En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSD6 des Vallons

Villeneuve (Serre Chevalier Vallée)

BMF Bartholet

T2 ES
Description rapide :
Le télésiège des Vallons est l'unique appareil permettant de relier Villeneuve et Monêtier. Remplaçant efficacement le télésiège de Balme, il a cependant provoqué un afflux très important de skieurs dans le vallon de la Cucumelle, rendant celui-ci moins agréable à skier.

Année de construction : 2010

Suivre la discussion sur le forum



Auteur de ce reportage : Clément05
Section écrite le 25/10/2017 et mise à jour le 31/10/2017
(Mise en cache le 31/10/2017)

Bonjour, je vous présente un reportage sur le…

Image

Au sommaire :


  • Serre Chevalier Vallée
  • Le télésiège des Vallons
  • La liaison Villeneuve – Monêtier : la naissance du « Grand Serre Che »
    Le télésiège des Vallons : un lien indispensable entre Villeneuve et Monêtier
    Caractéristiques
  • Ligne et infrastructures
  • La gare aval
    La ligne
    La gare amont
    Véhicules et pinces
    Autres vues
  • Conclusion et remerciements


Serre Chevalier Vallée

La station de Serre Chevalier Vallée est située dans les Hautes-Alpes, à environ 3h30 de route de Marseille et de Lyon.

Implantée dans la vallée de la Guisane, affluent de la Durance prenant sa source au Col du Lautaret, Serre Chevalier Vallée se compose de 3 ensembles de villages, Chantemerle, Villeneuve et Le Monêtier-les-Bains, et d’une ville, Briançon. Le domaine s’étend sur 250 kilomètres de pistes tous niveaux. Celles-ci alternent murs en forêt, chemins avec vue imprenable sur la vallée de la Guisane et de la Durance et champs de bosses pour les skieurs les plus expérimentés.
Ces pistes sont desservies par 61 remontées mécaniques allant du tapis roulant à la nouvelle télécabine de Ratier. Le domaine compte d’ailleurs le premier DMC au monde, celui du Pontillas. Les remontées mécaniques de Serre Chevalier Vallée sont composées de 7 tapis et télécordes, de 26 téléskis, de 11 télésièges à pinces fixes, de 10 télésièges à pinces débrayables, de 5 télécabines, d’un DMC et d'un téléphérique exploité uniquement en été.

L’histoire de Serre Chevalier Vallée a commencé en 1941 avec l’inauguration du premier téléphérique, reprenant le nom du sommet qu’il atteint : le Serre Chevalier. Ensuite, le développement de la liaison avec Villeneuve et des secteurs de l’Aravet, du Prorel et des combes au-dessus de Serre Ratier s’est accéléré jusqu’à l’incendie du téléphérique en 1983. En cette année, la décision est prise d’ouvrir la liaison avec Le Monêtier-les-Bains avec l’installation de plus de 12 remontées mécaniques ! De plus, un nouveau téléphérique est construit sur le tracé de l’ancien. Celui-ci réutilise beaucoup d’éléments du premier appareil. 1983 restera l’une des dates importantes dans la création de Serre Chevalier.
En 1989, le domaine de Briançon est créé avec l’installation de 9 remontées mécaniques dont le fameux télésiège de Puy Chalvin (qui n’a pas fait une saison et qui a été revendu par la suite). Depuis 2004, la station est gérée par la Compagnie Des Alpes (CDA) qui renouvelle progressivement le parc de remontées mécaniques de Serre Chevalier, la plupart des appareils datant des années 80. Les investissements se poursuivent et la station réaménage tous les secteurs du domaine afin d’optimiser encore les liaisons.

Image
Villeneuve depuis le télésiège de la Casse du Bœuf.

Le télésiège des Vallons

La liaison Villeneuve – Monêtier : la naissance du « Grand Serre Che »

Dès les débuts de la station de Serre Chevalier, un développement éclaté de chaque secteur n’était pas envisageable pour répartir correctement les flux de skieurs. Jusque dans les années 80, Villeneuve et Monêtier se sont développés séparément mais la nécessité de lier ces deux sites est vite apparue comme une nécessité ainsi qu’un moyen d’agrandir sensiblement le domaine skiable.

Dès 1983, côté Villeneuve est lancé un vaste plan d’investissements dans l’optique de lier Villeneuve et Monêtier skis aux pieds. Le secteur de Fréjus, plus proche du col de la Cucumelle (qui permet de basculer sur Monêtier) a été naturellement choisi pour ces aménagements. Ils ont consisté en la construction de deux télésièges (Fréjus et Côte Chevalier) et du premier DMC au monde (le Pontillas). Les deux télésièges servent pour l’un (Fréjus) à ramener les skieurs sur le plateau de Fréjus depuis le bas du vallon de la Cucumelle et pour l’autre (Côte Chevalier) à améliorer la liaison avec l’Aravet. Le DMC ouvre quant à lui une nouvelle porte d’entrée sur le domaine skiable depuis le Moulin Taravelier. De nouvelles pistes ont été créées également mais nous ne rentrerons pas dans le détail de ces travaux préparatoires à la liaison entre Villeneuve et Monêtier.

Le lien entre les deux stations a été effectif pour la saison 1984/1985 avec la mise en service des télésièges de l’Yret et de la Cucumelle côté Monêtier. Côté Villeneuve, le télésiège fixe de la Balme a été construit.
Partant immédiatement à côté de l’arrivée du télésiège de Fréjus, il permettait de relier le col de Balme sous la Tête et la crête du même nom. De là, les skieurs descendaient sur la crête de Roche Gauthier et avaient deux choix qui s’offraient à eux : à droite, retour sur Villeneuve par la piste de la Cucumelle et à gauche vers le télésiège de la Cucumelle et Monêtier. La construction du télésiège de la Balme s’est également accompagnée de l’ouverture de la piste bleue de la Perdrix qui rejoignait le téléski des Barres ainsi que des pistes noires des Choucas et du Creux du Loup (au début elle s’appelait la « Sud Sud Est »), et de la piste rouge de la Cucumelle qui était une splendide piste descendant dans un vallon sauvage.
Le positionnement de ce télésiège n’a pas été choisi par hasard : au départ, il devait passer par le vallon de la Cucumelle mais les coûts auraient été trop importants. Après avoir pensé construire un téléski puis un télésiège partant du téléski de Méa et arrivant au col de la Cucumelle, c’est un télésiège qui est finalement adopté par la mairie de la Salle-les-Alpes, celui de la Balme.
Enfin, il faut noter que l’ouverture de cette liaison a permis au Grand Serre Che (3 stations reliées skis aux pieds) de naitre, mention qui est renforcée depuis 1989 et l’ouverture du secteur de Briançon.

La gare aval du télésiège de Balme, de type Delta, assurait la tension et la mise en mouvement du câble. La ligne était composée de 20 pylônes et positionnée en général à flanc de la crête de Balme, la rendant particulièrement exposée au vent. La gare amont était une simple poulie retour placée au col de Balme. Côté particularités, ce télésiège avait un pylône en commun avec le téléski des Barres et un élargissement de voie en sortie de gare aval.

Voici quelques images de cet ancien télésiège (Yann83) :

Image
La gare aval, de type Delta.

Image
Situation par rapport au télésiège de Fréjus (photo prise depuis le téléski des Crêtes).

Image
Depuis la ligne.

Image
L’ancien pylône commun avec le téléski des Barres.

Image
Le P7, avec le début de la portion en dévers permettant de monter sur la crête de Balme.

Image
Le P15 avec la Tête de Balme à gauche.

Image
La fin de la ligne, la crête de Balme et la gare amont (poulie retour).

Cependant, après 25 ans de fonctionnement, ce télésiège était à bout de souffle et présentait plusieurs inconvénients : montée longue et exposée, accès difficile depuis Chantemerle (nécessité de prendre soit le télésiège de Fréjus soit celui de Clot Gauthier, tous deux déjà très chargés) et l’arrivée de la télécabine de Fréjus (obligation d’emprunter soit le téléski des Crêtes soit celui des Barres, appareils saturés en général). Enfin, pour rejoindre le Monêtier, les skieurs devaient nécessairement passer par le télésiège de la Cucumelle. C’est pour toutes ces raisons que lors de l’été 2010, cet appareil a été remplacé par un télésiège débrayable 6 places sur un trajet totalement différent.

Pour lire le suivi du chantier, cliquez sur le lien : https://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=9772&st=0

Le télésiège des Vallons : un lien indispensable entre Villeneuve et Monêtier

Le télésiège des Vallons est situé sur le secteur de Fréjus. En réalité, cet appareil évolue dans le vallon de la Cucumelle, loin de l’agitation du front de neige et du plateau de Fréjus.

Le vallon de la Cucumelle est un lieu de grand ski, très fréquenté en particulier depuis la construction du télésiège des Vallons. Une seule piste le traverse de part en part, la rouge de la Cucumelle. D’abord boisé sur le bas, le vallon s’éclaircit et s’élargit jusqu’au col de la Cucumelle d’où l’on peut basculer soit vers Monêtier soit vers Pelvoux (vallon de Chambran). Le vallon est également le lieu où se trouvent les sources d’un affluent principal du torrent du Bez : le torrent de Fréjus.

Comme vu précédemment, le télésiège des Vallons est un appareil de liaison entre Villeneuve et Monêtier. Remplaçant le feu télésiège trois places de la Balme, il permet de largement améliorer les temps de trajet entre les autres stations de Serre Chevalier Vallée et le Monêtier-les-Bains : en effet, maintenant il suffit de prendre deux appareils depuis le col du Prorel (Briançon), Serre Ratier (Chantemerle) ou depuis le front de neige de Villeneuve pour accéder au Monêtier. On voit donc la simplification qu’implique l’installation de ce nouveau télésiège. Cela est permis par le positionnement de la gare aval assez bas dans le vallon, le lieu choisi ayant été sous le village de Fréjus, en surplomb du torrent. Comme vous pourrez le voir sur les photos, les terrassements pour implanter le départ ont été assez conséquents et une plateforme a été créée pour survoler le torrent. L’accès à ce télésiège s’effectue depuis l’arrivée du télésiège de la Casse du Bœuf par les pistes bleues Fangeas, Traverse puis Goulet. Le départ de cet itinéraire est très facilement joignable sans emprunter d’appareil depuis les arrivées des télésièges des Combes, du Grand Serre (tous deux sur Chantemerle) et de la Forêt (Villeneuve).
En plus de la liaison, ce télésiège dessert du ski propre dans le vallon de la Cucumelle où les possibilités de hors-piste sont quasiment infinies, ce qui le rend très prisé.

Le télésiège des Vallons dessert deux pistes :
- Cucumelle : C’est une longue piste descendant agréablement dans le vallon, sans comporter de pentes extraordinaires. Sur le bas, le tracé est équipé de canons à neige et permet d’accéder à la piste verte Route de Fréjus sans passer par la gare aval du télésiège des Vallons ou bien directement à celui-ci.
- Eychauda : Longue piste bleue descendant côté Monêtier donnant accès à l’ensemble des appareils de cette partie du domaine. D’abord à flanc de montagne entre les cols de la Cucumelle et de l’Eychauda, elle s’élargit en aval de ce dernier col pour finir à la gare amont du télésiège du Bachas.

Situation sur le plan des pistes :

Image
Vue globale.

Image
Zoom sur le vallon de la Cucumelle.

Caractéristiques

Voici les caractéristiques de l’appareil :

- Caractéristiques Administratives

TSD - Télésiège à pinces débrayables : VALLONS
Maître d’œuvre : DCSA
Montage / génie civil : VLM / Transcable
Exploitant : SCV Domaine Skiable
Constructeur : BMF Bartholet
Année de construction : 2010
Montant de l’investissement : 7M €

- Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 6 personnes
Débit : 2800 personnes/heure
Vitesse d'exploitation : 5,5 m/s
Equipement d’aide à l’embarquement : Aucun

- Caractéristiques Géométriques

Altitude aval : 1916 m
Altitude amont : 2505 m
Dénivelé : 589 m
Longueur développée : 2221 m
Pente maximale : 70,38 %
Pente moyenne : 27,64 %
Temps de trajet : 6 min 43 s

- Caractéristiques Techniques

Type de gare : BMF K3 – 44 - 0005
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Emplacement motrice : Amont
Type de motorisation : Asynchrone
Puissance développée : 764 kW
Sens de montée : Gauche
Embarquement : A 90°
Nombre de pylônes : 22
Largeur de la voie : 6 m 10 cm
Dispositif d’accouplement : Pinces débrayables K3
Nombre de sièges : 112
Espacement : 40 m 35 cm (soit 7,7 sec à 5,5 m/s)

Ligne et infrastructures

La gare aval

La gare aval est la station tension du télésiège. Celle-ci se fait par le biais de deux vérins hydrauliques réglés par une centrale hydraulique de tension. La station de départ est placée au début de la piste du Bez, à la jonction des pistes de la Cucumelle et du Goulet. Cet emplacement est optimal pour un accès direct depuis Chantemerle et les ascenseurs directs du front de neige de Villeneuve. Installée en surplomb du torrent de Fréjus, la création de la plateforme a nécessité une déviation du cours d’eau et la réalisation de deux importants pieds en béton qui portent l’ensemble de la structure (gare et plateforme en bois pour d’éventuelles chutes de skieurs, de matériel et permettant au personnel d’exploitation de se déplacer sous la gare). En raison de cet emplacement délicat, l’embarquement a été installé dans le contour. Il faut également noter que la gare aval est équipée d’un petit rail permettant de décycler un siège. Côté couleurs et formes, on retrouve une gare massive classique de BMF noire avec un liseré bleu.

Image
Vue large sur la zone de la gare aval lorsque l’on arrive du vallon de la Cucumelle, de Fréjus ou plus loin de l’Aravet et de Chantemerle.

Image
De plus près, avec les trois premiers pylônes et le Grand Aréa derrière.

Image
La gare aval et les trois premiers pylônes depuis le début de la Route de Fréjus.

Image
Zoom sur la gare aval. On remarque son emplacement en surplomb du torrent.

Image
Vue de trois quarts.

Image
Au premier plan, la zone d’attente et à droite la piste du Bez, qui mène au télésiège de Fréjus et au front de neige de Villeneuve.

Image
La gare aval dans son ensemble.

Image

Image
La gare aval depuis la piste du Bez.

Image
La zone d’embarquement, placée dans le contour.

Image
Vers le lanceur, avec la plateforme en escalier.

Image
La gare aval et les deux premiers pylônes depuis la ligne.

La ligne

La ligne du télésiège des Vallons comporte 22 pylônes, la plupart asymétriques au niveau du nombre de galets par balancier.
La sortie de la gare est très pentue pour franchir le torrent de Fréjus et la piste verte du même nom. Le tracé est ensuite plus plat, encore dans les mélèzes. Après le P9, la ligne se rapproche du torrent de Fréjus en dévers pour le franchir presque à l’horizontale après le pylône 11. Le tracé sort des arbres pour monter régulièrement vers le col de la Cucumelle ensuite. On note juste un replat entre les pylônes 17 et 20, sous le col de la Cucumelle.

Caractéristiques de la ligne :
P1 : 10C/10C
P2 : 10C/10C
P3 : 8S/8S
P4 : 6S/4S
P5 : 6S/4S
P6 : 6S/4S
P7 : 6S/4S
P8 : 6S/4S
P9 : 8S/6S
P10 : 6S/4S
P11 : 10S/8S
P12 : 6S/4S
P13 : 8C/8C
P14 : 6S/4S
P15 : 6S/4S
P16 : 6S/4S
P17 : 12S/8S
P18 : 6S/4S
P19 : 6S/4S
P20 : 8C/8C
P21 : 12S/12S
P22 : 12S/12S

S : balancier support
C : balancier compression


Image
Le début de ligne depuis la gare aval.

Image
Les deux premiers pylônes.

Image
La première forte pente entre la gare aval et le P3.

Image
La portée vers le P4, plus plate.

Image
Le P4, avec la piste d’accès au village de Fréjus derrière.

Image
On monte tranquillement vers le P5.

Image
Le P5.

Image
Les portées sont relativement protégées pour le moment.

Image
Le P6.

Image
L’inclinaison du câble est relativement constante.

Image
Le P7, la ligne se redresse.

Image
Le P8, relativement proche du P7.

Image
Vers le P9.

Image
Le P9, on entame la partie en dévers.

Image
Au loin, la montée vers le col de la Cucumelle se dessine.

Image
Le P10, assez haut.

Image
Le torrent de Fréjus en contrebas à gauche.

Image
Le P11 remet le câble presque à l’horizontale pour survoler le torrent.

Image
En haut à droite, la Cucumelle (2698 m) devient visible.

Image
Le P12, la ligne évolue désormais dans un paysage dépourvu de végétation.

Image
A gauche on peut voir la piste de la Cucumelle.

Image
Le P13 détermine la montée vers le col de la Cucumelle.

Image
On monte plus fortement.

Image
Le P14.

Image
En dessous, les bosses et l’aspect du manteau neigeux montrent que ce hors-piste est très fréquenté.

Image
Le P15.

Image
Les portées ne sont pas trop aériennes.

Image
Le P16.

Image
Le col de la Cucumelle commence à être visible.

Image
Le P17 redresse le câble.

Image
On survole une petite dépression.

Image
Le P18, avec la première descente de la piste de la Cucumelle à gauche.

Image
Vers le P19.

Image
Le P19.

Image
La gare amont est visible.

Image
Le P20, dernière compression du trajet.

Image
La dernière montée.

Image
Les pylônes 21 et 22, équipés de chaussettes de protection thermique.

La gare amont

La gare amont est la station motrice de l’installation. L’entraînement du câble se fait par le biais d’une chaîne cinématique classique : un moteur asynchrone puis un réducteur relié à une poulie motrice. La station d’arrivée est placée au col de la Cucumelle, de manière à directement pouvoir accéder au Monêtier ou bien au vallon de la Cucumelle. Le débarquement se fait à 90° pour optimiser l’espace de dégagement des skieurs de la zone de débarquement. Comme la gare aval, cette station est assez massive et arbore les mêmes couleurs. Depuis l’été 2015, une aire de pique-nique conviviale a été installée à proximité permettant de déjeuner et de faire une sieste. La structure, toute de bois, est équipée de tables, de barbecues, de transats, de jumelles et d’un accès Internet.

Image
La gare amont depuis la ligne.

Image
Depuis le ralentisseur, vue sur le rail et son véhicule de service entreposé.

Image
La zone de débarquement dans le contour.

Image
La gare amont en arrivant du télésiège de la Cucumelle.

Image
Vue de trois quarts.

Image
Vue de côté.

Image
Vue globale en contre-plongée.

Image
De l’autre côté depuis les hors-pistes de la Cucumelle.

Image
Vue plus éloignée avec les deux derniers pylônes.

Image
Vue globale sur le col de la Cucumelle depuis l’arrivée du télésiège de l’Yret. De gauche à droite : les gares amont des télésièges des Vallons puis de la Cucumelle, le début de la piste de l’Eychauda et l’aire de pique-nique des Vallons.

Véhicules et pinces

Le télésiège des Vallons est équipé de 112 sièges 6 places classiques de chez BMF. Ils sont reliés au câble par des pinces à genouillère K3.

Image
Vue globale sur un siège.

Image
Vue globale sur la suspente et la pince d’un véhicule sur le brin descendant.

Autres vues

Pour finir ce reportage, voici quelques vues prises depuis le vallon de la Cucumelle (piste et hors-pistes).

Image
La fin de la ligne depuis le col de la Cucumelle.

Image
En hors-pistes, vue large sur la ligne.

Image
On continue à descendre, cette fois-ci sur la piste.

Image
Vue lointaine entre les pylônes 12 et 14.

Image
La suite de la ligne avec la Cucumelle (2698 m) au fond.

Image
Vue globale sur la montée après la sortie des arbres.

Conclusion et remerciements

Le télésiège des Vallons est un appareil clé pour les secteurs de Villeneuve et Monêtier : c’est en effet le seul lien entre ces deux parties du domaine. Remplaçant le télésiège de Balme sur un tracé certes optimisé pour la transversalité entre Chantemerle, Villeneuve et Monêtier, cet appareil permet de réduire le temps de trajet vers Monêtier et de grandement simplifier la liaison. Cependant, cet équipement ne fait pas que des heureux : en effet, son installation a provoqué un afflux massif de skieurs dans le vallon de la Cucumelle, autrefois plutôt préservé. Les hors-pistes se trouvent surfréquentés par des skieurs pas forcément très expérimentés et conscients des risques. De même, on remarque une augmentation des flux de skieurs moins à l’aise sur les pistes rouges, ce qui a entraîné un terrassement de la piste rouge de la Cucumelle pour la rendre plus accessible. Enfin, au niveau de l’appareil en lui-même, on peut s’interroger sur le confort des sièges (assise peu inclinée, repose-skis trop courts, passages des balanciers compression qui secouent beaucoup, …) et l’intégration plutôt mauvaise des gares : massives et bruyantes, on peut les entendre en tendant bien l’oreille depuis le sommet de l’Yret ! Egalement, la zone aval très étroite ne facilite pas l’organisation de la file d’attente. Le dernier inconvénient de ce tracé, mais qui devrait être résolu d’ici peu de temps, est qu’une fois en bas, la seule échappatoire est de rejoindre les télésièges de Fréjus (menant au plateau saturé de Fréjus) ou de la Casse du Bœuf, ce qui peut rendre longue la liaison retour vers Chantemerle.

Image
Le col de la Cucumelle depuis l’aire de pique-nique des Vallons que l’on voit à gauche.

Je remercie Yann83 pour ses photos de l’ancien télésiège de Balme.

Texte & bannière : Clément05
Photos : Yann83 et Clément05 (le 30 décembre 2013 et le 18 février 2017)

A bientôt.

© - 2017 – Clément05 – www.remontées-mécaniques.net



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :