmottes. Si le premier a été construit par Montaz-Mautino de type Tri-Alp, le second qui est toujours en place aujourd’hui a été construit par Mécalift et a été renommé depuis Génépi. Ce nouvel axe a permis d’ouvrir un nouveau secteur destiné aux skieurs confirmés, permettant d’atteindre les 2700 mètres d’altitude qui reste aujourd’hui le sommet du domaine skiable. Avec l’ouverture de ce nouveau secteur auparavant vierge de toute installation, la station frappe un grand coup et se place dans la course aux sports d’hiver.

Image

Image

En 1999, la station débute un plan de modernisation de son domaine skiable pour rester compétitive face à ses concurrentes. C’est ainsi que le premier télésiège débrayable 6 places des Orres vient prendre la place de celui de Prélongis à bout de souffle et en totale saturation. En 2002, la suite du programme se concentre à la Pousterle, et un second télésiège débrayable 6 places prend la place du lent et inconfortable triplace. En effet, afin de redonner de l’intérêt à ce secteur pour confirmés et améliorer l’accès au téléski des Marmottes et plus globalement au sommet du domaine skiable, la modernisation de l’axe de la Pousterle par un appareil notamment beaucoup plus rapide était inévitable. L’exploitant, après avoir fait confiance à Poma pour son premier télésiège 6 places, renoue une seconde fois avec ce constructeur qui livre un appareil techniquement similaire, mais esthétique différent. A l’occasion, les pistes sont retravaillées mais restent d’un niveau difficile.

Un télésiège d’altitude pour les skieurs de bon niveau

Situé sur la partie droite du domaine skiable en regardant le plan des pistes, le télésiège de la Pousterle dessert un secteur de pistes pour les skieurs aguerris. Avec les nombreuses pistes de niveau rouge minimum qu’il dessert, il permet aussi l’accès au téléski du Génépi qui atteint le sommet du domaine skiable à 2720 mètres d’altitude. Complété par l’attrait du panorama offert à l’arrivée, l’emplacement du télésiège de la Pousterle rend ce dernier assez fréquenté en hiver par tous les amateurs de bon niveau.
Dans le détail, les pistes desservies sont :
- la piste rouge du Clos Sereis, large piste principale qui serpente sous la ligne du télésiège et qui permet de revenir à la gare aval mais aussi au front de neige des Orres 1800 par la totalité de la piste de la Rolande.
- la piste rouge du Vallon des Fontaines, piste de variante à la piste du Clos Sereis sur le début de son parcours, et qui passe comme son nom l’indique dans le vallon des Fontaines, lieu calme à l’écart des remontées mécaniques.
- la piste rouge de la Perdrix, piste de variante à la piste du Clos Sereis sur le début de son parcours et qui se termine à la fin de la piste du Vallon des Fontaines avant de rejoindre la piste du Clos Sereis.
- la piste rouge Grand’Cabane, très longue piste ouverte uniquement en cas de bon enneigement et qui permet l’accès aux Orres 1800 via un itinéraire excentré du domaine skiable offrant une très belle vue.
- la piste noire de la Pousterle, piste qui permet de descendre l’intégralité du dénivelé du télésiège éponyme, et qui permet l’accès aux Orres 1800 via la piste de la Rolande dans laquelle elle se termine, mais qui permet aussi de revenir au pied du télésiège via la piste des Poussins. Cette piste coupe à de nombreux endroits la piste du Clos Sereis, permettant ainsi de combiner les deux pistes pour redescendre.

Image

 
Infrastructures
Auteur de cette partie : valcelouis
Section écrite le 30/07/2022 et mise à jour le 31/07/2022
(Mise en cache le 31/07/2022)

3. Infrastructures du télésiège de la Pousterle

Les caractéristiques

Caractéristiques administratives

Type d’installation : Télésiège à pinces débrayables
Nom de l’installation : Pousterle
Maître d’œuvre : CNA
Maître d’ouvrage : REGORE
Génie civil et montage : Inconnu
Exploitant : SEMLORE
Constructeur : Poma
Année de construction : 2002
Montant d’investissement : 4 millions €

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver & été
Capacité des véhicules : 6 personnes
Débit à la montée : 1800 personnes/heure
Débit à la descente : 300 personnes/heure
Vitesse nominale : 5 m/s
Type d'embarquement : Axe de la ligne
Type de débarquement : Axe de la ligne
Dispositif d’aide à l’embarquement : Aucun
Dispositif d’aide au débarquement : Aucun
Temps de trajet : 6 min 22 sec

Caractéristiques géométriques

Altitude gare aval : 1875 m
Altitude gare amont : 2528 m
Dénivelé : 653 m
Longueur développée : 1911 m
Pente moyenne : 36,87 %
Pente maximale : 63,00 %

Caractéristiques techniques

Type de gare aval : Satellit
Type de gare amont : Satellit
Emplacement gare de tension : Aval
Emplacement gare motrice : Amont
Type de motorisation principale : Electrique (continu)
Type de motorisation de secours : Thermique
Puissance développée : 670 kW
Type de tension : Hydraulique
Nombre de vérins : 2
Tension nominale : 23700 daN
Pression nominale : 157 bars
Type de frein de service : 1 pince électro-magnétique sur arbre rapide
Type de frein de sécurité : 1 pince hydraulique sur poulie motrice
Diamètre de poulie retour : 4900 mm
Diamètre de poulie motrice : 4000 mm

Type de véhicules : Sièges Confort 6
Type d’attaches : Pinces débrayables Oméga T-L
Nombre de véhicules : 66 sièges + 1 plateau de service

Caractéristiques électriques

Fournisseur des armoires de puissance : SEMER (2002)
Fournisseur des armoires de commande : SEMER (2002)
Type d’automate de sécurité : Siemens S5-95F
Type de groupe de ligne de sécurité : SEMER Safeline 3.1
Type de simulateur de charge : SEIREL Automatismes Selest (2010)
Télécommande radio gare aval : SEMER Freeman
Télécommande radio gare amont : SEMER Freeman
Télécommande radio maintenance : Jacquard Electromécanique Nanostop

Caractéristiques du câble

Fabricant du câble : Redaelli
Année de pose : 2017
Diamètre du câble : 47,00 mm
Type de câblage : Lang
Composition : 6×31 fils
Ame : Compacte
Revêtement : Clair
Résistance à la rupture : 160000 daN

Caractéristiques de la ligne

Nombre de pylônes : 20
Implantation du câble multipaire : Aérien
Sens de montée : Droite
Composition de la ligne :

  • P1 : 12C | 12C
  • P2 : 12S | 12S
  • P3 : 4SC | 4SC
  • P4 : 8S | 12S
  • P5 : 4S | 6S
  • P6 : 8C | 8C
  • P7 : 8S | 8S
  • P8 : 6S | 8S
  • P9 : 4S | 6S
  • P10 : 4S | 4S
  • P11 : 8S | 12S
  • P12 : 8C | 12C
  • P13 : 8S | 12S
  • P14 : 4S | 6S
  • P15 : 4S | 6S
  • P16 : 4S | 6S
  • P17 : 6S | 8S
  • P18 : 6S | 8S
  • P19 : 6S | 8S
  • P20 : 12S | 12S

La gare aval

La gare aval est située sur le grand carrefour d’altitude du domaine skiable. Ce grand carrefour regroupe les gares d’arrivée des télésièges de Prébois et de Prélongis, venant respectivement des fronts de neige des Orres 1800 et des Orres 1650, et les gares de départ des télésièges de la Pousterle et des Fontaines, donnant accès à deux secteurs d’altitude. Sans compter les téléskis environnants, ce grand carrefour n’est autre que le point névralgique du domaine skiable. Le départ du télésiège de la Pousterle est situé sur la partie basse de ce carrefour, entre la fin de la ligne du télésiège de Prélongis et le départ voisin du télésiège des Fontaines.
L’accès à l’embarquement est gravitaire depuis les autres installations environnantes et est ici réalisé en ligne droite en passant un portique de présentation de l’installation doté de quatre bornes de contrôle des forfaits. Les portillons de cadencement, fournis par Leitner, sont constitués d’un bloc de quatre et d’un bloc de deux dont ce dernier est légèrement plus avancé. L’embarquement est fait sur une plateforme recouverte d’un tapis glissant et de couloirs matérialisés. Le débarquement est aussi doté d’une plateforme, qui sert également l’été pour embarquer les vélos.
La cabane est d’un modèle assez simple, comprenant une pièce d’exploitation pour la vigie en face de l’embarquement, et d’une pièce annexe en partie arrière pour du stockage de matériel notamment.
La gare en elle-même, de type Satellit, est dotée d’une couverture en tôles gris foncé rendant l’ensemble sobre et assez discret. Certains marquages latéraux mentionnent le nom de l’installation ainsi que le logo de la station de l’époque. La sous-face en bois atténue légèrement le bruit.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Quatre bornes de contrôles des forfaits du modèle Easy Gate de Skidata :

Image

Image

Image

Les portillons de cadencement, dont deux ne sont pas sur le même axe que les autres, sont fournis par Leitner :

Image

Image

La plateforme d’embarquement est recouverte d’un tapis synthétique glissant blanc et vert et de séparations des couloirs par des profilés plastiques rouges :

Image

Image

D’un point de vue technique, nous retrouvons ici la gare de retour et de tension du câble. La tension est réalisée par un unique vérin hydraulique, piloté en intermittence par une centrale, qui agit sur un lorry sur lequel est montée la poulie.
L’armoire électrique est fournie par la société SEMER. Elle comporte le matériel Siemens classique de l’époque, notamment les automates de la gamme S5, deux racks modèle 95F en redondance pour la partie sécuritaire et un rack 95U pour la partie commande, ainsi que l’écran tactile SIMATIC MP 370. Les afficheurs de tension des batteries et de la vitesse du vent en ligne sont également présents en façade. A noter que l’équipement électrique permet la montée le matin du conducteur en télécommande, avec l’appui d’une caméra.
Les équipements de fonctionnement présents dans la gare sont ceux de la Gamme 21, avec des prises de mouvement de chaque côté, du système de pesage à capteur inductif relié à son boîtier Visa 1000, et de la transmission de mouvement entre les pneus par des courroies dans les lignes droites et par engrenages dans les courbes. Le seul équipement supplémentaire concerne l’aiguillage ; ce dernier est situé en arrière de la gare dans l’axe du ralentisseur et permet la sortie d’un véhicule, le stockage étant difficilement possible en période d’exploitation.

Image

Image

L’écran de visualisation du débarquement en gare amont :

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Le moyeu de la poulie :

Image

Le vérin de tension hydraulique :

Image

Image

Image

La centrale hydraulique du vérin de tension et le coffret électrique associé :

Image

Image

Image

Une des deux prises de mouvement :

Image

Image

Une rampe et son capteur de pesage des pinces :

Image

Un compresseur pour le gonflage des pneus et son enrouleur :

Image

L’aiguillage :

Image

Image

Image

Image

Image

Image

La ligne

Parmi tous les téléportés de la station, la ligne du télésiège de la Pousterle est celle qui est la plus longue et qui a le plus de dénivelé. Elle dispose de 20 pylônes.
Le P1, placé directement après la gare aval, élève la ligne pour la sortir du léger encaissement. Le haut P2 permet ensuite d’adoucir la pente juste au-dessus de l’ancienne gare aval du télésiège des Fontaines. Le P3 imprime de nouveau une pente plus forte jusqu’au P4 qui rétablit avec le P5 une quasi-horizontalité du câble. Le P6 réimprime une forte montée, qui s’atténue à partir du P7. Idem au P12 qui marque le début de la deuxième partie de la ligne qui sort petit à petit en dehors de la forêt. Le P13 adoucit légèrement de nouveau la pente qui reste homogène jusqu’au P19.
Les équipements de ligne sont standards avec des pylônes tubulaires et des têtes développées pour les lignes à partir de 2001. Certains pylônes hauts sont équipés, à mi-hauteur, d’une passerelle de repos.
La numérotation, avec des plaquettes en plastique, a été remplacée artisanalement à certains pylônes.

Le P1 :

Image

Image

Image

Image

Le P2 :

Image

Image

Le P3 :

Image

Image

Image

Le P4 :

Image

Le P5 :

Image

Image

Le P6 :

Image

Image

Image

Le P7 :

Image

Image

Le P8 :

Image

Image

Le P9 :

Image

Image

Image

Le P10 :

Image

Image

Image

Le P11 :

Image

Image

Image

Le P12 :

Image

Image

Image

Le P13 :

Image

Image

Le P14 :

Image

Image

Le P15 :

Image

Image

Le P16 :

Image

Image

Le P17 :

Image

Image

Le P18 :

Image

Le P19 et le P20 :

Image

Image

Image

Image

La gare amont

La gare amont est située sur une crête, non loin du départ du téléski du Génépi auquel elle donne un accès direct. Les pistes desservies pour revenir au pied de l’installation sont accessibles en sortant directement à droite ou à gauche.
Le débarquement se fait en ligne droite. La cabane d’exploitation regroupe la pièce pour le conducteur avec les armoires de commande, et la pièce arrière où sont placées les armoires de puissance ; le soubassement est facilement accessible depuis une porte située à l’arrière de la cabane. Une plateforme est présente pour l’embarquement à la descente. Pour l’accès du personnel à l’intérieur de la gare, une passerelle artisanale en platelage bois a été installée entre le massif béton arrière et l’échelle d’accès.
D’un point de vue esthétique, la gare amont ressemble en tout point à la gare aval, à l’exception de l’absence d’inscriptions du nom de l’appareil et de la présence d’un seul logo de la station. Le gris anthracite est bien intégré dans l’environnement pierreux de la gare.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

La gare amont assure la mise en mouvement du câble : c’est la station motrice.
Le conducteur de l’installation dispose d’une armoire de commande de même taille qu’en gare aval, mais regroupant toutes les fonctions nécessaires à la conduite de l’installation en exploitation.
La chaîne cinématique est tout à fait classique : elle est constituée d’un moteur électrique mettant en mouvement un arbre rapide sur lequel est monté un volant d’inertie et un disque où agit le frein de service électro-magnétique. Cet arbre rapide entre dans un réducteur planétaire à renvoi d’angle mettant en mouvement la poulie motrice. Le frein de sécurité hydraulique agit directement sur la piste de la poulie motrice. En cas d’indisponibilité du moteur électrique, un moteur thermique doté d’un coupleur en sortie d’arbre entre dans une boîte auxiliaire du réducteur et permet ainsi de mettre en mouvement la poulie motrice à faible vitesse pour rapatrier les usagers. Ce mode de secours, très classique pour les appareils Poma de cette époque, ne permet pas la récupération des usagers en cas de casse du réducteur.
La gare amont est dotée dans le contour du cadenceur. Ce cadenceur qui n’est autre qu’une portion de plusieurs pneus indépendante des prises de mouvement, est mis en mouvement plus ou moins rapidement suivant la position des véhicules par un petit moteur électrique asservi par un variateur. Ce système de cadenceur implique de relier mécaniquement la portion de pneu indépendante aux autres pneus du contours lors des évacuations de ligne en absence du réseau d’alimentation électrique.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Le moteur du treuil de l’installation à courant continu est fabriqué par Sicme Motori :

Image

La centrale hydraulique du frein de sécurité :

Image

Image

Le réducteur Kissling :

Image

Le frein de service de type PP 2200 à électro-aimant :

Image

Image

La portion de pneu cadenceuse associée à son moteur à vitesse variable :

Image

Image

Image

Image

Le moteur thermique et son coffret de pilotage :

Image

Le coupleur et le cardan de transmission vers la boîte auxiliaire du réducteur :

Image

Image

Image

Image

Image

Les véhicules et attaches

Les véhicules fournis pour équiper l’installation sont des sièges de type Confort 6. Conçus en 1996 et commercialisés jusqu’en 2002, ces sièges 6 places ont été étudiés à l’époque pour leur confort avec des assises et dossiers individuels dotés de coussins rembourrés et résistants, pour leur sécurité avec des garde-corps équipés de poignées de préhension accessibles aux enfants, pour leur maintenabilité grâce à un arceau supportant l’ensemble des équipements sans pièces annexes, et pour leur discrétion notamment grâce aux tôles noires anti-reflets.
Les pinces équipant ces sièges sont de type Oméga T-L, pinces utilisées pour la Gamme 21 et compatibles avec les gares Oméga T et Satellit. Ces pinces à deux ressorts sont vendues non réglables et n'ont besoin que d’un entretien réduit. Cependant, elles ne sont pas des plus silencieuses. La simple compression des ressorts permet de casser le givre.

Image

Derrière le dossier est installé un rack pour le transport des skis à la descente :

Image

Image

Image

Image

Exploitation estivale

La station des Orres exploite un domaine de VTT de descente reconnu dans le département des Hautes-Alpes et à l’échelle nationale. La large période d’exploitation du Bike Park mais aussi l’organisation d’événements sur ce dernier font de ce spot de vélo un domaine très fréquenté en été. L’exploitant s’appuie sur l’exploitation de trois de ses télésièges débrayables pour desservir les pistes. Parmi ces trois appareils, le télésiège de la Pousterle dessert une longue piste rouge, ainsi que plusieurs pistes pour les descendeurs expérimentés.
Le télésiège est également fréquenté par les piétons, randonneurs ou utilisateurs du restaurant d’altitude.

Image

Comme pour les deux autres télésièges ouverts en été, l’embarquement des vélos est fait dans la première partie du contour :

Image

Image

Image

Image

Image

 
Conclusion
Auteur de cette partie : valcelouis
Section écrite le 30/07/2022 et mise à jour le 31/07/2022
(Mise en cache le 31/07/2022)

4. Le télésiège de la Pousterle, un investissement utile au service du grand ski

Dans le cadre de sa modernisation à l’époque pour emboîter le pas aux autres grands domaines environnants, la station des Orres signe avec le télésiège de la Pousterle version 2002 un bel et utile investissement. En effet, si les pistes pour les skieurs débutants sont très importantes et doivent être desservies par des appareils adaptés, celles destinées aux bons skieurs et offrant un panorama grandiose se doivent aussi d’être accessibles rapidement et efficacement. Après la construction, en 1999, du premier télésiège débrayable 6 places sur le tracé de Prélongis, télésiège de sortie du front de neige destiné à tous, la station des Orres a su transformer l’essai trois ans plus tard en remettant au goût du jour l’accès aux longues pistes rouges sous la Pousterle, mais aussi l’accès au téléski du Génépi anciennement connu sous le nom des Marmottes. D’ailleurs, cinq ans après, la station continuera sa politique avec le remplacement du télésiège d’altitude des Fontaines.
Pour son second télésiège débrayable 6 places, c’est de nouveau Poma qui revient aux Orres, offrant un appareil sensiblement comparable au premier et permettant ainsi de faciliter la maintenance et la gestion des stocks de pièces détachées.
Au final, Pousterle, un appareil adapté au bon endroit.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Un remerciement particulier est adressé aux équipes de la SEMLORE pour la visite de l’installation.

Auteur des photos : valcelouis
Auteur des textes et de la mise en page : valcelouis
Date des prises de vue : 5 septembre 2020 & 19 janvier 2022

© valcelouis – Tous droits réservés



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :