En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
L'affichage en version mobile est en cours de développement.
Il se peut que la page ne s'affiche pas correctement sur votre appareil.
Nous travaillons actuellement pour vous apporter la meilleure expérience possible.
Merci pour votre compréhension


Localisation(s)
Photo

 TSD6 du Crêt du Merle

La Clusaz (La Clusaz-Manigod)

Poma

T3 ES
Description rapide :
Le télésiège du Crêt du Merle est la nouveauté 2017 de La Clusaz. Remplaçant le premier télésiège débrayable de la station, ce nouvel appareil s'affirme comme un ascenseur vers le domaine d'altitude.

Année de construction : 2017

Remplace l'appareil suivant : Suivre la discussion sur le forum



Auteur de ce reportage : Clément05
Section écrite le 10/06/2018 et mise à jour le 02/07/2018
(Mise en cache le 02/07/2018)

Bonjour, l’alexois et moi-même vous présentons un reportage sur le…

Image

Au sommaire :


  • La Clusaz
  • Le télésiège du Crêt du Merle
  • Le Bossonnet et le Crêt du Merle : l’aménagement d’un secteur intermédiaire entre La Clusaz et l’Aiguille
    Le Crêt du Merle : un lien direct entre le village et le Crêt du Loup
    Caractéristiques
  • Ligne et infrastructures
  • La gare aval
    La ligne
    La gare amont
    Sièges et pinces
    Autres vues
    Au cœur du télésiège du Crêt du Merle
  • Conclusion et remerciements


La Clusaz

La Clusaz est une station située dans le massif des Aravis (Haute-Savoie). Jouissant de sa proximité avec la ville d’Annecy, la station est un gros village s’articulant autour du Nom, rivière qui traverse La Clusaz de part en part et prenant sa source au-dessus du col des Aravis. La station est située à proximité de deux cols (Aravis et Croix Fry) qui permettent de basculer sur La Giettaz et de rejoindre les Gorges de l’Arly (Aravis) et ainsi que de rejoindre Faverges (Croix-Fry). On accède principalement à la station par une route départementale provenant d’Annecy, d’où l’on peut récupérer l’A41 (autoroute liant Genève à Chambéry et d’où l’on peut aller vers Lyon), les voies de chemin de fer (TGV et TER) et l’avion.

Au sein du village, on trouve les différents services proposés par une station : commerces, bars, restaurants, accès direct au domaine skiable, hôtels, piscine, patinoire… En effet, en plus d’être un village, La Clusaz est avant tout une station de ski reliée skis aux pieds au domaine de Manigod pour former, avec le Grand Bornand (non relié à La Clusaz), le domaine le plus important du massif des Aravis.
L’espace skiable de La Clusaz s’étale sur 125 kilomètres et est réparti sur 4 massifs : la Balme, l’Aiguille, l’Etale et Beauregard. Le massif de Balme propose des pistes techniques qui s’articulent autour de la télécabine de Balme et du télésiège du Col de Balme notamment, point culminant du domaine skiable, à 2480 mètres d’altitude. L’Aiguille est implanté entre Balme, La Clusaz et le massif de l’Etale. Principal départ à skis du domaine skiable, on peut y skier sur des pistes montant jusqu’à 2200 mètres à peu près. Enfin, on retrouve les massifs de l’Etale et de Beauregard avec des pistes tous niveaux sauf vers Beauregard, tourné vers les débutants. Le tout est desservi par 49 remontées mécaniques, avec notamment 1 téléphérique, 2 télémix et 4 télécabines. Ces appareils desservent 84 pistes tous niveaux qui sont principalement situées en forêt, à l’exception du massif de Balme, plus sauvage.
L’été, La Clusaz propose beaucoup d’activités allant du VTT, de la randonnée à des loisirs tels que la luge d’été et les visites culturelles. La station est équipée d’une piscine et permet ainsi de passer des vacances tranquilles. 4 remontées mécaniques sont ouvertes durant la saison estivale : les télécabines de Beauregard et de la Patinoire ainsi que les télésièges du Crêt du Merle et du Crêt du Loup.

Image
Vue sur une partie du village de La Clusaz depuis le secteur du Crêt du Merle.

Le télésiège du Crêt du Merle

Le Bossonnet et le Crêt du Merle : l’aménagement d’un secteur intermédiaire entre La Clusaz et l’Aiguille

Dès 1946, la station de La Clusaz est née grâce au téléski Applevage du Merle. Celui-ci, partant du village, monte sur les alpages de la Ruade pour desservir des champs de neige agréables et aux portes du village. Autant dire que le succès a été au rendez-vous à tel point que 2 ans après, le téléski du Crêt du Loup est construit pour permettre aux skieurs de monter à 1850 mètres d’altitude. Le développement primitif de ce secteur se poursuivit ainsi jusque dans les années 60, avec l’installation des téléskis de la Ruade et du Bossonnet, ce dernier ouvrant une nouvelle porte sur le massif de l’Aiguille. Après le remplacement des différents téléskis (Ruade et Crêt du Merle) par des appareils plus récents, en 1971, La Clusaz a fait construire le télésiège de la Patinoire : court appareil reliant le cœur du village aux alpages de la Ruade, cette remontée a grandement facilité l’accès au domaine.

Afin de palier au manque de débit du téléski du Crêt du Merle est construit en 1974 le télésiège débrayable trois places du Crêt du Merle : doté des nouvelles pinces S Pomagalski, cet appareil, à vitesse élevée et au débit bien plus important que le téléski, est vite devenu la vitrine de La Clusaz. L’emplacement de la gare aval permettait de ne plus avoir à nécessairement emprunter le télésiège de la Patinoire et son arrivée autorisait un transfert rapide et efficace vers les téléskis du Crêt du Loup. De là, on accédait directement au téléski de l’Aiguille ainsi qu’aux massifs de Manigod et de Balme. La conception de cet appareil était une petite révolution à l’époque : le télésiège avait des gares assez compactes, une vitesse en ligne de 4 m/s et un débit de 1500 personnes par heure. Il faut noter qu’à l’époque de sa construction une gare intermédiaire sur un seul brin a été construite. Celle-ci n’autorisait que l’embarquement dans le sens de la montée et avait pour but de récupérer les skieurs arrivant du télésiège de la Patinoire. Elle fut supprimée en 1999. En 1979, sur le même plan technique et dans la suite logique du Crêt du Merle, le télésiège du Crêt du Loup fut construit pour rejoindre le même sommet que les téléskis du Crêt du Loup. Il a été doublé la même année par le télésiège du Mini-Loup et leurs massifs pour les pylônes étaient communs. Le second télésiège était fixe, biplace et permettait de desservir un espace débutants d’altitude avec le téléski du Louveteau.

Voici quelques images du télésiège du Crêt du Merle :

Image
La gare aval, de forme triangulaire.

Image
La sortie de gare, avec les lanceurs gravitaires.

Image
Vue sur la ligne.

Image

Image
La gare d’arrivée.

Pour lire le reportage sur cet appareil, cliquez ici : https://www.remontees-mecaniques.net/l/ZFws9lgm

1984 est une autre date clé de l’histoire du secteur : en effet, la télécabine 10 places de la Patinoire est venue remplacer le télésiège du même nom tandis que les télésièges du Praz et de la Ruade ont remplacé les téléskis du Crêt du Merle et de la Ruade. Ces derniers comportaient une particularité majeure : leurs gares aval et lignes (jusqu’à l’arrivée du télésiège de la Ruade) était communes et ainsi, chaque pylône comportait quatre séries de balanciers.
A partir de cette date, le secteur du Merle était donc composé de 10 remontées mécaniques : une télécabine (La Patinoire), deux télésièges débrayables triplaces (Crêt du Merle et Crêt du Loup), 3 télésièges fixes (Praz, Ruade et Mini Loup) ainsi que les téléskis doubles du Crêt du Loup, du Bossonnet et du Baby Bossonnet. Situé entre espace intermédiaire vers le domaine d’altitude et grand espace débutants, ce secteur souffrait du mélange de skieurs et du nombre d’appareils qui étaient concentrés dans un espace assez restreint. Le rendu paysager n’était pas des meilleurs et cela a imposé une refonte totale du parc de remontées. Celle-ci s’est effectuée entre 2012 et 2017.

Lors de l’année 2012, les télésièges du Crêt du Loup et du Mini-Loup sont démontés. Les téléskis du Crêt du Loup sont raccourcis juste avant le Mur Edgar. A la place des deux télésièges, un télésiège débrayable 6 places Doppelmayr est construit ainsi qu’un télésiège quadriplace Poma nommé P’tit Loup. Le premier appareil a pour objectif de faire le trait d’union entre les télésièges du Crêt du Merle et de l’Aiguille tandis que le P’tit Loup a permis la création d’un espace débutants plus isolé et plus calme. Cependant, entre 2012 et 2015, sa fréquentation s’est avérée très faible du fait de la nécessité de prendre le télésiège du Crêt du Merle, très fréquenté et de la concurrence des remontées du front de neige. Ce problème fut corrigé en 2015 : les téléskis du Bossonnet ainsi que les télésièges Praz et Ruade sont démontés au profit d’un télémix Poma, d’un télésiège fixe et d’un téléski à enrouleurs Doppelmayr. Le télémix permet d’accéder directement aux télésièges Crêt du Loup ainsi que du P’tit Loup rapidement et confortablement. Les débutants peuvent à présent évoluer sur le P’tit Loup et descendre tranquillement en cabines. Le télésiège de la Grenêche permet de rejoindre rapidement le cœur du village depuis le Bossonnet tandis que le téléski à enrouleurs assure la fonction de remontée débutante au front de neige.
Le secteur du Merle respire à présent puisque le nombre de remontées a été réduit de 3 et surtout, les pylônes massifs des télésièges Praz et Ruade ont disparu.
Mais la dernière vielle remontée de cet espace, le télésiège du Crêt du Merle, faisait de la résistance. Dépassé malgré l’installation du télémix du Bossonnet, le télésiège souffrait principalement de son manque de débit et des coûts d’entretien qui devenaient importants pour la SATELC. C’est donc pour ces raisons que le nouveau Crêt du Merle est sorti de terre lors de l’été 2017 afin de permettre aux skieurs comme aux piétons et VTTistes de monter confortablement, rapidement et sans trop d’attente jusqu’aux alpages de la Ruade. Empruntant presque à l’identique le tracé de son prédécesseur, le nouveau venu donne accès également au télésiège du P’tit Loup et peut s’emprunter à la descente pour les débutants et piétons.

Pour lire le suivi de chantier de cet appareil, cliquez sur ce lien : https://www.remontees-mecaniques.net/l/Db4Pmphf

Voici quelques photos de l’inauguration du télésiège du Crêt du Merle :

Image
Un petit chapiteau gonflable a été installé à proximité de la gare aval.

Image
Coupe du ruban avec les élèves du club de ski local.

Image
Le Maire de La Clusaz, Mr André Vittoz, en train de couper le ruban.

Le Crêt du Merle : un lien direct entre le village et le Crêt du Loup

Le télésiège du Crêt du Merle est donc situé sur le bas du secteur de l’Aiguille, tout à fait à la sortie de La Clusaz.

Placé directement en surplomb d’une rue et proche de la télécabine de la Patinoire, ce télésiège est clairement une porte d’entrée du massif. La caisse centrale est d’ailleurs présente au pied de la remontée pour acheter les forfaits.
Le rôle du Crêt du Merle est donc de monter les skieurs du village de La Clusaz jusqu’au premières hauteurs du Merle, de sorte à continuer ensuite vers le massif de Balme, le Crêt du Loup et la partie haute de l’Aiguille (avec notamment le télésiège du même nom) ou encore vers Manigod par la combe des Juments. Le télésiège du Crêt du Merle permet de décharger la télécabine de la Patinoire dans son rôle de montée simple vers le domaine, laissant à la télécabine la charge d’assurer la montée des débutants (le télésiège du Crêt du Merle n’est pas dans le forfait pour les débutants) et les skieurs en provenance de Manigod (par la piste bleue de l’Envers) et de Beauregard (piste Guy Perillat et La Noire). Ce télésiège donne un accès direct aux télésièges du Crêt du Loup, du P’tit Loup et aux téléskis du Louveteau et du Stade. Les télésièges permettent d’accéder à la partie haute du massif de l’Aiguille (Crêt du Loup) ou d’offrir un ski tranquille aux débutants (P’tit Loup). Les téléskis sont réservés quant à eux à la pratique du freestyle sur le snowpark et pour desservir un stade de slalom. Il faut noter cependant que le télésiège du Crêt du Merle arrive légèrement trop bas pour accéder directement au téléphérique Transval depuis la gare amont (accès au massif de l’Etale et à Manigod) et qu’il est nécessaire d’emprunter l’un des deux télésièges (Crêt du Loup ou P’tit Loup) pour se diriger vers ce secteur.

Le Crêt du Merle dessert aussi une offre de ski propre intéressante notamment pour la fin de journée lorsque les appareils de moyenne altitude (haut du massif de l’Aiguille) commencent à fermer : les skieurs peuvent tourner rapidement sur des pistes faciles et enchaîner s’ils le souhaitent avec le télémix du Bossonnet pour profiter d’une descente plus longue.

En résumé, le télésiège du Crêt du Merle dessert les pistes suivantes :
- Merle : Principale piste desservie, celle-ci est un large boulevard descendant doucement vers La Clusaz. Après être passée à proximité de l’arrivée du télésiège de la Grenêche, la piste se divise en deux : soit le Cœur du Village, qui rejoint les télécabines de la Patinoire et de Beauregard ainsi que le télésiège du Crêt du Merle, soit le Bossonnet, qui donne accès au front de neige du même nom.
- Variante Merle : Comme son nom l’indique, cette piste est une bretelle de la piste du Merle. Elle permet de rejoindre le télésiège du Crêt du loup, puis, après un passage sous le télémix du Bossonnet, se termine en débouchant sur la piste du Merle.
- La Motte : La Motte est un chemin en forêt qui donne accès directement au massif de Balme. Après être passée en bas de la Combe du Fernuy, où convergent les pistes du Fernuy, des Lapiaz et du Plan et de la Motte, cette dernière se termine en bas de la télécabine de la Balme. Depuis cet endroit, la piste verte du Var ramène au Bossonnet (il y a également la piste du Plan mais qui part de légèrement plus haut, il est nécessaire d’emprunter la télécabine de Balme pour l’emprunter).

Situation sur le plan des pistes :

Image
Vue générale sur le domaine skiable de La Clusaz.

Image
Zoom sur le bas du massif de l’Aiguille.

Caractéristiques

Voici les caractéristiques de l’appareil :

- Caractéristiques Administratives

TSD - Télésiège à pinces débrayables : CRET DU MERLE
Maître d’œuvre : ERIC
Montage / génie civil : Joly et Philippe
Exploitant : SATELC
Constructeur : POMA
Année de construction : 2017

- Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver et été
Capacité : 6 personnes
Débit à la montée : 2100 personnes/heure
Débit à la descente : 1050 personnes/heure
Vitesse d'exploitation : 5,25 m/s
Equipement d’aide à l’embarquement : Aucun

- Caractéristiques Géométriques

Altitude aval : 1053 m
Altitude amont : 1504 m
Dénivelé : 451 m
Longueur développée : 1553 m
Pente maximale : 86,9 %
Pente moyenne : 30,47 %
Temps de trajet : 4 min 55 s

- Caractéristiques Techniques

Type de gare : Multix
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Emplacement motrice : Amont
Type de motorisation : Asynchrone
Puissance développée : 840 kW
Sens de montée : Gauche
Embarquement : Dans le contour
Nombre de pylônes : 11
Largeur de la voie : 6 m 10 cm
Dispositif d’accouplement : Pinces LPA M
Nombre de sièges : 62
Espacement : 54 m

Ligne et infrastructures

La gare aval

La gare aval est la station effectuant la tension du câble. Placée en contrebas du Champ Giguet, la gare est très facilement accessible depuis le village de La Clusaz, le télésiège de la Grenêche (en venant du Bossonet) et depuis la télécabine de la Patinoire (liaison Beauregard – Merle ou accès au domaine depuis le village). La gare a été construite en bas de la piste bleue Cœur du Village et est située en hauteur au-dessus des caisses et de sanitaires. Un ascenseur permet aux personnes à mobilité réduite d’accéder à la zone d’embarquement. Il faut noter que cette dernière est placée dans le contour, du fait de l’espace restreint dans l’axe de la ligne. On retrouve une gare classique de Poma, à savoir une Multix avec une couverture bois surmontée de plexiglas pour assurer une luminosité naturelle au sein de la gare.

Voici trois photos pour présenter l’accès au télésiège depuis le village :

Image
Le parvis des caisses créé lors de la construction du télésiège.

Image
L’accès au télésiège.

Image
On devine la cage de l’ascenseur.

On passe maintenant à des photos prises depuis les pistes :

Image
La gare aval depuis la piste du Cœur du Village.

Image
Vue sur la large zone d’attente au départ de l’appareil.

Image
Le portique de présentation avec les bornes à forfaits.

Image
La gare aval et les deux premiers pylônes.

Image
De l’autre côté avec la cabane de commandes à gauche.

Image
Vue globale sur le ralentisseur, la file d’attente et le début de la ligne.

Image
La gare aval du côté du lanceur.

Image
Le cheminement vers l’embarquement.

Image
La zone d’embarquement, placée dans le contour.

Image
Le lanceur.

La ligne

La ligne du télésiège se compose de deux parties. Le début, entre la gare aval et le P4, est très pentu. Cette partie permet de remonter au niveau de la gare d’arrivée de la télécabine de la Patinoire et de survoler une rue de La Clusaz. La suite de la ligne est implantée au beau milieu de la piste du Merle et rejoint le départ du télésiège du P’tit Loup, en contrebas de l’arrivée du télémix du Bossonnet.

Caractéristiques de la ligne :
P1 : 12C/12C
P2 : 10C/10C
P3 : 12S/12S
P4 : 10S/10S
P5 : 8S/8S
P6 : 8S/8S
P7 : 8SC/8SC
P8 : 8S/8S
P9 : 10S/8S
P10 : 10S/8S
P11 : 12S/12S

S : balancier support
C : balancier compression
SC : balancier support/compression


Image
Vue sur la forte pente en sortie de gare.

Image
Les deux premiers pylônes avec la télécabine de la Patinoire en arrière-plan.

Image
En ligne, vers le P3.

Image
Que voici.

Image
La pente est déjà moins raide et on survole une route qui donne accès au Bossonnet.

Image
Le P4, avec la piste du Cœur du Village à droite.

Image
On passe à côté de la gare d’arrivée de la télécabine de la Patinoire.

Image
Le P5, au milieu de la piste du Merle.

Image
On continue le survol de la piste, avec quelques chalets autour.

Image
Vue sur le P6, avec l’Aiguille tout au fond à gauche.

Image
On continue la montée douce.

Image
Le P7 donne une petite inclinaison supplémentaire au câble.

Image
La portée entre le P7 et le P8.

Image
Le P8, on continue de survoler la piste bleue du Merle.

Image
La montée se fait à présent entre les arbres.

Image
Le P9.

Image
On approche du terme du trajet.

Image
Le P10, avec à gauche, le télémix du Bossonnet et à droite le télésiège du P’tit Loup.

Image
L’avant dernière portée avec au fond le Crêt du Loup.

Image
Le P11, dernier pylône de la ligne.

La gare amont

La gare amont est la gare où est mis en mouvement le câble. Placée sous les arrivées du télémix du Bossonet et du télésiège du P’tit Loup, son positionnement permet un accès direct au télésiège du Crêt du Loup (accès au sommet de l’Aiguille, aux massifs de l’Etale par la Combe des Juments et de Balme par la Combe du Fernuy). On peut également rejoindre directement le secteur de Balme depuis l’arrivée par une piste en chemin nommée La Motte. La structure de la gare est identique à celle située en aval, à savoir une station Multix à couverture complète. Notons la présence d’un très court rail servant à l’éventuel décyclage des sièges (opérations sur le câble) ou à en isoler un en cas de défaut.

Image
La gare amont de face.

Image
La zone de débarquement depuis un siège.

Image
La gare amont depuis le débarquement.

Image
Le tympan arrière de la gare, avec le court rail de cyclage/décyclage des sièges (ou de stockage en cas de nécessité).

Image
L’accès à la zone d’embarquement pour la descente.

Image
La gare amont de trois quarts.

Image
De côté.

Image
De trois quarts face avec un pylône du télémix du Bossonnet à gauche.

Image
La gare depuis l’aval avec le filet permettant de prévenir d’éventuelles chutes de clients en entrée de gare.

Image
De l’autre côté avec la cabane d’exploitation.

Image
La gare amont depuis la piste arrivant du Crêt du Loup.

Sièges et pinces

Le télésiège du Crêt du Merle est équipé de 62 sièges LPA 6OCC livrés par Poma. Ils n’ont pas de particularité notable hormis des assises bicolores (vert foncé et noir). Ces véhicules sont reliés au câble par l’intermédiaire de pinces LPA-M.

Autres vues

Avant d’entrer dans les entrailles du télésiège, voici quelques vues depuis les pistes :

Image
Situation de la gare amont par rapport au départ du P’tit Loup.

Image
Les deux derniers pylônes.

Image
La ligne depuis la piste de Merle.

Image
On continue la descente, avec la vallée du Nom toujours en arrière-plan.

Image
La ligne du télésiège avec le massif de Beauregard derrière.

Image
Le télésiège du Crêt du Merle et la télécabine de la Patinoire.

Image
Le P4, qui termine la portion de pente maximale.

Image
L’arrivée sur le télésiège avec la télécabine de la Patinoire au premier plan.

Au cœur du télésiège du Crêt du Merle

Tension du câble

Le câble du télésiège est tendu dans la gare aval. La poulie retour est montée sur un lorry qui roule sur les deux poutres qui portent la gare. Le déplacement est contrôlé par un vérin lui-même piloté par une centrale hydraulique Ethywag. La pression nominale du circuit de tension est d’environ 100 bars. A noter qu’en gare amont un système permet de déplacer le lorry moteur afin de corriger la baisse de tension due à l’allongement naturel du câble (ce qui évite de déposer les sièges et d’effectuer des opérations de coupe et d’épissure du câble).

Image
Vue globale sur la gare tension depuis l’arrière, on devine le vérin en bleu.

Image
Cette photo permet d’apprécier le relatif vide de la gare. On peut aussi observer la liaison entre le lorry et la structure portante par roulements qui permettent à l’ensemble de se déplacer.

Image
Vue globale sur la poulie retour avec le repère rouge pour mesurer la course du lorry.

Image
Zoom.

Image
Vue opposée avec la liaison entre le lorry et la poulie.

Image
L’arrière du vérin avec la centrale au fond.

Image
Vue rapprochée sur la centrale de tension.

Image
Vue sur le système de rattrapage de l’allongement du câble en gare amont.

Entraînement du câble

En gare amont se trouve la chaîne cinématique d’entraînement du câble du télésiège. Un moteur électrique livré par TT-Electric développe une puissance de 840 kW pour entraîner un arbre rapide. Ensuite se trouve un volant d’inertie sur lequel est placé le frein de service afin de stopper l’appareil. L’arbre rapide rentre ensuite dans un réducteur classique Poma Kissling à train épycicloïdal de rapport 22. Ce dernier permet de réduire la vitesse de l’arbre afin de transmettre le mouvement à l’arbre lent après un renvoi conique. L’arbre lent entraîne ensuite la poulie motrice.
La poulie d’entraînement du câble est équipée de 2 freins d’urgence sur la poulie motrice, le frein de service agissant sur le volant d’inertie placé sur l’arbre rapide.
Afin de palier à une éventuelle défaillance du moteur électrique, un moteur thermique de secours permet d’alimenter deux moteurs hydrauliques. Grâce à une pompe hydraulique, les axes des moteurs peuvent entrer en rotation et s’engrener sur la poulie motrice. Cette dernière est équipée d’une couronne dentée sur laquelle les deux moteurs peuvent s’accoupler grâce à deux pignons.

Image
Vue sur le moteur asynchrone TT-Electric.

Image
De trois quarts avec l’arbre rapide à droite et ses joints de cardan.

Image
De l’autre côté avec l’aération forcée.

Image
Vue de derrière avec le bout du rotor en bas.

Image
Vue globale sur l’arbre rapide, le volant d’inertie et le frein de service. On devine en bleu le réducteur épicycloïdal à droite.

Image
Vue rapprochée.

Image
Vue sur le réducteur, on devine : l’entrée du réducteur (connectée à l’arbre rapide), la zone de renvoi conique (juste à droite), puis les étages de réduction (de plus en plus grands).

Image
De l’autre côté avec le circuit d’huile pour lubrifier les engrenages.

Image
Vue sur le moteur thermique de secours, du côté de l’aération.

Image
De face.

Image
Les moteurs hydrauliques mis en mouvement par le générateur thermique. La partie haute est celle où circule l’huile et où est mis en mouvement l’axe de rotation du moteur. En dessous se trouve un petit réducteur.

Image
Vue rapprochée sur ces derniers.

Image
La poulie motrice avec l’accouplement des deux moteurs de secours sur celle-ci qui se devine.

Image
La centrale de freins.

Image
Une centrale pour le frein de secours est également présente.

Trainage des véhicules en gare

Classiquement, les sièges sont entrainés en gare par des pneus striés qui trainent les sièges grâce à une traverse ajourée sur la pince. Cette dernière est ouverte pour l’accouplement et le désaccouplement du câble grâce à des cames placées en entrée et sortie de gare. Les sièges sont décélérés progressivement grâce aux rampes à pneus. Ces dernières sont entraînées directement grâce au câble et à des prises de mouvement. Cette méthode permet d’assurer une vitesse proportionnelle à celle du câble en toutes circonstances dans les différentes parties des voies de circulation. Chaque pneu du contour est relié au suivant par une roue dentée afin de conserver une vitesse constante (de l’ordre de 1 m/s). Dans les voies d'accélération et de décélération, des roues avec gorges et courroies remplacent les roues dentées. Ces roues sont de diamètre différent afin de faire varier la vitesse des pneus progressivement. Un cadenceur +/- vite placé avant le contour permet de corriger un éventuel défaut d’espacement des sièges.

Image
En gare aval, vue sur le ralentisseur. On remarque les deux prises de mouvement sur le câble (pour synchroniser les pneus en entrée de gare sur la vitesse du câble).

Image
Le cadenceur, placé juste avant le contour.

Image
Le contour, avec une petite passerelle pour accéder à l’autre côté des rampes à pneus.

Image
La deuxième partie du contour.

Image
Le lanceur. Comme sur le ralentisseur, deux prises de mouvement sont présentes.

Image
La came d’embrayage (en rouge).

Image
Un dérouleur relié à un compresseur (non visible ici) permet de regonfler manuellement les pneus. En dessous, on peut voir la télécommande de maintenance.

Image
Le ralentisseur en gare amont.

Image
Le contour avec une passerelle identique à celle présente en gare aval.

Image
L’aiguillage vers la voie de décyclage/stockage.

Image
Le lanceur.

Image
La sortie de gare, avec le bout de la trompette de stabilisation à droite.

Image
En gare amont, un système permet d’isoler la gare de la neige, du givre ou de tout autre facteur perturbateur pouvant abîmer l’intérieur hors exploitation. Ce système n’a pas été installé dans la station aval.

Commandes

L’installation de commandes est fournie par l’entreprise Semer, filiale de Poma. Dans chaque cabane sont présentes les commandes habituelles pour le bon fonctionnement du télésiège : arrêts (électrique, secours), réarmement, marche, téléphone… En gare amont, on retrouve en plus les commandes pour mettre en route le moteur thermique de secours. Le tout est complété par un panneau tactile avec tous les outils nécessaires au contrôle de la ligne (anémomètres, contrôle de vitesse, du cadencement et d’autres paramètres utiles au personnel d’exploitation). L'installation est alimentée par la tension du réseau via des armoires de puissance placées dans une pièce annexe pour limiter les nuisances sonores. Enfin, dans les gares, chaque partie a ses organes de commandes, notamment la centrale de tension en gare aval.

Image
L’armoire en gare aval : à gauche, les données concernant la vitesse du vent à différents points de la ligne, puis l’état des sécurités sur chacun des pylônes et enfin l’éclairage de la ligne. A droite se trouvent les commandes usuelles du télésiège.

Image
Zoom sur la partie gauche…

Image
… et la partie droite.

Image
Vue globale sur l’intérieur du chalet en gare amont, largement vitré pour surveiller les débarquements.

Image
Vue générale sur l’armoire de commandes.

Image
Les voyants pour le bon fonctionnement du moteur de secours.

Image
La partie de commandes classiques.

Image
Dans une autre pièce, les armoires de puissance comportant le variateur de fréquences.

Image
Et face aux armoires de puissance, l’armoire de distribution du courant électrique.

Image
Dans la gare aval, vue sur les commandes de la centrale de tension.

Conclusion et remerciements

Le télésiège du Crêt du Merle est donc un investissement qui vient mettre un point final à la rénovation du secteur. Avec plus de 7 remontées mécaniques neuves depuis 2012, le Crêt du Merle est donc à présent à la pointe de la modernité pour drainer les flux de skieurs voulant se diriger vers l’Aiguille, Balme ou encore l’Etale. Le Crêt du Merle assure ici un lien direct entre le village et l’espace d’altitude de manière rapide, confortable et avec un débit important. Remplaçant un télésiège débrayable pionnier, ce nouvel appareil vient encore renforcer les liaisons au sein de La Clusaz en déchargeant la télécabine de la Patinoire. Par ailleurs, l’exploitation estivale du télésiège, couplée à celle du Crêt du Loup et des télécabines (Beauregard et Patinoire) devrait encore renforcer l’attractivité de cette station des Aravis.

Nous remercions la SATELC pour l’autorisation de prise et de publication des photos techniques.

Image
Vue sur la ligne depuis la passerelle de la gare amont.

Texte & bannière : Clément05
Photos : l’alexois (22 décembre 2017 et 13 janvier 2018) et GPS74 (ancien télésiège)

A bientôt.

© - 2018 – l’alexois et Clément05 – www.remontées-mécaniques.net



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :