En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSD6 des Combes

Méribel-Mottaret (Les Trois Vallées)

Poma

T2 ES
Description rapide :
Nouveauté 2015 de la vallée de Méribel, ce télésiège remplace trois anciens télésièges d'un coup et a la particularité de disposer d'une gare intermédiaire uniquement sur le brin montant. Il permet un accès rapide aux secteurs du Roc de Tougne, du Châtelet et de Tougnète, d'assurer la liaison avec la Vallée des Belleville avec les téléskis du Roc de Tougne, de desservir l'ensemble des immeubles du Hameau de Mottaret, ainsi qu'un espace ludique et débutant.

Options techniques :
  • Garde-corps verrouillables
  • Gare intermédiaire 1 brin
Année de construction : 2015

Remplace les appareils suivants : Suivre la discussion sur le forum



 
Auteur de ce reportage : collonges74
Section écrite le 27/02/2016 et mise à jour le 08/03/2016
(Mise en cache le 11/03/2016)

LE TELESIEGE DES COMBES
Méribel-Mottaret (Les Trois Vallées)
Poma – 2015


Image


Les Trois Vallées : le plus grand domaine skiable du monde !

Entre les vallées de la Tarentaise et de la Maurienne, au cœur de la Savoie, le domaine des Trois Vallées est sans aucun doute le plus grand domaine skiable de France. Totalisant près de 330 pistes, il est desservi par 3 téléphériques, 4 funitels, 35 télécabines, 50 télésièges débrayables, 10 télésièges fixes et 44 téléskis, soit un total de 146 remontées mécaniques ! Le domaine est composé, comme son nom l’indique, de trois vallées principales : la vallée de Bozel (dans laquelle se trouve le domaine de Courchevel), la vallée des Allues (dans laquelle se trouve le domaine de Méribel), et la vallée des Belleville, dans laquelle se trouvent les domaines de Saint Martin, des Menuires et de Val Thorens. Le domaine est composé de 12 stations principales : Méribel, Méribel-Mottaret, Brides-les-Bains, Saint-Martin-de-Belleville, les Menuires, Val Thorens, Orelle, Courchevel 1850, Courchevel-Moriond, Courchevel-Village, Courchevel-le Praz et la Tania.
Le domaine des Trois Vallées s’étale de 1300 à 3230 mètres d’altitude, et on y trouve la station de ski la plus haute d’Europe, Val Thorens, perchée à 2300 mètres d’altitude.

Méribel-Mottaret : le cœur des Trois Vallées

Située au cœur des Trois Vallées, au fond de la vallée des Allues, Mottaret est la station plus familiale de Méribel. Elle est composée de petits immeubles en bois respectant l’architecture montagnarde traditionnelle, ce qui leur donne une allure de gros chalets. La station est perchée entre 1680 et 1800 mètres d’altitude, et pour faciliter les déplacements, une télécabine pulsée en deux tronçons a été implantée entre les immeubles pour relier le bas et le haut de la station. Les prix étant nettement plus abordable qu’à Méribel Centre, la station est plus sportive, étudiante et familiale.
Le domaine skiable de Méribel-Mottaret est géré par la Société des Trois Vallées (S3V), qui gère également le domaine de la vallée de Courchevel.

Le bas de Mottaret depuis la piste Martre :
Image


Mottaret, des années 1970 à nos jours

En 1973, face au manque de place à Méribel pour construire de nouveaux logements, la décision est prise de créer une nouvelle station au fond de la vallée de Méribel : c’est ainsi que voit le jour la station satellite de Méribel-Mottaret, à 1700 mètres d’altitude, au pied du Mont de la Challe, en aval du lac de Tuéda.
La création de la station s’accompagne de la réalisation de quatre remontées mécaniques : les téléskis du Doron et du Laitelet, qui desservent des pistes débutantes sur le versant Mont de la Challe. Sur le versant opposé sont construits la télécabine du Pas du Lac, en deux tronçons, qui rejoint le sommet de la Saulire et effectue la liaison avec Courchevel, et le téléski de Chapuiferand, qui dessert les pentes situées sous le haut du premier tronçon de la télécabine du Pas du Lac.

Le front de neige de Mottaret aux débuts de la station, avec en n°10 la télécabine du Pas du Lac 1, en n°24 le téléski du Doron, en n°25 le téléski du Laitelet, en n°26 le téléski de Chapuiferand, et en n°27 le télésiège des Ramées, en projet :
Image


En 1974 est construit le télésiège des Combes. Il double le téléski du Laitelet sur un tracé plus long, donnant ainsi accès à des pentes plus engagées. La même année est construit le téléski du Roc de Tougne. Directement accessible depuis le télésiège des Combes, le téléski permet d’atteindre le sommet du Mont de la Challe, et de basculer de ce fait vers la vallée des Bellevilles et les stations des Menuires et de Saint Martin. Devant le succès que rencontre ce téléski, la station décide de le doubler par un autre téléski.

Le front de neige aux débuts de la station, avec le télésiège des Combes, et les téléskis du Laitelet et du Doron :
Image

Image

Image


En 1977 vient le tour du versant de la Saulire d’être aménagé. Ainsi, 2 remontées voient le jour : le téléski des Grands Numéros double la partie supérieure du télésiège des Ramées, et dessert ainsi deux pistes bleues (Aiglon et Grands Numéros, aujourd’hui disparues).

En 1978, face à l’extension vers l’Ouest de Mottaret, la décision est prise de doter les logements les plus élevés de leur propre remontée d’accès au domaine skiable. Le télésiège fixe triplace des Arolles est donc construit, sur un court tracé. ). Un autre télésiège fixe triplace est construit , celui de la Grande Rosière, en dédoublement du second tronçon de la télécabine du Pas du Lac. Ainsi, les deux télésièges des Ramées et de la Grande Rosière constituent un itinéraire « bis » pour accéder à Courchevel et profiter de ce versant en cas de problème sur la télécabine du Pas du Lac

Mottaret en 1978 :
Image
Légende :
A : Téléskis du Roc de Tougne 1 & 2
B : Téléski du Laitelet
C : Téléski du Doron
D : Télésiège des Arolles
E : Télécabine du Pas du Lac 1
F : Télésiège des Ramées
G : Téléski des Grands Numéros
H : Télésiège des Combes


En 1981, le télésiège de la Table Verte est doublé sur un tracé beaucoup plus long par le télésiège fixe triplace de la Table Verte, qui permet un accès par gravité aux téléskis du Roc de Tougne ainsi qu’au secteur de Tougnète.

C’est toutefois en 1983 et 1984 que le plus gros chantier de la station est entrepris, avec la construction de la très impressionnante télécabine des Plattières, qui rejoint le sommet du Roc des Trois Marches en trois tronçons. Elle apparaît rapidement comme une véritable colonne vertébrale du domaine skiable puisqu’elle permet un accès rapide et direct aux Menuires et à Val Thorens depuis le front de neige de Mottaret.

Mottaret en 1986 :
Image
Légende :
A : Télécabine des Plattières 1, 2 & 3
B : Télésiège des Combes
C : Téléski du Laitelet
D : Téléski du Doron
E : Téléskis du Roc de Tougne 1 & 2
F : Télésiège des Ramées
G : Téléski des Grands Numéros
H : Télécabine du Pas du Lac 1
I : Télésiège des Arolles
J : Télésiège de la Table Verte


En 1985, le télésiège des Arolles est remplacé par un télésiège fixe quadriplace sur un tracé complètement différent, destiné à augmenter l’offre de ski pour débutants au départ du front de neige.

La vallée de Méribel pour la saison 1989/1990 :
Image


En 1994, face au débit insuffisant du télésiège des Combes et à son temps de trajet trop élevé, la S3V décide de le remplacer par un télésiège débrayable quadriplace, sur un tracé sensiblement différent, plus à l’est du premier. L’ancien télésiège des Combes est réimplanté sur le domaine, sous le nom du télésiège du Châtelet, afin de seconder le deuxième tronçon de la télécabine des Plattières.

En 1997, le téléski des Grands Numéros est démonté. Puis, l’année suivante, le front de neige est métamorphosé, avec le remplacement de la télécabine du Pas du Lac par une télécabine huit places. Elle reprend sensiblement le même tracé que son prédécesseur, mais son départ se situe cette fois de l’autre côté du front de neige, entre les départs des télésièges des Combes et des Arolles.

Par la suite, le front de neige reste inchangé durant la première décennie des années 2000, à l’exception du remplacement du téléski du Doron par un tapis roulant en 2008.

Les années 2010 voient en revanche de très gros travaux intervenir sur le front de neige. En 2011, le télésiège des Ramées, qui n’était plus exploité depuis 2008, est démonté. En 2012, face au débit clairement insuffisant de la télécabine des Plattières et à sa vétusté, la S3V entreprend de remplacer ses deux premiers tronçons par une télécabine dix places en un seul tronçon.

Le chantier du télésiège des Combes

En 2015, le front de neige est véritablement métamorphosé, puisque c’est au tour des télésièges des Combes, des Arolles et de la Table Verte d’être démontés et d’être remplacés par un unique télésiège débrayable six places avec une gare intermédiaire. Cette refonte du secteur s’accompagne de la construction du téléski des Arolles le long de la piste Perdrix, un peu en dessous du départ de l’ancien télésiège de la Table Verte, d’un nouveau tapis roulant couvert en aval de ce téléski, et du déplacement du tapis roulant du Doron sur le front de neige.

Plan des travaux prévus à l’été 2015 :
Image


L’objectif de cette restructuration était de remplacer des installations vieillissantes (les télésièges des Combes, de la Table Verte et des Arolles dataient respectivement de 1994, 1981 et 1985) par un téléporté plus rapide et plus performant. La Société des Trois Vallées, qui exploite les domaines de Méribel-Mottaret et de Courchevel, souhaitait également réorganiser l’arrivée des flux de skieurs sur le front de neige, et créer un espace débutant plus facilement accessible depuis les résidences de Mottaret.

En orange, les télésièges démontés ; en rouge, le nouveau télésiège des Combes sur le plan des pistes de la saison 2014/2015 :
Image



=> Liens vers les reportages des remontées remplacées en 2015 par le télésiège des Combes :

Lien vers le reportage du télésiège des Combes (1994-2015) :
Image

Lien vers le reportage du télésiège de la Table Verte :
Image

Lien vers le reportage du télésiège des Arolles :
Image



Le chantier du télésiège des Combes s’est étalé sur l’été 2014 et l’été 2015. Durant l’été 2014, quelques travaux de génie civil, de terrassement et de défrichage ont été effectué sur le tracé de la ligne. Quelques pylônes, les pylônes 15 à 21, ont même été levés au mois de novembre 2014.

Les pylônes 20 et 21, en décembre 2014 :
Image


Au printemps 2015, les télésièges des Combes, de la Table Verte et des Arolles ont été démontés. Le télésiège des Arolles a été vendu à une station du Kazakhstan.

Démontage du télésiège des Arolles en mai 2015 :
Image

Démontage du télésiège des Combes :

Image


Les massifs ont ensuite été coulés au cours de la fin du mois de mai 2015 :

Les massifs de la gare intermédiaire fraîchement terminés :
Image

Le massif préfabriqué du septième pylône et son coffrage :
Image


Après le levage de la ligne dans le courant du mois de juin 2015 est venu le levage des gares le 25 juin 2015.

Le levage de la gare aval :
Image

La gare aval et la ligne montés :
Image

La gare intermédiaire une fois montée :
Image

Image


Le câble a ensuite été déroulé dans le courant de l’été. Puis sont venues les dernières finitions, la pose des sièges et des portillons d’embarquement, et les essais.

Le câble prêt à être déroulé en sortie de gare intermédiaire, avec les pylônes 12 à 18 :
Image

Dernières finitions à l’automne 2015 :
Image

Les premiers sièges en gare, avec les portillons d’embarquement décalés au premier plan :
Image


Le suivi de chantier dans sa totalité peut être consulté ici : http://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=22958&st=0



Combes : la nouveauté 2015 de la vallée

Le télésiège des Combes est donc venu remplacer, à l’été 2015, trois télésièges : le télésiège débrayable des Combes, ainsi que les télésièges fixes des Arolles et de la Table Verte.
C’est un télésiège absolument vital pour la vallée de Méribel et le domaine de Méribel-Mottaret plus particulièrement, pour plusieurs raisons.

Il permet tout d’abord d’accéder depuis le front de neige de Mottaret à plusieurs secteurs : le Roc de Tougne, en empruntant les téléskis du même nom situés en contrebas de la gare amont du télésiège des Combes ; le Châtelet en empruntant la piste Martre jusqu’au bas du télésiège du Châtelet ; les Combes en arpentant les pistes de la Fouine, des Coqs, de Martre, etc, desservies par le télésiège des Combes ; le secteur de Tougnète et la Chaudanne en empruntant la piste des Coqs puis celle de Pouillard jusqu’à la gare aval du télésiège de Tougnète 2 et l’arrivée de la télécabine de Tougnète 1. Il permet donc de desservir de nombreuses zones de ski propre très appréciées des skieurs de la vallée, en altitude et en ubac. Il effectue en même temps la liaison vers ces secteurs clé de la vallée de Méribel. Il dessert enfin, avec le téléski des Arolles et le tapis couvert de la Table Verte, la zone débutante de Mottaret. Pour cette raison, les sièges du télésiège des Combes ont été équipés de dossiers dotés du système Magnestick, composés de gros aimants sur lesquels s'accrochent un gros aimant sur les dossards portés par les élèves de l'Ecole du Ski Français.

Il a également pour mission de desservir, avec la télécabine des Chalets située dans Mottaret, la totalité des immeubles de la station. De ce fait, c’est un télésiège assez chargé en soirée, puisqu’il ramène chez eux tous les skieurs résidant sur Mottaret. Il est à noter que l’on peut accéder aux immeubles aussi bien depuis la gare intermédiaire que depuis la gare amont.

Enfin, cet appareil fait office d’appareil de liaison au sein des Trois Vallées, et à plus d’un titre. Il permet aux skieurs de la vallée de Courchevel ou de Méribel d’accéder aux Menuires ou à Saint Martin de Belleville en enchaînant ensuite avec le télésiège de Tougnète 2 ou les téléskis du Roc de Tougne, ou bien encore d’accéder à Val Thorens ou aux Menuires en enchaînant avec le télésiège du Châtelet puis la télécabine des Plattières 3 ou le télésiège de Côte Brune. Il permet aussi aux skieurs de Courchevel de basculer sur les secteurs de Tougnète, de Cherferie ou du Roc de Fer sans avoir à passer par la Chaudanne, souvent plus encombrée que le front de neige de Mottaret.

Côté technique, c’est un télésiège un peu particulier puisqu’il s’agit d’un des rares télésièges à disposer d’une gare intermédiaire. Cette dernière est une gare Multix à couverture basse, tandis que les gares amont et aval sont des gares Multix à couverture classique. La gare aval est la station tension de l’appareil, tandis que la gare amont est la station motrice. La portée maximale de la ligne est de 156 mètres de long, tandis que la hauteur de survol maximale est de 21 mètres.

Depuis la gare intermédiaire du télésiège des Combes, une seule piste est accessible : il s’agit de la piste verte « Little Himalaya », qui est à la fois une piste verte et une piste ludique, puisque des modules ludiques y sont posés à intervalles réguliers. Elle rejoint la piste « Perdrix » au niveau de la gare amont du téléski des Arolles.

Depuis le sommet du télésiège des Combes, plusieurs pistes sont accessibles :
- La bleue « Martre », qui donne accès aux téléskis du Roc de Tougne puis au télésiège du Châtelet, avant de redescendre au front de neige en passant au-dessus du tracé de la télécabine des Plattières. C’est la piste la plus empruntée de toutes celles qui sont desservies par le télésiège des Combes, puisqu’on peut par les téléskis du Roc de Tougne accéder à la Vallée des Belleville, et par le télésiège du Châtelet rejoindre les secteurs de Côte Brune, du Châtelet et du Mont Vallon, voire même de basculer sur Val Thorens via le télésiège de Côte Brune ou sur les Menuires via ce dernier ou la télécabine des Plattières 3.
- La rouge « Coqs », sympathique piste rouge peu fréquentée qui rejoint la piste « Perdrix » juste en haut de la station de Mottaret.
- La rouge « Pouillard », piste rouge assez plate mais étroite effectuant la liaison avec le secteur de Tougnète.
- La rouge « Fouine », belle piste rouge enneigée artificiellement, et longeant le tracé de l’ancien télésiège débrayable des Combes, et regagnant le front de neige.

Situation globale dans la vallée de Méribel :
Image

D’un peu plus près :
Image

Situation sur la carte IGN au 1/25000e de Méribel (Géoportail – Droits réservés) :
Image


Caractéristiques de l’appareil :

Caractéristiques administratives :

  • Type de remontée : TSD – Télésiège à pinces débrayabes
  • Nom de la remontée : COMBES
  • Exploitant : S3V – Société des Trois Vallées
  • Maître d’ouvrage : S3V Mottaret
  • Constructeur : Poma
  • Année de construction : 2015


Caractéristiques d’exploitation :

  • Saison d’exploitation : Hiver
  • Capacité : 6 personnes
  • Débit à la montée : 3000 p/h
  • Débit à la descente : 1000 p/h
  • Vitesse d’exploitation : 5,5 m/s


Caractéristiques géométriques :

  • Altitude aval : 1687 m
  • Altitude amont : 2169 m
  • Dénivelé : 482m
  • Longueur développée : 1331 m
  • Pente moyenne : 38,71 %
  • Pente maximale : 93,00 %


Caractéristiques techniques :

  • Tension : Aval
  • Type de tension : Hydraulique
  • Motrice : Amont
  • Puissance développée : 890 kW
  • Sens de montée : Droite
  • Nombre de pylônes : 21
  • Dispositif d'accouplement : Pinces LPA
  • Type de sièges : LPA-6
  • Espacement entre deux sièges : 7,2 secs
  • Nombre de sièges : 76
  • Diamètre de la poulie motrice : 4900 mm
  • Diamètre de la poulie retour : 4900 mm


Caractéristiques du câble :

  • Fabricant du câble : ARCELOR MITTAL
  • Année de pose : 2015
  • Revêtement : Zingue
  • Type de câble : Lang à droite
  • Composition : 6*26 fils
  • Âme : Compacte



Caractéristiques de la ligne:
P1 : 10C/10C
P2 : 8C/8C
P3 : 10S/10S
P4 : 8S/8S
P5 : 8S/8S
P6 : 10C/10C
P7 : 8S/8S
P8 : 8S/8S
P9 : 4SC/4SC
P10 : 10S/4S
P11 : 12S/12S
P12 : 12C
P13 : 12C
P14 : 6S/8C
P15 : 8C/8C
P16 : 10S/10S
P17 : 12S/8S
P18 : 10S/8S
P19 : 12C/12C
P20 : 12S/12S
P21 : 12S/10S

Ligne et infrastructures du télésiège des Combes :

Note : la prise des photos lors de la troisième décade de décembre 2015, après plusieurs semaines historiquement douces et sèches en montagne, expliquent le très faible enneigement sur les photos. Il n’est en aucun cas représentatif de l’enneigement habituellement présent à ce moment de l’année à Méribel.

La gare aval :

La gare aval du télésiège des Combes est située à 1687 mètres d’altitude, sur le front de neige de Mottaret, à proximité de celle de la télécabine du Pas du Lac 1. C’est la station tension de l’appareil, et elle a la particularité d’être dotée d’un contour tronqué, afin d’assurer un débit plus élevé. De ce fait, les portillons d’accès à la zone d’embarquement sont regroupés par trois, et décalé de deux mètres environ, pour permettre aux sièges de passer le contour et pour prendre le moins de place possible sur le front de neige.

Premier aperçu de la gare aval, en arrivant depuis la piste de la Perdrix :
Image

Vue zoomée en plongée de la gare aval :
Image

Vue de trois-quarts avant, depuis les murs de la gare aval de la télécabine du Pas du Lac 1 :
Image

Vue de profil :
Image

Vue de trois quarts :
Image

Le portique d’informations du télésiège :
Image

Vue du tympan arrière de la gare, avec les portillons d’embarquement décalés à droite :
Image

Dans le lanceur :
Image



La ligne (Premier tronçon):

La ligne du télésiège des Combes est particulièrement accidentée et irrégulière. Après une forte montée pour sortir du décaissement de la gare aval, on survole les pistes Martre et Fouine, qui descendent sur le front de neige. Passé le pylône 6, la ligne prend à nouveau de l’inclinaison, jusqu’aux pylônes 7 et 8 qui diminuent la pente. On monte ensuite tranquillement jusqu’en gare intermédiaire, où, tandis que les sièges du brin montant sont débrayés en gare, le brin descendant survole cette dernière à une hauteur assez importante.

En avant sur la ligne, avec le P1 et le P2 en sortie de gare :
Image

P3 :
Image

Portée P3-P4 :
Image

P4 :
Image

P4-P5 et passage au-dessus du bas de la piste Martre :
Image

P5, avec sur la droite le tapis roulant de la Table Verte :
Image

Portée P5-P6, avec sur la droite l’arrivée du tapis roulant de la Table Verte :
Image

P6, troisième compression de la ligne :
Image

Raide portée P6-P7 :
Image

L’enchaînement du P7 et du P8 met un terme à cette forte montée :
Image

Longue portée P8-P9 :
Image

Image

P9, unique pylône support-compression de la ligne :
Image

Portée P9-P10, la gare intermédiaire pointe le bout de son nez :
Image

P10. Le brin montant repasse à l’horizontale, tandis que le brin descendant s’envole au-dessus de la gare intermédiaire :
Image

P11, dernier pylône avant la gare intermédiaire :
Image


La gare intermédiaire :

La gare intermédiaire se situe à une altitude d’environ 1970 mètres. Seul les sièges du brin montant y sont débrayés, entament un petit crochet vers l’extérieur de la ligne pour permettre aux skieurs le désirant de débarquer, puis repartent dans le lanceur pour poursuivre sur le second tronçon.

Vue éloignée de la gare intermédiaire et des pylônes environnants :
Image

Entrée dans le ralentisseur de la gare intermédiaire :
Image

Débarquement en gare intermédiaire :
Image

Vues générales de la gare et de l’aire de débarquement :
Image

Image

Image

Le lanceur de la gare intermédiaire :
Image


La ligne (Deuxième tronçon):

En sortie de gare intermédiaire, la ligne remonte très fortement jusqu’aux pylônes 16, 17 et 18, qui la ramènent à l’horizontale. Le pylône 19 imprime à la ligne une dernière montée, avant d’entrer en gare amont.

P14 : compression pour le brin descendant, support pour le brin montant :
Image

Portée P14-P15 :
Image

P15, on entame une forte montée :
Image

Raide portée P15-P16 :
Image

Le P16 est rapidement suivi de l’enchaînement du P17 et du P18. On aperçoit, à droite sur la crête, l’arrivée du télésiège de Tougnète 2 :
Image

Portée P17-P18. On distingue à gauche les lignes des téléskis du Roc de Tougne 1 & 2 :
Image

P19, dernière compression de la ligne, et passage au-dessus de la piste des Coqs :
Image

Portée P19-P20 :
Image

L’enchaînement du P20 et du P21 permet de ramener la ligne à l’horizontale :
Image


La gare amont :

La gare amont est située à 2169 mètres d’altitude, quelques mètres au-dessus du départ des téléskis du Roc de Tougne 1 & 2. C’est la station motrice de l’installation, et a d’un point de vue extérieur exactement la même apparence que la gare aval, avec un bardage en bois commun à tous les appareils Multix exploités par la Société des Trois Vallées.

Vue de trois-quarts avec le chalet de commandes :
Image

Vue de face avec la zone de débarquement :
Image

Vue de trois-quarts depuis l’autre côté :
Image

Vue de profil :
Image

Vue plus éloignée depuis les gares aval des téléskis du Roc de Tougne 1 & 2 :
Image

Depuis le début de la piste des Coqs :
Image


Véhicules et pinces :

Poma a équipé le télésiège des Combes de 76 sièges LPA-6 avec dossiers élevés. Ces sièges sont particulièrement confortables, et afin de faciliter le placement des skieurs en gare aval pour assurer un débit optimisé, l’exploitant a opté pour une alternance de couleurs bleue et noire pour les places sur les sièges. De même, les sièges ne disposent pas de repose-skis, pour éviter tout accrochage avec l’aire de débarquement en gare intermédiaire.

Un siège en ligne :
Image

Les assises du siège, à dossier réhaussé :
Image

Les dossiers Magnestick :
Image

Une pince LPA-6 et la suspente du siège :
Image

En gare amont est stocké un véhicule de service :
Image


Diverses vues de la ligne :

Le haut de la ligne, avec en arrière-plan, de gauche à droite : le Rocher de la Loze (2526 mètres), la Dent de Burgin (2739 mètres) et la Saulire (2740 mètres) :
Image

En sortant de la gare intermédiaire :
Image

Le haut du premier tronçon :
Image

Les pylônes 7 et 8 devant l’Aiguille du Fruit, qui culmine à 3048 mètres d’altitude :
Image

Ces mêmes pylônes devant la Dent de Burgin (2739 mètres) et la Saulire (2738 mètres) :
Image

Le début de la ligne sur le front de neige de Méribel-Mottaret :
Image


Le télésiège des Combes : un investissement réussi ?

Depuis l’été 2015, le domaine skiable de Méribel-Mottaret ne compte plus aucun télésiège fixe, et la vallée de Méribel en général n’en compte plus que deux. Techniquement, le télésiège des Combes est une parfaite réussite. Il est rapide, discret, silencieux, et bien plus confortable que l’ancien télésiège des Combes. Toutefois, s,’il a certes contribué à renforcer l’image résolument moderne de la Vallée de Méribel et des Trois Vallées plus généralement, si le paysage est nettement avec plus que 21 pylônes au lieu d’une petite cinquantaine, tout n’est pas rose dans le bilan du télésiège des Combes, loin s’en faut. Tout d’abord, l’absence de repose-skis, même si elle peut se justifier par le risque de frottement avec le sol en gare intermédiaire, fait vite oublier le confort conféré par les sièges rembourrés et à haut dossier. On peut également regretter la disparition du télésiège de la Table Verte, qui permettait d’éviter de devoir systématiquement redescendre sur le front de neige pour accéder aux secteurs de Tougnète ou du Mont de la Challe, ou tout simplement d’éviter de passer par le front de neige lorsque celui-ci était trop encombré. On peut aussi regretter tout le reprofilage de piste qui a accompagné la construction du télésiège, qui a engendré un rabotage de la montagne à coups de tractopelle. Si pour l’instant le télésiège semble ne pas poser de problèmes en termes de débit, rien ne garantit que cela restera ainsi dans les années à venir : garder un seul et unique télésiège pour un axe de cette importance est-il vraiment judicieux ? Et lorsque les téléskis du Roc de Tougne seront remplacés par un télésiège débrayable, le télésiège des Combes sera-t-il à même de supporter le flux supplémentaire de skieurs que cela impliquera ?

------------------------------------------------

Ainsi se termine ce reportage.
Merci de l’avoir lu et à bientôt !

Remerciements à adri73 et Adrien74 pour la mise à disposition de leurs photos du chantier, ainsi qu'à Bouctou et monchu pour leurs plans et photos d'époque.

(c) – Février 2016 – JeSuisMoi, adri73, Adrien74 et collonges74 - Tous droits réservés – Modification interdite sans l’accord des auteurs.

Photos : JeSuisMoi, collonges74, adri73, Adrien74
Photos prises les 20 et 24 décembre 2015
Textes, bannière et mise en page : collonges74



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :