En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus


Localisation(s)
Photo

 TSD6 de la Voie Lactée

Le Corbier (Les Sybelles)

Leitner

T2 ES
Description rapide :
Le télésiège de la Voie Lactée est un appareil important au Corbier : apportant débit et confort pour l'accès au domaine, il permet de fluidifier cet axe autrefois engorgé.

Année de construction : 2016

Remplace les appareils suivants : Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : Clément05
Section écrite le 30/07/2019 et mise à jour le 03/09/2019
(Mise en cache le 03/09/2019)

Bonjour, je vous présente un reportage sur le…

Image

Au sommaire :


  • Le Corbier
  • Le télésiège de la Voie Lactée
  • La restructuration du front de neige du Corbier
    Un ascenseur vers les sommets
    Caractéristiques
  • Ligne et infrastructures
  • La gare aval
    La ligne
    La gare amont
    Sièges et pinces
    Autres vues
  • Conclusion


Le Corbier

Le Corbier est une station de sports d’hiver et d’été de Savoie, située dans la vallée de la Maurienne. Elle fait partie depuis 2003 du domaine skiable des Sybelles, ensemble regroupant six stations : La Toussuire, Le Corbier, Saint Jean d’Arves, Saint Sorlin d’Arves, Saint Colomban des Villards et Les Bottières. Le Corbier est facilement accessible depuis Saint Jean de Maurienne (sortie n°27 de l’autoroute A43) par la D78 qui passe notamment par Villarembert, commune sur laquelle est implantée la station. Par le train, la gare de Saint Jean de Maurienne (TER et TGV en saison) est la plus proche tandis que l’aéroport de Chambéry Savoie (CMF) permet la desserte du domaine par avion (liaison finale par bus).
Le Corbier est une station bâtie de toutes pièces, comme sa voisine La Toussuire, de 3ème génération. Elle a ouvert en 1967 et s’est ensuite développée autour du Mont Corbier qui domine la station. Les grandes étapes de l’histoire du domaine sont la liaison avec Saint Jean d’Arves en 1980 puis avec La Toussuire 4 ans après, sans oublier l’ouverture des liaisons Sybelles en 2003. Le domaine du Corbier est essentiellement en altitude hors de la forêt, sur des alpages au relief assez homogène. Depuis le Mont Corbier, l’accès aux liaisons Sybelles (l’Ouillon ou Saint Jean d’Arves) se fait aisément.
La station en elle-même se compose d’un ensemble de tours visibles de loin avec plusieurs ensembles d’appartements et d’hôtels. La station comporte également un centre aqualudique et est reliée par des bus réguliers à La Toussuire tout au long de la journée.

Image
Le Corbier depuis la piste des Racourts.

Le télésiège de la Voie Lactée

La restructuration du front de neige du Corbier

Lors de la réalisation de la liaison avec Saint Jean d’Arves en 1980, l’exploitant s’est rendu compte de la vétusté des installations présentes sur son front de neige. Il est en effet composé alors de téléskis et du télésiège de la Verne, construit par Montaz Mautino en 1969. Déjà important, cet appareil permettait d’accéder au domaine d’altitude et d’ouvrir des pistes sous la Pointe du Corbier. Pour apporter du débit au front de neige, un télésiège fixe biplace Montaz Mautino est installé en 1982 afin de réduire les files d’attente. Long de 1228 m, cet appareil avait un débit de 1200 personnes par heure et une vitesse de 2,3 m/s. Ce nouvel appareil a été nommé Grand Crozat.

Il prendra de l’importance après l’installation successive des télésièges du Corbier et de l’Epaule du Corbier en 1988 et en 2000. En effet, en tant qu’ascenseur principal depuis le front de neige vers les secteurs d’altitude et placé au point bas de la station, il est très fréquenté. Le télésiège de la Verne est remplacé dès 1988 par un appareil fixe du constructeur Poma. Il permet de donner de l’air au front de neige en supprimant une partie des files d’attente. L’accès aux liaisons vers Saint Jean d’Arves et La Toussuire est alors amélioré.

Voici quelques photos de cet ancien appareil :

Image
La gare aval, une Alpha assurant la mise en mouvement et la tension du câble.

Image
En ligne.

Image
L’approche de l’arrivée avec le télésiège du Corbier au fond à droite.

Image
La gare amont, une poulie retour fixe.

Lien vers le reportage sur cet appareil : https://www.remontees-mecaniques.net/bdd/reportage-tsf4-de-la-verne-poma-469.html

En 2000, peu avant l’ouverture des liaisons Sybelles, le télésiège du Baïkonour est construit afin d’améliorer l’accès aux télésièges d’altitude. Cette nouvelle installation part de l’espace débutants pour donner accès aux mêmes appareils que les télésièges de la Verne et du Grand Crozat. En 2005, décision est prise de faire le ménage est de simplifier le front de neige. Le télésiège des Sybelles Express est construit, il permet de rejoindre les téléskis du Nieblais directement depuis le front de neige. Le jeune télésiège du Baïkonour est alors réutilisé pour remplacer le télésiège biplaces du Grand Crozat dont il reprend intégralement le tracé. Il s’agit donc d’un appareil construit par Leitner, avec une gare motrice tension en aval. Doté d’un débit de 1560 personnes par heure, le télésiège emmène ses passagers à la vitesse de 2,3 m/s sur un trajet de 1548 m de long. En voici quelques images :

Image
La gare aval avec celle du téléski du Saut derrière.

Image
Vue globale sur le bas de la ligne.

Image
La fin de la ligne, encadrée par les télésièges de l’Epaule du Corbier (à gauche) et du Corbier (à droite).

Image
Vue globale sur la poulie retour qui constitue la gare amont.

Lien vers le reportage sur cette installation : https://www.remontees-mecaniques.net/bdd/reportage-tsf4-du-grand-crozat-leitner-151.html

Avec la modernisation des domaines voisins de La Toussuire et de Saint Sorlin d’Arves, il devenait important que Le Corbier en fasse de même. Un plan d’investissements est mis sur pieds pour commencer à être mis en œuvre en 2016. En cette année sont démontés les télésièges de la Verne et du Grand Crozat pour être remplacés par un unique télésiège débrayable six places. Le but est toujours d’augmenter la capacité des installations du front de neige pour drainer le flux de skieurs vers le secteur d’altitude. La majorité des skieurs descend en effet dans la cuvette du télésiège du Grand Crozat par fainéantise de monter jusqu’au télésiège des Sybelles Express, pourtant bien moins chargé. Le nouvel appareil part de l’ancien emplacement de la gare aval du Grand Crozat pour arriver au même endroit que le télésiège de la Verne. Il donne ainsi accès au télésiège du Mont Corbier (vers l’Ouillon et Saint Jean d’Arves) ainsi qu’à tout un panel de pistes. Le téléski du Saut est raccourci et devient un appareil rapide et efficace d’accès au télésiège des Sybelles Express. Confié à Leitner, le chantier s’est déroulé en parallèle de la construction du télésiège du Charvin Express sur Saint Jean d’Arves.

Un ascenseur vers les sommets

Comme nous l’avons donc vu, le télésiège de la Voie Lactée est un appareil important sur le domaine skiable du Corbier : placé au point le plus bas du front de neige, il permet un accès rapide, confortable et sécurisé au domaine d’altitude grâce à son débit important. La position de la gare aval permet de récupérer un maximum de clients (qu’ils logent dans les bâtiments autour ou venant à la journée), au point de désavantager le télésiège des Sybelles Express en le rendant moins fréquenté en début de journée. Une fois arrivés en haut, les skieurs peuvent aisément rejoindre les sommets par le télésiège du Mont Corbier (non construit lorsque les photos ont été prises) ou les liaisons Sybelles. En effet, depuis l’arrivée, on peut rejoindre le téléski des Vadrouilles vers Saint Jean d’Arves ou l’Ouillon par les télésièges des Sybelles Express ou du Mont Corbier. Cela place le télésiège de la Voie Lactée dans un rôle important au sein du domaine skiable.

De plus, la position de la station amont permet de garantir un ski plus agréable en cas de mauvais temps puisque les pistes desservies sont parmi les plus protégées du Corbier (en excluant celles desservies par le télésiège des Envers) ce qui permet de garder un secteur ouvert en cas de météo défavorable plus haut. Le tracé a également été optimisé pour être moins sensible au vent comme vous pourrez le constater sur les images de la ligne.

Dans la série des particularités, le télésiège de la Voie Lactée possède des garde-corps semi-automatiques verrouillables, des assises bicolores et des bavettes pour empêcher les enfants de glisser sous la barre de sécurité. L’exploitant a opté aussi pour une motorisation par un moteur DirectDrive, technologie de moteur lent développée par les entreprises Poma et Leitner (option aussi choisie pour le télésiège du Charvin Express).

Les pistes desservies sont les suivantes :
- Va Doucement : Cette piste au profil assez régulier rejoint le front de neige en suivant plus ou moins le tracé du télésiège.
- Raccourts : Il s’agit de la principale piste partant de la Pointe du Corbier empruntée par les débutants. Constituée d’un chemin tracé à flanc de montagne sans grand intérêt, elle serpente en coupant trois pistes rouges pour arriver au front de neige principal du Corbier. Grâce à cette piste, les skieurs peuvent accéder au télésiège de la Liaison et au secteur de La Toussuire.
- Pirouette : Elle permet d’accéder au télésiège du Mont Corbier et au téléski des Vadrouilles depuis la piste des Raccourts et les liaisons Sybelles.
- Combe : Il s’agit d’une variante ouverte au public de la piste du Stade.
- Stade : Comme son nom l’indique, elle est principalement utilisée par les clubs de ski pour les entraînements et les compétitions. Le stade se finit en bordure du front de neige en rattrapant les pistes de la Combe et des Raccourts.

Situation sur le plan des pistes :

Image
Vue générale, avec l’Ouillon en haut.

Image
Zoom sur le secteur du Corbier.

Caractéristiques

Voici les caractéristiques de l’appareil :

- Caractéristiques Administratives

TSD - Télésiège à attache débrayable : VOIE LACTEE
Maître d’ouvrage : SATVAC
Maître d’œuvre : TIM
Montage / génie civil : STM Pugnat
Exploitant : SATVAC
Constructeur : Leitner
Année de construction : 2016

- Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 6 personnes
Débit à la montée : 3000 personnes/heure
Débit à la descente : 1500 personnes/heure
Vitesse d'exploitation : 5,5 m/s
Equipement d’aide à l’embarquement : Aucun

- Caractéristiques Géométriques

Altitude aval : 1517 m
Altitude amont : 1865 m
Dénivelé : 348 m
Longueur développée : 1302 m
Pente maximale : 56 %
Pente moyenne : 27,23 %
Temps de trajet : 3 min 56 s

- Caractéristiques Techniques

Type de gare : Leitner CD10
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Emplacement motrice : Amont
Type de motorisation : Directe
Sens de montée : Gauche
Embarquement : A 90°
Nombre de pylônes : 9
Largeur de la voie : 6,1 m
Dispositif d’accouplement : Pinces LPA-M
Nombre de sièges : 72
Espacement : 38,9 m

- Caractéristiques du Câble

Constructeur : Redaelli
Diamètre du câble : 46 mm
Type d’âme : Compacte
Composition : 6*26 fils
Année de pose : 2016
Revêtement : Zingue

Ligne et infrastructures

La gare aval

La gare aval est la station retour tension du télésiège. Cette fonction est assurée par un unique vérin placé à l’aval de la poulie retour, le tout étant monté sur deux rails. Une centrale hydraulique permet de régler la position de la tige du vérin. La station de départ adopte une couverture basse pour mieux s’intégrer dans son environnement, de couleur noire avec un liseré rouge. Elle est située en bas des pistes des Jardins et du Saut et très accessible depuis l’ensemble des logements du Corbier. Un parking pour le stationnement des voitures ainsi qu’une caisse sont situés à proximité de la gare aval. A noter que le téléski de Bébert se situe juste à côté du télésiège, téléski qui permet de revenir sur le front de neige principal du Corbier depuis le télésiège de la Voie Lactée.

Image
Vue globale sur la zone de la gare aval depuis la piste du Saut, avec la fin de la barre d’immeubles du Corbier à gauche et le parking au fond.

Image
Vue globale sur la gare aval et le premier pylône.

Image
La couverture est basse pour mieux s’intégrer dans l’environnement. On remarque le téléski de Bébert derrière.

Image
La gare aval de trois quarts avec le lanceur.

Image
De l’autre côté avec les portillons de cadencement.

Image
Vue globale sur la gare à couverture basse du côté du ralentisseur.

Image
La zone de départ depuis la piste des Jardins.

Image
L’embarquement tangentiel.

Image
La poulie retour tension.

Image
Et c’est parti !

La ligne

La ligne se compose de 9 pylônes tubulaires.
Depuis la zone de la gare aval, elle monte assez régulièrement jusqu’à la gare amont du téléski de Bébert. Elle s’aplanit ensuite en longeant la piste bleue Va Doucement. Le tracé aborde alors une partie légèrement descendante à l’aplomb d’une petite crête et survole le stade de slalom après le pylône 7. Ce dernier donne la dernière pente jusqu’à la gare amont.

Caractéristiques de la ligne :
P1 : 12C/12C
P2 : 10S/10S
P3 : 8S/8S
P4 : 8S/8S
P5 : 10S/8S
P6 : 12S/10S
P7 : 4SC/4SC
P8 : 8S/6S
P9 : 12S/12S

S : balancier support
C : balancier compression
SC : balancier support-compression


Image
Le début de la ligne depuis la gare aval avec le ralentisseur.

Image
La première portée, assez pentue.

Image
Le P2, avec le téléski de Bébert à droite.

Image
La ligne se poursuit avec une pente moins forte.

Image
Le P3, avec l’arrivée du téléski de Bébert à droite.

Image
On franchit la fin de la piste verte du P’tit Loup.

Image
Le P4, on arrive à la fin de la montée principale.

Image
La piste bleue Va Doucement passe sous le télésiège.

Image
Le P5, le long de la piste bleue.

Image
La Pointe du Corbier est désormais visible, en point de mire.

Image
Le P6, on va aborder la portion descendante.

Image
La piste rouge de la Combe à droite de l’ancien télésiège du Corbier au fond.

Image
Le P7, au bord du stade de slalom.

Image
La portée vers le P8 permet de franchir le stade de slalom.

Image
Le P8.

Image
On approche de la gare amont.

Image
Le P9, dernier pylône.

La gare amont

La gare amont est la station motrice de l’installation. L’entraînement est assuré par un moteur DirectDrive développé par le groupe HTI (Poma – Leitner). Il s’agit d’une technologie de moteur synchrone lent à aimants permanents entraînant le câble sans passer par un réducteur. La station d’arrivée adopte une couverture complète avec le même schéma de couleurs qu’en gare aval. Le tout est situé sur un petit replat au croisement des pistes du Chamois, de la Combe et des Racourts. De là, on peut rejoindre le télésiège du Mont Corbier (vers Saint Jean d’Arves et l’Ouillon) ou le point de liaison vers La Toussuire par le vallon de Comborsière, sans oublier la large offre de ski propre du secteur. A noter que la gare amont possède un rail pour retirer des sièges et stocker le véhicule de service.

Image
L’arrière de la gare amont, le rail de stockage avec le véhicule de service et la zone d’embarquement à la descente.

Image
Vue globale sur la zone de débarquement.

Image
L’avant de la gare amont avec la cabane et le poste électrique en dessous.

Image
En descendant vers la piste Va Doucement.

Image
La gare amont depuis l’ancien télésiège du Corbier.

Image
Zoom sur le DirectDrive.

Image
En montant. En toile de fond se trouve la station de La Toussuire avec le Grand Truc au fond.

Image
La gare amont en contre-plongée.

Image
Avec la zone de dégagement des skieurs.

Image
La gare amont, les 2/3 supérieurs de la ligne et la Tête d’Albiez le Vieux en arrière-plan.

Image
La gare amont depuis la piste de la Combe.

Image
En partant vers la piste des Racourts.

Sièges et pinces

Le télésiège de la Voie Lactée est équipé de 72 sièges LPA 6OCC avec dossiers hauts, assises bicolores, garde-corps semi-automatiques et verrouillage de ces derniers. Les dossiers, alternant rouge et noir, permettent un positionnement correct des skieurs. Des bavettes en plastique sur le garde-corps empêchent les petits gabarits de passer sous le garde-corps. Les sièges sont reliés au câble par des pinces LPA-M.

Image
Vue globale sur un siège.

Image
L’assise bicolore avec les bavettes en plastique.

Image
Les dossiers, très confortables.

Image
La suspente et la pince LPA-M. On remarque le levier Flexball pour actionner le garde-corps.

Autres vues

Voici des vues supplémentaires du télésiège depuis les pistes environnantes.

Image
La fin de la ligne depuis la piste des Racourts.

Image
La fin de la ligne depuis le départ du stade de slalom.

Image
La partie intermédiaire du tracé depuis la piste du Saut.

Image
L’arrivée sur la gare aval par la piste des Jardins.

Conclusion

Le télésiège de la Voie Lactée est un appareil confortable et performant pour assurer la montée en altitude des skieurs. Idéalement positionné pour ensuite donner rapidement accès aux sommets et aux liaisons, il conjugue en plus de ses performances la sécurité des clients avec au total 3 options destinées à l’améliorer. L’utilisation d’une couverture basse en gare aval et du moteur DirectDrive rend l’appareil très discret dans son environnement puisqu’en aval la station se fait petite devant les tours du Corbier et le bruit de la gare amont est quasiment inexistant. Cependant on peut s’interroger sur l’équilibre des flux entre les deux télésièges débrayables du front de neige : il semble en effet que le télésiège des Sybelles Express soit délaissé par la clientèle qui préfère se laisser glisser jusqu’à celui de la Voie Lactée, quitte à attendre, que de marcher quelques mètres, bien que Sybelles Express offre une montée rapide et confortable en une fois au sommet. Le télésiège de la Voie Lactée est donc parfois chargé avec des files d’attente pouvant se former en période d’affluence alors que quelques mètres plus haut, il n’y a aucune attente à l’autre télésiège ! Une situation quelque peu étonnante lorsque l’on visualise la position phare qu’occupe le télésiège des Sybelles Express dans le domaine du Corbier…

Texte & bannière : Clément05
Photos : Clément05 (le 6 janvier 2018)

A bientôt.

© - 2019 – Clément05 – www.remontées-mécaniques.net



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :